rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Cette nuit-là
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Créations sur d'autres séries, sujets ou personnages. Fics Diverses Fictions en cours Fics Tétralogie H&G
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Jeu 31 Mar - 15:45 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Je comprends Julien. Pour lui, son pere est Etienne, apres tout, c'est lui qui l'a eleve, c'est normal. Va-t-il donner une chance a Christian? Christian se sent un peu inferieur de Fanny car elle a du succes alors qu'il n'a pas reussi a faire grande chose dans le monde musical? C'est ca que je comprend de ses mots. 
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 31 Mar - 15:45 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Sam 2 Avr - 10:58 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 4



Christian tourna la clef dans la serrure, Cathy accroché fermement à son bras. Elle avait énormément bu avant qu'il arrive au bar, en tout cas assez pour ne par réussir à tenir debout, seule. Il aurait dû l'empêcher de commander d'autres verres, mais il avait eu l'impression que toute façon elle ne l'aurait pas écouté.
Ils traversèrent le salon, prenant soin de ne pas réveiller les habitants de la maison, et arrivés dans la chambre d'amis, Christian posa Cathy délicatement sur le lit. Il referma la porte derrière lui et l'observa pendant quelques secondes.
Il profita du fait qu'elle se soit endormi pour aller prendre une douche, dans la salle de bain attenant à la chambre. Tout y était parfaitement en ordre. Il trouva des serviettes propres dans le placard sous l'évier et même des brosses à dents encore dans leur emballage. Sa tante avait toujours su recevoir ses invités, même si cette chambre servait plus à lui qu'à une tierce personne.
À un moment où il coupa l'eau, il entendit frapper derrière la porte et la voix de Cathy s'élevait dans l'air.
- Christian ?
- Oui...
Il sortit rapidement de la douche, se sécha et enfila un vieux pantalon de jogging en guise de pyjama.
Lorsqu'il lui ouvrit, Cathy affichait toujours une mine triste et son mascara avait légèrement coulé au coin des yeux.
- Tout va bien ? demanda-t-il inquiet. Tu as besoin de quelque chose ?
- Je ne me sens pas...
Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase, qu'elle fonça directement jusqu'à la cuvette des toilettes ou entrecoupés de sanglots, elle vomit à plusieurs reprises.
Gêné par la scène qui se jouait sous ses yeux, Christian détourna la tête, une boule au creux de la gorge. Il aurait facilement versé lui aussi quelques larmes.
Quand il eut la certitude qu'elle eut finie, il lui tendit un gant humide, qu'elle se passa sur le visage tout en se regardant dans le miroir.
- Mon Dieu, quelle horreur soupira-t-elle, tremblante. Tu as vu ma tête ? fit-elle en le regardant.
Christian ne sut pas quoi répondre, tant sa détresse lui fit mal au cœur. Il aurait voulu la prendre dans ses bras, lui dire qu'il était là pour elle, mais il n'était pas vraiment doué pour ce genre de choses.
- Ça va aller, se reprit-elle en affichant un petit sourire. Si ça ne te dérange pas j'aimerais beaucoup prendre une douche moi aussi.
- Euh... oui bien sûr. Tu trouveras tout ce dont tu as besoin dans le placard du bas, je te laisse...
- Merci.

Cathy s'observa encore quelques minutes devant le miroir, puis après avoir ôter avec difficulté ses vêtements, monta dans la cabine de douche.
L'eau chaude coulant sur son corps la fit peu à peu sortir de son état d'ivresse, elle se sentait déjà mieux. Elle resta encore quelques minutes sous l'eau et une fois sorti, elle enroula une serviette autour de son corps avant de se brosser les dents. Elle avait déjà meilleure mine, malgré une migraine persistante qui lui faisait tourner un peu la tête. Quand elle rejoignit Christian dans la chambre, elle le trouva accroupi en train de gonfler un matelas.
- Qu'est-ce que tu fais ? demanda-t-elle surprise.
Il sursauta, avant de lever les yeux vers elle. Un trouble s'installa en lui quand il vit qu'elle portait qu'une simple serviette autour d'elle.
- C'est pour moi. Je te laisse le lit.
- Pourquoi ?
- Parce que tu seras mieux que sur le matelas. Et voilà, c'est fini, dit-il en se relevant.
- Non, pourquoi tu ne dors pas avec moi, s'enquit-elle en s'approchant de lui.
Cette question le laissa sans voix. La réponse était pourtant simple. Johanna lui crèverait les yeux s'il dormait avec une de ses meilleures amies.
- Excuse- moi. Bien sûr que c'est évident qu'on ne va pas dormir ensemble.
Christian sourit, un peu mal à l'aise. L'idée de dormir avec Cathy était plus que plaisante, mais non, il ne fallait pas.
Elle remarqua une chemise poser sur la chaise du bureau.
- C'est pour moi ?
- Oui... désolé c'est tout ce que j'ai trouvé.
- C'est adorable, merci.
Ils restèrent quelques secondes à se regarder dans les yeux, sans un dire un mot, quand Cathy demanda soudain.
- Est-ce que tu la rencontré ?
- Qui ça ?
- Cette garce ?
Les larmes roulèrent sur ses joues sans qu'elles ne s'en rendent vraiment compte, Christian détourna la tête d'un air coupable.
- Non...
- C'est vrai ça ?
- Qu'est-ce que tu veux que je te réponde ? Je n'ai pas envie de te faire plus de mal.
- Dis-moi juste si elle est mieux que moi ?
Christian posa doucement ses doigts sur sa joue et la fixa.
- Non elle n'est pas mieux que toi, dit-il avec sincérité. Tu es mille fois mieux qu'elle, ça je peux te le jurer.
- Je pourrais le tuer tu sais. Je pourrais lui crever les deux yeux et les lui faire avaler. Je le déteste tellement. Il n'a même pas eu le courage de rompre de vive voix, non mais quel lâche !
Elle ferma les yeux et son visage se crispa sous la tristesse. Christian n'eut pas le temps de réagir, qu'elle se jeta dans ses bras. Surpris il referma ses bras autour d'elle.
- Cathy, calme toi je te promets que ça va aller. On sera tous là pour toi. Hélène, Johanna, Nicolas... et moi.
Mais ces mots ne firent pas taire ses sanglots. Elle se raccrocha à Christian comme à une bouée, pleura longtemps contre son torse nu et à un moment, ses lèvres s'aventurèrent dans son cou. Passant les mains dans ses cheveux, elle chercha sa bouche et l'embrassa. Il répondit brièvement à son baiser avant de la repousser doucement, malgré une montée d'excitation qu'il ne réussit pas à cacher.
- On devrait aller dormir. Tu n'as pas les idées très claires.
- Tu as envie de moi, non ? demanda-t-elle vulnérable, les yeux humides.
- Oui mais... tu es la meilleure amie de Johanna et surtout tu n'en as pas vraiment envie. Tu recherches seulement du réconfort et demain tu te rendras compte de ton erreur.
- Et s'il n'y avait pas de lendemain, pas de Johanna...
- Cathy, je t'en prie. C'est déjà très difficile pour moi de te repousser, tu es tellement...
- Tellement quoi ? Insista-t-elle. Dis-moi.
- Belle, désirable...
- Merci pour les compléments, sourit-elle.
Elle hésita un instant, tandis que Christian la dévisageait toujours. Doucement, elle déroula sa serviette qui glissa sur le sol, se retrouvant ainsi totalement nue devant un Christian à la fois étonné et bouleversé.
- Cathy, murmura-t-il.
- Est-ce que tu vas encore me repousser ?
Elle trembla en attendant sa réponse qui tardait à arriver.
Après quelques secondes qui parurent des heures à Cathy, Christian s'avança vers elle sans la quitter des yeux, prit son visage entre ses mains et l'embrassa fiévreusement.


La sonnerie de son portable fit sortir Cathy de ce doux rêve. Machinalement, elle tendit le bras pour attraper son téléphone et le porta à son oreille.
- Oui ?
- Tu n'as pas remboursé ta partie du prêt ce mois-ci, l'agressa une voix masculine qu'elle connaissait bien. Qu'est-ce que tu fous ! La banque n'arrête pas de me harceler.
- Je suis désolé, je suis un peu juste ce mois si, je te promets de régler ça très vite.
- Comment tu compte faire ? Tu as déjà du mal avec le prêt de l'appartement. Tu fonces droit vers les ennuis, tu t'en rends compte ?!
- Oui, je me rend compte !
- Règle ça au plus vite Cathy.
Et la communication fut coupée.
- Et merde !
Cathy repoussa les couvertures et sorti de son lit pour se rendre à la salle de bain. En deux temps trois mouvements elle était prête. Étienne avait raison, il fallait qu'elle règle cette histoire de prêt si elle ne voulait pas perdre le studio photo. C'était son bébé cette entreprise, elle comptait presque autant que son Julien. Pendant une seconde, elle regretta le chèque que lui avait proposé Christian, ça aurait arrangé bien des choses. Elle avait refusé par fierté, mais peut-être qu'elle avait eu tort.
Elle ne fut pas au bout de ses surprises lorsqu'en arrivant au studio, elle le trouva déjà envahi par les huissiers de justice. Julien arriva cinq minutes après elle et resta sans voix face à ce qui était en train de se dérouler sous ses yeux.
- Maman, qu'est-ce qui passe ?
- C'est rien, ne t' en fais pas.
- Comment ça rien, ils sont en train de prendre tous tes appareils. Dis-moi, tu as des problèmes d'argent ?
- Julien ce ne sont pas tes affaires.
- Mais maman, comment tu vas faire ?
Elle n'en savait encore rien.

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Sam 2 Avr - 17:33 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Ce recit me donne l'impression que Cathy etait si desesperee apres l'abandon d'Etienne qu'elle a cherche se rassurer dans les bras de Christian. Et c'est evident qu'elle etait ivre. Lui, il n'a pas pu resister, non plus et Cathy semble n'avoir pas oublie cette nuit. 


Cathy a des problemes d'argent? 
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Lun 4 Avr - 13:26 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 5


Après avoir passé une nuit blanche à cogité sur la manière d'annoncer à Fanny sa récente découverte de paternité, Christian s'était levé tôt afin de préparer un romantique petit-déjeuner à sa fiancée, histoire d'adoucir la délicate nouvelle.
Bien sûr, il savait que cela ne suffirait pas. Il appréhendait sa réaction, au moment où elle découvrirait que son fils avait quasiment le même âge qu'elle.
Il poussa un long soupir et entra dans la chambre plateau en mains. Fanny était déjà réveillé et le fusillait du regard, ça commençait déjà mal. Sans se laisser démonter, il posa le plateau sur ses genoux, lui offrit un tendre baiser et s'installa à ses côtés.
- Tu es rentré tard hier ! lui lança-t-elle sans préambule. Ou étais-tu ?
- Il faut que je te parle de quelque chose, c'est très important.
Il aperçut l'éclair de panique dans le regard de Fanny. Le doute également.
Elle se beurra un croissant pour ne pas avoir à le regarder, Christian l'avait bien compris.
- Ok, je t'écoute. Qu'est-ce qui se passe ? demanda-t-elle d'une voix incertaine.
- Il ne faut pas que ça remette en doute notre relation. Tu sais que je t'aime, même si ses derniers temps, on a eu des hauts et des bas.
- Mais enfin Christian, qu'est-ce qui se passe ? Tu me fais vraiment peur là.
Elle laissa tomber le petit déjeuner et posa le plateau sur la commode.
- Tu sais quand j'avais vingt ans, je n'ai pas toujours été un ange. J'ai fait beaucoup d'erreurs, j'ai souvent agi sans réfléchir. J'étais un petit con.
- Oui je sais, ça. Tu m'as raconté. Ou est-ce que tu veux en venir exactement ?
- À l'époque où j'étais en couple avec Johanna, je l'ai trompé avec sa meilleure amie. Elle faisait partie de la bande du tout début. Avant que Laly ne prenne sa place dans la chambre universitaire.
- Je ne vois pas pourquoi tu me parles de ça, rétorqua-t-elle sèchement. Si tu as ça sur la conscience, parles en à Johanna.
- Je l'ai mise enceinte. J'ai un fils de vingt deux ans.
- Pardon ?
- Tu as très bien entendu. Bien sûr j'ai découvert ça récemment. Je te l'aurais dit avant sinon.
Fanny accusa le coup, tant bien que mal.
- Vingt deux ans tu dis  ? Je comprends pourquoi tu hésitais à m'en parler.
- Dis-moi que ça ne changera rien entre nous. Je ne supporterais pas qu'on se sépare à cause d'une bêtise que j'ai commise par le passé.
Il lui prit les mains, les serras dans les siennes. Il ne voulait surtout pas la perdre. Pas après Johanna, pas après Angèle.
- Une bêtise ? C'est comme ça que tu qualifies ton fils ? s'indigna-t-elle en le regardant.
- La bêtise, c'est d'avoir coucher avec une fille avec qui il n'aurait jamais rien du se passer. J'ai été faible, mais à l'époque j'avais tellement envie de... il s'arrêta de parler, conscient qu'il en disait trop. J'étais impulsif, conclu-il.
- C'était bien avant qu'on se connaisse, je n'ai pas à t'en vouloir pour ça. Je t'aime Christian, je ne laisserais jamais rien se mettre entre nous.
- Je suis tellement soulagé que tu le prennes comme ça, si tu savais.
Il l'embrassa plus que de raison et l'allongea sur leur lit, lui au-dessus d'elle.
- Ce qui me faisait peur c'est que tu prennes enfin conscience que tu traînais un boulet avec toi. Que tu n'avais pas besoin d'un vieux con avec un « grand » fils en plus.
- Je ne te cache que ça me fait un peu peur, mais j'ai confiance en toi, affirma-t-elle en lui caressant le visage. Il n'y a rien entre la mère de ton fils et toi, n'est-ce pas  ? Je veux dire, tu n'as pas de sentiment amoureux pour elle  ?
- Non, bien sûr que non. Je te l'ai dit, c'était une erreur entre nous. Un accident de parcours. Mais malgré ça, j'ai besoin d'assumer toute cette histoire. De faire connaissance avec mon fils.
- Je comprends, et je te soutiens à cent pour cent
Christian afficha un large sourire, toutes ses peurs s'étaient envolés. Il était étonné de voir avec quelle maturité Fanny avait pris la chose.
- Je peux avoir un câlin maintenant. Ça fait une semaine qu'on n'a pas fait l'amour.
Il n'allait pas se faire prier. Il l'aimait tellement, sa chanteuse.

*****


Après le passage des huissiers, Cathy resta un long moment à contempler le studio vide. Elle avait une boule dans la gorge, avait envie de pleurer. Elle croulait sous les dettes depuis son divorce, elle avait fait de mauvais choix. Se croyant libre et indépendante, elle avait accumulé les emprunts pour subvenir aux besoins de son fils. Étienne avait refusé de l'aider, le jour où il avait découvert qu'il n'était pas le père biologique de Julien. Il participait seulement au remboursement du studio photo, parce qu'au départ c'était un projet commun, une idée à lui, en fait. C'était la seule raison qui faisait qu'elle n'avait pas à fermer boutique. Elle n'avait juste plus le matériel pour travailler. Elle allait être obligée d'annuler des contrats importants, ce qui n'arrangerait évidemment pas les choses.
Elle n'aimait pas la réaction qu'avait eue Julien, il était parti précipitamment et elle avait peur qu'il fasse une bêtise. À coup sûr il était aller voir Étienne pour qu'il puisse arranger les choses, mais ce n'était plus son problème désormais. Elle n'en voulait d'ailleurs pas à son ex-mari. Elle se rendait compte qu'elle lui avait gâché la vie. Il était revenu vers elle parce qu'elle était enceinte, et non parce qu'il l'aimait encore.
Elle alla chercher une bouteille de vin rouge dans la réserve, qu'elle gardait toujours pour les grandes occasions et s'en servit un verre. Elle s'installa sur une caisse en bois et pleura silencieusement, quel beau gâchis.
Elle n'entendit même pas la porte du studio s'ouvrir et Christian s'avançait vers elle, tellement elle était perdue dans ses pensées.
- Cathy ?
Elle leva les yeux vers lui, surprise de le trouver là.
- Excuse-moi, j'ai frappé mais...
Il regarda alors autour de lui, les yeux écarquillés.
- Qu'est-ce qui s'est passé ici ?
- Les huissiers sont passés. Je t'offre un verre  ?
Il consulta sa montre. Dix heures.
- Il n'est pas un peu tôt pour ça.
- Si, tu as raison, admit-elle en souriant, posant son verre à ses pieds. Qu'est-ce qui t'amène ?
- J'ai parlé à Fanny. Elle a très bien accepté la chose.
- C'est vraiment super ça. Assieds-toi, si tu veux.
Il attrapa une chaise et s'assit près de Cathy.
- C'est quoi cette histoire de huissiers ? demanda-t-il sérieux. Tu as des problèmes  ?
- On va dire que je me suis laissé dépasser par les événements.
- Tu as besoin de quelque chose  ? Je peux, peut-être t'aider.
- Ce n'est pas ton rôle, dit-elle en le regardant. Je me suis toujours débrouillé toute seule tu sais. Je m'en sortirais comme toujours.
- Comment tu vas bosser sans ton matériel ? Ça me paraît compromis ton affaire.
- Je sais merci.
- Tu as besoin d'argent  ?
- Non ! Répondit-elle avec véhémence. Non merci, se radoucit-elle devant le regard plein de compassion du brun.
- J'ai de vieux appareils qui peuvent te dépanner si tu veux. Par contre ils ont plus de dix ans.
- Vraiment ? Je veux dire, ils ne vont pas te manquer  ?
- Je m'en sers plus. Ça me ferait plaisir que tu les aies.
- Merci.
Elle posa une main sur sa cuisse, un geste qu'elle voulut anodin, mais devant le regard puissant de Christian, elle la retira.
- Même après toutes ses années tu reste un très bon ami, Christian. Merci encore.
- C'est normal. Tu sais, j'avais dans l'idée de vous inviter à dîner à la maison ce soir, Julien et toi. J'en ai parlé avec Fanny, elle est d'accord. Qu'est-ce que tu en penses ?
- Ce n'est pas un peu tôt  ?
- Peut-être oui. Mais parles en quand même à Julien, d'accord ? Je lui ai envoyé un message, mais je n'ai pas eu de réponses.
- Ok.
- Je vais y aller. Je fais un tri dans mon matériel photos et je te tiens au courant.
- Super.
Il se leva, l'embrassa sur la joue avant de partir. Il avait beaucoup changé, le «  cricri d'amour 
».
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Lun 4 Avr - 17:58 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Je ne croyais jamais dire ca, mais c'est une belle scene entre Fanny et Christian. Elle reagit d'une facon tres mature, c'est pas evident pour une femme de reagir toujours comme ca apres une telle annonce. Julien va accepter de rendre visite a son pere? 
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Mar 5 Avr - 16:01 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 6


Le soir venu, Cathy n'était toujours pas convaincue que d'aller dîner avec Christian et sa fiancée soit une bonne idée. Par soutien pour Julien qui avait décidé d'accepter l'invitation, Cathy se devait de faire bonne figure, de garder la face, mais l'envie n'y était pas vraiment. Elle était certaine que la conversation qu'avait eue Julien avec Étienne plus tôt dans la journée, y était pour beaucoup dans sa décision de rencontrer Christian.
Finalement, elle avait accepté sous la condition que le dîner se passe dans un restaurant et non chez le couple, chez qui elle se serait senti mal à l'aise.
Elle se vêtit simplement ; un pull noir assorti d'un pantalon de la même couleur et s'attacha les cheveux en queue de cheval. Elle se maquilla très légèrement, un simple trait noir sous les yeux. Elle était nerveuse, elle devait bien se l'avouer.
- Maman, tu es prête ? on peut y aller ?
Elle s'admira une nouvelle fois dans le miroir, moyennement convaincu.
- Oui, fit-elle en attrapant son sac à main. Tu es beau mon fils, ajouta-t-elle en réajustant son col de chemise.
- Maman...
Quand ils arrivèrent au restaurant, Christian et Fanny étaient déjà installés à une table. Christian leur fit signe de la main quand ils les virent, et la mère et le fils s'avancèrent nerveusement vers le couple.
Julien s'assit en face de Christian, tandis que Cathy s'installa en face de Fanny, une place peu confortable à dire vrai.
Le silence s'installa pendant plusieurs secondes et Julien fit le premier à engager la conversation auprès de Fanny.
- J'aime beaucoup ce que vous faites. Je trouve que vous avez vraiment une jolie voix. J'ai acheté votre album, il est top.
Fanny le remercia d'un sourire.
- On peut, peut-être se tutoyer, non ? Tu fais de la musique aussi ?
- Oui. Mon père, enfin... (il leva un œil vers Christian qui en un regard le poussa à poursuivre) il m'a appris à jouer de la basse, lorsque j'étais tout petit. Mais je ne suis pas un grand musicien. Ma véritable passion, c'est la photo.
- Qu'est-ce que tu aimes dans la photo ? demanda Christian.
- J'aime capter le moment, figé l'instant. Une photo doit raconter une histoire. Après je ne suis qu’apprenti, je ne suis pas aussi doué que ma mère. Pas encore en tout cas.
- Ça viendra, sourit-elle affectueusement à son fils.
Christian ne put s'empêcher d'être touché, ce que Fanny remarqua aussitôt.
Un nouveau silence s'installa, rompu heureusement par le serveur qui leur apporta le menu.
- Je te conseille l'assiette de fruit de mer, dit Fanny à Julien. Enfin si tu aimes ça bien sûr.
Christian sourit. Il appréciait les efforts que faisait Fanny pour que Julien se sente à l'aise. Elle n'était pas obligée mais il vit qu'elle ne se forcé pas plus que ça, qu'elle appréciait Julien même si elle ne le connaissait pas. Peut-être parce qu'ils étaient de la même génération, songea-t-il.
- Un plateau de fruits de mer alors. J'adore ça.
- Deux, surenchérit Fanny.
- Pour moi ce sera une entrecôte avec des haricots verts, annonça Christian.
- Tu aimes toujours autant la viande rouge, le taquina gentiment Cathy.
Ils échangèrent un regard complice, ce qui éveilla la jalousie de Fanny.
Elle ne fit pourtant aucun commentaire, ne voulant pas mettre une mauvaise ambiance autour de la table.
- Pour moi ça sera une salade verte, poursuivit Cathy qui n'avait pas remarqué l’œil mauvais de Fanny sur elle.
- Et toi tu fais toujours autant attention à ta ligne, rit Christian.
Fanny bouillonna intérieurement.
Pourtant, le reste du repas se passa relativement bien. Julien et Christian parlèrent de musique, de photo, mais aussi de littérature et de cinéma.
Ils se découvrirent une même passion pour les films de Quentin Tarantino et débâtèrent pendant presque une heure sur l’œuvre de Pierre Choderlos de Laclos, les liaisons dangereuses.
Cathy aimait les écouter rire et discuter des choses de la vie.
Vers la fin du repas, elle s’éclipsa dans les toilettes pour se repoudrer, Fanny la suivit.
- Tu crois que je ne sais pas ce que tu essayes de faire ? lui lança-t-elle en la dévisageant méchamment par le miroir.
- Quoi ? fit Cathy étonné.
- Christian m'aime, tu n'as aucune chance, alors laisse tomber. Il m'a clairement dit que tu avais été une erreur de parcours, que tu ne comptais pas, que tu n'avais jamais compté.
Malgré elle, Cathy se sentit blessée par les mots de la jeune femme. Elle n'avait pas eu l'impression d'avoir dépassé les limites avec Christian, d'ailleurs, ils avaient échangé à peine quelques mots durant la soirée.
- Je suis désolé si je t'ai donné cette impression, mais je n'essaie pas de récupérer Christian, d'ailleurs on n'a jamais été ensemble lui et moi. On est de vieux amis qui essayent de faire au mieux avec toute cette énormité, c'est tout.
- À d'autres ! Arrête de lorgner sur mon mec.
Puis Fanny alla retrouver Christian et Julien en salle. Cathy revint cinq minutes plus tard, attrapa son sac et annonça à la tablée :
- Je crois que je vais y aller, il se fait tard. Julien tu rentres avec moi ?
- Déjà ? Eh bien...
- Reste si tu veux, le coupa-t-elle. Ce n'est pas un problème.
Fanny afficha un sourire satisfait, tandis que Christian se leva pour raccompagner Cathy jusqu'à sa voiture.
- Elle peut très bien y aller toute seule, explosa soudain Fanny.
Christian s'étonna de sa réaction. Julien garda le silence, Cathy sentit un étrange malaise l'envahir.
- Ça va aller, bonne fin de soirée, dit-elle.
Mais Christian la suivit quand même jusqu'au parking.
- Qu'est-ce qui s'est passé dans les toilettes ? demanda-t-il mal à l'aise.
- Rien ne t'inquiète pas. Mais je n'ai pas envie de mettre la pagaille dans ton couple. Ce n'est pas mon intention. Si Julien a envie de passer du temps avec toi, je n'y vois aucun inconvénient, mais il vaudrait mieux qu'on garde nos distances toi et moi.
- Attends, je ne comprends pas là. On n'a rien fait rien de mal.
- Bonne nuit, Christian, dit-elle avant de monter dans sa voiture.
Elle baissa sa vitre avant de démarrer.
- Merci pour la soirée. Je suis contente que Julien et toi vous, vous entendiez. Ça me fait vraiment plaisir.
Elle démarra le contact, et la voiture disparue au loin. Christian serra les poings, il aurait une discussion sérieuse avec Fanny.

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mar 5 Avr - 18:21 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Meme si Fanny devient agacante dans ce chapitre, je peux pas la blamer tant, comme je sens moi aussi qu'il y a une complicite (meme plus) entre Christian et Cathy. 
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Mer 6 Avr - 09:33 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 7


Cathy feuilleta avec tendresse l'album photo de ses souvenirs de fac. Vingt ans qu'elle n'avait pas parcouru ses pages. Par peur, sans doute.
L'insouciance qu'elles affichaient, Johanna, Hélène et elle, sur les clichés lui serra le cœur. Au fond d'elle, à cette époque, elles pensaient que ses instants dureraient toujours. Elle pensait qu’Étienne et elle s'aimerait toujours. Quelle désillusion elle avait eu, lorsqu'il rompit avec elle, quand il lui avait dit qu'il désirait couper les ponts avec elle et le reste du groupe. Elle avait compris ce jour-là, ce que voulait dire l'expression « le ciel nous tombe sur la tête ». C'était radicalement ça. Mais malgré la douleur qu’elle avait ressentie, elle se souvint qu'elle n'avait que très peu pleuré.
Mais aujourd'hui, les larmes qu'elle s'était retenu de verser pendant toutes ces années, roulèrent sur ses joues, au fur et à mesure qu'elle tournait les pages de sa vie.
La soirée rock qu'ils avaient organisé en la faveur de Nathalie, le bal déguisé de la fac, la nuit de la danse... tant de souvenirs qu'elle avait volontairement chassés de son esprit, mais qu'il lui revint peu à peu ; que des formidables moments.
Inconsciemment, elle chercha une photo de Christian et elle. Il y en avait d'elle avec tout le monde : Étienne, Hélène, Johanna, Bénédicte, Nicolas, José mais pas avec Christian. Seulement quand ils posèrent en groupe et encore, ils n'étaient jamais à côté l'un de l'autre.
Ça la perturba. Ça lui fit prendre conscience que ce Fanny lui avait dit dans les toilettes était vrai. Elle n'avait jamais compté pour Christian, elle ne compterait jamais. Il n'existait même pas un seul petit cliché qui aurait suggéré qu'ils avaient un jour était des amis proches. Quelle terrible constatation.
La porte d'entrée claqua soudain.
- Maman, je suis rentré, tu es là ?
Cathy referma aussitôt l'album, quand Julien apparut dans le salon.
- J'ai passé une super soirée, annonça-t-il heureux. Dommage que tu sois parti.
Il remarqua immédiatement l'album sur la table basse.
- Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-il, perplexe.
- Des photos du temps de la Fac. J'étais plongé dans de lointains souvenirs.
- Ah ? Je peux regarder ? s'enquit-il, s'installant sur le canapé à côté de sa mère.
Cathy hésita un bref instant.
- Bien sûr, sourit-elle enfin.
Julien tourna les pages en silence, puis demanda après un moment :
- Tu n'aurais pas des photos de Christian au karting ?
- Quoi ?
- Christian m'a proposé d'y faire un tour demain. Il n'a pas pratiqué depuis très longtemps, mais il paraît qu'il était doué. Tu le savais ?
- Oui.
- Christian m'a dit que tu devais avoir quelques photos, mais je n'en vois pas ici, constata-t-il à regret.
Cathy réalisa alors qu'il existait un autre album de ses années là. Des photos qu'elle avait elle-même prises, effectivement.
- Je vais aller voir.
Elle fouilla dans les vieux cartons et trouva ce qu'elle y cherchait.
- Le voici, dit-elle en lui tendant l'album.
Elle ne le feuilleta pas avec lui, préférant aller préparer du café dans la cuisine.
- Elles sont top tes photos maman, lui lança Julien du salon. Très réussis.
A vrai dire, elle ne s'en souvenait plus.
- Ah oui ?
- Oui. Tu étais faite pour être photographe, il n'y a pas de doute.
Elle l'entendit tout à coup, rire.
- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda-t-elle.
- Il y a une photo de Christian et toi très sympa. Vous aviez l'air de vous entendre, quand même. J'avoue que ça fait plaisir.
Elle se figea, tasses à la main.
- Une photo de Christian et moi ?
Elle s'en souvenait maintenant. Christian avait été saoulé qu'elle le prenne en photo. C'était durant cette période qu'elle s'était découverte une vraie passion pour la photographie. Elle avait eu envie de réaliser un reportage autour du karting. Elle trouvait l'idée intéressante. À un moment, Christian était descendu du kart, s'était avancé vers elle et lui avait pris l'appareil des mains.
« Stop pour aujourd'hui », lui avait-il lancé, de son sale caractère de l'époque.
« Une dernière, » lui avait-elle dit. « Pour finir le sujet ».
Il avait alors mis un bras autour de ses épaules, ce qui l'avait surprise, mais en aucun cas troublé, et avait placé l'appareil de manière à ce qu'ils apparaissent tous les deux dans l'objectif, puis avait cliqué sur le bouton.
« Voilà, tu l'as ta dernière photo. »
- Je peux la garder ? demanda Julien.
Elle comprit seulement maintenant, pourquoi c'était si important de trouver une photo de Christian et elle. Pour Julien, pour « leur » fils.
- Absolument, répondit-elle en revenant avec deux tasses de café chaud. Garde là.
Julien remarqua à quel point sa mère était bouleversée.
- Maman... chuchota-t-il en s'avançant vers elle, tout va bien ?
Elle s'écroula littéralement dans les bras de son fils. Elle, si dure, si forte en temps normal.
Ils s'assirent sur le canapé, Cathy pleura encore quelques instants dans les bras de son fils.
- Je suis désolé, mon chéri.
- Tu as du mal à te faire à l'idée que Christian soit mon père, n'est-ce pas  ?
En réalité, elle se demandait même comment cela pouvait être possible. Il avait mis un préservatif, elle prenait la pilule.
Il y avait quelque chose qui lui échappait dans toute cette histoire.
- Peut-être que tu devrais parler avec lui de ce qui te tourmente  ? suggéra Julien.
Oui. Elle allait faire ça, et le plus tôt, serait le mieux.

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mer 6 Avr - 21:49 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Le fin du chapitre me confuse un peu. C'est vraiment Christian, le pere? 
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Jeu 7 Avr - 07:23 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Oui, il ya pas de doute là dessus ^^

Tu comprendra lors de la lecture du prochain chapitre qui est un peu spécial quand même.

Merci Maria de me lire toujours ^^
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Jeu 7 Avr - 15:34 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 8


Fanny savait qu'elle aurait droit à quelques remontrances de la part de Christian en rentrant à la maison. Il n'avait fait aucun commentaire tant que Julien était avec eux – malgré quelques regards de biais – mais maintenant qu'ils étaient seuls, elle appréhendait déjà la dispute. Parce que c'était certain, il allait y avoir dispute.
Christian posa sa veste sur le canapé et la fixa durement.
- Je peux savoir ce qu'il t'a pris d'agresser Cathy comme ça, tout à l'heure ? c'est quoi le problème ?
- Je ne l'ai pas agressé, c'était à toi que je parlais, pas à elle ! riposta-t-elle d'un ton sec.
- Ne te fou pas de moi, s'il te plaît. Tu lui as dit quelque chose dans les toilettes, je veux savoir ce que sait ! ordonna-t-il, les mâchoires crispées.
Fanny lui lança un regard moqueur.
- Elle s'est plainte à toi ? Oh, la pauvre !
- Arrête ça Fanny ! Tu as intérêt à t’expliquer.
- Vous n'avez pas arrêté de flirter devant moi, lança-t-elle d'un ton accusateur. Tu crois que ça ne m'a pas fait mal ! Ce matin tu me jures que tu m'aimes à la folie et là ce soir, c'est comme si je n'existais pas. Il n'y en avait que pour « elle » et pour ton fils.
Christian resta un moment interdit. Il n'avait pas eu l'impression qui l'avait négligé au cours de la soirée, comme il n'avait pas eu l'impression non plus d'avoir flirté avec Cathy comme elle avait l'air de l'insinuer.
- Je n'ai pas flirté avec elle, dit-il simplement. Ou est-ce que tu es allé chercher ça ?
- « Oh ! Tu aimes toujours la viande rouge, Christian ! » « et toi tu fais toujours autant attention à ta ligne !, ma chérie » J'ai bien vu que tu mourrais d'envie de la sauter ! assena-t-elle d'un ton tranchant.
- Quoi ?! fit-il sidérer.
- Tu dois vouloir savoir si elle est toujours aussi bonne qu'avant ! C'est vrai qu'elle est plus toute jeune et qu'on peut se poser la question !
- Arrête Fanny, je déteste quand tu parles comme ça.
- De toute façon, je n'ai aucune envie d'en discuter, j'ai envie d'aller dormir.
- Ah ça non alors, on va parler !
Il la suivit dans la chambre, la regarda se déshabiller avec rage, jeter ses chaussures à travers la pièce, piquer sa crise comme une adolescente à qui on aurait interdit d'aller en boîte de nuit. Ça avait le don de l'agacer, mais il l'aimait.
Sa voix se fit plus tendre, plus douce.
- Fanny, tu disais que tu me faisais confiance. Je sais que la situation n'est pas facile et j'ai beaucoup apprécié la manière dont tu t'es comporté avec Julien.
- C'est un garçon intéressant, très gentil en plus de ça. Mais l'autre pute que t'a engrossée, je ne l'aime pas, désolé.
Elle lui tourna le dos, serra les dents pour ne pas se mettre à pleurer. Christian se plaça derrière elle, l'a pris dans ses bras, lui embrassa doucement l'épaule. Il n'aimait pas la voir dans cet état. Non vraiment pas.
- Bébé, arrête de douter de moi. Je t'aime et je n'ai envie que de toi, jura-t-il.
- Je suis jalouse, je ne peux pas le contrôler. C'est une très belle femme en plus.
- Pas aussi belle que toi.
- Je ne veux pas que tu sois seule avec elle. Promets-moi..., dit-elle en se retournant pour le regarder,...que tu seras jamais seule avec elle.
- Tu as si peu confiance en moi ? s'enquit-il tristement.
- Je n'ai pas confiance en elle. Et toi tu n'es qu'un homme.
- Je vois.
- Promets !
- Fanny je ne peux pas te promettre ça, tu le sais très bien. Il va falloir que tu me fasses confiance sur ce coup-là.
- Tu n'as pas envie d'elle, tu me le jures ?

Christian se réveilla au milieu de la nuit, en nage. Il regarda la jeune femme endormie à ses côtés, il avait cru un rêve, à une illusion mais elle était bel et bien là. Tout ceci était réel.
Allongée sur le dos, un bras par dessus de la tête, l'autre étendu le long de son buste, le drap couvrait une partie de son corps, exposant le renflement de ses seins et son genou replié.
Dieu comme elle était belle et son parfum enivrant.
Le désir de nouveau s'empara de lui, tout son corps tressaillit à cet assaut.
Il savait pourtant qu'il ne devait pas, que la première fois avait déjà été une erreur. Qu'il avait en quelques sorte profitait de la situation, de son état de faiblesse.
Il fallait qu'il calme ses ardeurs à tout pris. Il retourna sous la douche, glacée la douche. Tenta de se soulager par lui même, en vain. Son envie d'elle ne s'évapora pas, augmenta, même. Décidant de ne pas lutter contre ce sentiment il retourna se coucher auprès d'elle.
Il l'admira quelques instants. Elle avait un sommeil profond, une respiration presque inaudible dans la chambre.
Doucement, il avança la main, commença par caresser longuement ses seins, puis il effleura le creux de sa taille, glissa sur le tendre rebondi de son ventre. Enfin, il repoussa le drap qui la couvrait et sa main s'aventura plus bas encore, jusqu'à se faufiler entre ses replis intimes.
Éprouvant le besoin de s'unir une nouvelle fois à elle, il se pressa contre son corps, l'éveilla à force de baisers. Elle rouvrit les yeux, et un sourire timide qu'il n'avait encore jamais vu chez elle, apparu sur son visage.
- Tu veux encore ? chuchota-t-elle, s'éveillant vaguement.
Sans un mot, il se pencha sur elle, écarta doucement ses cuisses et plongea dans la chaleur encore humide de son intimité.
Il oublia le préservatif auquel il avait pourtant pensé la première fois, bougea en elle, tout en l'embrassant tendrement. S'abandonnant pleinement à la friction rythmique de leurs corps, il éjacula dans une explosion incontrôlable. Trop vite, trop tôt.
Il eut envie de recommencer, de faire durer le plaisir, mais il renonça aussitôt. Il soupira, gratifia Cathy d'un sourire confus.
- Désolé. Je n'ai pas pu me retenir.
Elle lui répondit d'un sourire dénué de reproches, avant de se rendormir.


- Christian, tu me le jures  ?
- Qu'est-ce que tu dis  ?
Pendant un bref instant, il avait quitté Fanny, le présent et s'était retrouvé vingt trois plus tôt, auprès de Cathy dans cette chambre, chez sa tante.
- Tu me jures que tu n'a pas envie d'elle? répéta Fanny anxieuse.
- Je te le jures.
Fanny se glissa dans ses bras, mais Christian à cet instant, n'était plus sûr de rien. Il aimait Fanny, mais le désir qu'il avait pour Cathy venait de se raviver.

_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Ven 8 Avr - 11:36 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Je passe très rarement sur le net en ce moment mais dès que j'ai un moment, je me pose tranquillement et je rattrape mon retard ici Embarassed
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Ven 8 Avr - 16:15 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Pas de soucis Sophie, je comprends Wink
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Ven 8 Avr - 18:05 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Christian aime Fanny, c'est sur, mais il y a quelque chose entre lui et Cathy que va creer problemes pour Fanny, je pense...
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Sam 9 Avr - 15:26 (2016)    Sujet du message: Cette nuit-là Répondre en citant

Chapitre 9



Le lendemain, Cathy reçut très tôt un message de Christian, lui informant qu'il serait, avec Nicolas, José et Jimmy, à neuf heures pétante devant le studio photo avec tout le matériel qui lui avait promis.
Ne voulant pas les faire attendre, elle se hâta de se préparer, et fut surprise en arrivant, de constater qu'ils avaient dû louer un camion pour tout ramener.
- Salut, lui lança Christian, un sourire au coin des lèvres, tout est là. Tu nous ouvres ?
Cathy le regarda avec des grands yeux étonnés. Elle sentait qu'il avait dû faire des folies...
- Euh... oui, bien sûr.
Elle fit la bise à tout le monde, et ouvrit la boutique.
- Allez-y.
La stupéfaction la cloua au sol, lorsqu'ils déchargèrent au fur et à mesure : un kit d'éclairage, une toile de fond en tissu, une imprimante professionnelle, une valise et ses appareils photo... en gros, tout ce qui lui avait été saisis la veille, par les huissiers.
Christian avait même pris la peine, de lui ramener un canapé, une table ronde et des chaises, un micro-onde, ainsi qu'une machine à café.
Bien que cela partait d'un bon sentiment, elle ne put pas s'empêcher d'être terriblement mal à l'aise, devant tant de générosité. C'était trop, beaucoup trop.
Elle le prit à part pour qu'ils puissent discuter.
- Christian, mais qu'est-ce que c'est que tout ça ? On avait parlé de quelques appareils de dépannage...
- Ça ne t'aurait pas suffi. Tu le sais aussi bien que moi. Là au moins tu as de quoi bosser.
- Mais enfin... commença-t-elle.
Elle regarda discrètement en direction de Nicolas, José et Jimmy.
- Qu'est-ce qu'ils vont en pensés, les autres ?
- C'est pour ça que tu t'inquiètes ? Ils ne savent pas que c'est moi qui aie payé.
- Qu'est-ce qui t'a pris, tu peux me le dire.
- J'avais envie de te faire plaisir, avoua-t-il avec un sourire charmeur.
- Eh bien ce n'est pas le cas ! répliqua-t-elle d'un ton sec. Que va dire ta fiancée ? Tu y as pensé ?
- Elle n'est pas obligée de le savoir, répondit Christian d'un ton désinvolte. Maintenant tu m'excuses, mais je dois aller retourner aider les autres. Tu finiras de m’engueuler tout à l'heure, ironisa-t-il d'un ton mordant.
Elle avait envie de l’étriper... ou de l'embrasser, au choix.

*****


Cathy admirait les appareils que Christian avait posés sur le comptoir, les frôlant du bout de ses doigts. Ces appareils-là, eux, n'étaient pas neuf. Ils étaient en bon état certes, mais on voyait qu'ils avaient dû beaucoup servir. C'était ceux de Christian.
Malgré toutes les nouveautés qui lui avaient acheté, il avait quand même ramené le matériel qui lui avait appartenu.
Elle eut un coup de cœur pour l'un des appareils : un Olympus à pellicule qui ressemblait beaucoup à celui qu'elle possédait à l'époque, au moment où elle avait commencé à photographier un peu tout et n'importe quoi.
Elle leva les yeux vers Christian, tout en se demandant si c'était un hasard ou s'il l'avait exprès.
Puis, remarquant son regard, il s'avança vers elle en souriant.
- On a presque fini. On ne va pas tarder à te laisser tranquille. J'espère que tu n'es pas trop fâché, quand même.
Elle vit dans son regard, qu'il avait l'air vraiment contrarié que ça puisse être le cas.
Elle le rassura.
- Non. Mais ne me refais jamais un coup comme ça.
- Entendu.
Il baissa la tête vers sa main qui ne lâcher pas l’Olympus.
- C'est celui-là que tu as choisi alors ? C'était mon préféré aussi. Il m'a suivi pendant plus de dix ans. Même quand on est passé au numérique, j'ai eu du mal à m'en séparé. J'étais totalement contre, rit-il en évoquant ses souvenirs. Et tu vois, pas longtemps après j'ai arrêté la photo. Comme quoi.
- Je n'étais pas fan du numérique au début non plus. Mais ça a aussi ces avantages.
- Sans doute.
Elle le fixa longuement, hésita à évoquer la nuit qu'ils avaient passé tous les deux il y a tant d'années. Pourtant Julien avait raison, il fallait qu'elle parle de ses doutes. Des blancs qu'elle pensait avaient eu cette nuit-là, mais dont elle n'avait pas osé lui parler. La dernière fois, il avait l'air de tellement culpabilisé qu'elle avait préféré lui mentir en lui disant qu'elle n'était pas si ivre que ça.
Elle ouvrit la bouche, prête à parler, mais la referma sans emmètre une parole.
- Il y a quelque chose qui ne va pas ? demanda-t-il, devant son air soucieux. Tu veux me dire quelque chose.
- J'ai besoin de reparler de cette nuit-là. Il y a des choses dont j'ai du mal à me souvenir. Mais on en parlera plus tard, ce n'est pas bien grave.
Christian eut le sentiment, que ça l'était pourtant.
- Tu sais quoi. On finit ce qu'on a fait et après on parle toi et moi.

Une demi heure plus tard, Nicolas, José et Jimmy étaient partis, puis Christian et elle étaient installés sur le nouveau canapé.
- Ce n'est pas facile pour moi d'en parler, avoua-t-elle en le regardant. Comme je te l'ai dit, je me suis toujours senti coupable de ce qui s'était passé entre nous. Je t'ai provoqué jusqu'à ce que tu cèdes à mes avances. Quand j'y pense... je me demande vraiment ce qu'il m'a pris.
- Tu avais bu. Beaucoup trop. Quant à moi... je n'ai pas su te dire non.
- Je n'arrive pas à me souvenir de ce qui s'est passé après qu'on ait fait l'amour. Je n'arrête pas d'y penser depuis que je sais que Julien est ton fils. Je te revois mettre ce préservatif, je sais qu'on a fait attention. Les accidents arrivent mais je prenais
aussi la pilule.
Christian fut désarçonné, il réalisa qu'elle était bien plus ivre qu'il ne l'aurait cru à l'époque. S'il avait su...
- On a refait l'amour dans la nuit, tu ne te rappelle pas ?
Surprise, Cathy le regarda longuement. Puis elle se leva, anéantie par cette soudaine révélation. Ça n'aurait pourtant pas dû la secouer autant. C'était elle qui avait réclamé ses bras, elle qui avait réclamé ses caresses. Mais tant qu'elle était sûre d'avoir tous les éléments en tête, ça allait encore.
- On l'a refait ? demanda-t-elle toute chamboulée. Je ne m'en souviens pas.
- En même temps, ça vaut mieux, murmura-t-il sans la regarder.
- Pourquoi tu dis ça ?
Il ne répondit pas. Elle alla de nouveau s'asseoir en face de lui. Réitéra sa question.
- Pourquoi Christian ?
Elle chercha son regard, lui attrapa le menton pour qu'il l'oblige à la regarder. Elle avait besoin de savoir bon sang.
- Qu'est-ce que tu me caches à la fin ?
Il lui coula un regard où brillait une lueur indéchiffrable.
- Tu ne peux savoir à quel point mon corps te réclamait, dit-il comme simple explication.
Elle recula, à la fois perplexe et effrayée.
- Est-ce que j'étais consciente ? s'enquit-elle avec brusquerie.
Christian eut l'air surpris, voire choqué.
Il se leva, la scruta d'un air de défi.
- Tu insinues quoi là ?
Elle soutint son regard, mais elle n'ajouta rien.
- C'est facile de me mettre ça sur le dos parce que tu n'assumes qu'à moitié ce qui s'est passé. Tu étais parfaitement consentante, termina-t-il d'un ton cassant. Même plus.
« Même plus » ? Qu'est-ce que ça voulait dire, « même plus » ?
Elle se leva à son tour, s'avança vers lui, le figea droit dans les yeux :
- Est-ce que tu as mis un préservatif ? lança-t-elle en redressant le menton.
Il se rapprocha aussitôt et lui saisit doucement le bras.
- Je suis désolé pour ça, mais aucunement pour le reste...
Le cœur battant la chamade, en proie à une colère froide, Cathy leva la main sans réfléchir et gifla Christian de toutes ses forces.
Atterré, il frotta sa joue en feu, et après un dernier regard dans sa direction, se dirigea vers la porte, avant de s'en aller.
Les yeux emplis de larmes, Cathy resta immobile, brûlée de l’intérieur par une souffrance atroce.

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:48 (2018)    Sujet du message: Cette nuit-là

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Fics Tétralogie H&G
Page 2 sur 4 Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com