rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Cette nuit-là
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Créations sur d'autres séries, sujets ou personnages. Fics Diverses Fictions en cours Fics Tétralogie H&G
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Sam 9 Avr - 18:13 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Je ne comprends pas tres bien pourquoi Cathy est en colere. Car il n'a pas mis un preservatif? 
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 9 Avr - 18:13 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Jeu 14 Avr - 16:19 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 10


Christian décida d'oublier son altercation avec Cathy, en profitant pleinement de l'après-midi avec son fils. Il était un peu nerveux à l'idée de se trouver seul avec lui, mais se rassura en se disant que tout s'était parfaitement bien pensé lors du repas de la veille et qu'il n'y avait aucune raison pour que cela se passe mal maintenant.
Il avait loué une piste pour deux heures, et Julien apprécia l'activité. Ils passèrent un moment complice, même si le lien père-fils ne s'établissait pas du jour au lendemain. Il songea que Julien ne lui ressemblait pas beaucoup, mais que cela n'était pas plus mal finalement. Julien avait bon caractère, était jovial avec tout le monde. Le contraire de ce qu'était lui, à son âge. Il regretta en le regardant, de ne pas l'avoir vu grandir, de ne pas l'avoir connu plus tôt, tout simplement. Vingt deux ans qu'il ne rattraperait jamais, quoi qu'il puisse faire, quoi qu'il puisse dire.
Il éprouvait à la fois une grande tristesse et un bonheur absolu. Deux sentiments qui ne se mélangeaient pas en temps normal. C'était ça, être père ?
Il lui proposa après le karting, d'aller grignoter quelque chose. Ils en apprirent encore beaucoup l'un sur l'autre. Julien aimait parler. Il lui confia qu'il envisageait d'aller passer un an à Londres, mais qu'il hésitait à cause de sa mère qu'il ne voulait pas laisser seule.
- Maman est quelqu'un de très solitaire et j'ai peur qu'en partant elle ne s'enfonce encore plus dans sa solitude, lui expliqua-t-il. Elle papillonne beaucoup, ce que j'ai un peu de mal à supporter. Elle refuse de s'attacher, mais j'aimerais qu'elle trouve enfin l'amour.
- Vous êtes très proche, n'est-ce pas ? Pourtant je pense que tu devrais aussi vivre pour toi. Ta mère le comprendrait très bien.
- Oh je n'ai aucun doute là-dessus. Je sais qu'elle me pousserait si elle connaissait mes projets. Mais bon, elle a sacrifié beaucoup de choses pour moi, je peux faire pareil pour elle.
- Est-ce qu’Étienne a été un bon père pour toi ? Interrogea Christian, curieux. Comment était-il avec toi et ta mère ?
- J'ai eu une enfance pas trop mal, je n'ai pas à me plaindre. Mais on ne peut pas dire que j'ai une image positive du couple hétéro. Ils passaient leur temps à se disputer. Je crois que papa... Étienne, se reprit-il, comme s'il ne voulait pas le vexer, lui reprocher beaucoup de choses. Quand il a su que je n'étais pas son fils, il a quitté la maison et a demandé le divorce dans la foulée. Je te passe les insultes qu'elle s'est pris au visage. Puis quand il a découvert que j'étais homo, alors là.
Christian écoutait le récit de Julien avec une boule dans la gorge. S'il avait su plus tôt, peut-être que tout aurait été différent.
- Je suis désolé de ne pas avoir été là, dit-il. Mais ça va changer maintenant. Tu es toujours en contact avec Étienne, quand même ?
- Ouais. On se voit une fois par moi pour déjeuner. Ça reste mon père, fit Julien en haussant les épaules.
- Oui, et c'est bien normal.
- Cela dit je suis content de te connaître.
- Moi aussi, sourit Christian, ému.
- Et Fanny est top.
- Ça ne te choque pas la différence d'âge ?
- Non. Tant que vous, vous aimez, je ne vois pas le mal. Mais je comprends que pour toi ça a pu être un problème par rapport à moi. C'est pour ça que tu ne voulais pas me rencontrer ?
- J'avais la trouille, avoua Christian, pas très à l'aise. Mais dès que j'ai su que tu étais mon fils, tu n'as pas quitté mon esprit un seul instant.
Il vit que Julien fut touché par cette confession.
- C'est pour ça que tu nous guettais, ma mère et moi, le soir.
Christian aquiesça en silence.
- Est-ce que tu l'as aimé... ma mère ? s'enquit Julien, hésitant.
Cette question dérouta Christian qui ne sut, sur le moment, quoi répondre.
Puis, il repensa de nouveau à sa nuit avec Cathy, mais surtout au lendemain matin, lorsqu'ils s'étaient réveillés dans les bras l'un de l'autre, complètement troublés et perdus. Il ne s'était jamais posé la question de savoir s'il l'avait aimé un jour en réalité.
- Excuse-moi, dit Julien embarrassé. Tu n'es pas obligé de répondre, je sais que ce n'était l'histoire que d'une nuit entre ma mère et toi.
C'était vrai, mais Christian ne voulait pas que son histoire avec Cathy ne se résume qu'à ça.
- Je n'étais pas amoureux d'elle, mais je l'aimais bien... oui. On faisait partie de la même bande et quand elle est partie, ça m'a rendu triste. Parce que ça toujours était une femme intéressante avec un sacré caractère.
Julien sourit. Cette réponse sincère de la part de Christian lui satisfaisait.

_________________


Dernière édition par Winona23 le Jeu 14 Avr - 18:39 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Jeu 14 Avr - 18:33 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Christian a bien fait d'etre sincere avec son fils au sujet de ses sentiments envers sa mere. Il n'etait pas amoureux d'elle, pas a cette epoque au moins. Aujourd'hui, c'est pas encore tres clair... Belle scene entre pere et fils. Ils se rapprochent peu a peu.
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Jeu 14 Avr - 18:36 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Merci Maria ^^
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Avr - 15:13 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 11



- Vous êtes enceinte mademoiselle...
La phrase de la docteur lui revint à l'esprit.
- Enceinte ? avait répété Cathy, étonnée.
- De huit semaines, oui. C'est une grossesse non désirée  ?
Elle avait réfléchi quelques instants avant de répondre, assommée radicalement par la nouvelle. Elle qui avait toujours été extrêmement prudente, elle qui n'avait même jamais oublié de prendre une seule fois la pilule. Elle se retrouvait enceinte  ?
La docteur, devant son silence l'avait regardé de haut, l'avais de toute façon jugée, dès l'instant où elle était entré dans son cabinet.
- La date limite est de combien pour l'Ivg ? avait interrogé doucement Cathy.
- Il vous reste quatre semaines pour prendre une décision.
- Ma décision est prise, je ne veux pas garder ce bébé.
- Je m'en doutais, lui avait alors lancé la médecin d'un air de dédain. La prochaine fois, prenez vos précautions. Ce sera plus simple. L'avortement n'est pas un moyen de contraception, vous savez  ?
Cathy n'avait jamais compris cette agressivité envers elle. Elle avait alors voulu répliquer qu'elle avait toujours pris ses précautions, justement. Mais la gêne de la situation l'avait empêché de se défendre.
Les larmes lui montèrent aux yeux en se remémorant ce douloureux souvenir. La révélation de Christian sur son oubli du préservatif, avait gommé les dernières zones d'ombre de toute cette histoire. En toute logique, la pilule n'avait pas fonctionné, tout simplement. C'était finalement la faute de personne.
Elle ne souhaitait plus repenser à tout ça. Cette culpabilité qu'elle avait gardée en elle pendant si longtemps, il fallait qu'elle disparaisse.
Ce soir, elle profiterait du fait que Julien soit avec Sylvain et que son amant du moment soit en déplacement, pour profiter pleinement de sa soirée. Elle fouilla dans les DVD's de son grand garçon et choisit de visionner un film de Quentin Tarantino, celui dont avaient parlé Christian et Julien durant le repas et qu'elle ne connaissait pas : Une nuit en enfer.
Après cette préparé un plateau-repas fait entièrement de charcuterie, accompagné d'un verre de vin rouge, elle se mit à l'aise et se posa sur le canapé...
Après cinq minutes, elle su qu'elle n'aimerait pas le film et après quarante cinq minutes de tortures, elle arrêta les frais.
Elle décida finalement d'allumer la chaîne, emportant son verre avec elle et se laissant bercer par la voix de Delta Goodrem, elle se mit à danser langoureusement sur la musique. Predictable, avait toujours été sa chanson préférée.
Les paroles prirent pour la première fois un véritable sens pour elle, et repensant à son mariage avec Étienne, elle pleura doucement.

Il n'avait jamais pensé être un voyeur mais depuis quelques jours, il se posait fortement la question. Il avait marché jusqu'à l'appartement de Cathy dans le but de frapper chez elle, de discuter, mais lorsqu'il l'avait vu la fenêtre du salon ouverte et éclairé d'un allogène, il avait voulu jeter un coup d’œil dans la pièce, par simple curiosité.
Il ne s'était pas attendu à la trouver toujours aussi belle, toujours aussi désirable. Vêtue d'une chemise d'homme, qui lui arrivait jusqu'au genou et qui dévoilait ses splendides jambes, elle avait un verre de vin à la main et bougeait son corps au rythme d'une musique qu'il ne lui disait rien. Un comble pour un musicien, songea-t-il.
Bien qu'il ne vu que brièvement son visage, il constata cette lueur triste dans son regard, ce qui la rendait encore plus magnifique à ses yeux.
À quoi pensait-elle ? À qui pensait-elle ?
Est-ce qu'il devait frapper pour signaler sa présence, ou bien continuer à l'admirer en silence.
Il n'hésita pas très longtemps.
Quand il la vit lâchée son verre pour porter directement la bouteille à ses lèvres, il actionna la sonnette.

La sonnette de la porte fit sursauter Cathy, qui renversa un peu de vin sur sa chemise. Il était relativement tard et elle n'attendait personne.
Même si son appartement se trouvait dans un quartier paisible, elle ne put s'empêcher de frissonner. Elle coupa la musique et ferma la fenêtre qu'elle avait laissée ouverte par inadvertance, puis traversa le plus silencieusement possible le salon et regarda par le judas. La sonnette résonna de nouveau, avec force.
Dans la pénombre de l'entrée, on ne voyait pas grand-chose. Elle ne distingua qu'une silhouette masculine, vêtue d'une tenue sombre.
- Cathy ?
Soulagée, elle reconnut la voix de Christian et après un instant d' hésitation, lui ouvrit la porte.
- Que viens-tu faire ici ? demanda-t-elle, d'une petite voix.
Les yeux de Christian se posèrent sur elle.
Son regard noir était insondable, mais l'éclat dont il brillait elle reconnaissait.
Le désir.
Ses jambes flageolèrent.
Malgré la colère qu'elle éprouvait toujours à son égard, elle le laissa entrer dans l'appartement et ne recula pas quand il s'approcha dangereusement d'elle.
- J'ai toujours envie de toi, murmura-t-il, en baissant des yeux brûlants vers le décolleté légèrement ouvert de sa chemise. Je ne croyais pas cela possible, mais... je te désire encore plus qu'il y a vingt trois ans.
Elle le regarda, hébétée.
Avait-il oublié qu'ils s'étaient quitté sur une dispute et qu'elle ne se laisserait pas attendrir par ce genre de phrase tous faites ?
Il ne s'arrêta pas à ses simples mots et silencieusement, glissa une main derrière sa nuque, caressant du bout des doigts sa peau nue.
- Pas toi ? fit-il contre ses lèvres.
Cathy resta figé, incapable de faire le moindre mouvement.
Pourquoi faisait-il ça ? Est-ce que cela l'amusait de tester sa résistance face à lui ?
Il était en couple et il disait aimé sa compagne alors pourquoi jouait-il avec elle de cette manière ? Elle avait assez souffert en amour, bon sang. Elle en avait assez pris plein la tête.
Il posa sa bouche sur la sienne et pendant un bref instant, elle essaya de résister. Puis, avec un gémissement rauque, elle s'abandonna, laissant tomber en un instant, toutes ses bonnes résolutions.

Le désir traversa Christian comme une lame. Il la voulait de toute son âme. Il avait faim de ce corps mince, pressé contre le sien, soif de sa bouche entrouverte qu'il goûtait à nouveau...
La voir ainsi, tellement mélancolique à travers la fenêtre, avait rallumé soudain la braise sous la cendre. La flamme brûlait dorénavant et il avait cette urgence de l'aimait à nouveau.
Tout de suite.
Alors qu'il la plaquait contre le mur, Cathy ne lui opposa aucune résistance et noua ses bras autour de son cou. Il sut alors qu'elle le désirait tout autant que lui.
Fallait-il qu'elle soit ivre pour qu'elle ne cède à ses avances ?
Il chassa cette pensée, refusant de pensée que l'alcool y était cette fois pour qu'elle chose.
Tout en approfondissant leur baiser, il passa ses mains derrière ses cuisses et la souleva fermement pour qu'elle puisse entourer ses jambes autour de sa taille.
Puis, il fut en elle.
La surprise en même temps que le plaisir, arracha un cri étouffé à Cathy.
Suspendant ses gestes et arrêtant leur baiser, Christian la regarda dans les yeux d'un air inquiet.
- Je t'ai fait mal ? demanda-t-il, réalisant seulement à l'instant que l'endroit où ils se trouvaient, ne devait pas être très confortable pour elle. On peut aller jusqu'à ta chambre, proposa-t-il en frôlant ses lèvres.
L'once de doute dans les yeux de la brune le fit paniquer et se confirma quand elle posa les mains sur son torse, afin de le repousser et qu'elle ouvrit la bouche, s'apprêtant à dire quelque chose.
Il lui coupa la parole avant même qu'elle ne prononce un mot, comprenant qu'elle allait lui ordonner de partir et que ça s'arrêterait là.
Il quitta un peu brutalement les bras de Cathy qui se retrouva de nouveaux pieds à terre, le corps encore engourdi par l'assaut que Christian lui avait infligeait en la pénétrant.
- Laisse tomber... murmura-t-il dans sa barbe.
Décontenancée, toujours adossée au mur, la chemise entrouverte, Cathy le regarda reboutonner son pantalon et remettre sa veste qui l'avait dû enlever à un moment ou elle avait les yeux clos.
Elle ne l'avait d'ailleurs pas vu non plus, baisser son jean et son boxer, comme elle ne n'avait pas fait attention lorsqu'il lui avait ôté sa culotte, qui se trouvait désormais à ses pieds.
À Quarante ans passés, elle se sentait aussi vulnérable que lorsqu'elle en avait vingt. La carapace qu'elle avait mis tant de temps à se forger, venait d'éclater en mille morceaux.
Elle aurait voulu sentir de nouveau les lèvres de Christian sur les siennes, ses mains sur son corps, l’entraîner dans la chambre comme il l'avait suggéré, mais il l'avait stoppé dans son élan en la laissant choir. De toute évidence ses plants venaient de changer. Sa culpabilité avait dû se réveiller en songeant à sa petite amie, Fanny. Mais dans ce cas, il n'aurait pu lui faire mijoter une nuit de passion.
- Tu t'en vas ? ne put-elle s'empêcher de demander tout bas.
Sa voix était tremblante, tandis que Christian la dévisageait d'un regard désormais froid et distant. Elle ne méritait pas un tel regard, songea-t-elle.
Peut-être avait-il eu envie de lui donner une leçon ce soir.
Ou peut-être que c'était une manière basse et cruelle, de se venger de la gifle qu'elle lui avait donnée dans l'après-midi.
Il ne prit même pas la peine de lui répondre et quitta l'appartement, la laissant dans l'incompréhension la plus totale.


_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Dim 17 Avr - 17:45 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Ca ne s'est pas passe tres bien entre eux cette fois, mais je suis sure que ce sera pas la seule. 
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Ven 22 Avr - 17:00 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 12


Les jours qui suivirent, Cathy évita soigneusement Christian, se plongeant corps et âme dans son travail.
De nombreux clients étaient venu la solliciter pour des photos familiales, ce qu'elle ne faisait que rarement en règle générale, mais la perspective de faire enfin des photos plus personnelles, l'avait emballé.
Elle avait été ému par un jeune couple d'une vingtaine d'années, qui venait d'avoir un petit garçon et elle avait passé la journée de la veille, à réaliser des clichés dont elle était assez fière.
L'appareil de Christian était devenu son objet fétiche. Laissant tomber pour le moment le numérique, elle avait aménagé une chambre noire dans l'arrière du studio, réapprenant ainsi le métier de base.
Elle aurait aimé pouvoir montrer son travail à Christian pour connaître son avis, mais il ne passait jamais dans le coin.
Lui aussi, devait l'éviter.
Elle voulait cependant lui remettre une série de photos développées à partir d'une pellicule qu'il avait laissée dans son appareil.
Des photos de Johanna.
Cela lui avait rappelé la manière dont elle avait trahi son amie et, qu'un jour elle devrait assumer ses actes auprès d'elle.
Mais plus tard...
Elle avait songé à remettre les photos à Julien pour qu'il les lui donne, mais elle s'était résigné, ne trouvant pas cela très correct.
Elle avait fait l'erreur de développer ces photos, curieuse de découvrir la manière dont Christian captait les émotions et la lumière, mais elle l'avait aussitôt regretté.
Cela dit, les photos étaient magnifiques, émotionnellement très fortes. 
Plongée dans la confection de l'album pour le jeune couple, elle n'entendit pas la porte du studio s'ouvrir. 
- Maman, c'est nous ! annonça Julien en entrant.
« Nous ? »
Cathy leva la tête et faillit perdre le contrôle de soi en constatant que Christian était avec lui.
Deux sentiments se mélangèrent en elle. 
La joie  : parce qu'elle avait beaucoup pensé à lui et qu'il lui avait réellement manqué. Et la colère  : parce qu’elle n'avait toujours pas avalé  la manière dont il l'avait humilié. Parce que oui, il l'avait humilié. 
Elle tenta cependant de rester neutre en le voyant. 
- Julien a insisté pour que je vienne avec lui, expliqua Christian, d'une voix incertaine. Il paraît que le boulot a bien repris, que tu n'arrêtes pas.
- Je pourrais bientôt te rembourser, ne  t'en fais pas ! lâcha-t-elle sur la défensive.
Il la dévisagea d'un air misérable, surpris par cette «  pique  ». 
Il se ressaisit et se força à lui sourire.
- Oh  ! mais je ne m'inquiète pas pour ça. Est-ce que je peux voir ? demanda-t-il, alors qu'il passait derrière le comptoir avec elle, scrutant avec attention ses dernières photos. Je n'avais encore jamais vu ton travail, tu es vraiment impressionnante.
- Merci, dit-elle en s'éloignant légèrement de lui. Mais évite de toucher, d'accord  ?
Julien remarqua immédiatement le malaise de sa mère. Il se passait clairement quelque chose entre eux et il avait peur de comprendre ce que c'était.
Depuis quelques jours, il trouvait sa mère différente, l'avait surpris à plusieurs reprises en train de pleurer, comme du temps ou ça n'allait pas avec son père, « Étienne ».
Si Christian lui avait fait du mal, il n'aurait pas la moindre difficulté à choisir son camp. Sa mère restait la numéro 1 dans son cœur.
Il ne dit cependant rien, les observant avec attention.
Christian semblait fasciné par une photo en particulier, qu'il voulut toucher du bout des doigts, mais Cathy arrêta son geste en lui attrapa la main.
Christian plongea son regard brillant dans celui de Cathy.
- Je t'ai dit de ne pas toucher, dit-elle un peu brusquement.
- Désolé. Je me demandais juste... est-ce qu'il existe ce genre de photos de Julien, toi et... Étienne ?
C'était donc la photo de ce couple et de leur bébé qui chamboulait tant Christian. Elle ne l'aurait pas cru si sensible.
Cathy resta un moment silencieuse, échangea un regard ému avec son fils.
- Non. Il n'en existe pas. Enfin... seules des photos de Julien et moi, faite à la maternité.
- Ah... fit-il simplement.
Mais ses yeux ne se détachèrent pas de la photo. Il battit des cils et une larme roula sur sa joue.
Il l'essuya aussitôt. Se sentant stupide de se laisser ainsi aller.
Cathy ferma l'album et le mit de côté.
Face à un Christian tellement triste, elle ne savait pas comment réagir. Julien non plus, d'ailleurs.
- Tu sais papa... commença Julien.
Christian leva vers Julien un regard surpris, c'était bien la première fois qui le nommait ainsi. « Papa ».
Cathy fut aussi étonné que Christian.
- On pourra en faire des photos, ce n'est pas trop tard... on créera nos souvenirs. Hein maman ?
- Bien sûr.
Julien rejoignit ses parents et se plaçant entre eux deux, il mit un bras autour des épaules de son père et l'autre bras, autour des épaules de sa mère.
- Je vous que vous sachiez que je vous aime tous les deux. Vraiment beaucoup.
Christian regarda les deux personnes à ses côtés. Un sentiment d'amour qu'il n'avait encore jamais ressenti jusque-là, l'envahit de tout son être.
Tellement puissant qu'il laissa échapper les larmes qui dormaient en lui.
Il embrassa son fils, lui murmura qu'il l'aimait aussi et regarda Cathy durant quelques secondes. Elle pleurait elle aussi, mais lui souriait à travers ses quelques larmes.
Il eut envie de la serrer et de l'embrasser. Il n'y avait pas de mal à ça après tout, elle était la mère de son fils.
Dans un élan d'amour incontrôlé, il l'attira à lui, à eux.
- Toi aussi, je t'aime, murmura-t-il contre son oreille.

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Ven 22 Avr - 18:20 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Belle scene a la fin du chapitre. C'est raisonnable qu'au cas d'un conflit, Julien choisit sa mere, il a vecu la plupart de sa vie avec lui, meme s'il aime Christian, ca ne peut pas etre la meme chose, pas encore. 
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Mar 26 Avr - 09:56 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Quelle jolie scène entre Julien et ses parents  Okay
Il donnerait presque l'illusion d'une petite famille parfaite si on ne connaissait pas leur passé.
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Dim 1 Mai - 11:36 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Merci les filles ^^

Chapitre 13



Toi aussi, je t'aime. Il avait regretté ses mots aussitôt après les avoir prononcés. Non pas qu'il ne les pensait pas, bien au contraire. Il n'avait jamais été aussi sincère dans sa façon de dire : Je t'aime.
Mais le problème était ailleurs. Le problème était qu'il aimait également Fanny et qu'il se refusait de la quitter, bien qu'il commençât à y songer, parfois.
Ne lui avait-il pas juré qu'il n'y avait rien entre Cathy et lui ?
Au moment où il lui avait dit, il le pensait sincèrement. Aujourd'hui, maintenant qu'il connaissait Julien et un peu mieux Cathy, il ressentait le besoin de vivre autre chose, de s'éloigner de la jeune femme.
Mais comment faire pour ne pas la blesser ?
Cette situation semblait sans issue et ça le rendait malade.
Ce soir, le couple dînait avec Éric Fava dans un restaurant de « bourge ». Ce dernier avait remis sur le tapis, le projet d'envoyer Fanny aux États-Unis, pour promouvoir l'album à l'étranger.
Elle avait refusé à plusieurs reprises, ne voulant pas qu'ils soient séparés pendant trois mois et, avant de découvrir qu'il avait un fils, il s'était dit qu'il l'accompagnerait pour qu'elle accepte enfin la proposition.
C'était une étape importante dans sa jeune carrière. Il ne fallait pas qu'elle passe à coté de cette opportunité.
Mais aujourd'hui, il se refusait d'abandonner Julien. Même pour Fanny.
Tandis que Éric insistait encore, Fanny se tourna vers Christian  :
- Dis-moi ce que tu en penses. Est-ce que tu crois que je devrais accepter ?
- Je crois que c'est une véritable chance pour toi. Mais que c'est à toi de prendre la décision. Bien sûr si tu acceptes, tu vas terriblement me manquer.
Il le pensait sincèrement. Il savait aussi que si elle choisissait de partir, ce serait le clap de fin entre eux. Il en avait le pressentiment.
Cette pensée le rendait triste, tout en le soulageant en même temps.
- Je ne sais vraiment pas, soupira Fanny.
- L'occasion ne se présentera pas une nouvelle fois, insista Éric.
Christian jeta un œil vers ce dernier. Éric, malgré toutes les vacheries qui l'avait pu faire dans l'espoir de conquérir Fanny, méritait plus que lui d'être avec elle.
Éric avait, à quelques années près, l'âge de Fanny et il était un producteur talentueux. Il savait qu'elle éprouvait des sentiments ambigus pour lui, mais avait-il le droit de s'en servir pour provoquer la rupture ?
Ce n'était pas très élégant.


Après le dîner, Fanny et Christian marchèrent main dans la main dans les rues de Paris dans un long silence.
Christian sentait qu'elle cogitait toujours par rapport aux États-Unis et lorsqu'elle desserra les doigts des siens en s'arrêtant de marcher, il s'arrêta également pour la regarder à la lumière du lampadaire.
- Oui ? demanda-t-il.
- Tu as envie que je parte, n'est-ce pas  ?
- Non, pas du tout.
- Mais je sens bien que quelque chose te pèse depuis plusieurs jours. C'est par rapport à Cathy  ? Est-ce que tu as fini par te rendre compte que tu l'aimais ?
Devant son manque de réponse évidente, elle poursuivit :
- Tu étais bizarre l'autre soir lorsque tu es rentré à la maison, il s'est passé quelque chose entre elle et toi  ?
Il tourna la tête pour ne pas subir son regard inquisiteur, il n'avait pas envie de parler de ça, avait envie d'oublier cet épisode. Il s'était senti tellement mal après
avoir quitté les bras de Cathy...
- Tu as couché avec elle ? insista-t-elle d'un air scrutateur.
Christian soupira.
- Je ne sais pas si on peut vraiment dire ça.
- Qu'est-ce que ça veut dire exactement ?
- Que je suis un salaud.
Elle attendait qu'il s'explique, mais il n'ajouta rien.
- Je vais partir, je pense, finit-elle par lâcher. On a besoin tous les deux de faire un break.
Christian sentit les yeux lui piquaient et les larmes lui montaient deux yeux.
Lui prenant les mains, il enroula ses doigts aux siens et approcha son visage de celui de la brune pour l'embrasser.
Elle lui rendit son baiser, les lèvres tremblantes d'émotion.
- Ce n'est pas définitif, dit Christian en lâchant un instant sa bouche, qu'il reprit aussitôt : avidement, passionnément.
Il était de toute évidence par encore prêt à la laisser s'en aller.
- Je n'ai pas envie de rentrer chez nous, murmura la jeune femme. Subir les interrogatoires de Papa et de Laly. Si on prenait une chambre d'hôtel pour ce soir.
Il lui sourit en lui passant un bras autour de la taille.
- Tout ce que tu veux Princesse.


_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Lun 2 Mai - 11:31 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Christian est perdu entre les deux femmes, Fanny et Cathy. Il aime encore Fanny et elle aussi, elle l'aime, mais peut-etre sa decision de partir pour un peu de temps va leur faire du bien. 
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 14:53 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant


Chapitre 14



Cathy ouvrit difficilement les yeux, l'esprit encore embrouillé par les effets de l'alcool. Elle jeta un œil en direction du jeune homme allongé à ses côtés.
Mais qu'est-ce qu'il lui était passé par la tête ?
À vingt ans, elle n'avait eu que deux petits amis, des liaisons sérieuses qu'elle avait cru à chaque fois éternelles. Non pas qu'elle était une grande romantique, mais elle avait toujours eu du mal à comprendre comment certaines femmes arrivaient à se « donner » sans être totalement amoureuse.
Pourtant, en l'espace d'une semaine elle était devenu cette fille, qui avait couché avec deux garçons, dont ni l'un ni l'autre n'étaient son petit ami, et dont elle n'était pas amoureuse, non plus.
Avec José, ça c'était passer très rapidement. Souffrant du manque d'attention d’Étienne – elle en comprenait désormais la raison – depuis plusieurs jours, elle s'était retrouvés totalement ivre dans le garage, avec José dans le même état qu'elle – voire pire – et il s'était passé ce qui s'était passé.
Elle était partie aussitôt que ce fut fini, trop honteuse pour se retourner et José avait fait comme si rien ne s'était passé. Elle en avait de même.
Avec Christian, elle sentait que ce n'était pas la même chose. Elle avait voulu que cela se fasse, avait réclamé sa tendresse et... plus.
Comment se comportait t’ont, le lendemain d'une nuit avec un garçon qui n'était censé être qu'un « coup ?  »
Mon Dieu qu'elle détestait cette expression, qu'elle trouvait tellement vulgaire.
En général, après une nuit comme celle-ci, elle se blottissait dans les bras de son amoureux, elle le réveiller par divers baisers et caresses, et souvent, ils refaisaient l'amour. Là, elle ne pouvait tout bonnement pas se comporter ainsi. Cette nuit devait rester unique. Il était le petit ami de sa meilleure amie, bon sang !
Alors pourquoi ressentait-elle encore le besoin de le toucher et d'embrasser sa peau ? Pourquoi ressentait-elle toujours cette douloureuse chaleur entre ses cuisses rien qu' en le regardant dormir.
Elle avait cru de nouveau sentir son corps contre le sien à un moment dans la nuit, mais elle ignorait si c'était réel ou si elle l'avait simplement rêvé ce fugace contact.
Elle se souvenait en revanche très bien, de la manière dont il l'avait allongé sur le lit après qu'elle se soit entièrement déshabillé devant lui, de ses baisers enfiévrés sur chaque parcelle de sa peau enflammée, de ses caresses impudiques sur ses seins, sur ses fesses...
Christian ne l'avait jamais attiré jusque-là ; et pourtant, la simple vision de son dos nu, la rendait désormais toute fébrile. Le reste de son corps était malheureusement recouvert par le drap-housse.
Elle hésita à passer une main sur sa nuque, à lui caresser les cheveux ; Mais laissant son geste en suspens, elle se résigna.
Il fallait qu'elle se lève, qu'elle quitte ce lit à tout prix. Elle ne pouvait même s'échapper en douce, elle était piégée dans cette chambre, jusqu'à ce qu'il se réveille.
Elle repoussa la couverture et se hissa hors du lit. Ses jambes eurent du mal à la maintenir debout, tellement son corps était endolori par leurs ébats nocturnes. Jamais le plaisir charnel ne lui avait donné de telles courbatures.
Elle attrapa la chemise que Christian avait sortie pour elle la veille, l'enfila, le temps de réunir ses vêtements épars sur le sol.
« Ouch ! » son orteil heurta la guitare posée à côté du lit.
Alerté par le bruit, Christian ouvrit les yeux et scruta la jeune femme d'un air inquiet.
- Est-ce que ça va ?
- Je me suis à moitié arraché l'orteil, en essayant d'être discrète, mais à part ça, tout va bien !
- Non... fit-il l'air confus, en réalité, je parlais de ma guitare, elle n'a rien j'espère ?
Cathy lui jeta un regard noir.
- Tu rigoles, là ? s'enquit-elle froidement
Elle réalisa devant son sourire narquois, qu'effectivement il plaisantait. Attrapant un oreiller à sa portée, elle lui envoya au visage.
- Sale gosse, va ! lui lança-t-elle en riant.
- De quoi ? Je ne suis pas sale d'abord.
Il rejeta l'oreiller et rampa vers elle sur le lit.
« Ouf » songea-t-elle, il portait un caleçon. Mais le regard qu'il lui lançait n'avait rien d'innocent, lorsque toujours à genoux, il lui prit la taille et l’attira à lui.
- Tu essayais de filer à l'anglaise, avoue.
- On avait dit qu'il n'y aurait pas de lendemain, expliqua-t-elle, en baissant la tête vers lui.
Il ne le regardait pas, trop occupé à défaire un à un les boutons de sa chemise. Les caresses qui lui administrèrent autour de son nombril ensuite, lui donnèrent des frissons.
- C'est toi qui as dit ça, pas moi, répliqua-t-il doucement.


Cathy jura dans son sommeil, ainsi il fallait qu'elle s'attende à trouver Christian dans chacun de ses rêves désormais  ?
Des rêves qui n'en étaient pas tout fait d'ailleurs. Ils n'étaient que le fruit de souvenirs bien réels, d'un passé qu'elle avait tenté d'oublier, dans l'espoir de moins souffrir.
C'était raté.
Elle commençait vraiment à se demander si elle n'était pas en train de développer des sentiments amoureux pour le père de son fils.
En attendant, il était deux heures du matin et elle ne retrouverait plus le sommeil.
Elle se leva et se versa un verre d'eau dans la cuisine, tout en repensant à Christian.
Ils n'avaient pas fait l'amour le lendemain matin, se souvint-elle. Ils s'étaient contenté de caresses et de baisers. Elle n'avait pas oublié non plus, l' immense explosion qu'elle avait ressentie au contact de la main de Christian dans son intimité. Elle avait été prise de surprise, elle ne s'était pas attendu à tel torrent de sensations et d'émotions... Christian, non plus, d'ailleurs.
Elle avait vu dans ses yeux, qu'il était tout aussi troublé qu'elle de lui procurer autant de plaisir, rien qu'en la caressant avec la main.
Elle chassa ses pensées de son esprit. Il fallait qu'elle arrête de penser à lui. Il lui avait dit dans la journée qu'il l'aimait, mais elle doutait de la sincérité de ses propos. Il y avait Fanny, et elle ne voulait pas foutre en l'air toute sa vie.
Pourtant, après une heure en tournant en rond dans le salon, elle envoya finalement un texto à Christian. Elle s'attendait pas à une réponse immédiate, à cette heure si, il devait dormir.


«  Je me souviens...  »

Christian ne pensait pas recevoir un message à trois heures du matin, encore moins un message de Cathy. Cela faisait une heure heure qu'il faisait les cent pas dans la chambre, tandis que Fanny s'était endormis presque aussitôt après qu'ils aient fait l'amour.
Il avait essayé de lire un peu, avait écrit quelques lignes sur un carnet, mais l'esprit ailleurs, il n'avait pas réussi à se concentrer. Mais à ce message, il ne savait quoi répondre.
Il réfléchit un instant, s'installant sur la chaise du bureau, il écrivit  :

« Tu te souviens à quel point j'étais nul, c'est ça  ? »

Cathy poussa un long soupir.
Ah les hommes ! toujours besoin d'être rassuré sur leur performance sexuelle, même vingt trois après, songea-t-elle.
Elle se retint de lui envoyer ça. Se mordant la lèvre, elle répondit :

« Tu étais tout sauf nul... Tu étais ce dont j'avais besoin à ce moment-là »

Christian se passa la main sur son front transpirant. Ça le gênait d'échanger des messages avec Cathy alors que Fanny était tout à côté.
Il décida de mettre fin à la conversation, un peu abruptement.

« Bonne nuit, Cathy... »

Mais il n'obtint pas de réponse et l'angoisse s'empara de lui.
Aussi loin qu'il se souvienne, aucune femme ne l'avait mis dans un tel état d'anxiété, excepté bien sûr, : Johanna.
Une demi-heure plus tard, il n'était toujours pas calmé et une forte douleur lui vrillait les tempes.

« Je n'arrête pas de penser à toi... »
« Viens ! »


Le message n'aurait pas pu être plus clair. Les doigts tremblants, Christian pianota sur les touches du téléphone, tout en sachant que cette réponse n'était pas la bonne :

« Je ne peux pas. Je suis avec Fanny... »

Il se maudissait.

« Alors, laisse-moi dormir ! »

Point final ! la conversation s'arrêta là.

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Ven 6 Mai - 12:01 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Les choses se compliquent beaucoup. Connaissant un peu tes fics, rien n'est jamais simple entre Cathy et Christian...
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Dim 8 Mai - 12:40 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 15



Quelques heures après avoir conversé avec Cathy par texto, Christian était devant sa porte, les bras chargés d'un panier de fruits, d'un bouquet de fleurs et de croissants.
La brune le regardait avec de grands yeux étonnés.
- Mais enfin... c'est quoi tout ça ?
Il lui sourit, avant de lui déposer un baiser sur la joue.
- C'est pour toi. Tu me laisses entrer ?
- Euh... oui.
Elle s'effaça pour le laisser passer et referma la porte derrière eux.
Troublée, elle suivit Christian jusqu'à la cuisine, ou il déposa les viennoiseries dans une assiette et où il mit les fleurs dans un vase.
Il posa ensuite le panier de fruits sur le comptoir, avant de se tourner vers elle.
Son regard se posa sur ses jambes, sur ses hanches, sur sa poitrine et enfin sur ses lèvres.
Elle réalisa alors, que sa chemise de nuit en flanelle en montrait sans doute un peu trop et, qu'il fallait qu'elle arrête de jouer avec ses lèvres quand elle était nerveuse.
- Tu es vraiment magnifique le matin, la complimenta-t-il, avec un sourire en coin. Tu reçois toujours dans cette tenue ?
Elle ignora cette question qu'elle trouvait malvenue.
N'empêche qu'elle enfila quand même une robe de chambre.
- Tu n'as pas le droit de débarquer comme ça et de faire comme si tu étais chez toi ! fit Cathy en croisant les bras sur sa poitrine. On n'est pas un couple !
Elle essayait de paraître furieuse, mais elle était touchée malgré tout par les petites attentions de Christian.
Le regard du brun se rembrunit.
- Tu veux que je… parte ?
- Je n'ai pas dit ça non plus, se reprit-elle, en attrapant deux tasses dans le placard, qu'elle versa de café chaud.
Elle huma les roses blanches, dont le parfum avait déjà enivré l'appartement.
Cela faisait au moins dix ans qu'ont ne lui avaient pas offert des fleurs. Les relations qu'elle entretenait avec les hommes n'avaient plus pris une tournure romantique depuis bien longtemps, et ne se résumait plus qu'à une seule chose depuis son divorce avec Étienne, une nuit de temps en temps, quand elle se sentait seule.
- Elles te plaisent ? lui demanda Christian. Je ne savais pas vraiment qu'elles fleurs choisirent.
- Elles sont très belles, merci.
Elle disparut à la salle de bain le temps de se préparer, et ils déjeunèrent, sans parler. Ce n'était pas un silence gênant, mais plutôt un silence reposant, songea Cathy.
Pourtant, elle attendait qu'il veuille bien lui parler de Fanny. Il devait avoir une raison au fait qu'il soit là, et non dans les bras de la jeune chanteuse.
Comme s'il avait lu dans ses pensées, il lui annonça d'un ton détaché.
- Fanny part en début d'après-midi... pour les États-Unis.
Surprise, elle demanda :
- Tu ne vas pas avec elle ?
- Qu'est-ce que j'irais faire là-bas ? répondit-il du tout à trac. Non ça ne me tente vraiment pas. Je lui ai dit de faire comme si elle était célibataire durant les trois mois où elle serait là-bas. Je ne veux pas qu'elle s'arrête de vivre à cause de moi. Surtout que je ne suis pas sûr de lui rester fidèle...
Il approcha sa chaise de celle de Cathy, si près que leurs genoux se touchèrent, puis passa un bras protecteur autour de ses épaules.
Se penchant à son oreille, il confessa :
- La véritable raison est que je ne voulais pas te quitter. Je suis amoureux de toi, Cathy. Je m'en suis rendu compte cette nuit.
Émue tout autant que gênée, elle tenta de se dégager, mais le bras de Christian tomba sur sa cuisse.
- Je t'aime ! souffla-t-il.
Il cherchait son regard, mais Cathy tourna la tête. Il lui prit alors le menton pour l'obliger à le regarder en face. Elle avait les larmes aux yeux.
- Je ne suis pas doué pour les histoires d'amour, expliqua-t-elle. Si tu as quitté Fanny pour moi, tu as fait une erreur.
Il ne réfléchit qu'un court instant.
- Non. Je ne pense pas. Le tout est de savoir si tu éprouves la même chose pour moi. Tu n'es pas obligé de me répondre tout de suite, enchaîna-t-il d'une voix douce.
Il recula pour la laisser respirer, mais ne la lâcha pas du regard pour autant.
- Tu m'as fait du mal l'autre soir, murmura-t-elle, la voix tremblante. Tu t'es servi, puis tu m'as jeté !
Christian la regarda, choqué. Puis il eut un long silence.
- Tu m'avais repoussé, finit-il par dire. J'ai agi par fierté. Je suis désolé.
- Je t'ai repoussé pour que nous puissions aller dans ma chambre, par pour que tu t'en ailles.
- Bon Dieu, tu es sérieuse ?
Elle opina doucement de la tête, les lèvres crispées.
- C'était de ma faute aussi, admit-elle ; Je n'aurais pas dû me montrer aussi réceptive à tes avances. Je me suis laissé faire sans réfléchir, mais ça faisait longtemps que je ne m'étais pas senti aussi bien. Mais ton regard juste avant que tu partes, m'a fait me sentir tout le contraire en un instant.
- Je t'assure que je ne voulais pas te blesser, affirma Christian d'un ton sincère.
- Je te crois.
Il leva la main et la posa sur sa joue. Il approcha son visage du sien sans lâcher son regard, jaugeant sa réaction, lui laissant le temps de reculer. Elle ne le fit pas.
Alors sa main s'aventura sur sa nuque, enroulant ses doigts dans sa longue chevelure brune. Lentement ses lèvres glissèrent à la rencontre des siennes, les pressèrent avec une infinie douceur. Elle en éprouva toute la saveur, ressentit toute la chaleur de son corps, la force de ses bras quant à son tour, elle passa ses mains autour de son cou.
Il l'entendit retenir son souffle quand leurs lèvres se séparèrent, sentit ses seins presser contre son torse et ses doigts s'enfoncer dans ses cheveux.
Ils s'immobilisèrent et se regardèrent, ne sachant ni l'un ni l'autre s'ils devaient s'arrêter, ou au contraire aller plus loin.
La sonnette stridente de la porte d'entrée raisonna, interrompant leurs interrogations silencieuses.
- Tu attends quelqu'un ? demanda Christian.
- Non. Tu m'attends là, je vais voir qui c'est.
Elle l'embrassa rapidement sur les lèvres en lui promettant de finir ce qu'ils venaient de commencer et alla ouvrir la porte.
Elle se figea, quand elle vit qui se trouvait sur le seuil.
Étienne !
Ce n'était vraiment pas le bon jour pour qu'il vienne lui rendre visite à l'improviste.
- Qu'est-ce que tu fais ici ? s'enquit-elle, nerveuse.
- Je voudrais te parler de Julien. C'est possible ?
Elle jeta un œil discret vers la cuisine, pourvu que Christian ne débarque pas dans le salon.
- C'est que je ne suis pas seule. On peut dîner ensemble ce soir, si tu veux.
Étienne la dévisagea de ses grands yeux bruns. Il se doutait de quelque chose, elle le savait.
- Avec qui est tu ? José ?
Elle secoua la tête.
Lorsqu'elle avait découvert qu’Étienne n'était pas le père de Julien. Elle avait tout de suite pensé à José, parce que les dates concordaient à peu près.
Elle n'avait eu surtout pas envie de lui avouer, qu'elle avait aussi couché avec son meilleur ami.
- Non... justement je voulais te parler de ça. José n'est pas le père de Julien.
Un éclair de fureur passa dans les yeux de son ex-mari et il dit d'une voix rageuse :
- Non, en effet ! C'est moi, le père de Julien.
- Oui, bien sûr... ce n'est pas ce que je voulais dire.
Elle tremblait, elle avait du mal à trouver ses mots.
- Cathy, tout va bien ?
Et voilà que ce qu'elle appréhendait venait d'arriver. Christian à présent était là, et les deux hommes se dévisageaient d'un drôle d'air, qu'elle n'aurait su définir.
- Putain, c'est quoi ce bordel ? demanda Étienne. Ne me dit pas que...
Elle vit Étienne se décomposer et les larmes lui montaient aux yeux. Elle ne l'avait vu que très rarement dans cet état, et elle eut envie de le prendre dans ses bras pour la première fois depuis très longtemps.
Christian s'approcha et posa une main sur l'épaule de son ancien ami.
- Allez entre, on va parler.
- Sûrement pas !
Il dégagea la main de Christian et vociféra en les regardant l'un et l'autre :
- Toi, tu es une salope ! Et toi, un putain d'enfoiré !
Et il partit, furieux, Christian sur ses talons.
- Étienne, attends !

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Dim 8 Mai - 21:06 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Je ne peux pas dire que je ne comprends pas la reaction d'Etienne. Il est choque c'est normal.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:51 (2018)    Sujet du message: Cette nuit-là

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Fics Tétralogie H&G
Page 3 sur 4 Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com