rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Les contraires - Partie Une
Aller à la page: <  1, 2, 36, 7, 812, 13, 14  >
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Créations sur d'autres séries, sujets ou personnages. Fics Diverses Fictions en cours Fics Tétralogie H&G
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Ven 13 Mar - 00:37 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Ah ! merci Barbara, me voilà rassurée ^^

Pour la relation José/Christian, je ne la vois pas comme hypocrite, mais bien sûr chacun le ressens à sa manière ^^ par contre c'est une amitié très abîmée effectivement.

Je poste le prochain chapitre demain Wink

Merci les filles pour vos commentaires !
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 13 Mar - 00:37 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Ven 13 Mar - 10:36 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Chapitre 16



- Lola, ouvre c'est papa.
Christian toqua deux fois à la porte, qui resta close.
Il comprenait la colère de sa fille. Depuis qu'il était séparé de Johanna, il n'avait raté aucun week-end. Au début, il la prenait une semaine sur deux ; mais elle n'avait jamais trouvé sa place dans leur famille recomposée, avec ses demi-frères et ses demi-soeurs.
Ils étaient passé ensuite à un week-end par semaine, puis à deux week-ends par mois. Une chose était sûre, il ne voulait pas perdre sa fille.
- Ma chérie, ouvre.
En guise de réponse, il entendit sa fille mettre la musique à fond. Du Marylin Manson, reconnu-il. C'était sa manière à elle de communiquer, quand elle n'arrivait pas à parler. Père et fille, se ressemblaient beaucoup, de ce côté-là.
Il tourna la poignée, mais elle avait fermé à clef.
- Lola ! cria-t-il, derrière la porte. Ouvre ! s'il te plaît !
La porte s'ouvrit, Lola retourna s'asseoir sur son lit, les jambes croisées, tout en feuilletant un magazine.
- C'est un peu violent comme musique, non ? dit-il en baissant le son de la chaîne.
Lola haussa les épaules, d'un air blasé.
- Je suis venue te chercher pour passer le week-end à la maison, repris-il.
- Tu as plus de douze heures de retard, répliqua Lola, en levant les yeux vers son père.
- Je sais. Mais je vais me rattraper.
- Et, comment ?
Il n'entendit pas la question de sa fille, figé devant une photo qui était posée sur la table de nuit de l'adolescente.
De gauche à droite : Christophe, Sébastien, Manuela, Etienne, et lui, riant aux éclats devant l'objectif. Il se souvenait précisément de la date – le « 18 juin 1999 » , parce que c'était la veille du jour ou il avait fait son overdose ; six mois après qu'ils aient commencé leur tournée dans toute la France. Une tournée qui avait continué sans lui, après ce terrible accident.
Il avait choisi de s'installer en Australie, ensuite, en compagnie de Linda et de leur futur fils, Jordan.
Ils avaient été très heureux durant cette période qui avait duré un an, se souvient-il ; exerçant son métier de photographe et découvrant le « métier » de père. Mais surtout, il avait enfin appris à parler : Anglais.
Il remarqua une autre photo et afficha un sourire nostalgique. Lola et Jordan en combinaison de karting. Ils avaient respectivement dix et quinze ans sur ce cliché.
- Papa ? Ça va ?
- Hein, quoi ?
- Est-ce que ça va ?
- Oui ma chérie, tout va bien.
- Tu veux vraiment de moi pour le week-end ?
- Oui, bien sûr mon ange, affirma-t-il en lui souriant tendrement.
Elle sourit en retour et ramassa son sac au pied de son lit.
- Allons-y alors !

****


Il était plus de treize heures, lorsque Cathy ouvrit sa boutique de lingerie.
Elle avait travaillé sur ses dessins durant plus de deux heures, mais elle n'était toujours pas arrivé à l'effet voulu. Elle avait préféré faire une pause, plutôt que de continuer à s'arracher les cheveux inutilement.
Il n'y avait pas grand monde au magasin à cette heure si, ainsi, elle en profita pour mettre un peu d'ordre dans les rayons. Elle allait être obligée de renvoyer la jeune vendeuse qu'elle venait d'engager, si elle ne mettait pas un peu plus de rigueur dans son travail.
Elle poussa un soupir de frustration, quand elle remarqua certains modèles de sa nouvelle collection, gisant à terre. Elle aurait une discussion sérieuse avec Fanny, dès le lendemain matin.
Sa bonne humeur revint, quand elle tourna la tête et remarqua Johanna, qui lui souriait à travers la vitrine. Cathy lui fit signe d'entrer, et la Texane poussa la porte du magasin en déclarant :
- Je n'étais encore jamais entré ici. C'est très olé, olé, constata-t-elle, en effleurant le très léger tissu d'une nuisette à dentelle noire. Mais c'est très joli, s'empressa-t-elle d'ajouter. Tu as beaucoup de talent.
- Merci.
Cathy l'invita à s'asseoir sur un tabouret qui se trouvait là, et lui servit une tasse de café.
- Qu'est qui t'amène dans le coin ? s'enquit-elle, en s'installant en face de l'Américaine. Je suis sûr que tu n'es pas là par hasard. Tu as vu Christian, ce matin ?
- Non. S'il est passé, je l'ai raté. J'avais rendez-vous très tôt avec un client. Le genre lourdingue. Mais je ne suis pas là par hasard, tu as raison.
Prenant un air grave, elle confessa à son amie :
- Je me fais du souci pour toi, Cathy.
- Du souci pour moi ?
- Je voudrais surtout pas me mêler de ce qui me regarde pas...
- Alors ne t'en mêle pas ! la coupa Cathy d'un geste autoritaire.
Elle vit la peine qu'elle fit à son amie en lui parlant un peu brusquement ; cette dernière sirota son café, sans rien ajouter.
- Excuse moi Johanna... je suis à fleur de peau ses temps si. Ne m'en veut pas.
Johanna lui prit la main, et la lui serra.
- Ce n'est rien, puis tu as raison, admit-elle à contre coeur. Ca ne me concerne pas. Mais si tu as besoin...
- Tu es là. J'ai bien compris le message, sourit la brune.
- Je sais à quel point Christian peut être jaloux et possessif, parfois.
Cathy ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais elle la referma aussitôt et secoua la tête.
- Vas-y, je t'écoute, l'invita son amie.
- Tu as vécu deux ans avec Christian à la fac...
- C'est à peu près ça, oui.
- Plus, cinq ans de mariage ; lorsque vous, vous êtes retrouvés... poursuivit-elle, hésitante. Ca fait sept ans...
- Oui, on peut compter comme ça, si tu veux... va au fond des choses Cathy.
Elle soupira longuement.
- Il n'a jamais été violent avec toi.
Cela sonnait plus comme une affirmation, que comme une question à l'oreille de Johanna.
Elle était venu pour lui parler de ça, justement. Et maintenant que Cathy avait l'air disposée à en parler, elle ne pouvait plus reculer.
- Tu sais comment il pouvait être agressif, lorsqu'on était à la fac ? Il n'était pas seulement ronchon... Il m'a bousculé une ou deux fois, mais ça n'a jamais été important pour moi. D'ailleurs ce n'est toujours pas important. Ça en viendrait à salir notre relation de l'époque, si c'était le cas.
- Je comprends...
Johanna vit que son amie comprenait réellement, que ce n'était pas des paroles en l'air...
- Je ne pense pas que Christian était violent à l'université. Je pense qu'il l'est devenu avec les années...
Cathy réfléchit.
- Je pense aussi, dit-elle. Il a vécu des choses qui l'ont transformé en quelqu'un de différent.
Elle repensa à ses deux années, lorsqu'ils étaient si jeunes, à Toulouse ; où il s'était battu pour combattre son addiction à la drogue... elle avait plongé elle aussi, à l'époque. Quelle horreur quand elle y repensait.
Elle sentit ses yeux lui piquaient, quand elle songea à la manière dont Christian l'avait « incité » à se droguer. Elle était tellement amoureuse de lui, qu'elle s'était laissé convaincre, que cela, allait les rapprocher. C'est ce qu'il lui avait répété. « Essaie au moins, juste pour voir... »
Dès son premier shoot, elle avait été accro.
- Darling, You're Okay ?
Johanna posa sa main sur son avant-bras, d'un geste affectueux.
- Oui, merci Johanna.

_________________


Dernière édition par Winona23 le Mar 24 Mar - 22:11 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 5 791
Localisation: Gironde 33
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

MessagePosté le: Ven 13 Mar - 19:06 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Encore une belle amitié règne entre Johanna et Cathy. Je pende qu'elles peuvent s'entraider. Il faudrait juste que Cathy s'ouvre un peu plus mais ça doit être compliqué pour elle.
_________________


Merci Sister


RST un jour...RST toujours


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Mar - 17:22 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Chapitre 17


Le samedi suivant, la fête battait son plein sur la plage, à l'occasion de l'anniversaire de Johanna. L'Américaine avait feint l'étonnement, quand José lui avait retiré le foulard qui lui couvrait les yeux - depuis qu'ils avaient quitté la maison - pour qu'elle eut la surprise de voir tous ses amis réunis.
Il ne s'était rendu compte de rien, ce qui amusa Cathy qui fit un clin d'oeil à son amie ; en retour, elle lui sourit chaleureusement.
Depuis leur conversation en face à face, la semaine précédente, elles s'étaient téléphoné tous les jours. Chose, qui n'était pas arrivée depuis fort longtemps. Mais Cathy avait senti son amie réellement inquiète pour elle, et cela l'avait touché.
Comme toujours dans ce genre de soirée, les invités s'étaient peu à peu dispatcher, à mesure que - l'heure avançait.
Manuela, Linda et Bénédicte, riaient aux blagues de Christophe, autour d'un verre de Sangria. Hélène et Étienne semblaient eux, au contraire, avoir une discussion des plus sérieuses ; mais qui ne les empêchait pas de piocher dans ce qui restait de petits fours... Laly, Stephane, Jimmy et Nicolas était attablée et avait entamé une partie de cartes. Jeanne et Christian commençaient à ramasser assiettes et gobelets... tandis que Johanna et José semblaient seuls au monde et dansait un slow langoureux tout en s'embrassant tendrement.

Cathy quant à elle, s'était éclipsé avec Sébastien, ce dernier voulant lui parler à l'écart des autres.
Quand elle consulta sa montre, trois quarts d'heure plus tard, elle paniqua à l'idée que Christian ait dû la chercher partout. Ses doutes se confirmèrent, quand elle le vit s'avançait vers eux, d'un pas vif.
Voyant l'inquiétude dans le regard de la brune, Sébastien lui caressa doucement le bras.
- Est-ce que tout va bien ?
- Christian... répondit-elle simplement, tout en regardant par-dessus son épaule. Il a l'air furieux.
Faisant volte-face, Sébastien se retrouva nez à nez avec le brun, qui avait l'air effectivement de très mauvaise humeur.
- Tu croyais que j'avais enlevé ta femme, lança Sébastien sur le ton de la plaisanterie, pour détendre l'atmosphère.
Christian lui coula un regard en biais, portant son attention sur Cathy.
- On s'en va ! annonça-t-il, en lui prenant violemment le bras.
- Eh mec, doucement ! s'interposa Sébastien, comme il vit Cathy grimacer.
- Je ne crois pas t'avoir demandé ton avis, répliqua sèchement Christian. Cathy on s'en va ! réitéra-t-il.
Hésitante, elle fit la bise à Sébastien, qui ne sut pas comment réagir face à la situation. Et, Cathy suivi Christian jusqu'à la voiture, après qu'ils aient rapidement salué tout le monde.

****


- Qu'est que tu me reproches, exactement ? demanda Cathy, quand ils furent dans la voiture.
- Tu te fous de moi ? tu t'es comporté comme une véritable salope avec tous les mecs de la soirée ! lança-t-il, en allumant le contact.
- Les « mecs » ? répéta Cathy éberluée. C'est de tes amis dont tu parles ?!
- Tu crois que je t'ai pas vu rouler du cul pour Sébastien. D'ailleurs, qu'est que vous foutiez à l'écart des autres ?
- On discutait... Et tu pourrais me parler autrement que comme ton chien !
- Discutez hein, répéta-t-il d'un air mauvais. Ce que je crois, c'est que je suis arrivé juste à temps. C'est pour lui que tu as mis cette robe de pute ? cracha-t-il, en la détaillant de bas en haut et, appuyant sur l'accélérateur.
- C'est pour toi que j'ai mis cette robe, dit-elle les larmes aux yeux. Et ralentit, tu me fais peur.
- À d'autres ! Tu veux que j'arrête de te parler comme un chien ? arrête de te comporter comme une chienne !
- Tu n'es qu'un salaud...
Cathy ne vit pas le coup partir ; mais la gifle - non le poing, compris-elle aussitôt - qu'elle reçue en plein visage, lui vrilla le crâne. Sans attendre que la douleur ne passe, Christian lui empoigna les cheveux et lui tira la tête en arrière, la scrutant d'un air menaçant, tandis que son nez saigné abondamment.
Tout en gardant une main sur le volant, il hurla :
- Tu fermes ta gueule, si tu veux pas que je te l'éclate contre la vitre, c'est clair ?
- C'est très clair... hoqueta-t-elle, choquée. C'est toi le chef, j'ai compris...
- Ben voilà, fit-il en la lâchant.
Il ouvrit la boîte à gants et en sortit un paquet de mouchoirs qu'il lui tendit.
- Tu devrais te nettoyer le visage, tu n'es vraiment pas belle à voir.
Tremblante, elle prit le paquet, sortit un mouchoir et constata les dégâts, par le miroir du pare-soleil. Ses larmes redoublèrent quand elle vit son nez en sang, qu'elle tenta d'éponger, en vain.
- Oh arrête de pleurer ! Tu ne vas pas en faire toute une montagne.
Elle ne répondit pas, s'enfonçant dans son siège et regardant par la fenêtre.

****


Quand ils arrivèrent devant la maison. Christian avait l'air de s'être calmé.
Il ouvrit à Cathy, la portière de la voiture tel un gentleman, puis passa un bras autour de ses épaules d'un geste protecteur. Il ne vit pas – où ne voulu pas voir - qu'elle pleurait toujours, et qu'elle recula légèrement, à son douloureux contact.
- On va mettre de la glace sur ton œil, dit-il en ouvrant la porte.
La baby-sitter s'avança vers eux, leur informant que Stella et Zoë étaient endormies depuis déjà, deux bonnes heures. Elle ne fit aucun commentaire, quand elle vit le visage tuméfie de Cathy, mais elle regarda Christian de travers.
- Voilà pour vous, dit ce dernier, en glissant un billet dans la main de la jeune femme. Merci et bonsoir !
Elle opina, puis après un regard compatissant à Cathy, quitta les lieux.
Christian referma la porte derrière elle.
- Va t'asseoir sur le canapé. Je vais chercher ce qu'il faut, annonça-t-il.
Elle s'exécuta, puis Christian revint avec de la glace et une aspirine.
- Prends ça, ordonna-t-il doucement, s'asseyant à côté d'elle et lui tendant un grand verre d'eau.
Il lui mit les comprimés dans les mains, et elle les prit s'en discuter.
- Mets ça sur ton œil, ajouta-t-il en posant la glace sur son hématome. Ça te soulagera.
Elle ne dit rien, pendant qu'il débordait d'affection envers elle, mais elle eut envie de vomir. De pleurer aussi.
- Ça va mieux ? demanda-t-il, inquiet de son silence.
- Oui, fit-elle d'une toute petite voix. Je ne sens presque plus rien.
Elle mentait. Elle souffrait terriblement.
- Oh, mon amour ! souffla-t-il dans son coup. Je te demande pardon. Je ne voulais pas...
Elle voulut se dégager, mais elle l'entendit sangloter, tout en s'accrochant à elle.
- Me quitte pas, je t'en supplie. Je t'aime, je t'aime tellement.
- Arrête, Christian... s'il plaît... arrête !
Elle était aussi émue que lui, mais elle ne devait surtout pas se laisser attendrir. Pas après ce qu'il venait de se passer.
De nouveau, elle le repoussa, mais il plongea dans ses yeux, un regard pénétrant.
- Je t'aime, j'te jure que c'est vrai. Cathy, rien ne pourra jamais nous séparer. Tu le sais n'est ce pas ? On s'aime toi et moi.
Elle le considéra longuement. Plus de colère dans ses yeux, mais une immense tristesse. Il lui faisait penser un enfant qui tentait de se faire pardonner après une très grosse bêtise.
Mais il n'était plus un enfant, songea-t-elle. Pour lui, comme pour elle, elle devait agir.
- Je ne peux plus supporter ça Christian. Il faut faire quelque chose !

_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mer 18 Mar - 23:41 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Bon sang Cathy mais barre-toi ! Tu ne peux pas continuer à endurer ça ! 
_________________


Revenir en haut
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 5 791
Localisation: Gironde 33
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

MessagePosté le: Jeu 19 Mar - 22:28 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Visiblement la nounou doit être au courant des actes de Christian et elle ne le dénonce pas. Hélas ça arrive tellement souvent ! 


J'espère que Cathy va enfin trouver le courage de partir. 
_________________


Merci Sister


RST un jour...RST toujours


Revenir en haut
Barbara
Admin adjointe RST - Meilleure guide TV

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 5 080
Localisation: Beaune (21)
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): ✰ Jean ✰ Jenny ✰ Johanna ✰ Lauren ✰ Marion ✰ Mary ✰
Ship: ♥ Jean's ♥ Joh/Cricri ♥ Joh/Titi ♥ Jojoh ♥ Jojo's ♥ Mary/Chris ♥

MessagePosté le: Jeu 26 Mar - 18:21 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Le précédent chapitre a confirmé ce que je pensais si je comprends bien, Christian n'a jamais été violent avec Johanna. En tout cas, ça fait plaisir que la Texane s'entende toujours aussi bien avec Cathy et garde un œil sur elle. La situation ne fait qu'empirer chez Christian et Cathy et à en croire les souvenirs de cette dernière lorsqu'ils vivaient à Toulouse, elle a toujours succombé à son influence au point de "partager" son addiction à la drogue. Sa relation avec Christian est aussi une forme de dépendance et même si elle semble déterminée à ce que les choses changent, je doute qu'elle parvienne à sortir de cet engrenage sans une aide extérieure. 

_________________


RST un jour RST toujours Yee-hah!


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 08:20 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Chapitre 18


À l'aube, le lendemain, Cathy se réveilla en douceur. Comme toujours à Love Island, il y avait un magnifique soleil ; ce qui ne s'accordait pas avec sa triste humeur de la matinée. Son visage la faisait terriblement souffrir et elle avait une migraine atroce.
Elle constata avec soulagement, que Christian était déjà levé. Elle n'aurait pas supporté de se réveiller à ses côtés. Elle avait déjà eu du mal à s'endormir dans ses bras, la veille.
Ce n'était malgré tout pas dans les habitudes de son mari, de se lever si tôt un dimanche matin et, elle ne put s'empêcher de se demander, dans quel état d'esprit il allait se trouver aujourd'hui.
Elle eut un élément de réponse à sa question, quand il poussa la porte de la chambre, d'un coup d'épaule. Les bras chargés d'un plateau rempli d'un appétissant petit-déjeuner, il lui lança un sourire enjôleur.
- Bonjour, dit-il. Room service.
En temps normal, Cathy aurait été touché par cette charmante attention, mais à cet instant, elle aurait eu envie de hurler sa douleur.
Elle se força tout de même à lui sourire, se poussant légèrement pour qu'il puisse s'asseoir sur le rebord du lit. Il lui posa le plateau sur les genoux, tandis qu'elle s'asseyait.
- En quel honneur, tout ça ? se risqua-t-elle à demander.
- Uniquement parce que tu le mérites. Tu supportes un mec comme moi, tu aurais droit à une médaille.
- C'est vrai, acquiesça-t-elle, en hochant la tête. Mais je te l'ai dit, je n'accepterais pas tout ça indéfiniment. Tu m'as fait très peur hier soir, confessa-t-elle, d'une voix peu sûre d'elle.
- Je sais, fit-il en détournant le regard de la brune. J'ai mal agi.
- Mal agi ? C'est peu de le dire. Comment tu as pu croire que Sébastien et moi...
Incapable de poursuivre, elle mordit dans un croissant, tandis que des larmes perlèrent dans ses yeux.
- Je n'aime pas la manière dont il te regarde... s'obstina Christian.
Elle leva vers lui, des yeux effarés.
- Mais ce n'est pas vrai, tu continues !
- Tu ne vas pas me dire que tu n'as rien remarqué ?! Il t'aurait bouffé hier soir.
Gavée, Cathy posa le plateau sur sa table de nuit, s'éclipsant dans la salle de bain.
- Je vais prendre une douche !

Elle regrettait sa dernière phrase. Si Christian prenait cette simple information pour une invitation, elle était foutue.
Quand elle entendit la porte de la salle de bain s'ouvrir, elle se figea sous le jet d'eau chaude.
- Cathy ?
- Oui ?
- Je t'aime.
Elle éteignit l'eau, et ouvrit le rideau de douche ; Christian était accoudé au lavabo, la scrutant avec envie. Tenant une serviette dans une main, il lui tendit.
Cathy s'en empara, s'enroulant avec.
- Tu as une drôle de façon de le montrer.
Elle évita soigneusement son regard perçant.
- Je reprendrais rendez-vous avec le Dr Robert, affirma-t-il.
- Vraiment ? fit-elle septique.
- Oui. Mais si ça ne t'embête pas j'aimerais y aller seul. Il y a certaines choses que je n'ai pas envie que tu entendes.
- Ah...
- Ce n'est pas un problème, j'espère ? s'enquit-il, voyant qu'elle était contrariée. C'est juste que...
- Pas du tout, coupa-t-elle. Tu as le droit d'avoir tes petits secrets.
Se plantant devant le miroir, elle examina son œil qui avait pris une couleur violacée.
Christian la contempla, tandis qu'elle maquillait l'hématome de fard à paupière. Elle n'arriverait pas à estomper les dégâts, songea-t-il. Pas cette fois. Bon sang, il l'avait vraiment bien abimé.
- Quoi ? fit-elle en le regardant.
- Ca te fait encore mal ? demanda-t-il, se plaçant soudain derrière elle.
Il lui massa doucement les épaules, l'embrassa dans le cou.
Cathy ferma les yeux un instant, incapable de démêler les sentiments qui se bousculait en elle.
Pourquoi fallait-il, qu'elle soit si faible ?
Elle se retourna pour lui faire face et, il s'empara avidement de ses lèvres dans un gémissement rauque.
La ferveur et la passion qu'il mit dans ce baiser avaient pour but, elle le savait, de lui faire oublier les terribles événements de la veille. Et le pire, c'est que cela fonctionnait.
- Emmène-moi au lit, s'entendit-elle le supplier.
« mais tu es maso, ou quoi ? » hurla une voix dans sa tête.
Christian la dévisagea, visiblement surpris. Mais il ne se fit pas prier.
La portant jusqu'à leur lit, il lui retira sa serviette et de ses mains fébriles, explora longuement le corps de Cathy, s'attardant sur ses seins ronds, glissant le long de ses côtes, jusqu'à ses hanches.
Tandis qu'elle s'abandonnait à ses baisers et à ses caresses, elle se demanda comment il pouvait être à la fois si tendre – comme maintenant - , et si brutal – comme la nuit dernière -
Faisant taire ses interrogations, il remonta jusqu'à sa bouche, dont il s'empara de nouveau avec une ardeur et une passion décuplées.
Puis il glissa une main possessive entre ses cuisses et Cathy se raidit subitement.
Elle le repoussa vivement.
- Qu'est qui se passe ? demanda Christian, toujours ivre de désir.
- Je crois que j'ai entendu Zoé m'appelait, menti-elle.
- Ah bon ! « Tu crois ? » Qu'est que t'es en train de me faire là, Cathy ? Si tu n'a pas envie, tu me le dis, je ne vais pas te forcer.
- Excuse moi... je n'ai pas envie.
Il lui lança un regard noir.
- Alors évite de me chauffer la prochaine fois, tu veux !
Il se dégagea frustré, la déshabillant toujours du regard.
- Puis, met quelque chose, je vais pas tenir longtemps sinon...
À la vue de la bosse qui s'était formé sous son pantalon, elle sut qu'il ne mentait pas. Elle se hâta d'enfiler une robe longue, couleur turquoise.
- Tu mets ça ? dit-il d'un ton réprobateur.
- Oui, pourquoi ?
- Non, non pour rien.
Puis après un dernier regard que Cathy n'arriva pas à déchiffrer, il quitta la chambre en ronchonnant.

_________________


Revenir en haut
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 5 791
Localisation: Gironde 33
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 15:54 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Alors ! Que dires ! 

J'espère que ça ne t'embêtes pas si je fais une comparaison avec le personnage de ma fiction. Si ça t'embête, tu me le dis surtout. 


Mais je ne peux pas m'empêcher de comparer Cathy avec Jo Danville. En effet, leurs histoires similaires sont touchante. Celà dit, Cathy me fait vraiment peur, j'ai l'impression qu'elle n'a pas vraiment la tête sur les épaules. Elle sait que Christian la frappe et pourtant on a l'impression tout de même qu'elle est dans le déni. 


Et c'est là que j'en viens à la comparaison, puisque mon personnage sait très bien que son compagnon est violent avec elle, mais elle reste avec lui sous la menace. Jo Danville est prise au piège alors que Cathy se prend à son propre piège victime des sentiments qu'elle a encore pour Christian. Le personnage de ma fiction n'aimait plus son compagnon, elle le détestait même. 


J'ai l'impression que malgré ce que Christian fait subir à Cathy, le sexe reste une partie de plaisir pour elle. Peut être un instant où elle se rend compte que Christian ne lui fera pas de mal à ce moment là. 


Ta fiction est vraiment très intéressante car on a à faire à Cathy qui est dans un déni et qui croit toujours que Christian finira par se calmer et il recommence le lendemain et Christian qui a sans doute une grave maladie mentale qui reste encore bien mystérieuse. 


Merci pour cette suite que j'attendais avec impatience. 
_________________


Merci Sister


RST un jour...RST toujours


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 19:01 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

J'ai fini tous les chapitres que tu as ecrit et je veux commenter moi aussi. D'abord, je veux te dire que je trouve la facon dont tu ecris vraiment sublime. En te lisant, je crois que je peux voir les personnages. Pour moi, qui deteste le couple Cathy/Christian et qui ne peut pas les envisager ensemble, c'est vraiment enorme. 


Je trouve l'analyse d'Aurore dans le commentaire precedent, tres reussie. C'est comme ca que Cathy doit se sentir, elle s'est piegee elle meme dans ses sentiments forts pour Christian, meme s'il n'est plus l'homme qu'elle a aime. 


C'est vrai que le Christian de ta fiction est un homme avec un passe complique (son histoire avec la drogue, peut-etre aussi l'alcoolisme?) et une histoire sentimentale difficile (Johanna, Cathy, Linda, encore Johanna et encore Cathy), avec trois familles differentes (il a des enfants avec trois femmes). C'est aussi un homme qui reconnait son probleme (c'est un facteur important), mais il n'arrive toujours pas a se controler, ce qui le rend malheureux lui-meme ainsi que les autres autour de lui. Quelle est la source de ce comportement? 


Meme si Christian a ete violent sous l'effet de la drogue et de l'alcool dans H&G, je n'arrive pas a reconnaitre ce Christian la et bien sur je ne l'aime pas. Mais c'est un personnage tres interessant qui nous fait le detester et avoir de la peine pour lui en meme temps. 


Hate de lire la suite et encore une fois, bravo pour la facon dont tu decris les scenes et les sentiments de tes personnages. 
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 19:04 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Il est vraiment compliqué Christian dans cette fic. Je n'arrive pas à le cerner mais son personnage est intéressant.
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Sam 28 Mar - 16:16 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Merci beaucoup les filles pour vos commentaires, ça me met de bonne humeur, tiens ! Wink

Aurore et Maria vous avez de très bonnes analyses, c'est un plaisir de vous lire ^^

Je vous poste la suite dans le week-end, vu que j'ai une dizaine de chapitres d'avance Very Happy
_________________


Revenir en haut
Winona23
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 592
Féminin

MessagePosté le: Sam 28 Mar - 22:28 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Chapitre 19


Vers onze heures, Cathy et Christian accompagnés de leurs deux filles, prirent la direction de la plage pour une journée détente.
Stella avait sauté de joie à l'idée de pouvoir enfin essayé son nouveau maillot de bain, tandis que Zoë, un peu plus fainéante, avait râlé lorsqu'elle avait compris qu'elle raterait son dessin animé préféré.
« Tu le regarderas plus tard, l'avait rassuré, Cathy. J'ai mis l'enregistrement en route ». Bizarrement, la fillette avait déjà été plus réceptive à l'envie d'aller tremper ses pieds dans l'eau.
« Super ! »
Nicolas et Jeanne les saluèrent quand ils les virent arriver ; cette dernière leur réserva, un des meilleurs emplacements de la plage. Un coin tranquille avec transat et parasol. Les filles étaient aux anges.
Cathy la remercia d'un sourire.
Bien que les deux femmes ne furent pas spécialement proches, elles avaient une relation des plus cordiales.
D'ailleurs, Jeanne les invita à se joindre à Nicolas et elle pour le déjeuner, un peu plus tard. Ce à quoi Cathy répondit par l'affirmative.
Christian ne dit pas un mot, durant le bavardage des deux femmes ; et quand Jeanne s'éloigna, il trifouilla dans le sac à la recherche de raquettes et d'un ballon pour les enfants.
De toute évidence, il n'avait pas décoléré.
Préférant l'ignorer, Cathy s'installa sur un des transats avec un livre, tandis que les filles étaient déjà partis se baigner.
Christian ne mit pas longtemps à les rejoindre, Stella et Zoë le suppliant de jouer au ballon avec elles.
Relevant ses lunettes de soleil sur son front, Cathy observa la scène, amusée.
Quand Christian leva sa tête dans sa direction, elle fit mine de plonger la tête dans son livre.
Il arriva vers elle à grand enjambé.
- Tu viens te baigner ?
- Je lie.
Il lui prit son livre des mains.
- Plus maintenant, sourit-il. Allez viens !
- Rends-moi ça !
Elle bondit, prête à mordre s'il le fallait.
- Viens le chercher ! la nargua-t-il, en s'approchant dangereusement de l'eau. Si tu viens pas, je le lâche.
- Tu es un vrai gamin, ce n'est pas possible !
Elle tenta de lui arracher le livre des mains, mais il lui encercla la taille de ses bras.
- Qu'est que tu fais ? demanda-t-elle troublée.
L'attirant à lui, il l'embrassa tendrement sur les lèvres.
- Tu es ma prisonnière.

****


Cathy resta silencieuse durant tout le déjeuner ; écoutant avec nostalgie Christian et Nicolas se remémoraient des souvenirs du temps de la fac. Elle était étonnée, de découvrir à chaque fois de nouvelles histoires, de nouvelles anecdotes.
Les deux amis parlaient peu des années où ils avaient été séparés, pourtant Cathy savait qu'il y avait beaucoup à raconter concernant Christian. Elle était prête à parier qu'il y avait aussi beaucoup à découvrir du côté de Nicolas. Cathy ignorant toujours le pourquoi du comment, de sa rupture avec Hélène.
Jeanne était de toute évidence une femme attachante, mais pendant le repas, Cathy ne put s'empêcher de penser à son amie. Elle la savait heureuse avec Peter, mais quand même, elle ressentait un pincement au cœur.
Christian, comme s'il avait deviné ses pensées se tourna vers elle au même moment, et passa un bras autour de ses épaules. Elle lui déposa un rapide baiser sur les lèvres en retour. Puis se tournant vers Jeanne et Nicolas, elle demanda :
- J'ai vu qu'il y avait un concours de motocross demain soir sur la plage. Est-ce qu'il y a encore de la place ?
- Bien sûr, répondit Jeanne un peu étonnée. Je t'ajouterais sans problème aux autres concurrents. Il y a Sébastien qui participe, ainsi que Jimmy, Manuela et Christophe.
- Super ! s'exclama-t-elle, enthousiaste. Ça va être très sympa.
- Je ne suis pas vraiment pour, hasarda Christian, en faisant tourner nerveusement son verre, qui était posé devant lui.
- Que tu sois pour ou contre, ça m'est complètement égal ! lâcha Cathy. Je participerais à ce concours, quoi que tu en dises.
- Très bien !
Christian quitta la table énervé.
- Ben qu'est qu'il a ? demanda Nicolas soucieux. Ça lui arrive souvent de piquer des crises comme ça ?
- Tous le temps, répondit Cathy sans réfléchir. Mais je suis habituée maintenant.
- Quand même, songea Nicolas. Ce n'est pas normal. Je vais aller lui parler !

****


- Chris, attend !
Ce dernier ralentit le pas, en entendant la voix de son ami dans son dos.
- Quoi ?
Calquant son rythme de marche sur celui de Christian, Nicolas demanda :
- Tu nous as faits quoi, là ?
- Comment ça ?
- Tu as pris la mouche sans aucune raison.
S'arrêtant brusquement, Christian fixa son ami d'un air hagard.
- Tu as vu comment elle me parle ! Je ne supporte pas ça.
- Tu n'es pas très cool toi non plus, lui fit remarquer Nicolas. Faut que tu te calmes Christian.
- Alors selon toi, c'est de ma faute ?
- Ecoute...
- Puis ce n'est pas sans risque cette compèt... je me souviens du type qui a eu un accident l'an dernier.
Nicolas sourit, lui posant une main amicale sur son épaule.
- Alors c'est ça. Tu t'inquiètes ? Pourquoi ne pas lui dire simplement.
- Ça lui ferait trop plaisir... Écoute Nicolas, j'ai envie d'être seul.
- Pas question ! Allez viens, on va marcher plus loin.
Les deux amis s'éloignèrent de la plage et de tous ses rires d'enfants qui donnaient à Christian un mal de tête épouvantable.
- Si tu me disais exactement ce qui se passe ? Je te connais assez pour savoir que quelque chose te tracasse vraiment. Et ça n'a rien à voir avec ce qui s'est passé à table.
- Justement Nico. Tu crois me connaître mais c'est plus compliqué que ça...
- Dis-moi, insista le blond. Je peux tout entendre.
- Je t'ai déjà parlé de mes années de mariage avec Linda ?
Nicolas secoua vivement la tête.
- Pas vraiment. Je sais seulement que vous avez un super môme.
Christian esquissa un sourire à l'évocation de son fils.
- C'est vrai que c'est un super môme. Et il a assisté à des choses qu'il n'aurait jamais du voir.
- Là, je te suis plus par contre, dit Nicolas.
Soupirant longuement, Christian lança d'une traite :
- Pendant longtemps j'ai battu Linda...
Nicolas accusa le choc, tant bien que mal.
- Et je suis en train de recommencer avec Cathy, termina-t-il.
Quand Christian leva les yeux vers Nicolas, il avait une main sur sa bouche et le regardait avec des yeux ronds.
- Ce n'est pas possible, tu n'a pas...
Il laissa sa phrase en suspend, choqué par les révélations de son ami.
- Tu as le droit de dire que je suis un monstre, acheva Christian.
- Et Johanna ?
- Quoi, Johanna ?
- Tu la battais aussi ?
- Non... je n'ai jamais levé la main sur elle. Quand je vous ai retrouvé ici il y a quinze ans, c'était pour fuir toute cette violence, l'individu infecte que j'étais devenu. Tu ne peux pas savoir le bien que ça m'a fait, d'être de nouveau parmi vous.
Nicolas l'écoutait sans l'interrompre. Il sentait que son ami avait des choses à dire ; aussi douloureuse soit-elle.
- Johanna, toi, José, Béné, Laly... vous m'avez manqué durant toutes ces années. Pourtant j'étais entouré des meilleurs amis du monde. Étienne, Christophe, Sébastien... ils ont été là pour moi, mais ont assisté impuissants à ma chute. Linda, Adeline et Cathy aussi. Heureusement qu'il me restait mon métier de photographe.
- Alors tu as tout quitté ? demanda enfin Nicolas. Ta femme, ton fils, tes amis ?
- Tu sais que c'est mon truc, ça... disparaître quand tout va mal.
Nicolas esquissa une grimasse. Christian venait de toucher une corde sensible.
- Désolé, fit Christian.
- Est-ce que tu as vu quelqu'un ? Un spécialiste ? s'enquit Nicolas.
- Oui.
- C'est très bien. Mais une seule séance ne suffit pas, tu en as conscience ?
- Oui.
Voyant que son ami était au bord des larmes, Nicolas le pris dans ses bras.
- Ça va aller maintenant, lui dit-il d'un ton rassurant. Ça prendra du temps mais ça va aller.
Pour la première fois depuis longtemps, Christian eut envie d'y croire.

_________________


Dernière édition par Winona23 le Dim 29 Mar - 12:41 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Aurelle-sims
Admin RST - "Le cerveau en ébullition"

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 5 791
Localisation: Gironde 33
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny
Ship: Jojo's, Jean's, Jojoh, Cricrihanna, Pethanna

MessagePosté le: Dim 29 Mar - 01:42 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Donc voilà; Christian n'a jamais frappé Johanna ! En fait, j'ai bien l'impression que ça se confirme, le point faible de Christian c'est Johanna. Il s'est passé un truc important avec elle. 


Christian se confit enfin. Il réalise enfin que ses réactions ne sont pas appropriés. Il était temps. J'espère que Nicolas va agir maintenant qu'il sait. 
_________________


Merci Sister


RST un jour...RST toujours


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Dim 29 Mar - 09:03 (2015)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une Répondre en citant

Je suis d'accord, Aurore. Johanna doit etre son point faible. Peut-etre le fait qu'il battait Linda avait quelque chose a faire avec sa rupture avec Johanna a l'epoque de la fac? Mais ca n'explique pas pourquoi il est violent envers Cathy. 


J'aime beaucoup la scene entre Nicolas et Christian, Nicolas a bien fait de lui parler et Christian a lui confier. Il a besoin de ca. C'est agreable de voir que leur amitie reste encore forte malgre les changements dans leur vies. 
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:19 (2018)    Sujet du message: Les contraires - Partie Une

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Fics Tétralogie H&G
Page 7 sur 14 Aller à la page: <  1, 2, 36, 7, 812, 13, 14  >
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com