rochelle redfield Forum Index rochelle redfield Forum Index rochelle redfield Forum Index
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Search Memberlist Usergroups Profile 

<font color=red><b><blink>Vous avez de nouveaux messages</blink></b></font>
Log in  Register
 
 

 
Le combat de Jo (CSI : NY)
Goto page: <  1, 2
 
Post new topicReply to topic rochelle redfield Forum Index Le saloon Créations sur d'autres séries, sujets ou personnages. Fics Diverses Suites et reboot Fictions terminées
Previous topic :: Next topic  
Author Message
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,991
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Thu 30 May - 17:29 (2019)    Post subject: Le combat de Jo (CSI : NY) Reply with quote

J'aime beaucoup comme ils se rapprochent peu a peu et Mac ne veut pas la brusquer. Le kine a raison. Jo doit se battre pour elle-meme et pas pour Mac. Il y a aussi ses enfants, elle doit y penser aussi. 

Back to top
Publicité






PostPosted: Thu 30 May - 17:29 (2019)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 04 Mar 2011
Posts: 6,011
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Sat 1 Jun - 00:11 (2019)    Post subject: Le combat de Jo (CSI : NY) Reply with quote

Chapitre 9


Après Dix-huit mois de coma et cinq mois de rééducation, Jo sort enfin de l'hôpital.


Jo : Merci d'être passé me prendre. Maintenant que Tyler vit dans l'Alabama, ce n'est pas évident. Puis la pauvre Elie, elle doit se concentrer sur ses études.
Mac : ça me fait plaisir.


Mac et Jo roulent jusqu'à l'appartement de Jo. Arrivés devant la porte.


Jo : Il doit y avoir beaucoup de poussière !
Mac : Non, ne t'inquiète pas. J'ai tout nettoyé.
Jo : Sérieusement !
Mac : Oui, Elie m'a fait un double des clés.
Jo : Elle va revenir ce week-end. Ça va me faire plaisir de la voir. Je n'en reviens pas qu'elle a réussit à intégrer l'université de Yale !
Mac : Tu peux être fière d'elle.
Jo : Tu veux entrer un moment ?
Mac : Si tu me propose un café ?
Jo : Bien sûr, si tu veux du café qui date d'il y a un an et demi !
Mac : Tu me fera toujours rire toi. J'ai fais quelques courses pour la semaine.
Jo : Tu es adorable. C'est gentil de t'occuper de moi comme ça !
Mac : C'est normale !


Mac et Jo entrent.


Jo : Bon ben je vais faire le café.
Mac : Installes-toi, je m'en occupe.
Jo : D'accord ! (souriant)


Mac revient avec le café. Jo commence à boire.


Jo : Oh mon dieu ! Un bon café !
Mac : ça t'avais manqué hein !
Jo : Oh que oui !


Jo boit à nouveau une gorgée et regarde Mac.


Jo : Oui ça m'avait manqué comme beaucoup de chose.
Mac : Je comprends ! J'ai vécu la même chose. Enfin moi ça n'a durée que six mois et je suis rester dans le coma que quelques heures, ce n'est rien à côté.
Jo : Mac ! J'aimerais qu'on parle maintenant !


Mac soupire, se doutant de quoi Jo voulait lui parler. Il savait que la mémoire était presque totalement revenu et qu'ils allaient à un moment donner devoir reparler du passé.


Mac : De quel sujet veux-tu qu'on parle ?
Jo : Je voulais qu'on parle du travail.
Mac : Ah c'est de ça que tu veux qu'on parle ?
Jo : Un autre sujet à aborder peut-être ?
Mac : Chaque chose en son temps.
Jo : Je suis d'accord.
Mac : Qu'est-ce-que tu veux savoir ?
Jo : Pour l'instant, il est clair que je ne suis pas opérationnel pour mon poste de détective en chef adjointe, mais j'aimerais revenir travailler le plus rapidement possible. Surtout que comme tu le sais, dans quelques jours, je dois être licenciée !
Mac : Ce n'est pas trop tôt Jo ?
Jo : Mac je sors de l'hôpital aujourd'hui, mais je suis sorti du coma il y a cinq mois.
Mac : Jo, je ne suis pas sûr que....
Jo : Je ne demande pas de reprendre mon poste immédiatement, mais pourquoi pas faire la paperasse en attendant de pouvoir reprendre mes fonctions ! Mac ! Je vais perdre mon boulot !


Mac soupire.


Jo : Ah ! Je vois ! Tu es mal à l'aise parce que j'ai été remplacé et que je n'ai plus mon poste. C'est ça ?
Mac : Une fois que tu seras opérationnelle, on doit te redonner ton poste Jo, quoi qu'il arrive. Mais effectivement, on doit auparavant prendre soin d'offrir une mutation à ta remplaçante.
Jo : Je vois ! Mais ça ne m'empêche pas de revenir et de m'occuper de la paperasse !
Mac : Jo, ce n'est pas ta place. Tu es lieutenant de niveau 1. Tu ne peux pas rétrograder comme ça !
Jo : Mac ! J'ai passé dix-huit mois dans le coma, cinq mois de rééducation. Au bout de presque deux ans, j'ai besoin de retrouver mes habitudes. J'ai déjà l'impression d'avoir tellement perdu. J'ai raté tellement de chose ! J'ai raté la remise de diplôme de Elie, mon fils est repartie dans l'Alabama. Je n'ai plus rien moi.
Mac : Jo ! Tu m'as moi. Tu peux compter sur moi.
Jo : Mac ! Tu ne peux pas être tout le temps avec moi. D'ailleurs je te remercie d'être venu me voir si souvent à l'hôpital, de m'avoir soutenu mais il temps que tu retrouves ta vie d'avant. Depuis que je me suis réveillé, tu as été plus que présent pour moi et il est temps que tu retrouves ta vie.
Mac : Ne t'inquiète pas pour moi Jo !
Jo : D'accord !
Mac : Je vais te laisser te reposer. Si tu as le moindre soucis, tu m'appelles et je vole.
Jo : D'accord ! Merci !


Mac s'approche de Jo et lui donne un petit bisous sur les lèvres, puis dans le cou.


Mac s'apprête à franchir la porte.


Jo : Mac !
Mac : Oui !
Jo : Il va falloir qu'on mette les choses au clair.
Mac : A propos de ?
Jo : Des baisers qu'on a échangé et ce petit geste mignon que tu viens d'avoir.
Mac : Une autre fois, tu veux bien ?
Jo : D'accord !
Mac : A bientôt Jo.
Jo : Merci pour tout Mac !
Mac : Avec plaisir ! Au fait ! Je te redonne les clés !


Mac tend les clés.


Jo : Garde les ! On ne sait jamais.
Mac : Tu es sûre ?
Jo : Si il m'arrive quelque chose, il faut que quelqu'un puisse rentrer.
Mac : D'accord !


Durant le week-end, Jo est en compagnie de sa fille pour leur plus grand bonheur à toute les deux.


Elie : Comment va Mac ?
Jo : Bien ! Il m'a ramené Jeudi et je n'ai pas de nouvelles depuis.
Elie : Ben ça doit lui faire drôle.
Jo : Pourquoi ?
Elie : Parce qu'il passait des heures entières à ton chevet et tous les jours sans exception. Pendant presque deux ans il est venue te voir tous les jours.
Jo : C'est vrai ?
Elie : Comment tu crois que je le connais si bien ?
Jo : Oui, c'est vrai ! Et tu le trouves gentil ?
Elie : Il est adorable. Il m'a bien aidé aussi tu sais ! Il nous a soutenu. En fait on s'est tous soutenu mutuellement. Et Mac ça fait depuis la rentrée qu'il paye le loyer de ma chambre d'étudiante !
Jo : Quoi ! Mais c'est une blague.
Elie : Non, il a tout payé ! Les frais universitaire, l'hébergement et ma voiture, c'est Sid qui me l'a offert. Ça m'a beaucoup gêné, mais il m'a dit que ça ne faisait pas un gros trou dans son budget.
Jo : Je n'en reviens pas ! Ils sont tellement prévenant ! Je suis désolé de ne pas avoir été là. Ça aurait dû être à moi de gérer ça !
Elie : Tu n'es pas fautive !
Jo : Non, mais ça a bien bouleversé vos vies tout ça. Mon plus grand regret c'est de ne pas avoir pu assister à la remise des diplômes.
Elie : Mac a tout filmé !
Jo : Super ! Je vais pouvoir voir la vidéo du coup !
Elie : Maman ! Je ne voudrais pas m'avancer, mais je crois bien que Mac est amoureux de toi.
Jo : Je ne sais pas comment ça va se passé par la suite, mais si c'est le cas, c'est réciproque.
Elie : J'espère que ça va marcher entre vous. Mac est un homme bien et il t'aime sincèrement, ça se voit.


Durant la semaine qui suit, la tentation est trop forte pour Jo. Elle prend un taxi et débarque au labo. Elle a encore du mal à marcher, elle doit encore s'aider d'une canne, mais se débrouille plutôt bien.


Lindsay l'aperçoit la première.


Lindsay : C'est pas vrai ! Jo !


Lindsay s'approche et serre Jo dans ses bras. Jo se fait applaudir par les membres de l'équipe présents. Un chaos qui n'échappera pas à Mac depuis le bout du couloir.


Jo : Bonjour à tous.
Adam : Quel soulagement.
Jo : Je suis heureuse de vous revoir ! Mais tellement heureuse !
Danny : On a pensé à toi Jo ! Tout le temps !
Jo : Je suis désolé d'avoir refusé les visites à l'hôpital, mais je ne voulais pas qu'on me voit comme ça. Déjà Mac, j'ai eu du mal.
Lindsay : On comprend, ne t'en fais pas. Mais tu as les cheveux long !
Jo : Ben j'ai appris que même dans le coma, les cheveux, les ongles et les rides apparaissent quand même !


Ils rigolent tous de la blague de Jo. Elle prend un moment et boit un café avec ses collègues, puis Mac arrive.


Mac : Mais regardez qui voilà. Notre collègue préférée !


Jo se lève et serre Mac dans ses bras.


Jo : Je peux te parler en privée Mac.
Mac : Oui, bien sûr ! On va dans mon bureau ?
Jo : Oui !


Une fois dans le bureau, Mac invite Jo à s'asseoir. Elle constate que Mac n'a plus la photo de lui et Christine sur son bureau.


Jo : Je voulais savoir si tu avais réfléchie pour me proposer un poste en attendant que je puisse être opérationnel pour mon propre poste.
Mac : Oui, j'allais t'appeler. Est-ce que tu peux commencer dans une dizaine de jours ?
Jo : Je suis plus que prête.
Mac : Alors je te propose que tu gardes le même poste mais en poste aménagé.
Jo : C'est à dire ?
Mac : Que tu travailleras que l'après-midi et sur les recherches et approfondissement des indices.
Jo : Tu ne me mets pas à la paperasse ?
Mac : Jamais de la vie Jo ! Tu es trop brillante pour ça. Tu es la reine de l'ADN ici ! La paperasse ! On aura tout entendu je crois !
Jo : J'apprécie le geste Mac !
Mac : Tu rencontreras le médecin et quand tu seras prête, je te restituerais ton arme.
Jo : D'accord ! Par contre, j'ai peur de ne plus avoir le bon geste.
Mac : Tu suivras une formation pour la réadaptation. C'est moi qui gérerait ça.
Jo : Super !
Mac : Alors on t'attend dans dix jours
Jo : Avec plaisir !
Mac : Samedi soir, j'organise un repas chez moi avec l'équipe. C'est en ton honneur autant te le dire. Je compte donc sur ta présence.
Jo : Je serais là. Tu peux compter sur moi. Par contre, je veux qu'on discute après. Il me semble qu'on a beaucoup de chose à se dire. Les choses doivent être clair entre nous Mac ! J'avoue que je commence à m'inquiéter et j'ai peur d'en souffrir.
Mac : Je comprends et tu as raison. J'avais bien l'intention de clôturer cette soirée par une discussion. J'ai beaucoup réfléchie et en effet, si on doit retravailler ensemble, il faut que ce soit clair et tu n'auras pas à souffrir.
Jo : Je te dis à Samedi.
Mac : Tu sais, ça me fait bizarre de ne plus te voir tous les jours !
Jo : Mais personne ne t'interdit de venir me voir !
Mac : J'ai juste besoin d'un peu de recul Jo ! Je voulais voir ce que ça faisait en fait ! Mais j'avoue que tu me manques.
Jo : Je comprends. Allez à Samedi.
Mac : A samedi Jo !


Mac se lève et n'hésite pas à faire un bisou sur les lèvres de Jo que personne ne remarquera.


Jo : Hum.... Il me tarde samedi !
Mac : Moi aussi.


Le samedi, la soirée se déroule à merveille. Tout le monde est heureux de fêter le retour de Jo et surtout qu'elle aille mieux.


Au terme de la soirée, tout le monde s'en va et Jo reste pour discuter avec Mac.


A suivre
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,991
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Fri 7 Jun - 21:43 (2019)    Post subject: Le combat de Jo (CSI : NY) Reply with quote

Ils se rapprochent tout en douceur. C'est genial!

Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 04 Mar 2011
Posts: 6,011
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Mon 10 Jun - 16:15 (2019)    Post subject: Le combat de Jo (CSI : NY) Reply with quote

Chapitre 10


Au terme de la soirée que Mac a organisé pour Jo, celle-ci reste pour avoir une discussion de fond avec Mac.


Jo : C'était une belle soirée. Merci Mac.
Mac : Avec plaisir. On est tous tellement heureux de te revoir ! On n'y croyait plus en toute franchise et je suis désolé de ne pas avoir eu plus d'espoir que ça !
Jo : Je n'en veux à personne pour ça !
Mac : Oui, mais moi j'aurais dû être plus confiant ! Mais on est tellement heureux de te revoir en forme et que tu sois redevenu la Jo qu'on aime.
Jo : Moi aussi ! Même si finalement ça a été plus long pour vous que pour moi !
Mac : C'est vrai ! Ça a été dur quand même !
Jo : Et je ne te remercierais jamais assez d'avoir été là, de m'avoir soutenue. Merci Mac !
Mac : Ne me remercie pas !
Jo : Oh que si ! Et Mac ce que tu as fais pour Elie ! C'est remarquable ! Tu t'es comporté comme un père pour elle.
Mac : Justement elle n'a malheureusement pas de père cette gamine et elle avait besoin de quelqu'un pour financer ses études. Elle n'a pas réussi à obtenir l'aide de l'état.
Jo : Mac ! Tu feras les comptes et tu me diras combien je te dois. Je te rembourserais jusqu'au dernier centime.
Mac : Je ne veux pas que tu me rembourses Jo !
Jo : Ce n'est pas négociable je suppose ?
Mac : Absolument pas !
Jo : On peut parler maintenant ?
Mac : Tu y tiens à cette discussion !
Jo : Je n'y tiendrais peut-être pas si je n'avais pas retrouver totalement la mémoire. Mais moi je sais ce que je ressens pour toi Mac et ça me bouffe. Et je sais que tu sais !
Mac : Je vois ! Viens on va sur le divan !


Mac et Jo s'installent.


Jo : Qu'est-ce-qui s'est passé avec Christine ? C'est à cause de moi ? N'est-ce-pas ?
Mac : Pourquoi tu dis ça ?
Jo : Ecoute, quand on est dans le coma, on entend beaucoup de chose. Parfois c'est réelle, mais parfois ce ne l'est pas. J'ai cru t'entendre me dire des choses très douce durant mon coma.
Mac : C'est vrai que je t'ai beaucoup parlé.
Jo : Mac tu avais l'air de tenir à ce mariage. Il devait avoir lieu quelques semaines après l'attentat. Le quinze Juillet précisément ! Dit moi ce qui s'est passé ?
Mac : J'ai passé beaucoup de temps avec toi. Quand je suis arrivé sur les lieux du drame, tu étais déjà morte. Je t'ai fais un massage cardiaque et ça ne marchais pas. J'ai tenté un bouche à bouche...
Jo : Tu es tout de même au courant que le bouche à bouche ne se fait plus dans les gestes de premier secours !?
Mac : Bien évidemment que je suis au courant. Mais on ne le fait plus pour éviter la transmission de certaines maladies. Là je savais que j'avais à faire à un corps saint. Lorsque Danny est arrivé avec le défibrillateur, on a réussi à faire repartir le cœur. Je t'ai mise dans ma voiture et je t'ai emmené moi même à l'hôpital. Tous les secouristes sur place étaient mort ou gravement blessé. On attendait encore les renforts
Jo : Je ne savais pas tout ça ! Pourquoi tu ne me l'as pas dit ?
Mac : Il fallait déjà que tu retrouves tes propres souvenirs !
Jo : Oui, je comprends ! Tu m'as sauvé la vie ! Je n'oublierais jamais ! (émue)
Mac : Du coup, je me sentais responsable car c'est moi qui t'ai demandé d'y aller.
Jo : Mais Mac ! Tu n'es pas responsable ! Jamais de la vie. J'y serais allé de toute façon !
Mac : Je sais, mais sur le coup, je me sentais coupable. Du coup je passais toute mes soirées avec toi. Je quittais le bureau à dix-sept heures et je venais directement te voir. Je restais parfois jusqu'à minuit. Je passais de longue heures avec toi.
Jo : Je suis touchée, d'autant plus que tu ne quittes jamais ton travail avant au mois dix-neuf heures trente.
Mac : Christine a commencé à se poser les bonnes questions. Elle a été assez perspicace je dirais.
Jo : Comment ça !?


Mac soupire.


Mac : Jo ! Est-ce-que tu te souviens de notre conversation le jour où tu m'as annoncé que tu ne viendrais pas à mon mariage. C'est ce souvenir là que j'espère qui te sois revenu car il est vraiment très pertinent et moi j'y tiens à ce souvenir.


Jo le regarde avec un petit sourire timide.


Jo : Oui, bien sûr que je m'en souviens !
Mac : Après les révélations que tu m'as faite, je n'étais plus moi même. J'ai beaucoup cogité et par la suite je me suis rendu compte de beaucoup de chose.
Jo : C'est à dire ? (intriguée)
Mac : Est-ce-que tu te souviens de ce que je t'ai dit ? Tu sais, si je n'aurais pas eu Christine dans ma vie.
Jo : Oui, je m'en rappelle très bien. J'ai même beaucoup appréciée.
Mac : Je le pensais vraiment. Du coup ça m'a mit le doute et je me suis rendu compte que je vous aimais toutes les deux.


Jo est très émue par les paroles de Mac.


Jo : Mac ! Je ne suis pas sûre qu'on puisse aimer deux personnes à la fois ! Tu t'ai perdu dans tes sentiments !
Mac : C'est exactement la même remarque que Christine m'a fait quand on a abordé le sujet.
Jo : Tu lui as parlé de notre conversation Mac ?
Mac : Non Jo ! Jamais de la vie. Je pense qu'avec le temps ses doutes je les aurais eu même sans cette fameuse conversation. Christine m'a dit qu'il était temps que je lâche prise et que je pense un peu plus à moi.
Jo : Et elle avait sans doute raison Mac ! Tu es en train de me dire que tu as ruiné ta vie avec Christine à cause de moi.
Mac : Non Jo ! Ne le vois pas comme ça ! C'est pas à cause de toi, mais pour toi et plus égoïstement pour moi aussi.
Jo : Tu te rends compte de ce qu'elle a dû ressentir quand tu lui as dit que tu nous aimais toutes les deux !
Mac : Je le sais Jo et je n'en suis pas fière, mais je me devais d'être honnête avec elle.
Jo : Mac ! Tu n'as jamais été amoureux de moi ! C'est parce que j'ai failli mourir ! Je suis sûr qu'aujourd'hui tu regrettes ! Maintenant, tout va bien ! Tu devrais peut-être la recontacter. Bon je sais que deux ans sont passé, mais elle n'a peut-être pas refait sa vie ! J'avoue que nous deux, j'y ai cru, mais quand j'entends que tu nous aimes toutes les deux, je suis perplexe !
Mac : Tu sais Jo ! Christine et moi on a tenté de se revoir il y a neuf mois. Mais ça a été un échec. Je ne pensais qu'à toi. Ça faisait pourtant quatorze mois que tu étais dans le coma et on y croyait plus vraiment. J'ai à un moment donné pensé qu'il était temps que je passe à autre chose, mais je n'y arrivais pas.
Jo : Je ne sais pas quoi dire Mac ! Je suis émue et triste pour toi. Tu as raté tellement de chose à cause de moi !
Mac : Jo ! J'ai aimé Christine. En fait, avant ton coma, elle et moi c'était de belles retrouvailles. Je l'ai trouvé séduisante et adorable et j'ai appris à l'aimer. Mais toi Jo ! Toi ça a été un coup de foudre. Tu sais, cette sensation d'être en coton au moment où tu regardes cette personne que t'admire autant !
Jo : Je crois savoir de quoi tu veux parler ! (souriant)
Mac : Quand je t'ai vu la première fois, j'avais l'impression d'être envahit. Une sensation de bien être et une admiration profonde.
Jo : C'est... Whouah !
Mac : Jo ! Toi et moi on a flirté tous les deux ! Je crois qu'on a vécu un amour platonique. Je ne sais pas si tu t'en souviens mais parfois c'était assez intense et on a failli dériver tous les deux.


Jo réfléchie un instant.


Jo : Si on veut être totalement honnête, je pense que tu as raison. (souriant)
Mac : Je ne pouvais plus rester avec Christine alors que je savais très bien que l'amour que je te portait était bien plus intense que celui que j'éprouvais à son égard. Tu sais Jo ! Quand tu m'as dit que tu avais des sentiments profonds pour moi, j'ai eu envie de te prendre dans mes bras et de t'embrasser, mais j'ai penser que j'allais rendre Christine très malheureuse.
Jo : Puis je ne t'avais pas fait ces révélations dans ce but. D'ailleurs, je n'avais pas l'intention de te dire quoi que ce soit !
Mac : Je le sais. Nous avons rompu Christine et moi, car je me devais d'être honnête avec moi même et avec toi aussi.
Jo : Tu n'as jamais été malhonnête avec moi.
Mac : Non, mais j'ai toujours mit cette barrière professionnelle qui nous a empêché d'avancer. On a mit une sorte de rempart entre nous et ça nous a rendu malheureux quelque part.
Jo: Tu as raison Mac !
Mac: Je peux te poser une question à laquelle je voudrais une réponse sincère ?
Jo : Je t'écoute !
Mac : Est-ce-que ton coma à changer quelque chose dans tes sentiments, dans ce que tu ressens ?
Jo : En fait pour faire une question plus direct, tu voudrais savoir si je ressens toujours quelque chose pour toi ?
Mac : Non, car je sais que tu ressens quelque chose. Je voudrais savoir si l'amour que tu avais pour moi t'es revenu.


Jo le regarde et sourit légèrement avec les larmes qui roulent le long de ses joues.


Mac: Tu pleures !
Jo : Tu as été là pour moi Mac ! Tu t'es comporté comme un mari, comme un père pour Elie qui se retrouvait une seconde fois orpheline. J'avoue que j'ai des doutes dans ma tête depuis quelques temps.
Mac : Quels doutes ?
Jo : Est-ce qu'à mon chevet tu m'as fais des promesses ?
Mac : Oui beaucoup !
Jo : Tu m'as déclaré ton amour Mac ?
Mac : Je t'ai dit que je le ferais aussi quand je te reverrais.
Jo : Mac ! Pour répondre à ta question, c'est horrible car j'ai l'impression que je t'aime plus fort qu'avant et c'est pour ça que ça me bouffe car je voudrais savoir où on va. Alors je t'écoute. Je veux que tu me dises ce que tu ressens sans langue de bois.
Mac : Je ressens beaucoup de passion m'envahir quand je pose les yeux sur toi. Tu es belle, gracieuse, généreuse et tellement séduisante. J'ai eu un véritable coup de foudre pour toi, mais je n'ai jamais rien tenté car tu es ma subalterne et je n'ai pas vraiment le droit de faire ça. J'ai plus de respect pour toi que je ne l'ai jamais eu pour personne. Tu comprends ça ?


Jo fait un oui de la tête.


Mac : De plus, j'avais peur que ça nuise à notre amitié. J'ai rencontré Christine, je me suis dit qu'il était temps de t'oublier, de tourner la page de cet amour que je jugeais impossible. Mais la pauvre, malgré tous les efforts qu'elle a fait, tu occupes toujours la première place dans mon cœur. Alors oui Jo ! Je ne vais pas me dégonfler. Je t'ai fait des promesses lors de ton coma et je te promets que si tu es d'accord, je les tiendrais toute. Je vais te dire que je suis totalement fou de toi, que j'ai envie de t'embrasser, que j'ai envie de toi....


Mac pose sa main sur le visage de Jo.


Mac : Jo ! Acceptes-tu que je t'embrasse. Si c'est le cas, ça veut dire que c'est le début d'une vrai histoire d'amour. Je veux que ce soit sincère, fidèle et que ça soit durable. Je veux finir ma vie avec toi car ça fait déjà six ans que je t'aime, tu comprends ?
Jo : Je l'accepte avec hâte en plus. (souriant)


Mac s'approche et embrasse Jo avec beaucoup de passion. Celle-ci se serre dans ses bras et savoure le délicieux instant qu'elle est en train de vivre. A bout de souffle ils séparent leurs lèvres. Jo serre Mac dans ses bras. Il la regarde et voit son magnifique sourire embellir encore plus son visage ainsi que les larmes qui ne cesse de roulé sur les joues de Jo.


Mac : Je ne l'avais jamais vu ce sourire !
Jo : Tu m'as déjà vu sourire.
Mac : Celui là non ! Sèches tes larmes ! Un sourire plein d'amour. Il est tellement troublant !
Jo : Désolé, c'est l'émotion.


Mac regarde Jo avec beaucoup de tendresse.


Jo : Quoi !
Mac : J'ai envie de te dire quelque chose. Un truc qui m'a vraiment marqué quand tu es sorti du coma. Je ne sais pas si tu t'en souviens !
Jo : Quoi donc.
Mac : En sortant du coma, tu m'as dit « Je t'aime ». ça a été tes deux premiers mots
Jo : Quoi ! C'est vrai ! (Etonné)
Mac : Oui ! Et sur le coup c'était dur car tu t'es rendormi de suite mais c'est dans mon cœur et ça restera gravé. Tes premiers mot était pour moi et tu m'as dit que tu m'aimais.
Jo : Mac ! Je te le dis en toute état de conscience « Je t'aime ».
Mac : Et moi aussi. Je t'aime fort Jo !
Jo : Fort !
Mac : Depuis six ans Jo ! Je t'aime depuis six longues années.
Jo : Moi aussi !
Mac : Par contre, toi tu as un avantage par rapport à moi.
Jo : Quoi !


Mac se rétracte.


Mac : Non, je ne vais pas te le dire, c'est super maladroit en vrai.
Jo : Si ! Allez Mac ! S'il te plais ! Je ne le prendrais pas mal !
Mac : Ne le prend pas comme une invitation surtout !
Jo : Promis !
Mac : Par l'intermédiaire de rêve ou hallucination tu as eu le privilège de faire l'amour avec moi.
Jo : Arrête ! Je suis trop gêné. Je n'en reviens pas encore que je t'ai balancé ça.
Mac : Et moi j'ai adoré l'entendre. Ça prouve que tu as pensé à moi durant ton coma. Et j'ai la prétention de penser que tu as fait ce rêve car tu en avais envie. C'est ton subconscient !
Jo : Tu es loin de tout savoir !
Mac : Dit moi !
Jo : Mac ! Je ne peux l'expliqué mais j'ai senti ta détresse et je m'en rappelle t'avoir entendu me dire que tu regrettais de n'avoir jamais pu m'embrasser. Je me suis battu pour sortir de cette bulle dont j'étais prisonnière pour t'offrir et recevoir ce baiser. J'avais envie de le ressentir ce baiser. Je le voulais par dessus tout.
Mac : C'est beau ce que tu me dis là.
Jo : Mac !
Mac : Oui
Jo : Je suis amoureuse de toi depuis très longtemps et je te le dis comme je le ressens. Cet amour est profond et à jusqu'à maintenant été très douloureux.
Mac : Il ne le sera plus, je te le promets.
Jo : Je veux une relation stable, sérieuse et durable. Fidélité est ma première conditions et je veux que notre relation soit assumé.
Mac : Moi je suis prêt à l'assumer. Je l'assume déjà.


Jo regarde sa montre.


Jo : Il est déjà trois heures du matin !
Mac : Déjà !
Jo : On avait beaucoup de chose à se dire on dirait.
Mac : Tu veux dormir ici ?
Jo : Sur ce canapé ?
Mac : J'ose espéré que tu ne me feras pas cette offense ! (souriant)
Jo : Je reste à une seule condition.
Mac : Je t'écoute !
Jo : Je veux une réponse à une question resté sans réponse. C'est quoi qui t'es le plus cher au monde ?


Mac la regarde dans le yeux avec une tendre sourire.


Mac : En plus je suis sûr que tu te doutes de la réponse. Ça a toujours été toi. Tu es ce que j'ai de plus cher et de plus précieux.
Jo : Mac ! Tu me fais fondre !


Jo sourit et embrasse Mac passionnément.


Jo : Tu sais, ce n'étais qu'un rêve Mac ! Mais je suis sûr que la réalité sera bien mieux. Invitation ou pas, on va aller inauguré notre vie de couple et ce dès maintenant. En plus tu me l'as dit il y a quelque semaine que tu voulais voir ce que ça faisait ! Que tu voulais qu'on partage ça.
Mac : Jo ! J'admire ton enthousiasme et ta franchise, qui ne m'étonne pas au passage, mais es-tu sûre que tu es prête pour ça ? Je veux dire que tu es peut-être encore fragile.
Jo : Mac ! Si tu savais depuis combien de temps je suis privée de ça !
Mac : Je n'ose pas ! On a beaucoup de temps à rattraper !
Jo : Oh que oui. Mac ! J'en ai très envie et je suis sûre que toi aussi. Ne me dit pas que tu n'as pas envie de découvrir mon corps. De me toucher partout....
Mac : C'est bon, tait toi, tu as gagné !!! Et tu me provoques en plus.
Jo : Je n'ai pas fini de te provoquer, maintenant que nous sommes ensemble !


Jo se lève.


Jo : Allons y Mac ! Nous n'avons plus une seule minute à perdre. Et tu verras, je suis la meilleure ! (très provocatrice)


Mac amène Jo jusqu'à dans sa chambre et l'embrasse passionnément.


A suivre


_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,991
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Tue 18 Jun - 08:30 (2019)    Post subject: Le combat de Jo (CSI : NY) Reply with quote

Quel beau chapitre, celui-ci! J'ai adore du debut a la fin. Leur conversation a ete tres sincere et tres tendre et bien sur la fin, c'etait comme je l'esperais!  Embarassed

Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 04 Mar 2011
Posts: 6,011
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Sat 31 Aug - 20:35 (2019)    Post subject: Le combat de Jo (CSI : NY) Reply with quote

Chapitre 11


Mac et Jo ont une discussion à la suite de laquelle, ils décident d'inaugurer dignement leur vie de couple. 


Mac : Tu as raison ! On a perdu beaucoup trop de temps. 


Jo regarde Mac très envieuse avec un grand sourire. Elle lui déboutonne sa chemise et la lui enlève. Mac en fait de même avec Jo. Il lui retire ses vêtements de manière très sensuelle.


Mac ferme les yeux et les ouvres à nouveau. 


Mac : Tu es magnifique. 
Jo : Merci ! Tu es séduisant Mac ! Vraiment. 


Mac allonge Jo dans son lit et se livrent tous deux à un long moment passionné. Ils rattrapent tous deux vivement les années qu'ils ont perdu. 


Une fois totalement épuisé, ils se couchent l'un contre l'autre. 


Mac : Tu as raison, tu es la meilleure.


Jo se retourne et regarde Mac très enthousiaste.


Mac : Ne me dit pas que tu n'es pas heureuse, je ne te croirais pas. 
Jo : Je suis comblée ! Je n'en reviens pas de ce que je viens de vivre. 
Mac : Alors ? C'était comme dans ton rêve ? 
Jo : C'était encore mieux !


Mac caresse le visage de Jo.


Mac : Je me sens libre. Tellement heureux. 
Jo : Je suis bien dans tes bras. 


Mac embrasse Jo dans le cou puis sur le visage. 


Mac : Je te promets de te rendre heureuse Jo !
Jo : Je n'en doute pas une seconde ! 
Mac : Jo ! Si j'ai passé cette semaine sans te voir c'était pour voir comment ça faisait.
Jo : Et alors ? 
Mac : ça fait mal ! 
Jo : A ce point !?
Mac: Oui ! 


Jo se blottit dans les bras de Mac. 


Jo : J'ai finalement bien fait de te dire ce que je ressentais pour toi ! 
Mac : ça aurait fini comme ça un jour ou l'autre. 


Jo regarde Mac et lui caresse les cheveux en lui donnant de petits baisers.


Mac : Tu es très câline on dirait 
Jo : Oui, je le reconnais ! C'est vrai qu'il faut que je fasse attention à ça. Je sais que tu es quelqu'un de solitaire. Je ne voudrais pas t'étouffer. 


Mac caresse le visage de Jo.


Mac : Tu connais bien le Mac du travail, mais le Mac dans la vie privée, c'est autre chose. Surtout quand il est amoureux. Je peux être aussi envahissant que n'importe qui !
Jo : Intéressant ! 


Mac regarde Jo dans le yeux et lui sourit. 


Mac : Tu es tellement belle. 
Jo : Tu es adorable. 
Mac : Tu ne comptes pas rentrer chez toi ! 
Jo : Si tu veux bien que je reste avec toi cette nuit, je n'en vois pas d'inconvénient.
Mac : Alors reste. 
Jo : Tu n'aurais pas un tee-shirt à me prêter ? J'ai un peu froid. 
Mac: Mais bien sûr ! Tout ce que tu veux ! 


Mac se lève et attrape un tee-shirt dans son armoire. 


Mac s'approche et l'aide à enfiler le tee-shirt. 


Jo : Je n'ai pas besoin d'aide pour m'habiller tu sais ! 
Mac : Tu ne disais pas ça tout à l'heure quand je t'ai déshabillé ! 
Jo : Tu marques un point ! (riant)


Mac se recouche et Jo se blottit dans ses bras avec un grand sourire. Ils finissent par s'endormir heureux. 


Durant la matinée, Mac se réveille le premier et regarde Jo. Il déplace ses cheveux qui recouvrent son visage. 


Mac : Je n'ai pas rêvé alors ! 


Il l'admire en souriant, tous en lui caressant le visage.


Mac : Mon cœur ! (nostalgique)


Il finit par se lever et la laisse dormir un moment. Une petite demi heure plus tard, Jo se réveille à son tour et constate qu'elle est dans un lit qui n'est pas le sien. Elle finit par réaliser qu'elle non plus n'a pas rêver et qu'elle a bien vécu une nuit d'amour passionné avec l'homme qu'elle aime secrètement depuis six ans. Elle appréhende le fait que Mac soit sortie du lit car il a pu changer d'avis et se demande si il ne regrette pas cette nuit. 


Elle se lève et ouvre la porte. 


Jo : Mac ! 
Mac : Je suis dans la cuisine. 


Jo va dans la cuisine. Elle entre avec le sourire.


Jo : Bonjour ! 
Mac : Bonjour !


Jo le regarde hésitante


Mac : Tu es devenue timide, tu ne m'embrasse pas ? 


Jo le regarde en souriant et se précipite pour l'embrasser. 


Mac: Bonjour !
Jo : Tu as bien dormi ? 
Mac : Il y avait longtemps que je n'avais pas si bien dormi. 
Jo : Je pense que je dois le prendre comme un compliment. 
Mac : Absolument ! 


Mac regarde Jo et lui montre la table. 


Mac : Le petit-déjeuner est prêt. Je me suis dit que tu devais bien manger le matin. La gourmande que tu es, doit pas se priver. 
Jo : Tu me connais tellement bien ! 
Mac : C'est vrai que j'en connais peut être plus de toi que tu en connais de moi ! 
Jo : C'est pas juste ! 
Mac : Je te dirais tout, c'est promit. 


Jo s'installe pour le petit-déjeuner.


Jo : ça me paraît bon tout ça. 
Mac : Un bon café comme tu l'aimes. 
Jo : Tu es un amour Mac ! Un homme bon à marier.
Mac : Qui sais, un jour ! (avec un clin d'oeil)
Jo : Si ça se passe comme je le souhaite, alors j'espère bien.
Mac : Le message est passé. 


Mac fait une tartine et lui tend délicatement à Jo. 


Jo : C'est mignon ! Merci ! 
Mac : De rien ! (souriant timidement)


Ils dégustent leur petit-déjeuner en échangeant de doux regard. 


Mac : Tu as prévu quoi aujourd'hui ? 
Jo : Rien de particulier. 
Mac : J'ai pas envie que tu partes maintenant. C'est dimanche ! On n'a cas profiter pour passer cette journée ensemble. 
Jo : Avec plaisir. (souriant)
Mac : Il y a un petit marché le dimanche à trois rue d'ici. J'aime bien y aller de temps en temps. 
Jo : Pas de soucis. 


Jo et Mac se balladent main dans la main et arpentent les stands du marché.


Jo : Regarde ces tomates ! Elles sont très belle. 
Mac : Oui elles ont l'air bonne. Je vais en prendre quelque unes !


Jo et Mac continuent leur parcours et croisent une connaissance.


Christine : C'est pas vrai ! Jo ! Mais c'est incroyable !
Jo : Bonjour Christine. 


Christine fait une accolade à Jo qui lâche la main de Mac.


Christine : Je n'en reviens pas. Mais vous êtes sortie du coma depuis longtemps ? 
Jo : Depuis cinq mois et demi. 
Christine : Incroyable ! Excuse-moi Mac ! Je manque à tous mes devoirs. Bonjour !


Christine fait une bise à Mac sous le regard mal à l'aise de Jo.


Christine : Je suis sincèrement heureuse pour vous Jo ! 
Jo : Merci ! 
Christine : Mon restaurant est juste là. Venez boire un café !
Jo : Ben !
Mac : Je ne sais pas !
Christine : Allez c'est dimanche ! Vous n'êtes pas pressé ! 
Jo : Bon ben allons y ! 


Christine prépare un café et s'assoit avec Mac et Jo. 


Christine : ça n'a pas été trop dur pour vous le réveille ?
Jo : Ben j'ai eu du mal de redevenir moi même tout de suite. Je suis sortie de l'hôpital il y a une dizaine de jour. J'ai fais cinq mois de rééducation. 
Christine : Oui, ça n'a pas été facile à mon avis.
Jo : ça a été une épreuve.
Christine : Je peux vous posez une question ? Mais si ça vous gêne, ne me répondez pas ! 
Jo : Allez y ! 
Christine : Il paraît que quand on est dans le coma on entend quand les gens nous parle ! 
Jo : Je pense que oui ! J'ai entendu certaine personne me parler. 
Christine : D'accord ! (souriant)
Jo : Je suis contente de m'en être sortie. 
Christine : Et maintenant vous comptez faire quoi ? 
Jo : C'est encore trop tôt pour le dire. Je vais laisser faire le temps. 
Christine : Oui, je comprends. Reposez vous bien surtout. 
Jo : Ne vous inquiétez pas. 


A ce moment là, Jo à l'impression d'avoir entendu la voix de Christine dans un autre concept. Elle se plonge dans ses pensées.


Jo pense : « Bonjour Jo, bonjour c'est Christine, Mac est très malheureux, Battez-vous, je m'effacerai ».


Jo commence à tourner de l'oeil prise par ses émotions. 


Mac : Jo ! Jo qu'est-ce-qui se passe. 


Jo revient à elle. 


Jo : C'est rien, juste un vertige. 
Mac : Je vais te ramener Jo ! 
Jo : D'accord ! 
Christine : Oui, il vaut mieux. 


Mac et Jo quittent le restaurant et rentrent chez Mac. 


Mac : ça va mieux ? 
Jo : Oui ! Je peux te poser une question ? Je veux que tu sois sincère par contre.
Mac : Je t'écoute ! 
Jo : Tu es déjà venu me voir à l'hôpital avec Christine ? 
Mac : Non, elle n'est jamais venue. 
Jo : D'accord !


Quelques jours plus tard, courant la matinée, Jo pousse la porte du restaurant de Christine. Une serveuse l'accueil.


A suivre

_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,991
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Sat 31 Aug - 20:52 (2019)    Post subject: Le combat de Jo (CSI : NY) Reply with quote

Un chapitre plein de tendresse entre nos deux amoureux. Christine est vraiment contente de voir Jo en bonne sante. J'ai hate pour la discussion entre les deux femmes.

Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 04 Mar 2011
Posts: 6,011
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Thu 5 Sep - 14:54 (2019)    Post subject: Le combat de Jo (CSI : NY) Reply with quote

Chapitre 12


Jo et Mac rencontrent Christina au marché qui les invite à boire un café. En entendant Christine parler, Jo se sent soudainement mal et fait un malaise. 
Quelques jours plus tard, courant la matinée, Jo pousse la porte du restaurant de Christine. Une serveuse l'accueil.


Jo : Bonjour ! Est-ce-que Christine est ici ? 
La serveuse : Je vais la chercher.
Jo : Merci ! 


Christine arrive 


Christine : Jo ! Bonjour ! 
Jo : Bonjour Christine ! Est-ce-que vous auriez un instant à m'accorder ? 
Christine : Bien sûr ! Je vous offre un café ?
Jo : Si vous voulez. Merci ! 


Jo et Christine se retrouvent autour d'un café. 


Jo : Voilà Christine, j'ai entendu des gens me parler durant mon coma. Le plus souvent c'était Mac, mais aussi mes enfants et le personnel soignant. Mais je me revois dans une condition un peu particulière. Une femme est venu me parler en me disant que Mac était malheureux et qu'il fallait que je me batte. Cette femme m'a dit « Bonjour Jo, c'est Christine ». Alors ma question est simple....
Christine : Oui c'était moi Jo ! 
Jo : C'est pas vrai ! (surprise)
Christine: Je n'ai pas revu Mac après car je partais pour l'Europe, mais nous avions essayer de recoller les morceaux il y a neuf mois à peu près et Mac était plutôt motivé, mais il était bloqué. Il ne pensait qu'à vous. Il m'a même dit que si il passait le cap avec moi, il aurait l'impression de vous trahir. 


Jo est très émue.


Jo : Christine ! Je ne sais pas quoi dire ! Je m'en veux tellement vous savez ! 
Christine : Mais pourquoi Jo ! 
Jo : J'ai tout gâché entre vous et Mac. 
Christine : Mac et moi, c'était voué à l'échec Jo.
Jo : Mais pourquoi ? Pourquoi raisonnez vous comme ça ? 
Christine : Parce que Mac m'a avoué qu'il m'aimait, mais pas comme vous. 
Jo : Je ne sais pas quoi dire. Je suis confuse ! Je n'ai pas voulu ça ! 
Christine : Je ne vous en veux pas. Je n'en veux même pas à Mac. C'est la vie. 
Jo : Et si c'était de ma faute tout ça ?
Christine : Je ne vois pas en quoi c'est de votre faute ! 
Jo : Un jour je suis allez voir Mac pour lui dire que je déclinais son invitation de mariage. Au départ, je ne voulais pas lui dire pourquoi mais il m'a tiré les vers du nez et là, je lui ai dit ce que je ressentais pour lui et que c'est pour ça que je ne me sentais pas de venir. 
Christine : Vous lui avez dit, mais vous n'avez pas tenter de le séduire !?
Jo : Non, jamais de la vie. Enfin j'ai des fois essayer un peu de le séduire, je l'avoue mais c'était avant que vous arriviez dans sa vie. 
Christine : Je vous en veux pas. Vous pouvez être tranquille. Maintenant reconstruisez-vous et j'espère que vous offrirez à Mac ce qu'il veux. Il ne demande qu'à être avec vous. Tout le reste il s'en fiche. Je crois qu'il est très sincèrement amoureux de vous. 
Jo : ça doit tellement vous coûter de me dire ça ! 
Christine : La pilule est passée Jo ! Vraiment ! Tout ce que je veux c'est que Mac soit heureux.
Jo : Je peux vous promettre que je ferais tout ce qui est dans mon pouvoir pour qu'il le soit. 
Christine : Je ne doute pas de vous Jo ! 
Jo : Merci ! (émue)


Jo ressort du restaurant très émue. Elle fait quelques boutiques, puis décide d'aller dans un endroit bien spécial. Un endroit où elle se sentait bien et sereine. 


Mac arrive et aperçoit Jo assise sur le pas de sa porte. Il fait un petit sourire malicieux.


Mac : Vous êtes perdu Madame ? 
Jo : Je suis sûr que vous allez pouvoir m'aider ! (souriant)
Mac : Peut-être !


Mac s'approche et l'embrasse tendrement. 


Mac : Je suis content de te voir. Ça fait plaisir. 


Mac et Jo entrent, à peine passé la porte, Jo se blottit dans les bras de Mac et l'embrasse passionnément. 


Jo : Je t'aime.
Mac : Moi aussi. (lui caressant les cheveux)
Jo : ça fait deux jours qu'on ne s'est pas vu.
Mac : Alors pour toi aussi c'est long ! 
Jo : Oui ! J'imagine maintenant comme ces dix-huit mois ont dû être long.
Mac : Tu n'as pas idée ! Un vrai suplice. 


Mac serre Jo dans ses bras. 


Mac : Tu as dîner ? 
Jo : Non, pas encore. 
Mac : Tu aurais dû me dire que tu viendrais, j'aurais réservé une table ou prévu quelque chose. 
Jo : On a cas commander quelque chose ! 
Mac : Oui, on va faire ça ! 
Jo : Super. 


Jo regarde Mac dans les yeux, ce qui intrigue Mac.


Mac : Que me vaut ce tendre regard. 
Jo : Mac ! Depuis qu'on a passé la nuit ensemble, je n'arrive plus à dormir seule. Je ne sais pas ce qui se passe, mais la nuit, tu me manques. Je te cherche !


Mac la regarde et sourit, il pose la main sur sa poitrine et regarde Jo.


Mac : Whouah ! C'est une très belle déclaration Jo ! 
Jo : Je sais Mac que tu as besoin d'espace et que je dois t'importuner à débarquer comme ça le soir, mais....
Mac : Attends ! Tais-toi Jo ! 
Jo : Quoi ? 
Mac : Tu parles trop ! Je suis heureux que tu débarques comme tu dis ! Puis tu sais, ça fait six ans qu'on se fréquente, qu'on s'aime en secret, qu'on vit un véritable amour en fait. Jo ! Il y a de la place pour deux ici. Si les nuits te sont trop dur sans moi, elle le sont aussi pour moi. 
Jo : C'est vrai ! Je te manque aussi. 
Mac : Jo ! J'ai vécu l'enfer pendant dix-huit mois. Je venais te voir chaque jour et du jour au lendemain voilà qu'on se retrouve plusieurs jours sans se voir. Jo ! Si tu le veux bien, cette nuit tu vas rester avec moi.
Jo : J'adorerais. 
Mac : Puis demain tu feras tes valises et tu te pose chez moi. Dit oui Jo ! 
Jo : Oui ! Avec joie.


Jo verse une petite larme. 


Mac : Tu sais ce qu'on va faire, on va commander le repas et en attendant que ça arrive, on va s'installer sur le canapé et tu vas te blottir dans mes bras. 
Jo : C'est un excellent programme. 


Mac commande à manger et par la suite se met sur le canapé avec Jo. Il lui caresse les cheveux. Jo avait comme une sensation de bien être. Elle se sentait tellement bien. 


Après le repas, le couple va se coucher. 


Jo : Ecoute Mac, je vais t'avouer un truc.
Mac : Qu'est-ce-qui se passe ? 
Jo : J'ai vue Christine cet après-midi.
Mac : Tu l'as croisée ? 
Jo : Non, je suis aller la voir ! 
Mac : Et pourquoi ? 
Jo : La Christine que j'ai entendu durant mon coma. J'étais sûre que c'était elle ! 
Mac : Jo ! Je t'avais dit que c'était certainement une infirmière. Pourquoi tu es aller voir Christine !?
Jo : Parce que j'avais raison Mac ! C'était bien elle. 
Mac : Quoi ? (Etonné) Mais pourquoi est-elle venue te voir ? 
Jo : Mac ! Je crois bien que c'est grâce à Christine que je me suis réveillée. 
Mac : Comment ça ? 
Jo : Je m'en rappelle que lorsque j'ai entendu Christine, j'ai lutté pour revenir du bon côté. Là où j'étais, il y avait ce côté sombre mais attirant où Leanne me demandait de la rejoindre et le côté éclairé où j'entendais des voix sans voir les visages. Le jour où Christine m'a parlé j'ai flotté comme si j'étais en gravité zéro et j'ai été comme aspiré et depuis je n'ai plus de souvenir. Je n'ai plus entendu de voix. Le trou noir. 
Mac : Mais elle est venue te voir quand Christine ?
Jo : J'ai cru comprendre que c'est le dernier jour que vous vous êtes vu. 
Mac : Mince ! Effectivement, tu t'es réveillé le surlendemain. Mais tu avais déjà des signes de réveil durant la nuit. Mais jo ! Je t'ai parlé durant un an et demi et tu n'as pas bougé le petit doigt. Christine t'a parlé juste une fois et tu te réveils ! Je ne comprends pas vraiment ! 
Jo : ça te blesse ? Je peu comprendre ! 
Mac : Je ne suis pas blessé, mais qu'est-ce-qu'elle a bien pu te dire pour que tu reviennes à toi comme ça ?
Jo : C'est la dernière voix que j'ai entendu, donc je m'en souviens bien. Elle m'a demandé de me battre pour toi. Elle m'a dit que tu étais très malheureux, que tu n'arrivais plus à vivre et que tu t'enfermais dans l'espoir que je me réveille, que tu étais dans l'attente d'un miracle. Elle a dit aussi que tu étais très amoureux de moi et que tu n'avais pas eu le temps de me le dire et elle m'a affirmé que si je me réveillerai, qu'elle s'effacerait, ce qu'elle avait déjà fait depuis longtemps. Voilà en gros ce qu'elle a dû me dire. 
Mac : Je suis touchée qu'elle ait fait ça ! 
Jo : Elle voulait ton bonheur. Mais je crois que ce qu'elle m'a dit à provoqué un électrochoc. Je me disais certainement que si je restais enfermé dans ce sommeil, je réduisais à néant toute chance d'histoire d'amour entre nous. J'avais gagné ton amour et il fallait que je te le rende. 
Mac : C'est touchant ce que tu me dis ! 
Jo : Mac ! Il y a autre chose dont je voudrais te parler. 
Mac : Oui ! 
Jo : Tu sais, que j'ai plus de quarante-quatre ans maintenant, j'ai vécu un drame dont j'ai encore du mal à me remettre physiquement. Je pense pas que je puisse un jour te donner un enfant. 


Mac regarde Jo et lui sourit. 


Mac : Ce que je veux, c'est être avec toi. Puis, pour un enfant, je suis trop vieux maintenant. 
Jo : C'est vrai ! Tu ne m'en veux pas ? 
Mac : Jamais de la vie. Mais par contre, j'espère que si notre relation évolue bien, on se mariera un jour. 
Jo : Avec plaisir ! Mais si ta demande est très romantique. 
Mac : J'y travail ! 
Jo : Tu trouves pas que ça va trop vite entre nous ? 
Mac : Au bout de six ans ! N'importe quoi ! 
Jo : Tu as raison ! 
Mac : Je t'aime tellement tu sais ! Christine avait raison. Je crevais à petit feu. 
Jo : Mais je suis là maintenant et je ne partirais plus. 
Mac : Je n'arrive pas à me pardonner !
Jo : Mais de quoi ? 
Mac : De ne pas t'avoir révélé la nature de mes sentiments avant. 
Jo : Non Mac ! Arrête ça de suite. On n'était pas dans de bonnes conditions pour ça. Tu étais mon supérieur hiérarchique et c'est tellement dur de dire des choses comme ça dans ce genre de cas. C'était ni facile pour toi, ni pour moi.
Mac : Oui, mais toi au moins, tu l'as fait ! 
Jo : Tu parles ! Je l'ai fais car tu m'as tiré les vers du nez et je me suis senti dans une impasse. Il fallait bien que je justifie mon absence à ton mariage. Et franchement je préférais te dire la vérité plutôt que tu crois que tu étais peu important à mes yeux au point de ne pas venir à ton mariage. 
Mac : C'est vrai que honnêtement j'aurais pu le croire. 
Jo : ça je ne voulais pas. Je préfère que tu saches que je t'aime plutôt que tu crois que je te déteste. 
Mac : C'est très joliment dit. 


Mac regarde Jo et l'embrasse passionnément. 


Mac : Jo ! Je n'ai jamais eu un coup de foudre comme ça ! Tu es la femme de ma vie et j'ai failli passer à côté. 
Jo : A un moment donné on aurait fini par faire un écart de conduite. Tu sais, je me hais de dire ça, mais si tu m'aurais fait des avances alors que tu étais marié, je ne sais pas si j'aurais eu assez de force en moi pour résister. 
Mac : Ne te hais pas ! Parfois l'amour est plus fort que tout. 
Jo : L'amour a vaincu mon coma.
Mac : C'est vrai.


Mac prend Jo dans ses bras, il passe un moment très passionné, puis finissent par s'endormir. 


Comme prévue, le lendemain, Jo dépose ses valises chez Mac pour leur plus grand bonheur. 


Six mois plus tard, Jo décide de mettre son appartement en vente pour s'installer officiellement chez Mac. Ce même mois, le médecin donne le feu vert à Jo pour reprendre normalement ses activités professionnelle. 


Pour leur un an ensemble, Mac demande Jo en mariage. Une demande très banale à l'instar d'un repas en tête à tête, mais que Jo trouve très romantique. C'est l'année d'après qu'ils se marient en petit comité dans une chapelle de Manhattan en présence des amis proches et la famille. 

Fin

_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,991
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Fri 6 Sep - 18:24 (2019)    Post subject: Le combat de Jo (CSI : NY) Reply with quote

J'ai beaucoup aime lire cette belle fiction. Le personnage de Christine m'a aussi ete tres sympa.  BRAVO

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topicReply to topic rochelle redfield Forum Index Fictions terminées
Page 2 of 2 Goto page: <  1, 2
Jump to:  
 
All times are GMT + 1 Hour

Index | Administration Panel | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group