rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Black Roses
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Créations sur d'autres séries, sujets ou personnages. Fics Diverses Fictions en cours Fics Tétralogie H&G
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Sep - 18:57 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Black Roses



♣ Auteur: Marion

♣ Rating: NC-18 (No Children under 18 : "interdit aux moins de 18 ans".)

♣ Type: Het, Lemon, Angst,

♣ Genre: Drame / Policier

♣ Disclaimer: Les personnages ne m'appartiennent pas (en dehors de ceux que j’ai inventé ). Ils sortent tout droit de l'univers de JLA

♣ Résumé: ....

♣ Note: Le titre de la fic "Parallèle" n'a en fait pas vraiment de rapport avec l'histoire. Mais c'est le titre qui m'est venu à l'esprit, au moment d'écrire la fiction. Peut-être parce qu'elle n'a aucun rapport avec mes autres écrits.

_________________


Dernière édition par Winona23 le Sam 3 Oct - 18:43 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 17 Sep - 18:57 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Sep - 18:57 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Prologue



Si Christian Roquier ne voulait pas que le scoop lui passe sous le nez une nouvelle fois, il devait faire preuve de plus de jugeote. L'attroupement autour de la victime, l'empêchait de se faire un chemin d’accès, mais cela ne l'arrêterait pas... pas cette fois. D'un violent mouvement d'épaule, il éjecta la femme à sa droite qui lui bloquer le passage, et s'aventura au milieu de la foule de plus en plus nombreuse.
C'était la troisième agression en six jours qui avait lieu devant ce café de Paris, et une fois de plus, Christian avait été mis au courant sur le tard ; mais pas assez pour ne pas obtenir « le cliché », qui ferait enfin de lui : une star.
Il prépara son appareil photo, – pas un de ses appareils numérique, qui faisait des photos minables comme certains en utilisait... – et resta un instant interdit en reconnaissant la femme gisant dans une mare de sang. Il la croyait déjà morte pourtant depuis longtemps. Depuis douze ans exactement, dans un terrible accident d'avion...
« Jeanne Garnier » balbutia-t-il tout bas.
Il eut l'impression que la brune l’eut entendu, car elle tourna difficilement la tête dans sa direction.
Pour avoir suivi l'affaire de très prés depuis le début, le photographe savait exactement ce que l'agresseur lui avait fait enduré. Christian en eut les larmes aux yeux.
Pourtant, il ne devait pas oublier la véritable raison de sa présence, et après s'être repris, il prit plusieurs photographies de celle qui avait été pendant très peu de temps son amie ; puis enfin, s’agenouilla devant elle tout en prenant soin de ne pas contaminer la scène, chose à vrai dire, plutôt difficile.
- Jeanne, c'est moi... Christian. Est-ce que tu sais qui t'a fait ça ?
La brune acquiesça de la tête, tenta d'articuler quelque chose mais aucun son ne sorti de sa bouche.
- L'ambulance et la police sont en route, ça va aller Jeanne.
À peine avait-il prononcé ses mots, qu'il vit au loin, le capitaine Marie Dumont, se diriger vers lui totalement hors d'elle. Prêt à l'affronter, Christian se leva et se positionna devant la flic qu'il n'appréciait guère, malgré un cul plus que satisfaisant et une chevelure longue et châtain dans laquelle il s'imaginait y passer les mains. En d'autres circonstances il l'aurait mise dans son lit, mais en ce cas présent...
- Je ne fais que mon métier, la contra-t-il avant qu'elle n'ait eu le temps de parler. Si vous faisiez votre métier correctement capitaine Dumont vous seriez arrivé sur les lieux bien avant moi !
Autour d'eux, les ambulanciers, se précipitèrent et embarquèrent Jeanne, que Christian savait perdu depuis le moment où il avait posé les yeux sur elle.
- Dégage de ma scène de crime, Roquier ! ordonna Marie. On n'a pas besoin de fouille merde dans ton genre !
- Bien, de toute façon j'ai tout ce dont j'ai besoin, déclara-t-il en tapotant sur son appareil. Des demain matin, tout le monde sera à quel point vous êtes incompétent dans cette affaire.
Sans un mot de plus, Christian tourna les talons, observant de plus loin les techniciens de la police scientifique venant d'arriver sur les lieux, faire leur travail. Il faillit s'évanouir quand en s'attardant sur l'un d'eux, il reconnut une vieille connaissance qu'il n'avait plus croisée depuis plus de vingt ans. Elle ? travaillant dans la police ? décidément pensa-t-il, cette journée aura été celle de toutes les surprises et pas que des bonnes malheureusement.

Plus tard, dans la soirée, lorsque Christian rentra chez lui, il retrouva son épouse endormie sur le divan. Comment allait-il lui expliquer les événements survenus plus dans tôt dans la journée ? Le fait que Jeanne n'était pas morte durant toutes ces années, mais qu'il y avait de fortes chances pour qu'elle ne le soit plus dans quelques heures ? Bon sang il en avait déjà des crampes à l’estomac. Il n’arrivait pas à croire que toute cette histoire puisse être réelle.
- Bénédicte, chérie. Je suis rentré. Tu devrais aller te coucher, il est tard.
Cette dernière ouvrit les yeux, puis fixa son mari tristement. À cet instant, il sut, qu'elle savait déjà.
« Je suis désolé mon amour » fut la seule chose qu'il fut capable de dire. Que pouvait-il ajouter d'autres, face à un tel drame ? Il s'imagina, perdre Nicolas ou José, de manière semblable et il savait que la seule chose qui pourrait un peu le soulager serait l'emprisonnement du coupable. Cela devait être de même pour elle.
- Est-ce que tu l'as vue ? Est-ce que tu as eu ta photo ?
- Oui, murmura-t-il. Je l'ai eue.
- Tu dois être content !
Content ? Avait-il bien entendu ? Ainsi sa femme avait-elle – comme tous les autres – une si basse opinion de lui ?
Bon, d'accord. Jusqu'à en début d'après-midi, il cherchait seulement la gloire que lui apporterait « la photo » que le magazine pour qu'il il travaillait lui réclamait, mais la découverte de Jeanne avait changé quand même un peu la donne. Un peu seulement ?
- Je ne suis pas... content, dit-il en appuyant bien sûr chaque syllabe. Mais enfin pour qui tu me prends ?
- Excuse- moi. Je crois que je suis sonné par toute cette histoire. C'est ma meilleure amie, tu comprends ?
Bien sûr, il comprenait.

_________________


Dernière édition par Winona23 le Mar 29 Sep - 13:36 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Jeu 17 Sep - 19:54 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

L'une surprise suit l'autre dans ce premier chapitre de ta fiction que je trouve tres interessant. Alors, tout le monde croyait que Jeanne etait morte dans l'accident d'avion, ce qui veut dire qu'elle n'avait pas donne signe de vie apres son depart de Love Island. Marie est presente dans la fiction, mais si je comprends bien, elle n'est pas avec Nicolas, elle n'a aucune rapport avec la bande, Christian - qui est toujours photographe (j'aime ca) - la connait grace a son metier. Il reconnait aussi une autre femme, qu'il n'a pas vue pendant 20 ans (peut-etre Cathy?) et la plus grande surprise, il est marie avec Benedicte! Mais il me semble que tout n'est pas toujours rose entre eux. Hate de lire la suite. 
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Sam 19 Sep - 09:15 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Merci beaucoup Maria pour ton commentaire ! Wink
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Sam 19 Sep - 10:29 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Chapitre 1



Le muffin et le café posé sur la table devant elle, lui donnaient la nausée. En huit ans de carrière, jamais une affaire ne l'avait autant tourmenté.
Marie Dumont ferma les yeux pour effacer l'image du corps entièrement mutilé de Jeanne Garnier, qui hantait son esprit matin, midi et soir depuis une semaine, mais n'y parvint pas.
Les deux précédentes découvertes, ne l'avaient jusque-là pas empêché de dormir ; mais maintenant qu'elle était certaine, que les trois agressions avaient toutes un lien entre elles, Marie n'arrivait plus à fermer l’œil de la nuit. Sans compter que l'agresseur n'avait toujours pas récidivé. Pourquoi prenait-il autant son temps alors qu'il avait eu l'air de se satisfaire d'un certain mode de fonctionnement envers ses victimes, en agissant tous les deux jours. Pourquoi eu-t-il soudain envie de modifier « ses plans » ? un détail important dans toute cette affaire semblait lui échapper, mais quoi ?
Peut-être que Christian Roquier avait raison en fin de compte, peut-être qu'elle n'était tout simplement pas à la hauteur dans cette enquête.
Mais bon Dieu, non ! Il ne fallait surtout pas que cet homme, ainsi que sa collaboratrice ne l'atteigne avec cet article paru dans le Sun six jours plus tôt. Si elle commençait à y attacher de l'importance, elle s'en sortirait avec plus d'une égratignure.
- Moi aussi, cette affaire me rend malade, tu sais...
Surprise, parce qu'elle n'avait pas entendu sa meilleure amie s'installer à sa table, Marie leva la tête et fixa la longiligne brune qui tentait de lui sourire malgré la fatigue que se lisait sous ses yeux. Marie connaissait assez Cathy, pour savoir qu'elle avait dû faire nuit blanche à épluché les nombreux indices de la scène de crime.
- Rien de plus ? s'enquit Marie qui connaissait déjà la réponse négative de la technicienne de PTS.
- Vraiment désolé, mais ce fils de pute est vraiment, vraiment très doué.
- Fait chié ! laissa tomber Marie. Cette affaire n'arrête pas de me bouffer. Je vis dans la hantise que ce sociopathe recommence, mais aussi dans la hantise qu'il ne recommence pas et qu'on ne puisse jamais l'arrêter. Franchement qu'est-ce qui est mieux, hein ? Et ce salaud de paparazzi et sa gourgandine de journaliste qui font tout ce qu'ils peuvent pour m'enterrer. Je n'en peux vraiment plus ! avoua-t-elle au bord du gouffre.
Cathy alla s'asseoir à coté de son amie et lui passa un bras autour de ses épaules.
- Ne te laisse pas envahir par tes émotions, Marie. Ce n'est pas bon.
- Je sais bien.
Retournant s'installer en face de la flic, Cathy demanda.
- Tu parles du photographe qui était sur les lieux lors de l'agression de Jeanne Garnier ? Qui est-ce ?
- Christian Roquier. Je l'ai arrêté il y a deux ans pour usage de stupéfiants et depuis il me le fait payer. C'est un sale type.

Christian Roquier. Ainsi, Cathy l'avait-elle bien reconnu malgré sa barbe, qui lui cachait entièrement le bas du visage. Vingt trois ans qu'elle n'avait plus entendu ce nom, vingt trois qu'elle n'avait plus entendus parler de ses anciens amis. Il lui avait bien semblé lire la surprise dans les yeux du brun lorsque leurs regards s'étaient croisés, mais elle n'y avait sur le coup par porter véritable attention, trop absorbé à analyser la scène de crime.
- Un sale type ? répéta Cathy, stupéfaite par la description que Marie faisait du jeune batteur dont elle avait gardé le souvenir.
- Oh que oui ! Affirma son amie sans ciller. Il est photographe pour le Sun. Il travaille en duo avec une certaine Aline Dumas, qui écrit les choses les plus démentes à mon sujet. Ils me font passer pour une incompétente incapable de mener une enquête correctement.
Cathy avait peine à y croire, mais elle laissa son amie poursuivre.
- Il est marié avec une femme en or cependant, termina cette dernière.
- Ah oui ? sourit la brune qui imaginait déjà ses retrouvailles avec Johanna. Une Américaine ?
- Non. Une française. Bénédicte.
Cette information sidéra Cathy. Christian marié à Bénédicte. Et José alors ? Qu'en était-il ? Elle décida d'ignorer les nombreuses questions qui se bousculait tout à coup dans sa tête. Elle avait tiré un trait sur cette partie de sa vie et ce n'était vraiment pas le moment de fantasmer sur le passé. Mais Marie remarqua sa perplexité.
- Mais au fait, pourquoi ses questions ? Tu le connais ?
- Je l'ai connu, oui. On était à l'université ensemble. Il était la petite amie de ma meilleure amie, une Américaine.
- Ah d'accord... le monde est vraiment petit. Ben écoute un conseil, ne sympathise pas avec lui. Il y a six mois je travaillais sur une affaire délicate, avec mon amie et collègue. Il s'est rapproché d'elle juste pour obtenir des infos. Après avoir couché avec elle, il a attendu qu'elle s'endorme pour voler le dossier de l'enquête en cours. Elle a été renvoyé illico.
Cathy en était bouche bée.
- Effectivement. Il est vraiment prêt à tout. Pauvre Bénédicte. Est-ce qu'elle sait tout ça ?
- J'en doute. Il se tape aussi la journaliste dont je t'ai parlé. Il n'a aucun scrupule. Aucun. Oh non, c'est pas vrai ! s'exclama-t-elle soudain en voyant la porte du café s'ouvrir. Quand on parle du loup, on en voit la queue. Je ne sais pas si je supporterais cette gueule de con.


*****

_________________


Dernière édition par Winona23 le Lun 21 Déc - 07:57 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Sam 19 Sep - 10:53 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Si tout ce que Marie dit est vrai, Christian n'est plus le meme garcon que Cathy a connu a la fac. Il trompe Benedicte et il n'a aucune scrupule pour obtenir ce qu'il veut. Meme si j'aime pas voir Christian comme ca, j'avoue que je suis intrigue par ce changement et je veux savoir plus sur sa vie. 
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Dim 20 Sep - 21:21 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

*****


Christian poussa un grognement en entrant dans le café. Paris n'était donc pas assez grand, il fallait qu'il tombe sur cette flic en jupette. En réalité, il n'y avait rien de vraiment étonnement à ce qu'ils côtoient les mêmes endroits. Il ne faisait pas le même métier, mais les connaissances qu'ils avaient en commun se comptaient sur plus de ses dix doigts. Ils s'étaient de ce fait, très souvent retrouvait dans des soirées communes, dont une en particulier... se souvint-il, alors qu'il sentait le regard froid de Marie posé sur lui.
Ils avaient été invité à l'anniversaire d'un ami avocat et à un moment, ils s'étaient mis à discuter autour du buffet sans qu'il n'y ait – pour la seule et unique fois – de friction entre eux. Elle avait évoqué l'enquête sur laquelle elle travaillait à l'époque : un père accusé de viol aggravé sur sa fille. Elle lui avait alors confié qu'elle le croyait innocent et il s'était avéré par la suite qu'elle avait raison. C'était l'oncle – le frère de l'accusé – qui avait abusé de sa nièce à plusieurs reprises et qui avait de surcroît, mise enceinte l’adolescente. Lorsque ce pourrit avait été arrêté, Marie lui avait téléphoné pour leur offrir la une, à Aline et à lui.
Pour la remercier, il l'avait invité à déjeuner et c'est là qui l'avait commise l'erreur en l'a raccompagnant, d'essayer de l'embrasser. Il s'était pris une gifle monumentale et leurs relations, s'était de plus en plus dégradé après ça.
Voilà pourquoi, il n'était pas très ravi de la trouver dans ce café, ou il l'avait pris l’habitude d'y prendre son petit déjeuner chaque matin. Cet endroit avait toujours été son territoire, alors la trouvait attablée avec Cathy en plus de ça, le perturbait plus qu'un peu.
Il hésita entre faire demi-tour ou aller saluer les deux femmes. Il prit sur lui et opta pour la deuxième option.
Marie lui décocha un regard assassin, tandis que Cathy afficha un large sourire en le voyant s'approchait de leur table. Christian en fut soulagé, Marie ne l'avait pas encore monté contre lui. Pas totalement en tout cas.
- P 'tain, j'étais sûr que c'était toi... lança-t-il en détaillant la brune de bas en haut. Tu es superbe !
- Cricri d'amour, s’exclama celle-ci. Je n'aurais jamais pensé que nos chemins se recroiseraient un jour, dit-elle en serrant le photographe dans ses bras. Tu as laissé tomber tes baguettes ?
Christian éclata d'un rire chaleureux, tandis que Marie assistait à la scène pas très à l'aise.
- C'est quoi « cricri d'amour » ? interrogea-t-elle, cependant.
- C'est le surnom que lui avait donné sa petite amie à la fac, rit Cathy.
Mais cela ne fit pas rire la flic, qui préféra s’éclipser discrètement.
Christian lui attrapa le bras avant qu'elle ne quitte la table.
- C'est moi qui te fais fuir ?
- Je préfère vous laisser à vos retrouvailles, j'ai encore beaucoup de boulot qui m'attend... si je ne veux pas devenir la risée de tous les tabloïds ! commenta-t-elle sarcastique. Cathy, je te dis à plus tard.
- Bien sûr, ma chérie. Ne te rend pas malade, promis ?
- Je vais essayer, lui répondit son amie.

- Elle ne m'aime pas beaucoup, conclut Christian lorsque la flic fut parti.
- Et tu n'as rien fait pour ça, bien sûr, insinua Cathy tandis qu'elle se rasseyait sur sa chaise.
Christian l'imita et plongea son regard brun dans le sien.
- C'est elle qui a commencé, répliqua le photographe. Mais pour te dire la vérité, je la trouve fascinante.
- Tiens donc, souri la brune en s'enfonçant dans sa chaise et croisant les bras. Fascinante ? Est-ce que tu n'es pas déjà marié ?
- L'un n'empêche pas l'autre. En tout cas Marie t'a bien renseigné sur mon compte, on dirait. Mais quoi qu'elle ait pu te raconter, c'est un tissu de mensonges.
Christian héla la serveuse qui en deux temps trois mouvements se retrouva face à lui.
- Qu'est-ce que je peux faire pour toi, Christian, demanda-t-elle en minaudant.
- Tu nous mettras deux cafés, avec deux beignets au sucre.
- Autre chose ?
- Non, merci ma belle, fit-il en lui adressant un clin d’œil lourd de sens.
La serveuse le gratifia d'un sourire en coin et s'éloigna en roulant des hanches. Christian se délecta du spectacle.
Face au ridicule de la situation, Cathy ne put s'empêcher de rire.
- Quoi ? interrogea Christian d'un air faussement innocent. Qu'est-ce qui te fait rire ?
- Sérieusement ? Sois plus discret Christian, je suis même étonné de ne pas voir de la bave sur le coin de tes lèvres.
- Franchement, je ne vois pas du tout de quoi tu parles.
- Oh arrête !
La serveuse revint cinq plus tard avec leur commande :
- Et voilà, bon appétit.
Christian lui glissa un billet dans les mains – bien plus que la somme requise – et la jeune femme repartit satisfaite.
Cathy le dévisagea d'un air interrogatif, Christian esquissa un sourire embarrassé.
- Je n'ai jamais prétendu être parfait, déclara-t-il en buvant une gorgée de son café fumant.
La brune se contenta de cette vague explication. Après tout, cela ne l'a regardé pas. Pas vraiment.

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Dim 20 Sep - 21:42 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Belles retrouvailles entre Cathy et Christian, meme si les circonstances ne sont pas ideales.  Rolling Eyes
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Jeu 24 Sep - 08:03 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Chapitre 2





- Nicolas, tu es là ? Nicolas !
Bénédicte Roquier frappa et sonna à plusieurs reprises mais personne ne lui répondit.
Cette fois, elle commençait à être vraiment inquiète. Depuis toute l'histoire autour de Jeanne, Nicolas Vernier n'était plus tout à fait le même. Il avait eu la surprise d'apprendre que sa femme qu'il croyait morte depuis douze ans ne l'était pas et à peine remis du choc, il avait fallu lui annoncer qu'elle s'était faite violemment agressé et qu'elle ne survivrait sans doute pas à ses blessures. Une deuxième perte insurmontable, pour le blond qui avait réussi à retrouver le sourire depuis quelques années, en partie grâce à la découverte d'un fils caché de quatorze ans, conçu avec la machiavélique Audrey Mcallister.
- Nicolas, s'il te plaît, je me fais vraiment du souci. Je sais ce que tu ressens, crois- moi.
Bénédicte entendu du bruit à l'intérieur de la maison et la porte s'ouvrit violemment, faisant apparaître ainsi, un Nicolas méconnaissable, les yeux rouges et bouffis d'avoir certainement trop pleuré. Il portait un vieux jogging gris, avait les cheveux sales et décoiffés et ne s'était pas rasé depuis, semblait-il une éternité.
- Personne ne peut comprendre ce que ressens, déclara-t-il des sanglots dans la voix. Même toi. Je veux juste qu'on me laisse tranquille.
Il voulut refermer la porte mais Bénédicte l'en empêcha. Il était hors de question qu'elle s'en aille en laissant son ami dans cet état. Quoi qu'il puisse en dire, elle comprenait.
- Je ne m'en irais pas, Nico, annonça-t-elle d'un ton ferme, mais tendre. Tu ne dois pas rester seul, pas en ce moment.
- Bien, fait comme tu veux...
Bénédicte suivi Nicolas jusqu'au salon après avoir refermé la porte derrière eux. Elle trouva la pièce en désordre et plongé dans l'obscurité.
Elle contempla son ami, qui se réfugia sur le canapé en position fœtale, une couverture sur lui, le couvrant presque entièrement.
- Nicolas... murmura Bénédicte, les larmes aux yeux. Je te promets que tout ira mieux bientôt... ajouta-t-elle sans trop y croire elle-même.
Elle s'installa sur le fauteuil, non loin de lui. Attendant, qu'un ne sait quel miracle, se produise. Qu'un miracle les fasse sortir de ce terrible cauchemar. Elle était sur le point de s'assoupir, quand elle entendit la voix meurtrie de Nicolas s'élever dans l'air. Elle sursauta.
- Pourquoi elle a fait ça ? Pourquoi nous a-t-elle pas dit qu'elle était encore en vie ?
- Je ne sais pas, Nicolas.
- Pourquoi lui a-t-on fait ça ? Qui lui a fait ça ?
- Je n'en sais rien, Nico.
Elle était désolée, de ne pas lui fournir plus de réponses.
- Est-ce qu'elle sait faite violer ?
Un long silence suivi cette question, puis Nicolas repris doucement :
- Non, ne répond pas... je connais déjà la réponse.

Jeanne, essaya d'ouvrir les yeux, mais ses paupières refusèrent d’obéir. Elle tenta ensuite de parler, mais aucun son ne semblait vouloir s'échapper de ses lèvres. Dans un dernier effort, elle voulut bouger ses membres, et elle eut la terrible impression que tous ses os se brisaient les uns après les autres.
Mais où était -elle bon sang ? Que lui était-elle arrivée?
Elle en ignorait la raison, mais la seule chose dont elle se rappelait, était le visage de Christian, penché au-dessus d'elle. Pour qui ? pourquoi ? Elle en avait pas la moindre idée.
Une voix masculine à la fois proche et lointaine, lui parvint jusqu'aux oreilles...
- Jeanne, ma chérie, je suis venu finir le travaille ; tu ne sentiras bientôt plus rien, je t'en fais la promesse.

Nicolas se réveilla en sursaut, tiré de son sommeil par un mauvais pressentiment. Il observa Bénédicte, qui s'était endormie sur le fauteuil, la tête penché sur le côté. Il songea un moment que Christian avait beaucoup de chance de l'avoir, et qu'elle ne méritait pas les nombreuses tromperies qu'il lui infligeait, sans même qu'elle s'en rende compte.
Il tendit le bras dans sa direction et lui caressa doucement les cheveux.
- Nicolas ? murmura-t-elle d une voix endormie.
Puis elle paniqua en voyant l'air sombre de son ami.
- Que se passe-t-il ? Qu'est-ce qui ne va pas ?
- J'ai fait un cauchemar. Est-ce que tu accepterais de venir avec moi à l'hôpital, j'ai besoin de voir Jeanne.
- Bien sur, répondit son amie sans la moindre hésitation. Mais prend une douche d'abord.
Nicolas esquissa un sourire misérable. Effectivement, il avait besoin d'une bonne douche.

*****

_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Jeu 24 Sep - 17:44 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Tres triste ce chapitre. Nicolas ne va pas bien, ce qui est normal apres le choc qu'il a subi. Je m'inquiete beaucoup pour Jeanne. Benedicte dit qu'elle comprend Nicolas. Elle a perdu quelqu'un de si proche? 
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Dim 27 Sep - 11:22 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Un chapitre un peu chaud...


*****



Installée derrière son bureau, un verre de champagne à la main, Aline Dumas savourait pleinement son succès. L'article qu'elle avait rédigé sur « l'endormeur de voix » – comme elle avait choisi de le surnommer, à cause de sa manière de faire taire ses victimes, en leur sectionnant leurs cordes vocales – avait fait grimper en flèche, les ventes du magazine à une vitesse impressionnante.
Elle n'en était pas que fière, et pour la première fois, depuis qu'elle exerçait son métier de journaliste, Aline avait reçu de nombreux courriers de lecteurs, la félicitant pour sa rigueur et son professionnalisme.
Étonnamment, elle en avait été extrêmement touché. Elle était également tout à fait consciente, que sans les photos de son collègue – et amant – , elle n'en serait certainement pas là où elle en est aujourd'hui. Elle le remercierait à sa manière, dès qu'il ferait acte de sa présence.
Une présence, devenu par ailleurs, vital pour la journaliste, tellement elle était devenu accro au beau photographe. S'étant pourtant interdit de retomber amoureuse suite à son divorce d'avec Sébastien Muller, avocat de renom, Aline s'était fait prendre à son propre piège, en ne sachant par séparer dès le début de sa relation avec Christian Roquier : sexe et amour.
- Salut, Aline.
Le timbre chaud de la voix du photographe lorsqu'il prononça son prénom, et le regard qu'il lui lança en entrant, fit tressaillir Aline, qui se jeta pratiquement sur le brun, une fois qu'elle eut la certitude qu'il eut bien refermé la porte.
- Eh bien... souffla-t-il, légèrement décontenancé. Qu'est-ce qui t’arrive ? ... tu es bien tendre, ce n'est pourtant pas ton genre...
Elle l'embrassa, lui mordillant les lèvres et le pinçant à travers la toile de son pantalon.
- J'avais très envie de te voir...
- À ce point ?
- Oui...
Sur ce, elle se recula et entreprit de lui déboutonner sa ceinture. Puis, ouvrant la fermeture de son jean, elle le lui descendit jusqu'à ses bottes et s'agenouilla sur le plancher pour s'attaquer à son caleçon.
- Aline, t'es folle, pas ici...
Aline ne l'écoutait pas, et avisant l'objet de son désir, elle se mit à le caresser.
Au moment où Christian baissait les yeux, ses lèvres avaient pris le relais.
Il déglutit avec peine, ébahi par la célérité avec laquelle elle menait les opérations
- Aline... gémit-il.
Il prit une profonde inspiration et ferma les paupières.
- À ce rythme-là, je ne vais pas tenir bien longtemps, chuchota-t-il en lui effleurant les cheveux.
Aline releva les yeux vers lui, sans sourire, mais sans froncer les sourcils non plus. Puis, elle se redressa, ôta sa chemise et sa jupe en tailleur.
Elle recula jusqu'à son bureau, sur lequel elle s'allongea, sans pudeur.
- Viens, lança-t-elle d'une voix rauque...
À la fois surpris – parce que ce n'était pas dans les habitudes d'Aline, d'être à ce point entreprenante et, excité – parce qu'il n'était finalement qu'un homme, Christian acheva de se déshabiller et après avoir libéré Aline de ses sous-vêtements, se coucha entre ses jambes. Il lui embrassa la tempe et, la tenant par les fesses, la pénétra d'une rude poussée.
Il adopta un tempo soutenu, de plus en plus sauvage. D'abord elle l'encouragea en soupirant et en gémissant, puis elle se calma, se détendit et s'offrit totalement à lui, jusqu'à se la volupté s'empare enfin d'elle.
Ils demeurèrent ensuite, immobiles de longues minutes, avant d'être interrompu par la sonnerie du téléphone.
- Les affaires reprennent on dirait, pas le temps de souffler, s'appesantit Aline, avec un sourire gênée.
Christian roula sur le côté, et s'empressa de revêtir slip et pantalon.
- Réponds, ça doit être important, dit-il en reboutonna sa ceinture.
Il l'aida à se rasseoir et la recouvrit de sa veste pour cacher sa nudité ; cette marque d'affection émue Aline.
Elle répondit, enfin... à la septième sortie.
- Aline Dumas... Oui, patron...quoi ?... Ce n'est pas vrai ! Mais ce n'est pas dans son mode opératoire... !
Christian leva tout à coup la tête vers elle, l'air interrogatif et inquiet.
- Oui bien, sûr. Oui, on arrive tout de suite.
Précipitamment, Aline se rhabilla, puis scruta Christian d'un air grave. L'heure n'était plus à la fête désormais.
- Mais enfin, dis-moi ce qui se passe, Aline ? C'est Jeanne, n'est-ce pas ?
- Je suis vraiment désolé...
Pendant de longues secondes, Christian ne dit rien, comme sonné par la nouvelle, ce qui n'avait rien de vraiment étonnant. Puis Aline remarqua qu'il se contemplait durement et avec un certain dégoût, dans la glace accrochée au-dessus du bureau. Cette scène la mit mal à l'aise.
- Christian, on doit y aller... Jeanne Garnier, n'est pas morte suite à ses blessures, mais parce qu'on l'a étouffé.
Christian tourna de nouveau, le visage dans sa direction.
- Qu'est-ce que tu dis ?
- C'est pourquoi le boss, veux qu'on aille tout de suite sur les lieux. C'est bon, pour nous.
- « Bon pour nous ? » répéta-t-il, écœuré par ses propos. Et bien allons-y alors, puisque c'est bon pour nous !



*****

_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Lun 28 Sep - 11:25 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Contente de lire une nouvelle fiction de toi  Okay
Beaucoup de mystères dès le début donc j'embarque volontiers!

On retrouve bien le côté sombre de Christian que tu écris si bien. Marié avec Béné, amant d'Aline...et Cathy là-dedans? Un futur rapprochement?


J'aime bien la fin de ton chapitre quand Christian se regarde dans le miroir avec dégoût, visiblement pas très fier de lui.
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Sep - 19:03 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

Merci Sophie ! Wink

J'avoue, j'aime bien aussi la fin de mon chapitre.
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 12:53 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

*****


La première chose que vit Christian en arrivant avec Aline sur les lieux du drame, fut Bénédicte. Assise sur un siège, dans la salle d'attente de l'hôpital, elle avait la tête plongée entre ses mains.
Surpris, mais surtout inquiet de la trouver là, il se précipita vers sa femme, avant de s'accroupir devant-elle.
- Bénédicte ?
Elle leva vers lui des yeux gris-bleus remplis de larmes, puis s'effondra contre son torse en poussant un profond soupir. Un soupir de lassitude et de tristesse, qui laissait entendre qu'elle était à bout sur le plan physique et émotionnel.
- Oh Christian, c'est terrible ! hoqueta-t-elle. Jeanne est morte ! Elle est morte !
La serrant plus fort contre lui, il lui embrassa doucement les cheveux.
- Je sais... je viens de l'apprendre. C'est horrible !...
- J'ai cru devenir folle. Nicolas à fait un malaise en apprenant la nouvelle, reprit-elle d'une voix tremblante. Les médecins l'on mit dans une chambre, mais je n'ai pas le droit d'aller le voir pour le moment. Je ne pouvais pas me résigner à le laisser, alors je suis resté ici... seule.
Christian prit doucement son visage entre ses mains et, capturant ses lèvres froide et humide, lui déposa un baiser aussi bref que tendre.
- Pourquoi ne m'a tu pas appeler ? Je serais venue aussitôt, tu le sais.
- Mais j'ai essayé ! se justifia-t-elle. Je suis tombé directement sur ta messagerie.
- Oh ?
Il sortit son téléphone de la poche de sa veste et constata qu'il n'avait plus de batterie.
- J'ai oublié de recharger mon portable ce matin, avant de partir au boulot. Excuse moi, mon cœur.
- Ce n'est pas grave, tu es là maintenant, c'est le plus important.
Elle ferma les yeux et, pendant un court instant, blottit sa tête au creux de son cou. Puis, le visage soudain inexpressif, elle s'écarta de lui et murmura :
- C'est quoi cette odeur, sur toi ?
Cette question, prit Christian au dépourvu.
- Comment ça ?... C'est mon eau de toilette habituelle.
- Ne me prends pas pour une idiote ! c'est un parfum de femme...
Tendrement, il lui caressa doucement la joue.
- Chérie, tu te fais des idées...
Elle lut le doute dans son regard, au moment où il lui prit la main pour la porter à ses lèvres.
- Christian, tu n'as pas fait ça ? tu ne m'as pas fait ça ?! Ce n'est pas possible !
Pétrifié, il la fixa, les larmes aux yeux. Puis, Bénédicte, remarqua Aline, qui les observait d'un peu plus loin, un sourire mesquin au coin des lèvres.
- Espèce de salaud ! hurla-t-elle, en lui assénant plusieurs tapes sur le torse. Comment a tu pus ? espère de salaud ! répéta-t-elle en larmes.
- Béné, Je t'en prie...
Il voulut la prendre dans ses bras, mais elle se débattit avec une telle véhémence, qu'il recula. Les yeux vides qui le contemplaient lui faisaient froid dans le dos.
À ce moment précis, il sut qu'il était sur le point de la perdre.
- Comment j'ai pu croire que tu valais mieux que José... que Jimmy. J'aurais du m'en douter. Après tout, j'ai tout ce que je mérite, pas vrai ? Ça m'apprendra d'avoir épousé un coureur de jupons. Mais quelle idiote, bon sang ! Comment j'ai pu croire, que tu m'aimais !...
Aux derniers mots de Bénédicte, Christian eut comme un électrochoc.
Il avait échoué. Échoué dans son rôle de mari. Échoué dans son rôle de père de substitution pour Léa. Pendant douze ans, malgré son amour sincère pour la belle bretonne, il n'avait jamais cessé d'attendre le retour de Johanna.
Il s'était pris une sacrée claque, lorsque la Texane avait choisi José Da Silva, malgré le fait qu'il lui ait avoué qu'il était encore amoureux d'elle, et il avait cru qu'il ne s'en remettrait jamais.
Aujourd'hui, pourtant, tout cela lui paraissait loin, et une seule chose comptait : son amour pour Bénédicte. Juste, elle.
- Je t'aime Bénédicte. Je sais que je n'ai pas assuré, mais je t'aime chérie. Tu m'as sauvé quand j'étais sur le point de sombrer.
Elle esquissa un sourire, qui donna un peu d'espoir au photographe. Allait-elle finalement lui pardonner ses faux pas ?
- Toi aussi, tu m'as sauvé... avoua-t-elle, émue.
Mais son regard se rembrunit et elle reprit :
- C'est dur d'apprendre que je ne suis finalement qu'un lot de consolation pour toi, et que tu continues de chercher ton bonheur, ailleurs.
- Ce n'est pas du tout ça, Bénédicte...
Elle l'interrompit d'un geste de la main, signe qu'elle en avait désormais assez.
- Je ne veux plus entendre un mot à présent. Je veux juste pleurer ma meilleure amie en paix, si tu me le permets. Vas-t'en, maintenant !
Il n'insista pas.
- Comme tu veux...
Il se leva et demanda en la fixant :
- On se voit à la maison ?
- Oui...
Puis il s'éloigna ; et forcer d'aller retrouver Aline pour le travail, il rejoignit la journaliste qui n'avait rien perdu de la conversation entre sa rivale et lui.
- Ça t'a plu ? demanda-t-il froidement. Tu vas pouvoir écrire sur l'adultère comme ça, toi qui te nourris du malheur des autres. Ça fera un super article, j'en suis sûr.
- Je ne suis pas responsable de ce qui se passe entre toi et ta femme, se défendit-elle, excédée. Est-ce qu'elle sait, que je ne suis pas la seule femme que tu sautes durant ton temps libre ? Continue de me traiter comme de la merde et je vais tout lui balancer, tu as bien compris ça ?! Maintenant au boulot, bouges-toi, un peu !

_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 13:57 (2015)    Sujet du message: Black Roses Répondre en citant

On en apprend un peu plus à la lecture de ce chapitre, notamment que Johanna a choisi José.
Cette scène va-t-elle agir comme un électrochoc pour Christian et va-t-il arrêter ses conneries?
En tout cas, je n'aime pas beaucoup la réaction d'Aline et surtout sa froideur.
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:08 (2018)    Sujet du message: Black Roses

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Fics Tétralogie H&G
Page 1 sur 4 Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com