rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
J'ai besoin de toi pour vivre
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Vos créations Rochelle Redfield Fics Tétralogie Fictions Terminées Paulinebris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Ven 17 Avr - 16:42 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Tiens y'a Miss Australie qui débarque. Manquait plus qu'elle.

Thérèse est complètement jetée d'abandonner son gamin.
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 17 Avr - 16:42 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Ven 17 Avr - 20:51 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Tout le monde est la, maintenant. Linda, la famille Greyson, Ingrid, Audrey, Agnes, je sais pas si j'ai oublie quelqu'un. Qui est Mme Greyson? Ca ne peut pas etre Arielle, Helene l'aurait reconnue. Therese a abandone son enfant. Comment est-ce qu'elle a pu faire ca? La seule chose qu'elle voulait etait recuperer Christian, meme son enfant n'etait pas si important que ca! 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Ven 17 Avr - 22:19 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Mais elle l'a reconnu et c'est bien Ariel et en ce qui concerne Thérèse, j'en ai pas encore fini avec elle. 
Paulinebris a écrit:

Houston, au ranch
 
Elle venait de raccrocher avec John et ne pouvait pas s’empêcher d’afficher un grand sourire sur son visage. Elle entendit la sonnerie de la porte, prit Lorenzo qui venait de se réveiller dans ses bras et se dirigea vers la porte. Elle ouvrit et se retrouva devant
un couple et une jeune fille. Elle avait reconnu la femme mais préféra l’ignorer et se retourna vers l’homme.
 
Homme : Bonjour, je vous ai appelé il y a une semaine pour la maison à louer.
 
Hélène : Oui bien sûr, vous avez dû avoir mon amie au téléphone mais elle m’en avait parlé. Les papiers de location son déjà dans la maison, je vais sous y accompagner et faire l’état des lieux avec vous.
 
Homme : Merci
, la maison est bien meublée, parce que nous arrivons de France ?
 
Hélène : Oui, on a tout laissé là-bas.




_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Ven 17 Avr - 23:10 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Miss Australie, Ingrid, Madame Greyson,...c'est vraiment la totale Shocked
Johanna et la bande ne sont pas au bout de leurs peines.

Le plan de Nicolas pour sauver Johanna va-t-il fonctionner?

Heureusement, il y a une bonne nouvelle : Laly est en sécurité Okay

Pour Christophe, j'ai l'impression qu'il est rentré trop tôt. Est-il vraiment sevré?
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Ven 17 Avr - 23:44 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Houston, sortie de la ville, ranch abandonné
 
 
Il avait fait le tour de la propriété et apparemment, à part Johanna et cette femme dans le salon, il n’y avait personne. Il avait remarqué une arme posé sur la table basse juste devant elle. Il devait
donc trouver un moyen et rapidement pour la lui prendre. En continuant
son tour, il vit Johanna, attachée sur une chaise, une lame du volet manquait, mais s’il cassait la fenêtre, il se ferait repérer et ça deviendrait dangereux pour Johanna. Il toqua quand même doucement à la fenêtre.
 
Elle avait mal au dos dans cette position mais n’avait pas le choix. Elle n’était pas dupe, elle savait très bien qu’une fois qu’elle aurait l’argent, elle les tuerait tous les 2, elle savait aussi que ses amis s’occuperaient bien de sa fille. Elle commençait à pleurer en pensant à elle. Soudain, elle entendit du bruit derrière elle. Elle essaya non sans mal de se retourner, un  sourire se dessina sur ses lèvres, son ami lui fit des signes, elle comprit juste qu’elle devait essayer de faire venir la fameuse Ingrid près d’elle. Elle cria donc qu’elle avait soif et Ingrid arriva avec un verre d’eau.
 
Elle avait laissé son arme sur la table, il entra très rapidement il savait que le temps lui était comptait
. Il se saisi de l’arme et se dirigea vers la pièce où était retenue Johanna. Elle lui tournait le dos, il l’attrapa par surprise par derrière, il avait son bras autour de son cou et l’arme sur ses côtes. Il l’attacha au radiateur. Toujours sans lâcher l’arme, il détacha Johanna et la porta jusqu’à la voiture. Puis il démarra et prit la direction de la banque.
 
 
Houston, à la banque
 
Il avait tout fait pour gagner
du temps mais il n’avait plus d’excuse et l’argent était dans une valisette dans ses mains, il espérait que Nicolas avait eu le temps de récupérer Johanna. Si elle était saine et sauve, il se fichait bien de ce qui pourrait lui arriver. En serrant la main du banquier pour partir, il aperçut la voiture de Nicolas passer devant la banque avec Johanna à ses côtés. Il soupira un grand coup de soulagement.
 
Christian : Est-ce que vous pourriez appeler la police, les 2 hommes devant m’attendent pour prendre l’argent.
 
La police était arrivée très vite, ils avaient arrêté les 2 hommes et Nicolas leur avait indiqué l’adresse où ils avaient été pris en otages. Une ambulance était venu pour raccompagner Johanna à l’hôpital, mais celle-ci ne voulait plus se séparer de Christian et avait refusé de partir avec eux. Nicolas l’avait donc ramené, accompagné de Christian.
 
 
En France, à Paris
 
Elle avait été surprise quand John lui avait dit qu’il venait pour elle mais en même temps, un sentiment de bonheur avait réchauffé son cœur, elle avait pris une veste et avait accompagné John à la gare. Elle était maintenant sur le quai, le train était annoncé, elle allait le retrouver. Elle ne tenait pas en place, au moment où le train entra en gare, elle se jeta en larme dans les bras de John.
 
 
Son train venait d’arriver, John devait le récupérer à la gare. Il descendit du train et aperçut au loin, John avec elle. Son cœur se mit à battre très fort, il n’était plus maitre de ses émotions, il avait envie de pleurer, de rire, de crier et surtout de l’embrasser et la serrer dans ses bras.
 
John venait de lui dire de se retourner, elle l’aperçut au loin. Les larmes se sont tout de suite arrêtées de couler. Elle commença à s’approcher de lui doucement, il faisait la même chose, puis leur pas étaient devenu de plus en plus rapide. Maintenant elle courait
vers lui. Il lâcha son sac et ouvrit les bras pour la serrer contre lui.
 
 
En France, à Toulouse
 
Il était entré et ils avaient fait l’amour dans l’entrée, aucun d’eux n’avait envie d’attendre d’être dans la chambre. Après, une fois dans la baignoire, où ils prenaient un bain, il lui expliqua pourquoi il était revenu et ils décidèrent d’aller acheter les billets dès que Laura serait réveillée.
 
 
En France, en Bretagne
 
Ils avaient discuté sérieusement tous les 2 et José avait fini par lui dire qu’il s’occuperait de son enfant comme si s’était le sien, ça lui avait serré le cœur, elle aurait tellement voulu que cet enfant soit le sien. Ils attendaient maintenant la réponse de Johanna pour savoir si elle l’accompagnerait pour les revoir. Elle n’avait pas envie d’être séparée de lui, même si elle savait qu’il avait besoin de revoir Nicolas, Christian et Etienne.
 
 
Houston, à l’hôpital
 
Ils venaient d’arriver, Nicolas avait porté Johanna jusqu’aux urgences pendant que Christian devait passer voir la petite et revenir avec le fauteuil. Il était devant
le service de prématurés, au vu de l’état de son maillot et de ses affaires en général, il n’avait pas voulu entrer de peur de mettre la petite en danger. Mais il la voyait à travers la vitre, il avait l’impression qu’elle avait grandie et les infirmières lui ont dit qu’elle était très forte et que ses fonctions vitales s’étaient stabilisées.
 
Aux urgences, les médecins avaient désinfectés sa cicatrice et avaient refait un pansement mais rien de grave. Elle s’est donc mit dans la tête qu’elle voulait rentrer chez elle. Malgré leurs arguments pour la faire rester, ils avaient fini par céder, Nicolas ne pouvait pas s’empêcher de rigoler devant l’air abattu du médecin. Finalement il lui avait fait une ordonnance pour son traitement et une infirmière à domicile passerait tous les jours pour le pansement.
 
Il arrivait avec le fauteuil, Nicolas lui raconta qu’elle pouvait repartir avec eux malgré l’avis négatif des médecins, il avait donc laissé Christian dans la salle d’attente le temps d’aller chercher ses affaires dans la chambre. Il ne la voyait pas mais il l’entendait, au son de sa voix, un immense sourire se dessina sur son visage et il sorti de la salle pour la rejoindre dans le couloir
 
Johanna : N’insistez pas, je rentre chez moi, vous voyez l’homme là-bas, j’ai bien l’intention de dormir avec lui ce soir et plus si affinité, quoique vous disiez
 
Christian : Johanna, tu exagères
 
Elle passa sur son fauteuil et ils partirent tous les 2 voir Sabile.
 
 
 
Houston, au ranch
 
Elle venait de recevoir un appel de Nicolas qui l’informait qu’il revenait avec Johanna, il lui avait expliqué ce qui s’était passé, elle était encore toute retournée mais heureuse qu’ils soient tous sain et sauf. Etienne l’avait informé du passage d’Agnès et de Linda, il lui avait dit qu’elles repasseraient dans la soirée. Linda plus le petit elle avait peur que ça fasse beaucoup pour son amie qui avait déjà assez de souci comme ça.
 
Ils se garaient devant la maison, elle était vraiment impatiente de retrouver sa maison, l’hôpital commençait à devenir étouffant, même si elle était proche de sa fille, elle était quand même heureuse de retrouver ses amis. Nicolas installa
son siège près de sa portière et l’aida à descendre. Une grand sourire illuminait son visage jusqu’au moment où elle vit Hélène sur le perron avec un petit garçon dans les bras. Elle ne l’avait vu que quelques secondes mais elle le reconnaissait très bien.
 
Quand il descendit et qu’il vit Hélène avec Lorenzo dans les bras, il s’étonna tout d’abord, pourquoi Thérèse n’était-elle pas venu le chercher ? Puis il s’inquiéta, en voyant le visage de Johanna changé d’expression en quelques secondes.
 
 
En France, à Paris
 
Il ne l’avait pas lâché depuis son arrivée, elle était blottie au creux de ses bras, il l’avait senti se dépendre, comme si elle était enfin en sécurité. John lui avait parlé de l’invitation d’Hélène à les rejoindre, mais elle ne se sentait pas encore prête à tout leur raconter, et il ne la forcerait pas. Il se demandait quand même ce qui avait bien pu lui arriver pour qu’elle soit dans cet état mais elle lui parlerait quand elle en ressentirait le besoin. Il avait compris en voyant John agir avec elle qu’elle avait dû traverser des épreuves terribles.
 
 
En France, à Toulouse
 
Ils venaient d’acheter les billets, Adeline savaient que ses amis seraient heureux de la revoir. Elle pensa quand même à les appeler
 
Johanna : Allo
 
Adeline : C’est pas vrai, tu es rentrée, comment vas la petite ?
 
Johanna : Adeline, ça me fait plaisir de t’entendre, elle se bat, mais elle est très forte tu sais
 
Adeline : Eh c’est normal, elle est Toulousaine cette petite
 
Johanna : Et Texane ! Et toi, quoi de neuf ?
 
Adeline : Nous on va bien, on avait envie de venir vous voir, c’est possible ?
 
Johanna : Eh comment, je ne vais rien dire aux autres, ça sera la surprise, je suis trop contente de vous revoir.
 
 
Houston, au ranch
 
Elle venait de raccrocher, Hélène était dans la cuisine avec Christian et Nicolas. Elle se retourna et vit Cathy derrière elle qui semblait avoir quelque chose à lui demander.
 
Cathy : Tu as 2 minutes s’il te plait ?
 
Johanna : Euh … Oui, mais pas plus, j’aimerais bien savoir pourquoi le petit est encore là
 
Cathy : José aimerait bien venir nous voir
 
Johanna : Mais c’est une bonne nouvelle, mais tu sais, on est chez nous, tu n’as pas à avoir mon accord pour faire venir quelqu’un
 
Cathy : Euh … C’est délicat, il n’est plus seul
 
Johanna : Oui, je sais il est avec Nathalie
 
Cathy : Non, ils sont séparés et en fait il est avec Béné
 
Johanna : OH MAIS QUELLE BONNE IDEE, ON VA POUVOIR FAIRE UN CLAN AU BOUT D’UN MOMENT, MANQUE PLUS QUE LINDA.
 
En l’entendant crier, ils avaient tous débarqué dans le salon, inquiets pour elle. Ils furent soulagés de la trouver avec Cathy mais se posaient quand même pas mal de question.
 
Christian : Qu’est-ce qui se passe mon bébé ?
 
Johanna : Tu vas être content, tu vas pouvoir former un harem
 
Elle était partie en colère, en le laissant planté là.
 
Hélène : Bah Cathy, qu’est-ce qui se passe ?
 
Cathy : José et Béné veulent venir nous voir
 
Hélène : Oh, d’accord, je comprends, merde, et Linda qui débarque tout à l’heure
 
Christian : Quoi ? Mais c’est pas vrai, vous voulez ma mort
 
Hélène : Désolé Chris, je ne pouvais deviner que tout arriverait en même temps.
 
 
En France, en Bretagne
 
Cathy venait d’appeler pour lui dire qu’ils pouvaient venir quelques jours. José aurait bien eu envie de rester là-bas mais vu la réaction de Johanna, il valait peut-être mieux qu’ils ne prévoient que des vacances pour l’instant.
 
 
En France, à Paris
 
 
Il venait d’avoir Agnès au téléphone pour l’informer qu’il venait la rejoindre accompagné de Laly et Sébastien, ils avaient besoin de se retrouver tous les 2, c’est pourquoi il passait ces journées au studio en ce moment.
 
Elle se réveilla dans ses bras, en levant les yeux il la regardait avec un très beau sourire sur les lèvres, elle devait
lui raconter sa vie depuis son départ mais elle ne savait pas comment lui annoncer pour le bébé, alors les mots n’arrivaient pas à sortir. Elle savait qu’elle lui devait des explications, elle n’avait pas pu faire l’amour avec depuis leur retrouvailles. Elle savait qu’il ne lui ferait pas de mal mais elle ne supportait les mains d’un homme sur son corps, elle avait la sensation que sa peau prenait feu.
 
 
En France, à Toulouse
 
 
Elle n’avait pas été rassurée au début quand il lui avait dit qu’il était parti avant la fin de son traitement, mais elle devait quand même reconnaitre que depuis qu’ils avaient acheté les billets, il était enfin redevenu le Christophe adorable qu’elle avait tant aimé. Elle était impatiente de revoir son cousin et faire la connaissance de sa petite cousine.
 
 
Il était assis en train de donner à manger à Laura, des larmes coulaient sur ses joues, il avait failli perdre ces petits instants de bonheur pour une saloperie de drogue. Ses amis lui manquaient vraiment, les revoir allait le ressourcer pour pouvoir reprendre ses esprits et avec un peu de chance, Adeline accepterait de rester avec eux. Il savait que les garçons avaient reformé un groupe, avec un peu de chance, il pourrait refaire de la musique.
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Sam 18 Avr - 20:35 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Paulinebris a écrit:
Mais elle l'a reconnu et c'est bien Ariel et en ce qui concerne Thérèse, j'en ai pas encore fini avec elle. 
Paulinebris a écrit:
Houston, au ranch
 
Elle venait de raccrocher avec John et ne pouvait pas s’empêcher d’afficher un grand sourire sur son visage. Elle entendit la sonnerie de la porte, prit Lorenzo qui venait de se réveiller dans ses bras et se dirigea vers la porte. Elle ouvrit et se retrouva devant
un couple et une jeune fille. Elle avait reconnu la femme mais préféra l’ignorer et se retourna vers l’homme.
 







Merci, Pauline, j'y ai pas prete attention, probablement.  Embarassed  


J'ai beaucoup aime le dernier chapitre. J'imagine comment Johanna se sent mal avec toutes les ex de Christian qui arrivent l'un apres l'autre et ca doit etre dur pour lui aussi, mais leur amour va les aider. 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Sam 18 Avr - 23:12 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Houston, au ranch
 
 
Elle était dans la chambre, à la fenêtre, les yeux dans le vide, ça lui brisait le cœur à chaque fois qu’il la voyait souffrir à cause de lui. Son passé le rattrapait au galop, et il n’y pouvait rien y faire, à part assumer, il n’avait pas d’autre solution.
 
Elle l’avait entendu entrer, il ne disait rien et au fond d’elle elle n’était pas sûre d’avoir envie de l’entendre.
 
Christian : Eh bébé, ça va ?
 
Johanna : Hum
 
Christian : Je sais que cette situation est difficile pour toi mais je t’aime mon amour, et toi et Sabile êtes ma seule raison de vivre. Tu as réfléchit à ma demande ?
 
Johanna : Je ne sais pas si j’aurais le courage de voir toutes ces femmes tourner autour de toi
 
Christian : Johanna, Thérèse est repartie en France, elle a abandonné Lorenzo, je ne peux pas le laisser tout seul quand même
 
Johanna : Quoi, elle a abandonné son fils ?
 
Christian : Oui, elle me le laisse
 
Johanna : C’est pas normal, elle nous mijote quelque chose celle-là
 
Christian : Je ne sais pas, elle me dit juste qu’elle n’a pas les moyens de s’occuper de lui. Et en ce qui concerne Béné, elle est avec José et c’était il y a plus de 4 ans, un coup de cœur qui n’a pas duré, on est amis aujourd’hui, et ça ne changera pas, je te jure
 
Johanna : J’ai peut-être réagit trop vite, mais dans le fond, Béné est mon amie aussi et je l’apprécie beaucoup mais quand je la vois, je ne peux pas m’empêcher de l’imaginer dans tes bras
 
Christian : Je te jure qu’il n’y a plus rien du tout à part de l’amitié entre nous
 
Johanna : Je te crois
 
Christian : Par contre, s’il te plait ne te mets pas en colère, mais Hélène vient de me dire que … que
 
Johanna : Que ?
 
Christian : Agnès et Linda doivent passer ce soir
 
Johanna : Linda ?
 
Christian : Oui, je suis désolé mon amour, si tu veux on peut sortir ce soir ?
 
Johanna : Non, je dois aller voir les nouveaux locataires
 
Christian : Euh, je ne crois pas que ça soit le moment
 
Johanna : Bah pourquoi ?
 
Christian : Euh … Bah … En fait …
 
Johanna : Bon, tu accouches, qu’est-ce qui se passe avec les locataires
 
Christian : Hélène les a reçus, et euh … en fait euh …
 
Johanna : Bon Christian, je commence vraiment à perdre patience là.
 
Christian : Mme Greyson, c’est Arielle
 
Johanna : What ? No, no, no, no, no, c’est pas possible, tu vas toutes me les ramener toi. Sors, sors de là, vite, dégages
 
Christian : Johanna, s’il te plait
 
Johanna : DEGAGES
 
 
Houston, centre-ville
 
Elle avait prévenu Linda qu’elle restait ici finalement pour attendre John. Elle avait été surprise quand elle lui avait répondu qu’elle restait aussi.
 
Elle était dans sa chambre, elle n’avait personne qui l’attendait, Agnès lui avait raconté pour Johanna, elle avait donc mit sa plus belle robe, il ne pourrait pas résister entre elle et une handicapé.
 
 
En France, à Paris
 
Elle était contente que Jeanne les accompagne, son contrat arrivait à la fin et elle devait libérer son logement dans 2 mois, personne ne l’attendait, elle n’avait plus de famille, son frère était en prison et sa sœur elle ne la voyait jamais. Elle se souvient encore de son sourire quand elle lui avait proposé de les accompagner.
 
 
En France, en Bretagne
 
Il avait été surprit de le retrouver ici, dans ses souvenirs, il avait une boutique d’art dans Paris. Ils avaient parlé une bonne partie de la nuit, ils avaient fait remontés leurs souvenirs à la surface, ça lui avait fait du bien, et il avait été ravi de voir que Béné l’appréciait. Franck son cousin, avait suivi une fille jusqu’en Bretagne et celle-ci l’avait mis à la porte quelques jours après son arrivée.
 
 
Houston, à l’hôpital
 
Nicolas l’avait déposé et devait passer la reprendre dans 1h00, elle était près de sa fille, les larmes aux yeux. La petite allait de mieux en mieux, elle avait pu la prendre quelques minutes. Elle savait que Christian n’y était pour rien dans le retour de toutes ces femmes, mais elle avait tellement souffert à cause d’elles toutes, qu’elle avait toutes ses douleurs qui revenaient en même temps. Elle avait refusé sa demande pour l’instant, et finalement, elle n’avait peut-être pas eu tort.
 
 
Houston, au ranch
 
Elle n’avait pas voulu qu’il l’accompagne, il avait confiance en Nicolas et savait que son ami prendrait soin d’elle. Il était avec Lorenzo dans le salon, il le regardait et avait encore du mal à se dire que c’était son fils, son sang qui coulait en ce petit bonhomme.
 
Elle était dans la cuisine, en train de boire un thé, elle appréhendait beaucoup l’arrivée de Linda, cette dernière n’était pas très bien lors de son départ, elle espère qu’elle n’allait pas trop en vouloir à Christian d’être parti comme ça, son ami avait déjà assez payé pour son erreur. Elle fut sortie de sa rêverie par la sonnerie de la porte.
 
Elles étaient devant la porte, Agnès ignorait ce qui s’était passé entre ses amis et Linda, elle avait été surprise que celle-ci s’habille de cette façon pour leur rendre visite.
 
S’il était là, et elle l’espérait, elle devait mettre le paquet, sa réaction lorsqu’elle lui avait annoncé sa grossesse l’avait beaucoup affecté mais elle lui avait pardonné et elle pouvait encore lui faire des enfants alors que Johanna ne pourrait plus.
 
Hélène : Les filles, ça fait plaisir de vous revoir.
 
Agnès : Moi aussi, et j’ai une bonne nouvelle, John, Laly et Sébastien arrivent demain.
 
Hélène : Ma Laly, il va falloir qu’on s’occupe d’elle maintenant, mais entrez, ne restez pas sur le palier.
 
Linda : Tu es toute seule ?
 
Hélène : Non, il y a Cathy et Etienne mais vous ne les connaissez pas, et Chris est là aussi mais je lui ai dit de ne pas venir, je ne savais pas si tu étais prête à le voir
 
Linda : Mais si, dis-lui de venir, ça me fera plaisir de le revoir
 
Agnès : Et Johanna, elle est là ?
 
Hélène : Euh, non, elle est à l’hôpital avec sa petite puce.
 
 
Il la voyait depuis le salon, elle était toujours aussi belle, le temps n’avait eu d’emprise sur sa beauté. Il se rappela des moments passé avec elle, et même s’il l’avait quitté pour Johanna, il avait toujours eu beaucoup d’affection pour elle, elle avait été très importante dans sa vie. Il entendit Hélène l’appeler et se dirigeait maintenant vers la cuisine.
 
Linda : Bonjour Christian
 
Christian : Bonjour, ça fait plaisir de vous voir toutes les 2
 
 
Elle s’était approché de lui pour  lui faire une bise qui dura plus longtemps que la normale, elle avait vu son regard briller quand il l’avait regardé. Il respirait son odeur, toujours le même parfum, il se rappelait de la sensation qu’il lui faisait à l’époque, et encore aujourd’hui, il ressenti un frisson parcourir son dos. Comment arrivait-elle encore à avoir ce pouvoir sur lui alors qu’il aimait profondément Johanna
 
Ils avaient parlé une bonne partie de la soirée, ils n’avaient pas vu l’heure passer, Linda était assise à côté de Christian et avait sa main posé sur son bras.
 
 
En France, à Paris
 
Ils avaient pris le train jusqu’à Paris parce qu’un vol direct pour les Etats-Unis ne se faisait que de Paris. Laura dormait dans sa poussette, ils s’étaient vite aperçus que voyager avec un bébé n’était pas de tout repos, mais Christophe avait l’air d’avoir la situation en main et ça la rassurait.
 
Ils venaient d’arriver à l’aéroport, Franck avait décidé de venir avec eux, ils avaient eu Cathy au téléphone qui leur avaient assuré que le ranch était assez grand pour eux tous et qu’il était le bienvenue. Ils avaient roulé toute la nuit et avaient 2h00 d’avance.
 
John était passé chercher Jeanne, il attendait avec elle à l’entrée de l’aéroport, ils avaient eu Hélène au téléphone qui leur avaient assuré que le ranch était assez grand pour tous les accueillir.
 
Ils arrivèrent tous dans la salle d’attente, José se tourna et vit Laly au loin.
 
 
José : C’est pas vrai Laly, mais qu’est-ce que tu fais là ? Et Seb ?
 
Laly : José, ça fait plaisir de te revoir, Béné, toi aussi, on va chez Johanna et vous ?
 
José : Nous aussi, je te présente Franck, mon cousin
 
Sébastien : Enchanté, on part tous alors, regardez, il y a Adeline là-bas
 
José : C’est pas vrai, Adeline, Tof, on est là
 
Adeline : Mais qu’est-ce que vous faites tous là ?
 
José : On part tous chez Johanna
 
Christophe : Nous aussi
 
Ils montèrent tous dans l’avion, heureux de s’être retrouvés.
 
 
Houston, au ranch
 
Ils venaient d’arriver, il l’aida à descendre de la voiture. Elle se dirigea vers la maison, elle les entendait déjà rigoler. En entrant, elle remarqua tout de suite, la main sur le bras de Christian, il la regardait avec des yeux tellement admiratif qu’il ne l’avait pas entendu arriver.
 
En voyant Hélène se figer, il se retourna et la vit devant la porte, elle fixait la main de Linda sur lui, il retira vite son bras, mais savait que s’était trop tard, il se leva et se dirigea vers elle mais en le voyant faire, elle était partie s’enfermer dans la chambre.
 
Elle était gênée, son amie devait souffrir et elle ne lui avait pas parlé depuis un moment maintenant, elle laissa les 2 filles avec Nicolas qui venait d’arriver et se dirigea vers la chambre de son amie. Elle vit Christian frapper à la porte pour qu’elle ouvre. Elle lui fit signe de partir et de la laisser seule avec elle.
 
Hélène : Johanna, c’est Hélène, je suis seule, tu peux ouvrir
 
Johanna : Oui, entre
 
Hélène : Ca fait longtemps qu’on n’a pas parlé toutes les 2
 
Johanna : C’est vrai, avec tout ça on ne se voit plus beaucoup
 
Hélène : N’en veux pas à Chris pour tout ce qui arrive, il est dépassé lui aussi par la situation
 
Johanna : J’ai vu ça, il avait l’air totalement dépassé par Linda, ça devait être un rire nerveux alors.
 
Hélène : Ne le prend pas comme ça, on a parlé du bon vieux temps c’est tout
 
Johanna : C’est vrai qu’il en pas mal de bon temps avec elle
 
Hélène : C’est pas vrai, tu es têtue
 
Johanna : Tu ne le savais pas encore
 
Hélène : Il t’aime c’est le principal non ?
 
Johanna : Ecoutes, je sais que je peux tout te dire, alors voilà, Christian m’a demandé de l’épouser
 
Hélène : C’est génial, vous vous mariez quand ?
 
Johanna : J’ai pas accepté
 
Hélène : Mais, pourquoi ? Tu l’aimes aussi pourtant ?
 
Johanna : Oui, enfin, oui, si bien sûr mais je ne sais pas si nos vies sont vraiment faites pour être unies, et puis je suis stérile et je vois toutes ces femmes qui peuvent lui donner un enfant tourner autour de lui.
 
Hélène : Tu crois qu’il t’aime parce que tu es féconde, franchement Joh, tu le connais, il est heureux d’avoir une fille mais il ne s’arrête pas à ça
 
Johanna : Oui, je sais mais j’ai pas l’impression qu’on peut aller très loin tous les 2, à chaque fois qu’on pourrait, il y a une catastrophe qui arrive, comme pour nous dire stop.
 
Hélène : Mais non, c’est des coïncidences, c’est tout.
 
Johanna : Ouai, bof, je ne sais plus, j’ai besoin d’un break avec lui, j’ai besoin de faire un point sur mes sentiments.
 
 
Houston, aéroport
 
Elle était venu chercher ses amis avec Nicolas, elle avait tellement hâte de les revoir et de faire la connaissance de la petite aussi.
 
Elle était venue, accompagner d’Etienne pour récupérer, Béné, José et son cousin. Une boule s’était formée dans sa gorge, elle appréhendait de revoir Bénédicte, elles étaient toutes les 2 enceintes du même homme.
 
Elle était venue chercher ses amis, Agnès l’avait retrouvée devant l’entrée pour attendre John. Elle était heureuse de pouvoir serrer Laly dans ses bras, elle avait dû traverser des moments difficiles et avait besoin d’elle. Laly l’avait appelé pour lui dire qu’une amie venait aussi, elle lui avait raconté un peu leur rencontre et elle était très reconnaissante vis-à-vis de cette jeune femme qui avait tendu la main à son amie.
 
 
Houston, au ranch
 
Christian venait de coucher Lorenzo, ses amis étaient tous partis faire une course, il se retrouvait seul à la maison. On sonna à la porte. Une jeune fille, brune le regardait les yeux remplis de larmes.
 
Christian : Bonsoir, je peux vous aider.
 
Jeune fille : Oui, je me suis perdu, je viens d’emménager avec mes parents et je ne sais plus où est la maison.
 
Christian : Et tu connais l’adresse ?
 
Jeune fille : Non, mais je sais que mes parents louent la maison à une dame qui habite ici
 
Christian : Ah, tu es la fille d’Arielle certainement
 
Jeune fille : Oui, je m’appelle Fanny, mais vous connaissez ma mère ?
 
Christian : Oui, un peu mais entre, je ne peux pas te raccompagner pour l’instant, je ne peux pas laisser mon fils seul, mais mes amis ne vont pas tarder.
 
 
En voulant entrer, elle venait de trébucher et se retrouva dans les bras de Christian, ils se regardaient dans les yeux et suivant une pulsion, elle l’avait embrassé.
 
Il lui rendit son baiser, mais la repoussa au bout de quelques secondes. Gêné, il n’osa plus la regarder.
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Dim 19 Avr - 09:28 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Ah non, pas Fanny aussi! Comment est-ce qu'ils ont pu en arriver la, nos chouchous? Johanna a tente de mettre une fin a ses jours car ils n'etaient plus ensemble, Christian avait perdu tout force pour se battre quand il etait en prison et tout ca, car comme le titre dit, ils ont besoin l'un de l'autre pour vivre. Et maintenant tout va mal, ils ont perdu un enfant, l'autre est encore a l'hopital, Johanna est handicappee et toutes les femmes du passe de Christian debarquent l'un apres l'autre. Ca les dechire de plus en plus. Je crois que Christian doit etre claire avec toutes ces femmes que c'est Johanna qu'il aime et personne d'autre. Il m'a decu avec sa reaction en voyant Linda et aussi dans la derniere scene du chapitre. 
_________________


Revenir en haut
LADY GABY
RST Actif

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 1 291
Localisation: alsace
Féminin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 19 Avr - 17:38 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Mort de Rire je plains le Christian!


Linda ne le laisse pas indifférent visiblement... Fanny, non plus!


Bon j'attends la rencontre nico/jeanne (j'adore ce couple lol)
_________________

Merci Zel^^


Revenir en haut
Audrey16480
Newbie RST

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2014
Messages: 15
Localisation: charente
Féminin

MessagePosté le: Mar 28 Avr - 15:10 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Une petite suite peut être?! Tu écris très bien 

Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mer 29 Avr - 05:53 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Oui, une petite suite, merci pour vos commentaires encourageants !!
 
Houston, à l’aéroport
 
 
Ils s’étaient tous retrouvés au débarquement de l’avion, tous se sont tombés dans les bras à part Johanna et Bénédicte, cette-dernière ne savait pas comment réagir avec elle, est-ce qu’elle lui avait pardonné sa relation avec Christian ? Elle l’espérait.
 
Elle pensait encore lui en vouloir mais elle était vraiment heureuse de la revoir. Elle s’approcha d’elle, étonnée de la voir enceinte.
 
Johanna : Bonjour, ma Béné, comment vas-tu ?
 
Bénédicte : Ca va et toi ? Tu sais Johanna, si tu n’avais pas voulu que je vienne, j’aurais compris
 
Johanna : C’est vrai, je ne voulais pas de toi ici mais je suis si heureuse de te revoir
 
Bénédicte : Tu m’as beaucoup manqué tu sais, j’aimerais beaucoup qu’on prenne le temps de parler  toi et moi
 
Johanna : Je préférerais plutôt qu’on laisse tout ça derrière nous et qu’on reconstruise tous cette belle amitié qui nous unissait jusqu’à maintenant.
 
Ils prirent tous la direction du ranch. Heureux et excités par ces retrouvailles surprises
 
 
Houston, au ranch
 
 
Ils étaient tous les 2 assis autour de la table, aucun n’osaient parler de ce qui venait de se passer, un silence pesant s’était installé pourtant, ils n’avaient pas le courage de le brisé.
 
Les voitures venaient de se garer devant le ranch, il se leva, heureux que ses amis soient de retour. Il alla sur le perron, et vit tous ses amis réunis, avec étonnement, il s’approcha de sa cousine. Ils se regardèrent pendant un moment sans qu’aucun ne parle et ils se tombèrent dans les bras.
 
Elle le regardait par la fenêtre, avec cette femme qu’il serrait dans ses bras, certainement sa copine, ils avaient l’air très proche. Elle le connaissait à peine et pourtant, un sentiment de Jalousie commença à l’envahir.
 
Les amis étaient tous réunis dans le salon en train de chercher une solution pour pouvoir tous dormir ici, il leur manquait 2 chambres visiblement.
 
Christian sortie avec Fanny pour la raccompagner, ils avançaient sans parler, Johanna qui avait des papiers à remettre à son père décida de les rattraper. Une fois dehors, elle les aperçu au loin à travers les champs, elle ne pouvait pas y accéder avec son fauteuil, elle devait faire le tour par le chemin.
 
Ils étaient devant la porte de la maison, elle le remercia et une force indescriptible les avait rapprochés, il savait qu’il ne devait pas mais leurs visages étaient maintenant qu’à quelques millimètres, il sentait son souffle sur lui. Il se rapprocha et colla ses lèvres aux siennes, dans un baiser qui devint vite passionné.
 
Elle s’était arrêté derrière le portail, elle les voyait très bien d’où elle était, ils s’embrassaient, en premier, elle avait voulu intervenir pour mettre fin à ce baiser et puis finalement, en versant des larmes, elle fit demi-tour et reprit le chemin du ranch pour retrouver ses amis.
 
Il arriva ¼ d’heure après elle, il les retrouva devant un verre dans le salon en grande discussion, il n’était pas en paix avec ce qu’il venait de faire, elle n’avait que 17 ans et lui n’était pas loin de la trentaine, c’était encore une gamine en plus il était sorti avec sa mère, mais il ne savait pas comment expliquer cette attirance incontrôlable qu’il ressentait quand elle était près de lui.
 
 
Au ranch, chambre de Johanna et Christian
 
Depuis ils étaient seuls, elle ne lui avait pas adressé la parole, il la regardait se changer et se coucher, elle ne voulait pas de son aide. Il ne comprenait pas pourquoi elle ne lui parlait pas alors il se coucha près d’elle et l’enlaça. Elle le repoussa avec violence.
 
Johanna : Je te laisse dormir là parce que je ne veux pas que les autres sachent mais tu restes de ton côté et tu ne m’approches plus c’est bien claire ?
 
Christian : Mais, qu’est-ce qui te prends ? Qu’est-ce que j’ai fait encore ?
 
Johanna : Non, mais sans déconner, tu n’es vraiment qu’un bel enfoiré en fait, je suis contente d’avoir ouvert les yeux. En fait, tu sais quoi j’en ai rien à faire des amis, tu dégages de ma chambre, tu n’as qu’à dormir avec ton fils ou dans le salon je m’en tape.
 
Christian : Mais enfin mon bébé, expliques toi, qu’est-ce que j’ai fait ?
 
Johanna : Tu te fous de moi là, t’es pas sérieux ?
 
Christian : Je te jure bébé, je ne sais pas ce que tu me reproches
 
Johanna : Alors le bébé tu oublies ça tout de suite, je ne suis plus ton bébé et je ne le serais plus jamais. Et si vraiment tu as besoin d’explications, je vais juste te dire que j’avais un papier à remettre aux nouveaux locataires, je vous ai suivis ce soir.
 
Christian : Ah … Mais, tu sais bien que je t’aime, je ne sais pas ce qui m’a pris ce soir, elle m’a embrassé et …
 
Johanna : Et rien du tout, j’en peux vraiment plus de tes explications à la noix, c’était la fois de trop Christian, alors à partir d’aujourd’hui, le seul lien qui nous unit encore c’est Sabile, c’est tout.
 
Christian : Mais Johanna, je t’aime, je ne peux pas vivre sans toi, bébé s’il te plait.
 
Johanna : Vas-t-en
 
Elle s’était tourné pour clore la discussion, il déposa un baiser sur son épaule et quitta la chambre. Il savait que cette fois-ci, il allait devoir ramer pour la récupérer.
 
 
Le lendemain au petit déjeuner
 
Hélène avait été surprise de trouver Christian dans le canapé en se levant mais n’avait pas voulu le réveiller, il avait dû pleurer, ses joues étaient encore marquées par les larmes.
 
Hormis Johanna et Christian, ils étaient tous réunis autour de la table, l’ambiance était très détendue ce matin, ils parlaient du temps de la fac, tous les bons souvenirs étaient au rendez-vous. Johanna arriva, elle avait revêtu une très belle robe qui lui faisait un corps superbe
 
 
Nicolas : Waouh, Johanna, tu as de la chance que je ne sois plus célibataire
 
José : Ouai, moi aussi, tu es splendide
 
Hélène : Ça va, on ne vous dérange pas ?
 
John : C’est pour nous tout ça ?
 
Johanna : Merci, mais ne vous inquiétez pas les filles, je vous laisse vos hommes, j’ai rendez-vous à l’hôpital.
 
Laly : Ah, mais je sais c’est pour le cricri d’amour tout ça
 
Johanna : Pas du tout Laly, d’ailleurs, vous allez vite le savoir, Christian et moi c’est terminé, définitivement cette fois-ci
 
Nicolas : Quoi ? Non, c’est pas possible
 
Etienne : Mais enfin Joh, il t’aime
 
Cathy : Mais pourquoi ?
 
Johanna : Parce qu’il m’a trompé une fois de trop, et j’ai fini par ouvrir les yeux, j’en ai marre d’être prise pour une conne
 
Adeline : Mais Etienne à raison, je sais qu’il t’aime mon cousin, il ne vit que pour toi
 
Johanna : Je suis désolée Adeline mais si vraiment il ne vivait que pour moi, il arrêterait de sauter sur tout ce qui porte une jupe
 
Nicolas : Mais qui ?
 
Johanna : La fille des nouveaux locataires, vous savez la fille de son ancienne maitresse
 
Christian : Johanna, s’il te plait, je n’ai rien fait avec cette fille à part la laisser m’embrasser, c’est une gamine
 
Johanna : Bon, comme je vous disais, j’ai rendez-vous, à ce soir les amis
 
 
Elle venait de partir, le laissant perdu sous le regard des autres. Il avait recommençait à pleurer.
 
Christian : Vous savez où elle va habillée comme ça ?
 
Hélène : A l’hôpital, il me semble qu’elle reprend sa rééducation ce matin
 
Christian : Elle ne m’a rien dit, de toute façon, depuis quelques temps, elle ne me dit plus rien
 
Adeline : Mais qu’est-ce qui t’as pris d’embrasser cette gamine toi aussi ?
 
Christian : Je ne sais pas, j’en sais rien. Elle m’a embrassé et j’ai pas résisté, mais j’aime Johanna, je l’aime vraiment.
 
 
Houston, à l’hôpital
 
Avant de se rendre à sa rééducation, Johanna était passée voir sa fille, elle avait vu le pédiatre qui était de plus en plus confiant, la petite faisait de gros efforts jour après jour. Elle avait pu la prendre dans ses bras quelques minutes.
 
Malgré la colère et le dégout qu’elle ressentait pour Christian, elle lui était quand même très reconnaissante pour ce magnifique cadeau.
 
 
Houston, centre-ville
 
Cathy et Etienne les avaient accompagnés pour une grande visite de la ville, ils étaient tous assis dans un café, les bras remplis de paquets. Elle ne savait pas comment se comporter avec Bénédicte, elle n’imaginait pas lui demander comment se passait sa grossesse, elle n’osait plus la regarder et ressentait une très forte jalousie à chaque fois qu’Etienne lui parlait ou avait une attention pour elle. La vie près d’elle allait devenir insupportable, elle le savait, quand l’enfant serait né, Etienne devra se rapprocher d’elle et elle n’aurait pas le courage de le supporter.
 
Elle l’avait trouvé vraiment très beau, depuis qu’elle l’avait vu, elle n’arrivait pas à se concentrer, son visage était sans arrêt devant ses yeux, elle avait pensé à lui toute la nuit, comment à son âge elle pouvait encore ressentir ça ? Il avait une fiancée, il allait être papa et pourtant, cet homme la fascinait.
 
Elle ressentait le mal être de Cathy, elle ne savait pas comment se comporter avec elle. Elle avait pensé en venant que tout était réglé entre elle, mais elle était loin de se douter que les retrouvailles seraient aussi froides, elle sentait son regard posé sur son ventre quand elle pensait ne pas être vu, elle voyait son regard fuir dès qu’elle voulait la regardait. Et surtout, elle sentait son amie se raidir dès qu’Etienne lui parlait.
 
Elle était heureuse de le voir rire depuis leur arrivée, elle avait eu peur quand il lui avait annoncé qu’il avait quitté le centre sans l’avis de médecins, mais elle devait reconnaitre que depuis leur décision de venir les retrouver, il était redevenu l’homme qu’elle avait aimé, l’homme tendre et attentionné qui faisait son bonheur.
 
Elle était déçue que Linda n’est pas voulu les accompagner, elle avait remarqué son attitude face à Christian, elles n’étaient pas les meilleures amies du monde mais elle la connaissait quand même très bien, elle savait que quand elle se comportait comme c’est qu’elle attendait quelque chose en retour et toute cette situation ne présageait rien de bon.
 
 
Houston, maison de location
 
Elle avait passé sa nuit à penser à leur baiser, cet homme l’avait fasciné dès qu’elle l’avait vu,  elle le trouvait tellement craquant. Son père et sa mère étaient encore en train de s’engueuler, depuis qu’ils s’étaient remis ensemble, après leur rupture à cause du salopard de batteur comme disait son père, ses parents n’avaient plus jamais été les mêmes, ils ne se supportaient plus. Elle se dirigea vers la fenêtre, sortie et prit la direction du ranch.
 
 
Houston, au ranch
 
Hélène et Nicolas étaient dans le bureau pour gérer les prochains achats, Christian venait de coucher Lorenzo et était redescendu dans la cuisine avec Linda.
 
Il entendait cette femme qu’il avait cru aimer lui parlait mais il n’écoutait pas un mot de ce qu’elle lui disait, il ne pensait qu’à elle, encore une fois, il avait fait l’idiot, encore une fois il la faisait souffrir, il tenait à elle pourtant, elle était toute sa vie, mais il ne savait pas pourquoi il ne pouvait s’empêcher de lui faire du mal, elle avait traversé tellement d’épreuves déjà qu’il se demandait si il la méritait vraiment. Est-ce qu’il devait se battre pour essayer de la récupérer ? Ne ferait-il pas mieux de la laisser en paix et de s’éloigner d’elle ?
 
Il fut sorti de ses pensées par la sonnerie de la porte. Il alla ouvrir, devant la personne qui lui faisait face, il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir troublé, pourquoi cette fille lui faisait-elle autant d’effets ?
 
Christian : Ah, Fanny, que me vaut le plaisir de ta visite ?
 
Fanny : Je m’ennuyais et j’avais très envie de te revoir, tu ne m’embrasses pas ?
 
Christian : Euh écoutes, j’ai déjà quelqu’un dans ma vie et je l’aime, ce qui s’est passé hier soir, c’était une erreur, une grosse erreur et ça ne se reproduira plus.
 
Fanny : Mais pourtant, je ne suis pas folle, j’ai bien senti que tu en avais envie autant que moi ?
 
Christian : Oui, peut-être, mais c’était une erreur, juste une erreur.
 
Fanny : Je peux entrer quand même ?
 
Christian : Bien sûr, je suis avec une amie dans la cuisine, entres, tu veux boire quelque chose ?
 
Il se retrouva entre Linda et Fanny qui discutait et il ne se sentait pas à sa place, il ne les écoutait même pas, il était de nouveau reparti dans ses pensées.
 
 
Houston, à l’hôpital
 
Elle avait fait de gros progrès, durant toute la séance, elle n’avait utilisé que les béquilles, les kinés étaient assez impressionné par ses efforts. Malgré sa colère, elle n’avait qu’une envie, partagé ce moment de bonheur avec lui, l’homme de sa vie.
 
 
Houston, en centre-ville.
 
Ils avaient quitté le bar et se dirigeaient  vers le ranch.  Quand tout à coup, Bénédicte fut prise de violent maux de ventre, l’empêchant d’avancer. Etienne et José étaient auprès d’elle, Adeline avait appelé des secours et ils les attendaient inquiets.
 
Les secours étaient arrivés juste au moment où elle commençait à perdre beaucoup de sang. Elle avait été conduite d’urgence à l’hôpital le plus proche, accompagnée de José et suivit en voiture par les autres.
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Mer 29 Avr - 10:27 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Quel petit crétin  Twisted Evil
Il commence sérieusement à m'agacer Christian à accumuler les conneries ainsi. Je comprends que Johanna ne veuille plus entendre parler de lui. 


Je le sens mal pour Cathy et Etienne aussi  Shocked
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mer 29 Avr - 13:16 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Christian cherche vraiment le bâton pour se faire battre.  Evil or Very Mad
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mer 29 Avr - 17:36 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Oui, il m'agace moi aussi. Bon, s'il a seulement embrasse Fanny, comme il dit et s'il pense a Johanna au point de ne pas ecouter ce que Linda lui dit, peut-etre, il y a encore de l'espoir. 

Benedicte est en train de faire une fausse couche, on dirait. L'attitude de Linda, m'inquiete, moi aussi. 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 30 Avr - 06:48 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Houston, à l’hôpital
 
Médecin : Je suis désolé madame, le cœur ne bat plus, nous allons devoir vous accoucher rapidement, vous avez une sérieuse hémorragie.
 
Elle était effondré, et sans trop savoir pourquoi, lui aussi, ça n’était pas son enfant mais il devait reconnaitre qu’il avait commencé à s’attacher à cet enfant, il rêvait souvent la nuit des moments qu’ils pourraient partager tous les 3.
 
Elle avait été conduite en salle de travail, l’accouchement avait été déclenché sous péridurale et José avait été autorisé à l’accompagner. Elle avait dû pousser pour mettre au monde cette enfant qu’elle n’entendrait jamais pousser son premier cri. Elle avait demandé à José de sortir quand la sage-femme lui avait déposé dans les bras, il était beau et semblait dormir, il paraissait si serein. Elle lui déposa un baiser sur le front et ne put retenir ses larmes plus longtemps, elle s’écroula en pleure en le serrant très fort contre son cœur.
 
 
Houston, au ranch
 
Elle avait le sourire, chose qui devait rare chez elle, le taxi l’avait déposé devant la porte, elle était entrée sans faire de bruit puisqu’elle se doutait que le fils de Christian devait dormir. Elle posa sa veste dans l’entrée et prit ses béquilles pour faire une surprise à ses amis. Elle entendait des voix de femmes provenant de la cuisine, elle se dirigea doucement vers la porte. Devant le spectacle qui se déroulait sous ses yeux, son sourire disparu rapidement, Christian assit entre Linda et la petite, cette dernière avait un bras posé sur le dossier de chaise de Christian et ce dernier ne semblait pas en être gêné.
 
Johanna : Je vois qu’on s’amuse bien ici
 
Christian : Mon amour, mais, … Tu es debout ?
 
Johanna : Tu devrais aller chercher ta mère, au moins le harem serait presque complet
 
Fanny : Ma mère ?
 
Christian : Johanna, tu penses que c’est le moment ?
 
Johanna : Pourquoi pas, tu as l’air heureux là entouré de tes maitresse, pourquoi pas inviter Arielle aussi, elle serait certainement ravie de te revoir.
 
Fanny : Mais … Comment ça ?
 
Johanna : Ah mais la pauvre chérie n’a pas l’air au courant, oh, c’est dommage, j’ai gaffé
 
Christian : Johanna, arrêtes
 
Johanna : Oui, j’arrête, tu as raison, il vaut mieux tout arrêter, par contre, tu es chez moi ici, alors je te laisse jusqu’à demain pour réunir toutes tes affaires et te casser d’ici, c’est bien clair ?
 
Christian : Attends, tu me fous à la porte ?
 
Johanna : Qu’il est perspicace, je suis épatée, vous voyez les filles, je vous le laisse, grande braderie aujourd’hui au ranch Mc Cormick. Et n’oublie pas ta batterie et ton gosse au passage
 
Fanny : Ta batterie ? Tu es batteur Christian ?
 
Johanna : Et oui, tu as de la chance, un musicien
 
Fanny : Tu veux dire que tu es le batteur pour lequel ma mère a quitté mon père ?
 
Alerté par les cris, Hélène et Nicolas venaient de les rejoindre
 
Hélène : Mais qu’est-ce qui se passe ici ? Joh, tu es debout ?
 
Johanna : Et oui, pas encore sans béquilles, mais ça va venir, j’ai confiance. Et pour répondre à ta première question, il ne se passe pas grand-chose, Christian était juste en train de nous annoncer son départ de la maison, par contre, il ne sait pas encore chez laquelle de ses maitresses il va aller.
 
Nicolas : Quoi, mais Christian, c’est quoi cette histoire ?
 
Christian : C’est pas une histoire, Johanna me met à la porte, je pars demain matin
 
Hélène : Ah non, Joh, je ne suis pas d’accord, en venant ici, on s’est tous mis d’accord sur le fait que tu ne sortirais jamais la carte de c’est chez moi, tu ne peux pas revenir sur ta parole.
 
Johanna : Oui, tu as raison Hélène, excusez-moi mais je vais m’allonger un peu. Ah et Christian si ça t’intéresse un peu, ta fille n’est pas morte
 
Christian : Non, mais ça va pas ? Qu’est-ce qui te prends de parler de Sabile comme ça ?
 
Nicolas : Johanna, mais ça va en ce moment, tu t’entends ?
 
Elle leur adressa à chacun un regard qui en disait long sur son état de colère et parti en direction de sa chambre. Une fois entrée, elle ferma la porte à clé et sorti sa valise, elle y mit toutes ses affaires, réserva une chambre d’hôtel et appela un service de taxi. 30 minutes plus tard, il était là. Elle mit la valise sur ses genoux et sortis discrètement de la maison.
 
 
Houston, à la maison de location
 
Elle était une fois de plus défoncée, il avait cru qu’en l’éloignant de la France, et de ses fournisseurs, elle allait se reprendre en main mais il s’apercevait que s’était peine perdu. Il ne l’aimait plus depuis longtemps mais il avait eu envie d’essayer pour sa fille, elle avait été tellement heureuse de voir ses parents se remettre ensemble qu’il ne voulait pas une fois de plus lui briser le cœur. Il avait un concert dans un bar de la ville le soir même, il allait pouvoir s’échapper d’ici pendant quelques heures et oublier le temps de la musique tout ce par quoi il passait à cause d’elle.
 
 
Houston, à l’hôpital
 
Il les avait tous prévenus qu’ils pouvaient rentrer, il resterait auprès d’elle. Une fois ses amis partis, il s’était laissé tomber le long du mur de la salle d’attente, les larmes coulaient sur ses joues, voir cet enfant auquel il était déjà attaché sa vie lui avait retourné le cœur, il avait envie de crier mais devait pourtant être fort pour elle, la femme de sa vie. Les médecins faisaient leur possible pour stopper l’hémorragie mais avaient dû la conduire au bloc pour l’opérer.
 
 
Houston, à l’hôtel
 
Elle avait réservé une suite pour être plus à l’aise avec son fauteuil, elle était maintenant assise dans le canapé, la tête entre les mains en pleurant sur tout son bonheur gâché. Elle aurait fait n’importe quoi pour cet homme, elle lui aurait même décroché la lune s’il lui avait demandé mais en échange, elle allait de déception en déception, il pouvait lui répéter à longueur de temps qu’il l’aimait, ça ne voulait rien dire, encore une fois, elle l’avait vu dans les bras d’une autre, comment pouvait-elle l’aimer autant après tout le mal qu’il lui avait fait.
 
 
Houston, au ranch
 
Il avait demandé aux filles de partir, il avait besoin d’être un peu seul. La fin de la discussion avec Johanna l’avait un peu rassuré, apparemment, s’il avait bien comprit, il n’était plus obligé de partir, il pouvait rester ici auprès d’elle.
 
Elle devait parler à son amie, elle avait tellement peur qu’elle refasse une bêtise, elle savait qu’à chaque fois qu’elle se disputait avec Christian, elle perdait une partie d’elle-même et pouvait faire n’importe quoi. En arrivant près de sa chambre, elle fût étonnée de voir la porte ouverte, en général, quand elle était en colère elle s’enfermait à clé et il lui fallait une bonne heure pour la convaincre de lui ouvrir. Personne, la pièce était vide, l’armoire était ouverte et elle était vide elle aussi. Elle n’avait pas pu faire ça quand même ?
 
Il était assis dehors, la tête baissée, à chaque fois que ses amis de disputaient, il ne pouvait s’empêcher de se replonger quelques temps plus tôt, Christian en prison et Johanna à l’hôpital, il les revoyait, malheureux l’un sans l’autre et ne pouvait supporter une fois de plus de les voir dans cet état. Il fut interrompu dans ses pensées par les voitures qui arrivaient.
 
Ils avaient les yeux rougis et gonflés, de toute évidence, ils avaient pleuré, ils étaient passé à côté de lui sans pour autant sembler le voir, seule Cathy était venu s’assoir près de lui.
 
Nicolas : Qu’est-ce qui vous arrive ?
 
Cathy : Je suis un monstre Nico
 
Nicolas : Non, mais ça ne va pas de dire ça, racontes moi ?
 
Cathy : C’est Bénédicte, elle a perdu son bébé
 
Nicolas : Quoi ? Mais c’est pas possible, qu’est-ce qui c’est passé ?
 
Cathy : C’est de ma faute, je lui en voulais tellement
 
Nicolas : Arrêtes, tu n’y es pour rien, mais comment c’est arrivé ?
 
Cathy : On s’est promené toute l’après-midi et au moment de rentrer, elle a eu de très forts maux de ventre, en arrivant à l’hôpital, elle faisait une hémorragie et le cœur du bébé ne battait plus.
 
Nicolas : Et José, il est où ?
 
Cathy : Il nous a demandé de partir, il voulait rester seul
 
Nicolas : Tu peux prévenir Hélène, je file à l’hôpital.
 
 
Houston, à l’hôpital
 
 
Elle était assise sur un muret devant l’entrée de l’hôpital, apparemment, ils étaient partis sans elle. Elle ne leur en voulait pas, la triste nouvelle qu’ils venaient d’apprendre les avait tous choqués. Elle espérait quand même que Laly se rende vite compte qu’elle l’avait oublié. Elle commença à sourire en voyant une voiture qui se garait sur le parking de l’hôpital. Son sourire se dissipa quand elle le vit sortir, il était tellement beau, il dégageait quelque chose de spécial, son cœur battait très fort quand il était près d’elle, elle bégayait et se comportait comme une idiote.
 
Nicolas : Jeanne, mais qu’est-ce que tu fais là ?
 
Jeanne : Je pense que les autres m’ont oublié
 
Nicolas : Comment ça oublié ?
 
Jeanne : j’étais parti chercher un café et ils sont partis entre temps mais je ne leur en veux pas, ils étaient tous tellement choqués.
 
Nicolas : Oui, encore une douloureuse épreuve à traverser. Et sinon, tu te plais au Texas ?
 
Jeanne : Oui, beaucoup et vous êtes tous tellement formidable.
 
Nicolas : Merci, mais je suppose que si Laly t’a invité c’est que tu es toi aussi quelqu’un de formidable.
 
Jeanne : Oh … Euh … C’est … Merci
 
Nicolas : Mais ne soit pas gênée, tu fais partis de la famille maintenant
 
Jeanne : Merci, et si j’ai bien compris, tu es le pilier de la famille ?
 
Nicolas : Le pilier ? Non, non, j’aime mes amis c’est tout, je le aide et ils me le rendent bien.
 
Jeanne : Oui, vous êtes très soudés, c’est agréable d’être entouré d’autant d’amour
 
Nicolas : Oui enfin en ce moment, l’amour n’a pas l’air d’être trop au rendez-vous mais le reste du temps oui, c’est agréable
 
Jeanne : Tu as des soucis avec Hélène ?
 
Nicolas : Non, Hélène et une fille formidable, personne n’a de soucis avec elle. Bon excuses moi, mais je vais aller voir José un peu, tu m’attends ou tu préfères que je t’appelle un taxi ?
 
Jeanne : Je vais t’attendre.
 
Houston, au ranch
 
Elle avait peur son amie, elle avait essayé de la joindre plusieurs fois sur son portable mais elle tombait directement sur sa messagerie, apparemment elle ne voulait parler à personne, elle espérait juste qu’elle en fasse pas de bêtise. Cathy venait de lui raconter pour Bénédicte, le sort s’acharnait sur eux, quand est-ce que tout ça allait s’arrêter ? Quand pourraient-ils enfin vivre heureux ? Elle devait maintenant prévenir Christian de la disparition de Johanna, ce dernier allait être dévasté, elle le savait.
 
Hélène : Chris, il faut que je te parle
 
Christian : Elle veut plus entendre parler de moi c’est ça ?
 
Hélène : Non, c’est pas ça, elle …
 
Christian : Attends, tu veux dire qu’en ramant un peu j’ai mes chances ?
 
Hélène : Laisses moi parler, elle est … enfin ce que j’essaye de te dire c’est que Johanna est …
 
Christian : Est quoi ? En colère ? Enervée ? Oui je m’en doute
 
Hélène : Non, Christian, elle est partie
 
Christian : Partie ? Mais comment ça partie ?
 
Hélène : Elle n’est plus là et ses affaires non plus
 
Christian : C’est à cause de moi tout ça hein ? Mais dis-le, je sais que tu le penses
 
Hélène : Je ne dirais rien, mais tu ne penses pas qu’elle avait assez souffert comme ça sans que tu te tape la fille de ton ex ?
 
Christian : Mais je ne me la suis pas tapé comme tu dis, elle m’a embrassé et je ne l’ai pas repoussé c’est tout
 
Hélène : Après tout ce qu’elle a dû traverser, tu aurais juste pu t’abstenir c’est tout
 
Christian : Et tu as essayé de l’appeler ?
 
Hélène : Oui mais elle est sur messagerie, je suis inquiète, j’espère qu’elle ne va pas refaire de bêtise, tu ne le mérite vraiment pas
 
Christian : Merci, vraiment merci pour ton soutien Hélène, tu crois pas que je me sens assez minable comme ça, sans que tu n’es besoin d’en rajouter ?
 
Hélène : Non, je ne pense pas. Je t’ai toujours soutenu Christian, j’ai toujours tout fait pour que tu sois heureux, mais là j’en ai marre, à part la faire souffrir, tu ne lui apportes rien de bien, quand je la retrouverais, je ne ferais rien qui pourrait être en ta faveur et j’espère qu’elle non plus.
 
Christian : Mais tu ne comprends pas que je l’aime, elle me coule dans les veine cette fille
 
Hélène : Ah oui, ça se voit, dès que tu as l’occasion d’aller voir ailleurs tu ne te gêne pas.
 
Christian : Oh ça va, épargnes moi tes leçons de moral, je me sens assez mal comme ça, mais je ne pense pas qu’elle fasse une bêtise comme tu dis, tu oublies Sabile, elle ne la laissera pas, d’ailleurs je file à l’hôpital, elle doit y être.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:22 (2018)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Paulinebris
Page 4 sur 7 Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com