rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Black Roses
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Créations sur d'autres séries, sujets ou personnages. Fics Diverses Fictions en cours Fics Tétralogie H&G
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Ven 23 Oct - 11:53 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

*****



Lorsque Marie sortit de la chambre, elle trouva Cathy qui faisait les cent pas dans le couloir en l'attendant, l'air contrarié. Elle voulut prendre la parole, mais Cathy la devança.
- Alors comment va Fanny Greyson ? Est-ce qu'elle t'a parlé ?
- Oui, elle a même été très coopérative. Elle a une force remarquable, cette gamine. C'est incroyable.
- Tant mieux. Finalement le père n'est pas resté durant l'interrogatoire  ?
- Non, la petite lui a bien fait comprendre qu'elle ne voulait pas qu'il reste. Ton amie, Johanna n'est pas resté non plus.
- C'est bien. C'est mieux. Alors dis-moi ce que tu as appris.
Marie hésita. Réveiller les vieilles blessures de Cathy était-il vraiment nécessaire ?
Mais maintenant qu'elle était aussi au cœur de l'affaire, comment la tenir à l'écart de tout ça ? Cathy s'était toujours montrée solide et forte dans ce genre d'affaires, il n'y avait rien à redire là-dessus, mais cette fois-ci, alors que ça la touchait plus qu'elle ne voulait bien se l'avouer, elle sentait à tout moment que son amie pouvait flancher. Elle avait vu sa réaction au moment où elle avait découvert le tatouage sur Jeanne Garnier... Ça l'avait vraiment secoué, quoi de plus normal, songea Marie.
- Cathy, pour être honnête je ne suis vraiment pas rassuré. Fanny m'a décrit le portrait de Mathieu Roussel dans les moindres détails. Blond, les yeux vairons, une rose noire de tatouer...
- Mais Mathieu Roussel est toujours en prison. J'ai téléphoné hier après midi, quand j'ai cru que c'était lui. J'ai fait une erreur.
- Je sais, Cathy. De toute façon l'âge ne colle pas. Fanny Greyson est pratiquement sûre que le type qui l'a agressé avait la vingtaine.
- Alors quoi, on a affaire à un fanatique  ?
- Ou à un admirateur... et puis, il y a autre chose dont je voulais à parler.
- Je t'écoute.
- Christian est venue me voir au milieu de la nuit, avec plusieurs articles te concernant.
Cathy se figea, foudroyée par un sentiment de fureur et de honte.
- Pardon ? Quoi, quels articles ?
- Tu sais très bien... hasarda Marie, en détournant le regard de son amie, soudain mal à l'aise.
- Tu veux dire qu'il a fait des recherches sur moi  ?! Non mais quel salaud ! C'est comme ça qu'il a su alors ! Tu avais raison sur son compte, finalement !
La brune croisa les bras, outragée, se mordant la lèvre inférieure pour s'empêcher de pleurer.
- Attends... calme toi Cathy, je suis sûr que les recherches venaient plutôt de sa collègue journaliste.
- Il a vu les articles et les photos, Marie. Qu'est-ce ça peut faire de qui ça viens ! qu'est-ce qu'il doit penser de moi maintenant ? Tu réalises ou pas  ?! Ces articles m'ont tous décrite comme la pute de service !
- Mais enfin Cathy... Christian ne pense rien du tout, il était bouleversé et écœuré, tout comme moi.
- Tu dois penser que je suis une salope, pas vrai  ?
Cette question choqua Marie, qui resta un moment interdite. Comment pouvait-elle penser une telle chose. Elles étaient amies depuis si longtemps maintenant.
- Mais enfin pas du tout, qu'est-ce qui te prend ?! Tu sais très bien que je ne tiens pas compte de ce genre d'articles. Si je le faisais, ça ferait longtemps que j'aurais abandonné mon poste de capitaine à la police judiciaire. Si tu savais le nombre de fois où Aline Dumas m'a taillé en pièces !
Cathy ravala aussitôt sa colère, réalisant qu'elle avait peut-être été un peu dure avec la flic. Elle essuya d'un revers de la main une larme qui avait coulé sur sa joue.
- Excuse moi Marie. Je ne voulais pas t'agresser, je sais que tu n'es pas comme ça. Cette histoire est en train de me rattraper et je n'arrive pas à la gérer, confessa-t-elle.
- Je me doute que c'est dur pour toi, Cathy. Mais je suis là, je serais toujours là.
- Merci... Alors explique-moi pourquoi Christian est venue te voir en pleine nuit. J'imagine que vous n'avez pas passé une nuit torride sous les draps.
Marie esquissa un sourire. Elle admirait cette capacité qu'avait Cathy de retrouver son sens de l'humour en un clin d’œil, même quand la situation ne s'y prêtait pas.
- Christian pense que le tueur de Jeanne est le même gars que celui qui a tué ton amie il y a vingt ans. Il est persuadé qu'on a affaire à deux hommes bien distincts...
Cathy allait lui couper la parole, mais Marie l'en empêcha en poursuivant :
- Je pense qu'il a raison, et qu'en plus le meurtrier avait déjà sévi il y a quarante ans.
- Quoi ?! s’exclama Cathy abasourdie. Tu es sérieuse, là  ?
- Complètement.
- Ça voudrait dire que Mathieu est innocent Enfin... Innocent pour le meurtre de Cécile.
Marie releva avec une certaine gêne, que Cathy avait nommé pour la première fois son agresseur par son seul prénom. « Mathieu ». Elle avait toujours pensé que Cathy cachait quelque de plus grave que le viol qu'elle avait subi, mais elle n'avait jamais osé lui poser la question. Par pudeur sans doute. Aujourd'hui elle se disait que son intuition ne l'avait peut-être pas trompé.
- Il y a de fortes chances, mais rien n'est sûr tu sais... Au fait où est Christian, il n'est pas avec toi ? réalisa soudain Marie.
- Ah oui  !... je venais te voir pour ça à la base. Il a fait un malaise tout à l'heure dans la salle d'attente.
- Quoi ?! Mais il va bien maintenant  ?
Marie s'étonna d'être aussi inquiète pour le photographe. Elle qui avait puisé toute son énergie à le détester, voilà qu'elle éprouvait soudain une forte angoisse à l'idée de... de quoi exactement ?
Cathy remarqua son inquiétude et s'en amusa.
- Dis donc, je croyais que tu le détestais, la taquinait-elle. Est-ce que tes sentiments n'auraient pas évolué depuis ses dernières heures. A moins que tu te voiles la fasse depuis plus longtemps que ça ? rit-elle en lui donnant un coup de coude amical.
- Non mais ça ne va pas, s'offusqua Marie. Il est marié je te rappelle ; et il a une maîtresse ; et il a des aventures à n'en plus finir. Honnêtement, qu'est-ce que je pourrais espérait de lui ?
- Non mais attends... Tu as vraiment des sentiments pour lui  ? Il te plaît   ?
- Mais non... s'agaça Marie. Dis-moi plutôt comment il va, au lieu de raconter n'importe quoi !
- Ouais c'est ça... Il va bien, mais il a refusé qu'on lui fasse une prise de sang. Je crois qu'il n'est pas très clean. Tu m'as dit que tu l'avais arrêté pour usage de stupéfiants.
- Ouais, c'est un cocaïnomane occasionnel. Il fait ses affaires discrètement alors... je m’efforce de fermer les yeux la plupart du temps.
- Fait gaffe Marie. Tu pourrais avoir des ennuis avec ça.
- Je ne suis pas censé tout savoir sur lui, non plus. Ce n'est pas comme si je le fréquentais.
- Même si tu aimerais bien...
- Oh mais lâche moi tu veux !
- Très bien, très bien. Je ne dis plus rien. Il est chambre 18 si tu veux aller le voir. Et pour info, Bénédicte l'a mis dehors dans la nuit. Il s'est installé à l'hôtel près de chez Mollie's. Peut-être que tu aurais envie de le consoler, non  ?
Fièrement, Cathy longea le couloir en souriant et en lui faisant un clin d’œil. Mais malgré l'air « faussement » joyeux de son amie, Marie sentait comme un mauvais présage. 


_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 23 Oct - 11:53 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Sam 24 Oct - 09:25 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Alors, Mathieu Roussel peut etre innocent? Ca devient tres inquietant, ca veut dire que le vrai coupable pour le meurtre de l'amie de Cathy est libre et c'est le meme qui a aggresse Jeanne. Marie a l'air de s'interesser a Christian. Je crois qu'ils pourraient faire un beau couple ensemble, ce serait interessant a voir, mais je ne sais pas si c'est ton intention, comme il y a Cathy dans ta fiction.  Rolling Eyes  
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 11:00 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Chapitre 5



Qu'est-ce qu'elle en avait à faire que Bénédicte l'ait mis dehors ! Il en était pas moins célibataire pour autant, avec toutes ces femmes qui lui tournait autour.
Elle n'en avait rien à faire de Christian Roquier. Il fallait, qu'elle n'en ait à rien à faire.
Pourquoi se dirigeait-elle alors, vers la porte de sa chambre ? Pour faire son boulot de flic, tout simplement. Pour s'assurer que ce qui venait de se passer avec la petite Fanny Greyson ne le tourmenté pas.
Foutaise, elle se mentait à elle-même. Elle était attirée par ce « voyou » depuis qu'elle l'avait arrêté et, qui lui avait fait du charme dans l'espoir d'être libéré plus rapidement.
Elle avait fondu devant son sourire calme et enjôleur, son regard sombre et mystérieux, sa bouche pleine et sensuelle, ses mains douces et viriles...
Mais ses propos machistes et vulgaires à la limite de l'indécence, l'avaient ensuite dégoûté du personnage, aussi séduisant qu'il puisse-être.
Il avait le don de l'horripiler, de la rendre complètement dingue. Non, elle n'avait pas envie d'être avec lui.
Elle savait que ce n'était seulement qu'un jeu pour lui, une conquête de plus qu'il voulait mettre dans son lit. Un trophée dans sa collection déjà bien remplie. Si elle cédait, cela voudrait dire qu'elle n'était pas plus futée qu'une autre.
Elle poussa doucement la porte, Christian était adossé au lit en train de reboutonner sa chemise. Elle regretta aussitôt d'être là et profitant du fait qu'il ne l'ait pas vu, elle fit demi-tour...
- Capitaine Dumont.
… Trop tard.
Elle se retourna ; il lui fit son plus beau sourire.
- Comment tu te sens ? demanda-t-elle en s'approchant de lui. Cathy m'a dit que tu t'étais évanoui.
- Arff, ce n'est rien. Je me retrouve juste avec une bosse sur la tête et une douleur au dos, grimaça-t-il. Comment va Fanny ?
- Aussi bien qu'elle puisse aller dans ce genre de cas. Mais ne t'inquiète pas trop, ajouta-t-elle devant l'air taciturne du photographe, je suis sûr que Cathy saura l'écouter et l'épauler. C'est une bonne... « psy ».
- Pour les autres, mais pas pour elle.
Marie le scruta avec étonnement.
- Pourquoi tu dis ça ?
- C'est juste une impression... Si ont arrêté de parler de tout ça pour le moment.
- Bonne idée.
Sans qu'elle ne s'y attende et qu'il ne lui laisse le temps de reculer, Christian lui encercla la taille, l'attirant à lui.
- Mais enfin, qu'est-ce que tu fais  ?! Ce n'est ni le lieu, ni le moment.
Il lui lança un regard empreint de désir et de satisfaction.
- Je suis ravie de savoir qu'il y aura un lieu et un moment. Il est prévu pour quand le rendez-vous ?
- Ce n'est pas ce que je voulais dire...
- Mais tu l'as dit ! Tu t'inquiétais pour moi. Avoue !
- Christian...
Elle repoussa doucement ses mains qui s'était aventuré sur son postérieur.
- Arrête ton cinéma, tu veux bien. Oui j'étais inquiète pour toi, mais ça ne signifie pas que je vais te tomber dans les bras.
- Tu me plais, Marie ; et je te plais aussi, affirma-t-il d'une voix rauque. Pourquoi tu luttes comme ça ? J'ai bien vu la manière dont tu me regardais quand on était chez toi. D'ailleurs tu as toujours ce même regard.
- Tu te fais des films, Roquier, assura-t-elle en détournant légèrement les yeux de ceux de Christian.
Il joua avec une de ses boucles d'oreilles, avant de lui caresser la joue de la paume de sa main. Un frisson lui parcourut le dos, mais Marie ne faiblit pas. Le regardant fixement dans les yeux, elle le repoussa une nouvelle fois.
Tu ne devrais pas plutôt essayer d'arranger les choses avec ta femme  ?
Le visage de Christian se rembrunit. Elle venait de le blesser mais tant pis.
- Je n'ai plus de femme...
- Il te reste ta maîtresse... Tu n'es pas tout seul.
- C'est de toi dont j'ai envie.
- Oui... pour l'instant. Puis ça te passera. Tu me plais Christian... voilà je l'ai dit. Mais je ne suis pas sur de vouloir être avec un type qui... qui...
- Qui quoi ? Dis-moi...
- Tu enchaînes tellement les liaisons que tu ne sais même plus avec qui tu veux vraiment être. Ce n'est pas sain Christian. Tu n'es pas sain.
- Je sais quelle femme m’obsède depuis deux ans en tout cas, et elle est juste devant moi.
- Arrête, s’il te plaît... ne joue pas avec moi.
- Je ne joue pas.
Il approcha les mains de son visage et se mit à le caresser lentement. Il promena ses doigts sur ses joues, effleura l'arête de son nez avant de lui caresser doucement les lèvres, bientôt frémissantes. Marie entrouvrit la bouche.
Alors, il l'embrassa et ce fut comme une délivrance. Depuis combien de temps rêvait-elle de ce baiser ? Depuis trop longtemps sans doute. Elle crut défaillir tandis qu'elle sentait les lèvres de Christian caresser les siennes avec sensualité, sérénité et... passion.
Elle saisit son visage entre ses mains et repris l'initiative du baiser quand elle le sentit s'éloigner. Non, elle n'avait pas envie qu'il s'arrête. S'il y mettait fin maintenant, elle allait se mettre à réfléchir, à analyser... elle n'était pas encore prête.
Elle voulait juste se laisser aller et profiter de cet instant magique qui lui retourner radicalement les sens.
Pourtant, doucement, il s'écarta d'elle, la dévisageant les yeux vibrant de désir.
- J'imagine que tu as encore du boulot, murmura-t-il en déposant un tendre baiser dans son cou. Viens me rejoindre ce soir à mon hôtel...
Et là, d'un coup, la douche froide. Il venait de tout gâcher en une seconde. Christian n'avait qu'une idée en tête depuis le début, elle le savait pourtant.
Elle se sentit tellement stupide d'avoir pensé qu'il s'intéressait vraiment à sa personne que les larmes lui montèrent aux yeux. Elle quitta ses bras et lui lança un regard froid et distant.
- Je dois y aller. Comme tu l'as dit j'ai beaucoup de boulot, fit-elle sur un ton qu'elle voulut détaché mais qui était loin de l'être.
- Tout va bien ? s'enquit-il en lui caressant la joue, ses doigts se refermant avec douceur sur le contour de son menton. Si tu préfères on peut commencer par aller dîner... Je connais un petit resto pas très loin de ton boulot. Ça te tente  ?
Christian approcha son visage du sien dans l'intention de l'embrasser à nouveau, mais, se faisant violence, Marie posa les mains à plat sur son torse pour le tenir à distance.
- Non. Je ne suis pas libre ce soir. Désolé.
- On dirait que c'est toi qui joues avec moi maintenant Capitaine, sourit-il, charmeur.
- Pas du tout ! objecta-t-elle, blessée. Je suis occupé voilà tout. J'ai une vie, figure toi.
Sur le point de s’effondrer, elle quitta la chambre sans se retourner, mais tout en sentant le regard de Christian dans son dos.


*****

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 18:43 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Est-ce que Marie va arriver a lui resister? Je comprends sa deception, elle peut bien voir que Christian la desire mais il n'a pas des sentiments profonds pour elle. 
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Lun 26 Oct - 12:41 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Encore une "victime" de Christian  Rolling Eyes
Marie aimerait résister mais je ne pense pas qu'elle va y arriver longtemps!
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Mar 27 Oct - 15:03 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

*****


Chloé Girard avait pleuré toute la matinée, culpabilisant encore et encore de ce qui était arrivé à sa meilleure amie. Sa sœur, Hélène, avait eu beau l'a rassurer, lui dire que ce n'était pas de sa faute, elle se sentait tout de même responsable.
Même fatiguées, Aurélie et elle auraient dû se rendre à la soirée d'Éric avec Fanny. Ou du moins l'accompagner pour qu'il ne lui arrive rien. Elles avaient été négligentes, jamais elle ne se le pardonnerait.
Comme elle n'avait pas eu de nouvelles de son amie en se réveillant, elle l'avait appelé sur son portable et Fanny, lui avait expliqué à demi-mot, ce qui lui était arrivé. Chloé ne l'avait tout d'abord pas cru, lui disant que ce n'était pas très intelligent de raconter de telles choses. Qu'on ne pouvait pas rigoler avec ça, surtout en ce moment. Et quand la brune s'était mise à pleurer au bout du fil, elle avait compris que c'était loin d'être une blague.
- Chloé, ma puce, tu veux venir avec moi à l’hôpital, ce matin ? demanda doucement Hélène. Je vais voir Nicolas. Peut-être que tu voudrais aller rendre une petite visite à Fanny.
Chloé releva la tête de son bol de café et fixa sa sœur aînée qui lui souriait tendrement.
- Je ne suis pas sûr qu'elle veuille me voir tu sais. Je l'ai laissé tomber et en plus j'ai douté de son histoire. On ne m’attribuera pas le prix de la meilleure amie de l'année.
- L'erreur est une humaine, ma puce. Tu devrais aller la voir, tu te sentiras mieux après.
- Sans doute, oui. Mais je préfère y aller avec Antoine si ça ne t'embête pas. Il a mal encaissé le choc, lui aussi. Ils ont vécu deux ans ensemble, j'imagine que c'est normal qu'il soit si effondré.
Sur ses dernières paroles, Chloé téléphona à son petit ami, qui quinze minutes plus tard, se trouvait sur le palier à l'attendre.
- Je prends mon sac à main et j'arrive, lui cria-t-elle depuis la chambre.

Durant le trajet en voiture pour aller à l'hôpital, les deux amoureux ne se dirent pas grand-chose. Antoine avait la mâchoire serrée, les yeux rivés sur la route, l'air sérieux. Chloé n'avait pas l'habitude de le voir comme ça. Il dégageait quelque chose d'assez impressionnant.
- Tu ne dis rien, osa-t-elle doucement. Tu es en colère  ?
- Ça n'aurait jamais dû arriver... répondit-il d'une voix grave. Je n'arrive pas à comprendre que vous l'ayez laissé seule, Aurélie et toi.
- Mais enfin Antoine...
- Je ne dis pas que c'est de votre faute, se reprit-il aussitôt, resserrant les mains sur le volant. Je suis aussi responsable, je n'avais pas envie de sortir hier soir mais, j'aurais dû vous accompagner. Je referais pas la même erreur.
- Antoine, tu n'as rien à te reprocher. Tu ne peux pas veiller sur nous trois, vingt-quatre heures sur vingt quatre. Puis tu as tes études, tu ne peux pas te permettre de faire la fête tous les soirs. Si ça peut te rassurer, poursuivit-elle, j'arrêterais de sortir pendant quelque temps.
- Bonne idée, approuva-t-il.
- J'ai une idée, si on allait au Jeffrie's proposa-t-elle soudain toute excitée. On prendrait à Fanny ce gâteau qu'elle aime tant, tu sais ...
- Ah, le couque aux amandes, dit Antoine en souriant.
- Oui voilà.
Ils firent alors un détour par le café, ou Angèle – la jeune serveuse – les accueilli avec le sourire.
- Qu'est que je vous sers ? demanda-t-elle, derrière le comptoir.
- Est-ce qu'il te resterait du couque aux amandes, pas hasard ? s'enquit Antoine en s'installant sur un tabouret. Chloé l’imita.
- Oui, bien sûr. C'est pour Fanny, c'est ça  ? J'ai appris ce qui s'est passé. C'est vraiment terrible. Je sais, pour avoir vécu sensiblement la même chose qu'on met longtemps à s'en remettre.
Antoine et Chloé se dévisagèrent, ne trouvant rien à répondre.
- Après je ne me fais pas de soucis pour Fanny, repris Angèle. Avec le caractère qu'elle a, elle surmontera tout çà la tête haute. Voilà pour vous, ajouta-t-elle en leur tendant la part de viennoiserie dans une boîte en plastique. C'est cadeau, bien sûr.
- Merci, Angèle.

Au moment de sortir, Chloé et Antoine croisèrent Christian qui arrivait au même moment dans le café. Le photographe les salua brièvement, mais ils ne discutèrent pas vraiment.
Chloé remarqua alors le regard de travers qu'Antoine lança au brun au moment de passer la porte. Elle s'en étonna, elle n'avait jamais remarqué la moindre animosité entre les deux hommes jusqu'à présent. Ils se connaissaient d'ailleurs très peu.
- Ce mec est un con, lâcha Antoine quand ils firent arriver à leur voiture.
Une fois installée sur leurs sièges, Chloé demanda à son petit ami :
- Pourquoi tu penses ça ? C'est quand même un des meilleurs amis de ma sœur. Si c'était un con, comme tu dis, elle ne lui adresserait même pas la parole.
- Il n'est pas clair. Je suis sûr qu'il a eu une aventure avec Fanny. Tu n'as pas remarqué la manière dont il la regarde.
- Tu te trompes, Antoine. Christian a toujours refusé ses avances. C'est Fanny qui me l'a dit. Et elle n'aurait pas menti à ce sujet.
- Admettons pour Fanny. Mais Angèle... tu sais ce qu'on raconte sur lui et Angèle ? Il paraît qu'avant d'être serveuse, elle était une pute. Son mac était un certain Ricardo je ne sais plus comment. Il paraîtrait que Christian l'a faite embauché pour soulager sa conscience. C'était un de ses clients, et il n'était pas très tendre à ce qu'il paraît.
- Tu racontes n'importe quoi. D’où tu tiens ça  ?
- Ça, je ne peux pas te le dire. Mais je t'assure que je ne te raconte pas des salades. Christian Roquier, est un salaud de la pire espèce. Croit moi Chloé !

*****


_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mer 28 Oct - 19:08 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Alors, c'est Angele, la fille que Christian a aidee. J'aime bien ca. Mais il parait qu'Antoine croit a une version differente de cette histoire. 
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Jeu 29 Oct - 10:34 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Angèle entre dans la danse aussi elle aussi! C'est donc elle la fille que Christian a aidé.
En tout cas, Antoine ne porte pas Christian dans son coeur. Je me demande ce qu'il sait sur lui!
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Oct - 10:27 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

*****



- Un café bien serré, Angèle, s'il te plaît.
Christian s'installa à sa table habituelle et sortit son portable de la poche de sa veste. Il l'avait éteint lorsqu'il était à l’hôpital et constata avec surprise qu'il avait huit messages vocaux en attente. Il les consulta, tout en espérant qu'il n'y avait pas de mauvaises nouvelles dans le lot. Il avait eu sa dose pour le moment.

« Christian, c'est moi. J'ai appris pour la petite Fanny Greyson, c'est horrible. Je sais à quel point tu l'apprécies... Si tu as envie de parler, je suis là... »

C'était Bénédicte. Le simple fait d'entendre sa douce voix, lui réchauffa le cœur. Il repensa à leurs ébats de la nuit dernière, puis à leur déchirante séparation juste après. Il avait pleuré comme un bébé, suppliant et rampant à ses pieds d'une manière tellement pitoyable qu'il en avait honte en y songeant... Bénédicte ne s'était pas laissé attendrir, était resté de marbre. Il n'avait jamais soupçonné cette force de caractère en elle auparavant.
Il la rappellerait, mais pas dans l'immédiat.

« Salut, mec. Alors on ne donne plus de nouvelles, vieux chameau. J'ai appris pour Jeanne. C'est dingue cette histoire elle était encore en vie... Comme quoi je l'ai toujours dit, Nicolas aurait dû choisir Hélène... Je ne devrais pas dire ça, je sais. C'est pas cool pour Jeanne. Paix à son âme. Bon, rappel moi dès que tu as un moment.  »

José et son éternelle délicatesse. Il ne savait pas d’où il sortait toutes ces âneries, mais bon... c'était José.

« Christian, qu'est-ce que tu fous ? On a du boulot, ramènes-toi. Au fait j'ai appris pour ta femme et toi. Je suis désolé, vraiment. Mais tu sais, je suis là pour toi... Si tu te sens seul ce soir tu peux venir dormir à la maison. Luna est chez Sébastien cette semaine. Mais là, ramènes-toi, tu veux. Le boss est vénère. »

Aline. Il ignorait si c'était une bonne idée d'aller dormir chez elle. Ils avaient établi des règles au moment de commencer à se fréquenter. Ni chez « elle », ni chez « lui ». Et là, voilà qu'elle l'invitait à passer la nuit dans son appartement. Ça demandait réflexion, il ne prendrait pas cette décision à la légère.

« Chris... c'est Nico. J'ai besoin de te parler, c'est important. »

Nicolas. Il l'avait volontairement évité ses dernières heures. Il devinait de quoi ou plutôt de qui il voulait lui parler. Jeanne... bien évidemment. Il imaginait le choc que son ami avait dû ressentir en découvrant qu'elle avait été en vit toutes ses années et que de nouveau, elle n'était plus là. Définitivement cette fois. Pauvre Nico...

« Christian, c'est Seb. J'ai un petit service à te demander. Ma petite Luna aimerait se mettre à la batterie. Ça a l'air important pour elle, elle m'en parle depuis des semaines. Ça t’ennuierait de lui donnait quelques cours ? Tiens-moi au courant.  »

Luna ? La batterie ? C'était donc de ça dont Aline voulait lui parler l'autre jour pendant qu'ils étaient au lit. Elle avait évoqué sa fille – ce qui n'était pas dans ses habitudes – et sa « nouvelle » passion. Il avait senti qu'elle voulait lui demander quelque chose, mais au dernier moment, elle n'avait pas osé. Il aurait dû insister, mais il était parfois un véritable connard, doublé d'un égoïste.

« Coucou... c'est moi... Johanna. Je voulais te dire que malgré les circonstances, j'ai été très heureuse de te revoir. Ça faisait longtemps. Ton amitié me manque beaucoup... love you...»

- Putain de salope !
Les visages se retournèrent, et Christian réalisa qu'il avait juré à voix haute.
- Désolé...
Il croisa le regard d'Angèle qui riait sous cape alors qu'elle lui apportait son café. Il en avala une gorgée et se hâta d'écouter les deux messages restants.

« Christian, il se passe quoi avec maman. Elle n'arrête pas de pleurer... »

Son cœur manqua un battement. C'était la première fois que Léa, la fille de Bénédicte lui laisser un message sur son répondeur. Pour qu'elle daigne le faire, c'était qu'elle devrait être vraiment inquiète pour sa mère.
Il envoya un SMS à sa belle-fille, lui disant de ne pas s'inquiéter, et téléphona finalement à Bénédicte. Elle répondit à la deuxième sonnerie.
- Christian ? C'est toi  ?
- Oui, c'est moi. Est-ce que tout va bien à la maison ?
- Oui...
Mais au timbre éraillé de sa voix, il sut que ce n'était pas vrai.
- Tu veux que je vienne  ? Je ne suis pas loin de...
Elle le coupa.
- Je ne suis pas à la maison, je suis à la galerie.
Bien sûr, où avait-il donc la tête.
- Je peux être à la galerie dans trente minutes, enfin... si tu veux.
- Tu n'es pas au journal  ?
- Non, je sors à peine de l’hôpital. On y a emmené Fanny tu sais... avec Cathy.
- Oui, je suis au courant. Cathy qui travaille à la police scientifique, c'est dingue ça. Mais je ne pensais que tu y étais resté si longtemps.
- J'étais inquiet. Fanny était vraiment dans un sale état. Je suis au Jeffrie's en ce moment.
- Ah d'accord... Tu sais, ce n'est pas la peine de venir. J'ai eu un coup de blues mais ça va mieux.
- Tu es sûr  ?
- Absolument. À plus tard...
Sans un mot de plus, elle coupa la communication. Il cogna du poing sur la table, il se maudissait de la rendre si malheureuse. Bénédicte était une femme qui méritait bien mieux que ce qu'il était en mesure de lui donner.
Au moment où il ferma son portable, il vit qu'il restait encore un message qu'il n'avait pas encore écouté.

« Christian, ça te dit de déjeuner avec moi ce midi. Je déteste manger seule. je suis allé te voir dans ta chambre mais tu étais déjà parti... au fait, c'est Cathy, pas une de tes nombreuses conquêtes. »

Christian laissa échapper un rire bref, puis après avoir payé sa consommation et être sorti du café, avisa de téléphoner à la brune.
- C'est ok pour le déjeuner, annonça-t-il, une fois qu'elle eut décroché. Ou est-ce que tu veux aller ?
- Je ne sais pas. J'avais envie de manger des fruits de mer.
- Je peux te proposer le Fish Club. Il y a le lobster Bar qui est pas mal aussi.
- Eh bien...
- Oublie... je vais réserver une table au Edgar plutôt. J'ai le numéro enregistré dans mon portable, ça prendra cinq minutes.
- Est-ce que tu connais tous les restaurants de fruits de mer de Paris ? rit-elle à l'autre bout du téléphone.
- Presque... on se rejoint le bas ? Vers midi et demi, ça te va  ?
- Parfait.
Il raccrocha, de bien meilleure humeur qu'il ne l'était en entrant dans le café, et se dépêcha de se rendre au journal où il était déjà très en retard.


*****

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Ven 30 Oct - 20:52 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

J'aime beaucoup le passage avec tous les messages, je le trouve tres realiste, ca represente le caractere de tous les personnages. Pourtant, c'est rare de voir Christian parler de Johanna comme ca, il doit etre trop blesse, mais je ne comprends pas vraiment pourquoi. Il est revenu apres dix ans, je suppose, comme dans la serie, et elle a choisi de continuer sa relation avec Jose. Elle en avait bien le droit, n'est-ce pas? Elle a pu tres bien l'oublier apres 10 ans d'absence et tomber amoureuse de quelqu'un d'autre, c'etait apres tout, lui qui etait parti, en l'abandonnant sans un mot. Sauf s'il y a quelque chose d'autre qu'on ne sait pas encore dans cette histoire. 


Je sens un rapprochement entre Christian et Cathy? 
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Sam 31 Oct - 01:33 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Comme Maria, j'ai trouvé tous ces messages très représentatifs de la personnalité de leurs expéditeurs Okay

Christian accepte sans réfléchir de dîner avec Cathy mais par contre, n'est pas très tendre vis-à-vis de Johanna.
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Lun 2 Nov - 11:23 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

*****



Cathy rangea son téléphone portable dans son sac à main et soupira longuement.
Elle avait hésité avant de laisser un message sur le portable du photographe, se demandant si c'était réellement une bonne idée. Maintenant qu'elle avait entendu sa voix, qu'elle avait rit un peu avec lui malgré la gêne qu'elle avait éprouvée en lui parlant, elle se sentait un peu moins angoissée. Un peu seulement, parce que l'idée de se retrouver en face d'un homme qui connaissait tout de son passé jusqu'au moindre détail, la mettait mal à l'aise.
Pourtant, elle ressentait le besoin de lui expliquer, de se « justifier » sur les photos et les articles qu'il avait vus d'elle. Ces « torchons » qui avaient fini de l'achever, comme si elle n'en avait pas reçu assez...
Elle n'avait jamais compris cet acharnement, cette haine envers elle. À vingt trois ans seulement, tout cela avait été beaucoup trop pour elle, et elle aurait voulu disparaître pour que la douleur cesse définitivement.
Elle avait subi les critiques, les attaques, comme quoi de toute façon, elle l'avait « un peu » cherché, que c'était une fêtarde, une petite allumeuse qui portait des jupes courtes et des pantalons moulants et qui ne fréquentait pas les bonnes personnes.
En réalité, elle avait seulement cherché à noyer le profond chagrin qu'avait provoquait le départ d'Étienne, en « s'abrutissant » pour oublier.
Personne n'avait tenu compte, que son violeur était un pervers narcissique récidiviste et qu'elle avait d'ailleurs changé d'identité pour se protéger, parce qu'elle en avait peur.
Comme elle avait continué à vivre normalement, elle était responsable, voilà tout.
Elle avait l'intime conviction que Christian ne le jugerait pas comme tous ses journalistes insensibles, même s'il faisait partie de ce même milieu et que la raison voudrait qu'elle s'en méfie.
Mais, sa réaction face à ce qui était arrivé à Fanny Greyson l'avait touché et pour la première fois en quinze ans, elle avait envie de faire de nouveau confiance... à un homme.
Ça ne lui était plus arrivé... depuis Sam Mallet.
Sam Mallet. L'homme le plus séduisant qu'elle est rencontrée ; le plus manipulateur aussi.
Il lui arrivait souvent de penser à lui, beaucoup trop souvent à vrai dire.
Chef de la brigade criminelle, grand, brun, des yeux bleus à tomber par terre... Il avait contribué à l'arrestation de Mathieu Roussel. Malgré leur différence d'âge – il avait à l'époque quarante ans et elle, vingt trois – elle était très vite tombé sous son charme. Durant l'année qui avait suivi son agression, il avait été présent pour elle, l'avait couverte de petites attentions adorables, avait bien voulu attendre lorsqu'elle lui avait avoué, qu'elle ne sentait pas encore prête à avoir de nouveau des relations intimes avec un homme.
« C'est normal », lui avait-il dit. « Ça viendra, ne t'en fais pas pour ça., on a le temps »
Elle se souvenait avec précision du jour ou elle avait découvert son véritable visage. C'était le jour de ses vingt quatre ans. Il avait organisé une petite soirée entre amoureux et après le repas, ils étaient allé se poser sur le canapé comme ils avaient l'habitude de le faire. Ce soir là, il s'était montré un peu plus entreprenant que d'habitude. Et elle l'avait laissé faire. D'une, parce qu'il s'était montré extrêmement patient pendant presque une année entière et de deux, parce qu'elle sentait qu'elle en avait également envie.
Et alors qu'elle s'était attendu à un moment de douceur et de tendresse, cela avait tourné en véritable cauchemar. Ignorant les caresses et les préliminaires, Sam était passé directement au côté « technique » de la chose. Elle avait eu à ce moment-là, un « flash-back » de son viol et elle avait gentiment contraint Sam, d'arrêter leurs ébats. Elle lui avait expliqué qu'elle ne se sentait pas très bien et qu'elle revoyait son agresseur pendant qu'il la touchait – chose qui arrivait souvent après une agression, avait-elle compris plus tard – . Il avait tenté de la rassurer, lui murmurant que c'était normal, qu'elle n'était pas tout à fait remise, mais que ça irait de mieux en mieux en « pratiquant ». Il avait alors continué sa petite affaire....
- Sam, s'il te plaît... s'entendait-elle encore le supplier.
- Détends-toi, ça ne durera pas très longtemps...
La douleur qu'elle avait ressentie au moment du coït, l'avait transpercé de part en part, encore plus que si elle avait été toujours vierge.
Et cela avait duré pendant cinq ans durant. À chaque rapport cela s'était envenimé. Elle en avait alors conclu, que son corps ne lui appartenait plus, qu'elle n'était de toute façon plus qu'une épave.
Puis, avec l'aide de sa psychologue, elle avait fini par comprendre qu'elle se trouvait dans une relation malsaine et destructrice.
Ainsi, elle avait pris son courage à deux mains et avait réussi à rompre. Sam lui avait alors répondu avec sa voix doucereuse :
- Tu es sûr que tu veux me quitter. Avec ton passé, ce qui t'est arrivé, il y peu d'hommes qui assumeront ça, tu sais. Je ne dis pas ça pour te faire de la peine, chérie. Mais c'est une évidence. Moi je suis flic, c'est différent...
Cathy avait mis du temps à réaliser que Sam l'avait peut-être sauvé à un moment donné, mais qu'il l'avait aussi paradoxalement, totalement détruite.
Elle était consciente que depuis toutes ces années, elle essayait de se reconstruire sans y arriver totalement. Elle avait beau avoir écrit un livre pour soulager ses maux, avoir créé ce groupe de paroles afin d'aider les victimes d'agressions sexuelles, cela ne l'aidait pas, elle.
Lorsque son portable bipa, lui signalant qu’elle avait reçu un message, Cathy sortit brusquement de ses pensées et se saisit à la hâte de l’appareil.
« Cathy, je serais un peu retard, il n'y a pas mal de boulot au journal ; Je ne pourrais pas me libérer avant 13 heures... »
Ce n'était finalement pas plus mal, songea-t-elle. Au moins elle aurait le temps de faire un peu de rangement dans son appartement – qui était toujours encombrée de cartons suite à son déménagement – et aurait le temps de se détendre dans un bon bain.
« Aucun problème... »
Puis elle téléphona au laboratoire, pour signaler qu'elle prenait sa journée. Dormir, c'était tout ce dont elle avait besoin dans l'immédiat.


*****

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Lun 2 Nov - 21:37 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Pauvre Cathy! Elle a ete malheuereuse dans sa vie. 
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:14 (2018)    Sujet du message: Black Roses

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Fics Tétralogie H&G
Page 4 sur 4 Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com