rochelle redfield Forum Index rochelle redfield Forum Index rochelle redfield Forum Index
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Search Memberlist Usergroups Profile 

<font color=red><b><blink>Vous avez de nouveaux messages</blink></b></font>
Log in  Register
 
 

 
La liberté de t'aimer (CSI : NY)
Goto page: <  1, 2, 3, 410, 11, 12  >
 
Post new topicReply to topic rochelle redfield Forum Index Le saloon Créations sur d'autres séries, sujets ou personnages. Fics Diverses Fictions multi-chapitres Fictions Terminées Aurelle-sims Triologies
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Cricri54
L'oeil du tigre

Offline

Joined: 03 Apr 2011
Posts: 3,143
Localisation: Nancy
Féminin Verseau (20jan-19fev) 狗 Chien
Perso(s) préférée(s): Johanna. Gin. Lauren. Mary
Ship: Joh/cricri. Jojo's. Gin/Jean.

PostPosted: Thu 19 Feb - 20:44 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

L'emprisonnement n'empêche pas Mac d'adresser son amour à Jo! C'est trop beau ce bouquet et ce message qu'il lui fait parvenir.

L' affaire de cette femme battue par son conjoint, Jo était la mieux placée pour comprendre et lui apporter de l'aide, même si cela lui ouvre une douloureuse cicatrice de ce qu'elle même a vécu.
Le procès arrive enfin, j'ai donc plus que hâte de lire la suite.
_________________


RST un jour..RST toujours!


Back to top
Publicité






PostPosted: Thu 19 Feb - 20:44 (2015)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 04 Mar 2011
Posts: 6,012
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Thu 19 Feb - 20:48 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Chose promise, chose dû ! 


-------------------------


Chapitre 6


Depuis quatre mois, Jo va voir Mac en prison et leur relation s'est développé doucement mais sûrement. Jo et Mac n'ont qu'un seul souhait, se retrouver enfin pour vivre entièrement leur amour.


La veille du procès


Jo retrouve ses collègues au restaurant.


Jo : J'ai trop la trouille. Demain soir si ça se trouve je serais en prison.
Lindsay : On est tous avec toi et Mac !
Danny : Moi j'ai confiance, je suis sûr que tu ne seras pas condamné !
Jo : Condamné ou pas, tout est de ma faute. Si je suis innocenté et Mac condamné ou est la morale la dedans ! J'aurais dû flinguer ce mec moi-même.
Danny : Ne dit pas de bêtise Jo !
Jo : Comment est-ce-que j'ai pu être naïve au point de penser que Mac ne se mêlerait pas de ça ? Il a probablement tout perdu et c'est à cause de moi. Aujourd'hui il est en prison et peut être pour longtemps encore.
Don : Jo ! Peut-être que Mac bénéficiera de la légitime défense !
Jo : C'est ce que notre avocate va plaider mais les chances sont faibles. Il n'était pas dans son secteur d'intervention et Stanley pas armé. C'est ça qui joue le plus en sa défaveur. Si seulement ce pourri aurait prit mon flingue et m'aurait tué avec. Mac n'en serait pas là !
Lindsay : Ne dit pas des choses pareil !


Le lendemain, Jo arrive au tribunal prise en photo par des centaines de journaliste. Elle tente de cacher son visage, mais en vain ! Elle est mitraillé de tout les côtés. Elle s'assoie sur le banc des accusés avec les mains moites, la peur au ventre et l'horrible sensation que toutes les blessures que Stanley lui avait infligés lui faisait un mal de chien. Ses enfants, Russ et ses collègues sont dans le public. Mac entre avec les menottes. Jo le vois et commence à pleurer. Voir son compagnon menotté lui était insuportable.


Mac : Ne pleure pas ma Jo ! Ne pleure pas.
L'officier : Vous n'avez pas le droit de parler Monsieur.
Mac : Oui, c'est bon. Je me tais.


La juge et les jury entrent, tout le monde se lève.


La juge : Vous pouvez vous asseoir.


La juge : Monsieur Taylor, vous êtes accusé d'homicide volontaire avec préméditation sur la personne de Stanley Ryfin. Madame Danville, vous êtes accusée de complicité d'homicide volontaire avec préméditation sur la personne de Stanley Ryfin. Qu'est ce que vous plaidez ?


L'avocat de Jo et Mac : Madame Joséphine Danville plaide non coupable et monsieur Mac Taylor plaide la légitime défense Madame le Juge.


La juge : Madame Danville placez-vous à la barre s'il vous plaie.


Jo se place à la barre.


Le procureur : Madame Danville, pouvez vous nous dire ce qui s'est passé ce jour là. Juste ce jour là.


Jo rappelle les faits.


Le procureur : Vous aviez déjà envisagé l'éventualité de tuer Stanley Ryfin ?
Jo : J'y ai pensé à des moments où il me frappait. Je peux vous garantir que pendant ces moments là, on peut avoir de réels envie de meurtre, mais de là à en venir à l'acte ! C'est pour ça que je ne ramenais plus mon arme de service chez moi. J'avais peur que ça finisse mal.
Le proc : Mais pourtant ce jour là vous l'aviez !
Jo : Stanley ne vivait plus avec moi. La serrure avait été changé. Je n'avais plus aucune raison de le cacher.
Le proc : La police a retrouvé des comprimés très puissant destinés à endormir de manière très spontané. Ces comprimés étaient cachés dans le réservoir de la chasse d'eau dans une boîte hermétique. C'était pour quel usage exactement ?
Jo : J'endormais Stanley de temps en temps pour avoir un peu de répit. Quand je sentais qu'il était trop énervé, je savais qu'il frapperait plus fort que d'habitude. J'écrasais deux comprimés dans une bière et il dormait pendant plusieurs heures.
Le proc : Comment vous êtes vous procuré ces comprimés ?


Jo baisse la tête.


La juge : Répondez madame.


Jo regarde Mac.


Jo : Je suis désolé Mac !


La juge : Laissez vos émotions de côté et répondez je vous prie.
Jo : Je les ai subtilisés lors d'une perquisition.


Les larmes de jo roulent le long de ses joues.

Le proc : Mais d'après vos déclaration, il était coriace cet homme. Comment avez vous réussi à lui faire quitter le domicile.
Jo : Ben.....


Jo regarde discrètement Mac.


Le juge : Répondez madame Danville.


Mac fait un signe de la tête pour faire comprendre à Jo qu'elle devait dire la vérité.


Jo : Ce jour là, c'était le lendemain d'une fête entre collègues. Une fête bien arrosée enfin pour moi en tout cas. J'ai voulu noyer ma détresse dans l'alcool et Mac m'a proposé de venir dormir chez lui car il se doutait que Stanley allait me mener la vie dure. Il avait déjà tenté à plusieurs reprise de me convaincre de le quitter mais à chaque fois c'était un échec. J'ai raconté ce soir là tout ce que Stanley me faisait subir et Mac est aller le voir chez moi et l'a fait partir.
Le procureur : Il l'a menacé de le tuer si il reviendrait ?
Jo : Non, il lui a juste demandé de sortir de ma vie. Il l'a juste frappé.
Le procureur : Et c'est après que vous avez élaboré un plan au cas où il reviendrait.
Jo : Quel plan ?
Le procureur : Vous n'avez pas envisagé le fait qu'il puisse revenir ?
Jo : Bien sûr que si ! C'est pour ça que Mac est venu s'installer chez moi. Il souhaitait assurer notre protection à moi et ma fille.
Le procureur : Mais c'était à la justice de régler ça madame.
Jo : La justice m'a envoyer balader Monsieur le procureur.
Le procureur : Pouvez-vous être plus clair Madame Danville !
Jo : Une lettre que le juge des affaires familiales m'a envoyé il y a six mois.
La juge : C'est la pièce à conviction numéro 3.


La juge tend la lettre au procureur et demande à Jo de la lire.


Madame,
Suite à votre plainte déposée le 10 septembre 2012, nous avons le regret de vous informer que la justice ne peux donner suite favorable à votre plainte. En effet, même si nous ne mettons pas votre parole en doute, les faits que vous nous rapporter, n'ont pas de preuves suffisamment solide pour que l'affaire soit jugée devant un tribunal. Nous vous recommandons toutefois, de faire appel aux associations pour femmes battus dont vous pourrez bénéficier de certains conseils.
Cordialement.
Le juge des affaires familiales.


Le procureur : Et ceci ne vous a pas donné envie de faire justice vous même ?
Jo : Monsieur le procureur. Est-ce-que vous croyez que j'ai pu planifier que mon ex allait venir me tuer. Ce jour là il était plus fou que d'habitude, j'étais presque morte.
Le procureur : D'après ce que je vois, une plainte à aboutie.
Jo : Oui, celle que j'ai déposé le jour où Stanley à quitté mon domicile. Mais il n'a eu qu'un rappel à l'ordre.
Le procureur : Je n'ai plus de questions.
La juge : Vous avez des questions ?
L'avocate de Jo et Mac : Madame Danville combien de démarche ont été faites pour informer les forces de l'ordre et les services sociaux que vous étiez victime de coups ?
Jo : J'ai déposé une plainte en septembre 2012, une infirmière de l'hôpital à fait un signalement, Mac Taylor à contacté les services sociaux et à fait un signalement, j'ai déposé une autre plainte début novembre 2012. La police de mon secteur à fait une intervention chez moi sans chercher bien loin.
L'avocate : Donc ça fait cinq signalements, cinq signalements qui n'ont donné absolument rien. Pouvez-vous nous dire ce que Mac Taylor avait découvert pour qu'il intervienne le lendemain de votre anniversaire ?
Jo : Je lui avait parlé des violences dont j'étais victimes, des violences physique et morale.
L'avocate : Avait il d'autres agissements cruel envers vous ?
Jo : Il me torturais en me brûlant et m'imposait une vie sexuel très démesuré.


Les larmes de Jo commencent à rouler.


La juge : C'est à dire ! Vous pouvez approfondir s'il vous plaie ?
Jo : Mes enfants sont dans la salle madame le juge.
La juge : Répondez je vous en prie.
Jo : Il m'imposait des pratiques sadomasochiste, mais ne me demandez pas de détail s'il vous plaie. (les larmes roulent le long de ses joues)
La juge : ça me suffira.
L'avocate : Pourquoi vous ne l'avez pas quitté ?
Jo : Parce qu'il menaçait de mettre un ou son propre meurtre en scène pour me faire porter le chapeau. Il m'a même dit qu'il tuerait ma fille si je parlais.
L'avocate : Je n'ai plus de question.


La juge : J'appelle à la barre mademoiselle Elie Danville.


Elie s'installe à la barre


La juge : Mademoiselle, vous êtes un témoin capital dans une affaire de meurtre. Votre témoignage est important. Vous devez dire que la vérité.
Elie : Oui !
Le procureur : Depuis combien de temps votre mère était victime de coup ?
Elie : Bien trop longtemps monsieur.
Le procureur : Pourquoi n'avez vous jamais prévenu des gens autour de vous ?
Elie : Parce que Stanley m'avait menacé. Si je parlais, il tuait ma mère.
Le procureur : Je n'ai plus de question.
La juge : L'avocat de la partie adverse ?
L'avocat : Je n'ai pas de question.
La juge : Vous pouvez allez vous rasseoire. Merci mademoiselle.
Elie : Je voudrais rajouter quelque chose si possible.
La juge : On vous écoute.
Elie : Je sais que maman et Mac n'avaient pas prévu de le tuer. Il est revenu un jour alors qu'on ne l'attendait pas. Mac est juste arrivé au bon moment pour sauver ma mère et il est là accusé et il est en prison depuis six mois. Ce n'est pas juste. Je ne devrais pas dire ça, mais quoi qu'il arrive, je serais toujours reconnaissante envers Mac pour nous avoir sauvé des griffes de cet ordure. Voilà ce que j'avais à dire.
La juge : Merci.


La juge : J'appelle à la barre Monsieur Mac Taylor.


Mac se dirige à la barre.


Le procureur : Monsieur Taylor ! Le 12 novembre, quand vu avez surpris Stanley Rifyn brutalisant Joséphine Danville, avez vous demandé à Stanley Ryfin de lâcher madame Danville avant de tirer ?
Mac : Non, je n'ai pas eu le temps. Il tapait sa tête tellement fort !
Le procureur : Comment pouviez vous être sûr qu'il allait en finir ?
Mac : Parce qu'il a dit « Bye bye Jo, Bon voyage ». Il allait la tuer, ça ne fait aucun doute.
Le procureur : Pourquoi n'avez vous pas eu le reflex de contacter le commissariat de secteur ?
Mac : Je pensais pas qu'il irait jusqu'à tuer Jo. Puis je suis détective de premier grade et je peux intervenir sur tout les secteurs.
Le procureur : Sauf que là c'était votre petite amie qui était victime.
Mac : Jo n'est pas ma petite amie.


L'avant veille, l'avocate plutôt perspicace s'est bien rendu-compte que Mac et Jo étaient bien plus que des amis. Elle leur avait fortement recommandé de ne pas dévoiler leur relation qui risquerait de leur porter préjudice dans cette affaire.


Le procureur : Vous semblez pourtant proche.
Mac : Jo est détruite par les tortures de Stanley Ryfin. Je n'aurais jamais eu l'audace de la séduire à ce moment là. J'ai bien trop de respect pour Jo et la femme en général pour faire ça.
Le procureur : Alors pourquoi vivre chez elle ?
Mac : Pour rassurer Jo, pour qu'elle se sente en sécurité.
Le procureur : Pas une seconde ça vous est venu à l'idée d'avoir une relation moins amicale avec votre collègue ?
L'avocate : Objection ! Je pense pas que les rapports entre Mac Taylor et Jo Danville ait un rapport avec l'affaire.
La juge : Accordé.
Le procureur : Pourquoi avez vous ramener Joséphine danville chez vous le soir de son anniversaire ?
Mac : Pour éviter qu'elle se fasse frapper dû à son état et l'heure tardive. Jo était ivre ce soir là. Si son compagnon l'aurait frappé, elle aurait été moins résistante et aurait pu faire un coma étylique.
Le procureur : Et le lendemain c'est vous qui aller frapper Stanley Ryfin.
Mac : Si vous auriez retrouvé votre meilleure amie dans un état désastreux dû aux blessures et brûlures que son compagnon lui faisait subir, comment auriez vous réagi ?
Le procureur : Monsieur Taylor, c'est moi qui pose les questions ? Alors répondez.
Mac : Je n'ai pas supporté de voir Jo comme ça. Détruite physiquement et moralement. Il fallait que son compagnon comprenne. Ce que je lui ai fait subir n'est même pas le dixième de ce qu'il lui a fait subir.
Le procureur : Je n'ai plus de question.
L'avocate : A quelle heure vous a appelé Jo Danville  ?
Mac : Dix heure douze. Heure inscrite sur mon téléphone.
L'avocate : D'après les vidéos de l'immeuble, vous êtes arrivé à dix heure trente. Soit dix-huit minutes plus tard. Ce qui est faisable avec la sirène d'après la reconstitution qui nous fait arriver au bout de dix-huit minutes et trente deux secondes.
Mac : Oui !
L'avocate : Qu'avez vous fait après avoir tué Stanley Ryfin ?
Mac : J'ai tenté de secourir Jo mais elle était en train de mourir dans mes bras. J'ai appeler les secours, le commissariat de secteur et l'IGPN.
L'avocate : Donc vous avez tout fait dans les règles.
Mac : Absolument.
L'avocate : Pas d'autre question.


La juge : J'appelle à la barre monsieur Matthiew Ryfin.


Jo sursaute.


Jo : Quoi ! Mais qu'est ce qu'il fait là (discrètement)


Elie le voit passer dans l'allée et se blotti dans les bras de Tyler, effrayé.


Matthiew arrive à la barre et Jo commence à tourner. Les larmes roulent et sa tête commence à tomber, ce qui interpelle la juge.


La juge : Madame Danville ! Voulez-vous qu'on face une pause ? Madame Danville !
Jo : Désolé ! Je me sens pas bien.
La juge : Très bien, l'audience est levée, nous reprendrons dans une heure.


La juge à l'officier : Appelez un médecin s'il vous plais.
L'officier : Tout de suite madame le juge.


Dans le bureau :


Le procureur Brooks : Pourquoi tu as fait ça ?
La juge : Elle était en train de tomber. Ça lui a fait un choc de voir le frère de son bourreau !
Le procureur : Son bourreau ! Il ne faut pas se tromper de procès, c'est pas Ryfin qu'on juge. A preuve du contraire, c'est lui la victime.
La juge : De toute façon, je ne laisse pas un procès continuer si l'accusé ou la victime se sent mal. Puis ta théorie sur Ryfin est stupide. Il est clair que cet homme frappait Joséphine Danville.
Le procureur : Oui, mais on ne tue pas pour résoudre ses problèmes. C'est une solution de facilité. Si ça se trouve elle simulait ! De toute façon, je suis sûr que grâce au frère, on va prouver qu'ils sont coupable. Si il n'a pas voulu se porter partie civile, c'est qu'il y a une raison. Menace, pot de vin...
La juge : Tu as vraiment décidé de toute faire pour les condamné ces deux là. Tu ne leur laissera aucun crédit.
Le procureur : Pas de pitié pour les criminels !
La juge : En ce qui les concerne, le mot criminel est peut être abusif !


Le médecin arrive dans le bureau au bout de trois quart d'heure.


Le médecin : Bonjour madame le juge
La juge : Bonjour !
Le médecin : Joséphine Danville a fait un malaise vagale. Elle a eu un choc visiblement et de plus elle à très peu mangé ce matin. Je lui ai fait manger quelque chose. Elle boit un café.
La juge : On peut reprendre l'audience ?
Le médecin : Je m'abstiens , mais si elle se sent mal à nouveau, vaut mieux reporter le procès.
La juge : Ok !


Le médecin s'en va.


Le procureur : Ne me dit pas que tu vas reporter ! Cette femme aura gagnée quelques jours de liberté supplémentaires.
La juge : Arrête un peu ! Tu vois pas qu'elle est à bout ! Depuis trois heures elle revit ce qu'elle a vécu. Je l'observe et j'ai remarqué que par moment elle flanchait.
Le procureur : Et si elle joue la comédie ?
La juge : Je ne sais pas, mais j'ai pas envie de prendre le risque qu'elle s'effondre pendant l'audience. Je ne veux pas que cette affaire soit plus médiatisé qu'elle ne l'est déjà.
Le procureur : Je comprends pas ta décision.
La juge : Je vois avec le parquet quand on peut programmer la suite de l'audience.


La juge passe quelques coups de téléphone, le procureur est consterné.


La juge : Bon j'ai appelé les juge des applications des peine , il est d'accord avec moi. On doit remettre la suite de ce procès à une date ultérieur.


L'audience reprend.


La juge : Madame Danville, je suis bien consciente que ce procès est éprouvant pour vous. Je suis juge, mais avant tout humaine. Je me vois donc dans l'obligation de remettre la suite de ce procès à une date ultérieur. Vous revevrez une convocation à votre domicile. L'audiance est levée.


Mac qui voit tout espoir de sortie réduite à néant pose sa main sur la tête et devient blanc.


L'officier arrive et met les menottes à Mac. A ce moment là, Mac essaye de faire de son mieux pour ne pas en vouloir à Jo. Il se disait que ce n'était pas de sa faute, mais il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il aurait pu avoir une chance de se retrouver dehors ce soir, même si elle était maigre.


A suivre  
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
Cricri54
L'oeil du tigre

Offline

Joined: 03 Apr 2011
Posts: 3,143
Localisation: Nancy
Féminin Verseau (20jan-19fev) 狗 Chien
Perso(s) préférée(s): Johanna. Gin. Lauren. Mary
Ship: Joh/cricri. Jojo's. Gin/Jean.

PostPosted: Thu 19 Feb - 21:28 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Passionnant ce chapitre, j'avais l'impression d'être dans la salle d'audience. Okay Ce procureur est un pourrit, il veut leur peau et ses propos sont inadmissibles. Il dit que Stanley est la victime, non mais on croit rêver!!! Si ce procès à lieux et si Jo et Mac sont sur le banc des accusés, c'est en grande partie à cause du laxisme de la justice. Pauvre Jo ce procès est une souffrance de plus. La déception de Mac quant à la suspension de l'audience est légitime, il avait espoir d'être libéré. La juge a bien fait de suspendre l'audience, elle est humaine elle au moins face au malaise de Jo!
_________________


RST un jour..RST toujours!


Last edited by Cricri54 on Thu 19 Feb - 21:32 (2015); edited 1 time in total
Back to top
Barbara
Admin adjointe RST - Meilleure guide TV

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,080
Localisation: Beaune (21)
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): ✰ Jean ✰ Jenny ✰ Johanna ✰ Lauren ✰ Marion ✰ Mary ✰
Ship: ♥ Jean's ♥ Joh/Cricri ♥ Joh/Titi ♥ Jojoh ♥ Jojo's ♥ Mary/Chris ♥

PostPosted: Thu 19 Feb - 21:31 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Comme je m'y attendais, ce procès est très prenant. Une épreuve pour Jo qui doit revivre son calvaire et affronter un enfoiré de procureur les ayant déjà condamnés Mac et elle. L'audience semblait toutefois prendre une bonne tournure jusqu'à l'arrivée du jumeau. Je peux comprendre le désarroi de Mac à l'annonce du report du procès, il avait de bonnes raisons de croire qu'il en sortirait libre le soir même. Mais la juge a pris une sage décision, son professionnalisme ne l'empêche pas d'être humaine. Elle est sensible à l'état de Jo et c'est rassurant pour la suite. 

_________________


RST un jour RST toujours Yee-hah!


Back to top
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Offline

Joined: 05 Dec 2014
Posts: 601
Féminin

PostPosted: Fri 20 Feb - 07:33 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Très bon chapitre, le procès est vraiment bien mis en scène.
Le procureur est un beau salaud, il n'a aucune pitié. Je ne comprendrais jamais ce genre d'individu.

J'ai les boules que l'audience soit reporté à une date ultérieur, pauvre Mac. Je vais être un peu dur mais par respect pour Mac, Jo aurait du se reprendre.
_________________


Back to top
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,996
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Fri 20 Feb - 14:16 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Pauvre Mac. J'esperais que tout serait fini bientot. J'espere que Matthiew va aider avec son temoignage. Ce procureur, il ne comprend rien! Il fait son travail, d'accord, mais on peut etre humaine aussi! 

Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 04 Mar 2011
Posts: 6,012
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Fri 20 Feb - 15:17 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Je publie maintenant, sinon ça ne sera pas avant 22 heures. Bonne lecture les filles. 


--------------------------------------




Chapitre 7


Jo a mal supporté le fait de voir Matthiew au procès. Elle se trouve mal et fait un malaise. La juge décide de reporter le procès.


L'officier arrive et met les menottes à Mac.


La juge : Madame Danville et Monsieur Taylor, je voudrais vous voir dans mon bureau pour quelques formalités.


L'officier emmène Mac et Jo le suis, ils traversent le long couloir qui les mènes au bureau de la juge.


Dans la salle d'audience.


Don : Merde ! Mac repart en prison !
Sid : C'est pas juste.
Danny : Il faudra pas en parler à Jo, elle va se sentir responsable, je la connais !
Lindsay : Elle va être effondrée la pauvre !
Don : Je ne comprends pas pourquoi Jo n'a pas intervenu !
Danny : Parce qu'elle est Détective de premier grade et dans ce cas, il y a la formation de droit supplémentaire et elle connait. Quand un juge décide quelque chose on ne peut pas aller à son encontre. Ça aurait pu jouer en sa défaveur. Elle n'aurait rien pu faire juste mettre la juge en colère. Puis on la connaît, c'est la Juge Newton. Quand elle a prit une décision, c'est irréversible.
Don : Ok je comprends. Je n'avais pas vu ça comme ça.


Dans le couloir.


Jo : Je suis désolé Mac ! Je voulais lui dire de continuer, mais elle ne m'a pas laissé le temps, elle avait déjà levée l'audiance. On ne peut plus intervenir dans ce genre de cas !
Mac : Je sais Jo ! Je ne t'en veux pas. De toute façon je sais que parti comme c'est j'en prend pour dix ans alors c'est rien Jo, ne t'en fais pas. Brooks va convaincre le jury, j'en suis sûr !
Jo : J'en ai bien l'impression aussi !


Dans le bureau de la juge.


La juge à l'officier : Retirez lui les menottes s'il vous plaie.
La juge à Mac et Jo : Asseyez-vous !


La juge : Madame Danville, je vous rappelle que vous êtes toujours en liberté provisoire. Jusqu'à ce que la date de la suite du procès soit fixé, vous ne devez pas quitter le pays et ne pas entrer en contact avec les témoins confirmés ou potentiels de cette affaire.
Jo : D'accord.
La juge : Monsieur Taylor ! je suis consciente que dans le cadre de la présomption d'innocence, il est affligent pour vous de repartir en prison. J'ai jugé que l'état de santé de Joséphine Danville est assez préoccupant pour suspendre ce procès. En conséquence, j'ai pris une décision délicate en accord avec le juge de l'application des peines, j'ordonne votre mise en liberté provisoire sans condition de caution jusqu'à la reprise du procès. Toutefois, je vous ordonne de ne pas quitter la ville dans un rayon de cinquante kilomètres, de ne pas entrer en relation avec votre domaine professionnel et en contact avec les témoins confirmé ou potentiel de cette affaire. Est-ce-que vous vous engager à respecter ces conditions ?
Mac : Bien évidemment, sauf que Joséphine Danville qui est mon bras droit occupe actuellement mon appartement, elle ne pouvait plus vivre dans son logement après le drame. Je lui ai confié le mien en mon absence. Faut t-il que j'aille m'installer à l'hôtel ?
La juge : Je vous remercie pour votre franchise. Votre question est pertinante vu que madame Danville poursuit son activité professionnelle. Il me semble que vous aviez un droit de parloir madame !?
Jo : Oui !
La juge : Donc si on vous a accordé ce droit, ça ne posera pas de soucis. Je ne m'oppose pas à ce que vous cohabitiez avec Madame Danville. Toutefois, ça devra rester dans un concept privée. Madame Danville, je vous rappelle que votre collègue est interdit d'exercer jusqu'à nouvel ordre et que vous êtes tenu sous le secret professionnel.
Jo : Oui, j'en suis consciente. Ce qui se passe à la police scientifique restera confidentiel.
La juge : Très bien ! Vous recevrez dans un délais de dix jours, une lettre vous indiquant la date de la suite du procès qui aura lieu dans un délais de quinze à quarante cinq jours. J'ordonne la levée d'écrou. Votre sortie devrait être effective dans une à deux heures.
Mac : Merci beaucoup ! Je vous en suis reconnaissant.
La juge : A titre personnelle, considéré cette mise en liberté comme une chance car n'oubliez pas qu'il est possible que vous retourniez en prison après le procès. Je sais également que je dois rester impartial, mais le procureur Brooks ne vous fera pas de cadeau. Je vous souhaite bonne chance pour la suite de ce procès.
Mac : Je le sais bien, ne vous en faites pas.
La juge : Madame Danville, reposez-vous. Vous en avez besoin.
Jo : D'accord.


L'officier met les menottes à Mac.


L'officier : Monsieur Taylor, je dois vous ramener pour que vous signez vos papiers de sortie.
La juge : Il est libéré, ce n'est pas utile de le menotter ! Il retourne juste pour récupérer ses effets personnelles et signer les papiers de sortie. Vous devriez savoir qu'on ne menotte pas une personne dans ce genre de cas.
L'officier : Oui, ça va de soi ! Excusez-moi, c'était un réflex !


Dans le couloir, l'équipe, Elie, Tyler et Russ attendent. Ils aperçoivent Jo arriver. Elle est assez sereine et presque souriante.


Lindsay : Je pensais qu'elle pleurerait à chaude larme.
Danny : Ce qui est étrange d'ailleurs !
Sid : Le procès doit être reporté dans à peine quelques jours je pense. Sinon elle serait moins seraine.
Don : Oui, je pensais qu'elle serait effondrée. Connaissant Jo, elle a dû faire le forcing pour que l'audience reprennent ses jours ci.


Jo arrive


Russ : Tu as une date ?
Jo : Entre quinze et quarante cinq jours. Je vais recevoir un courrier.
Sid : J'espère que ça sera quinze car si Mac est acquitté il ne mérite pas de faire encore un mois et demi de prison.
Jo : Ben si il est jugé coupable, j'aime autant que le procès soit retardé le plus longtemps possible.
Danny : Oui, ça te fais gagner quelques jours de liberté, car si il est coupable, tu risques de l'être aussi. Je comprends !
Jo : Non, je m'en fou de moi. C'est parce que la juge a ordonné la liberté provisoire de Mac. Donc si le procès est dans un mois et demi, ça lui fait six semaines de liberté. (souriant)
Danny : Tu es sérieuse ?
Jo : Ben ça serait de mauvais goût de raconter des salades non !?
Sid : Il va pouvoir souffler.
Jo : Ouais ! En espérant qu'il n'y retourne pas. Mais avec Brooks ça se présente mal.
Russ : Tu crois ?
Jo : Ouais. Je pense que Mac sera jugé coupable. Il va réussir à convaincre les jury. C'est pareil pour moi, je vais être condamné.
Russ : Ne pense pas à ça pour l'instant.
Tyler : Papa à raison !
Jo : Bon, Mac sort dans une heure, je vais aller le chercher. Russ tu peux raccompagner Elie chez moi ?
Russ : Pas de soucis. Tu as assez d'argent pour régler la caution, car si c'est pas le cas on peut te dépanner.
Sid : Oui, moi aussi !
Jo : Pas de condition de caution !
Danny : Ouah ! Respect la juge !
Jo : Ouais ! Dommage que le juge n'a pas de pouvoir dans ce genre d'affaire. Je crois bien qu'elle est de notre côté.
Danny ; Elle arrivera peut-être à convaincre le proc !
Jo : Aucune chance, c'est une tête brûlé celui-là.


Jo attend une petite heure devant le centre pénitencier et Mac passe enfin la porte. Mac arrive vers Jo. Il lui dépose un tendre bisou sur la joue.


Jo : Je me sens tellement coupable Mac.
Mac : Mais de quoi Jo !
Jo : De ne pas l'avoir fait moi même. Tu n'aurais pas fais 6 mois de prison à cause de moi.
Mac : Jo, j'ai fais 6 mois de prison à cause de lui, pas de toi.
Jo : Tu as fait six mois de prison pour moi alors !
Mac : Jo ! Je devais intervenir.
Jo : Tu es généreux Mac. Pas beaucoup de personne ferait ça pour une collègue.
Mac : Tu es bien plus qu'une collègue, j'aurais pas supporté de te perdre. Tu sais, si il t'aurait tué, j'aurais fait 30 ans de tôle parce que je l'aurais tué après.
Jo : J'espère juste que la suite du procès t'acquittera.
Mac : En attendant, j'ai droit à quelques jours de liberté et je ne peux qu'en être satisfait. Si jamais je suis condamné, j'aurai au moins pu profiter un peu du dehors. On peut passer un peu de temps ensemble au moin.
Jo : Tu ne m'en veux pas ? Tu aurais pu retourner en prison. Ce genre de décision est très exceptionnelle.
Mac : Bien sûr que non ! La juge a eu raison, tu n'aurais pas supporté plus longtemps.


Jo regarde Mac, elle s'approche et lui vole un long baiser avec une grande tendresse.


Mac : Ouah !


Jo sent Mac hésitant.


Jo : Au parloir on s'est dit des choses Mac ! On ne doit pas faire aujourd'hui comme si rien n'était.
Mac : Il n'en est pas question Jo, mais je t'avoue qu'à l'extérieur c'est plus pareil.
Jo : Tu te rends compte que tu ne m'aimes pas autant que....


Mac lui coupe la parole.


Mac : Je sais que les hommes te font peur et j'ai peur de mal m'y prendre ! Dehors j'ai une liberté qu'au parloir je n'ai pas. J'ai peur de mal agir avec toi.
Jo : J'ai peur des hommes Mac. Sauf de toi.
Mac : J'ai beaucoup de respect pour toi Jo. Si un jour je me comporte mal, n'hésite pas à me le dire. (en la regardant dans les yeux)
Jo : Je suis confiante.
Mac : Ton baiser, tes visites en prison...Tu n'as pas fait ça parce que tu te sens coupable au moins ?
Jo : Bien sûr que non !
Mac : Ta démarche était sincère Jo ?
Jo : Oui, bien sûr. Comment oses-tu imaginer le contraire ?


Mac pose sa main sur le visage de Jo.


Mac : Tu es belle Jo, tu es généreuse, intelligente et d'une grande gentillesse. Tu sais la seule personne à laquelle j'ai pensé pendant que j'étais en prison, c'est toi. J'ai pensé à ta fille aussi qui m'a écrit de temps en temps.


Les larmes de Jo roulent.


Mac : J'ai envie de te montrer qu'un homme peut t'aimer, te respecter et t'offrir l'amour dont tu es digne. Parce que dans le fond c'est ce que tu mérites Jo ! Tu mérites beaucoup d'amour. Je sais que tu n'es peut être pas prête, mais j'aimerais être l'homme qui t'apporte tout ça.
Jo : C'est vrai ?
Mac : Oui, je t'assure.


Jo le regarde et l'embrasse pour la seconde fois.


Mac sourit et serre Jo dans ses bras.


Jo : On rentre à la maison.
Mac : Eh oui ! C'est vrai que tu vis chez moi maintenant ! Je te cache pas que j'ai envie d'un bon café. Le jus de chaussette de la prison me donnait mal au bide !
Jo : Il va falloir qu'on cohabite si je comprends bien !


Mac regarde Jo et sourit.


Mac : Je prendrais le canapé et quand tu seras prête, on dormira ensemble. (en faisant un clin d'oeil)
Jo : D'accord. (souriant)


Jo et Mac arrivent près de la voiture. Il la regarde et regarde la voiture. Elle comprend à ce moment là ce qui lui passe par la tête. Jo lui tend la clé.


Jo : Tu as envie de conduire, n'est ce pas !
Mac : C'est ta voiture de fonction, je n'ai pas le droit !
Jo : Au point où on en est !
Mac : Tu as raison ! Merci ! C'est adorable.
Jo : Pas de quoi !


Jo et Mac arrivent chez eux.


Elie : Ah ben vous voilà !
Russ : Bonjour Mac !


Russ serre la main de Mac.


Mac : Bonjour !
Jo : On a tardé, mais Mac avait besoin de prendre l'air.
Russ : Oui, là ça se comprends.
Tyler : Merci Mac ! Au nom de la famille, vous êtes un grand. Sans vous maman serait plus là.
Russ : Mon fils à raison. Vous êtes un homme respectable.
Mac : J'ai fais mon boulot c'est tout.
Russ : Mac ! Vous avez agit en humain sur ce coup là. Bon ben je vais y aller moi, j'aimerais rentrer avant la nuit. Tyler tu veux que je te dépose ?
Tyler : Je veux bien.


Plus tard, Mac va poser ses affaires dans sa chambre. Il aperçoit une valise sur son lit.


Mac : C'est quoi ? Tu avais l'intention de partir ?
Jo : Je l'avais préparé au cas où je serais condamné.
Mac : Oui, ma question est bête, excuse-moi.


Pendant le dîner


Mac : Qu'est ce que ça fait du bien un bon repas !
Elie : Il paraît qu'en prison la bouf est dégueulasse !
Jo : Elie ! Comment tu parles !
Mac : Elle a raison, c'est ça le pire !
Jo : Un bon dessert s'impose alors.
Mac : Qu'est ce que tu me proposes ?
Jo : Mousse au chocolat !
Mac : J'adore !


Le soir, Jo va se coucher, Mac s'installe sur le canapé. Jo arrive.


Jo : Mac ! Qu'est ce que tu fais ? Il est plus d'une heure, tu n'es pas fatigué ?
Mac : Ben si, mais je prends le canapé ! Comme on avait dit !
Jo : Ah ! Ben j'ai cru que tu plaisantais moi, tu m'as fait un clin d 'œil !
Mac : Je ne sais pas trop où tu en es Jo !
Jo : Viens dormir avec moi si tu veux.
Mac : Tu es sûr ?
Jo : Oui ! Viens je te dis !
Mac : Si il y a un soucis, que tu angoisses, tu me le dis.
Jo : D'accord. Mais on a déjà dormi ensemble.
Mac : C'est vrai !
Jo : Bon ne t'attends pas à des miracles non plus, mais on peut dormir ensemble !


Mac vient dormir dans le lit et Jo se met dans ses bras.


Jo : Merci !
Mac : Mais de quoi ?
Jo : De ne pas me détester.
Mac : Dit pas de bêtises. C'est tellement bon d'être dans le lit avec toi, de t'avoir dans mes bras. C'est trop bon Jo !
Jo : Je n'en reviens pas encore que tu sois là.


Mac embrasse Jo passionnément.


Mac : Cette nuit va être la plus belle que j'ai pu passer depuis longtemps.


Jo s'endort dans les bras de Mac.


Le lendemain ils se réveillent.


Mac : J'ai pas rêvé, je suis bien libre.
Jo : Tu es bien libre et on a dormi ensemble.
Mac : C'est une chose dont j'ai rêvé en prison. Dormir avec ma Jo dans les bras.


Mac embrasse Jo.


Jo : Je t'aime
Mac : C'est vrai ?
Jo : Tu sais, je me disais qu'on pourrait envisager de vivre une vie de couple. J'ai plus trop envie qu'on se dise « amis ». J'ai envie qu'on soit un couple.
Mac : Tu me proposes qu'on se mette ensemble, officiellement.
Jo : Il faut qu'on arrête de tourner autour du pot. Si il y a bien un truc dont je me suis rendu compte quand tu étais en prison, c'est que je suis amoureuse de toi. Tes baisers m'ont manqués. Juste sentir la chaleur de tes lèvres sur les miennes m'aurais suffit.
Mac : Toi aussi tu t'en ai rendu compte.
Jo : Je sais que ça ne sera peut être pas facile, mais je pense que tu es sincère et tu m'as déjà donné beaucoup d'affection sans qu'on soit ensemble alors je me dis qu'en étant vraiment ensemble je peux être qu'heureuse avec toi.
Mac : Tu sais que je vais peut-être retourner en prison !?
Jo : Et il est probable que j'y aille aussi. Je pense qu'il faut qu'on arrête de penser à la prison et qu'on vive l'instant présent.
Mac : Tu as sans doute raison.
Jo : Je veux juste être heureuse.
Mac : Tu le sera.
Jo : Est-ce-que ça veut dire que tu es d'accord ?
Mac : On est fait l'un pour l'autre Jo. J'en suis sûr.
Jo : J'ai pas envie qu'on se cache par contre. Si on vit quelque chose, je voudrais que ce soit à cent pour cent.
Mac : Non ! On ne se cache pas. Par contre si à un moment donné tu ne te sens pas à ton aise, n'hésite pas à me le dire.
Jo : Pourquoi ça serait le cas ?
Mac : Tu sais, je suis très affectueux, j'aime les câlins et les moments de tendresse sont importants pour moi.


Jo le regarde et sourit.


Jo : C'est vrai ?
Mac : Bien sûr. Je sais, ça fait pas virile, mais je suis comme ça, c'est ma nature.
Jo : J'ai de la chance alors !
Mac : Tu sais, quand on a dormi ensemble il y a 6 mois, le matin je crevais d'envie de te caresser mais je me suis retenu de toute mes forces. Je savais que c'était pas le moment.
Jo : Mac ! Je vais avoir du mal au départ. J'espère que tu sauras être patient !
Mac : Je peux t'embrasser et te câliner quand même ?
Jo : Alors ça je pense que c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Ta tendresse m'aidera sûrement à franchir de nouveaux cap. Tu sais, j'ai envie qu'on le fasse, mais j'ai peur que ça se passe mal.
Mac : On le fera quand tu seras prête. Par contre il faudra que tu me fasses signe parce que par respect pour toi, je ne voudrais pas qu'un jour tu sentes que je suis insistant. Enfin je dis ça, mais on verra combien de temps je suis dehors !
Jo : J'espère que ça va traîner cette fois.
Mac : Moi aussi. Je l'avoue.
Jo : On se lève.


Mac et Jo sortent de la chambre.


Elie : Ben ! Vous avez dormi ensemble ? (souriant)
Jo : Ben oui !
Elie : Il me semblait bien que le canapé était vide.
Jo : Ecoute, Mac et moi....
Elie : Vous êtes amoureux ! J'ai compris depuis longtemps ma petite maman. Je l'ai compris depuis qu'il est venu pour notre sécurité. Tu regardes Mac comme une crème glacé au caramel !


Mac et Jo rigolent.


Jo : Du coup on va rester vivre avec Mac si ça ne t'ennuie pas.
Elie : Je sais que t'est un homme bien toi. Si tu réussis à faire oublier à maman toute les misères qu'elle a vécue alors ça vaut le coup.
Mac : Ben merci, je suis flatté !
Elie : Oh là là ! Je suis trop contente.


Elie prend Mac dans ses bras ce qui le surprend. Ensuite c'est au tour de Jo.


Elie : Je suis trop contente pour vous. Vous faites un super couple.


Mac et Jo se regardent émus par la réaction d'Elie.


Mac : J'aimerais inviter ta maman au restaurant ce soir. Tu veux venir avec nous ?
Elie : Non, c'est une soirée en amoureux. Je resterais ici !
Jo : Tu es sûr !
Elie : Maman j'ai quinze ans. Je peux rester ici seule une soirée.
Jo : Oui, c'est vrai !
Elie : Puis il y a Dr House à la télé ce soir. Bon c'est des rediff, mais ce toubib m'éclate moi.
Jo : Bon ben contre le Dr House on ne fait pas le poids Mac !


Le soir, Mac et Jo vont au restaurant et leur conversation est très intéressante.


A suivre  
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
maria
RST Hyperactif

Offline

Joined: 22 Jul 2012
Posts: 3,996
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

PostPosted: Fri 20 Feb - 16:50 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Ah enfin, j'ai adore cette suite! Meme si on ne sait pas encore si Mac sera libere, c'est tres agreable de le voir libre de vivre un peu aupres de la femme qu'il aime. 

Back to top
Barbara
Admin adjointe RST - Meilleure guide TV

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,080
Localisation: Beaune (21)
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): ✰ Jean ✰ Jenny ✰ Johanna ✰ Lauren ✰ Marion ✰ Mary ✰
Ship: ♥ Jean's ♥ Joh/Cricri ♥ Joh/Titi ♥ Jojoh ♥ Jojo's ♥ Mary/Chris ♥

PostPosted: Fri 20 Feb - 17:11 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

La juge a bel et bien démontré sa position dans cette affaire en accordant à Mac la liberté provisoire sans condition de caution. Si seulement Danny pouvait être entendu, moi aussi j'avais encore un peu d'espoir quant au fait qu'elle pourrait finir par convaincre le procureur mais je n'en suis plus si sûre. Malheureusement, ce minable restera hermétique à son influence d'après les dires de Jo. 

 
Cette mise en liberté est malgré tout une chance que Jo et Mac doivent saisir et ils ont raison de savourer le bonheur présent d'être réunis. Leurs retrouvailles sont belles et Mac est touchant dans son hésitation de ne pas vouloir mettre Jo mal à l'aise alors qu'il est fou d'elle. En lui proposant de vivre officiellement une vie de couple, Jo lui prouve qu'il en est de même pour elle et qu'elle vient de franchir une nouvelle étape dans sa reconstruction. 


Poursuivez dans cette voie les enfants et pour ce faire, les chaleureux baisers et les tendres câlins sont vivement prescrits. 
 


Elie est géniale, elle connait bien les faiblesse de sa mère et elle a raison de les laisser passer une soirée en amoureux.
Qu'ils en profitent sans penser à demain, ils le méritent !
 

_________________


RST un jour RST toujours Yee-hah!


Back to top
Cricri54
L'oeil du tigre

Offline

Joined: 03 Apr 2011
Posts: 3,143
Localisation: Nancy
Féminin Verseau (20jan-19fev) 狗 Chien
Perso(s) préférée(s): Johanna. Gin. Lauren. Mary
Ship: Joh/cricri. Jojo's. Gin/Jean.

PostPosted: Fri 20 Feb - 18:05 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Je l'aime bien cette juge, elle a bien discerné par certaines preuves dans l'affaire que les victimes sont bien Jo et Mac! Je pense qu'elle fera le maximum pour contrecarrer le procureur, mais à mon avis ce n'est pas gagné! Elle relâche Mac sans caution, noble geste!
Leur retrouvailles sont émouvantes. Ils sont pour un moment libre de s'aimer.
Comme dit Babou Elie est géniale, elle veut que cette soirée leur appartienne. Après toutes ces dures épreuves, ils le méritent!
_________________


RST un jour..RST toujours!


Back to top
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Offline

Joined: 05 Dec 2014
Posts: 601
Féminin

PostPosted: Fri 20 Feb - 19:02 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Très belle suite. Mac relâché pour le moment, bonne nouvelle, la juge est top.

Elie me fait trop rire avec sa réplique "Tu regardes Mac comme une crème glacé au caramel ! ", j'adore lol

Mac est donc un gros câlineur, ça va lui changer à Jo c'est certains, et ça va lui faire que du bien.

Bonne idée cette soirée au restaurant Wink
_________________


Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 04 Mar 2011
Posts: 6,012
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Fri 20 Feb - 21:52 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Winona23 wrote:
Très belle suite. Mac relâché pour le moment, bonne nouvelle, la juge est top.

Elie me fait trop rire avec sa réplique "Tu regardes Mac comme une crème glacé au caramel ! ", j'adore lol

Mac est donc un gros câlineur, ça va lui changer à Jo c'est certains, et ça va lui faire que du bien.

Bonne idée cette soirée au restaurant Wink




J'ai rigolé moi-même en écrivant cette réplique ! 


Je pense qu'il y en a d'autre pour qui ce n'est pas passé inaperçu !  Mort de Rire   Wink
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
Barbara
Admin adjointe RST - Meilleure guide TV

Offline

Joined: 05 Mar 2011
Posts: 5,080
Localisation: Beaune (21)
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): ✰ Jean ✰ Jenny ✰ Johanna ✰ Lauren ✰ Marion ✰ Mary ✰
Ship: ♥ Jean's ♥ Joh/Cricri ♥ Joh/Titi ♥ Jojoh ♥ Jojo's ♥ Mary/Chris ♥

PostPosted: Fri 20 Feb - 21:58 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Aurelle-sims wrote:
Winona23 wrote:
Très belle suite. Mac relâché pour le moment, bonne nouvelle, la juge est top.
Elie me fait trop rire avec sa réplique "Tu regardes Mac comme une crème glacé au caramel ! ", j'adore lol
Mac est donc un gros câlineur, ça va lui changer à Jo c'est certains, et ça va lui faire que du bien.
Bonne idée cette soirée au restaurant Wink


J'ai rigolé moi-même en écrivant cette réplique ! 
Je pense qu'il y en a d'autre pour qui ce n'est pas passé inaperçu !  Mort de Rire   Wink


C'est bien pour ça que j'ai parlé de faiblesse.  Very Happy
_________________


RST un jour RST toujours Yee-hah!


Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 04 Mar 2011
Posts: 6,012
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Fri 20 Feb - 22:04 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote

Barbara wrote:
Aurelle-sims wrote:
Winona23 wrote:
Très belle suite. Mac relâché pour le moment, bonne nouvelle, la juge est top.
Elie me fait trop rire avec sa réplique "Tu regardes Mac comme une crème glacé au caramel ! ", j'adore lol
Mac est donc un gros câlineur, ça va lui changer à Jo c'est certains, et ça va lui faire que du bien.
Bonne idée cette soirée au restaurant Wink




J'ai rigolé moi-même en écrivant cette réplique ! 
Je pense qu'il y en a d'autre pour qui ce n'est pas passé inaperçu !  Mort de Rire   Wink




C'est bien pour ça que j'ai parlé de faiblesse.  Very Happy



Il me semblait bien que cette allusion par rapport aux faiblesses avait un rapport avec ça. 
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Back to top
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Offline

Joined: 04 Mar 2011
Posts: 6,012
Localisation: Bordeaux Métropole
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

PostPosted: Sat 21 Feb - 14:52 (2015)    Post subject: La liberté de t'aimer (CSI : NY) Reply with quote



Chapitre 8


Mac est sortie de prison depuis hier et souhaite dîner avec Jo. Elie qui est très perspicace a comprit que Mac souhaitait passer un moment en tête à tête avec Jo et décline l'invitation de se joindre à eux au profit du dr House.


Au restaurant


Mac et Jo s'assoient.


Jo garde les yeux figés sur un objet précis. Ses yeux commençaient à baigner dans une petite flaque très discrète mais apparente.


Mac : Ma chérie, ça va ?
Jo : Oui, oui ! Ça va ! (le regard dans le vide)


Mac se rend compte que Jo est terrifiée. Mac appelle le serveur.


Le serveur : Oui monsieur.
Mac : Est-ce-que vous pouvez enlever les chandelles s'il vous plais ? Les lumières des bougies ont tendence à me picotter les yeux.
Le serveur : Bien sûr monsieur, sans aucun problème.


Le serveur enlève les bougies. Jo baisse la tête.


Jo : Je suis désolé ! Je bloque encore sur certains détails et les bougies je ne peux plus les approcher.
Mac : J'avais compris.
Jo : Tu es très prévenant. Je ne t'ai même pas dit ce qui n'allait pas et tu as compris tout de suite.
Mac : C'est normal ! Je connais ton histoire. Ça va aller ?
Jo : Mais bien sûr ! Ça va mieux là ! En tout cas, j'ai été surprise de ton invitation spontanée devant ma fille ce matin.
Mac : En prison je me suis dit que la chose que je ferais en sortant c'est dîner en tête à tête avec toi. Bon après si il y aurait eu Elie avec nous ça n'aurais été que partie remise. Ma sortie est sûrement provisoire, donc j'en profite un maximum.
Jo : C'était la bonne soirée pour m'inviter. Tu crois qu'elle allait rater le dr House toi !?


Ils rigolent.


Mac prend la main de Jo.


Mac : Tu es très en beauté.
Jo : Tu te défends bien aussi !
Mac : Je suis heureux d'être avec toi.


Mac regarde Jo.


Mac : Alors maintenant, on va vivre ensemble et petit à petit essayer d'approfondir notre relation.
Jo : Je suis amoureuse. Donc ça se fera naturellement. J'espère qu'on sera heureux.
Mac : On le sera et je te promets sur mon honneur que jamais je te ferais de mal que ce soit morale ou physique !
Jo : Je n'en doute pas. Tu es doux et j'aime ça !
Mac : Depuis Claire, je crois que je ne l'avais pas autant été.


Mac réfléchit et se sent mal à l'aise.


Mac : Mince, quel idiot ! Excuse-moi. (Gêné)
Jo : Mais de quoi ? Tu es veuf Mac, tu as vécu une belle histoire avec ta femme, c'est normal que tu en parles de temps en temps ! Je ne peux pas être jalouse d'une défunte !
Mac : Tu aurais tendance à être jalouse ?
Jo : Possible mais pas de Claire. Mais je ne te cache pas que si une jolie femme te tournait autour et que je sens qu'elle te plais ça m'agacerait. En fait la joulousie s'attiserait plutôt si je me sentais en danger. Là je sais qu'avec Claire je ne serais pas en danger.
Mac : Tu n'as pas de soucis à te faire. Je suis l'homme d'une seule femme et c'est toi qui me fait craquer. Tu es la plus belle pour moi.
Jo : C'est adorable ce que tu me dis là. C'est agréable à entendre. Je ne suis pas habitué à tant de gratitude.


Mac embrasse la main de Jo.


Mac : Tu le mérite mon cœur et il va bien falloir que tu t'y habitue.
Jo : Puis tes petits surnom : Mon cœur, mon amour, ma chérie.... J'adore ça.
Mac : Je suis sur un petit nuage. J'ai trouvé la bonne personne. Ce que je veux dire c'est que je pense que nous deux c'était écrit.
Jo : C'est possible. Mais je crois que c'était inévitable ! On aurait fini ensemble un jour ou l'autre.
Mac : Puis toi, tu me feras jamais de remarque sur mon travail. Enfin si je le reprends un jour !
Jo : C'est à dire ?
Mac : Les anciennes femmes que j'ai eu dans ma vie, ne comprenaient pas parfois mon mode de vie. Elles ne supportaient pas que parfois je rentre à 21 h ou même 22 heures à cause d'affaire trop importante.
Jo : D'accord je comprends mieux ! En fait, là dessus, je ne te ferais jamais de reproche, on est dans le même bateau.
Mac : Puis on se fait confiance, c'est l'essentiel.


Soudain Jo se sent mal et baisse la tête, ses yeux, ses petites larmes commencent à rouler le long de ses jours. Mac relève le menton de Jo.


Mac : Qu'est ce qui se passe ma chérie ? Pourquoi ses larmes ?
Jo : Je suis désolé ! Lors du procès ça a été abordé, on n'en a pas parlé mais j'ai fais quelque chose de pas très honnête au boulot alors que j'étais ton assistante, que tu me faisais confiance. Tu as toujours eu une confiance aveugle en moi et j'en ai abusé.
Mac : Tu parles du Rohypnol ?
Jo : Oui ! Je suis désolé Mac ! J'aurais pas dû.
Mac : Je m'en fiche ! Tu l'as fait par désespoir. Je ne t'en veux pas du tout. J'avais même oublié tu vois ! Ça n'aura aucune incidence et t'attends pas à avoir un blâme.
Jo : Merci Mac. Mais Sinclair !
Mac : Sinclair est un ami, il comprendra. Puis si ça se trouve ça ne reviendra pas à ses oreilles. Il faudrait que ce soit moi qui le signale et compte pas sur moi. Il n'était pas au procès.
Jo : Merci Mac !
Mac : Ne me remercie pas. Moi aussi j'ai trahi ta confiance en t'incitant à boire.
Jo : Oui, mais tu l'as fait pour avoir des infos et ça m'a aidé dans un sens.
Mac : On est quitte alors !
Jo : D'accord !
Mac : Ce soir là tu m'as dit un truc qui m'a fait rire.
Jo : Dit moi !
Mac : Tu m'as dit « J'aurais dû accepter de t'épouser quand tu me l'a demandé »
Jo : Moi j'ai dit ça ? (Etonnée)
Mac : Oui !
Jo : J'étais bien pompette effectivement. Je me souvient pas que tu m'ais fait ce genre de demande. Où alors j'ai peut-être pris mes rêves pour la réalité.


Les jambes de Jo se mettent à trembler, elle réalise qu'elle a trop parlé. Mac relève la tête et la regarde dans les yeux.


Mac : Tu rêves de te marier avec moi !? (sérieusement)
Jo : C'est une expression Mac ! Mince, quelle cruche. J'ai déjà bien trop bu !
Mac : Tu as bu qu'une coupe de champagne et un verre de vin ma Jo ! Tu sais ce que tu dis ! J'en suis sûr !
Jo : J'ai parlé trop vite ! C'est sorti tout seule, j'ai pas réfléchie et c'est une expression. Rien de personnelle.
Mac : Tu l'as dit ! Tu as dit que tu voulais te marier avec moi !! Tu l'as dit Jo ! (La taquinant)
Jo : Mais j'ai parlé un peu vite, excuse-moi. (très gênée)
Mac : Et si un jour, je te demandais en mariage, tu accepterais ! Tu envisagerais de te marier avec moi ?
Jo : Ben écoute, difficile de te répondre. Si tu ne tentes pas ta chance, tu ne pourras pas savoir ! (souriant)


Mac la regarde malicieusement.


Mac : Très bien ! J'enregistre !
Jo : Mais bon ! Pour l'instant, on ne sait pas ce que l'avenir proche nous réserve donc....
Mac : On verra où nous en seront dans quelques années et puis quelle sera ma sentence. Mais si vraiment je me rends compte que nous deux c'est pour la vie, attends toi à ce que ça t'arrive un jour.
Jo : Très bien ! J'enregistre. Au moins on sait tout deux à quoi s'attendre.
Mac : Voilà !


Au moment du dessert.


Mac : J'adore ce genre de restaurant à ambiance musical.
Jo : Oui, c'est très romantique.
Mac : J'aimerais bien qu'on danse tout les deux.
Jo : Oui, ça me ferait plaisir.
Mac : Aller viens !


Mac et Jo vont rejoindre la dizaine de couple déjà sur la piste et dansent collés l'un à l'autre comme si rien d'autre n'existait.


Une fois rentrés du restaurant, Mac et Jo se couchent et veille dans le noir. Mac prend Jo dans ses bras et lui fait des petits bisous dans le cou et sur le visage.


Mac : J'aime sentir ta peau et tu sens tellement bon.
Jo : Tu me le dis souvent ça j'ai remarqué ! Déjà avant qu'on soit ensemble ! Tu as l'odora très fin on dirait !
Mac : C'est parce que je suis tactile et j'adore le contact peau à peau.
Jo : Tu aimes ça !
Mac : C'est sensuel je trouve.
Jo : Oui, tu as raison. Je trouve aussi.
Mac : Tu aimes bien aussi alors ?
Jo : Quand je suis amoureuse, oui !


Jo était un peu stressé par la prévenance de Mac, mais finissait par apprécier.


Mac : Je peux te caresser le dos ?
Jo : Tu aimes ça ?
Mac : Oui, j'aime bien.
Jo : Tu sais, il y a encore de vilaines cicatrices.
Mac : On est dans le noir et même si je les verrais, je m'en fou de ça. Je peux ?
Jo : Tu peux.


Jo se retourne pour se retrouver face à Mac qui lui caresse le dos. Elle commence à s'occuper du dos de son compagnon elle aussi.


Mac : Tu as les mains douces.
Jo : Je suis en train de caresser un homme, je n'y crois pas. (Enthousiaste)
Mac : Et pas n'importe lequel ! (malicieusement)


Jo rigole


Mac : Tu t'ouvres de plus en plus ! C'est super agréable !
Jo : Oui, ça marche bien on dirait ! L'amour est le meilleur remède contre les blessures du passé.
Mac : Il paraît oui !
Jo : C'est grace à toi tout ça. Tu m'aides à me reconstruire. Je t'en serais éternellement reconnaissante.


Ils s'embrassent et continu de se faire des petits câlins jusqu'à ce que le sommeil les rappel à l'ordre.


Deux jours plus tard, Mac et Jo passent la soirée seuls, Elie est partit chez une amie pour la nuit.


Jo : Je vais me prendre un bain.
Mac : Tiens c'est une chose dont je rêvais à la prison !


Jo le regarde malicieusement et lui tend la main.


Mac : Tu veux que je vienne avec toi ?
Jo : Si ça te dis bien sûr ! La baignoire est immence. Ça me ferais de la compagnie !
Mac : J'adorerais prendre un bain avec toi.
Jo : Alors viens !


Mac est troublé et se montre hésitant.


Jo : C'est le fait que je te vois nu qui te fais peur ? Toi, tu m'as déjà vu. Donc je suis également en droit d'avoir ce beau privilège.
Mac : Tu as raison. Allons y pour un moment de détente.


Mac et Jo vont à la salle de bain, Jo coule le bain et Mac finit par se déshabiller avec un sourire timide. Jo le regarde avec un sourire révélateur.


Jo : Superbe ! En plus d'être brillant, charmant, doux, intentionné, tu es sexy. J'ai de la chance.
Mac : Et moi donc. (L'admirant en train de se dévêtir)


Jo enlève ses vêtements et entre dans la baignoire, Mac la suit.


Jo : C'est la première fois qu'on se retrouve l'un contre l'autre complètement nus.
Mac : ça te gêne ?
Jo : Non, ça me plais bien je dirais ! Je suis bien là avec toi. On est heureux.
Mac : Ah ça oui ! Moi ça ne me plais pas seulement, j'adore ça !


Mac savonne le dos de sa douce.


Mac : Tu sais, ton dos se remet bien ma chérie. Je te jure qu'on ne voit pas grand chose.
Jo : C'est vrai ?
Mac : Oui je t'assure.


Mac passe ses bras autour de sa belle et commence à rire.


Mac : Si il y a trois ans on m'aurait dit que je prendrais un jour un bain nu avec toi, j'aurais rigolé.


Jo rigole.


Jo : C'est vrai. Je suis dans un bain avec mon patron ! J'y crois pas !
Mac : Dit Jo !
Jo : Oui !
Mac : Le « patron » on oublie à la maison. D'accord !?
Jo : Ok !
Mac : A la maison on est Mac et Jo, amoureux et heureux. Pas de titre de supériorité ici.
Jo : D'accord. Amoureux et Heureux. Ça me plais bien ça.


Jo prend de la mousse dans ses mains et souffle dessus pour provoquer l'homme qu'elle aime. Il sourit. Jo embrasse Mac et soudain recule et sursaute.


Mac : Qu'est ce qui se passe ?
Jo : Non rien !
Mac : Jo !


Mac voit que Jo stresse d'un seul coup, sans raison particulière et commence à s'inquiéter.


Jo : Il a essayé de me noyer ! Quand il a découvert que je n'étais pas enceinte.
Mac : Il croyait que tu étais enceinte ?
Jo : Je lui avais fait croire pour qu'il arrête de me taper. J'ai eu trois semaines de répit, mais il a découvert que je lui mentais.
Mac : Oui, trois semaine où tu es venu au bureau sans trace de coups, je m'en souviens. J'avais même eu espoir à ce moment là que tu avais réussi à le mettre à la porte.
Jo : Excuse-moi, des fois mes souvenirs refont surface.
Mac : Tu es en sécurité, ça n'arrivera plus.


Mac fait des câlins et des bisous à Jo pour la rassurer.


Mac : Je t'aime ma chérie. Je suis là.
Jo : Je sais.


Jo se blottie dans les bras de Mac.


Le lendemain, Jo retourne au bureau.


Danny : Salut Jo !
Jo : Salut (souriant)
Lindsay : Eh ben ça va bien on dirait.
Jo : Super !
Danny : Mac va bien ?
Jo : Un peu perturbé par la prison, mais ça va. Il est content de cette période de liberté qui s'offre à lui.
Lindsay : Qui sera définitive, je l'espère.
Jo : Croisons les doigts ! Rien à signaler ce matin.
Danny : Si, Sid à fini l'autopsie sur la femme retrouvée dans le fleuve.
Jo : Très bien ! J'y vais de suite !


Quelques jours plus tard, Mac et Jo sont au lit. Elle regarde Mac dans les yeux.


Jo : Tu as un charme à couper le souffle.
Mac : Eh ben ! Tu t'es pas vu ! Toi tu es sexy ! La plus sexy des femmes que j'ai eu.


Jo le regarde.


Jo : Quoi ?
Mac : Mince ! Quel idiot !
Jo : Non, ça me fais plaisir !
Mac : Je te trouve naturellement belle. Pourquoi tu me fais cet effet là ? Je comprends pas !


Jo commence à passer sa main sous le tee-shirt de son compagnon.


Jo : J'ai envie de......


Mac la regarde.


Mac : De quoi ?
Jo : Déshabille moi.
Mac : Tu es sérieuse ?
Jo : Oui !


Mac retire le pyjama de Jo et commence à l'embrasser. Elle retire le caleçon de son homme d'un air timide en lui souriant.


Mac lui caresse le visage.


Mac : Je t'aime.


Le couple se livre à une séance de câlins et de caresses tendre et passionné. Mac regarde Jo et se plonge dans son regard. Il s'approche et tente de la chevaucher.


Jo : Mac ! Je suis désolé, je stress trop. Je suis raide comme un piquet, je pense que je ne vais pas y arriver. Je m'excuse.


Jo commence à pleurer.


Mac : Ne pleure pas ma chérie, ne pleure pas. Ce n'est pas grave. Ça ne fait rien.
Jo : J'ai cru que j'étais prête. J'en ai envie, mais je n'y arrive pas. J'ai trop peur Mac. Je suis désolé, j'ai trop peur. (bouleversée)


Mac la serre contre lui.


Mac : Ce n'est pas grave ma chérie. S'il te plaie arrête de pleurer.
Jo : Si tu veux qu'on arrête, je comprendrais.
Mac : Qu'on arrête quoi ?
Jo : Ben notre histoire ! Notre couple qui n'en n'est pas vraiment un d'ailleurs.
Mac : Pourquoi il n'en n'est pas vraiment un ? Je ne comprends pas là !
Jo : On n'a pas encore couché ensemble !
Mac : Et alors ! Tu considères que tant qu'il n'y a pas eu de sexe dans un couple on n'est pas vraiment ensemble ? C'est ça que tu essaies de me dire !?
Jo : Ben je ne sais pas, beaucoup le pense en tout cas. Moi personnellement je dirais qu'il n'y a pas besoin de ça, mais toi !?
Mac : Jo ! Toi et moi on est ensemble. Qu'on l'ai fait ou pas. Et il est hors de question que je te quitte par ce que nous n'avons pas encore franchi cette étape ! Je t'aime, je suis amoureux et accro même. Je ne pourrais pas me passer de toi. Je serais très malheureux sans toi !
Jo : Et là, tu n'es pas malheureux peut être ! Je viens de te donner de faux espoirs.
Mac : Je ne dis pas que je n'en ai pas envie, mais si tu n'es pas prête, je comprends et je ne suis pas malheureux. J'attendrais parce que j'ai la prétention de croire que ça se fera un jour. Petit à petit tu te rapproche un peu plus de moi. Je te promets qu'un jour on va la franchir cette étape et même si c'est dans dix ans, j'ai confiance.
Jo : Dix ans ! J'espère pas quand même ! Parce que même si je n'y arrive pas, j'en ai envie. Si tu dois retourner en prison et que je dois y aller aussi, j'aimerais qu'on réussisse avant.
Mac : Si ce n'est pas le cas, ce n'est pas grave. Je veux que tu te sentes bien. N'essaie pas de précipiter les choses. On le fera quand tu en ressentira le besoin. Quand ton désir vainquera ta peur. Si un jour tu te dis « j'en crève d'envie et je n'ai pas peur » alors là ça sera un très bon moment.


Jo reste dans les bras de Mac et elle finit par s'endormir. Mac éteint la lampe.


Le lendemain matin, le couple se réveille complètement nu dans le lit.


Jo : On ne s'est même pas rhabillé !
Mac : Non ! Ça m'a plus de sentir ton corps contre le miens.
Jo : J'ai été nul hier. Tu n'es pas déçu ?
Mac : Non. Ne t'en fais pas.


Mac savait au fond de lui qu'il mentait à Jo, bien sûr qu'il était déçu que cette tentative ai échoué, mais il savait que ce n'était pas la solution de le lui dire. Il voulait rester le plus correct possible avec elle.


A suivre  
_________________


Merci ZEL


RST un jour...RST toujours


Last edited by Aurelle-sims on Sat 21 Feb - 16:23 (2015); edited 1 time in total
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topicReply to topic rochelle redfield Forum Index Triologies
Page 3 of 12 Goto page: <  1, 2, 3, 410, 11, 12  >
Jump to:  
 
All times are GMT + 1 Hour

Index | Administration Panel | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group