rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
J'ai besoin de toi pour vivre
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Vos créations Rochelle Redfield Fics Tétralogie Fictions Terminées Paulinebris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 12:19 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Je lis ta fiction depuis le début mais je n'ai pas encore l'occasion de la commenter.

Tout d'abord, le sentiment que j'ai et qui ressort de ma lecture est l'impossibilité de vivre l'un sans l'autre de Johanna et Christian.
L'image de l'âme sœur est très jolie et leur correspond tout à fait!

J'ai tremblé en imaginant Johanna commettre l'irréparable et en "voyant" Christian se laisser mourir, persuadé qu'il ne mérite plus de vivre mais finalement, l'espoir d'être réunis leur donne envie de vivre.

Quel bonheur de les voir se retrouver, même si tout n'est pas si simple entre eux. Au moment où on croit qu'ils vont enfin être heureux, le passé resurgit et gâche tout!
Heureusement, le dernier chapitre laisse présager une issue positive Wink
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 13 Avr - 12:19 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 13:07 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Je comprends un peu la réaction de Johanna. Je serais aussi en furie si j'apprenais par inadvertance que mon mec s'est tapé une de mes copines derrières mon dos. Même si 4 ans se sont écoulés, ce n'est pas une raison. Pour Johanna, c'est tout récent. Elle a besoin de temps pour digérer tout ça. 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 17:25 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Houston, le lendemain, à la maison
 
 
Elle le regardait faire avec le sourire, le pauvre il était tellement stressé, ça faisait 3 fois déjà qu’il changeait de chemise, il avait mis une veste puis l’avait ôté, pour finalement la remettre, il tournait en rond dans la maison, il venait dans le salon puis repartait dans la salle de bain se recoiffer, encore et encore. Il était tellement amoureux, c’était beau à voir. Le matin, il avait été lui acheter des fleurs, arrivé à la maison, il avait réalisé que les fleurs étaient interdites à l’hôpital, alors il était reparti chercher des chocolats.
 
 
Elle le connaissait par cœur pourtant, pourquoi il était autant stressé ? Il avait remarqué Hélène et souriait dans son coin, elle n’avait rien dit, ne s’était pas moqué de lui mais elle devait le trouver ridicule, il se comportait comme un adolescent qui se rendait à son premier rendez-vous. Il devait se calmer, respirer et s’assoir, voilà ce qu’il devait faire, respirer et s’assoir.
 
 
Elle le vit s’assoir, se prendre la tête entre les mains et respirer très fort, elle ne put s’empêcher de prendre son portable et d’envoyer un message à son amie
 
« Coucou ma grande, 3 chemises, 2 vestes et je ne sais combien de pantalons plus tard, je pense qu’il est prêt à partir, le pauvre tu le verrais, un pré-pubert  à son premier RDV »
 
 
Houston, hôpital
 
Elle avait bien rit en lisant le message d’Hélène, elle s’imaginait bien la scène. Elle se senti touchée par son attitude, ils se connaissaient depuis un moment tous les 2, mais le fait qu’il soit encore stressé après tant d’années, lui réchauffait le cœur. Elle était contente que son père lui ait ouvert les yeux, elle se rend compte maintenant qu’elle serait passé à côté de son bonheur. Elle avait des parents géniaux. Elle prit son téléphone et répondit à son amie
 
« Si tu veux t’amuser un peu dis-lui que j’ai quelque chose d’important à lui dire. Je suis sûre qu’il va se mettre à faire les 100 pas, pauvre cricri »
 
 
En France, en Bretagne
 
Elle avait eu Hélène ce matin, qui lui avait annoncé leur retrouvailles, elle ne pouvait plus lui dire, elle devait garder ça pour elle, son enfant n’aurait pas de père. Ses parents étaient au courant et n’avaient pas vu d’un très bon œil qu’elle ait un enfant toute seule, sans être mariée mais avaient finalement dis qu’ils seraient là pour elle et qu’ils la soutiendraient. Ils avaient insisté pour connaitre le nom du père mais elle n’avait rien dit et maintenant qu’elle savait qu’il était de nouveau avec elle, elle ne regrettait pas. Ils méritaient d’être heureux ensemble, ils avaient traversé tellement d’épreuves et de douleurs.
 
 
Houston, au ranch
 
 
Il s’était levé de bonne humeur ce matin, Susan lui avait fait remarquer qu’il n’avait plus été comme ça depuis longtemps. Il avait reçu un message de Johanna la veille lui disant qu’elle voyait Christian le lendemain et qu’elle venait de raccrochait avec Hélène, elle lui disait aussi combien elle l’aimait et elle le remerciait pour tout. Après avoir annulé le transfert de sa fille à Dallas, il avait contacté les meilleurs spécialistes du pays pour que Johanna puisse suivre sa grossesse à la maison malgré ses problèmes de tension. Il avait bien vu la veille que sa fille commençait à perdre patience, et il ne pensait pas que ça soit bon pour ses futures petits enfants. Ensuite, il avait réservé un restaurant et un hôtel en dehors de la ville pour passer une bonne soirée avec femme. Avec tout ce qui leur était arrivés, ils avaient bien besoin d’un peu de détente tous les 2.
 
 
Houston, à la maison
 
 
Son téléphone venait de sonner, elle n’avait pas pu s’empêcher de rire en lisant le message ce qui avait fait réagir Christian qui venait de se rendre compte qu’elle était toujours là.
 
 
Christian : Pourquoi tu ris toute seule ?
 
Hélène : Non, rien, je viens de recevoir un message de Johanna
 
Christian : Qu’est-ce qui se passe, elle va bien ?
 
Hélène : Non, elle vient de faire une attaque, c’est pour ça que je ris
 
Christian : Ah oui, je suis bête, si ça n’allait pas tu ne rigolerais pas
 
Hélène : Par contre, elle vient de me dire qu’elle avait une chose très importante à t’annoncer
 
 
En voyant sa réaction, elle rigola de plus belle, elle les connaissait par cœur son cricri, il s’était mis à arpenter le couloir en cherchant ce qu’elle pouvait bien avoir à lui dire.
 
 
En France, à Paris
 
Elle avait rejoint le foyer, l’eau chaude coulait sur sa peau, on lui avait donné du shampoing, du gel douche et un gant. Elle ferma les yeux et laissa l’eau l’envelopper. A l’entrée, on lui avait donné un peignoir et ses vêtements avaient été emmené au pressing, elle les récupérerait dans 1h00. Ce foyer était fait exclusivement pour les femmes, elle s’était retrouvée dans une chambre avec 2 autres filles. En s’asseyant sur le lit, elle ne put retenir ses larmes plus longtemps, elle se rappelait l’époque de la fac avec Hélène et Johanna. Ses amies lui manquaient tellement, elle n’avait plus donné de nouvelles après l’appel où elle les informait qu’elle rentrait au Brésil.
 
 
Houston, hôpital
 
Il était dans le couloir depuis 5 minutes déjà, il avait été plusieurs fois devant sa porte, avait serré le poing pour frapper mais n’avait pas osé, il arpentait le couloir quand il l’a vit.
 
 
 Une infirmière l’avait prévenu qu’un homme était là pour elle mais que visiblement il était trop stressé pour entrer et n’avait pas osé frapper à 3 reprises déjà. Elle avait bien rigolé en l’imaginant derrière la porte. Elle s’était donc levée et à l’aide ses béquilles elle avait décidé d’aller le chercher.
 
Johanna : Tu fais peur aux infirmières à tourner en rond comme ça
 
Christian : Jo … Johanna
 
Johanna : Bah oui, c’est moi, mais pourquoi tu n’es pas entré
 
Christian : Je sais pas quoi dire
 
Johanna : Tu sais ce qu’on va faire, je vais retourner m’assoir parce que même si je marche un peu mieux ça reste très douloureux, et toi tu vas frapper, tu vas entrer en me disant bonjour et en venant m’embrasser, ça marche ?
 
Christian : T’embrasser ?
 
Johanna : Oui, tu sais le truc que tu fais parfaitement bien avec ta bouche
 
Christian : Oui … Non … Enfin je sais ce que veut dire embrasser, mais ça veut dire qu’on est plus fâché ?
 
Johanna : Christian, tu fais ce que je viens de te dire et on parle après parce que je fatigue là debout
 
Christian : Ah oui, pardon mon bébé
 
 
Il avait pris une grande respiration, elle venait de fermer la porte de la chambre, il avança doucement, à chaque pas son cœur battait un peu plus fort. Il frappa et entendit un « oui » prononcé par la seule voix capable de lui faire perdre tous ses moyens. Elle était dans le fauteuil et elle le regardait avec des yeux brillants et un grand sourire s’était dessiné sur ses lèvres
 
Christian : Bonjour mon amour
 
Johanna : Bonjour mon cricri
 
Il s’était rapproché et baissé pour être à la hauteur de son visage, il la fixa dans les yeux quelques secondes et posa ses lèvres sur les siennes tendrement.
 
Elle attendait ce depuis qu’elle avait fini de lire sa lettre, ça lui avait tellement manqué, elle passa sa main sur sa nuque ce qui l’avait encouragé à approfondir son baiser qui de tendre était passé à ardent. Il lui caressait les cheveux d’une main et l’autre était posé sur sa joue. Elle aurait voulu que ce moment ne s’arrête jamais mais malheureusement, la sonnerie de son téléphone les obligea à s’arrêter.
 
Johanna : Tu peux me le passer s’il te plait
 
Il avait attrapé le téléphone et avait vu John affiché sur l’écran, il avait senti la jalousie monter en lui en une irrésistible envie de jeter le téléphone par la fenêtre, mais ils venaient de se retrouver et il n’avait pas envie de tout gâcher maintenant.
 
Christian : C’est John
 
Johanna : Allo, John ?
 
John : Salut ma grande, comment vas-tu ?
 
Johanna : Bien, un peu surprise mais et toi ?
 
John : Moi ça va, Johanna, je t’appelle parce que j’ai vu un truc cette nuit et ça m’inquiète
 
Johanna : Ah bon, et tu as vu quoi ?
 
John : Vous avez des nouvelles de Laly ?
 
Johanna : Euh moi non, mais attend, je demande à Christian. Cricri, vous avez des nouvelles de Laly
 
Christian : Non, pas depuis son départ pour le Brésil pourquoi ?
 
Johanna : Non, mais pourquoi cette question ?
 
John : Ecoutes, je ne voudrais pas vous inquiéter pour rien, mais j’ai vu une femme sur un banc cette nuit, une SDF et j’aurais juré que c’était Laly.
 
Johanna : Quoi ? Non, c’est pas possible, tu dois faire erreur, Laly est repartie au Brésil depuis 1 mois maintenant
 
John : Mais vous êtes sûr ?
 
Johanna : Bah oui enfin c’est ce qu’elle nous a dit, elle s’est séparée d’avec Sébastien et elle avait besoin de se ressourcer au Brésil dans sa famille.
 
John : Bon, j’ai dû faire erreur, je t’embrasse et les autres aussi
 
Johanna : Bye John, embrasse Agnès pour moi.
 
 
Elle venait de raccrocher mais semblait très perturber, sans lui prêter la moindre attention, elle composa un numéro sur son téléphone.
 
 
Houston, à la maison
 
 
Nicolas était rentré, il étaient lovés tous les 2 dans le canapé devant un film, il avait l’air épuisé mais avait quand même tenu à être avec elle. Elle lui avait raconté l’attitude de Christian avant son départ et ils avaient bien ris. Elle était heureuse d’avoir retrouvé cette complicité avec lui. Son téléphone sonna, elle hésita à répondre, elle n’avait pas envie de se détacher de ses bras.
 
Hélène : Oui Joh, j’espère que c’est important
 
Johanna : Désolée Hélène, mais j’ai besoin de savoir si tu as des nouvelles de Laly
 
Hélène : Laly, non pas depuis son départ
 
Johanna : Est-ce que par hasard, tu aurais un numéro où la joindre au Brésil
 
Hélène : Non, elle ne m’a rien dit, mais qu’est-ce qui se passe Joh, tu as l’air inquiète ?
 
Johanna : Je viens d’avoir John au téléphone, il n’a dit avoir vu une SDF cette nuit sur un banc et il pense que c’est Laly
 
Hélène : Oh mon dieu, mais il est sûr ?
 
Johanna : bah il avait l’air, mais quand je lui ai dit qu’elle était au Brésil, il a commencé à douter.
 
Hélène : Euh écoutes, je réfléchis de mon côté avec Nicolas et on se voit tout à l’heure pour en parler ok ?
 
Johanna : J’ai peur Hélène, pauvre Laly, à tout à l’heure
 
 
Elle venait de tout raconter à Nicolas, ce dernier était resté choqué, Laly SDF, ça n’était pas possible, comment en était-elle arrivé là ? Il fallait trouver un moyen de la joindre au Brésil, s’assurer qu’elle y était bien. Il avait son nom et connaissait le nom de son village, ça devait être possible.
 
 
Houston hôpital
 
Elle était choqué par cette nouvelle, ils n’avaient pas la certitude que ce soit vrai mais rien qu’à l’idée que son amie pouvait être à la rue lui faisait des frissons dans le dos. Elle avait autre chose à penser pour l’instant, elle avait remarqué à plusieurs reprises durant ses appels les regards de Christian sur son ventre, elle devait lui dire.
 
Johanna : Mon cricri, il faut que je te parle, si on descendait à la cafète, un café nous ferait du bien
 
Christian : Si tu veux, tu prends tes béquilles ?
 
 
Elle avait senti une certaine fierté dans sa voix quand il avait parlait des béquilles, elle avait fait sa rééducation ce matin et se sentait un peu épuisée mais en même temps ça lui faisait chaud au cœur de ressentir ce soutien de sa part, elle l’aimait tellement.
 
Johanna : Oui, mais on marche doucement parce que je ne suis pas prête à courir encore
 
Christian : Tu te débrouilles très bien mon amour, je suis fier de toi
 
 
Il l’avait dit, il l’avait dit, elle senti son cœur se gonfler dans sa poitrine, comment elle avait pu croire ne serait-ce qu’une seconde qu’elle pouvait faire sa vie sans lui. Dans le couloir, ils avaient croisé une infirmière qui lui avait déconseillée de faire autant d’effort dans la même journée, elle avait été déçu mais avait dû se rendre à l’évidence qu’elle ne serait pas capable encore d’arriver en bas.
 
 
Il n’avait pas réfléchit, elle avait eu sa rééducation le matin même. Mais quel con, mais quel con, il ne pensait pas à elle, il était tellement content de la voir debout après tout ce temps qu’il n’avait pas réfléchit, il avait senti son hésitation quand il avait parlé des béquilles mais n’y avait pas prêté attention sur le moment, et si ils n’avaient pas vu l’infirmière, elle aurait pu tomber, ce faire mal ou pire encore. Il ne la méritait  pas, il savait que s’il était aussi nerveux toute la journée, c’est parce qu’il avait pris conscience que cette femme était à des années lumières de ce qu’il aurait pu espérer.
 
 
Houston, à la maison
 
 
Cathy et Etienne venaient de rentrer, Hélène leur avait expliqué pour Laly, aucun d’eux ne la connaissaient mais ils savaient qu’elle avait une place importante dans le cœur de leurs amis, ils leur suffisaient de voir la tête de Nicolas pour s’apercevoir qu’il se faisait du souci plus que de mesure.
 
Etienne : mais attendez, je sais qui peut nous aider, j’ai un pote mannequin qui habite à Houston justement, je peux peut-être lui demander d’appeler pour nous, il est brésilien
 
Hélène : Oh ça serait génial, merci Etienne, merci beaucoup
 
 
Miguel avait rejoint Etienne à la maison des amis Il avait accepté d’appeler, ils lui avaient expliqué la situation et avait assuré de ne pas affoler les parents de Laly si elle ne se trouvait pas avec eux.
 
Grace aux renseignements téléphoniques brésiliens, il avait réussi à obtenir un numéro, il avait appelé et s’était effectivement les parents de Laly, ils lui racontèrent qu’elle n’était pas chez eux parce qu’elle était parti rejoindre des amis aux Etats-Unis. Comme promis, Miguel ne les avaient pas inquiétés et avait raccroché.
 
 
Nicolas se décomposait sous ses yeux, elle savait ce qu’il ressentait, parce qu’elle éprouvait la même chose, personne ne s’était soucié d’elle, elle vivait certainement l’enfer, elle était seule et eux l’avait complétement oubliée. Elle la pensait en sécurité auprès de ses parents et au lieu de ça, elle dormait sur des bancs à Paris.
 
Nicolas : Je vais prévenir Bill et je pars acheter des billets pour Paris, toi tu appelles Christian et Johanna pour les prévenir.
 
Hélène : Je ne vais pas lui dire ça au téléphone, je vais aller la voir, Cathy Etienne, vous m’accompagnez ?
 
Miguel : Attendez, Johanna, Bill, c’est pas ceux qui habitent le ranch juste derrière ?
 
Etienne : Si, Johanna est notre ami et Bill nous à mis cette maison à disposition, tu les connais ?
 
Miguel : Mais très bien, j’étais au lycée avec speedy enfin Johanna, je peux vous accompagner ?
 
Hélène : Oui, bien sûr
 
 
Houston, cafeteria de l’hôpital
 
Elle était dans son fauteuil elle se sentait un peu mieux, l’appel de John résonnait encore dans sa tête mais elle devait lui annoncer sa grossesse avait toute chose, ils parleraient du reste après. Il était parti chercher 2 cafés ainsi que des cookies parce qu’il lui avait fait la moral sur son poids, sa mère apparemment n’avait tenu sa langue et lui avait tout raconté. Elle le regardait, il était de dos et le spectacle qu’elle avait devant les yeux lui arracha un sourire, il avait vraiment de belles fesses son cricri.
 
 
Il lui avait pris une dizaine de cookies, la serveuse avait été surprise en voyant qu’ils n’étaient que 2 mais n’avait pas posé de question. Il avançait vers la table, elle avait un grand sourire plaqué sur le visage
 
 
Christian : Que me vaut ce beau sourire ?
 
Johanna : Tes fesses
 
Christian : Mais c’est pas vrai, tu n’en rate jamais une toi
 
Johanna : Cricri, il faut que je te parle
 
Christian : Oui, Hélène me l’a dit, je t’écoute, mais je voulais te dire que si c’est à propos de Dallas, ne t’en fais pas, je te suivrais jusqu’au bout du monde s’il le fallait
 
Johanna : De Dallas ?
 
Christian : Oui, la clinique, tu pars bientôt non ?
 
Johanna : Bah non, je ne pars pas enfin plus, bon écoutes, je ne vais pas y aller par 4 chemins alors voilà, Christian, je suis enceinte
 
Elle avait fermé les yeux de peur de voir sa réaction, elle appréhendait de voir la peur ou la déception sur son visage. Elle ne voyait rien mais elle l’avait entendu crier de joie, elle avait ouvert les yeux mais il était déjà penché au-dessus d’elle pour l’embrasser, un baiser passionné et langoureux. Quand il se recula, ils étaient tous les 2 à bout de souffle, elle regarda autour d’elle et remarqua que tout le monde les regardaient. Elle avait baissé la tête, c’était vrai qu’entre son cri et leur baiser, ils étaient l’attraction de la journée. Elle ne le vit pas, mais elle l’entendit crier pour tout le monde « Je vais être papa ». Une telle fierté se dégageait de lui à ce moment-là qu’il était à ses yeux le plus des hommes.
 
Johanna : Christian, assis toi s’il te plait, j’ai pas fini
 
Christian : Je suis si heureux mon amour, j’ai envie de le crier à tout le monde
 
Johanna : J’ai pas fini je viens de te dire, donc je suis enceinte et ce sont des jumeaux
 
 
Il l’a regardait la mère de son enfant, il était à cet instant précis le plus heureux des hommes, la femme qu’il aimait plus tout portait son enfant, il n’avait plus aucun souhait, plus aucun désir, sa vie était parfaite. Il entendit le mot jumeau et là une dose d’adrénaline était montée jusque dans son cerveau, s’était trop de bonheur en une seule journée, il l’entendit juste crier son prénom et ce fut le noir complet.
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 17:49 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Laly SDF ? C'est pas possible.


Christian, remets-toi. lol
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 00:31 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Houston, ranch
 
Nicolas était entré, Bill était parti 2 jours avec sa femme, c’est lui qui devait s’occuper des chevaux, il essaya de le joindre sans succès, il composa alors le numéro qu’il lui avait laissé, c’était celui d’un homme d’une cinquantaine d’années qui aidait Bill de temps en temps au ranch. Il lui avait expliqué la situation et ce dernier était d’accord pour venir s’occuper du ranch jusqu’au retour de Bill. Il s’apprêtait à sortir quand le téléphone sonna, il pensait que s’était Bill qui le rappelait suite à son message et décrocha sans faire attention au numéro.
 
Homme : Bonjour, je suis le commissaire Hutch, je voudrais parler à Mlle Mc Cormick s’il vous plait
 
Nicolas : Oh euh, elle est hospitalisée pour l’instant, je peux prendre un message, je suis un ami de la famille
 
Homme : Ah, je suis sincèrement désolé, Mr et Mme Mc Cormick ont eu un accident de la route, un camion les a percuté, ils n’ont pas survécu.
 
Nicolas : …
 
Homme : Monsieur, monsieur vous êtes toujours là ?
 
Nicolas : Oui, mais … euh … enfin je vais prévenir leur fille, à quel numéro peut-on vous joindre.
 
 
Il avait noté le numéro à la hâte sur un papier qui trainait sur la table. Les larmes coulaient sur ses joues, il adorait Susan et Bill, ils étaient fantastique et toujours de bons conseils, ils étaient devenu un peu leur parents à tous, Susan apportait de bons petits plats maison pour être sûre qu’ils se nourrissent bien, et Bill veillait sur eux et sur leur carrière, il s’assurait qu’ils ne manquaient de rien. Il monta dans sa voiture et démarra mais ses mains tremblaient, sa vision était floue, il coupa le contact et pleura toutes les larmes de son corps la tête appuyée sur le volant. Après quelque minutes, il sorti son téléphone et appela Etienne, il lui expliqua la situation mais lui demanda de ne rien dire aux autres pour l’instant.
 
 
Houston, hôpital
 
Il ouvrit les yeux, sa tête tournait, il avait une grosse lumière blanche au dessus de lui qui l’obligea à fermer les yeux. Il tourna la tête et retenta d’ouvrir les yeux, elle était là, assise près de lui en train de se ronger les ongles. Un sourire se dessina sur son visage
 
Christian : Coucou mon ange
 
Johanna : Oh mon dieu Christian, j’ai eu si peur
 
Christian : Ca va, tout va bien, un peu trop d’émotion en une seule fois mais ça va, et toi enfin et vous ?
 
Johanna : On va bien, mais on est content que tu sois réveillé.
 
Il allait mieux et avait été autorisé à quitter les urgences pour la raccompagner à sa chambre.
 
 
En France, à Paris
 
Elle avait récupéré ses vêtements, ils étaient propres, elle avait mangé et était maintenant assise sur une chaise dans une salle avec toutes les autres pour regarder la télévision. Demain elle avait rendez-vous pour passer une échographie, elle avait le cœur brisé de penser qu’elle serait seule pour ce moment, personne avec qui le partager. Elle senti une larme couler sur sa joue, elle s’empressa de l’essuyer du revers de sa manche. Quelle vie avait-elle à offrir à ce bébé ? Elle se demandait si finalement elle devait le garder, elle n’était pas capable de se gérer elle, alors comment allait-elle pouvoir s’occuper d’un enfant ?
 
 
Houston, hôpital, chambre de Johanna
 
Ils étaient dans le couloir devant sa chambre, elle était vide, ils avaient dû sortir se promener après leur retrouvailles, il fallait pourtant qu’elle lui annonce la mauvaise nouvelle pour Laly, ça allait être dur pour elle aussi, elle allait surement se faire les mêmes reproches qu’elle se faisait depuis qu’elle le savait.
 
Ils étaient dans le couloir, en approchant, elle aperçut tous ses amis, Etienne, Cathy
 Et Hélène. Il y avait un homme derrière Etienne mais visiblement ça n’était pas Nicolas. Christian poussait son fauteuil, il allait bien, elle avait eu peur mais finalement, tout allait bien, il était très heureux. Ils arrivaient à leur hauteur, elle sourit à ses amis. Les voyant tous réunis, Christian n’avait pu s’empêcher de crier la bonne nouvelle au beau milieu du couloir.
 
 
Christian : Les amis, écoutez-moi bien, j’ai une grande annonce à vous faire, je vais être papa, Johanna est enceinte, on va avoir des jumeaux.
 
Une fois la surprise passé, Hélène la prit dans ses bras et décida qu’elle ne lui dirait pas pour Laly, elle n’avait pas besoin de s’inquiéter, Nicolas allait la retrouver, elle viendrait vivre avec eux et tout irait bien.
 
Qui était cet homme avec ses amis, il ne l’avait encore jamais vu. Il avait un physique de gravure de mode. Il n’eut pas le temps de l’observer plus longtemps, que Cathy et Etienne le prenait déjà dans leur bras pour le féliciter.
 
Miguel : Félicitation Johanna
 
Johanna : C’est pas vrai, Miguel, mais qu’est-ce que tu fais là ?
 
Hélène : C’est lui qui a appelé Laly au Brésil
 
Johanna : Alors elle va bien
 
Miguel : Eh bah …
 
Hélène : Oui, oui, elle va bien, elle se remet doucement
 
Johanna : Ah tant mieux, j’ai eu si peur quand John a appelé tout à l’heure
 
Cathy : Rassures toi, tout va bien, on pourrait peut-être rentrer dans la chambre ?
 
Johanna : Oui, oui, entrons. Oh Miguel, je suis tellement contente de te revoir, qu’est-ce que tu fais maintenant ?
 
Miguel : Je fais des photos, c’est comme ça que j’ai connu Etienne, tu es toujours aussi belle ma Speedy
 
Johanna : Oh mon dieu, j’avais oublié ce surnom débile
 
Cathy : Pourquoi Speedy ?
 
Miguel : Oh bah je pense que quand on la connait ça coule de source
 
Cathy : Oui, c’est vrai, question idiote
 
 
Non, mais pour qui il se prenait le bellâtre ? Elle n’était pas SA Speedy mais Sa Johanna, à lui, en plus elle avait un sourire niait depuis qu’il était là.
 
Hélène : Mais et vous, comment vous vous êtes connu ?
 
Miguel : On était au lycée ensemble, et j’ai eu la chance un jour de me perdre et cette créature de rêve m’a aidé à retrouver mon chemin
 
Cathy : Hum, et c’est tout ?
 
Miguel : Non, on est sorti un peu plus d’un an ensemble.
 
 
Elle tourna la tête, elle se doutait que cette nouvelle n’allait pas lui faire plaisir, il était devenu tout pale, ses doigts s’étaient resserrés sur les poignets du fauteuil, ses articulations étaient blanches. Maintenant il la fixait dans les yeux avec un regard noir
 
Christian : C’est la journée des ex apparemment, je vais faire un tour, j’ai pas ma place ici.
 
Elle l’avait appelé mais il ne s’était même pas retourné, mais quel petit crétin, elle lui en voulait de réagir comme ça mais d’un autre côté, elle était plutôt flattée qu’il soit jaloux.
 
 
Nicolas venait d’entrer dans la chambre, il avait les yeux rouges, le regard sombre, il était entré tel un automate et leur avaient demandé de sortir, il devait parler à Johanna, elle avait vu tout de suite que quelque chose s’était passé, elle avait voulu le prévenir que Johanna était enceinte mais il n’avait pas voulu la suivre dans le couloir. Depuis son entrée, il n’avait pas quitté Johanna des yeux, il ne l’avait même pas regardé, ça lui faisait peur. Lui d’habitude si rassurant paraissait complétement perdu.
 
 
Ils étaient seuls, les autres étaient sortis, ils devaient aller prendre un verre à la cafétéria. Elle le regardait angoissée, il fallait qu’il lui dise, il prit une profonde inspiration et se lança.
 
Nicolas : Joh, ma belle, je … j’ai … Il faut …
 
Johanna : Nicolas, tu me fais peur là, qu’est-ce qui se passe ?
 
Nicolas : Tes parents ont eu un accident de voiture
 
Johanna : Oh mon dieu, ils vont bien ? Ils sont où ? Dans quel hôpital ?
 
Nicolas : Je suis désolé …
 
Johanna : Ils sont où ? Réponds-moi, où sont mes parents ?
 
Nicolas : Ils sont …
 
Johanna : Non, non, c’est pas possible, où sont-ils ?
 
Nicolas : Johanna, ils sont morts.
 
 
Elle avait poussé un cri qui lui avait déchiré le cœur, elle s’était laissé tomber de son fauteuil, à genoux sur le sol, elle pleurait tellement fort qu’il n’osait pas bouger, sa tête était sur ses genoux, il ne la voyait pas, mais sa respiration était irrégulière et semblait douloureuse. Son corps était secoué de sanglots. Il voulut la prendre dans ses bras mais elle l’avait repoussé avec violence, il avait atterri contre le mur, elle était devenu hystérique, balançant tout ce qu’elle pouvait contre les murs. Il avait appuyé sur le bouton d’appel des infirmières.
 
 
Il était dehors, un peu d’air lui ferait du bien. Il savait que sa réaction avait été complétement idiote, il n’avait pas de raison d’être jaloux, c’est lui qu’elle aimait et en plus ils allaient bientôt être parents. Tout à coup, il entendit un cri, son cœur se serra, c’était Johanna, il en était sûr. Sans réfléchir il se précipita à l’intérieur du bâtiment et monta rapidement les 3 étages qui le séparaient d’elle. Arrivé devant la porte, il avait l’impression d’assister à un spectacle d’horreur. 3 médecins et 2 infirmières essayaient de la métrisait en la plaquant sur le lit, elle hurlait en pleurant, une autre infirmière une seringue à la main voulait lui faire une piqure, la chambre était dévastée, il y régnait un bazar sans mon, Nicolas était à l’autre bout de la pièce, il la regardait se débattre et pleurait lui aussi, il avait le front en sang et ne cessait de lui dire qu’il était désolé.
 
 
Il s’approcha de Nicolas et le pris par les épaules
 
Christian : Nico, qu’est-ce qui s’est passé ?
 
Nicolas : Bill et Susan, ils sont …
 
 
Il lâcha son ami, s’approcha du lit, poussa un des médecins qui lui tenait le bras et la serra fort dans ses bras. Ses pleurs redoublèrent d’intensité mais elle ne se débattait plus, elle avait passé ses bras autour de son cou et se laissa aller à son chagrin. L’infirmière venait de lui faire l’injection, et peu à peu elle s’était calmée et commençait à s’endormir. Il resta avec elle jusqu’à ce qu’elle dorme complètement. Nicolas avait été conduit aux urgences pour se faire recoudre le front. Hélène inquiète était remontée, Christian lui avait expliqué ce qui venait de se passer, elle avait embrassé Johanna sur le front et était descendu aux urgences voir Nicolas.
 
 
3 jours plus tard
 
En France, en Bretagne
 
Elle avait appris le décès de Bill et Susan par Hélène, cette nouvelle l’avait vraiment peinée, elle ne les avait pas connus longtemps mais c’était des gens formidables. Elle regrettait beaucoup de ne pas pouvoir être auprès d’eux pour les soutenir dans cette douloureuse épreuve, mais Hélène lui avait dit que Johanna était déjà très mal, et qu’elle en supporterait pas de la voir en plus. Chez ses parents l’ambiance n’était bonne non plus, son père ne la lâchait pas, il voulait absolument connaitre le nom du père de son bébé, elle ne cédait pas et ils passaient leur journée à s’engueuler.
 
 
En France à Toulouse
 
Elle était de nouveau enceinte, Laura, n’avait même pas un an, elle n’était pas prête à avoir un deuxième enfant, elle avait annoncé à Christophe qu’elle souhaitait avorter, mais ce dernier était entré dans une colère folle et s’était mis à la frapper. Elle avait des hématomes sur les joues, ses yeux étaient gonflés, elle avait tellement pleuré qu’elle faisait peur à voir. Il s’était excusé, lui avait ramené des fleurs, lui préparait de bons petits plats, il était tendre, comme avant.
 
 
En France à Paris, chez Nathalie
 
 
Elle venait de tout lui avouer, il était là, assis sans réaction, elle avait couché avec un homme qui avait le SIDA, elle ne s’était pas protégée et venait de recevoir le résultat de ses analyses, elle était séropositive. Il y avait de grandes chances que lui aussi, il devait faire les tests rapidement. Son monde venait de s’écrouler, s’il était malade, il risquait de mourir. Il avait tellement fais d’erreurs dans sa vie, il l’avait tellement aimé et il l’aimait encore.
 
 
Houston, au ranch
 
 
L’enterrement était terminé, tous les amis de la famille étaient réunis dans le ranch. Ils parlaient tous d’elle, à voix basses mais elle entendait. Elle avait eu l’autorisation de sortir de l’hôpital. Elle regardait par la fenêtre, monsieur Flanders était venu s’occuper des chevaux, tout paraissait si normal, rien n’avait bougé, tout était à la même place, comme avant.
 
 
Ils étaient tous réunis dans un coin de la pièce, ils avaient beaucoup de peine, surtout pour elle. Pourquoi le sort s’acharnait-il toujours sur les mêmes personnes ? Nicolas avait annulé son départ pour la France, il espérait que Laly tenait le coup, il irait la chercher, c’est sûr mais il ne pouvait pas partir avant l’enterrement.
 
Elle lui avait demandé de la monter à l’étage, elle était dans ses bras, sa tête cachée dans son cou et ses bras autour de lui. Il n’avait pas les mots pour consoler sa peine, il ne savait pas quoi dire pour qu’elle se sente un peu mieux. Elle en avait eu marre de toutes ses messes basses sur elle, pauvre petite, elle est handicapé et en plus elle perd ses parents, il comprenait à quel point ça lui faisait mal. Il venait de l’installer sur le lit de ses parents, la chemise de nuit de Susan était encore sous l’oreiller, elle la prit et la serra contre elle puis ferma les yeux. Il était resté près d’elle, une main caressant ses cheveux, ils ne se parlaient pas, elle avait juste besoin le sentir près d’elle et il l’avait bien comprit.
 
 
En France, à Paris
 
Elle errait dans la ville à la recherche d’un peu de nourriture, le foyer était fermé la journée, il fallait qu’elle se débrouille. Elle était dans une ruelle, à la recherche de quelque chose de comestible, il fallait qu’elle mange pour son enfant. Elle avait longuement hésité mais finalement elle n’avait pas pu se résoudre à avorter. Elle avait la tête penchée au-dessus d’un container, quand elle se redressa, elle tourna la tête et les regarda tour à tour, 3 hommes. Elle avait essayé de s’enfuir mais ils l’avaient t attrapé par les poignets et conduite dans un box de la cave de l’immeuble d’à côté. Ils lui avaient enlevé ses vêtements, l’avaient jeté à même le sol, après l’avoir frappée à coup de pied, ils l’avaient violée, chacun leur tour, brutalement. Ils lui avaient ensuite craché dessus, l’avaient insulté et étaient partis la laissant nue et presque sans vie.
 
 
Houston, au ranch
 
 
Ils étaient presque tous partis, seul l’avocat de la famille avait demandé à la voir avant de partir, il lui avait parlé de la succession, elle était la seule héritière de la fortune des mc Cormick. Elle n’avait jamais manqué de rien et ses parents vivaient plutôt bien c’était vrai, mais elle ne s’était jamais vraiment intéressé, aux comptes de ses parents. L’avocat venait de lui apprendre qu’elle allait hériter de plusieurs milliards de dollars, elle en était restée sans voix. Son père était un homme puissant à Houston, elle savait qu’il avait pas mal de relation mais elle s’était toujours dit que s’était parce qu’il savait mener ses affaires, elle n’avait pas pensé un seul instant que s’était parce qu’il était milliardaire. Elle avait décidé de ne rien dire à ses amis, elle n’avait pas envie de voir leurs regards changer vis-à-vis d’elle.
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 09:18 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Un nouveau coup du sort pour Johanna...Rien ne lui sera épargné  Crying or Very sad
J'espère qu'elle ne va pas rejeter Christian et qu'elle va le laisser l'aider!
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 10:22 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Je suis ravie de trouver cette nouvelle fiction apres quelques jours d'absence. Je viens de lire tous les chapitres et je les trouve passionants. J'ai verse des larmes en lisant comme Johanna et Christian etaient malheureux l'un loin de l'autre et aussi quand Johanna s'est enfin reveillee en sentant Christian pres d'elle. C'etait magnifique. Mais les problemes ne sont pas derriere eux, helas! Deja le fait que Johanna se sent exclue de sa bande d'amis car elle ne peut pas marcher et apres la revelation de l'aventure de Christian avec Benedicte... Et juste au moment quand elle decide d'oublier ca et etre de nouveau heureuse avec son cricri, la nouvelle de la mort de ses parents... C'est trop injuste! Pauvre Johanna. J'espere que le fait qu'elle se retrouve une riche heritiere ne va pas la changer trop. C'est deja mal qu'elle decide de rien dire a ses amis. 


En meme temps, c'est pas la joie pour les autres membres de la bande non plus. Jose peut etre malade, il realise trop tard qu'il aime encore Benedicte qui est enceinte d'un autre. Qui est le pere? J'espere que c'est pas Christian, mais comme tu dis que Christian n'avait pas touche de l'alcool apres son incarceration, ca ne peut pas etre lui. Benedicte et son ami avaient bu ce soir la. J'ai peur que c'est Nicolas qui etait aussi eloigne d'Helene pendant ce periode. 



Christophe devient violent? J'ai du mal a imaginer ca! Pauvre Adeline. En ce qui concerne Laly, comme c'est penible pour elle cette situation, mais elle n'aurait pas du se retrouver dans la rue comme ca. Elle a une famille et aussi des amis qu'elle doit prevenir. 
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 13:49 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Dur pour Johanna.  Crying or Very sad
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 19:30 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

1 mois plus tard
 
 
Houston, le ranch
 
 
Ils avaient tous déménagé au ranch, Nicolas avait accepté de s’occuper de sa gestion. Elle était maintenant à son 6ème mois de grossesse, elle avait eu le droit de rentrer chez elle mais avec l’interdiction formelle de bouger. Sa rééducation était suspendu, le temps qu’elle soit enceinte, elle se promenait bon toujours en fauteuil. Ils savaient déjà qu’ils allait avoir 2 petites filles, donc elle se consolait un peu en choisissant les meubles qu’elle commandait sur internet depuis le canapé et des vêtements aussi.
 
 
Elle en était à la fin de son 6ème mois, elle devrait être heureuse mais pourtant, elle se faisait de plus en plus de soucis pour Laly, elle essayait de ne rien laisser paraitre devant son amie pour ne pas l’inquiéter pour rien mais elle avait de plus en plus de mal. Ils avaient fait le choix eux par contre de ne pas savoir le sexe du bébé, ce qui avait le don d’agacer Johanna et de tous les faire rire.
 
 
Depuis qu’il devait gérer le ranch, il n’avait plus une minute à lui, il avait arrêté la musique mais finalement ce qu’il faisait lui plaisait, il ne regrettait rien. La seule chose qui l’empêchait d’être heureux s’était de ne pas savoir ce que devenait Laly, il avait eu John au téléphone plusieurs fois depuis et il l’avait cherché un peu partout dans Paris mais n’avait aucune trace d’elle.
 
Elle allait rejoindre ses copines au club des mamans, elle était enceinte de 2 mois, Etienne l’avait demandé en mariage et elle avait accepté, ils se marieraient après la naissance du bébé, mais elle était déjà très excité par les préparatifs.
 
 
En France, en Bretagne
 
 
Son ventre s’arrondissait de jour en jour, elle n’avait presque plus de nouvelles de la bande et ça se passait de plus en plus avec son père. Elle avait donc prit la décision d’écrire au père de son bébé. Elle savait qu’une fois de plus elle allait faire de la peine à ses amis mais elle avait besoin de soulager sa conscience.
 
Cher Etienne,
 
Juste un petit courrier, pour t’apprendre que notre nuit ensemble n’avait pas été sans conséquences, je suis enceinte de 4 mois, c’est une petite fille.
 
Je ne te demande rien, je sais que tu es de nouveau avec Cathy, je voulais juste t’informer que tu allais être papa
 
Tendrement
 
Bénédicte.
 
Et voilà, la lettre était postée, elle ne pouvait plus revenir en arrière.
 
 
En France à Paris chez Nathalie
 
 
Nathalie avait accepté qu’il reste chez elle le temps de se trouver un appart, ils avaient cessé leur relation et il attendait toujours les résultats de ses analyses. Il avait décidé que s’ils étaient négatifs, il partirait retrouver ses amis et qu’il arrêterait ses conneries. Il avait tellement peur, et il était seul pour y faire face. Il avait besoin d’eux, besoin de retrouver cette complicité qui lui manquait tant.
 
 
En France, dans Paris
 
Elle avait été secourue par une femme d’une agence immobilière qui était en train de faire visiter un logement. Elle avait passé 3 semaines à l’hôpital suite à des côtes fêlées et à sa fausse couche. Elle n’avait pas voulu porter plainte, elle avait assez honte d’elle-même et ne voulait pas raconter cette histoire. A sa sortie d’hôpital, elle était retournée à la rue, elle avait été adopté par un clan de SDF qui logeait sous un pont, elle avait une couverture et du feu pour se réchauffer le soir et la journée, elle faisait la manche dans Paris. Ses côtes étaient encore un peu douloureuses, mais comparer à sa douleur psychologique, c’était supportable.
 
 
En France, à Toulouse
 
Elle avait dépassé le délai légal pour avorter, elle était obligée maintenant de garder cet enfant, Christophe s’était calmé un peu la semaine suivante, mais depuis 2 semaines, il recommençait à la battre, elle ne sortait plus, elle avait encore quelques contacts avec la bande mais elle répondait de moins en moins aux appels de son cousin de peur de craquer et de fondre en larmes au téléphone. Elle n’avait plus aucune estime d’elle, il passait son temps à la rabaisser et elle était devenue une loque. Un soir, il lui avait même coupé les cheveux. Elle avait voulu aller chez le coiffeur le lendemain pour essayer de rattraper les dégâts mais elle s’était aperçu qu’elle n’avait plus ses cartes de crédit. Elle avait voulu aller au commissariat porter plainte mais elle se rappelait très bien la réaction qu’elle avait quand elle regardait des reportages sur les femmes battues, elle ressentait de la pitié pour ces femmes et elle ne voulait pas voir la pitié dans les regard des autres.
 
 
 
Houston , centre ville
 
 
Elle savait que ses amis avaient tous emménagé chez Johanna, elle était là depuis 3 jours déjà et n’avait toujours pas trouvé le courage d’aller les voir. Elle avait su par Adeline il y a quelque temps que Christian était de nouveau avec Johanna. Elle était partie il y avait 3 ans, elle avait accouché d’un petit garçon, Lorenzo et elle rêvait maintenant d’une vie de famille pour lui. Elle ne l’avait jamais oublié, comme elle lui avait dit un jour, elle lui avait promis qu’il serait le seul et elle tiendrait sa promesse. Il fallait qu’elle franchisse le pas d’aller les voir essayer de récupérer son amour de jeunesse.
 
 
Houston, au ranch
 
 
Elles étaient toutes les 3, autour de la table en train de prendre un thé, elle parlait de tout et de rien, mais surtout de layette. La journée était bien avancée et les garçons se préparaient pour le concert de ce soir, ils avaient recruté un nouveau guitariste, Jimmy. Ils étaient prêt à partir, tous les soirs s’était le même rituel, ils embrassaient leur femmes, donnaient leur recommandations à Nicolas et partaient avec Jimmy et Stéphane qui passaient les prendre.
 
 
Les hommes étaient partis, Nicolas était dans le bureau en train de régler quelques détails pour le ranch quand on sonna à la porte. Cathy alla ouvrir et se retrouva devant une jeune femme blonde accompagné d’un petit garçon brun. Elle ne la connaissait pas et se demandait ce que pouvait bien faire cette femme ici à une heure pareil et surtout avec un enfant.
 
Cathy : Je peux vous aider ?
 
Femme : Oui, je suis bien chez Christian ?
 
Cathy : Oui, entre autre, mais c’est pourquoi ?
 
Femme : Je pourrais le voir s’il vous plait ?
 
Cathy : Ah non, il n’est pas là mais qu’est-ce que vous lui voulez exactement ?
 
 
Cathy était partie depuis 10 minutes déjà et ne semblait pas revenir, Hélène avait donc poussé Johanna jusqu’à l’entrée pour voir qui avait sonné.
 
Johanna : Thérèse ?
 
Thérèse : Bonsoir Johanna
 
Hélène : Mais qu’est-ce que tu fais là ?
 
Thérèse : Hélène, ça me fait plaisir de te revoir, comment vas-tu ?
 
Hélène : Très bien  mais je répète ma question, qu’est-ce que tu fais là ?
 
Thérèse : Je suis venu présenter son père à mon fils
 
Johanna : Son père ?
 
Thérèse : Oui, Christian
 
 
Tout se mélangeait dans sa tête, elle avait envie de hurler, de pleurer, de partir mais avec son ventre, elle avait de plus en plus de mal à manipuler son fauteuil. Elle ressenti une violente douleur en bas du ventre qui lui arracha un cri. Ses amies étaient rassemblées autour d’elle, elle vit l’inquiétude se dessiner sur le visage d’Hélène. Nicolas avait été alerté par ses cris et il arrivait en courant, il marqua une pause quand il vit Thérèse à la porte mais fut vite ramené à la réalité par ses cris de douleur.
 
 
Il avait commencé par mettre Thérèse à la porte, Christian n’était pas là et ça n’était pas le bon moment. Ensuite il alla chercher la voiture, il devrait aussi prévenir Christian mais pour l’instant, il devait s’occuper de son amie.
 
 
Elle espérait que son amie ne soit pas en train d’accoucher et que tout irait bien pour tous les 3, c’était trop tôt, si les jumelles arrivaient maintenant, elles n’auraient pas grande chance de survie.
 
 
Houston, hôpital
 
 
Ils venaient d’arriver, les médecins leur avaient dit que c’était bien de contraction et que le travail avait commencé. Johanna avait cependant des complications et elle devait être emmenée au bloc de toute urgence.
 
 
Ca faisait déjà 3 fois qu’il essayait de le joindre mais toujours pas de réponse, il devait être en plein concert. Il était devant l’hôpital, assis sur un muret, il avait pris sa tête entre ses mains, ses amis arriveraient-ils un jour à être heureux, pourquoi est-ce que dès que tout allait bien il fallait qu’un évènement vienne tout bouleverser. Il n’avait pas envie de rentrer à l’intérieur, il savait pourtant qu’Hélène avait certainement besoin de lui mais il n’arrivait pas à se dire qu’une fois à l’intérieur, la vie de ses amis allait peut-être être chamboulée, il ne voulait pas savoir.
 
 
Les petites avaient été placée en couveuse et emmenées dans le service des prématurés, Johanna était toujours en salle d’opération. Elle avait tellement peur pour sa sœur, elle était assise avec les bras de Cathy autour de ses épaules. Elle ne voulait pas la perdre, au même titre que Nicolas, elle était vitale pour elle, elle n’imaginait pas sa vie sans elle. Les jours où elle avait refusé de lui parler avaient été très douloureux pour elle et plus jamais elle ne voulait souffrir de cette séparation.
 
 
Austin, salle de concert
 
 
Il était en train de jouer, la salle était pleine, le concert de ce soir était vraiment très important, il savait que des producteurs étaient présent. Ca aurait dû être l’euphorie pour lui, pourtant il avait une boule qui s’était formée au niveau de la poitrine, il avait peur à chaque fois qu’il devait la laisser seule mais jamais à ce point, est-ce qu’il devait prendre ça comme un signe ? Il savait qu’elle se sentait étouffée depuis sa grossesse mais il s’inquiétait tellement pour elle qu’il était c’est vrai beaucoup sur son dos. Il décida de ne pas prêter attention à cette appréhension qu’il ressentait, il savait que de toute façon Nicolas l’appellerait s’il y avait quoique ce soit.
 
 
A la fin du concert, il retourna dans sa loge et regarda immédiatement son téléphone, 3 appels de Nicolas, il senti  son sang se glacer. Son ami ne lui avait pas laissé de message mais il sentait que quelque chose de grave était arrivé. Il s’en voulait de ne pas avoir écouté son instinct. Il rappela tout de suite son ami.
 
Christian : Nico, qu’est-ce qui se passe ?
 
Nicolas : Je suis désolé mon pote, tu m’avais demandé de veiller sur elle mais Thérèse a débarqué.
 
Christian : Mais de quoi tu me parles, qu’est-ce que viens faire Thérèse là-dedans ?
 
Nicolas : Johanna est en salle d’opération, Thérèse est venue pour te présenter ton fils et ça a déclenché l’accouchement de Johanna
 
Christian : Salle d’opération ? Mais les jumelles ?
 
Nicolas : Elles sont nées et ont été transporté au service des prématurés, tu es papa mon frère
 
Christian : Johanna ?
 
Nicolas : Elle est encore au bloc, il y a eu des complications
 
Christian : Je pars, je pense être là dans 2h00
 
Nicolas : Fais gaffe quand même
 
 
Ils avaient prévu de dormir à l’hôtel mais il rassembla ses affaires et sorti rejoindre ses amis pour leur expliquer, les autres avaient bien sur comprit et lui avaient dit qu’ils prendraient le train le lendemain pour rentrer.
 
 
Houston, hôpital
 
 
Ils attendaient depuis un moment déjà, et toujours pas de nouvelles. Hélène avait fini par s’endormir sur son épaule et Cathy était allongée sur les chaises. Un médecin s’approcha, il posa Hélène délicatement sur les chaises sans la réveiller et s’approcha de lui.
 
Nicolas : Alors docteur, comment va-t-elle ?
 
Médecin : Elle est en salle de réveil, tout s’est bien passé, par contre on a été obligé de lui faire une hystérectomie, nous lui apprendrons à son réveil mais le choc psychologique risque d’être grand, surtout à son âge.
 
Nicolas : Oui, je comprends, mais si elle va bien, c’est déjà ça. Son fiancé ne devrait plus tarder maintenant.
 
 
En France, à Paris, chez Nathalie
 
 
Il avait eu ses résultats, il était allongé sur son lit à fixer le plafond, les bras sous la tête. Il se rappelait encore de ce qu’il avait ressenti quand il avait lu négatif sur le papier que lui avait remis l’infirmière. Il s’est promis à ce moment-là de ne plus faire n’importe quoi et d’essayer de reconquérir Bénédicte, la seule femme qu’il n’ait jamais aimé. Il avait su par Hélène qu’elle était repartie en Bretagne dans sa famille. En sortant il avait été cherché un billet de train pour la rejoindre.
 
 
En France, quelque part à Paris
 
 
Elle était couchée sur un carton, elle s’était fait voler son manteau mais ses nouveaux amis lui avaient prêté une couverture supplémentaire pour la protéger des nuits froides. Elle pleurait à chaque fois que personne ne pouvait la voir, elle n’avait pas vu sa chavirer, si elle parvenait un jour à remonter la pente, elle en serait jamais plus la même. Elle comprenait maintenant qu’elle avait toujours fait tellement de crises qui lui paraissaient tellement puéril aujourd’hui. Elle était capricieuse et elle comprenait pourquoi Sébastien avait fini par se lasser. Mais aujourd’hui, elle aurait donné n’importe quoi pour avoir une porte à ouvrir alors qu’elle avait souvent râlé quand elle entendait la sonnerie.
 
 
En France, à Toulouse
 
Elle était dans la chambre avec Laura, qui ne voulait pas dormir, elle pleurait depuis presque 30 minutes. Christophe était dans le salon, les cris de la petite l’avait énervé, elle savait que quand Laura se serait endormie, elle allait faire les frais de sa colère. Elle ne sortait plus depuis qu’il lui avait coupé les cheveux, elle portait des casquettes, même dans la maison. Elle avait toujours trouvé ridicule que Johanna en mette, elle avait un si joli visage et aujourd’hui, c’est elle qui devait se cacher dessous.
 
 
En France, en Bretagne
 
 
Depuis qu’elle avait posté la lettre, elle attendait son appel qui elle en était sûre ne tarderait pas à arriver. Elle savait qu’il ne se mettrait pas avec elle puisqu’il avait retrouvé Cathy mais elle espérait quand même qu’il s’intéresse au bébé. Elle vivait maintenant chez sa cousine puisque sa relation avec son père s’était détériorée et en était arrivée à un point de non-retour.
 
 
Entre Austin et Houston
 
Il roulait depuis 1h00 déjà, la voiture devant lui s’arrêta brutalement. Il eut juste le réflexe pour s’arrêter avant de l’emboutir. 2 hommes cagoulés venaient de sortir et se dirigeait vers lui. Ils ouvrirent sa portière, le premier le tira de force à l’extérieur de la voiture et le deuxième le rua de coup de pied et le balança sur le bas-côté. Il avait chuté tout en bas. Il avait l’impression d’être passé sous un rouleau compresseur tout son corps lui faisait mal, il avait entendu les hommes partirent avec les 2 voitures, il se retrouvait donc en bas d’une côte, sur une route très peu fréquentée et sans son téléphone qui était dans la voiture. Il avait certainement le bras droit de cassé, il ne pouvait plus bouger et une douleur atroce le lançait. Il pensa très fort à sa femme et à ses filles qui devaient avoir besoin de lui.
 
 
Houston, à l’hôpital
 
 
Il aurait dû arriver depuis 1h00 déjà, son portable devait être coupé parce qu’il tombait directement sur la messagerie, les filles étaient parties au service des prématurés, pour voir les petites et lui attendait des nouvelles de Johanna, son réveil ne devrait plus tarder.
 
 
Elles étaient tellement petites, elles étaient derrière une vitre, l’infirmière qui les avait aperçue était venu les voir, d’après elle, les petites avaient vraiment peu de chance de survivre, elles avaient de gros problèmes respiratoire et la deuxième jumelle avait déjà fait 2 arrêts. Ils avaient réussi à la sauver mais les médecins n’étaient pas du tout optimistes.
 
 
Elle se sentait pâteuse, son ventre lui faisait mal, elle bougea la main difficilement mais en la posant sur son ventre, elle sentie tout de suite que ses filles ne se trouvaient plus. Elle avait cette sensation de vide qui lui faisait mal. Des larmes coulaient sur ses joues, elle n’avait plus la force de se battre contre tous ces malheurs qui s’acharnait sur elle. Elle n’avait pourtant jamais fait de mal dans sa vie, pourquoi devait-elle souffrir autant ?
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 19:54 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Entre Austin et Houston
 
Il avait réussi à ramper jusqu’en haut de la côte, son bras était de plus en plus douloureux, il avait donc déchiré sa chemise pour faire une écharpe afin d’éviter de le bouger. Son corps le faisait toujours souffrir, les coups de pied et sa chute lui avaient  causé pas mal d’hématomes. Il devait absolument trouver quelqu’un pour pouvoir prendre des nouvelles de sa famille.
 
 
En France, à Toulouse
 
 
Laura s’était endormie, elle sorti de la chambre la boule au ventre, qu’allait-il se passer ? Elle arriva dans le salon, il était assis dans le canapé une tasse de café à la main et une autre de thé fumant sur la table basse. Il se retourna en l’entendant. Il savait tout le mal qu’il lui faisait, il avait besoin d’aide, il était en train de détruire ce qu’il avait de plus beau dans la vie et n’arrivait pas à se détacher de cette merde. Tous les jours, quand il lui avait fait du mal, sans en avoir conscience, il pleurait et se droguait à nouveau pour oublier et s’était sans fin, il recommençait jour après jour. 
 
Christophe : Viens t’assoir, je t’ai fait un thé, il faut qu’on parle
 
Adeline : Merci
 
Christophe : Adeline, je vais partir veux plus te faire de mal et j’ai peur de m’en prendre un jour aux enfants
 
Adeline : Mais qu’est-ce qui t’arrive Christophe, où est passé celui que j’aime, l’homme tendre, généreux, attentif
 
Christophe : Je … Je … Je me … drogue
 
Adeline : Quoi ?
 
Elle n’en revenait pas, comment avait-il pu tomber là-dedans ? Pourquoi n’avait-elle rien vu ? Elle avait vu avec son cousin les dégâts que pouvait engendrer la drogue. Devait-elle le laisser partir ou l’aider ?
 
 
Houston, à l’hôpital
 
Il n’était toujours pas là et ça devenait inquiétant, pas un appel, aucun signe, il avait eu Etienne au téléphone qui lui avait confirmé le départ de Christian depuis 4h00 déjà. Le médecin l’avait autorisé à se rendre auprès de Johanna pour quelques minutes.
 
Elle se sentait si seule, l’infirmière lui expliqué tout ce qui s’était passé, la naissance prématurée des jumelles, leur état de santé dramatique et son hystérectomie. Ses filles ne survivraient peut-être pas et en plus elle ne pourrait plus avoir d’enfant, pourquoi la vie était si injuste ? Depuis le départ de l’infirmière, elle pleurait, son corps était secoué de sanglots. Elle senti une main sur son épaule, sans ouvrir les yeux, elle savait que s’était lui.
 
Nicolas : Ca va aller ma grande, tu verras, ça va aller
 
Johanna : C’est moi ou toi que tu essaies de convaincre
 
Nicolas : Les 2 à vrai dire
 
Johanna : Pourquoi Christian n’est pas avec toi ?
 
Nicolas : Il devrait, je commence vraiment à m’inquiéter, il est parti d’Austin il y a 4h00 déjà et son portable ne répond pas
 
Johanna : C’est pas vrai, mais c’est pas vrai, tu as prévenu la police ?
 
Nicolas : Oui, ils partaient à sa recherche.
 
Johanna : Nicolas, j’en ai marre de tout ça, marre de me battre constamment contre la vie qui s’acharne sur moi, sur nous.
 
Nicolas : Il ne faut pas baisser les bras maintenant, tes filles vont avoir besoin de toi, il faut que vous soyez leur force.
 
Johanna : Mais tu ne comprends pas, comment je pourrais être leur force alors que je n’en ai plus. J’ai envie que tout s’arrête, là, maintenant.
 
Nicolas : Ne dis pas des choses comme ça, encore une fois on va traverser cette épreuve, on va se battre et on va gagner.
 
Johanna : J’ai peur, j’ai tellement peur
 
Il l’avait prise dans ses bras, ses pleurs avaient redoublés, lui aussi avait peur, pour Christian, pour les petites et pour elle. Elle paraissait tellement fragile à cet instant.
 
Nicolas : Les infirmières nous ont demandé si vous aviez déjà choisi un prénom pour les filles ?
 
Johanna : Ah quoi bon, le médecin m’a dit qu’elles avaient très peu de chance
 
Nicolas : Ah non, ne commence pas, je ne t’autorise pas à parler comme ça de mes nièces, alors ces prénoms ?
 
Johanna : Susanna et Sabile en hommage à mes parents
 
Nicolas : C’est vrai que c’est un très bel hommage, ils doivent être fiers et tu sais, je pense qu’elles vont tenir le coup parce qu’elles ont 2 grands parents qui veillent sur elles
 
Johanna : Oui peut-être.
 
 
Entre Austin et Houston
 
 
Malgré la douleur, il avançait, il fallait qu’il les voit, il fallait qu’il soit sûr que tout aille bien pour elle. Chaque pas lui faisait faire la grimace tellement son corps était douloureux, mais rester sur le bas-côté à attendre ne servirait à rien. Soudain il s’arrêta net
 
Christian : Quoi Thérèse et mon fils ?
 
Il venait tout juste de réaliser, en repensant à sa conversation avec Nicolas. Il était tellement inquiet pour elles qu’il n’avait pas fait attention à ce qu’il lui avait dit mais là, perdu au milieu de nulle part, dans le noir le plus complet, ça lui sauta à la figure, Nicolas avait parlé de Thérèse qui était venu lui présenter son fils.
 
 
Houston, au ranch
 
 
Elles avaient quitté l’hôpital, Nicolas attendait toujours des nouvelles de Christian et devaient les prévenir si il arrivait quoique ce soit. Elle était assise devant la porte, son fils dans les bras enroulé dans une couverture. Comment pouvait-elle encore être là, quand Nicolas lui avait dit de partir, elle était remonté dans sa voiture, elles l’avaient vu faire.
 
Hélène : Thérèse, qu’est-ce que tu fais encore là, tu penses que c’est la place d’un enfant ?
 
Thérèse : Je ne partirais pas sans avoir vu Christian, Lorenzo a le droit de connaître son père
 
Hélène : Bien sûr qu’il a le droit, mais Nicolas t’as dit qu’il n’était pas là, alors pourquoi tu es restée ?
 
Thérèse : Je n’ai plus de quoi payer l’hôtel, et j’ai été obligée de rendre la voiture à l’agence de location
 
Hélène : Bon, entres, va coucher ton fils, il ne devrait pas être dehors, il fait froid
 
Thérèse : Merci Hélène
 
Hélène : De rien, le pauvre petit bonhomme n’y est pour rien dans tout ça, je prépare du thé, tu en veux ?
 
Thérèse : Oui, je peux le mettre où ?
 
Hélène : Montes avec Cathy, elle va te montrer votre chambre.
 
 
Houston, à l’hôpital
 
 
Elle avait ressenti son inquiétude pour Christian, elle savait bien qu’il voulait la protéger mais elle avait besoin de savoir. Elle avait l’impression de passer son temps à l’hôpital coupée du monde ces derniers temps.
 
Un médecin entra dans sa chambre, il n’avait pas l’air bien, il n’osait pas la regarder dans les yeux, quelque chose était arrivé à ses filles.
 
Johanna : C’est mes filles ?
 
Médecin : Je suis désolé mademoiselle, Susanna à fait un arrêt cardiaque, nous n’avons pas réussi à la sauver.
 
 
Elle le fixait, sans rien dire, sans faire un seul geste, des larmes coulaient sur ses joues, au bout d’un moment et malgré la douleur, elle se tourna sur le côté de manière à ce qu’il ne voit plus son visage et elle se berçait, son corps allait d’avant en arrière, de plus en vite. Il sorti de la chambre, il savait que rien de ce qu’il dirait n’adoucirait sa peine.
 
 
 
Le médecin l’avait prévenu, une des petites n’avait pas survécu, il était dans le couloir, les joues mouillées de larmes, il savait qu’il devait entrer la voir, mais pour dire quoi ? Il aurait voulu faire face à cette situation, il aurait voulu savoir comment réagir. Malgré ce que pensait ses amis, il était loin d’être fort, à l’instant présent, il avait juste envie de crier, de hurler mais elle avait besoin de lui, il ne la laisserait pas tomber. Il poussa la porte de sa chambre doucement, sans bruit. Elle était pliée en deux sur le lit en se tenant le ventre, elle fredonnait une berceuse. Il ressorti et referma la porte. Il se laissa glisser le long du mur, c’était trop dur pour lui, il n’y arriverait pas.
 
 
Entre Austin et Houston
 
Il marchait toujours dans le noir le plus complet en repensant à tout ce que lui avait dit Nicolas, si Johanna avait accouché, c’était parce que Thérèse avait débarqué, encore à cause de lui, dès que le bonheur envahissait sa vie, il fallait toujours qu’une part de son passé refasse surface pour tout bouleverser. Soudain, il vit des phares, il n’avait rien pour montrer qu’il était là alors il décida de se mettre au milieu de la route, la voiture n’avait pas l’air d’aller vite.
 
 
En France, à Paris
 
 
Le matin, elle ne s’était pas réveillée, ils l’avaient déposé dans un hôpital, hypothermie, elle était en train de mourir de froid. Dans sa tête, défilait tous ses bons moments avec ses amis, avec Sébastien, elle était heureuse à l’époque. Puis les images de son agression, son viol et l’annonce de sa fausse couche, autant de moment qu’elle aurait préféré ne pas connaitre et qui la faisait tant souffrir aujourd’hui.
 
 
En France, en Bretagne
 
Sa mère venait de l’appeler, la conversation avait été brève mais apparemment, José était là, il voulait la voir. Il n’était pas au courant de sa grossesse, elle hésita à y aller mais pourtant, elle devait savoir pourquoi il avait tout raconté à Johanna. Il l’avait fait énormément souffrir, elle en avait versé des larmes pour lui, son cœur s’était brisé plus d’une fois à cause de ses infidélités. Elle savait qu’elle ne retournerait pas avec mais elle avait besoin de réponse pour pouvoir lui pardonner et espérer rester ami avec lui.
 
 
En France, à Nice
 
 
Il avait un travail et un logement, mais aucune femme n’avait pu la remplacer dans sa vie, il l’avait aimé et l’aimait encore si fort. Il était revenu quelque temps après son départ mais la maison était vide, il avait appris par le propriétaire qu’ils étaient tous partis vivre aux Etats-Unis. N’ayant aucune adresse, aucun numéro où les joindre, il avait retrouvé Olivier, dans le sud.
 
 
En France, à Toulouse
 
Elle avait réfléchit toute la nuit, elle ne pouvait pas le laisser tomber, malgré le mal qu’il lui avait fait, elle l’aimait et il allait bientôt avoir un deuxième enfant ensemble. Il avait dormi sur le canapé et elle avait entendu la porte d’entrée très tôt le matin même. Il était sorti, elle espérait qu’il n’irait pas se droguer après leur conversation de la veille mais elle savait aussi à quel point il était dur de se désintoxiqué de cette merde.
 
 
Entre Austin et Houston
 
Il était au milieu de la route et fut agréablement surpris en voyant les gyrophares de la voiture se déclencher, la police, c’était la police. La voiture s’arrêta à sa hauteur, et un policier baissa sa fenêtre
 
Policier 1 : Vous êtes Mr Roquier ?
 
Christian : Oui, oui, comment connaissez-vous mon nom ?
 
Policier 1 : Votre ami nous a appelés pour signaler votre disparition
 
Christian : Merci, merci d’être là, 2 hommes m’ont agressés et m’ont volés ma voiture, je pense que mon bras est cassé
 
Policier 1 : Montez, on vous emmène à l’hôpital
 
Christian : A Houston ?
 
Policier 1 : A non, monsieur, à Austin
 
Christian : Non, non, non, je dois rejoindre ma femme, elle vient d’accoucher de nos filles, il faut que je les retrouve.
 
Policier 1 : Je suis désolé monsieur, mais nous vous ramenons à Austin
 
Policier 2 : Oh, vu la situation, on pourrait faire une exception, il vient d’être père
 
Christian : S’il vous plait, ma femme était enceinte de 6 mois, je voudrais juste savoir comment vont mes filles et ma femme
 
Policier 1 : Ok, c’est bon, on vous emmène à Houston
 
Christian : Merci, merci, je ne voudrais pas abuser, mais vous auriez un téléphone que je puisse prévenir mon ami
 
Policier 2 : Bien sûr, prenez mon téléphone personnel
 
 
Houston, à l’hôpital
 
Il était sorti prendre l’air, il avait l’impression d’étouffer, il était assis sur le muret quand son téléphone sonna. Numéro inconnu, il n’avait pas envie de parler et encore moins avec un inconnu, il éteignit son téléphone et le rangea au fond de sa poche.
 
 
Houston, au ranch
 
Elles étaient toutes les 2 autour de la table, devant une tasse de thé, aucune n’osait parler. Hélène savait que Johanna allait souffrir et lui en vouloir mais elle ne pouvait pas la laisser à la rue avec un enfant en plus.
 
Hélène : Pourquoi tu n’es pas revenue plus tôt ?
 
Thérèse : Parce que je pensais que c’était du passé tout ça, et puis il n’avait fait tellement de mal à l’époque, je voulais me venger en lui cachant son fils
 
Hélène : Et qu’est-ce qui t’as fait changer d’avis ?
 
Thérèse : Un jour, en le récupérant à la crèche, il m’a demandé pourquoi il n’avait pas de papa, alors j’ai réfléchit et j’ai pris conscience qu’en aillant fait ça, c’est pas Christian que je punissais mais Lorenzo, Christian ne souffrait pas puisqu’il n’était pas au courant, mais mon fils allait souffrir de ne pas avoir de père.
 
Hélène : C’est sûr, mais comment as-tu su qu’on était ici ?
 
Thérèse : J’ai questionné Adeline un jour l’air de rien, j’ai demandé de vos nouvelles et elle a fini par me dire que vous étiez chez Johanna, alors j’ai fait des recherches et je vous ai retrouvé.
 
Hélène : Tu aurais pu écrire, pourquoi prendre le risque de débarquer sans un sous, avec un enfant en bas âge en plus ?
 
Thérèse : Parce que je veux une famille pour mon fils, pas juste un père qu’il verrait la moitié des vacances
 
Hélène : Christian a sa vie avec Johanna, ils viennent d’avoir 2 petites filles, tu ne peux pas tout bouleverser comme ça ?
 
Thérèse : Je suis désolée Hélène, mais moi aussi j’ai le droit d’être heureuse, et je sais que c’est seulement dans ses bras que je le serais
 
Hélène : Mais enfin, c’est idiot, il l’aime et il ne la laissera pas tomber comme ça.
 
 
Houston à l’hôpital
 
Il avait été conduit directement aux urgences, il était à quelques étages d’elles mais ne pouvait pas encore les voir. Son bras était cassé et il devait attendre qu’on lui pose un plâtre, d’après les radios, il avait 2 côtes fêlées. Les infirmières avaient quand même été prévenir Nicolas qui ne devrait pas tarder à le rejoindre.
 
 
Il était devant la porte, il n’arrivait pas à la pousser, il devrait annoncer à son amie la mort d’une de ses filles et n’en avait pas le courage. En plus il savait très bien qu’en voyant sa tête, son ami découvrirait tout de suite que quelque chose n’allait pas, il n’avait pas envie de donner le change comme d’habitude, aujourd’hui il n’avait pas envie d’être fort. Il se décida quand même à entrer.
 
 
Christian : Ah Nico, comment vont …
 
Nicolas : Je suis désolé
 
Christian : Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qui se passe ? C’est Johanna ? C’est les filles ?
 
Nicolas : C’est Susanna elle … elle …
 
Christian : Non, et Johanna, et Sabile ?
 
Nicolas : Johanna ne parle pas depuis l’annonce et Sabile se bat mais les médecins ne sont pas très optimiste, elle est très petite.
 
 
Christian s’était écroulé en larme dans ses bras, son monde était en train de s’effondrer sans qu’il ne puisse rien y faire, la douleur dans son bras et ses côtes avait totalement disparue, il ne pensait qu’à Johanna, il devait la voir tout de suite.
 
 
Elle n’avait toujours pas bougé, les infirmières passaient la voir régulièrement mais elle refusait toujours de parler, on lui avait apporté une photo de ses filles prise à la naissance, elles étaient très belles, petites mais magnifique. Elle n’aura même pas eu le temps de la prendre dans ses bras, elle n’aura pas eu le temps de lui dire tout l’amour qu’elle avait pour elle. Elle ne pleurait plus mais s’était enfermé dans un mutisme total.
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 20:04 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Et quand on pense qu'ils vont enfin être heureux, de nouveaux malheurs s'abattent sur eux Crying or Very sad
Maudite Thérèse qui débarque ainsi et provoque l'accouchement de Johanna. Je comprends qu'elle soit exténuée et qu'elle n'ait plus la force de se battre. Je me demande si l'amour de Christian va suffire?
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 20:48 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Mon Dieu, quelle tristesse dans ces derniers chapitres! Tu decris tres bien les sentiments et les scenes, c'est comme si je les vois. Mais pourquoi tout va si mal pour Johanna? Elle n'a rien fait de mal, elle ne merite pas ca! Et cette Therese! Je ne l'ai jamais aime, mais la, ca devient pire! Elle devrait venir juste a ce moment? Je sais que son fils a le droit de connaitre son pere, mais elle n'a pas le droit de briser la famille de Christian! 
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mar 14 Avr - 22:26 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Oh non tout allait bien ! Mais pourquoi l'autre cruche a débarqué ? Pauvre Johanna, comme si elle n'avait pas assez d'emmerdes comme ça.
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mer 15 Avr - 04:28 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Merci les filles pour vos commentaires. Je me suis lancé le défis d'integrer tout les personnage de la série alors je ne pense pas que johanna soit tranquille tout de suite. Quand Ingrid ou Audrey vont débarquer, ça ne va pas être de tout repos
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mer 15 Avr - 11:37 (2015)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre Répondre en citant

Ingrid et Audrey? Oh non!  Help  Et Linda va venir aussi, je suppose? 
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:49 (2018)    Sujet du message: J'ai besoin de toi pour vivre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Paulinebris
Page 2 sur 7 Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com