rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Destin fragile
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Vos créations Rochelle Redfield Fics Tétralogie Fictions Terminées Paulinebris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Dim 29 Mar - 19:07 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Cette fiction ce passe juste après le départ de Johanna quand elle a surpris Christian et Arielle dans le garage.


Hélène et Laly étaient dans leur chambre, elles pleuraient depuis le départ de leur amie.

Laly : C’est vraiment trop calme ici sans elle.

Hélène : Tu as raison, allumes la radio, ça fera un peu de bruit comme ça.

Laly : Si tu veux mais ça ne la remplacera pas.

Hélène : Je sais bien Laly, mais ça évitera de trop penser.


Elles étaient sur leur lit en écoutant les dernières chansons du moment, tout un coup, un flash spécial interrompit le programme.

Flash spécial, nous interrompons nos programmes pour vous annoncer le drame qui vient de se produire, l’airbus A3720 en provenance de Paris et à destination de Houston vient de s’écraser dans l’océan, les secours s’organisent déjà pour aller sur les lieux du crash.

Les filles s’étaient redressées sur leur lit, s’était le vol de Johanna, Hélène saisi le téléphone et appela Nicolas.


Hélène : Il faut que vous veniez tout de suite, sans Christian


Elle s’effondra en larme.


Nicolas inquiet : Hélène, qu’est-ce qui se passe ?

Hélène entre 2 sanglots : Venez.


Et elle raccrocha. Quelques minutes après, Nicolas et Sébastien frappaient à la fenêtre des filles.
Elles étaient effondrées, n’arrivaient pas à parler. La radio était toujours en marche et le journaliste interrompit une nouvelle fois le programme. Ne pouvant pas parler, Laly monta le son pour leur faire comprendre.

Flash spécial, nous revenons pour vous parler de ce tragique crash, celui de l’airbus A 3720, qui s’est écrasé dans l’océan, les secours sont sur place mais pour l’instant aucun rescapé n’a été trouvé, les plongeurs sont toujours à l’action. Une cellule de crise pour les proches a été ouverte à l’aéroport.

Les garçons venaient de comprendre, Sébastien serra Laly dans ses bras, cette dernière pleurait de plus belle.

Nicolas se laissa tomber à genoux au milieu de la chambre, il se prit la tête entre les mains.


Nicolas : C’était le sien ?


Devant le manque de réponse, il se mit à pleurer.


Sébastien : Et ce crétin qui est avec sa vieille, comment on va lui annoncer ?

Laly toujours en pleurant : C’est de sa faute, c’est de sa faute


Les pleures de tout le monde redoublèrent à ces mots. Tout le monde l’avait pensé mais personne n’avait jusqu’alors osé le dire.

Nicolas se releva et remit sa veste.


Nicolas : On va à l’aéroport, elle l’a peut-être raté, elle est peut-être encore là-bas ?


Tous se précipitèrent dans la rue et montèrent dans un taxi.

Pendant ce temps à la cafète

Christian était avec Arielle, tous lui avaient fait par du départ de Johanna mais avec sa fierté, il préférait jouer l’indifférent, après tout, il n’avait que 20 ans, rien ne l’obligeait à se caser maintenant, Johanna n’était peut-être pas la femme de sa vie, il avait encore tout le temps pour penser à ça.


Arielle : Tu ne veux pas qu’on aille chez moi, on sera plus tranquille ?

Christian : Tu as raison mon ange, et puis j’ai très envie de toi.


Dans la voiture, Arielle avait allumé la radio.

Flash spécial, nous revenons sur le crash de cet avion, l’airbus A3720, les secours sont sur place depuis 2 heures déjà et les chances de retrouver des survivants sont de plus en plus minces.


Arielle : C’est vraiment horrible, les pauvres familles.

Christian en éteignant la radio : Oui, c’est horrible, mais on a des choses beaucoup plus intéressantes à faire que de se morfondre sur ces pauvres gens.


Pendant ce temps, les autres arrivèrent à l’aéroport.

Nicolas faisait la queue au guichet qui avait été mis en place pour les proches.

Hélène et les 2 autres avaient trouvé une cabine téléphonique pour joindre les parents de Johanna.


Hélène : Mme Mc Cormick, bonjour, je suis Hélène, la meilleure amie de Johanna

Mère : Oh Hélène, c’est affreux, j’ai entendu les nouvelles, est-ce que vous avez des nouvelles de ma fille ?

Hélène : Non, je vous appelez pour la même chose, vous êtes sûre qu’elle a pris son avion ?

Mère : Elle nous a appelé de l’aéroport, elle attendait l’embarquement, alors oui, je suis sûre qu’elle l’a pris.


Hélène lâcha le téléphone et s’écroula en larmes dans les bras de Laly. Sébastien prit le combiné.


Sébastien : Madame, je suis Sébastien, un ami de Johanna.

Mère : Oui, elle m’a parlé de vous, vous avez cherché dans l’aéroport, elle s’est peut-être endormie quelque part ?

Sébastien : Notre ami Nicolas est parti se renseigner, ils vont lui dire si elle a embarqué ou pas, ils ont la liste des passagers, je vous rappelle quand il aura ce renseignement.

Mère en pleure : Oui, merci.


Nicolas arriva au guichet.


Nicolas : Pourriez-vous me dire si Mlle Mc Cormick avait embarqué s’il vous plait ?

Hôtesse : Mlle Johanna Mc Cormick, oui, je suis désolée monsieur.


Nicolas s’évanouie, les autres qui se tenaient plus loin accoururent vers lui.

Hélène reposa la question à l’hôtesse qui lui confirma que oui elle était bien à bord. Elle se laissa tomber à genoux devant Nicolas.


Hélène en hurlant : NON, pas ma Johanna.


Nicolas reprenait peu à peu ses esprits, Sébastien était parti appeler un taxi. Les 4 amis reprirent la direction de la cité U.
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 29 Mar - 19:07 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 873
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Dim 29 Mar - 19:49 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Ah non! Dis-nous qu'elle a survecu! En tous cas, j'embarque pour ta nouvelle fic. 
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Dim 29 Mar - 20:34 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Oh non pas ça ! Pas Johanna ! Pourvu qu'elle ait survécu au crash...
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 01:28 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Au vu des circonstances, les garçons avaient été autorisés à accompagner les filles dans leur chambre.

Nicolas était assis sur le lit de Johanna en pleure avec ses casquettes dans les mains, Hélène avait posé sa tête sur ses genoux et serrait une photo de Johanna contre son cœur.

Laly était allongée sur son lit, la tête dans les oreillers en train de pleurer, elle avait mis la chemise que Johanna lui avait laissée avant de partir.

Sébastien pleurait également, il était assis sur le lit d’Hélène et regardait ses amis qui étaient effondrés.


Sébastien : Je peux appeler les parents de Johanna d’ici ? J’ai promis à sa mère de la tenir au courant.


Hélène lui fit oui de la tête, elle n’avait pas le courage de parler.


Sébastien : Bonjour monsieur, je suis Sébastien un ami de Johanna.

Père : Oui, ma femme ne va pas très bien, elle a fait un malaise, elle est avec le médecin, est-ce que vous avez des nouvelles ?

Sébastien : Oui monsieur, elle … elle …

Père : Elle avait embarqué c’est ça ?

Sébastien : Je suis désolé.


La communication se coupa, il avait juste eu le temps d’entendre monsieur Mc Cormick hurler de douleur.

Pendant ce temps chez Arielle

Ils venaient de faire l’amour, Arielle lui avait proposé de la drogue mais Christian avait refusé, il ne voulait pas tomber là-dedans.


Arielle : Je respecte ta décision, mais sache que si un jour tu changes d’avis, j’en aurais toujours un peu pour toi.

Christian : C’est gentil, mais je suis contre ça, j’ai déjà fait pas mal de bêtises à cause de l’alcool, je ne veux pas toucher à ça.

Arielle : C’est tout à ton honneur.

Christian : Tu sais, je repense à cet avion qui c’est crasher, j’ai comme un mauvais pressentiment, tu voudrais bien me ramener à la cité, il faut que je vois mes potes ?

Arielle : Si tu veux mais avant, j’ai besoin d’un autre câlin.


Ils avaient refait l’amour et avaient fini par s’endormir.

Les garçons avaient eu l’autorisation de l’administration pour rester avec les filles cette nuit, tous étaient désolés pour eux, même Nathalie avait pleuré en apprenant la nouvelle.

Le lendemain à la cafète,

Arielle avait déposé Christian et ils avaient décidé de prendre leur petit déjeuner ensemble avant de se séparer, ils étaient en train de s’embrasser quand Nathalie approcha de leur table.


Nathalie : Je vois que sa mort ne te touche pas plus que ça, tu es vraiment ignoble.

Christian : Salut Nathalie, qui est mort ?

Nathalie : Attends, tu n’es pas au courant, tu n’as pas vu les autres ?

Christian : Non, mais tu m’inquiète là, qui est mort ?

Nathalie : J’ai fait tellement de mal jusqu’à maintenant que j’ai décidé de changer, désolée Christian mais ça n’est pas à moi de te le dire, les garçons ont dormis dans le bâtiment des filles cette nuit, je ne pense pas qu’ils iront en cours aujourd’hui, tu devrais aller les retrouver.


Christian se leva, il se rappela de son mauvais pressentiment hier soir, il regarda Nathalie qui maintenant était en larme.


Christian en regardant Arielle : On se retrouve plus tard, je t’appelle.


Il partit en courant vers le bâtiment des filles, grimpa à la gouttière et frappa à la fenêtre. C’est Hélène qui lui ouvrit.


Hélène : Dégages, tu m’entends, casses toi et ne remet plus jamais les pieds ici.


Elle referma la fenêtre, il redescendit sans comprendre ce qui se passait, elle avait tellement de rage et de douleur dans le regard, il ne l’avait jamais vu comme ça.

Sébastien avait couru en bas du bâtiment pour le rattraper.


Sébastien : Christian, enfin te voilà.

Christian choqué : Mais comment ça se fait que tu passes par la porte, t’es malade, tu vas te faire virer.

Sébastien : Non, on a l’autorisation, un drame s’est produit hier, viens t’assoir avec moi sur le banc là-bas.


Une fois assis


Christian : Dis-moi, je commence à avoir vachement la trouille, Nathalie, Hélène et maintenant toi, qu’est-ce qui se passe, c’est Johanna ?

Sébastien : Tu as entendu les infos hier ?

Christian : Oui, c’est à cause de cet …


Il laissa sa phrase en suspens, il venait de comprendre, Johanna devait rentrer au Texas, elle était certainement dans cet avion. Des larmes coulèrent sur ses joues sans qu’il ne puisse les retenir.


Christian : Non, pas ma Johanna, c’est pas possible, pas elle, il faut vite aller à l’aéroport, c’est pas possible.

Sébastien : On y a déjà été hier, Christian, elle avait bien embarqué, elle était dans l’avion, je suis désolé.


Christian se prit la tête dans les mains, il pleura, sans se soucier du regard des autres, sa peine était tellement grande, son cœur venait de se déchirer.

Il se leva et parti, la haine dans le regard d’Hélène lui avait fait comprendre qu’ils le tenaient tous pour responsable, et il avait bien conscience que si il n’avait pas joué au con encore une fois avec cette femme, elle ne serait pas partie et serait encore parmi eux.

Il arriva à la cafète, il était toujours en larme, il avançait sans se rendre compte des mouvements qu’il faisait, comme un automate. Il se dirigea vers le téléphone et appela Arielle.

Cette dernière qui venait juste de partir, fit demi-tour, il l’attendait devant, il monta dans sa voiture et lui demanda de l’emmener chez elle.

Une fois arrivé chez Arielle, il lui demanda une dose de drogue, tous les 2 en transe, ils rigolaient, Christian n’avait plus aucune douleur, la disparition de Johanna paraissait tellement loin, comme un mauvais cauchemar qui n’avait jamais eu lieu.
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 13:00 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

C'est une histoire triste mais elle est passionnante. 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 17:10 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Pendant ce temps au garage


José : Bon, qu’est-ce qu’ils foutent putain

Bénédicte : Calmes toi, c’est bizarre, qu’ils soient tous en retard, j’avais rendez-vous avec les filles.

José : Et si on allait à la cafète, je les appellerais de là-bas ?

Bénédicte : Très bonne idée.


Une fois à la cafète, José essaya de joindre les garçons dans leur chambre, sans succès.


José : Je ne comprends pas, personne ne répond.

Bénédicte : Je vais essayer chez les filles.


Bénédicte fut surprit que ça soit Sébastien qui lui réponde mais il avait une voix très faible, elle entendait des pleurs derrière lui. Il lui avait juste demandé de venir au plus vite en lui précisant que José pouvait passer par la porte.

Une fois arrivé dans la chambre des filles.


Bénédicte : Mais enfin, qu’est-ce qui se passe ? Les filles, Nico, pourquoi vous pleurez ?

Sébastien : Entrez, asseyez-vous.


Nicolas s’était levé pour saluer ses amis, en serrant la main de José, il avait fini par tomber en pleures dans ses bras.


José : Eh Nico, tu m’inquiètes, parles, qu’est-ce qui t’arrives ?

Nicolas : C’est Johanna, l’avion.

José : Je ne comprends pas. Quoi Johanna ?

Sébastien : Johanna était dans l’avion qui s’est écrasé en plein océan hier.


En apprenant la nouvelle, Bénédicte avait été pleurée dans les bras d’Hélène. José était resté figé sur place, toujours avec Nicolas dans ses bras.


José : Il n’est pas avec vous Christian ?


A l’évocation de son prénom, Laly s’était redressée.


Laly avec haine : Je ne veux plus entendre parler de lui, c’est de sa faute.


Sébastien avait regardé José et avait compris qu’il s’inquiétait pour lui. Il prit donc sa veste et parti à la recherche de Christian.

A la cafète, il avait vu Nathalie qui lui avait précisé qu’elle avait vu Christian partir avec sa vieille comme elle l’appelait. Sébastien n’avait aucun moyen de le joindre, il ne connaissait pas le numéro d’Arielle.

Pendant ce temps chez Arielle

Christian de peur de revenir à la réalité avait repris une dose de drogue mais il s’était écroulé au sol. Arielle était encore allongée sur le lit elle allait s’endormir quand elle entendit un gros bruit venant du salon. En arrivant, elle trouva Christian allongée sur le sol, elle eut tout de suite le réflexe d’appeler les secours.

Christian fut transporté à l’hôpital en urgence, il était en train de faire une overdose.

Arielle honteuse de ce qu’elle lui avait fait était passée chez elle prendre quelques affaires et avait pris un billet de train pour Marseille.


Sébastien était retourné dans la chambre des filles qui n’allaient toujours pas mieux.

Hélène avait eu les parents de Johanna au téléphone, ils devaient arriver dans 1 semaine, ils avaient appris que les corps allaient être ramenés en France.


Sébastien en embrassant Laly : Est-ce que quelqu’un aurait les coordonnées d’Arielle ?

Nicolas : Oui, j’ai son téléphone dans la chambre, tu es parti chercher Christian ?

Sébastien : Oui, Nathalie m’a dit qu’il était parti avec elle, j’ai peur pour lui.

Laly : Qu’il crève, il n’aurait que ce qu’il mérite.

José : Laly, c’est notre ami aussi

Laly : Plus pour moi.


Nicolas avait accompagné Sébastien dans leur chambre pour appeler Arielle. Après plusieurs appels restés sans réponse, ils décidèrent de se rendre directement chez elle.


Sébastien : Arielle, Christian, c’est nous, ouvrez.


Une voisine qui les avait entendus crier, sorti de chez elle.


Voisine : Ils ne sont pas là, les pompiers sont venus chercher le jeune homme qui était avec elle et je l’ai vu revenir et partir avec une valise, je ne pense pas qu’elle revienne de sitôt.

Nicolas : Comment ça les pompiers ?

Voisine : Oui, d’après ce que j’ai pu comprendre, il faisait une overdose, en même temps ça ne m’étonne pas, c’est une vrai droguée celle-là.

Sébastien : Oh putain, mais vous savez où ils l’ont emmenés ?

Voisine : Je pense qu’ils ont dû aller à l’hôpital de la charité, c’est le plus proche.

Sébastien : Merci madame.


Ils prirent un taxi qui les déposa devant l’hôpital, Nicolas s’était de nouveau renfermé dans le silence, il venait de perdre sa sœur, il était hors de question que son frère y reste aussi parce qu’il n’avait pas eu le courage de lui parler.

A l’hôpital


Sébastien : Bonjour madame, on vient d’apprendre que notre ami Christian Roquier avait été emmené par les pompiers, on aimerait savoir s’il est bien ici ?

Infirmière : Un homme a bien été admis ici il y a 1 heure mais nous n’avons pas son identité, la personne qui l’accompagnait n’a pas voulu nous en dire plus sur lui.

Sébastien : D’après les informations que nous avons, il aurait fait une overdose.

Infirmière : Oui c’est bien ça, je vais vous demander de m’accompagner, pour l’identifier.


Nicolas n’avait pas voulu le suivre, il n’avait pas la force de voir son petit frère sur un lit d’hôpital.

Sébastien avait suivi l’infirmière et avait identifié Christian qui était allongé, très pale et branché à plusieurs machines.

Infirmière : Votre ami est dans un coma profond.

Sébastien : Mais il va s’en sortir ?

Infirmière : Les médecins ne peuvent pas se prononcer, certains se réveille rapidement d’autres mettent des années ou ne se réveille jamais. Vous savez si on peut joindre sa famille ?

Sébastien : Oui bien sûr, mon ami a le numéro de ses parents, ils habitent à Toulouse.

De retour au bureau des infirmières, Nicolas était assis le long du mur dans le couloir, en voyant Sébastien revenir, il avait relevé la tête en espérant que ça ne soit pas Christian sur ce lit mais devant la tête de son ami il comprit tout de suite que c’était lui.

Sébastien : Nico, il faudrait que tu leur donne le numéro de ses parents, tu le connais ?

Nicolas en se relevant : Oui, comment il va ?

Infirmière : J’expliquais à votre ami qu’il était dans un coma profond, personne ne peut savoir quand il se réveillera ou s’il se réveillera, c’est à lui de se battre maintenant, on ne peut rien faire de plus.

Nicolas : J’aimerais le voir s’il vous plait.

Infirmière : Bien sûr, je vais d’abord prendre les coordonnées de sa famille et je vous laisse y aller avec votre ami.

Nicolas donna le numéro des parents de Christian et suivi Sébastien à travers les couloirs jusqu’à la chambre de Christian.

Une fois à l’intérieur, il demanda à Sébastien de le laisser seul un peu avec lui.

Nicolas une main sur la tête de Christian : Putain Chris, pourquoi t’as fait ça ?

Il installa une chaise à côté du lit et pris la main de son frère dans la sienne.

Nicolas : On a déjà perdu Johanna, il est hors de question que tu partes toi aussi, tu m’entends, hors de question. Mais merde quoi, tu as pensé à nous ? Je sais que tu as mal, mais nous aussi, elle était notre amie mais on n’a pas le droit de se détruire, elle n’aurait pas voulu ça.
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 873
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 17:54 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Comme c'est triste! Je comprends la reaction d'Helene vis-a-vis de Christian. J'espere qu'il va se reveiller vite et aussi que Johanna va se retrouver vivante. 
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 18:52 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Mon dieu que c'est triste Crying or Very sad
Comme si le chagrin de la disparition de Johanna n'était pas assez fort, Christian ne se réveillera peut-être plus non plus!
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 23:33 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Oh non ! Manquait plus que ça. 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mer 1 Avr - 01:43 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Plus tard dans la journée

Les filles étaient toujours dans la chambre, Nicolas les avaient appelés pour les informer de l’état de santé de Christian.

Laly : Mais il en a pas marre de faire toutes ces conneries ?

Hélène : C’est de ma faute Laly, si j’avais été plus calme avec lui, il n’aurait pas réagis comme ça et serait avec nous à l’heure qu’il est.

Laly : Mais non, moi aussi je suis en colère contre lui, c’est de sa faute si Johanna était dans cet avion, tu as eu raison de lui faire comprendre.

Hélène : Ah oui Laly, et on est plus avancé maintenant, on risque de perdre notre ami et toi tu me dis que j’ai eu raison, non mais tu réalises.

Sans lui laisser le temps de répondre, elle prit sa veste et sorti en courant de la chambre.


Hélène se dirigea directement vers le garage, elle savait qu’elle serait seule, José et Bénédicte étaient partis chercher les parents de Christian car personne n’arrivait à les joindre.

Flash-back

Deux jours avant le crash

Johanna était au laboratoire d’analyses médicale, depuis quelques semaines, elle ne se sentait pas bien et avait souvent des nausées et des étourdissements, elle avait fait un test de grossesse qui s’était révélé positif, mais son médecin lui avait quand même prescrit une prise de sang par précaution.


Infirmière : Et voilà mademoiselle, vous pouvez passer chercher les résultats dans 2 jours.


Elle n’avait rien dit à ses amis et à Christian, elle attendrait les résultats définitifs et aviserait par la suite.


Le jour du crash

Après avoir surpris Christian avec une autre femme, Johanna avait fait ses bagages et avait réservé son billet d’avion, un aller simple pour le Texas. Elle n’avait pas voulu que ses amis l’accompagne, les adieux à l’embarquement n’étaient pas pour elle et elle avait peur de ne pas avoir la force de partir si elle les voyait pleurer.


Avant de se rendre à l’aéroport, elle alla chercher ses résultats au laboratoire.


Infirmière : Vous êtes bien enceinte mademoiselle


Elle avait pali à l’annonce de cette nouvelle même si elle savait déjà, l’entendre de vive voix était très dur, mais après avoir écouté les différentes options qui s’offraient à elle, elle décida de le garder, un bébé de son ex cricri d’amour était le plus beau cadeau que pouvait lui faire la vie. Ses parents ne voudront certainement pas qu’elle le garde mais s’était sa décision et elle lutterait de toutes ses forces pour qu’ils la soutiennent.

Fin du Flash-back

Hélène était toujours au garage, elle était assise sur le canapé, le long de l’accoudoir et regardait la batterie avec intensité, quelque chose lui rentrait dans la peau, elle se leva et tira sur la couverture pour voir ce que s’était.

Hélène : Un test de grossesse, positif en plus, bah mince alors, qui peut bien être enceinte ?

Elle mit le test dans son sac et reprit le chemin de sa chambre.

En même temps à l’hôpital

Sébastien était toujours dans le couloir, ça faisait 1 heure maintenant, il se décida à entrer dans la chambre. Il trouva Nicolas, la tête posée sur le rebord du lit, en pleure, il tenait la main de Christian tellement fort que les jointures de ses doigts étaient blanches.

Sébastien : Nico, il faudrait rentrer voir les filles, elles ont besoin de nous maintenant.

Nicolas en colère : Ah bon parce que lui non ?

Sébastien : Tu sais bien que je n’ai pas voulu dire ça, c’est juste qu’on ne peut rien pour lui, tu as entendu l’infirmière, il faut qu’il se batte seul, les filles nous attendent Nico.

Nicolas : Vas les voir, moi je reste ici jusqu’à l’arrivée de ses parents, je ne veux pas le laisser seul.

Sébastien : Les visites sont bientôt terminées, tu ne pourras pas rester là cette nuit.

Nicolas en hurlant : J’en ai rien à foutre des visites, je ne le laisse pas seul c’est clair.

Sébastien : Ok, ne t’énerves pas, appelles moi quand tu voudras rentrer, je passerais te chercher.


Il sorti, non sans un dernier regard pour son ami, il ne l’avait jamais vu comme ça, lui qui parait si fort et sûr de lui en temps normal, paraissait tellement fragile et perdu.


Sébastien avait dû repasser par la gouttière mais il était à présent dans la chambre des filles, Laly lui avait raconté la dispute avec Hélène et le départ en colère de cette dernière.

Sébastien s’apprêtait à partir à sa recherche quand la porte s’ouvrit.

Hélène tenant le test dans sa main : Laly, c’est à toi ?

Laly : Non, pourquoi, ça vient d’où ?

Hélène : Du garage, je l’ai trouvé dans le canapé donc il appartient forcement à l’une d’entre nous, c’est pas à moi ni à toi, il ne reste donc que Bénédicte.

Sébastien timidement : Où Johanna.

Laly : Oh mon dieu, s’est horrible, Johanna était enceinte, oh mon dieu.

Hélène : Non, non, non, elle nous l’aurait dit quand même, un bébé de son cricri d’amour, elle l’aurait crié sur tous les toits.

Sébastien : Peut-être qu’elle voulait d’abord en parler à Christian ?

Laly : Parce que tu penses que Christian est au courant, Ah mais ça se trouve, il n’en voulait pas et c’est pour ça qu’il l’a trompé.

Hélène : Attendez, avant de tirer des conclusions, il faut en parler à Béné, il est peut-être à elle ce test.


2 jours plus tard, il n’y avait toujours pas d’amélioration pour Christian, les parents de Johanna devaient arriver dans l’après-midi, c’est Sébastien qui devait aller les chercher à l’aéroport. José et Bénédicte revenait avec les parents de Christian.

Tous les jours, Hélène rejoignait Nicolas à l’hôpital pour être sûr qu’il s’alimente correctement. Elle venait de perdre sa meilleure amie et de voir Christian allongé sur ce lit d’hôpital lui braisait le cœur, mais il fallait qu’elle tienne le coup, pour Nicolas qui n’avait plus aucune réaction logique depuis l’admission de son ami à l’hôpital, il ne s’était pas changé douché et rasé depuis 3 jours, il faisait vraiment peine à voir, mais refusait catégoriquement de quitter le chevet de son ami.

Sébastien avait déposé les parents de Johanna à l’hôtel, Hélène devait les rejoindre après sa visite à l’hôpital.

Mère de Johanna : Merci Sébastien, c’est très gentil à vous d’être venu nous chercher.

Sébastien : Mais de rien, c’est tout à fait normal, Johanna était notre amie vous savez, elle comptait beaucoup pour nous.

Père de Johanna : Excusez-moi, mais j’aimerais beaucoup rencontrer le fameux Christian qui a fait souffrir mon bébé.

Sébastien : Je suis désolée monsieur, mais ça ne va pas être possible pour le moment, Christian est dans le coma à l’hôpital.

Mère de Johanna : Oh mon dieu, c’est horrible, qu’est-ce qui lui ai arrivé ?

Sébastien (gêné) : Il n’a pas supporté la perte de Johanna, il a fait une overdose.

Père de Johanna : mais quel petit con, on peut aller le voir quand même ?

Sébastien : Oui, Hélène ne devrait pas tarder, je vais vous laisser vous reposer et elle vous y conduira tout à l’heure.

Mère de Johanna : Merci mon grand, ça ne m’étonne pas que tu es été un ami de notre Johanna, tu es formidable.

Sébastien (qui ne put retenir ses larmes plus longtemps) : Merci à vous, vous ne pouviez pas me faire plus beau compliment. Elle nous manque vous savez.
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mer 1 Avr - 12:35 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

En plus, elle était enceinte. Quel tristesse.  Crying or Very sad
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 873
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mer 1 Avr - 14:05 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Oh non, pauvre Johanna! Elle est partie le coeur brise avec le bebe de Christian dans le ventre.  Crying or Very sad
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Mer 1 Avr - 14:08 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Et s'il y avait des survivants?  Rolling Eyes
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 2 Avr - 02:13 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Dans la chambre des filles

Bénédicte était venu prendre des nouvelles des filles, elle ne trouva que Laly, José était resté dans son appartement que les parents de Christian occuperaient le temps de leur séjour.

Bénédicte : Bonjour ma Laly, je suis venue vous demander si je pouvais dormir ici le temps que les parents de Christian son dans mon appartement.

Laly : Salut, comment vont-ils ?

Bénédicte : Son père a l’air de tenir le coup, mais sa mère est effondrée.

Sébastien frappa à la fenêtre.

Sébastien : Ah Béné, vous êtes rentrés ?

Bénédicte : Oui, les parents de Chris vont s’installer chez moi quelque temps, je suis venue demander aux filles si je pouvais dormir ici.

Laly : Comment vont les parents de J… (Elle éclata en sanglot)

Sébastien (la prenant dans ses bras) : Mon bébé, ne pleure pas, ils vont bien, ils ont l’air de tenir le coup, ça va aller.

Laly : Elle me manque tellement Sébastien

Sébastien : Chut, je sais, moi aussi elle me manque

Laly (se redressant soudainement) : Oh faite Béné, tu es enceinte ?

Bénédicte (choquée) : Quoi ?

Laly : Est-ce que tu as fait un test de grossesse ?

Bénédicte : Non, je ne suis pas enceinte … LALY

Laly était tombée sans connaissance dans les bras de Sébastien, ils l’avaient conduit à l’hôpital aux urgences.


Pendant ce temps à l’hôtel

Mère de Johanna : Hélène, merci d’être venue

Hélène : Mais de rien, c’est normal, avec Joh, on ne se connaissait pas depuis très longtemps finalement mais il y avait un lien particulier entre nous 2.

Père de Johanna : Oui, elle nous parlait très souvent de toi. Sébastien nous a dit que Christian était à l’hôpital, on aimerait y aller.

Hélène : Vous savez, il est toujours dans le coma, il n’est pas en état de recevoir des reproches

Mère de Johanna : Hélène enfin, nous avons des enfants, nous ne sommes pas des personnes inconscientes quand même.

Père de Johanna : Tu sais ma grande, même si je suis en colère contre lui, je sais à quel point ma fille l’aimait et je sais qu’il doit l’aimer aussi vu son geste, je ne voudrais pas qu’il parte lui aussi

Hélène : Très bien, allons-y


Pendant ce temps à l’hôpital

José : Voilà, ça chambre est ici, Nicolas est avec lui, il ne le quitté depuis son admission

Père de Christian : Merci José, merci pour tout

José : Mais de rien, c’est normal, Christian est un très bon ami

Mère de Christian : Non, ça n’est pas normal surtout avec le drame que vous êtes en train de vivre, la perte de votre amie doit être très dure.

José : Oui, très.


Dans la chambre

Mère de Christian : Bonjour Nicolas

Nicolas (en se jetant dans ses bras en pleurant) : Je suis désolé, j’aurais dû veiller sur lui

Mère de Christian : Ne sois pas désolé, Christian est un grand garçon tu sais, il aurait dû prendre soin de lui au lieu de se détruire

Nicolas : Il l’aime tellement, il n’a pas supporté

Père de Christian : Oui, je me doute mais il n’aurait pas dû se mettre dans cet état quand même

Mère de Christian : Nicolas, maintenant qu’on est avec lui, je voudrais que tu rentres te doucher et te changer, tu fais peur à voir, reviens quand tu te seras reposé un peu

Nicolas : Vous êtes sûre, ça va aller

Au même moment on frappa à la porte

Hélène : bonjour, on ne vous dérange pas ?

Nicolas : Non, entres, je te présente les parents de Christian

Hélène : Bonjour, je suis Hélène, une amie de Christian

Mère de Christian : Oui bien sûr, il nous parlait souvent de toi

Hélène : Décidemment

Nicolas : pourquoi tu dis ça ?

Hélène : Je suis avec les parents de Johanna, ils sont dans le couloir avec José, ils aimeraient voir Christian

Père de Christian : Bien sûr, fais les entrer

Après les avoir fait entrer, José raccompagna Hélène et Nicolas à la cité

José : Hélène, Béné a prêté son appartement aux parents de Christian, elle doit être dans votre chambre.

Hélène : Oui pas de souci


A l’hôpital

Mère de Christian : Asseyez-vous

Mère de Johanna : Merci, nous n’allons pas rester très longtemps

Père de Christian : Vous devez lui en vouloir, il s’est comporté comme un crétin avec votre fille

Père de Johanna : C’est vrai, je lui en voulais beaucoup en arrivant, si ma fille était dans cet avion s’était entièrement de sa faute mais quand on a appris ce qu’il avait fait, j’ai juste réalisé la force de son amour pour elle.

Mère de Christian : c’est vrai qu’il l’aimait votre fille, il a voulu se détruire pour ce qu’il avait fait je pense

Mère de Johanna : Je le pense aussi. Mais ils sont jeunes, à leur âge, les erreurs font partis de l’apprentissage de la vie

Père de Christian : Vous m’avez l’air des gens très sensé, je vous avoue que ça aurait été l’inverse, je n’aurais aucune envie d’être compatissant avec votre fille

Père de Johanna : En prenant l’avion ce matin, je vous avoue que je n’avais qu’une envie, lui mettre mon poing dans la figure, mais à le voir comme ça, je me rends compte qu’il doit souffrir énormément et il paie assez cher la disparition de ma petite fille


Dans la chambre des filles

Hélène était rentrée depuis plusieurs heures maintenant et toujours aucune trace de Laly et Béné, elle commençait vraiment à s’inquiéter

Chambre des garçons

Nicolas était douché et rasé, il s’apprêtait à s’allonger quand le téléphone sonna

Sébastien : Nico, tu es rentré, c’est bien
Nicolas : Oui, je l’ai laissé avec ses parents, mais tu es chez les filles

Sébastien : Non, j’essaie de joindre Hélène mais c’est occupé, le téléphone doit être mal raccroché

Nicolas : Pourquoi, qu’est-ce qui se passe ?

Sébastien : Je suis à l’hôpital avec Béné, Laly a fait un malaise et elle ne reprend toujours pas connaissance

Nicolas : Merde, je passe chercher Hélène et on vous rejoint


30 minutes plus tard, hôpital de la cité U

Hélène : Qu’est-ce qui s’est passé ?

Bénédicte : Je ne sais pas, on était en train de parler, et d’un seul coup, elle est tombée

Nicolas : C’est bizarre, vous n’avez pas encore de nouvelles ?

Sébastien : Non, on a vu les médecins il y a une heure déjà et elle n’avait pas encore reprit connaissance depuis on n’en sait pas plus

Hélène : Vous parliez de quoi ?

Bénédicte : Tu connais Laly avec ses idées farfelues, elle m’a demandé si j’étais enceinte, ça doit être sa nou…

Hélène : Dis-moi que tu lui as dit oui

Bénédicte : Non, bien sûr que non, pourquoi ?

Hélène tomba à genoux devant Nicolas en pleure, elle était secoué de sanglots et n’arrivait pas à se calmer malgré les mots tendres de Nicolas.
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Jeu 2 Avr - 09:26 (2015)    Sujet du message: Destin fragile Répondre en citant

Les parents de Johanna ont compris qu'en vouloir à Christian ne leur rendrait pas leur fille. C'est une grande preuve d'intelligence.


Johanna était donc enceinte  Crying or Very sad
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:07 (2018)    Sujet du message: Destin fragile

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Paulinebris
Page 1 sur 2 Aller à la page: 1, 2  >
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com