rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
De la rue à l'amour

 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Vos créations Rochelle Redfield Fics Tétralogie Fictions Terminées Paulinebris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mar 5 Mai - 11:35 (2015)    Sujet du message: De la rue à l'amour Répondre en citant

Une nuit de surveillance à l'internat et bam une nouvelle fiction. j'espère qu'elle vous plaira.


Chapitre 1 : la rencontre
 
Ses 2 meilleurs amis étaient en couple depuis 1 an déjà avec 2 femmes magnifiques qu’il appréciait vraiment, il y avait la douce Hélène, qui était avec Nicolas et la plus énergique Cathy qui sortait avec Etienne. Elles avaient essayé plus d’une fois de lui présenter des filles qui d’après elles auraient pu lui convenir mais il se trouvait trop jeune pour penser à se caser.
 
Ils avaient formé un groupe de musique tous les 3 auquel José s’était vite intégré, lui aussi était en couple avec la jolie Bénédicte, ils formaient tous des couples très harmonieux.
 
Un jour, il se rendait au magasin
de musique pour récupérer les peaux de batterie qu’il avait commandé, il savait qu’il était un privilégié, ses parents avaient tous les 2 une très bonne situation et il ne manquait de rien. Habitant Paris depuis le début de ses études, il croisait souvent des SDF et il en était d’autant plus reconnaissant qu’il n’aurait sans doute jamais à se faire du souci dans l’avenir.
 
Ce jour-là, il marchait tranquillement dans la rue quand il remarqua une jeune femme avec un bébé dans les bras assise sur le trottoir la main tendue. Elle devait
avoir son âge à peu près, le bébé ne devait avoir que quelques mois et il avait la tête caché sous une couverture, visiblement elle était en train de l’allaiter. Elle était vraiment mince, son visage était creusé mais malgré cela, il la trouva vraiment très belle et eu envie de l’aider.
 
-Mademoiselle, je vais manger un bout au Mc Do là-bas, je peux vous inviter ?
 
-Merci, mais pourquoi vous feriez ça ?
 
-Pour que vous puissiez manger et pour que votre
bébé puisse avoir un peu de chaleur.
 
-Thank, c’est vraiment très gentil à vous
 
 
Il la regardait marcher près de lui, elle semblait tellement fatiguée, ses vêtements étaient très sales, elle aussi aurait eu besoin d’un bon bain. Ils marchèrent en silence jusqu’à l’entrée du restaurant.
 
-Surtout prenez tout ce qui vous fera envie
 
-C’est gentil à vous merci, j’ai tellement faim
 
Une fois installé
, il fut étonné par la vitesse à laquelle elle avala ses sandwichs, elle devait vraiment être affamée.
 
-Je peux vous demander votre
âge sans paraitre indiscret ?
 
-Bien sûr, j’ai 20 ans
 
-Et il vient d’où votre magnifique accent ?
 
-Du Texas
 
Une certaine douleur traversa ses yeux quand elle avait parlé de son pays, de la voir dans la rue l’avait déjà choqué mais cette jeune fille semblait avoir un passé bien plus douloureux qu’il n’y paraissait à première vue.
 
Il s’excusa auprès d’elle et sorti devant
le restaurant pour appeler son amie, il savait qu’elle le comprendrait et qu’elle ferait tout pour l’aider.
 
-Hélène, c’est moi, c’est Christian, j’ai un petit service à te demander
 
-Bien sûr tout ce que tu veux
 
-J’ai une amie qui aurait grand besoin d’un bain et de vêtements propres
, est-ce que tu pourrais venir et t’occuper d’elle s’il te plait
 
-Un bain et es vêtements propres, c’est quoi cette histoire Chris, dans quoi tu t’es fourré encore
 
-Je t’en prie Hélène, fais-moi confiance et rejoins moi au mc Do près du magasin
de musique
 
Il retourna s’assoir, elle lui afficha un grand sourire en le voyant revenir, ça faisait 5 mois qu’elle était en France et c’était la première fois que quelqu’un se montrait aussi gentil avec elle, sa petite fille commençait mal dans la vie mais elle ferait tout son possible pour que les choses s’arrange et quelque chose en elle lui disait qu’elle pouvait avoir confiance en cet homme.
 
-Je m’appelle Johanna et vous ?
 
-Moi c’est Christian mais on pourrait peut-être se tutoyer non ?
 
-Oui si vous … si tu veux
 
-j’ai une amie vraiment très gentille qui va arriver, elle va pouvoir t’emmener chez elle au moins pour que tu puisses te laver et te changer, je t’aurais bien fais venir chez moi, mais je suis à la cité U et les filles sont interdites dans le bâtiment des garçons
 
-Il ne fallait pas, c’est déjà très gentil pour le repas et je …
 
-Pas de discussion, j’ai vu qu’il y avait un magasin
de vêtement à côté, je te propose d’y aller vite fait avant qu’elle n’arrive, c’est une petite fille c’est ça ?
 
-Oui, mais on n’a pas fini de manger
 
-Ok alors toi tu restes ici pour manger et moi je vais au magasin, elle met du quelle taille ?
 
-Du 3 mois mais Christian ça me gêne, vraiment beaucoup je ne veux pas que …
 
-Que rien du tout, à tout de suite, je reviens
 
Chapitre 2 : Retrouvailles
 
Hélène avait arrêté ses révisions et avait pris le chemin du magasin de musique, l’appel de son ami l’avait vraiment beaucoup surprise, elle se demandait bien dans quoi il avait encore pu se fourrer. Christian était un gentil garçon mais il tombait rarement sur des filles biens, à chaque fois qu’il ramenait une fille dans la bande ça finissait toujours mal.
 
En entrant dans le Mc Do, elle ne vit pas son ami, elle espérait qu’il ne lui avait pas fait une blague comme il en avait l’habitude, les partielles approchaient et elle avait autre chose à faire que de se promener en ville. Elle sorti du restaurant et lui envoya un texto.
 
« Très drôle la blague L j’avais autre chose à faire figures toi »
 
Elle venait juste de l’envoyer qu’une réponse ne se fit pas attendre
 
« Ca aurait pu être drôle Wink mais ça n’est pas une blague, je suis juste à côté au magasin de vêtements »
 
Elle entra et fut surprise de retrouver son ami dans un magasin de vêtements pour enfant, elle le chercha dans les allées et fini par le trouver les bras remplis de vêtement pour une petite fille.
 
-Salut, ne me dis pas que tu as fait un enfant Chris
 
-Non, ne t’inquiètes pas, mais Hélène, je crois que je suis enfin amoureux
 
-Attends, je ne comprends rien à ton histoire, il va falloir que tu t’exprimes un peu plus clairement.
 
-J’ai pas trop le temps, Johanna nous attend, mais promis je t’expliquerais tout en chemin
 
Il avait payé plus de 200 euros pour ces achats mais ne semblait pas être dérangé, lui qui pourtant râlait dès qu’il devait
leur payer un verre. Elle était ravi de lire le bonheur sur son visage, c’est vrai que depuis qu’elle le connaissait c’était la première fois qu’elle le voyait comme ça, il avait l’air heureux et une petite flamme avait pris place dans ses yeux. Elle l’avait suivi jusqu’à une table où une femme tenait un bébé dans les bras. Quand elle releva la tête, elle resta comme figée
 
-Johanna ?
 
-Hélène ?
 
-Mais vous vous connaissez ?
 
-Oui, on se connait très bien, on passait toutes nos vacances ensemble étant jeune
 
Johanna toujours en tenant sa fille s’était jetée dans les bras d’Hélène, la peine qu’elle gardait en elle jusqu’à maintenant sortie enfin et elle éclata en sanglots dans les bras de son amie qu’elle retrouvait enfin. C’était pour elle qu’elle était revenue en France mais en arrivant à l’adresse de ses parents, elle avait vite compris qu’elle ne retrouverait pas son amie, visiblement ses parents avaient vendu la maison et étaient repartis vivre en Australie.
 
Sans plus attendre, ils avaient tous les 3 pris le chemin de la cité U.
 
-Je peux la tenir ?
 
-Quoi, mais tu sais tenir un bébé Chris ?
 
-Bah oui, enfin je crois
 
Il avait porté la petite jusqu’au bâtiment, même s’il n’était pas le père de cette petite, la tenir contre lui avait rempli son cœur de bonheur, il ne la connaissait pas mais il l’aimait déjà.
 
Christian avait laissé les filles au pied su bâtiment, il n’avait pas le droit d’entrer, même si ça lui déchirait le cœur de se séparer d’elles, il savait qu’elle avait besoin de se laver et de se reposer, de plus il était soulagé qu’elle connaisse déjà Hélène. Il savait que même si ça n’avait pas été le cas son amie aurait tout fait pour la mettre à l’aise, il se sentait quand même mieux en sachant qu’elle pourrait se confier.
 
Une fois dans la chambre, Hélène lava la petite et la changea, visiblement Christian avait pensé à tout. Elle avait quand même été étonnée de voir que son ami avait autant de connaissance sur les besoin d’un bébé mais elle connaissait bien Johanna et elle savait qu’elle ne lui ferait pas de mal et qu’elle serait toujours honnête avec lui.
 
Hélène avait calé la petite entre plusieurs coussins sur son lit et avait sorti des vêtements pour son amie, elle était heureuse de la retrouver mais elle s’inquiétait quand même pour elle. Dans ses souvenirs, Johanna était issue d’une famille plutôt aisée, qu’est-ce qui avait bien pu lui arriver pour qu’elle en arrive là ?
 
Une fois dans la salle de bain, elle se déshabilla et fut horrifié par le reflet que lui renvoyait le miroir, elle avait tellement maigri et son corps était recouvert de cicatrices pour ne pas qu’elle oublie visiblement. Quand l’eau chaude se mit à couler sur son corps, elle senti toute sa douleur remonter à la surface et ne put retenir ses larmes, elle avait essayé de ne plus penser au passé pour pouvoir avancer et essayer de se construire une nouvelle vie avec sa fille mais elle ne pouvait plus garder tout ça pour elle, elle savait qu’Hélène allait lui poser des questions.
 
Une fois lavée et changée, elle dû se résoudre à quitter la salle de bain, et ce qu’elle redoutait n’allait pas tarder à arriver, Hélène la regardait avec un des yeux interrogateurs, elle savait qu’elle devait
se confier mais n’avait pas la force de le faire dans l’immédiat.
 
-Tu voudrais bien me raccourcir un peu les cheveux ?
 
-C’est vrai qu’ils sont vraiment très long, je me rappelle de la Johanna avec la coupe à la garçonne
 
-Oui, je sais, mais juste les raccourcir un petit peu me ferait du bien
 
-Installes toi, tu sais Johanna ne te forcerais pas à parler, tu le feras quand tu seras prête, tu me connais
 
-Je sais, je sais aussi que ça me ferais peut-être du bien de me confier mais je t’avoue que je suis épuisée, je n’ai pas la force tout de suite de te raconter mon histoire.
 
-Ca y est, c’est fini, je te propose de t’allonger ici, le lit n’est pas attribué encore, et moi je pars retrouver les garçons au garage avec la petite, comme ça tu peux dormir tranquille
 
-Merci Hélène, elle s’appelle Jody.
 
Chapitre 3 : Sentiments naissants
 
En descendant de la chambre, Hélène avait croisé le directeur de la cité qui l’avait informé qu’il acceptait que Johanna et sa fille reste une semaine mais pas plus car il devrait attribuer le lit à une étudiante. Hélène était dépitée, si elle ne trouvait pas une solution, son amie serait de nouveau
à la rue. En chemin pour le garage, elle était passée acheter une poussette pour la petite ainsi que des biberons et du lait.
 
Christian avait rejoint les autres au garage mais il était comme sur un petit nuage et ça n’avait pas échappé à ses amis
 
-Notre petit Chris serait-il enfin tombé sous le charme d’une jolie fille ?
 
-En tout cas je ne vois pas beaucoup d’autre raison pour expliquer sa tête
 
-Chris, tu es avec nous ?
 
-Hein, vous me parliez ?
 
-Oui, les garçons essayaient de savoir si c’était une jolie fille qui se cachait sous ce sourire
 
-Non, pour vous dire la vérité c’est 2 jolies filles
 
-Ah non, pas encore, rappelles toi où ça nous a mené la dernière fois
 
-Mais ne t’inquiète pas Nico, je te promets que cette fois-ci c’est totalement différent, je suis amoureux
 
-Il n’y a vraiment que toi qui puisses tomber follement amoureux de 2 filles en même temps
 
-Eh oui mon pauvre José, on ne peut pas tous être parfait comme toi
 
Hélène entra dans le garage avec la poussette et la petite, tous restèrent figés, ils regardaient Hélène et poussette attendant des explications, seul Christian s’était levé et avait pris la petite dans ses bras
 
-Je vous présente une de mes 2 prétendantes
 
-Euh … Vous nous expliquez ?
 
-Ne t’inquiète pas mon chéri, elle n’est pas à moi, je vous présente Jody, c’est la fille d’une amie
 
-Ah d’accord je comprends mieux, et Christian connait ton amie d’où ce petit air
 
-Eh oui, c’est lui qui l’a retrouvé, elle était à la rue, d’ailleurs Cathy excuses moi mais je l’ai installé
dans la chambre, tu verras elle est géniale
 
-Mais je n’en doute pas, et ne t’excuses pas, elle peut rester le temps qu’elle veut
 
-Bah non, justement, il est là le problème
 
-Quoi, mais Hélène tu ne vas pas la remettre à la rue, pas toi, c’est ton amie
 
-Si tu crois que ça me plait Chris, non, j’ai croisé le directeur de la cité et il veut bien qu’elle reste une semaine mais pas plus, les enfants sont interdit dans le bâtiment
 
-Non, c’est pas possible, il faut trouver une solution, Johanna ne peut pas retourner à la rue et avec la petite en plus c’est vraiment nul ces règlements
 
-Je sais Christian mais on les a signés en emménageant
 
-De toute façon vous n’en avait rien à foutre, il n’y a que vos petites personnes qui vous intéresse
 
Christian était parti en claquant la porte du garage. Il marchait dans la rue, il fut surprit de sentir une larme sur sa joue, lui Christian Roquier était en train de pleurer sur le sort d’une jeune fille qu’il connaissait depuis quelques heures à peine.


Chapitre 4 : Une solution
 
Dans le garage ils étaient tous restés silencieux et étonnés de la réaction de Christian
 
-Eh bah, il est vraiment amoureux celui-là
 
-Oh ça va José, pour une fois qu’il exprime ses sentiments, on ne devrait pas se moquer de lui, et puis quand vous connaitrez Johanna vous serez sous le charme vous aussi, vous verrez elle est vraiment formidable.
 
-Mais il faut qu’on trouve une solution pour l’aider ton amie, on ne peut pas la laisser à la rue sans rien faire
 
-Merci Cathy, ça me touche beaucoup, vous savez je connais Johanna depuis très longtemps maintenant, je ne sais pas encore ce qui lui est arrivée pour en arriver là mais ça doit vraiment être grave
 
-J’ai bien une idée qui me trotte dans la tête depuis un moment mais je n’ai pas osé en parler jusqu’à maintenant
 
-Mais il ne faut pas Béné, si tu veux dire quelque chose n’hésite pas, on se connait bien tu ne devrais pas avoir peur de dire les choses
 
-Merci Etienne, en fait je me suis dit qu’entre ce que vous payez pour les chambre et moi et José pour nos appartement, on pourrait peut-être se louer une maison tous ensemble
 
-C’est pas bête, comme ça Johanna pourrait venir habiter avec nous, en plus si la maison avait un garage ça vous ferez économiser aussi les garçons
 
-Mais c’est une très bonne idée Béné, en plus me réveiller tous les matins avec ma Cathy dans les bras, c’est que du bonheur
 
-Oui, ça serait bien mais vous savez, Johanna n’a apparemment plus les moyens de participer
 
-On avait bien comprit, ne t’inquiète pas personne ne lui demande rien
 
-Bon alors on se met à la recherche de cette maison ?
 
-Oui, mais moi je vais rattraper Christian avant, et Hélène tu devrais peut-être allait voir si ton amie n’est pas réveillée
 
Nicolas arpentait les rue de la ville à la recherche de Christian, il avait essayé plusieurs fois de le joindre mais apparemment il avait coupé son téléphone. Hélène et Cathy étaient reparties dans la chambre pour éviter de laisser Johanna seule trop longtemps.
 
En rentrant, dans la chambre qui était plongée dans le noir, elles essayèrent de ne pas faire de bruit pour la laisser dormir mais c’était sans compter sur la petite Jody qui commençait à avoir faim et le faisait savoir.
 
-Hélène, c’est toi ?
 
-Oui, je suis avec mon amie Cathy, Jody a faim mais on s’en occupe, comment tu vas toi ?
 
-Ca va, ça m’a fait du bien de dormir au chaud
 
Elle venait de s’écrouler en larme la tête dans les oreillers, Cathy était assise sur son lit en train de donner le biberon à Jody pendant qu’Hélène essayait de consoler son amie
 
-Johanna ma belle, tu ne veux pas me dire comment tu en es arrivé là ?
 
-Je peux vous laisser si vous voulez ?
 
-No, bonjour Cathy, je suis ravie de te connaitre et merci pour Jody
 
-Mais de rien, tu sais tous les amis d’Hélène sont mes amis, je suis sûre que tu es quelqu’un de bien pour qu’elle t’apprécie autant
 
-Merci mais je ne suis pas sûre de mériter encore son amitié
 
-Johanna, ne dis jamais ça, je te connais je sais qui tu es et je sais que tu es une fille géniale et j’aimerais que tu me fasses confiance et que tu arrives à me confier ce qui t’es arrivé
 
-Je ne sais pas si je peux, j’ai … je  …
 
-Aller calmes toi, je ne te force pas la main, tu parleras quand tu seras prête mais je veux que tu sache que je suis là
 
Hélène avait pris une poussette landau et elles avaient couché la petite qui s’était endormie comme une masse. Johanna avait eu un sommeil agité mais sous le regard protecteur d’Hélène et Cathy, elle avait fini sa nuit plutôt tranquillement comme ça n’était pas arrivé depuis longtemps.
 
Chapitre 5 : Confession
 
Le lendemain, Hélène et Cathy s’étaient préparées et attendaient le réveil de Johanna pour pouvoir ouvrir les rideaux, Jody était lavée, changée et nourrie, elles étaient toutes les 2 sur le lit de Cathy en train de parler
 
-Nicolas a retrouvé Christian hier ?
 
-Oui, il m’a envoyé un message mais il était tard
 
-Tu crois qu’il est vraiment amoureux d’elle, il ne la connait pas
 
-Je crois oui, mais j’ai le sentiment que ça ne sera pas facile, Johanna a l’air d’avoir un lourd secret
 
-En tout cas je ne l’ai jamais vu comme ça, il a l’air très attristé par la situation, lui qui d’ordinaire est si immature, j’ai l’impression qu’il a grandi d’un seul coup
 
-Oui, j’ai eu cette sensation aussi, tu aurais vu ses yeux quand il m’a parlé d’elle, et c’est lui qui a acheté toutes les affaires pour la petite
 
Johanna avait entendu leur conversation et se sentait touchée par le jeune homme, dès qu’elle l’avait vu et sans pouvoir se l’expliquer, elle avait tout de suite su qu’elle pouvait lui faire confiance, il avait ce quelque chose en lui qui le rendait sympathique mais elle ne pouvait pas s’attacher à un homme pas après ce qu’il lui avait fait, elle ne pourrait plus avoir un homme près d’elle.
 
-Bonjour les filles
 
-Ah Johanna, on ne t’a pas réveillée au moins
 
-Non, non, merci pour tout les filles, je vois que ma princesse est prête
 
-Oui, et toi comment ça va ce matin
 
-Ca va beaucoup mieux, je ressens mes forces revenir
 
-Et ça ira encore mieux après un bon petit déjeuner à la cafète
 
-Les filles, j’aimerais vous parler un peu de mon histoire, je ne sais pas si j’aurais le courage d’aller jusqu’au bout mais je voudrais essayer quand même
 
Hélène et Cathy avait reposé la petite dans son landau et étaient venue s’assoir sur le lit de chaque côté de Johanna
 
-On t’écoute ma belle, prends ton temps surtout
 
-Il y a 3 ans de ça, je suis partie en vacances avec mon oncle et ma tante en Floride, ils avaient proposé à mes parents de m’emmener, ils n’ont pas d’enfant et je savais que mon oncle m’avait toujours un peu considéré comme sa fille. Pendant les vacances, une nuit, je l’ai senti se glisser dans mon lit, et c’est là que tout a commencé
 
-Ne nous dit pas qu’il t’a …
 
-Si, il m’a violé et il recommençait toutes les nuits, pendant toutes les vacances
 
-Mais tu n’as rien dit ?
 
-Au début non, j’avais tellement honte de moi que je n’ai pas osé en parler en plus il m’avait bien dit que de toute façon personne ne me croirait. A la fin des vacances j’en ai parlé à ma mère quand même et effectivement, il avait raison elle ne m’a pas cru, elle m’a même demandé d’arrêter de raconter d’aussi sales histoires à propos lui.
 
-Tu as tout gardé pour toi alors ?
 
-je n’ai pas eu le choix. Au cours de l’année ma tante est décédé, un cancer des poumons, mon oncle a demandé à mes parents si je pouvais venir chez lui pour l’aider à la maison et mes parents ont accepté
 
-Ta mère a accepté malgré ce que tu lui avais dit, mais pourtant elle semblait être une femme assez intelligente
 
-C’est son frère, jamais elle ne remettrait sa parole en doute, tout ce qu’il dit est d’or. Donc j’ai été envoyé chez lui, j’avais dû arrêter mes études et je faisais son ménage, et toutes les autres tâches ménagères, le soir il venait se coucher avec moi et il était très violent, il me battait en même temps qu’il me violait
 
Johanna avait dû s’arrêter, les sanglots qui secouaient son corps l’empêchaient de parler, Cathy et Hélène avait chacune posé une main dans son dos et elle lui serrait une main dans l’autre pour la consolé et lui donner le courage de continuer
 
-J’avais tellement honte de moi, je me sentais si sale
 
-Mais pourquoi tu n’as pas été porté plainte contre lui
 
-parce qu’il m’avait dit que si je parlais de ça à qui que ce soit il s’arrangerait pour qu’il arrive la même chose à mon frère et à ma petite sœur et je ne pouvais pas prendre ce risque
 
-Quelle ordure
 
-Les mois ont passé et il invitait même des amis qui m’entrainaient dans la chambre et profitaient de mois, aucun ne se protégeaient, je ne sais même pas qui est le père de ma fille et honnêtement je n’ai pas envie de le savoir
 
-Comment peut-on oser faire ça à sa nièce en plus
 
-Ses amis étaient aussi violents que lui, certains éteignaient même leur cigarette sur moi
 
Tout en parlant Johanna avait relevé son maillot révélant toutes les cicatrices qui recouvraient son corps. Les filles avaient mis leurs mains devant leurs bouches pour étouffé les cri de stupeur qui avait failli leur échapper à la vue de ce spectacle.
 
-Comment tu as fait pour te sortir de cet enfer
 
-J’ai su très vite que j’étais enceinte, un de ses ami était médecin, il m’a appris ma grossesse et m’a violé juste après, j’ai tellement pleuré, je ne savais pas ce qui allait se passer pour moi après cette annonce mais les choses ont continué comme si de rien n’était. A mon 7ème mois de grossesse, après qu’un homme soit sorti de la chambre, j’ai remarqué plein de sang sur le lit, j’ai eu peur pour mon bébé et j’ai décidé qu’il fallait absolument que je fasse quelque chose, alors
 
Johanna marqua de nouveau une pause, Cathy lui apporta un verre d’eau ainsi que des mouchoirs. Hélène et Cathy étaient restées choquées par tous ses aveux mais aucune n’osaient le montrer de peur de la faire se sentir encore plus mal qu’elle ne l’était
 
-Prends ton temps ma grande, prends ton temps
 
-On est là avec toi, tu es en sécurité maintenant
 
-Un soir, j’ai versé des somnifères que j’avais piqués dans la sacoche du médecin le matin même, quand il s’est endormi, j’ai pris l’argent qu’il avait dans son portefeuille et je suis partie. Je ne savais pas où aller alors j’ai pensé à toi Hélène et j’ai foncé à l’aéroport acheter un billet.
 
-Pourquoi tu n’es pas venue me voir plus tôt dans ce cas, tu sais que j’aurais été là pour toi
 
-Je n’avais que l’adresse de tes parents, et quand je suis arrivée devant chez eux, une dame m’a dit que vous étiez reparti en Australie.
 
-Qu’est-ce que tu as fait alors
 
-J’ai voulu revendre mon sac de vêtement, au moins pour pouvoir manger, mais je me le suis fait voler, je me retrouvais dans la rue, dans un pays où je ne connaissais personne et enceinte. J’ai beaucoup pleuré mais je me suis reprise, je ne devais pas sombrer, j’allais être maman et malgré les circonstances, j’aime ma fille, je l’aime vraiment
 
-C’est normal, c’est ta fille
 
-Je ne sais pas si j’aurais eu ton courage mais elle est vraiment magnifique ta petite princesse
 
-Oui, elle est mon soleil, ma lumière dans cet enfer et je ne regrette pas de l’avoir gardé
 
Chapitre 6 : Inquiétude
 
Nicolas avait fini par retrouver Christian et lui avait expliqué l’idée de Bénédicte pour que Johanna reste avec eux, il avait été soulagé et se sentait bête d’avoir réagi comme ça, il savait pourtant que ses amis étaient loin, vraiment très loin d’être des égoïstes sans cœur, mais il se faisait tellement de soucis pour Johanna qu’il n’avait pas réfléchit.
 
Les garçons étaient tous chez Alfredo, ils avaient chacun un journal et épluchaient les petites annonces de location, ils savaient que les filles devaient les rejoindre pour prendre le petit déjeuner. A l’idée de revoir Johanna, son cœur battait très fort, il ne cessait de regarder du côté de la porte en espérant à chaque ouverture que ça soit Johanna.
 
Nicolas était ému de voir son ami, son petit frère aussi heureux, il avait vu la veille quand il lui avait expliqué leur idée, une lueur apparaitre dans ses yeux, il n’y avait aucun doute, il était vraiment amoureux.
 
Quelques minutes plus tard, Johanna accompagnée d’Hélène, de Cathy et de sa fille entrèrent dans la cafète, Christian s’était levé et s’apprêtait à la prendre dans ses bras pour lui dire bonjour mais il la vit se raidir et se contenta donc d’un léger bisou sur la joue, il avait remarqué que sa proximité la stressait, il ne savait pas encore pourquoi mais il ne voulait pas la brusquer.
 
Nicolas s’approcha aussi d’elle pour se présenter, il avait posé sa main sur son épaule et elle avait sursauté à ce contact, en voyant les regards étonné des autres garçons, elle était parti en pleurant.
Hélène était partie juste derrière elle et Cathy était restée avec les garçons pour trouver cette fameuse maison
 
-Qu’est-ce qu’elle a, je l’ai a peine touché
 
-Je sais, mais ne la touchez pas les garçons, s’il vous plait
 
-Cathy, tu sais quelque chose ?
 
-Oui Chris, mais ça n’est pas à moi de vous en parler, c’est à elle quand elle vous fera confiance, tout ce que je peux vous dire c’est que c’est une histoire horrible, j’en ai encore des frissons rien que d’y penser. Alors s’il vous plait, ne la touchez plus ok ?
 
-Ok, j’espère que ça va aller
 
-J’espère aussi, elle n’est plus seule maintenant et maintenant qu’elle nous a parlé, je pense qu’elle doit se sentir déjà plus légère
 
-En tout cas elle est vraiment adorable cette petite
 
Christian avait pris la petite dans ses bras, Jody devait sentir qu’il ne voulait que du bien puisse qu’elle lui faisait des sourires et était complètement apaisée dans ses bras.
 
Chapitre 7 : Je suis là
 
Hélène avait rattrapé Johanna qui prenait la direction du bâtiment des filles, elle était en larme et avait couru jusqu’à l’essoufflement. Elle savait que son amie courait derrière elle mais ses jambes refusaient de s’arrêter.
 
-Johanna, ne t’enfuis pas, les garçons n’ont pas pensé à mal, ils ne connaissent pas ton histoire, ils ne peuvent pas savoir
 
-Je sais Hélène, je sais, mais je ne comprends pas, même si je sais qu’ils ne me veulent pas de mal je ne supporte pas leur contact, c’est comme si ma peau prenait feu, ça fait mal Hélène, très mal.
 
Quelques jours avaient passé, ils avaient trouvé une maison près de la fac, le propriétaire un ami du père d’Hélène acceptait de leur louer pour une bouchée de pain. Ils venaient de finir l’emménagement, chaque couple avait sa chambre et Johanna et Christian une chambre chacun, Jody aussi avait son espace bien à elle. Ils étaient tous sortis hormis Johanna qui faisait les petites annonces pour trouver du travail et Christian qui apparemment avait des révisions à faire. Il venait de descendre de sa chambre et retrouva Johanna dans le salon en train de pester en anglais contre le téléphone, la scène était tellement drôle qu’il ne put retenir un sourire.
 
-Tu ne serais pas en train de te moquer de moi ?
 
-Oh non, je me demandais juste ce qu’avait bien pu te faire ce pauvre téléphone pour mériter autant d’acharnement ?
 
-Non, mais c’est pas le téléphone mais l’autre pouffiasse que j’ai eu à l’autre bout, elle m’énerve
 
-Ca n’avance pas ta recherche de travail ?
 
-Non, pas du tout et je ne peux pas continuer à vivre à vos crochets, il faut que je paie ma part aussi
 
-En attendant, tu veux un thé glacé ?
 
-Oui, merci cricri … Oh pardon, ça m’a échappé
 
-Ne t’excuse pas, je trouve ça plutôt mignon à vrai dire
 
Il était revenu avec 2 verres qu’il posa sur la table basse du salon, il venait de s’assoir à côté d’elle et à son plus grand étonnement, elle ne s’était pas repoussée. Il profita de ce moment particulier pour lui parler de ses sentiments
 
-Johanna, je voulais te dire que je suis là pour toi, je ne te ferais jamais de mal mais si un jour tu as envie de te confier, je serais là pour toi.
 
-Merci cricri mais merci surtout pour tout ce que tu fais pour Jody, tu es vraiment formidable avec elle
 
-Je l’aime beaucoup et toi aussi à vrai dire
 
-Christian je …
 
-Non, je n’attends pas de réponse de ta part, je voulais juste te le dire, je voulais que tu le sache c’est tout. Alors voilà, je t’aime Johanna
 
-Je ne peux pas aimer un homme, je suis désolée, je ne peux pas
 
Johanna était parti en courant dans sa chambre, il avait essayé à plusieurs reprises de la faire sortir mais elle avait refusé de lui ouvrir. Christian avait été soulagé de voir Hélène et Nicolas arriver, parce qu’il ne savait plus quoi faire. Il pensait que lui révéler ses sentiments allait l’aider à lui faire confiance, mais visiblement son secret était plus lourd qu’il ne l’avait pensé
 
-Hélène, je suis désolé, je ne voulais pas enfin je ne pensais pas
 
-Qu’est-ce qui ce passe ?
 
-Johanna, ça fait 2h00 qu’elle est enfermée dans sa chambre et elle refuse de m’ouvrir, je crois que j’ai fait une bêtise
 
Hélène venait de monter et frappait maintenant à la porte de Johanna. Après s’être assuré qu’elle était seule, Johanna lui ouvrit la porte et tomba en larme dans ses bras.
 
-Eh ma grande qu’est-ce qui t’arrive ?
 
-Il … Christian … Il …
 
-Qu’est-ce qu’il a fait ?
 
-Il m’aime
 
En prononçant ces mots, les pleurs de Johanna redoublèrent, son corps était à présent secoué de sanglots, elle n’arrivait pas à ce calmer, elle avait du mal à reprendre sa respiration, visiblement elle faisait une crise de nerfs.
 
Hélène descendit et appela le médecin, pendant l’attente, elle était resté avec elle mais n’avait pas réussi à la calmer son amie était dans un état pitoyable. Christian était en larme lui aussi dans les bras de Nicolas, ils s’étaient isolés dans la cuisine. Il s’en voulait terriblement, il ne pensait pas que sa déclaration allait autant la bouleverser, au contraire, il avait fait ça dans l’espoir de lui faire comprendre qu’elle pouvait avoir confiance en lui.
 

Le médecin était venu et lui avait fait une injection de calmant, il conseilla aux amis de la faire suivre par un psychologue, il leur donna même le nom d’une très bonne collègue qui serait à même de prendre ne charge leur amie.


Chapitre 8 : Excuses moi 
 
Le lendemain ils étaient tous à la fac, seul Christian avait décidé de rester se reposer, il n’avait pas réussi à dormir de la nuit. Il en avait profité pour s’occuper de Jody le temps que Johanna récupérait.
 
Il était dans la cuisine et venait de finir de donner le biberon à la petite, il l’avait lavée et changée, malgré son manque d’expérience, il avait fait du mieux possible et était assez fier du résultat. La petite gazouillait dans ses bras.
 
-J’ai l’impression qu’elle t’a adopté
 
-Jo. .. Johanna, comment te sens tu ?
 
-Ca va, un peu fatiguée mais ça va
 
-Je … je suis désolé, c’est de ma faute, si j’avais su je …
 
-Stop, tu ne pouvais pas savoir et c’est à moi de m’excuser, tu n’y es pour rien.
 
Il avait été posé la petite dans le parc qu’il avait installé dans le salon et était revenu avec un petit déjeuner complet pour Johanna. Elle mangeait avec beaucoup d’appétit et il était soulagé de la voir comme ça. Après avoir fini, elle se retourna vers lui et le regarda avec des yeux très sombres, visiblement ce qu’elle avait à lui dire était important
 
-Christian, si tu es prêt, je voudrais te raconter mon histoire
 
-Tu n’es pas obligée, je veux que tu sois sûre de toi
 
-Je veux surtout que tu comprennes que tout ce qui s’est passé hier n’a rien à voir avec toi, au contraire, tu es formidable avec moi, avec nous 2 d’ailleurs
 
Elle lui avait raconté son histoire et avait été touché de voir les larmes couler sur son visage tout au long de son récit, il avait également les poings serrés et la colère se lisait dans les spasmes qui secouaient son corps régulièrement. Christian essayait de rester fort par rapport à Johanna mais il n’avait qu’une envie c’était de hurler.
 
-Tu comprends, après ça je ne veux d’homme dans ma vie, je ne peux pas
 
-Et si on décidait d’être ami, juste un ami qui te veut du bien
 

-Excuses moi, mais je vais avoir besoin de temps pour refaire confiance aux hommes, je t’apprécie beaucoup et je suis sûre que tu es quelqu’un de bien mais je ne peux pas, je n’en ai pas la force.


Chapitre 9 : Avec le temps
 
Plusieurs mois s’étaient écoulés depuis la crise de nerfs de Johanna, elle suivait maintenant des séances avec une psychologue et semblait aller mieux. Elle avait trouvé un job dans un bar, comme serveuse et travaillait de nuit. Elle pouvait ainsi s’occuper de sa fille la journée et les autres prenaient le relais la nuit.
 
Christian avançait petit à petit avec elle, il ne prenait que ce qu’elle voulait bien lui donner et ne demandait pas d’avantage, Hélène était d’ailleurs surprit par son ami, il avait tellement muri qu’elle avait du mal à le reconnaitre par moment. Lui d’ordinaire si impatient, si macho, si désordonné faisait preuve de beaucoup de maturité quand il s’agissait de Johanna.
 
Avec l’accord de Johanna, Hélène et Cathy avaient raconté son histoire aux autres et tous unis, avaient décidé de tout faire pour l’aider. Johanna était maintenant très bien intégrée dans cette famille de cœur et la petite Jody les avait tous conquis.
 
Comme toutes les nuits, Christian avait mis son réveil pour aller chercher Johanna, il ne voulait pas la laisser rentrer seul. Il était assis sur le muret en face du bar et attendait qu’elle le rejoigne. Soudain, il fut alerté par des cris, il aurait reconnu sa voix entre mille, quand il arriva à l’arrière du bar, il vit 2 hommes s’en prendre à Johanna. Son sang ne fit qu’un tour et il se jeta sur celui qui lui tenait le bras et l’assomma de coup de poing. Il les menaça d’appeler la police ce qui les fit fuir rapidement.
 
Elle se jeta dans ses bras en pleurs. Il avait été surpris sur le coup, c’était la première fois qu’elle acceptait qu’il la touche, il n’osa pas bouger de peur que ce moment s’arrête puis il osa passer ses bras autour de sa taille. Elle se laissa faire et posa sa joue sur son épaule tout en continuant à pleurer.
 
Ils étaient restés comme ça un long moment et avait à regret fini par se séparer pour rentrer. Johanna était restée collé à lui tout le long du chemin et avait même accepté sans hésitation sa main quand il lui avait tendu.
 
En se couchant, Christian avait souri, il se rendait compte qu’il devait avoir l’air ridicule de sourire comme ça, tout seul dans sa chambre mais c’était plus fort que lui, il était heureux.
 
Une fois seule dans sa chambre, Johanna aussi souriait, elle aurait dû être mal mais non, elle avait apprécié ce moment de complicité avec Christian, elle savait qu’elle avait franchi un grand pas ce soir, mais que rien n’était encore gagné. Cependant, elle ne doutait plus de sa confiance pour Christian.
 
Chapitre 10 : Le baiser
 
Quelques mois après cette agression, Johanna s’était de plus en plus rapprochée de Christian, elle adorait les moments passés avec lui. Elle se sentait en sécurité avec lui. Un jour, alors qu’elle était dans le jardin, elle entendit une mélodie jouait à la guitare, qui venait du garage. Johanna fut étonnée parce qu’elle pensait être seule. Elle se leva et se dirigea vers l’entrée, elle reconnue tout de suite la voix de Christian qui fredonnait
 
Tu es celle que j’ai toujours recherchée,
Celle que mon cœur a toujours désiré
La lumière quand dans le noir je me perds
Graver le temps
Toujours ensemble
Eternellement
 
Elle était touchée par ces paroles, et décida de se manifester.
 
-C’est très beau
 
-Merci, ça n’est qu’une ébauche, mais c’est pour toi
 
Tout en parlant, elle était venu s’assoir près de lui sur le canapé, ils étaient maintenant très proche, leurs bras se frôlaient, leurs mains se touchaient. Elle se décida enfin à franchir le cap, elle approcha son visage du sien et posa délicatement ses lèvres sur les siennes.
 
Malgré l’envie irrésistible d’approfondir ce baiser, il la laissa mener la barque, c’est elle qui avait fait le premier pas et il ne voulait pas la faire fuir en  devenant trop pressant. Son corps se contracta quand même quand il senti sa main courir dans ses cheveux. Pour ne pas la brusquer, il posa doucement sa main sur sa joue et le baiser si tendre et délicat se transforma rapidement en un moment passionné.
 
Christian sentait que ses bonnes résolutions allaient l’abandonner, il avait envie de la caresser, de la serrer contre lui mais elle était encore fragile et il ne voulait pas détruire ce qu’ils avaient mis tant de temps à bâtir alors il préféra se reculer.
 
Une légère teinte rosée avait envahi les joues de Johanna, elle ne lâchait pas son regard pour autant. Ils avaient chacun le regard plongé dans les yeux de l’autre et n’avait envie pour rien au monde de briser ce moment. Christian sentait son cœur qui s’était accéléré et Johanna posa sa main doucement sur sa poitrine. Ils étaient comme seuls au monde, rien autour d’eux n’avait d’importance, comme si la terre venait de s’arrêter.
 
 
Chapitre 11 : Premier mot
 
Jody allait fêter ses 1 an, la bande avait organisé une fête pour marquer l’évènement. Jody accompagné de Christian et Johanna étaient sortis pour l’emmener au parc le temps que les autres préparent leur surprise.
 
Johanna était assise sur un banc en train de lire un livre et s’amusait quand elle relevait la tête et qu’elle voyait Christian assis dans le sable en train de jouer avec Jody. Elle avait maintenant une totale confiance en lui et elle se surprenait même à regretter que l’épisode du baiser ne se soit pas reproduit.
 
En partant du parc, Christian avait voulu passer par un magasin de jouet pour lui faire un cadeau. Ils étaient donc tous les 3 marchant dans les rayons du magasin. Jody s’extasier devant un rayon complet de peluche et Christian ne pouvant pas lui résister avait fini par en acheter une bonne dizaine. Ils arrivaient à la caisse pour payer.
 
-Eh bah dit donc, c’est pour toi tout ça
 
Jody avait regardé la caissier et avec un grand sourire lui avait fait oui de la tête, elle était très fière d’elle, elle allait avoir plein de nouveaux jouets
 
-Tu en a de la chance, il te gâte ton papa
 
Johanna et Christian avaient voulu protester mais Jody qui venait de serrer le doigt de Christian les pris de court
 
-Papa
 
Christian la regarda avec des yeux remplis d’amour et il se surprit même à sentir une larme couler sur sa joue. Johanna elle de son côté ne savait pas comment réagir, elle savait que Christian se comportait comme un père pour elle mais elle hésitait encore à lui attribuer ce rôle. Cependant le magasin n’était pas le lieu idéal pour débattre avec lui de ce sujet.
 
Chapitre 12 : Etrange demande
 
Le soir était venu et ils avaient tous fait la fête en l’honneur de Jody, l’ambiance avait été bonne et tous avaient beaucoup rigolé comme ça n’avait plus été le cas depuis longtemps.
 
Au moment d’aller se coucher, Hélène et Johanna étaient restées un peu en bas histoire de nettoyer le salon rapidement. Johanna s’était bien amusé mais Hélène avait remarqué que quelque chose la tracassait, elle voulait profiter de ce moment seule avec elle pour la questionner un peu
 
-Ta thérapie se passe bien ?
 
-Oui, très bien même, j’ai beaucoup avancé avec elle, je me sens un peu mieux dans mon corps et je commence à ne plus me sentir coupable et honteuse de ce qui s’est passé
 
-Mais c’est génial ça, tout va bien alors ?
 
-Hum
 
-Johanna, pas de ça avec moi s’il te plait, je sens bien que ça ne va pas, qu’est-ce qui se passe ?
 
-Ok, c’est vrai que tu me connais, en fait j’ai 2 choses qui me perturbent et je ne sais pas comment réagir en fait
 
-Dis-moi, je pourrais peut-être t’aider ?
 
-Et bien la première, c’est que … que … En fait avec Christian on …
 
-Tu sais que tu peux me parler librement, je ne te jugerais jamais
 
-Oui, je sais et bien en fait on s’est embrassé et depuis il n’a rien tenté, alors je ne sais plus trop où j’en suis, je me demande si je lui plais toujours autant
 
-Il n’y a qu’à voir ses yeux quand il te regarde pour avoir la réponse, mais il n’a rien tenté peut-être pour ne pas te brusquer, il a peut-être besoin de savoir que tu n’attends que ça de lui. Il sait que tu es fragile et je trouve ça plutôt bien qu’il te laisse le temps et qu’il se calque sur ton rythme.
 
-Oui, tu as raison, il est vraiment très attentionné avec moi. Et la deuxième chose en fait est plus délicate, Jody l’a appelé papa aujourd’hui
 
-Et ?
 
-Et je ne sais pas si c’est une bonne chose, il est vraiment formidable avec elle et je n’aurais pas pu rêver meilleur père pour elle mais il n’est pas réellement son père
 
-Tu sais, les enfants adoptés appelle bien papa l’homme qui occupent leur vie, pourtant il n’est pas leur père, si Jody a choisie Christian comme papa, tu devrais plutôt être rassurée, je suis contente pour vous moi, tu sais je connais bien Christian et je sais qu’il ne vous fera pas de mal, j’ai une totale confiance en lui
 
-oui, encore une fois tu as raison, je me pose des problèmes où il n’y en a pas. C’est vrai que ma fille à un papa génial
 
Les filles avaient regagné leur chambre. Johanna ne dormait pas, elle était assise sur son lit en train regardé des photos de sa fille et fut presque étonnée de voir que Christian était sur plus de la moitié d’entre elle. Johanna était heureuse qu’il est une place aussi importante dans leur vie. Soudain, quelqu’un frappa à sa porte
 
-Johanna, je peux entrer, je voudrais te parler
 
-Bien sûr, entre
 
-Voilà, je ne vais pas tourner autour du pot, j’ai été très touché que Jody m’appelle papa aujourd’hui et je voudrais bien la reconnaitre
 
-Quoi ?
 
-Oui, je voudrais qu’elle porte mon nom et qu’aux yeux de la loi elle soit ma fille
 
-Oui, j’avais compris ce que voulait dire reconnaitre mais pourquoi tu ferais ça ?
 
-Tout simplement parce que je l’aime, elle n’est pas mon sang c’est vrai mais elle est dans mon cœur et c’est le plus important. Je ne te demande pas de réponse tout de suite, mais je voudrais que tu y réfléchisses.
 
-Ok, oui … je suis surprise mais oui
 
-Oui tu vas y réfléchir ?
 
-Non, oui je suis d’accord pour que tu la reconnaisses
 
-C’est pas, vrai, alors tu es d’accord, c’est pas vrai, merci, merci Johanna c’est le plus beau cadeau que tu pouvais me faire, merci, je t’aime tellement
 
Il s’était assis près d’elle sur le lit et avait pris ses mains dans les siennes, elle pouvait lire tout le bonheur qu’il ressentait se dessiner sur son visage. Ils étaient si proche l’un de l’autre qu’elle pouvait entendre les battements de son corps qui se faisaient de plus en plus pressant.
 
Johanna  se rappela soudain des mots d’Hélène quelques minutes plus tôt et décida qu’elle devait faire le premier pas si elle voulait de nouveau un baiser.
 
Chapitre 13 : Pas à pas
 
L’étape du baiser n’était plus un problème pour eux, Christian n’avait plus peur d’aller trop vite ou d’être rejeté et Johanna attendait ces moments avec impatience parce qu’elle avait compris qu’ils lui permettaient de retrouver confiance en elle.
 
La psychologue l’aidait maintenant à avancer dans sa relation avec Christian, ils avaient conscience tous les 2 que le chemin allait être long mais il l’aimait tellement qu’il était prêt à l’attendre autant de temps qu’elle en aurait besoin.
 
Johanna avait mis en place une sorte d’exercice, pour avancer doucement et elle devait ce soir lui proposer de dormir avec elle, mais juste dormir. Elle s’était préparé à ça, elle qui d’ordinaire dormait en nuisette avait été acheté un pyjama pour limiter les contacts peau contre peau pour commencer.
 
Le soir était venu et elle ne lui avait toujours pas parlé de cet exercice, elle se sentait prête pourtant mais quelque chose la bloquait encore, elle devait pourtant se forcer et essayer. Comme tous les soirs, Christian passa dans sa chambre pour lui dire bonne nuit et l’embrasser.
 
-Christian, tu ne voudrais pas dormir avec moi ce soir ?
 
Voilà, la question était posé, il avait ouvert de grands yeux et était resté sans voix face à cette demande mais en même temps les émotions se bousculaient dans son cœur, il allait avoir le plaisir de s’endormir et se réveiller avec la femme qu’il aimait le plus au monde dans ses bras
 
-Euh … Tu crois que tu es prête pour ça ?
 
-Je ne sais pas mais la psy pense que ça serait une bonne idée.
 
Ils étaient tous les 2 allongés dans le noir, Johanna avait sa tête posée sur son bras. Il était heureux de l’avoir si prêt de lui, mais il l’a sentait tendu et savait très bien que les choses n’avanceraient pas comme ça. Il ralluma la lumière et la regarda dans les yeux.
 
-Tu n’es pas prête pour ça Joh
 
-Je ne sais pas, mais je voudrais essayer au moins
 
-Ecoutes, je te propose d’y aller par étape, si on commençait déjà à dormir dans le même lit mais chacun de son côté, sans contact, est-ce que tu te sentirais mieux ?
 
Pour seule réponse, elle plongea ses yeux dans les siens et l’embrassa avec beaucoup de passion.
 

-Merci cricri


Chapitre 14 : Je t’aime
 
Depuis 6 mois maintenant qu’ils dormaient ensemble, ils avaient fait pas mal de progrès, elle dormait maintenant dans ses bras, et l’autorisait même à lui caresser le dos. Depuis quelque temps pourtant, Christian avait quand même l’impression que les choses n’avançaient plus, ils avaient franchis de très grandes étapes il en était conscient mais il avait l’impression de stagner.
 
Ils avaient déposé une demande de reconnaissance de paternité au tribunal depuis un moment maintenant et attendait la réponse avec impatience.
 
Dans la journée, Johanna était seule à la maison quand une lettre arriva en recommandé pour elle. Elle l’ouvrit et fut submergée de bonheur en voyant que la demande avait été accepté, Christian était maintenant le père légalement de sa fille. Johanna savait qu’elle devait trouver un moyen de fêter ça le soir même.
 
Même si elle n’était pas prête à faire l’amour avec lui elle savait qu’il aimerait beaucoup la voir un peu plus féminine au lit, elle n’arrivait pas à se défaire de ses gros pyjama, elle se sentait en sécurité avec mais ce soir elle allait faire un effort.
 
Johanna ne lui avait rien dit quand il était rentré l’après-midi mais toute la bande était au courant. Elle avait proposé de l’emmener au cinéma en début de soirée et Christian avait accepté avec beaucoup de plaisir.
 
En rentrant, il fut étonné de trouver la maison éteinte, il était pourtant très tôt et ses amis n’avaient pas prévu de sortir. Il ouvrit la porte et en une fraction de seconde, les lumières s’allumèrent et ses amis lui crièrent
 
-SURPRISE
 
Christian remarqua des banderoles avec inscrit félicitation mais il ne comprenait pas les raisons de l’enthousiasme de ses amis.
 
Hélène s’approcha de lui, avec Jody dans les bras qui tenait un cadre avec un courrier à l’intérieur. Il embrassa la petite et prit le cadre pour le lire. Au fur et à mesure de sa lecture, ils virent tous les larmes inonder ses joues. Johanna était dans le même état que lui. Christian était à cet instant le plus heureux des hommes.
 
Christian posa le cadre sur la table et tendit les bras à Jody qui vint se serrer contre lui aussitôt. Il la regarda dans les yeux et ajouta juste
 
-Ma fille, papa t’aime très fort.
 
Tous ses amis ainsi que Johanna se mirent à applaudirent très fort en hurlant
 
-FELICITATION
 
La fête avait duré une bonne partie de la nuit, ils étaient tous à présent monté se coucher. Christian était allongé sur le lit, Johanna était parti dans la salle de bain depuis un moment déjà, il commençait à s’inquiéter. Il décida d’aller frapper à la porte
 
Johanna était dans la salle de bain, elle venait d’enfiler une nuisette, la plus sexy qu’elle avait. Elle était debout devant la porte, la main sur la poignée. Son cœur battait très fort, elle avait envie de faire cet effort pour lui mais le cap allait être dur à passer. Elle l’entendit cogner à la porte
 
-Johanna, tout va bien ?
 
-Oui oui, retourne te coucher, j’arrive, laisses moi 2 minutes.
 
Christian venait de se rallonger dans le lit mais son inquiétude ne passait pas, il avait entendu au son de sa voix que quelque chose n’allait pas.
 
Johanna prit une profonde respiration, elle ouvrit la porte, traversa le couloir et arriva dans la chambre. En la voyant comme ça, son sang ne fit qu’un tour, elle était magnifique, il le savait déjà mais la voir en dehors de ses vêtements large lui confirmait ce qu’il pensait déjà, elle était juste magnifique.
 
Johanna se précipita sous les couvertures, en voyant son regard devenir brillant, elle avait compris que ses craintes étaient justifiées, il avait envie d’elle. Elle n’était pas prête mais ne savait pas comment lui dire.
 
En la voyant courir sous la couette, il avait très bien comprit qu’elle ne se sentait pas prête à faire l’amour avec lui et il ne lui en voulait pas non plus. Elle avait déjà fait l’effort de mettre une tenue beaucoup plus féminine et même s’il ne pouvait encore la toucher, il allait pouvoir avoir un contact avec sa peau.
 
Johanna fut surprise quand il lui fit un baiser tendre et qu’il éteignit la lumière en lui souhaitant bonne nuit, elle s’attendait à ce qu’il essaie d’aller plus loin mais non, il n’avait rien tenté, il l’avait juste prise dans ses bras. Elle savait qu’elle avait un homme exceptionnel auprès d’elle. Johanna se blotti dans ses bras et malgré le noir de la pièce, elle lui murmura
 
-Cricri ?
 
-Oui
 
-Je t’aime
 
Christian avait souri et son cœur s’était emballé, elle avait pu le sentir et était heureuse d’être dans ses bras.
 
Chapitre 15 : Bon anniversaire
 
Christian et Johanna étaient toujours aussi complices, ça faisait 4 aujourd’hui qu’ils avaient échangé leur premier baiser et Christian avait bien l’intention de fêter ça, il avait réservé le meilleur restaurant de la ville et attendait le soi avec impatience.
 
Ils n’avaient toujours pas fait l’amour mais Christian avait pu se rendre compte de la force de ses sentiments pour elle, il n’avait pas envie de la forcer, et finalement le sexe n’était plus sa priorité.
 
Depuis quelque temps, Christian était agréablement surpris de constater que c’était Johanna qui était en demande de câlin, c’était elle qui se collait à lui le soir, elle se calait dans ses bras dès que l’occasion s’en présentait. Elle n’hésitait plus à l’embrasser même en présence des autres et était devenu moins pudique sur ses sentiments.
 
Après le restaurant, il avait prévu de rentrer à la maison et de passer un moment tendre avec elle. Mais Christian avait été surpris quand elle lui avait demandé les clés de la voiture pour lui faire une surprise.
 
Johanna avait roulé jusqu’au parking de l’hôtel qu’elle avait réservé pour leur soirée. Elle descendit de la voiture et prit le sac dans le coffre sous les yeux étonnés de Christian qui ne savait pas quoi penser du lieu où ils étaient.
 
Après avoir pris possession de leur chambre, elle se dirigea vers la salle de bain et même si dans la journée elle avait eu beaucoup de doute et d’appréhension en choisissant une tenue aussi légère, elle était maintenant heureuse, elle arrivait à se regarder dans le miroir, et se sentait bien.
 
Christian était allongé sur le lit, comme lui avait demandé avant de s’enfermer dans la salle de bain, il était heureux qu’elle est pris l’initiative d’une soirée vraiment rien qu’à eux. Il entendit la salle de bain s’ouvrir et resta bouche bée devant le spectacle qui se déroulait sous ses yeux.
 
Il comprit tout de suite à son regard que c’était pour ce soir, elle avait enfin envie de passer cette étape avec lui.
 
Avec beaucoup de délicatesse et de tendresse, ils avaient fini par faire l’amour. Johanna se sentait bien dans ses bras et elle était heureuse
 
-Bon anniversaire mon cricri
 
-Bon anniversaire mon ange
 
Chapitre 16 : Enfin
 
Quelques années plus tard, la bande d’amis vivait toujours sous le même toit, José et Bénédicte étaient les seuls à être parti, ne s’entendant plus, ils avaient décidé de se séparer.
 
Cathy et Etienne étaient mariés et heureux, ils attendaient un heureux évènement pour les prochains mois.
 
Hélène et Nicolas avaient eu 2 petits garçons
 

Et Johanna et Christian étaient mariés et avait eu un petit Valentin qui étaient venu agrandir cette belle famille.
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 5 Mai - 11:35 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 690
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mar 5 Mai - 13:59 (2015)    Sujet du message: De la rue à l'amour Répondre en citant

Magnifique cette histoire. J'ai adoré !  Okay
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mar 5 Mai - 16:36 (2015)    Sujet du message: De la rue à l'amour Répondre en citant

Merci Severine  Okay
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Mar 5 Mai - 17:54 (2015)    Sujet du message: De la rue à l'amour Répondre en citant

Très belle fiction, vraiment touchante.
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 856
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mar 5 Mai - 18:27 (2015)    Sujet du message: De la rue à l'amour Répondre en citant

Tres belle histoire. Je pouvais pas arreter jusqu'a la fin!  BRAVO
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mar 5 Mai - 18:33 (2015)    Sujet du message: De la rue à l'amour Répondre en citant

Merci les filles
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 652
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Jeu 7 Mai - 09:44 (2015)    Sujet du message: De la rue à l'amour Répondre en citant

Je n'avais pas encore eu l'occasion de commenter mais tout d'abord, je dis "Vive les nuits de surveillance à l'internat"  Mr. Green


Christian, le macho immature, se transforme grâce à Johanna et sa fille en un homme attentionné et patient.
Quelle jolie histoire  Okay
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 7 Mai - 10:08 (2015)    Sujet du message: De la rue à l'amour Répondre en citant

Merci Sophie 
_________________


Revenir en haut
loulou
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2013
Messages: 1 646
Localisation: corse
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Perso(s) préférée(s): johanna, christian
Ship: johanna,christian

MessagePosté le: Sam 12 Nov - 18:29 (2016)    Sujet du message: De la rue à l'amour Répondre en citant

BRAVO BRAVO Très très belle histoire vraiment touchante.

Heureusement que Christian a croisé sa route.

Comment son oncle a pu lui faire ça !! vraiment horrible son histoire.

Christian a su se montrer patient avec johanna, a présent ils sont heureux ensemble.

_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:54 (2018)    Sujet du message: De la rue à l'amour

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Paulinebris
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com