rochelle redfield Forum Index rochelle redfield Forum Index rochelle redfield Forum Index
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Search Memberlist Usergroups Profile 

<font color=red><b><blink>Vous avez de nouveaux messages</blink></b></font>
Log in  Register
 
 

 
Apathiquement coupable.
Goto page: 1, 2  >
 
Post new topicReply to topic rochelle redfield Forum Index Le saloon Créations sur d'autres séries, sujets ou personnages. Fics Diverses One-shot / mini-fiction. Fictions terminées
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,988
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Mon 28 Dec - 16:26 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Titre : Apathiquement coupable.

Genre : Drame
Personnages principaux : Jo Danville / Mac Taylor
Note : Suite de la saison 9 de CSI : NY. Environ deux mois après le dernier épisode de la saison 9.
Disclaimer : Fiction basée sur une histoire pré-existante. Les personnages ne m’appartiennent pas en dehors de ceux que j’ai inventé. Cette fiction est un loisir littéraire écrite à but non lucratif.
Type de fiction : Fiction courte de 10 chapitres ou moins.
Avertissement : Fiction non recommandée aux moins de 16 ans.

Synopsis : Mac semble très préoccupé et Jo réussie à le faire parler. Celui-ci se confie sans retenue mais fini par se sentir mal. Il part rapidement en présentant ses excuses et finit sa soirée dans un bar. Le lendemain, Jo s'inquiète de ne pas le voir jusqu'à ce que Don l'appel pour lui donner de mauvaises nouvelles. Mac est en garde à vue et semble rongé par la culpabilité de ces actes pourtant apathique.







 
 
 
 
Apathiquement coupable.  
 
 
 


Depuis quelques jours, Jo se rendait bien compte que son supérieur Mac Taylor qu'elle apprécie énormément n'est pas au meilleur de sa forme. Depuis ce fameux différent qu'il y a eu entre eux quelques mois auparavant, Jo ne savait pas vraiment si elle devait aborder le sujet avec lui. Elle avait pourtant tellement envie de lui venir en aide mais elle luttait pour rester à sa place de collègue.
Elle se rappelle encore le ton agressif que Mac a employé quand il lui a demandé clairement de se mêler de ses affaires. Elle se souvient également à quel point cet instant l'avait peiné et est surtout consciente que cet épisode lui glace encore le sang.

Comme chaque soir, Jo va dire au revoir à Mac. En rentrant, elle constate que Mac est perdu dans ses pensées.

Jo : Vous n'avez pas l'air bien Mac. Depuis quelques jours vous semblez être ailleurs.
Mac : J'en suis désolé, je ne suis pas parfait Jo ! (agressif)
Jo : Ne vous énervez pas Mac ! Je ne vous fait aucun reproche. Puis de toute façon ce ne sont pas mes oignons ! Excusez-moi.
Mac : Non, c'est moi ! Excusez-moi. Je suis sincèrement désolé !
Jo : Ce n'est pas grave ! Si vous avez des soucis, je suis là vous savez que vous pouvez compter sur moi ! Vous savez, j'ai parfaitement compris que je ne devais pas m'immiscer dans votre vie. J'ai bien compris la leçon et je ne me mêlerais plus de vos affaires, néanmoins, je peux encore vous écoutez.

Mac met les mains sur sa tête et les larmes roulent le long de ses joues.

Jo : Mais vous pleurez ! Ça doit être très sérieux ! Je vais rester un peu avec vous je crois !
Mac : Rentrez chez vous Jo ! Votre fille va vous attendre !
Jo : J'ai un peu de temps. Vous avez l'air mal et je crois que je suis encore votre amie alors je peux vous soutenir, même si vous ne me dites rien.
Mac : Vous allez pas rester pour me regarder quand même !
Jo : Oh que si je peux ! A moins que vous me parliez ! Dans ce cas, je pourrais vous apportez mon soutien sans franchir les limites.
Mac : C'est Christine.
Jo : Qu'est-ce-qui se passe avec Christine ? Vous vous êtes disputés ?
Mac : Non, Christine et moi on a rompu il y a quelques temps déjà ?
Jo : Ah bon ! Mais qu'est-ce-qui s'est passé ? Vous aviez pourtant l'air d'être bien ensemble !
Mac : J'ai fait une demande en mariage à Christine. Au début, elle avait dit oui puis au final, elle a finit par refuser.
Jo : Ah bon ! Pourquoi elle s'est rétracté ? Elle vous a expliqué ?
Mac : J'ai fait ma demande quelques jours après qu'elle m'ait annoncé qu'elle attendait un bébé. Elle a comprit que je la demandais en mariage parce qu'elle était enceinte.
Jo : Quoi ? Christine est enceinte ? Vous allez être papa Mac?! (Etonné)
Mac : Oui ! Mais je n'ai rien dit à personne encore.
Jo : Après ça ne m'étonne pas beaucoup de vous. Vous êtes tellement discret !
Mac : Elle avait raison. Je lui ai demandé de m'épouser à cause du bébé.
Jo : Mais c'est quoi cette histoire Mac ! Vous n'aimez pas assez Christine pour l'épouser juste par amour ?
Mac : Je l'aime, mais pas au point de l'épouser. Je crois en réalité que je n'étais pas sincèrement amoureux d'elle.
Jo : Mince ! C'est triste ! Mais pourquoi vous mettre dans cet état ? Vous avez un remord ?
Mac : Christine vient d'apprendre qu'elle avait un grave problème de santé.
Jo : Oh non ! Je suis désolé ! (confuse)
Mac : Elle risque de ne pas pouvoir mener sa grossesse à terme.
Jo : Mais elle ne savait pas avant qu'elle était malade ?
Mac : Non visiblement ils ont découvert ça il y a quelques semaines. Christine n'a plus que six mois à vivre d'après les médecins. Si elle ne serait pas enceinte il lui resterait peut-être un an. Cette merde qu'elle a dans la tête se propage aussi rapidement que l'éclair.
Jo : Oh non ! Elle est enceinte de combien ?
Mac : Quatre mois. Si ça se trouve le bébé ne s'en sortira pas non plus.
Jo : Dans son cas il serait peut-être plus judicieux de procéder à une interruption médical de grossesse. Vous ne croyez pas ?
Mac : Elle ne veut pas. Elle veut donner toute ses chances à ce bébé. Elle sait qu'elle ne s'en sortira pas donc elle veut lui donner la vie. Si je ne m'engage pas à m'occuper de mon enfant, elle le confiera à l'adoption.
Jo : Mais c'est horrible comme situation.
Mac : Je dois m'en occuper Jo ! C'est mon bébé.
Jo : Mais bien sûr que oui Mac !
Mac : Et si il meurt lui aussi.

Mac pleure encore, Jo prend Mac dans ses bras et tente de le consoler du mieux qu'elle peut.

Un moment plus tard Mac regarde Jo et se rend compte que ce qu'il est en train de faire n'est pas digne d'un patron respectable. Il sait très bien au fond de lui qu'il n'a pas à s'abandonner dans les bras de sa subordonnée.

Mac : Excusez-moi Jo ! Je suis désolé !

Mac part précipitamment et passe une bonne partie de la soirée à déambuler dans la rue. Il finit la soirée dans un bar où il boit des boissons particulièrement pétillantes.

Le lendemain matin, Mac arrive au commissariat de Don Flack.

Mac : Bonjour, Don est là ?
L'agent : Oui, là-bas !
Mac : Merci !

Mac arrive vers Don.

Don : Ah bonjour Mac !
Mac : Bonjour !
Don : Qu'est-ce-qui se passe ?
Mac : J'aimerais faire une déposition.
Don : Vous voulez portez plainte ?

Mac s'assoit

Mac : Non, je voudrais faire une déclaration, des aveux spontanés plus précisément.
Don : Des aveux spontanés ?! (Etonné) Mais qu'est-ce-que vous avez fait Mac ?
Mac : Quelque chose d'assez horrible pour que je vienne ici et que j'en sorte pas avant longtemps.
Don : Vous avez commis une bavure ? (effrayé)
Mac : Si ça ne serait que ça, j'assumerais et je serais resté sur le lieu de mon crime. Non, ce que j'ai fais est sans doute plus grave et j'ai probablement pitoyablement déshonorée un personne respectable.
Don : Mac ! Je ne comprends pas vraiment où vous voulez en venir. Il va falloir être plus clair là !
Mac : J'ai abusé sexuellement d'une femme. (baissant la tête)
Don : Quoi ? Mais c'est pas possible ça Mac. Vous êtes incapable de faire une chose pareil !
Mac : J'ai commis un viol ! Comment j'ai pu faire une chose pareil ! (posant sa tête dans ses mains)
Don : Très bien ! Vous allez m'expliquer clairement ce qu'il s'est passé Mac ! (paniquant)

Mac est très nerveux et déglutit sans cesse, honteux de ce qu'il a fait la veille. Il essaie d'être le plus honnête possible se doutant que cette femme viendrait rapidement déposer plainte contre lui.

Don : Vous aviez bu Mac ?
Mac : Non, j'étais sobre !
Don : On va vous faire un test d'alcoolémie de toute façon. Vous n'avez pas bu d'alcool ?
Mac : Non je vous dis ! (agacé)
Don : Mac ! Vous savez ce qui va se passer maintenant ?
Mac : Oui, je vais être inculpé et mit en examen pour viol et inévitablement c'est la fin de ma carrière. Je risque entre 10 et 15 ans de prison.
Don : En aveux spontané, je pense que ça sera plus près des 10 ans que des 15 ans et en supposant qu'elle ne porte pas plainte, la justice poursuivra, mais vous aurez une peine inférieur.
Mac : Elle portera plainte de toute façon !
Don : Je suis obligé de vous mettre en garde à vue Mac.
Mac : Je sais ! Pourquoi j'ai fait ça ! Pourquoi !
Don : Je ne peux pas répondre pour vous Mac.
Mac : Je dois vous répugner hein !
Don : Je suis là pour prendre votre déposition. Je crois que vous vous haïssez déjà assez pour nous tous, mais je ne vous cache pas que dans ce genre de cas je suis du côté des victimes.
Mac : Je sais pas ce qu'il m'a prit ! Comment j'ai pu faire ça !
Don : Mac vous allez devoir me remettre vos effets personnelles ainsi que votre arme et votre insigne.

Jo arrive au bureau et voit Lindsay et Danny.

Jo : Personne n'a vu Mac ce matin ?
Lindsay : Non, c'est étonnant qu'il ne soit pas encore là !
Danny : Oui ! C'est vrai ça !
Jo : Je vais essayer de le joindre.

Jo tente d'appeler Mac mais en vain. Un moment plus tard, son téléphone sonne.

Jo : Jo Danville j'écoute !
Don : Jo ! J'aurais besoin que tu viennes me voir au commissariat. C'est assez urgent.
Jo : C'est pour une affaire en cours ?
Don : Oui, enfin non ! Enfin oui. Il faudrait que tu viennes Mac est ici en garde à vue.
Jo : Quoi ? Mais qu'est-ce-qui s'est passé ? Qu'est-ce-qu'il a fait ?
Don : Jo ! S'il te plais ! Viens au commissariat, ne parlons pas de ça au téléphone. C'est trop délicat.
Jo : Très bien, j'arrive.

Jo prend ses affaires et s'en va précipitamment. Une dizaine de minutes plus tard, elle arrive au commissariat.

Jo : Salut Don !
Don : Salut Jo ! Assied-toi.
Jo : Oui !
Don : Je t'ai convoqué pour que tu me parles de ce qui s'est passé avec Mac hier.
Jo : Comment ça ? Qu'est-ce-que tu veux savoir ?
Don : Je sais que Mac a eu un comportement désinvolte avec toi hier, mais je préférerais que tu me dises ce qui s'est passé sans que j'ai à te tirer les vers du nez.
Jo : Il me semble que ça ne te regarde pas ça !
Don : Tu préfères peut être parler à une femme ?
Jo : Mais non ! Pourquoi je préférerais parler à une femme !
Don : Bon je vais être clair Jo ! Je sais que Mac à abusé de toi hier soir.

Un temps de silence s'installe et Don ajoute de manière confuse : Sexuellement.

Jo reste la bouche ouverte ne savant pas quoi répondre puis baisse la tête en posant ses mains sur le crâne.

A suivre.
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 28 Dec - 16:26 (2015)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Offline

Joined: 05 Dec 2014
Posts: 600
Féminin

PostPosted: Mon 28 Dec - 17:12 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Intéressant ce début de fic, hâte de lire la suite.
_________________


Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,988
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Mon 28 Dec - 18:58 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Winona23 wrote:
Intéressant ce début de fic, hâte de lire la suite.



Ravie de te revoir sur mes écrits. Smile
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,971
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Mon 28 Dec - 19:24 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Mais qu'est-ce qui s'est vraiment passe entre Jo et Mac? Je trouve impossible que Mac ait viole une femme. Tres interessant ce debut. J'ai hate pour la suite. 

Back to top
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Offline

Joined: 06 Mar 2011
Posts: 7,658
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

PostPosted: Tue 29 Dec - 12:41 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Très intrigant ce début!
Mac est vraiment mal mais surtout en mauvaise posture mais je suis sûre qu'il pourra compter sur le soutien de Jo.
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,988
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Tue 29 Dec - 20:48 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Chapitre 2


Mac est dans une mauvaise période. Il vient d'apprendre que Christine qui est enceinte de lui est atteinte d'une grave maladie et qu'il ne lui reste que peu de temps à vivre. La maladie de Christine met la vie de son enfant en danger et il craque complètement devant Jo. Celle-ci tente de le consoler du mieux qu'elle peu, mais la soirée semble avoir prit une tournure dramatique.


Le lendemain, Jo est convoquée au commissariat où Don souhaite prendre son témoignage suite aux déclarations de Mac qui est venu spontanément au commissariat pour avouer avoir abusé sexuellement de sa collègue.


En premier lieu Jo semble vouloir cacher ce qui s'est passé la veille entre elle et Mac jusqu'à ce que Don l'informe qu'il est au courant des agissements abusifs de Mac.


Don : Bon je vais être clair Jo ! Je sais que Mac a abusé de toi hier soir.


Un temps de silence s'installe et don ajoute de manière confuse : Sexuellement.


Jo reste la bouche ouverte ne savant pas quoi répondre. Elle baisse la tête en posant ses mains sur le crâne.


Don : Jo ! Ça va aller ? Tu veux un verre d'eau ou un café peut-être ! (très compatissant)
Jo : Je comprends pas ce que tu me racontes là Don !
Don : Je t'ai convoqué pour prendre ta déposition et savoir si tu souhaitais porter plainte. Mais bon tu connais la procédure, que tu le fasses ou pas on est obligé de faire suivre maintenant ! Ça aura juste plus de poids si tu portes plainte.
Jo : Porter plainte ? Mais pourquoi porter plainte ? Pourquoi tu me répètes ça en boucle là !?
Don : Ecoute ! Je ne sais même pas comment je dois qualifier ça ! Est-ce-qu'il a utilisé la force ? Il t'a menacé ? Je voudrais savoir si il t'a violé ou si il a juste abusé de ses fonctions pour obtenir tes faveurs sexuelles.
Jo : C'est quoi cette blague ! Je te préviens Don, ce n'est pas drôle ! Les conneries du premier avril, ça me passe au dessus de la tête moi ! Surtout que là c'est franchement dégueulasse ! En plus c'était avant-hier le 1er avril donc finit les blagues !


Jo se lève prête à partir.


Jo : Je ne sais pas combien vous êtes derrière ce canular et quel pari à la con vous avez encore fait, mais c'est très odieux. Je vais me montrer bienveillante et ne rien rapporter de tout ça à Mac, mais croyez-moi que ça m'étonnerait fort qu'il apprécie ce genre de bassesse. Vous allez trop loin là ! (très énervé)
Don : Jo ! Je suis désolé, c'est loin d'être une supercherie du 1er avril qu'on te ferait en retard. Ce que je te raconte est vrai ! Ah moins que ce soit toi qui essaie de noyer le poisson.
Jo : Très drôle ! (Perplexe)
Don : Je te jure sur ce que j'ai de plus cher au monde que c'est la triste vérité. Mac est en garde à vue et je peux te montrer le fichier si tu le souhaites.


Jo se rassoit.


Jo : Non mais attend ! Tu es vraiment sérieux là ?
Don : Il faut me parler maintenant Jo ! Je dois savoir ce qu'il s'est exactement passé hier soir.
Jo : Non mais attend tu as entendu ce que j'ai dit ? Mac ne m'a pas violé ! C'est n'importe quoi ça ! Je suis victime de rien du tout moi ! Oui, je vais porter plainte, mais contre la personne qui accuse Mac de ces horreurs.
Don : Mac est venu faire des aveux spontanés Jo ! Tu ne peux donc pas nier l'évidence ! Mac est très confus dans ses propos et j'aimerais que tu me dises ce qu'il s'est vraiment passé. Mon intime conviction me dit qu'il s'est réellement passé quelque chose, mais tu dois me parler.
Jo : Don ! Je t'en pris, tu es un très bon flic, mais oublie ton intime conviction.
Don : Je suis désolé Jo ! Mais je ne peux pas. Quoi qu'il soit arrivé tu auras besoin de soutien. Je suis ton collègue, mais aussi ton ami et je ne peux pas ignorer.
Jo : Pourquoi il a dit ça !? Mac n'a jamais abusé de moi. Jamais.
Don : Pourquoi irait-il s'accuser d'un acte aussi odieux si ce n'était pas vrai ? Mac à la tête sur les épaules et je pense que si il est venu spontanément se dénoncer c'est parce qu'il sait très bien qu'il a mal agit.
Jo : Je ne sais pas, mais Mac a perdu les pédales. Il était ivre, c'est pas possible !
Don : On a fait un test d'alcoolémie, il est sobre. Hier soir, il s'est rendu dans un bar après t'avoir quitté et il a bu que des sodas.
Jo : Don ! Mac n'a rien fait. Je te le jure. Je ne sais pas ce qui lui passe par la tête mais il y a un horrible malentendu là !
Don : Jo ! Je sais que tu as beaucoup d'estime pour Mac, mais si il a mal agit, il devra répondre de ses actes devant la justice.
Jo : Arrête ça tout de suite. Pas avec moi ! Pas de bourrage de crâne. Mac n'a rien fait !
Don : On va devoir t'examiner Jo !
Jo : Non, je ne veux pas ! Je suis en droit de refuser ! Personne ne touche à mon corps.
Don : Si tu ne coopères pas c'est qu'il y a bien une raison ! Tu agis comme la victime qui a peur de dénoncer son agresseur ! C'est vraiment les comportements qu'on a l'habitude de voir. Mac n'avait pas le droit d'agir ainsi et tu le sais aussi bien que moi.
Jo : Don ! Ne fait pas ça ! Si on m'ausculte, Mac va être dans l'embarra et moi aussi.
Don : Donc tu avoues qu'il s'est en effet passé quelque chose !
Jo : Bon d'accord ! Je vais te le dire, de toute façon je crois que je n'ai plus le choix.
Don : Je t'écoute.
Jo : Mac et moi on a couché ensemble hier soir.
Don : Il t'a forcé la main ?
Jo : J'en reviens pas d'être obligé de parler de ma vie privée ainsi.
Don : Il faut qu'on comprenne ce qu'il s'est passé.
Jo : Mac est innocent alors relâche-le et on en parle plus.
Don : Jo ! Tu sais tout comme moi que ça ne se passe pas comme ça. On est tenu de vérifier. Beaucoup de victime ne veulent pas en parler.
Jo : Bon d'accord ! Mac et moi avons eu tous deux un rapport sexuel hier soir qui était consenti des deux côtés. Peut-être que Mac a cru que j'avais accepté parce que je suis sa subalterne. Mais si c'est ce qu'il croit, en aucun cas c'est vrai. On l'a fait parce qu'on en avait envie, c'est tout !
Don : Dans un bureau ? (perplexe)
Jo : Et alors ! Si ça nous a plu ! (agacé)
Don : C'est la première fois que ça arrive ?
Jo : Je ne répondrais pas à cette question. C'est ma vie privée.
Don : Une confrontation est possible ?
Jo : Bien sûr !
Don : Un collègue sera présent compte tenu du fait que je vous connais bien toi et Mac.
Jo : Très bien ! (soupirant)


En parallèle, Jamie Lovato débarque dans les locaux de la scientifique avec deux de ses hommes.


Jamie : Bonjour !
Lindsay : Bonjour !
Jamie : Nous avons un mandat pour perquisitionner le bureau de Mac Taylor.
Lindsay : Quoi ? Mais pourquoi ? (Très étonné)


Danny arrive.


Danny : Qu'est-ce-qui se passe ?
Jamie : Un viol a été commit hier soir dans ces locaux.
Danny : Un viol ! (Surprit)
Lindsay : Mais tu m'as parlé du bureau de Mac. Comment un viol a pu se produire dans son bureau ?
Jamie : Il va falloir que vous soyez impartial dans cet affaire.
Danny : Mais je ne comprends pas ! Comment un viol a pu avoir lieu dans le bureau de Mac ? Je voudrais une réponse parce que ça me fou un peu la trouille là ! La victime est forcément une personne qui bosse ici.
Jamie : ça risque de vous faire un choc, même moi, je n'en reviens toujours pas.
Danny : Ben va-y lâche le morceau !
Jamie : La victime c'est Jo.


Danny et Lindsay se regardent.


Lindsay : Quoi ? Oh non c'est pas vrai !
Danny : Comment ça a pu arriver ? Personne ne peut pénétrer dans les locaux sans badge ! C'est ultra sécurisé et encore plus le soir. Jo n'aurait pas laissée entrer quelqu'un !
Jamie : Je vais être direct parce qu'on se connaît. C'est Mac qui lui a fait ça.
Lindsay : Hein ! Mais c'est pas possible ça ! Jo et Mac s'apprécient énormément ! Mac ne ferait jamais une chose pareille.
Jamie : Mac s'est dénoncé ! Jo est actuellement au commissariat et fait sa déposition.
Lindsay : Comment Mac a pu faire une chose pareille ! J'ai tellement de mal à y croire !
Danny : Jo avait l'air tellement sereine ce matin ! Elle en a dans le bide pour arriver au bureau comme si rien ne s'était passé.
Lindsay : Puis surtout pour s'inquiéter de l'absence de Mac !
Danny : Elle avait peut-être peur de le voir justement !
Lindsay : Je ne l'ai pas ressenti comme ça ! Jo avait l'air inquiète de ne pas le voir. Elle l'a appelé devant moi en lui disant qu'il fallait qu'il la rappel qu'elle était inquiète.


Sheldon arrive avec Adam et s'aperçoivent que Lindsay est choquée.


Sheldon : Eh ben tu en fais une tête.
Danny : ça va aller ma chérie ?
Lindsay : C'est pas possible ! Pas Mac ! Mac n'aurait jamais fait ça ! Jamais !
Jamie : Mac est un homme. Il a sans doute eu une pulsion incontrôlable.
Sheldon : Qu'est-ce-qu'il a fait Mac ?
Jamie : Mac a commit un viol !
Sheldon : Quoi ! Mac aurait violé une femme ?
Jamie : Jo est la victime. Je suis vraiment mal à l'aise avec cette histoire. J'ai beaucoup d'estime pour Jo.
Sheldon : Quoi ? Mais c'est pas possible. Non il y a une erreur là ! Mac n'est pas comme ça !
Adam : Mac n'a pas pu faire une chose pareil ! Il est beaucoup trop respectueux ! Jo a mentit ! Pourquoi elle a fait ça !?
Jamie : Il est venu se dénoncer. Difficile de ne pas le croire.
Adam : Oui, vu sous cette angle ! Peut-être qu'ils se sont mal comprit ! Mac est un type bien !
Danny : Et la pauvre Jo qui tentait de garder la tête haute ce matin !
Jamie : Malheureusement c'est souvent comme ça dans ce genre de cas.
Adam : Vous m'excuserez mais je refuse de participer à cette enquête !
Sheldon : Je n'y participerais pas non plus.
Jamie : C'est votre droit !
Danny : Il faut bien qu'on s'y colle !
Lindsay : Cette affaire n'est pas très agréable, mais tu as raison.


Le collègue de Don emmène Mac en salle d'interrogatoire où Jo est déjà présente avec Don. Dès qu'il entre, il regarde Jo dans les yeux.


Mac : Jo ! Je suis désolé ! Je sais que ça n'arrangera rien, mais je vous demande pardon. Je n'ai pas de mot, mon comportement a été répugnant.
Jo : Mac ! Qu'est-ce-que vous avez raconté ? Ça ne va pas la tête. Mais vous êtes devenu fou ma parole !
Mac : J'ai dit la vérité Jo ! Ce n'est pas parce que je suis votre patron que ça me donne le droit de profiter de vous.
Jo : Mais en quoi avez-vous profitez de moi ?
Mac : Je vous ai sauté dessus sans me soucier de ce que vous pouviez ressentir. J'ai agit de manière incontrôlé et sans retenu.
Jo : Mac ! Si vous auriez tenté d'abuser de moi une seconde, je vous aurais collé mon flingue sur la tête, que vous soyez mon patron ou pas. Vous comprenez ça ?
Don : Vous allez déjà commencer par m'expliquer ce qui s'est passé. Jo tu commences. J'ai déjà la version de Mac.
Jo : Hier soir, je suis aller dire au revoir à Mac comme à l'accoutumée. J'ai constaté qu'il n'allait pas très bien et nous avons parlé. Par contre ne me demande pas de quoi, je ne dirais rien. C'est la vie privée de Mac ça.
Don : D'accord ! C'est la suite qui m'intéresse.
Jo : J'ai prit Mac dans mes bras pour le consoler et....


Jo baisse la tête et remue la tête d'un côté à l'autre.


Jo : Je n'en revient pas là ! Mac dans quel embarra vous me mettez !
Don : Jo ! Est-ce-que Mac t'a....
Jo : Non (s'énervant) Mac ne m'a pas violé ! Mais c'est quoi ce cauchemar là ! Je vais me réveiller là !
Mac : Jo ! Je suis désolé ! La manière dont ça s'est passé n'était pas approprié !
Jo : D'accord, je vous l'accorde.
Don : Donc tu reconnais que...
Jo : Don tais-toi un peu et laisse moi parler ! (lui coupant la parole)
Don : D'accord !
Jo : D'accord, ce n'était pas approprié mais c'est pas pour autant que vous avez abusé de moi. Merde Mac ! Vous êtes un brillant lieutenant de la police scientifique vous devriez savoir faire la différence entre un rapport sexuel consentie et un viol. Non !? (froidement).
Mac : Vous n'étiez pas d'accord Jo ! Je vous ai serré les mains et je vous ai déshabillé de manière très incongru.
Don : C'est vrai Jo ?
Jo : Oui, mais.....Mac ! Qu'est-ce-que vous me faites là ! Est-ce-que à un moment je vous ai demandé d'arrêter ?
Mac : Non, mais je ne cautionne pas ce genre de comportement et venant de moi même, c'est pire que tout.
Jo : Mac regardez-moi !


Mac regarde Jo avec les larmes aux yeux.


Jo : Pourquoi jugez-vous que je n'étais pas d'accord.
Mac : Vous m'avez demandez si c'était bien raisonnable et je n'y ai pas prêté attention, je vous ai serré contre moi et j'ai continué. Je me suis servie sans me préoccuper de ce que vous vouliez vraiment.
Jo : Oui, c'est vrai mais je n'ai pas résisté parce que j'avais envie d'aller plus loin.
Don : Donc pour toi Jo il n'y a pas de viol ni d'abus ! Tu es sûr que c'est bien ce que tu voulais ?
Jo : Ben oui et ça s'est mal passé, c'est dommage ! Pour moi c'est un rapport sexuel qui a mal tourné parce que nous n'étions pas dans de bonnes conditions, mais il y a aucunement viol ou abus ! Rien de ce genre.
Don : Mac est-ce-que Jo a tenté de se débattre ou de se défendre ?
Mac : Non !
Don : Lorsqu'on vous a examiné vous ne présentiez pas de trace de lute ? Il n'y a pas eu lute ?
Mac : Non ! Jo s'est juste laissée faire comme si elle exécutait un ordre.
Jo : Vous ne m'avez pas ordonné de me laisser faire ! Ça a été le cas ?
Mac : Non !
Don : Alors Jo à raison Mac ! On ne peut pas parler de viol dans ce genre de cas.
Jo : Bon ben très bien ! Maintenant que tout est réglé, on peut y aller ?
Don : Il faut voir maintenant si tu n'as pas agit sous la contrainte dans ce cas, c'est du harcèlement sexuel, ce qui est également condamnable.
Jo : Non mais ça suffit hein !
Don : A aucun moment tu t'ai laissé faire parce que Mac est ton supérieur Jo ?
Jo : Ecoute je vais être clair maintenant parce que j'en ai sérieusement ras-le-bol ! Oui, Mac et moi on a couché ensemble hier soir, mais je l'ai fais parce que j'en avais envie. J'ai demandé à Mac si c'était raisonnable parce qu'il n'était pas en forme, mais j'ai rien fais sous la contrainte en plus je crois pour info que j'en avait plus envie que lui.
Don : Mac ! Je pense que votre culpabilité en tant que supérieur hiérarchique vous a joué des tours. Il est clair que c'était consenti !
Mac : Jo, je suis désolé de ce quiproquo !
Jo : Tout ce que je vois maintenant c'est que la PJ est au courant que je me suis envoyé en l'air avec mon patron ! (très énervé) Merci beaucoup Mac !
Mac : Je suis confus ! J'ai manqué de lucidité !
Jo : Tu n'as pas encore transmit au parquet au moins ? (A Don)
Don : Non, je voulais ta déposition avant. Par contre la scientifique doit être au courant aussi ! Il font des prélèvements en ce moment dans le bureau de Mac.
Jo : Fait chier !
Don : Dans ce genre de cas on doit agir rapidement !
Jo : Ouais je sais !


Jo s'en va furieuse. Don regarde Mac.


Don : Bon ben tout va bien alors ! Je préfère ça moi ! Mac ! Je pense que vous devriez vous reposez.
Mac : Je vais prendre quelques jours de congés.
Don : C'est plus raisonnable.
Mac : Oui ! Je crois.


Mac récupère ses affaires et sort du commissariat. Il rattrape Jo qui a déjà une bonne distance d'avance.


Mac : Ecoutez Jo ! J'ai vraiment cru que j'avais outrepassé mes fonctions hier soir.


Jo le regarde froidement et envahit par la colère, elle le gifle. Mac pose sa main sur sa joue, surprit par le geste de Jo.


Jo : Vous vous rendez compte de ce que vous avez fait ! C'est lamentable Mac. Vous avez vraiment cru que j'allais penser que vous aviez abusé de moi ? C'est encore plus dégueulasse que les faits dont vous vous êtes accusés mais la bassesse de votre comportement n'est malheureusement pas condamnable.
Mac : Je suis sincèrement désolé mais....
Jo : Vous m'avez humilier en m'incitant à parler de ce qui s'est passé hier entre nous. Vous n'aviez pas envie de moi hier, vous aviez envie de vous soulagez c'est tout. Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi peu investit que vous durant un acte sexuel. On ne parle pas d'abus sexuel Mac mais d'un manque totale de respect envers sa partenaire. Je ne veux plus jamais vous revoir en dehors du travail et nos rapports resterons que professionnel. (Très en colère)
Mac : Attendez Jo ! On doit parler.
Jo : On ne parle plus Mac ! L'affaire est close !
Mac : J'ai été maladroit mais...
Jo : Allez vous faire voir vous comprenez ! En dehors du travail vous n'êtes rien Mac ! Juste un idiot qui prend la femme comme du bétail et qui va s'accuser du pire pour se donner bonne conscience. La seule chose dont vous êtes coupable, c'est d'être totalement apathique.


Jo s'en va sous le regard désemparé de Mac.


Jo revient au bureau avec les yeux rouge. Elle retire ses lunettes de soleil et ses collègues se rendent compte que Jo a versé quelques larmes.


Lindsay : Jo ! On est avec toi. On apprécie beaucoup Mac mais ce qu'il a fait est inexcusable.
Jo : Je ne veux rien entendre ! Ne dites surtout pas des choses que vous pourriez regretter.
Danny : Jo ! On est tellement mal à l'aise !
Jo : Je veux bien te croire Danny et je le suis peut-être bien plus que vous.
Lindsay : C'est normal !


Sheldon arrive.


Sheldon : Jo !
Jo : Oui !
Sheldon : Ecoute, j'ai beaucoup d'estime pour toi, mais je ne participerais pas à cette enquête. J'ai du mal à voir Mac coupable !
Jo : Et tu as entièrement raison. Les recherches sont en cours ?
Lindsay : Oui !
Jo : Et personne ne vous a encore contacté ?
Lindsay : Ben non !
Jo : Ben ça va barder !
Adam : Ouah ! À ce point là !
Jo : Allez vous tous dans le bureau de Mac ! Je pense que je vais devoir parler aux autres plus tard.


Tout le monde suit Jo dans le bureau de Mac.


Jo : Assied-vous sur le divan.


Jo prend une chaise et s'assoit.


Jo : Ecoutez ! Ce qu'on vous a racontez, c'est basé sur une horrible méprise.
Sheldon : Donc ce n'est pas vrai ! Mac n'a jamais...
Jo : Mac est un homme tellement gentil et tellement respectueux. Comment aurait il pu faire une chose pareil ?
Lindsay : Dans ce genre d'affaire il y a toujours un doute.
Jo : Bon écoutez on est entre nous alors je vais vous raconter ce qui s'est vraiment passé. Je compte sur votre discrétion par contre.


Tout le monde acquiesce.


Jo : Hier soir, Mac et moi on a effectivement eu un moment très intime. Je sais que dans le bureau ce n'est pas très élégant, mais bon passons.


Ils regardent un peu partout.


Jo : Oh non ! Vous n'êtes tout de même pas en train de vous demandez dans quel coin ça s'est passé !
Lindsay : Euh non ! Bien sûr que non !
Jo : J'ai demandé à Mac si c'était raisonnable qu'on fasse ça, mais on a continué et Mac est partit en s'excusant sans que j'ai le temps de dire quoi que ce soit et ce matin, il est allez raconté à Don qu'il avait outrepassé ses fonctions. En gros il a cru que je m'étais soumise à lui parce que c'est mon patron.
Adam : Ce n'est pas ton genre ça !
Jo : Bien sûr que non ! J'étais consentante. J'assume ce qu'on a fait, mais comme ça, ça fait un peu froid dans le dos quand même.
Lindsay : ça se comprend.
Jo : Donc Mac est entièrement innocent.
Lindsay : Mais il est où là ?
Jo : Euh je ne sais pas ! Il a dû rentrer chez lui. On le verra plus tard je pense. Il n'allait pas très bien ces derniers jours. Son imagination lui a joué des tours. Je comprends pas parce que pourtant on a passé un excellent moment tous les deux, mais ça c'est entre lui et moi. (souriant)
Danny : Oui, c'est vrai que ces derniers jours il s'est montré distant !
Lindsay : Tu ne lui en veux pas quand même ?
Jo : Mais non ! On est sortit du commissariat et il s'est excusé et voilà ! Tout va bien et je propose qu'on reprenne le travail et qu'on oublie cette histoire stupide.
Danny : Ben on préfère ça !


Les hommes repartent et Lindsay reste.


Lindsay : Tu as l'air triste quand même !
Jo : Tu ne dis rien à Danny ?
Lindsay : Promis Jo !
Jo : J'ai redoré le blason de Mac, mais je suis profondément déçu. J'ai juste l'impression d'avoir été traité comme du bétail, c'est tout.
Lindsay : Pourquoi ?
Jo : Parce que ce qu'on a fait hier soir a tellement déplu à Mac qu'il en est venu à se dire que je m'étais soumise à lui. Ça fait mal Lindsay ! Pour lui je n'étais qu'une poupée à grimper.
Lindsay : Il l'a vraiment fait alors ? Il a abusé de toi ?
Jo : Non, bien sûr que non, j'étais totalement d'accord, mais ça s'est mal passé. Mac a probablement cru qu'il avait été abusif parce qu'il ne s'est préoccupé que de lui. Mais pitié ne dit rien aux autres. Je continuerais à le soutenir même si je suis déçu.
Lindsay : Tu continueras à le soutenir parce que tu as des sentiments pour lui. N'est-ce-pas ?
Jo : Oui j'avoue que c'est vrai, et parce que j'ai beaucoup de respect pour lui même si finalement il a été irrespectueux hier soir. Je ne veux pas qu'il soit inquiété pour une histoire de sexe qui a mal tournée. Si je lui aurais demandé d'arrêté, il l'aurait fait, j'en suis certaine. D'ailleurs il l'a fait de lui même quand il a vu que ça se passait mal. Il s'est excusé et il est parti.
Lindsay : Je suis désolé !
Jo : Enfin ! Il faut se remettre au travail maintenant !
Lindsay : Si tu veux parler je suis là !
Jo : Je vais bien Lindsay, je t'assure.
Lindsay : Ok ! Je ne dirais rien et je comprends vraiment que tu veuilles préserver son image.
Jo : Merci.


Courant la journée Jo reçoit plusieurs appel de Mac auxquels elle ne répond pas.


Le chef Sinclair arrive.


Sinclair : Bonjour Jo !
Jo : Bonjour Chef Sinclair ! (souriant)
Sinclair : J'ai appris ce qui s'était passé ! C'est regrettable.
Jo : C'est un quiproquo, c'est tout ! Rien de très grave.
Sinclair : Mac ne va pas bien on dirait !
Jo : Chef Sinclair j'espère que vous n'allez pas me redemander ma version.
Sinclair : Non ! Mac m'a parlé et c'est clair ! Il souhaite prendre un congés pour une durée indéterminé si vous acceptez de le remplacer. Il a de gros soucis personnelles.
Jo : Oui, je suis au courant. Il va de soi que j'accepte.
Sinclair : Merci !
Jo : Mac ne sera pas sanctionné au moins ?
Sinclair : A partir du moment ou ce que vous avez fait ensemble était consentit il y a aucune raison que je le fasse. C'est vos salades, vous faites ce que vous voulez ensemble, mais à l'avenir évitez les locaux de la scientifique et surtout les scandales.
Jo : Oui bien sûr !


Le chef Sinclair prend congés, Jo s'assoit et reçoit un énième coup de fil de Mac auquel elle ne répond pas.


A suivre  
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Offline

Joined: 05 Dec 2014
Posts: 600
Féminin

PostPosted: Wed 30 Dec - 00:00 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

C'est un sujet vraiment délicat mais intéressant que tu traites dans cette fiction.

De mon point de vue, techniquement, il y a eu viol. Mac a déshabillé Jo sans prendre en compte son envie à elle, lui a tenu les mains, l'a ignoré quand elle lui a demandé si c'était bien raisonnable ( elle lui aurait dit "non je n'ai pas envie" que ça aurait été pareil...

Mac se sent "violeur" et je pense qu'à partir de là, il faut vraiment se poser la question de savoir si l'acte était consenti ou non... Je comprends qu'il est eut envie de se dénoncer. Il est flic, ça doit être un acte inacceptable pour lui.

Émotionnellement, Jo ne l'a pas ressenti comme un viol parce qu'elle en avait envie, mais certaines de ces phrases me choquent : "Vous n'aviez pas envie de moi hier, vous aviez envie de vous soulager c'est tout", "J'ai juste l'impression d'avoir été traité comme du bétail".
Elle n'a clairement pas pris son pied, elle a subi la chose. On ne sait pas vraiment si elle est resté passive face à Mac, ou si elle a répondu un minimum à ses étreintes sans qu'il ne s'en rende compte tellement il était dans son truc.
_________________


Back to top
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,971
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Wed 30 Dec - 09:49 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Je suis un peu perplexe moi aussi. Jo dit a ses colleagues qu'ils ont passe un moment tres agreable avec Mac et elle sourit a ce souvenir, mais ses propos a Mac, comme Winona dit, montrent qu'elle n'etait pas si contente que ca du comportement de Mac.

Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,988
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Wed 30 Dec - 11:32 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

maria wrote:
Je suis un peu perplexe moi aussi. Jo dit a ses colleagues qu'ils ont passe un moment tres agreable avec Mac et elle sourit a ce souvenir, mais ses propos a Mac, comme Winona dit, montrent qu'elle n'etait pas si contente que ca du comportement de Mac.






Alors ! Je vais t'éclairer un petit peu. Jo explique un peu à Lindsay à la fin du chapitre. En fait il est clair que Jo est très en colère contre Mac mais vous comprendrez vraiment pourquoi au cours des chapitres suivant. Par contre si elle dit qu'elle a passé un moment agréable et sourit devant ses collègues, c'est parce que malgré tout Jo est une femme intelligente et sait faire la part des choses. Elle est en colère mais ça reste personnelle et malgré cette colère, elle ne veut pas détruire la réputation de Mac qu'elle apprécie énormément. Compte tenu du fait que Jo ne définie pas ça comme un viol mais comme un rapport sexuel brouillon, elle ne veut pas que les autres pensent que c'est un homme abusif ou pervers. Elle sait que dans ce genre de cas, les gens se font vite des idées malsaines et ne veut pas que Mac soit victime de sa mauvaise interprétation de ce qui s'est passé la veille. 


J'espère que j'ai réussi à t'éclairer sur le comportement de Jo vis à vis de ses collègues. Pour le reste ça sera dans les prochains chapitres de sûr car ma fiction est déjà terminée. 
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Offline

Joined: 05 Dec 2014
Posts: 600
Féminin

PostPosted: Thu 31 Dec - 10:51 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

La suite ! Mr. Green
_________________


Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,988
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Thu 31 Dec - 10:56 (2015)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Chapitre XXL pour ce dernier jour de l'année. Je n'ai pas réussi à couper ce chapitre même si la fin est tellement ouverte que si je ne serais pas l'auteur j'en serais sans doute frustrée. MDR


Chapitre 3


Jo est très en colère contre Mac pour son manque de tact envers elle. Elle n'arrive pas à se remettre de l'humiliation qu'elle a subit auprès de ses collègues.


Le jour qui suit, elle reçoit plusieurs coups de téléphone de Mac auxquels elle ne répond pas. Le lendemain, son téléphone ne reçoit plus d'appel de Mac. En fin de journée elle ouvre ses mails. Elle constate qu'un mail de Mac envoyé deux heures plus tôt est présent dans sa boîte. Elle l'ouvre et commence à lire dans sa tête.


Jo,
Je comprends que vous ne souhaitez pas répondre à mes appels. J'ai bien compris que vous ne voulez absolument plus me voir et j'en conviens. Toutefois, nous travaillons ensemble depuis trois ans. Trois années où tout s'est bien passé. Au fil du temps, nous avons réussi à créer des liens amicaux qui me sont cher. Ces liens ont sans doute été réduit à néant dû à ma maladresse et mes agissements injurieux. Toutefois, nous travaillons ensemble, nous sommes amenés à nous côtoyer chaque jour. Parfois nous travaillons ensemble sept jours sur sept. Vous êtes une collègue précieuse par votre professionnalisme et votre ouverture d'esprit. Vous m'avez souvent fait peur lors de votre application dans certaines affaires, vous m'avez si souvent fait rire grâce à votre humour et votre extravagance, vous avez été présente pour moi lors des moments difficiles. Je ne peux pas faire abstraction de ça et ne pas tenter de sauver le minimum de liens qui nous reste. Si notre amitié à été gâchée, j'aimerais toutefois sauver nos liens professionnels. Je ne veux pas revenir au bureau et subir des regards de travers ou des reproches qui peuvent malgré nous, se glisser dans nos conversations professionnelles. Je ne veux pas être mal à l'aise envers vous et vice versa. Je ne veux pas d'une relation tendu entre nous. Je ne veux pas que vous me regardiez en vous disant que je vous ai humilier et un peu plus égoïstement mais je dois l'admettre, je ne veux pas que vous me voyez comme un bon à rien qui ne respecte pas la femme lors d'un acte sexuel. Nous sommes collègues et nous collaborons ensemble. C'est pour ces raisons qu'il faut que nous parlions de ce qui s'est passé mardi soir et de mon manque de discernement face à cette situation. Je reconnais être totalement en tort et j'assume la totale responsabilité de cet horrible gâchis. Je suis rongé par le remord et j'ai beaucoup de peine. C'est pour ces raisons que si toutefois vous refusez de me parler, ce qui je vous rassure est dans votre droit, je présenterais ma démission à notre hiérarchie afin de maintenir une bonne entente dans notre équipe qui nous est si précieuse. Deux personnes en conflit peuvent réduire à néant l'ambiance de toute une équipe et je pense que j'ai déjà fait assez de dégât comme ça. J'ai conscience que tout ceci est encore trop frais alors je vais vous laissez du temps, mais si dans dix jours je n'ai pas de vos nouvelles alors je présenterais ma démission et je vous recommanderais pour me succéder car vous ferez un très bon chef.
Au cas où ce soit notre dernier contact, sachez que je regrette tout ça, je vous présente mes plus sincères excuses et je vous regretterais car je vous ais toujours admiré. Vous êtes une bonne flic et une amie hors pair. Bonne chance pour la suite et j'espère que peut-être nous pourrons reprendre contact un jour parce que je tiens à vous.
Mac.


Jo fait son maximum pour retenir ses larmes qui lui brûlent les yeux. Elle met ses mains sur ses joues et ne peut pas faire autrement que de se remémorer ce fameux moment qui a tout gâché entre elle et son collègue.


Flashback – Mardi 2 avril (3 jours plus tôt)


Mac a les larmes aux yeux et Jo s'approche et le prend dans ses bras.


Jo : Allez ! Ça va aller Mac ! Je ne sais pas vraiment quoi faire pour vous remontez le morale, la situation est tellement tragique !
Mac : Il y a rien à faire.


Jo serre Mac contre elle et commence à lui caresser les cheveux et descend dans le dos.


Jo : Vous voulez vous changez les idées ? Allez boire un verre ou autre chose !
Mac : Je n'ai pas trop envie de boire un verre. Si je pouvais un moment penser à autre chose ça serait déjà une bonne chose.
Jo : Vous êtes un homme tellement touchant et je me sens tellement seule. Bien sûr que ce que je vis n'est rien à côté des problèmes qui vous touchent, mais je sais que parfois il y a des moyens agréables d'oublier sa peine un petit moment. C'est physique et psychologique et après on passe à autre chose. C'est juste pour passer un bon moment. Je sais pas vraiment si vous comprenez où je veux en venir ! J'avoue que ça me gêne de vous faire ce genre de proposition directement.
Mac : Je vois, je comprends votre message et votre idée me plais beaucoup.


Mac la regarde dans les yeux et commence à lui retirer ses vêtements de manière très énergique.


Jo : Mac ! Sur votre bureau ! Vous croyez vraiment que c'est raisonnable ? On peut allez chez vous vous savez !


Mac ne répond pas et la porte pour la coucher au sol avant de retirer son pantalon. Lorsqu'il se pose sur elle, Jo l'enlace et sourit heureuse de ce qu'elle est en train de vivre.


Mac attrape ses mains et glisse les siennes en toute délicatesse le long de ses bras jusqu'à ses mains et croise ses doigts dans les siens. Au bout de quelques minutes, Jo ne comprends pas pourquoi elle n'arrive pas à ressentir de plaisir et n'arrive pas à se détendre. Les larmes commencent à rouler le long de ses joues, Mac lève la tête et s'en aperçoit. Il la regarde et comprends qu'il est sans doute en train de faire du mal à sa collègue.


Mac : Oh non ! Qu'est-ce-que je suis en train de faire.


Mac se retire délicatement et se rhabille rapidement.


Mac : Excusez-moi Jo ! Je suis désolé !


Mac la regarde confus et s'en va provoquant l'incompréhension de Jo.


Fin du Flashback

Lindsay arrive et Jo est perdu dans ses pensées.


Lindsay : A lundi Jo !


Jo ne répond pas.


Lindsay : Jo !
Jo : Euh oui !
Lindsay : Je venais te souhaiter un bon week-end.
Jo : Ah oui ! Merci, à toi aussi !
Lindsay : Au fait, c'est peut être délicat de te demander ça, mais tu as des nouvelles de Mac ?
Jo : Je ne sais pas quand est-ce-qu'il va revenir.
Lindsay : Ok ! Je voulais juste savoir.
Jo : Je n'en sais pas plus. Désolé !
Lindsay : Vous êtes en froid tout les deux ?
Jo : Je pense qu'il faut attendre que l'orage passe.
Lindsay : Oui il vaut mieux. Allez j'y vais !
Jo : A lundi Lindsay.
Lindsay : A lundi.


Un peu plus tard, Jo rentre chez elle.


Jo : Bonjour Elie !
Elie : Salut maman !
Jo : Tu as passé une bonne journée ?
Elie : Oui, c'était sympa. C'est toujours d'accord pour la soirée chez Franny ce soir.
Jo : Oui, bien sûr !
Elie : Si tu veux je peux annuler ?
Jo : Mais pourquoi ?
Elie : Je ne sais pas, depuis le début de la semaine tu as l'air triste et je t'ai entendu pleurer cette nuit.
Jo : Oh ce n'est rien tu sais !
Elie : Une peine de cœur n'est-ce-pas.
Jo : Probablement, mais ça va aller. Va t'amuser chérie, moi ça va je te le promets. Je vais prendre le taureau par les cornes et tout s'arrangera.
Elie : Tu peux m'emmener par contre.
Jo : Oui bien sûr ! Je n'aime pas que tu prennes le métro le soir de toute façon !
Elie : Super ! Merci maman !


Plus tard, Jo roule pour rentrez chez elle, et pense encore à cette histoire. Soudain, elle regarde autour d'elle et fait un demi tour assez sec pour rejoindre une autre rue.


De son côté, Mac regarde le journal télévisé quand ça sonne à la porte. Il éteint la télé, va ouvrir et se montre très surpris.


Mac : Bonsoir Jo !
Jo : Bonsoir ! (froidement)
Mac : Je ne m'attendais pas à vous voir !
Jo : Vous avez raison Mac ! On doit parler ! Ça vous ennuie que je sois venu chez vous comme ça à l'improviste ? Surtout le soir, c'est peut-être pas très convenable non ?
Mac : ça ne m'ennuie pas ! Rentrez je vous en prie !
Jo : Merci !


Jo entre et retire son foulard puis son imper qu'elle pose sur le dossier d'une chaise.


Mac : Vous voulez du café ?
Jo : Oui, je veux bien, merci !


Mac prépare le café.


Jo : C'est sympa chez vous ?
Mac : Merci ! Asseyez-vous, j'arrive.


Mac et Jo s'assoient à table et commencent à discuter autour d'un café.


Mac : Ecoutez Jo ! Je vous propose quelque chose, à ce moment là on oublie que je suis votre supérieur alors si vous avez des choses sur le cœur vous pouvez me le dire. Je crois qu'il vaut mieux qu'on se parle franchement.
Jo : Je ne vais pas me gêner Mac ! Je suis là pour ça de toute façon ! Il est clair qu'il faut qu'on parle, vous avez raison. On doit tout mettre sur la table.
Mac : Je suis sincèrement désolé de ce qui s'est passé Jo ! Quand je me suis rendu compte que vous aviez les larmes aux yeux c'est là que j'ai compris que mon comportement était abusif. J'ai préféré me retirer et partir.
Jo : Sans la moindre explication ! Quelle classe Mac ! Encore heureux que vous n'ayez pas parlé de cette histoire de larmes à Don.
Mac : Sur le moment j'ai comprit que j'étais en train de vous faire du mal !
Jo : Vous ne m'avez pas fait de mal physiquement, je vous rassure. Mais j'étais peiné de vous voir si peu prévenant.Vous ne m'avez pas regardé une seule fois. Si j'ai eu les larmes aux yeux, c'est parce que je suis émotive et lorsque je me suis rendu compte que je n'arrivais pas à ressentir de plaisir ça m'a un peu bouleversée.
Mac : Je suis tellement désolé ! Je m'y suis très mal prit mais ce n'était pas mon intention. Je ne sais pas pourquoi j'ai eu un comportement si malsain. Jo ! Dites moi la vérité maintenant. Nous sommes seuls tous les deux alors dites moi si vous estimez que j'ai eu un comportement abusif envers vous.
Jo : Non, bien sûr que non ! J'étais d'accord. Je ne vous ai pas repoussé, pas une seconde et ce n'est pas parce que vous êtes mon patron que ça laisse la porte ouverte à n'importe quoi. Donc je n'ai pas agis sous la contrainte non plus et je ne me suis pas senti obligé.
Mac : Même quand je vous tenais les mains.
Jo : Mes doigts étaient croisés dans les vôtres. C'est moi qui agrippait vos mains ! C'est vous qui avez lâché mes mains en premier. Et c'est malheureux à dire mais c'est peu être le seul moment qui m'a plu parce que nous avons au moins eu ce contact. Vous n'avez pas utiliser la force, vous avez glissé vos mains dans les miennes avec beaucoup de délicatesse et j'ai aimé ce moment. (souriant)
Mac : J'avoue que je suis un peu dans le flou. J'ai tellement peur de vous avoir déshonoré que je n'arrive plus vraiment à visualiser les choses.
Jo : Je crois qu'en réalité ce qui est arrivé c'est de ma faute.
Mac : Quoi ? Mais non Jo ! J'en assume l'entière responsabilité !
Jo : Non Mac ! Vous êtes mon patron et c'est moi qui vous ai fait des avances. Je n'avais pas à vous caresser comme ça et à vous faire des propositions. C'était irrespectueux. Je pense que quand je vous ai pris dans mes bras j'ai été trop tendre avec vous. Je n'aurais pas dû vous caressez le dos comme ça !
Mac : J'ai adoré vos caresses Jo ! J'ai pas su gérer après c'est tout.
Jo : Ok ! Ben on avance ! Vous commencez à reconnaître que vous n'êtes pas coupable.
Mac : Si je ne suis pas coupable, pourquoi êtes vous si en colère ?
Jo : Ok nous y voilà ! Ecoutez, le fait que vous soyez parti en me laissant presque nue dans votre bureau ce n'était déjà pas très glorieux. Mais je m'attendais à ce que mercredi nous ayons une discussion par rapport à ce qui s'est passé mais au lieu de ça vous êtes aller au commissariat pour régler vos compte avec votre conscience. Un moment très intime de ma vie a été dévoilé et maintenant vous comme moi, on est la risée de la PJ et de la scientifique parce qu'ils savent qu'on a couché ensemble et qu'en plus ça a été un désastre. Ils doivent bien rigoler derrière notre dos !
Mac : J'ai agis à chaud et j'ai vraiment pensé que je vous avais fait du mal, que je vous avais pas entendu ou mal interprété vos gestes. J'ai vraiment cru que j'avais agit de manière abusive et que vous n'aviez pas osée vous défendre parce que je suis votre supérieur.
Jo : Mais non Mac ! J'étais stressé et vous, vous aviez beaucoup de chagrin. Ça ne pouvait pas marcher ! On ne peut pas être investi si on est pas bien dans sa tête.
Mac : J'avais vraiment envie de vous, mais ce n'était sans doute pas le bon moment. Résultat, il n'y avait aucune passion et j'ai agis de manière désinvolte.
Jo : Je ne vous le fait pas dire ! (souriant). Vous avez été un vrai goujat Mac ! Pas de préliminaire et vous n'avez même pas posé vos lèvres sur les miennes. Ça m'aurait rassuré peut-être !
Mac : Quel gâchis ! Je reconnais mon erreur et même si je n'ai pas abusé de vous à proprement dit, j'ai été irrespectueux. Ce n'est pas la bonne manière de s'y prendre avec une femme. Je m'excuse ! Je vous demande pas de me l'accorder, mais je vous demande pardon du fond du cœur.
Jo : J'apprécie le geste. Beaucoup d'homme ne se préoccuperaient pas de ça. Je crois surtout que c'est mon amour propre qui en a prit un coup. Vous savez, derrière les hommes réservés se cache en général des hommes tendres, passionnés et romantiques. J'étais parfaitement consciente que c'était que pour un soir, mais j'ai cru sur le coup que je passerais un bon moment avec vous et j'ai été déçu. Ce n'était pas vraiment l'image que j'avais d'un homme comme vous. Je vous ai toujours admiré vous savez ! Mais je crois que ce jour là, vous avez vraiment baissé dans mon estime. Je parle bien évidemment de votre fuite et de la dénonciation calomnieuse que vous vous êtes infligé à vous même, pas de notre expérience raté.
Mac : Vous avez sans doute raison et je le mérite. Jo ! Je vais certainement demander ma démission.
Jo : Mais pourquoi ?
Mac : Je sais que ça ne sera plus jamais comme avant et je ne peux pas travailler dans l'hypocrisie. Je ne veux pas que vous veniez tous les jours comme si rien ne s'était passé en gardant ces images dans votre tête.
Jo : Vous ne pouvez pas quitter votre poste Mac.
Mac : Même si je ne l'ai pas fait physiquement, je vous ai vraiment blessé ! Et ça je ne peux pas le supporter parce que comme je vous l'ai dit dans mon mail, je tiens à vous. Je tiens beaucoup à vous !
Jo : On a tous les deux notre part de responsabilité. On a eu une expérience sexuelle brouillon mais on va s'en remettre ! Sachez néanmoins que je ne tiendrais jamais compte de ce raté ! Ça arrive à beaucoup de monde ça !
Mac : J'étais pas dans mon état normal et je crois que j'étais troublé en fait. Je ne sais pas trop.
Jo : Allez Mac ! Stop !
Mac : En tout cas, je dois faire partie de votre palmarès des plus mauvais souvenirs maintenant. (riant)


Jo se met à rire.


Jo : Vous voulez la vérité ?
Mac : J'aimerais autant.
Jo : Je crois pas avoir vu pire ! (riant)
Mac : A ce point ! (riant)


Jo fait une petite grimace marrante.


Mac : Par contre brouillon c'est pas mal ça !
Jo : Enfin vous ne m'avez pas vu complètement nue, c'est toujours ça ! J'ai un peu de cellulite, c'est pas beau à voir ! (riant)
Mac : Vous êtes incroyable vous !


Jo boit son café.


Jo : Vous voyez ! On arrive à en rire ! On progresse déjà !
Mac : Je n'avais pas envie de vous décevoir. Je ne suis pas comme ça en fait.


Mac pose sa main sur celle de Jo.


Mac : Vous êtes une femme tellement désirable. Je ne comprends vraiment pas ce qu'il s'est passé. J'ai fait une sorte de blocage je pense.
Jo : Désirable ! Vous dites ça pour me faire plaisir ou c'est sincère.
Mac : C'est vraiment sincère. Je serais un menteur si je vous disais que je n'y avais jamais pensé avant.
Jo : Mac ! Je suis une femme ouverte, je ne vous en veux absolument pas pour cette expérience raté. C'est votre comportement d'après que je ne comprends pas. Vous êtes partit et vous m'avez laissé en plan à moitié nue dans votre bureau. On aurait dû en parler le lendemain et ça aurait évité que tout le monde se paye nos tête !
Mac : C'est honteux je l'admets. Vous ne méritiez pas ça !


Mac regarde Jo et ne la lâche pas du regard.


Jo : Ne démissionnez pas Mac !
Mac : D'accord ! Mais je ne suis pas encore près à revenir au labo.
Jo : Revenez quand vous voudrez, mais revenez Mac.
Mac : Vous ne me détestez pas alors ?
Jo : Non ! Bien sûr que non ! Je garde votre place au chaud et quand vous reviendrez on laissera cette histoire stupide derrière nous.
Mac : Très bien ! Je suis content qu'on ait pu discuter !
Jo : Moi aussi ! Ça a permis de remettre les choses en ordre et de se rendre compte qu'on a tout deux notre part de responsabilité.


Jo regarde Mac.


Jo : Dites moi ! Je ne sais pas si c'est votre genre, mais vous n'auriez pas un digestif genre une liqueur ?
Mac : Si bien sûr ! J'ai de la liqueur de banane, ça vient de France !
Jo : De France ?
Mac : Oui ! Vous voulez goûter ?
Jo : Je veux bien oui ! On va trinquer ensemble.


Mac sort la bouteille, sert Jo et se sert ensuite.


Mac : Hors mi les rapports professionnels, vous croyez qu'on pourra un jour retrouver de bon rapports amicaux ?
Jo : Ne m'en demandez pas trop Mac ! Estimez-vous heureux que je sois venu ce soir. (malicieusement)
Mac : Oui, excusez-moi, vous avez raison ! J'ai tout gâché et je le regrette sincèrement.
Jo : Mac ! Je plaisante ! (souriant). Vous mettez tellement d'énergie dans vos excuses que je ne peux pas en être indifférente. Pourquoi je vous demande de sortir la bouteille à votre avis ?
Mac : C'est en guise de réconciliation ?
Jo : Je ne pourrais pas rester fâché avec vous, surtout pour une histoire de sexe qui a mal tournée. Mais ne me refaite plus jamais ça !
Mac : Promis. Merci ! Merci Jo !
Jo : Allez santé !
Mac : Santé ! (souriant)


Il la regarde dans les yeux.


Mac : Jo j'aimerais vous dire !
Jo : Quoi donc ?
Mac : Je ne suis pas un homme indifférent et sans émotion. Je suis un homme passionné je vous assure que c'est vrai. Ça m'attriste que vous gardiez de moi cette image d'homme apathique !
Jo : Apathique ?
Mac : C'est ce que vous m'avez dit en sortant du commissariat mercredi !
Jo : Oui c'est vrai ! Mais j'ai agis à chaud. J'ai été très dur avec vous je le reconnais. J'ai agit sous l'effet de la colère et je m'en excuse !
Mac : J'ai été sec avec vous l'année dernière et mes excuses n'ont pas vraiment été de taille. On est quitte !
Jo : D'accord ! On est quitte ! (souriant)
Mac : Franchement je suis content parce que je ne pensais pas que ça finirait si bien.
Jo : Vous savez durant ces deux derniers jours ça a bien cogité dans ma tête et je sais que si vous avez été maladroit, je l'ai été aussi.
Mac : Je peu vous dire quelque chose de très direct enfin surtout culotté en fait.
Jo : Allez y ! On n'est plus à ça près à mon avis !
Mac : Vous avez raison ! On n'est plus à ça près. Ce que je voudrais vous dire, c'est que dans d'autres circonstances, je veux dire si j'aurais été serein, je pense que ça aurait pu être un très bon moment.
Jo : Si vous auriez été dans de bonnes conditions, vous pouvez m'assurez que ça se serait bien passé ?


Mac regarde Jo dans les yeux et lui sourit.


Mac : J'ai pas le droit de vous répondre.
Jo : Pourquoi ! (agacée)
Mac : Parce que j'ai gâché ma chance et avoir une aventure avec vous ça m'aurait vraiment plus. Si je dois vous répondre, je serais capable de vous demandez de m'accorder une autre chance.
Jo : C'est vrai ! (surprise)
Mac : Bien sûr !
Jo : C'est l'alcool qui vous fait dire ça ?
Mac : Non, j'ai rien bu quasiment. Je suis lucide dans mes paroles ! Quand on rate quelque chose, on le recommence et parfois on réussi beaucoup mieux. Vous m'avez parler de brouillon tout à l'heure. Quand on recopie sont brouillon, c'est pour faire quelque chose de meilleur.
Jo : Whouah ! Je ne sais pas quoi dire !


Jo le regarde avec un jolie sourire qui fait comprendre à Mac qu'il est en bonne voie.


Jo : Mais c'est vrai que vos arguments tiennent la route. Après tout, ne pas retenter sa chance après un échec, c'est un peu se dégonfler.
Mac : Voilà ! Exactement !
Jo : Personnellement je ne suis pas une dégonflée et vous le savez !
Mac : Oui je le sais ! Moi je suis plutôt courageux !
Jo : Oui nous ne sommes pas des dégonflés hein ! (malicieusement)


Il sourit un petit coup timidement.


Mac : Je suis sûr qu'on a encore des choses à se dire !
Jo : Vous prenez d'énormes risques Mac !
Mac : Pourquoi ?
Jo : Parce que j'aime les hommes qui s'investissent dans ce qu'ils entreprennent. Alors si vous me faites la cour pour ensuite être en dessous de tout je risque de vous en vouloir longtemps.
Mac : Vous me lancez un défi vous ! J'adore ça ! Je suis prêt à prendre le risque.


Jo regarde Mac avec beaucoup de tendresse.


Jo : Mac ! Vous êtes tellement séduisant ! Vous me plaisez et c'est pour ça que je vais vous laissez une dernière chance de me montrer ce que vous avez dans le bide ! Mais on oublie qu'on est collègue hein !
Mac : Sérieusement ? (enthousiaste)
Jo : Non, je raconte n'importe quoi en réalité ! Je cède parce que j'ai envie de vous. Très envie ! Aussi incroyable que ça puisse paraître vous venez de me convaincre de ne pas rester sur un échec et je dois être folle mais j'ai envie de renouveler l'expérience ! (souriant)


Mac commence à lui caresser le visage. Jo se rapproche et lui vole un baiser du bout des lèvres.


Mac : Alors ! Ça vous ferais plaisir qu'on aille dans ma chambre ? Personnellement j'ai pas envie d'attendre !
Jo : D'accord ! (souriant timidement) Je sais à quoi m'attendre donc il n'y aura pas de déception cette fois ci !
Mac : Très drôle ! Vous n'avez même pas idée de ce qui vous attends !
Jo : Hum prétentieux on dirait ! Mais pourquoi pas après tout !
Mac : Par contre je vais corrigé une erreur que j'ai également faite Mardi.
Jo : Laquelle ?
Mac : J'étais tellement perturbé parce qui était en train de nous arriver que je n'ai pas vraiment penser à vous demandez si vous utilisiez un moyen de contraception. En plus d'être idiot, j'ai été imprudent !
Jo : Je n'en ai plus besoin. Je me suis fait ligaturer les trompes il y a cinq ans et je n'ai aucun soucis de MST.
Mac : D'accord je suis en pleine santé moi aussi ! Pas besoin de se protéger alors ?
Jo : Non, on ne se protège surtout pas, on se laisse aller et tout se passera bien.
Mac : D'accord !


Mac prend Jo par la main, l'invite à se lever et l'emmène dans sa chambre. Ils rentrent dans la chambre et Mac prend les devants en retirant le pull et le tee-shirt de Jo. Il regarde au niveau de sa ceinture et retire délicatement son holster.


Mac : On va éviter les accidents hein !
Jo : Oui, il vaut mieux.


Mac pose l'arme de Jo sur la commode et se rapproche d'elle. Il la regarde en souriant et enlève son sweat. Il se retrouve torse nu et Jo sens le désir monter en elle.


Mac : Hum ! Vous êtes tellement sublime.
Jo : C'est vrai.
Mac : Oui, vous êtes d'une beauté à couper le souffle. (souriant)


Il s'approche et commence à lui offrir de charmants petits baisers dans le cou ainsi que sur le haut de son corps. Il l'enlace et depuis sa nuque il glisse délicatement sa main pour rejoindre sa ceinture afin de lui déboutonner son pantalon. A ce moment là, Jo commence à avoir des frissons et est prise d'une grande émotion quand elle se rend compte qu'elle ressent des choses agréables alors que rien de bien sérieux ne s'est encore passé.


Mac serre Jo contre lui et l'entraîne jusqu'à son lit. Ils basculent et tombent dans le lit. Jo commence à devenir de plus en plus envieuse et un sourire gracieux illumine son visage tandis que Mac lui dépose de tendres baisers sur son corps et la caresse de manière très généreuse.


Il la regarde en lui souriant et lui descend son pantalon avant de se séparer du sien. Il la chevauche puis l'embrasse du bout des lèvres. Jo se rend compte qu'elle a à faire à un Mac toujours timide mais beaucoup plus romantique. Il la caresse du bout des doigts ce qui provoque d'agréables frissons à Jo.

Jo : J'adore ça !
Mac : Je peux aller plus loin alors ?
Jo : Si tu t'arrête, je ne te parle plus jamais de toute ma vie.
Mac : Hum ! Je ne vais pas prendre ce risque alors ! Je tiens trop à toi !


Il la regarde et prend compte de ce qu'elle vient de lui dire en lui caressant le ventre du bout des doigts.


Mac : Cette lingerie est très sexy mais il va falloir se débarrasser de ça !


Ils passent aux choses sérieuses lorsque Mac retire les sous-vêtement de Jo en toute délicatesse et pénètre à l'intérieur de son corps tout en l'embrassant toujours du bout des lèvres. La surprise est de taille pour Jo quand elle voit qu'au final Mac lui en mettait plein la vue et qu'elle se sentait incroyablement bien.


Mac : Whouah c'est délicieux. J'aime ce moment, je t'adore ! Je t'aime tellement toi !


Mac la regarde dans les yeux.


Mac : Je t'aime passionnément ! Ce que je ressens pour toi est indescriptible.
Jo : Quoi ?


Mac pose son index sur les lèvres de Jo.


Mac : Chut ! Après ! Ne gâchons pas ce beau moment.
Jo : D'accord !


Jo est stupéfaite par les paroles de Mac. Elle se rend compte qu'elle est en train de vivre un magnifique moment, qu'effectivement elle ne se doutait pas un instant de ce qui l'attendait. Elle se demandait si elle avait rêvé mais elle l'avait entendu lui dire qu'il l'aimait. Ces mots ne la quitte plus, elle le caresse à son tour pendant qu'il continu à lui donner du plaisir qui grimpe de plus en plus en elle.


Jo finit par s'exprimer.


Jo : Oh mon dieu ! (calmement)
Mac : Quoi !
Jo : ça va être mon moment !
Mac : Ton moment ! (surprit)
Jo : Tu vas me faire hurler de plaisir ! Arrête ça !
Mac : Si ça te fait plaisir, il est hors de question que j'arrête sauf si tu me repousses.
Jo : Je te repousserais pas parce que j'adore ce moment, mais je suis incontrôlable quand ça m'arrive ! Je te jure !
Mac : Tu m'as dit que si je m'arrêtais tu ne me parlais plus. Je ne prends aucun risque moi !
Jo : Tu as raison ! Ne prend aucun risque, ça ne serait pas raisonnable ! (souriant)

Jo finit par se lâcher ce qui fait énormément de bien à Mac. Il se rend compte qu'il a réussi à donner une autre image de lui et qu'il a peut être ses chances de pouvoir enfin la conquérir. Il espère au fond de lui que Jo a comprit le message qu'il voulait lui faire passer.


Mac : Oui voilà ! Exprime ton plaisir ! N'hésite pas, on est seul tout les deux.


Mac lui caresse les cheveux.


Mac : C'est magnifique ce que nous vivons là !
Jo : Oh là là ! Oui alors !


Une fois l'excitation du moment descendu, ils terminent leur agréable moment en douceur et de manière très passionnée.


Une bonne demi-heure plus tard, ils sont allongés l'un à côté de l'autre et se regarde dans les yeux.


Mac : Vous êtes une divine partenaire !


Jo le regarde, le drap remonté jusqu'à ses épaules complètement bouleversée.


Jo : Whouah !
Mac : ça va ? Vous avez l'air mal à l'aise !(inquiet)
Jo : Eh ben ! C'est une belle revanche non !?
Mac : Oui, on a vraiment passé un très bon moment cette fois.
Jo : Je ne suis pas mal à l'aise mais tellement surprise ! Comment on peu passer du palmarès des plus mauvais à celui qui monte sur le podium. (très malicieusement)
Mac : Sérieusement ? C'est un sacré compliment ça ! (souriant)
Jo : Je peux vous parler franchement ?
Mac : Oui, allez y !
Jo : C'est la plus belle expérience de toute ma vie. Je ne redescend pas là !
Mac : C'est vrai ou c'est pour me faire plaisir !
Jo : Mac ! Mais qu'est-ce-qui s'est passé l'autre jour ! En fait comment vous dire !
Mac : Quoi ?
Jo : J'ai pris énormément de plaisir. Ça m'a fait énormément de bien et j'ai adoré ! Je ne suis pas aussi expressive en temps habituelle, je vous assure !
Mac : J'y ai prit beaucoup de plaisir moi aussi ! Très loin de ce qui s'est passé mardi, très différent !
Jo : Oui rien à voir !


Des larmes roulent sur le visage de Jo.


Mac : Eh ! Ça ne va pas ?
Jo : C'est l'émotion ! Mac ! Et puis vos paroles aussi !
Mac : Mes paroles ?
Jo : Je ne sais même pas si j'ai bien entendu ou si j'ai rêver que vous m'aviez dit ça !
Mac : Qu'est-ce-qui vous met dans un état pareil ! J'ai dit quelque chose de mal ?
Jo : Je ne sais pas si c'était dans le feu de l'action ou si vous étiez sincère, mais vous m'avez fait une déclaration pendant qu'on faisait l'amour !
Mac : Une déclaration !
Jo : Vous m'avez fait une déclaration d'amour ! Vous m'avez clairement dit que vous m'aimiez ! J'ai bien entendu ?
Mac : Oui en effet ! Je n'aurais peut être pas dû vous dire ça ! J'ai peut-être franchis une limite que je n'aurais pas dû. (confus)
Jo : C'est ce qu'on faisait que vous aimiez ou moi ? Je veux dire moi en tant que personne ? Est-ce-que c'est uniquement parce qu'on faisait l'amour ou est-ce-que ce sentiment est réel ?
Mac : J'ai peur de la manière dont vous allez le prendre.


Jo pose sa main sur le visage de Mac.


Jo : Il ne faut pas me dire des choses comme ça si ce n'est pas vrai Mac ! Depuis que je suis arrivée dans votre équipe, vous faites battre mon cœur. J'ai des sentiments amoureux pour vous Moi ! J'ai accepté de vous laissez une nouvelle chance parce que j'ai pensez que peut-être vous ressentiez quelque chose pour moi. J'ai couché avec vous par amour ! Moi je vous aime vraiment et croyez-moi j'ai tout fait pour que ça n'arrive pas mais c'est comme ça. (les larmes aux yeux)


Mac fixe Jo, ne savant pas quoi lui répondre.


Jo : Excusez-moi, je n'aurais pas dû vous dire ça ! On va oublier tout ça hein ! J'oublie vos paroles et vous oubliez les miennes et on gardera un bon souvenir de ce moment même si c'est qu'une aventure d'un soir.


Elle se lève et met ses sous-vêtement pour partir. Mac refusant de rater une si belle occasion.


Mac : C'est vous qui prenez la fuite cette fois.
Jo : Je dois rentrer.
Mac : Non pas comme ça ! Ne gâchons pas tout, pas encore une fois.
Jo : Comment ça ?
Mac : Je ne fais jamais l'amour passionnément à une femme dont je ne suis pas un minimum amoureux et je suis toujours sincère dans mes paroles lors des moments intimes.


Jo commence a retrouver le sourire. Il la regarde et lui vole un baiser qui devient langoureux, passionné et fougueux. Mac la porte et la ramène dans le lit. Ils ne se disent plus rien durant cinq bonnes minutes juste de tendres baisers très passionné restant serré l'un contre l'autre.


A suivre
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Offline

Joined: 05 Dec 2014
Posts: 600
Féminin

PostPosted: Sat 2 Jan - 22:10 (2016)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

On en sait davantage sur ce qui s'est passé ce soir du fameux "viol".

Je vais un peu changer mon fusille d'épaule, parce que maintenant je trouve que Jo est un peu gonflé. Elle n'aurait pas dû faire des avances à Mac alors que celui-ci se sentait si mal. Du coup ça a donné un rapport "brouillon" comme elle le dit si bien, et ça a eu des conséquences.
Je comprends qu'elle ait été déçu, mais à un moment faut assumer ses actes. Après je ne défends pas Mac non plus, il n'a pas été très classe en laissant Jo à moitié nue dans son bureau, ça doit refroidir.

En tout cas ils se sont finalement bien rattrapé Mr. Green . Le truc que je trouve trop charmant c'est que pendant l'acte amoureux ils se tutoient et qu'après ils se vouvoient de nouveau. Ça m'éclate, ça.
_________________


Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,988
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Mon 4 Jan - 15:13 (2016)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Chapitre 4


Après avoir reçu un message très touchant de Mac, Jo décide de se rendre chez lui pour avoir une discussion. Après s'être dit franchement ce qu'ils avaient sur le cœur, Mac finit par convaincre Jo de lui donner une nouvelle chance. Celle-ci accepte et ça se passe mieux que bien, ceci dit, Mac à dit des paroles que Jo n'arrive pas à comprendre. Elle avoue ses sentiments à Mac et pensant qu'elle est allée trop loin, décide de partir.


Jo est sur le point de partir, mais Mac tente le tout pour le tout en lui volant un baiser langoureux.


Au bout de cinq bonne minutes où leurs langues n'ont perdu le contact que de cours instants, ils finissent par se regarder et échangent un petit sourire confus.


Jo le regarde et pose sa main sur ses lèvres.


Jo : Whouah ! Mac, vous m'avez embrassez !
Mac : Oui, je sais ! Désolé mais je ne pouvais pas vous laissez partir sans rien faire.
Jo : Pourquoi vous avez fait ça ? J'ai pleins d'étoiles dans la tête maintenant.


Il regarde Jo


Mac : Jo ! J'en mourais d'envie ! Je l'ai fait parce que c'est la preuve sincère de ce que je ressens pour vous. Un baiser de ce genre n'est pas approprié pour une aventure d'un soir ! Bien sûr que c'est vous que j'aime. J'ai aimé ce que nous avons fait mais c'est vous par dessus tout. Vous me rendez dingue Jo ! Je n'arrête pas de penser à vous et j'espère que ça va nous mener à quelque chose tout ça !


Jo le regarde stupéfaite.


Jo : Whouah ! (Emue) C'est trop mignon !
Mac : Ce que vous m'avez dit avant ce baiser c'est tellement réciproque ! J'ai jamais réussi à vous parlez de ce que je ressentais. Jo ! Ce qui vient de se passer, se n'était pas qu'une simple partie de jambe en l'air. On a fait l'amour. Je ne peux pas vous laissez partir comme ça ! C'est trop important là ! Il est évident qu'on ressent des choses plutôt agréable l'un pour l'autre, du coup j'ai l'impression qu'il y a un enjeu et ça me fait tellement plaisir.
Jo : Vous n'avez jamais senti auparavant qu'il se passait un truc entre nous ?
Mac : J'ai cru le remarquer jusqu'au jour où vous avez failli vous faire tuer par cet ordure de Curtis. Après cette période, le charme n'opérait plus. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé ?
Jo : J'ai failli mourir ce jour là. J'ai vraiment pensé que vous alliez être plus présent et le fait d'avoir failli me perdre allait vous faire réagir mais rien. Puis après je vous ai tendu une énorme perche.
Mac : Oui, je m'en rappelle bien. J'ai été tétanisé Jo et au moment où j'allais vous dire que vous étiez vous aussi célibataire et séduisante et que c'était vous qui m'intéressait, vous vous êtes levée et vous avez prit congés. J'ai plus eu le courage. J'ai retrouvé Christine que j'avais connu par le passé et je l'ai trouvé sympathique et belle. Je me suis dit que grâce à elle je vous oublierais mais la preuve que non. J'ai jamais réussi ! Toujours ses envies insoutenable !
Jo : C'est vrai !?
Mac : Jo ! Ne croyez pas que je ne ressens rien pour vous parce que vous ne pouvez pas savoir tout ce qui se passe dans ma tête quand je vous vois. Vous ne pouvez pas savoir ce que j'ai enduré ces trois dernières années. La souffrance qu'on ressent quand on arrive pas à avouer ses sentiments.
Jo : Et on fait quoi maintenant parce que je suis un peu perdu du coup.
Mac : Si on abandonnait déjà cette politesse entre nous ! Ce vouvoiement insupportable entre nous. Il est hors de question que je dise «vous» plus longtemps ! C'est incohérent avec ce que l'on ressent l'un pour l'autre et avec ce que nous venons de faire.
Jo : C'est vrai qu'en pleine action tout à l'heure on s'est tutoyé ! J'ai trouvé ça sympa.
Mac : J'ai adoré ce moment. J'ai cru à cet instant que nous étions ensemble pour de vrai et que je faisais l'amour à ma femme.
Jo : A ta femme ?
Mac : Rien à faire Jo ! Durant cet instant tu étais ma femme.
Jo : Je crois avoir comprit pourquoi ça a marché ce soir et pas mardi !
Mac : Dit-moi !
Jo : Mardi tu étais mal, ça on le sais, mais il n'y avait pas que ça. On s'est laissé prendre par nos pulsions sans s'avouer nos sentiments. A mon avis on attendait beaucoup l'un de l'autre et on a paniqué ! On redoutait un peu ce que l'autre pouvait ressentir et du coup on était stressé et ça a provoqué un blocage !
Mac : Je crois bien que c'est ça !
Jo : Là on était décontracté parce que tu m'as fait un peu de charme avant et on était très attiré l'un par l'autre. Mardi j'étais peiné pour toi et on ne console pas quelqu'un en lui proposant une partie de jambe en l'air. Je suis responsable autant que toi pour mardi soir.
Mac : Mais non !
Jo : Mais si ! (souriant)
Mac : Je suis heureux que ça se soit bien passé ce soir et là tu en a ressenti du plaisir, j'en suis vraiment sûr ! (souriant plutôt fier)
Jo : J'ai prit une sacrée claque. Tu as été parfait durant ce moment Mac ! J'ai apprécié la manière que tu as eu de me rassurer quand tu as sans doute remarqué que je me sentais mal à l'aise de ressentir autant de plaisir. Tu m'as dit qu'on était seuls et tu m'as fait des petits câlins. C'était très adroit de ta part. Du coup j'ai pu vivre mes émotions comme je les ressentais.
Mac : Il faut toujours faire part de ses émotions telles qu'elles soient ! Moi aussi j'ai prit une claque ! Mais une bonne cette fois.


L'atmosphère se détend et Jo rigole. Mac serre Jo dans ses bras et lui caresse délicatement les cheveux.


Mac : ça fait plaisir de te voir rire ! Alors ! Maintenant qu'on a enfin brisé la glace, qu'est-ce-qu'on fait de nous deux ? (malicieusement)
Jo : Qu'en penses-tu ?
Mac : Il y a de l'amour entre nous. J'ai envie qu'on vive pleinement notre amour. Si tu peux me pardonner toute mes maladresses bien sûr. J'ai envie de toi dans ma vie. J'aimerais vivre un truc sérieux avoir toi. Tu es partante ?


Jo se recule et regarde Mac avec le sourire.


Jo : Bien sûr que je suis partante ! Je te pardonne ! Tu es tout pardonné. Oh c'est pas vrai ! Je suis tellement heureuse. J'ai cru que tu t'en fichais de moi. (très enthousiaste)
Mac : Non, jamais de la vie. J'ai juste jamais trouvé le courage de te le dire sauf durant l'agréable moment de tout à l'heure.
Jo : Tu peux me le dire maintenant ! Tu seras bien accueilli !
Mac : Je t'aime profondément.
Jo : Oh là là ! Moi aussi. (souriant)


Mac l'embrasse fougueusement et ils retombent dans le lit.


Mac : Tu es tellement belle, tellement surprenante, tellement entière. Puis ton charme Jo ! Tu as un charme à couper le souffle. Par contre je te préviens qu'à l'avenir si tu me cherches tu vas me trouver.
Jo : Comment ça !?
Mac : Si tu me fais du charme comme tu l'as souvent fait.
Jo : Je crois que je vais te refaire du charme j'adorais ça.
Mac : Moi aussi j'aimais quand tu me faisais du charme.


Jo serre Mac dans ses bras.


Mac : Il se passe un truc en moi.
Jo : Quoi donc !?
Mac : Jusqu'à maintenant j'avais le cœur tellement lourd et la je me sens soulagé.
Jo : Moi aussi. Dit moi encore que tu m'aimes !
Mac : Je suis amoureux Jo !
Jo : Tu vas me rendre folle. Embrasse-moi encore ! Embrasse-moi !
Mac : Quel enthousiasme dit donc ! Si c'est pas de la joie ça ! Tu es très agité dit moi !
Jo : ça fait presque trois ans que j'attends ça Mac ! Où enfin que j'ai espoir que ça arrive un jour. Quand tu as rencontré Christine ça m'a chagriné ! Puis après je l'ai trouvé sympa, je me suis dit que c'était une femme pour toi et qu'il fallait que je me fasse une raison.
Mac : Quand on aime une femme, on aura beau rencontrer toutes les autres femmes du monde, ça ne pourra pas marcher. Impossible de te sortir de ma tête.


Mac l'embrasse à nouveau et d'une manière aussi romantique que le moment où Jo a failli partir.


Jo : C'est divin !
Mac : Tu es gourmande on dirait !
Jo : C'est ça le problème avec moi ! Quand j'aime un homme, je suis très gourmande. Je te préviens, je risque de t'épuiser !
Mac : Hum à ce point là ! Même pas peur ! (souriant) Alors dit moi ce que tu attends de ton compagnon ? Parce que je crois maintenant que cette belle mission me revient !
Jo : La fidélité c'est capital.
Mac : On est d'accord et tu vas être heureuse parce que je suis un homme fidèle.
Jo : J'aime bien avoir ma liberté, être libre de mes choix, de mes ambitions mais par contre j'aime le contact physique. J'adore recevoir de l'affection et en donner en retour.
Mac : Tu sais quoi ?
Jo : Non !
Mac : Des câlins j'ai tellement rêvé de t'en faire que tu ne risques pas d'en manquer !


Mac est ravie de voir le sourire de Jo qui ne quitte pas son visage.


Mac : Jo ! Est-ce-qu'on peut oublier ce raté dans mon bureau. J'étais pas bien et j'avais peur. J'étais pétrifié et je n'ai pas réussi. J'ai vraiment envie que notre première fois soit celle qu'on vient de vivre.
Jo : Tu t'es bien rattrapé !
Mac : C'est vrai ! Tu as trouvé ça agréable.
Jo : Mieux que ça ! Je te jure que c'est vrai j'ai vécu mon meilleur moment.
Mac : C'est vrai !? Whouah !
Jo : ça sera toujours comme ça ?
Mac : Ben oui bien sûr ! Maintenant qu'on sait ce qu'on veut !
Jo : Alors on recommence quand tu veux ! (souriant)
Mac : C'est une invitation ?
Jo : Hum ! Peut-être bien ! (malicieusement)
Mac : Si on pouvait je te garderais toute la nuit.


Jo le regarde malicieusement.


Jo : J'arrive !


Jo se lève et va fouiller dans son imper. Elle revient et s'assoit en position tailleur sur le lit et regarde dans sa liste de contact puis porte le téléphone à son oreille.


Jo : Oui bonjour madame Sulivan ! C'est Jo Danville la maman de Elie.
Madame Sulivan : Bonjour !
Jo : Je voudrais vous demandez un service si c'est possible.
Madame Sulivan : Je vous écoute.
Jo : Vous m'aviez dit un jour que si j'étais embêté pour garder Elie je pouvais compter sur vous.
Madame Sulivan : Oui bien sûr ! Ça vous rassurerais qu'Elie dorme à la maison ce soir ?
Jo : Oui, excusez-moi mais mon patron vient de m'appeler, il est très agaçant et il ne s'en sortira pas seul ce soir ! Il a vraiment besoin de moi. (lui souriant)


Mac tapote Jo sur la cuise.


Madame Sulivan : Ne vous inquiétez pas, je la garde à la maison et je la ramènerais demain après-midi.


Mac commence à faire des petits bisous sur le corps de Jo. Elle sourit tout en essayant de resté concentré dans sa conversation.


Jo : Oh merci de tout cœur.
Madame Sulivan : Mais de rien. Elles sont devant un film vous voulez lui parler.


Jo qui commence à ressentir des pulsions repousse gentiment Mac, mais celui-ci continue ce qui fait encore sourire Jo.


Jo : Non, ne les dérangez pas. Vous pourrez lui expliquer ? Elie connaît mes obligations, elle comprendra.
Madame Sulivan : D'accord et ben bon courage.
Jo : Merci ! Au revoir.


Jo raccroche et pose son portable.


Jo : Tu tentes encore de me séduire ma parole !
Mac : Non, c'est l'opération câlin qui commence ! Alors comme ça je suis agaçant !?
Jo : La preuve ! (malicieusement)
Mac : Tu vas voir à quel point je lui suis.


Mac l'attrape et l'embrasse fougueusement.


Mac : C'est incroyable ça ne devait pas se finir comme ça. Moi j'étais dans l'optique de m'excuser et quand on a trinqué ensemble j'ai craqué. Je me suis dit que c'était maintenant ou jamais. J'avais envie de te conquérir.
Jo : Tu étais partie pour ne rien me dire après notre agréable moment.
Mac : Je te jure que j'allais te le dire, je cherchais juste à tâter le terrain pour trouver la bonne manière de te le dire. Puis je te l'ai dit pendant notre bon moment justement.
Jo : Je suis heureuse que ça se soit terminé ainsi. Franchement j'ai cru qu'on allait discuter mais que je repartirais en t'en voulant encore un peu, mais au contraire, tu as réussi à trouver les mots. Franchement me demander une autre chance c'est la meilleure idée que tu ais eu pour me faire craquer parce que ça prouve que tu étais prêt à tout.
Mac : Je ne te le fais pas dire ! Mes jambes tremblait et je me disais dans ma tête que j'allais me reprendre une gifle.
Jo : Quand tu m'as regardé dans les yeux je me disais dans ma tête que j'adorerais que tu me demande une autre chance et s'est arrivé !
Mac : En tout cas, tu sais t'organiser pour passer la nuit avec moi !
Jo : On vient de se mettre ensemble et la première nuit c'est tellement important.
Mac : Oui ! Viens là toi ! Viens embrasser ton homme.


Mac l'allonge et lui caresse le visage et les cuisses.


Mac : Dit moi ? Qu'est-ce-qui t'attire chez moi ?
Jo : Hum bonne question ! Ton côté mystérieux, tes valeurs humaines, tu es séduisant et très intelligent. Ton petit brun d'humour, ton regard envoûtant et ton sourire et alors tes yeux. Tu as des yeux magnifique ! Ça a été un calvaire de te regarder dans les yeux sans pouvoir te sauter dessus.
Mac : Hum tu veux me sauter dessus !
Jo : Et toi tu as eu envie de me sauter dessus ?
Mac : Plein de fois ! J'ai manqué de t'embrasser trois fois au moins.
Jo : Ah bon quand ?
Mac : La fois où on parlait de Sheldon et que tu m'as parlé d'une super partie de jambe en l'air. Je suis partie car j'ai faillit craquer. Le jour où je t'ai annoncé que j'envisageais de partir quand on a discuté dans mon bureau. Ta bouche me faisait envie et la fameuse fois où je me suis plus ou moins excusé de t'avoir mal parlé ! Pourtant j'étais avec Christine à l'époque mais la tentation était encore là.


Jo serre Mac contre elle.


Jo : Je suis tellement contente !
Mac : Moi aussi !


Jo embrasse Mac et le couple renouvelle leur expérience qui les a conduit à se rapprocher. Ils finissent leur nuit ensemble même si finalement elle reste courte.


A suivre
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,971
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Mon 4 Jan - 21:00 (2016)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Je viens de rattraper la suite de cette fiction. J'ai evidemment adore. Ce message de Mac a ete une tres bonne idee finalement, car il a su convaincre Jo a se rapprocher de lui, discuter avec lui et finalement lui donner une autre chance. Ils ont eu la chance d'enfin avouer leurs sentiments reciproques et ils sont beaux a voir ensemble. 


Merci aussi pour tes explications Aurore et tout est clair maintenant apres aussi avoir lu la suite. 


Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,988
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Wed 6 Jan - 16:58 (2016)    Post subject: Apathiquement coupable. Reply with quote

Chapitre 5


Après une réconciliation sous la couette, Mac et Jo ont finit par s'avouer leurs sentiments et décident de passer la nuit ensemble.


Le lendemain, le chant des oiseaux réveil Mac. Il se rend compte qu'il a dans ses bras celle qu'il convoite depuis presque trois ans. Avant qu'il ouvre les yeux, il a cette peur que ceci n'ai été qu'un joli rêve. Il est très heureux quand il se rend compte qu'il a réellement vécu cette merveilleuse nuit, que Jo dort dans ses bras et que tout s'est arrangé entre eux. Il ne peut résister à la tentation de lui faire un petit bisou sur le haut du crâne.


Mac : Ouf ! (souriant)


Jo se redresse et le regarde.


Mac : Tu es réveillé ?
Jo : Oui, mais je n'avais pas envie de te réveiller alors je n'ai pas bougé. Puis je suis bien là ! (souriant) Pourquoi tu dis « ouf ».
Mac : Parce que quand on se réveil le matin on est un peu perdu et c'est tellement beau ce qu'on vit que j'ai cru que j'avais rêvé. Mais ce n'était pas qu'un joli rêve cette fois. C'est pour ça que je dis « ouf » !
Jo : J'ai eu la même réaction quand je me suis réveillée dans tes bras, j'ai sourit.
Mac : Tout d'abord, bonjour divine femme brune qui comble désormais ma vie.
Jo : Whouah ! Mais en fait, j'avais raison, tu es très romantique et d'une tendresse. Je regrette d'avoir dit que tu étais un goujat puis je regrette tellement la gifle aussi.
Mac : Non ! Je l'avais mérité cette gifle. Tu as été blessé et j'ai compris.
Jo : On oublie cet épisode hein !
Mac : Mais oui !
Jo : Je t'aime tellement que ça, ça n'a jamais existé !
Mac : Eh ben les « Je t'aime » coulent à flot on dirait !
Jo : Tu me l'as dit plein de fois aussi cette nuit.
Mac : Cette nuit j'étais au paradis !
Jo : J'espère qu'on va en revivre des nuits comme celle ci !
Mac : Moi aussi j'espère ! Viens que je te fasse un tendre câlin.
Jo : J'adore les câlins. Fait moi pleins de câlins.
Mac : Tu m'attires comme un aimant. Je suis sur mon nuage.
Jo : Moi aussi ! Par contre, je ne t'ai jamais vu comme ça ! Tu es tellement différent du Mac que je côtoie chaque jour !
Mac : On est dans le privé là donc je suis moins sur la retenue. Puis, toi aussi tu me rends fou.
Jo : Eh ben !
Mac : Je n'en reviens pas ! J'ai pleuré pendant deux jours parce que je pensais t'avoir définitivement perdu et là tu viens de passer la nuit avec moi.
Jo : Tu as pleuré aussi !? Moi aussi j'ai passé deux jours horribles.
Mac : C'est fini tout ça ! On va penser à l'avenir maintenant !
Jo : Oui ! (souriant)
Mac : Tu as faim ?
Jo : Oui, un petit peu.
Mac : Je vais allez préparer le petit-déjeuner.
Jo : Il est déjà onze heures, on est plus près du déjeuner, mais je préfère prendre un bon petit-déjeuner avec....
Mac : Un bon café ! N'est-ce-pas.
Jo : Voilà ! (souriant)
Mac : Je vais préparer ça de suite.
Jo : Je peux aller prendre une douche ?
Mac : Bien sûr ! C'est la porte à côté. Tu as des serviettes dans l'armoire.
Jo : D'accord.


Jo embrasse Mac et se lève pour aller prendre une bonne douche.


Mac prépare le petit-déjeuner quand un moment plus tard, ça frappe à la porte.


Mac enfile rapidement un survêtement et va ouvrir.


Mac : Don !
Don : Bonjour Mac !
Mac : Que me vaut l'honneur ?
Don : Je n'ai pas encore eu le temps de venir vous voir Mac. C'est samedi, je me disais que je pouvais peut être passer.
Mac : Ben entrez ! (mal à l'aise)
Don : Je voulais m'excusez auprès de vous.
Mac : Pourquoi ?
Don : Pour cette méprise mercredi dernier au commissariat. Je devais me montrer impartial, vous comprenez j'espère !
Mac : Je me suis accusé moi même ! Tout portait à croire que j'étais coupable.
Don : Mac ! J'ai énormément d'estime pour vous mais j'en ai également pour Jo aussi. Cette affaire n'a pas été facile.
Mac : Ne vous en faite pas Don ! Ceci n'était qu'un regrettable mal entendu entre Jo et moi. Ce soir là on s'est mal comprit mais en réalité on voulait la même chose. C'était pas le bon moment, c'est tout.
Don : En tout cas vous avez meilleure mine que l'autre jour !
Mac : J'essaie en tout cas.
Don : J'ai discuté un peu avec Danny et Adam hier soir et j'ai rien dit de ce qui s'est dit dans mon bureau mardi mais il semblerait que Jo soit déterminé à prendre votre défense.
Mac : Elle ne prend pas ma défense puisque ce n'était qu'un malentendu. Vous semblez croire que j'ai réellement mal agit et que Jo m'a blanchit.
Don : Personnellement, je vous crois incapable d'une chose pareil et dès le début j'ai cru à la version de Jo. Ceci dit, des questions se sont posées et Jo a raconté aux collègues qu'elle avait passé un agréable moment avec vous. Autrement dit elle ne parle pas vraiment des faits réel pour préserver votre honneur en tant qu'homme je pense.
Mac : C'est vrai, elle a fait ça ?
Don : Oui, elle dit que vous êtes un homme respectueux. Je pense qu'avec le temps, ça s'arrangera entre vous.


Ils entendent une porte se fermer.


Don : Mince, vous n'êtes pas seul ? Christine est là ?
Mac : Non, Christine et moi avons rompu depuis un moment.
Don : Ah désolé ! Je n'étais pas au courant.


Jo arrive en ajustant son pull.


Jo : Une bonne douche fait du bien ! J'ai laissé ton t-shirt dans la panière !


Jo regarde Mac et voit Don à côté de lui, et se trouve toute bête.


Jo : Ah ! Euh ! Bonjour ! (mal à l'aise)
Don : Bonjour Jo ! Je venais voir Mac pour savoir comment il allait. Tu m'avais dit que tu n'avais pas de nouvelle, je suis un peu confus !
Jo : Je te promet que jusqu'à hier, je n'avais pas de nouvelles !
Mac : C'est vrai Don! Vous avez raison, ça s'arrangera entre nous ! Mais vous me dites ça avec quelques heures de retard !


Mac et Jo se regardent et rigolent.


Jo : Ben on allait prendre le petit-déjeuner, vous voulez du café ?
Don : Ben je sais pas.... (gêné)
Mac : Prenez donc un café avec nous.
Don : Bon d'accord.


Don s'assoit, Jo lui serre son café.


Don : Ecoutez, je vous avoue que je suis un peu perdu ! Qu'est-ce-qui se passe entre vous deux. Je sais, c'est votre vie privée, mais Mac ! Vous êtes venu au commissariat affirmant avoir abusé de Jo ! Et là je vous vois ensemble ! Ce n'était pas une dispute au moins, parce que si c'est le cas, c'est stupide !
Mac : Non ! Rien de toute ça !
Jo : C'est vrai que ça doit être perturbateur !
Don : Tu prends le petit déjeuner avec Mac donc c'est que tu as dormi ici et donc il est fort probable que vous soyez ensemble.
Mac : Oui ! Mercredi, j'étais perdu. On s'est mal comprit.
Jo : On a discuté hier soir et on s'est bien rapproché !
Don : Je suis content que tout ça ce soit arrangé !
Jo : Moi aussi !
Mac : Et moi donc !
Don : Mais ça ne me regarde peut-être pas, mais c'est sérieux vous deux.


Mac caresse le visage de Jo qui lui fait un beau sourire.


Mac : Très sérieux !


Durant le petit-déjeuner, Mac met Don dans la confidence en ce qui concerne Christine et sa maladie et ce qui l'a amené à s'accuser du pire.


En début d'après midi, Jo rentre chez elle. Le soir avant d'aller se coucher Mac passe par la salle de bain et voit le t-shirt dans la panière. Il le prend et le porte à ses narines pour y sentir le délicieux parfum de Jo. Il finit par le prendre pour dormir avec.


Jo reçoit un message : Bonne nuit ma douce, je t'envoie plein de baiser.
Jo sourit et lui répond : Je t'aime et tu me manques déjà.


Le lundi matin, Jo est dans l'ascenseur qui monte au labo et lit un texto qu'elle vient de recevoir où il y a écrit : Bonne journée mon amour, je pense très fort à toi et je t'embrasse partout.


Jo sourit en lisant ce message. L'ascenseur s'ouvre et le sourire de Jo ne quitte pas son visage. Elle s'installe au bureau de Mac et allume son PC et commence à ouvrir le courrier.


L'équipe commence à arriver.


Danny : Bonjour Jo !
Lindsay : Salut !
Jo : ça va bien ?
Danny : Bien et toi ?
Jo : Très bien. (souriant)


Courant la matinée, Lindsay arrive dans le bureau de Mac avec deux cafés.


Lindsay : Un café Jo ?
Jo : Oui volontiers, merci ! Danny et Sheldon sont partie ?
Lindsay : Oui, ils sont aller relever des indices.
Jo : Ok ! J'espère qu'ils vont nous rapporter quelque chose d'intéressant !


Jo boit son café et ne peux s'empêcher de revoir la main de Mac se poser sur la sienne au moment où ils buvaient le café ensemble.


Lindsay : ça va ? Tu as l'air d'aller mieux que la semaine dernière en tout cas.
Jo : J'ai besoin d'une amie à qui parler Lindsay.
Lindsay : Ben je t'écoute, tu sais que je t'avais dit que j'étais là au cas où.
Jo : J'ai vu Mac vendredi soir et on a discuté de ce qui s'était passé.
Lindsay : Ah ! Et il s'est excusé je suppose.
Jo : Oui ! On a discuté et on s'est rendu compte qu'on avait tous les deux notre part de responsabilité.
Lindsay : Tu lui en veux encore ?
Jo : Non, je ne peux plus lui en vouloir.
Lindsay : Ah ben tant mieux, vous allez pouvoir retravailler ensemble alors ! Il t'a dit quand il allait revenir ?
Jo : Non, on n'a pas vraiment parlé de ça, mais il va bientôt revenir à mon avis.
Lindsay : Je suis contente que ça se soit arrangé entre vous.
Jo : Mardi dernier, Mac et moi on était trop stressé, ça ne pouvait pas bien se passé et j'ai pensé qu'il c'était préoccupé que de lui mais ce n'était pas vrai. Il a eu peur de me faire mal c'est tout. Je regrette certaine des pensées que j'ai pu avoir à son égard maintenant.
Lindsay : La colère nous fait souvent voir noir.
Jo : Exactement. Mac ne m'a pas traité comme du bétail où je ne sais qu'elle autre expression j'ai employé. C'est un homme très attentionné au contraire !
Lindsay : Alors ça y est, l'orage est passé ? Quel revirement !
Jo : Oui ! (souriant)
Lindsay : Tu es vraiment très heureuse, on dirait que tu es sur un petit nuage, je me trompe.


Jo fait non de la tête.


Lindsay : Tu m'intrigues !
Jo : Mac m'a demandé une autre chance.
Lindsay : Tu es sérieuse ?
Jo : Ah oui !
Lindsay : Tu as accepté ?
Jo : J'aime cet homme ! Je ne pouvais pas refuser.
Lindsay : J'ai l'impression que ça s'est bien passé cette fois !
Jo : Tellement bien que depuis vendredi soir on est ensemble lui et moi et je plane un peu en fait parce que je suis trop heureuse.
Lindsay : Quoi ! Tu es sérieuse ?
Jo : Oui ! Très sérieuse ! Et j'avais besoin de parler de mon bonheur à quelqu'un.
Lindsay : Ben écoute, je suis ravie pour vous deux ! Vraiment.
Jo : Merci !


Le soir Jo est encore au labo. Mac arrive devant son bureau.


Mac : Bonjour !


Jo continue de ranger son dossier.


Jo : Bonjour Mac ! Comment ça va ?
Mac : Bien et toi ?
Jo : Bien ! Que puis-je pour vous ?
Mac : Tiens tu me vouvoie maintenant ?


Jo se lève et range le dossier dans l'armoire.


Jo : Pourquoi on s'est déjà tutoyé nous ? (Souriant).


Mac profite que Jo est retournée pour s'approcher et passe ses bras autour d'elle. Il pose sa tête sur son épaule et lui fait un bisou sur la joue. Et lui parle doucement.


Mac : Je crois bien oui ! Nous avons passé une délicieuse nuit entre vendredi et samedi. Tu ne te souviens pas ?
Jo : Hum peut-être bien.
Mac : On s'est fait de tendres câlins, on a fait l'amour trois fois et surtout on s'est dit « je t'aime ».
Jo : Ah mais oui ! Maintenant que tu me le dis ! (riant)
Mac : On a passé une nuit magnifique.....


Mac lui montre l'écran de son portable.


Mac : Et j'ai vu ça il y a quelques heures. Un texto de ma magnifique Jo me disant que mes baisers lui manquaient. Je ne peux pas te laisser comme ça. Tu as besoin d'un baiser alors je suis là !


Jo se retourne et passe ses bras autour du cou de Mac.


Jo : C'est adorable de venir m'embrasser.
Mac : J'ai penser à toi tout le week-end et moi aussi j'ai très envie de t'embrasser.
Jo : Moi aussi j'ai pensé à toi tout le week-end !


Mac l'embrasse passionnément.


Mac : Un baiser comme tu les aime mon amour.
Jo : « mon amour » ! Mais c'est mignon ça !
Mac : J'avais envie d'un baiser et d'un câlin. Je crois que je suis déjà dépendant !
Jo : Attention ! Il paraît que c'est une addiction difficile à guérir !
Mac : Mais c'est une addiction qui fait tellement de bien.
Jo : Oh que oui !


Mac serre Jo dans dans bras.


Mac : ça me fait tellement de bien. Je suis peiné pour Christine, ça me fait mal de la voir comme ça, mais ton amour m'aide à surmonter ça.
Jo : Tu l'as vu ce week-end ?
Mac : Oui, pour l'instant elle semble stable !


Jo s'assoit sur le divan, Mac s'assoit à côté d'elle.


Jo : Tu ne m'as pas dit ce qu'elle avait comme problème de santé ! Tu m'as juste parlé d'un truc dans la tête !
Mac : Elle a un cancer du cerveau en phase terminal. Un glioblastome multiforme pour être plus précis.
Jo : Il n'y a pas de traitement possible ?
Mac : Elle a fait de la chimio et le de radiothérapie, mais ce n'est que palliatif. C'est loin de pouvoir guérir la maladie.
Jo : C'est triste. Je ne la connaît pas beaucoup, mais Christine à l'air d'être une femme bien.
Mac : C'est vrai. Elle aurait fait une très bonne maman à mon avis.
Jo : Je le pense aussi.


Mac serre Jo dans ses bras.


Jo : Quand est-ce-que tu reviens travailler Mac ? Tu manques à tout le monde ici !
Mac : Je ne sais pas encore ! J'ai un peu du mal à me concentrer avec tout ce qui s'est passé.
Jo : Si tu parles de nous, l'incident est clos !
Mac : Je crois que c'est un ensemble de tout en fait ! Nous, la maladie de Christine, le fait que je vais me retrouver seul avec un bébé. C'est un peu beaucoup là !
Jo : Tu sais que je suis là pour toi !
Mac : Oui, je n'en doute pas. Je voulais vraiment te voir un moment avant que tu rentres chez toi.
Jo : J'allais partir mais j'ai un peu de temps devant moi.
Mac : Très bien.


Jo se blottit dans les bras de Mac et l'embrasse.


Jo : Je t'aime !
Mac : Moi aussi ! Je suis vraiment heureux que ça se soit terminé comme ça.


Ils restent une bonne demi-heure ensemble en échangeant d'agréables câlins sur le divan.


Le surlendemain, une technicienne de laboratoire vient faire signer un document à Jo.


La technicienne : Il paraît que le lieutenant Taylor a été licencié !
Jo : Quoi ? Qui vous a dit ça ?
La technicienne : C'est ce qui se dit ! Il paraît qu'il n'a pas été très correct avec vous. Je suis désolé ! Je ne le pensais pas comme ça !
Jo : Ecoutez ! Ce n'est qu'une rumeur non fondé. Personne ne sais ce qui s'est passé entre moi et Mac Taylor. La rumeur se propage où ?
La technicienne : Un peu partout !
Jo : Très bien ! Merci ! Vous pouvez disposer !


En fin de journée, tout le service technique et les policiers du service sont convoqués.


Danny : Il y a foule ! Pourquoi on est là ?
Lindsay : Il semblerait que Jo soit très en colère et elle voudrait mettre les points sur les i !
Danny : Je vois !


Jo est dans la salle d'assemblée et commence à parler.


Jo : Tout d'abord je voudrais vous remercier d'être venu à cette réunion. Si j'ai convoqué les techniciens de labo de nuit et de jour ainsi que toutes les équipes de la scientifique, c'est pour faire taire certaines rumeurs peu plaisante qui court encore et qui n'ont pas lieu d'être. Les faits reprochés à notre supérieur Mac Taylor à mon encontre sont basés sur un malheureux malentendu. Notre supérieur est un homme d'un grand professionnalisme et surtout d'un grand respect. Il a vraiment cru qu'il avait mal agit avec moi quand nous avons passé un peu de bon temps ensemble. Ceci prend des proportions beaucoup trop embarrassante. Aujourd'hui je suis obligé de me justifier parce que j'ai eu des moments intimes avec mon collègue ! C'est inadmissible ! Je ne suis pas une victime. Ce qui s'est passé avec le lieutenant Taylor ce soir là était parfaitement consentit. Je ne veux donc plus entendre de rumeurs indécentes envers notre supérieur à qui l'on doit le respect. Si il est en congés actuellement, ce n'est pas parce qu'il a été viré mais parce qu'il a de grands soucis personnelles qui ne regarde que lui. En l'absente du détective en chef, je le remplace et donc je vous averti que si j'entends encore une rumeur désobligeante, je n'hésiterais pas à sanctionner. Merci bien.


Jo prend congés sous le regard stupéfait de ses collègues.


Le soir, Jo rejoins le parking, elle s'apprête à ouvrir la porte de sa voiture quand elle voit un bouquet de fleurs qui arrive de nul part.


A suivre.
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 16:31 (2019)    Post subject: Apathiquement coupable.

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topicReply to topic rochelle redfield Forum Index Fictions terminées
Page 1 of 2 Goto page: 1, 2  >
Jump to:  
 
All times are GMT + 2 Hours

Index | Administration Panel | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group