rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Retrouvailles douloureuses
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Vos créations Rochelle Redfield Fics Tétralogie Fictions Terminées Paulinebris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 20:33 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Moi je crois que Christian devrait aller voir Johanna, elle a besoin de lui. J'espere qu'ils vont vite decouvrir qui est derriere tout ca et que Thomas va payer aussi. 
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 17 Fév - 20:33 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Barbara
Admin adjointe RST - Meilleure guide TV

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 5 080
Localisation: Beaune (21)
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): ✰ Jean ✰ Jenny ✰ Johanna ✰ Lauren ✰ Marion ✰ Mary ✰
Ship: ♥ Jean's ♥ Joh/Cricri ♥ Joh/Titi ♥ Jojoh ♥ Jojo's ♥ Mary/Chris ♥

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 21:43 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Superbes ces derniers chapitres, ton histoire est de plus en plus passionnante.  Okay
_________________


RST un jour RST toujours Yee-hah!


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 22:04 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Bon sang mais pourquoi des malades en veulent ainsi à Johanna ? Elle a traversé assez d'épreuves comme ça. Evil or Very Mad
_________________


Revenir en haut
Kimmy
Admin adjointe RST - La plume de Belgique

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 7 655
Localisation: Belgique
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin, Jenny (les 3 J)
Ship: Cricrihanna, Jojo's, Johnico, Etianna

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 22:19 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Pauvre Johanna, elle n'est pas au bout de ses peines  Sad
Hélène a eu raison de ramener les petits à la maison, surtout que Cricri a l'air d'être un super papa  Okay
_________________



RST un jour...RST toujours... Very Happy


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Mer 18 Fév - 22:23 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Et voila 3 nouveaux chapitres
J'espere qu'ils vous plairont


Chapitre 19 :
 
Helene : Je suis sérieuse Christian, elle est magnifique cette chanson, tu devrais l’enregistrer pour elle.
Christian : J’y penserais, merci petite sœur d’être là pour moi.
Helene : Je lui ai promis de toujours veiller sur toi, je tien parole.
 
Un peu plus tard à l’hôpital :
 
Johanna : CHRISTIAN...
L’infirmière : Calmez-vous madame, vous êtes à l’hôpital, tout va bien.
Johanna (en criant) : Non tout ne va pas bien, je veux voir Christian maintenant.
Le médecin : Qu’est ce qui se passe ici ?
L’infirmière : Madame vient de se réveiller et demande un certain Christian.
Le médecin : Calmez-vous madame, vos amis viendrons vous voir demain après-midi.
Johanna : Non non, je veux voir Christian maintenant.
 
Elle s’agitait tellement qu’elle avait débranché sa perfusion et sa blessure à l’épaule recommençait a saigner.
 
Le médecin : Ok, ok, calmez-vous, j’appelle vos amis tout de suite.
 
A la maison :
 
Les enfants étaient couchés. Ils étaient tous à table à se remémorer des souvenirs avec Johanna quand le téléphone de Peter sonna.
 
Peter : (…) Oui c’est moi (…) Quoi maintenant ? (…) ah d’accord, je comprends (…) Non non, je le préviens et on arrive tout de suite (…) Oui vous pouvez la rassurer. (…) Merci à vous, a tout de suite.
 
Peter avait raccroché et regardait ses amis avec un grand sourire
 
Helene : Qu’est ce qui se passe mon chéri, tu as retrouvé l’agresseur de Johanna ?
Peter : C’est vraiment quelqu’un cette Johanna.
Christian : Pourquoi tu dis ça, il lui est arrivé quelque chose ? Elle va bien ? C’était …
Peter : Calme toi et va chercher une veste, je t’emmène a l’hôpital avant qu’elle est dévasté tout le service.
 
Tous rigolèrent à la remarque de Peter.
 
A l’hôpital :
 
Peter : Bonsoir, nous venons voir Mlle McCormick
Infirmière : Je suis désolé Mr mais les visites sont interdites dans ce service.
Peter : Le docteur nous a appelés parce que notre amie s’est réveillée et qu’elle réclame Christian.
Infirmière : Ah c’est vous le fameux Christian.
Peter (en rigolant) : Non c’est le monsieur qui fait les 100 pas dans le couloir.
Infirmière : C’est bien ils ont l’air très calme tous les 2, ça promet. Bon il peut entrer par contre je vous demanderais de bien vouloir attendre ici.
Peter : Oui pas de problème, Christian, viens tu vas pouvoir la voir.
 
Johanna : Christian enfin tu es la, les enfants, ils sont au parc, il faut les récupérer et les mettre en sécurité, s’il te plait dépêches toi, fais quelque chose.
Christian : Calmes toi mon bébé, j’ai eu si peur tu sais (en l’embrassant sur le front).
Johanna (en le repoussant) : Mais tu es sourd, tu n’entends pas, les enfants, il faut que tu retrouves mes bébés.
Christian : Mais calme toi enfin tu es en train de tout arracher, les enfants vont bien, ils sont couchés et dorment tranquillement à la maison, les amis veillent sur eux.
Johanna (en se recouchant) : Ah que j’ai eu peur, merci de t’occuper d’eux, je suis enfin rassurée.
Christian : Mais tu n’as pas à me remercier, je suis leur père, c’est normal. Mais toi, comment te sens tu ?
Johanna : Oh tu sais avec tout ce qu’ils doivent me passer comme anti douleurs la dedans, je ne sens plus rien. Merci d’être-là, je sais que je t’ai menti, et j’en suis désolé, j’espère que tu me pardonneras.
Christian : Ne t’en fais pas, Helene m’a tout expliqué, je ne t’en veux pas du tout et je n’ai  rien à te pardonner, je t’aime Johanna.
 
En entendant ses mots, des larmes se sont mise à couler sur ses joues, elle se retourna vers lui et l’embrassa tendrement, puis le baiser devint très vite passionné.
 
A bout de souffle, Christian se recula, les yeux brillant de bonheur.
 
Christian : Waouh, c’était pour quoi ça ?
Johanna : Juste parce que j’en avais envie et parce que ça fait longtemps. (En regardant son entre jambe) Et à ce que je vois, je te fais toujours autant d’effet.
Christian (en rigolant) : Oui toujours, c’est malin, comment je fais pour partir moi maintenant ?
Johanna : Pauvre cricri, je suis un peu fatiguée en plus, mais dis-moi, je voudrais voir mes bébés.
Christian : Ils sont à la maison, ils dorment, mais je reviens demain après-midi avec eux, les médecins ont dit à Peter que tu serais dans une chambre, parce qu’ici ils ne peuvent pas entrer.
Johanna : Merci (elle ferma les yeux, enfin apaisée).
 
Christian l’embrassa sur le front et sorti rejoindre Peter.
 
Une fois arrivé à la maison, tous ont remarqué les yeux brillant d’amour de Christian, mais personne ne fit de commentaire à ce sujet. Ils ont juste demandé des nouvelles de leur tornade blonde et sont aller se coucher.
 
Le lendemain matin, très tôt.
 
Chambre de Peter et Helene :
 
Helene dormait, la tête posée sur le torse de son mari, elle fut réveillée en sursaut par des coups donnés à la porte.
 
Helene : Mais qu’est ce qui se passe, il est 6h00 du matin, on ne peut pas dormir tranquille dans cette maison.
 
Les coups devenaient insistants.
 
Helene : Oui oui c’est bon j’arrive 2 minutes.
 
Elle alla ouvrir et fut étonné de trouver Christian, douché et habillé.
 
Helene : Christian, mais ça va pas, tu as vu l’heure qu’il est ?
Christian : Oui je sais excuses moi Helene, mais j’ai un service important à te demander.
Helene (en baillant) : Et ça ne pouvait pas attendre 1h00 ?
Christian : Non c’est très important, j’ai rendez-vous dans 15 minutes au studio, j’ai décidé de suivre ton conseil et je vais enregistrer la chanson pour Johanna.
Helene : Mais c’est une très bonne nouvelle ça mon cricri, mais qu’est-ce que je viens faire la dedans moi ?
Christian : Bah en fait, je ne sais pas combien de temps ça va durer, alors les enfants, si …
Helene : Pars tranquille, je m’occupe d’eux, je suis leur marraine après tout.
Christian : Ah je savais que tu étais la meilleure.
 
En début d’après-midi, Christian avait fini d’enregistrer,  Helene avait fait manger les enfants, ils étaient prêt à aller à l’hôpital voir leur maman. Toute la bande était réuni dans le salon, même Fanny était présente pour écouter la chanson de Christian.
 
Chapitre 20 :
 
Christian : Bon vous êtes sincère, vous me dites ce que vous en pensez. Je voudrais votre avis avant de la faire écouter à Johanna.
Jose : Mais oui aller dépêche-toi.
 
La musique commença.
 
https://www.youtube.com/watch?v=FGgpb4-adRg
 
(Ne m’oublie pas-Ridsa)
 
A la fin de la chanson, Christian coupa la chaine, il se retourna vers ses amis les larmes aux yeux. Les filles étaient blotties dans les bras de leurs hommes, tout le monde était ému, personne n’osait parler, tous était touchés par ces paroles. Tout le monde venait de comprendre la puissance des sentiments que Christina pour Johanna.
Fanny était bouleversée pas ces paroles, comment n’avait-elle pas compris plus tôt la force du lien qui reliait Christian a Johanna, comment pouvait elle lutter contre autant d’amour, la rage l’envahie, elle avait envie de hurler. Christian était à elle, elle ne le laissera pas lui échapper, elle avait besoin de lui, il fallait que Johanna disparaisse rapidement sinon elle le perdrait pour toujours.
 
Christian : Bah dite quelque chose.
Nicolas : C’est magnifique, tu l’aime ta Johanna.
John : Que veux-tu qu’on dise après tant d’amour dévoilé
Laly : J’en ai des frissons partout
Bénédicte : Je pense qu’il n’y a rien à ajouter.
José : Elle va craquer là c’est sûr.
Helene : C’est bien, tu as enfin ouvert ton cœur, Johanna va être touchée ça c’est certain, bravo mon grand, on est tous très fier de toi.
 
Christian était très ému par toutes ces paroles, il avait peur, peur qu’elle ne lui plaise pas, peur qu’elle ne ressente pas l’amour qu’il avait eu tant de mal à exprimer, peur qu’elle ne lui donne pas une dernière chance. Parce qu’il savait que ce texte était sa dernière chance de vivre son amour avec sa femme et ses enfants.
 
Il était temps de partir pour l’hôpital.
Peter déposa Helene, Christian et les enfants devant l’hôpital et parti au bureau pour voir si les recherches avançaient.
 
Zoane : Daddy, on n’a pas un cadeau pour mummy ?
Théo : Elle va être contente si on n’a pas un cadeau pour son bobo.
Christian : Mais son plus beau cadeau c’est vous les enfants.
Zoane : Mais nous on veut un cadeau pour mummy please dad.
Christian (devant le regard insistant des enfants) : Ok on va passer par la boutique avant de la rejoindre.
Helene : Attention Christian, tu vas te faire bouffer par ces petits.
Christian : Non ne t’inquiète pas, un cadeau pour ma Johanna c’est une très bonne idée.
 
Apres avoir choisi chacun un cadeau pour Johanna, ils se dirigèrent vers sa chambre, Christian entra en premier pendant qu’Helene attendait dans le couloir avec les enfants.
 
Christian : Eh bonjour mon bébé d’amour, comment vas-tu aujourd’hui ?
Johanna : Bonjour mon cricri, ça va, mais je trouve le temps long. Tu n’as pas emmené les enfants ?
Christian : Si ils sont dans le couloir avec Helene.
Johanna : Bah qu’est-ce que tu attends pour les faire entrer ?
Christian : Doucement, ils n’entreront que quand j’aurais eu mon bisou.
Johanna : Mais c’est du chantage ça.
Christian : Oui tout à fait.
Johanna : Bon je n’ai plus qu’à me sacrifier alors.
 
Ils s’embrassèrent avec beaucoup de passion. Et Christian alla ouvrir aux enfants.
 
Zoane : Mummy, you missed me.
Johanna : You too sweety
Theo : You have pain ?
Johanna : Yes just a little
Zoane : We have a present for you mummy
Johanna : a present ??
Théo : Yes, it is dad who helped us to choose.
 
Christian regardait la scène mais ne comprenait pas grand chose, décidément, l’anglais n’était pas vraiment son fort. Johanna avait remarqué son malaise.
 
Johanna : The children, dad does not understand very well English then when you are in his presence that would be kind to speak French ok ?
Les jumeaux : ok mummy.
Helene : Et oui il y a des choses qui ne changeront jamais.
Johanna : Ah ma belle, ça fait plaisir de te voir, tu vas bien ?
Helene : C’est à toi qu’il faut demander ca ma grande. J’ai eu tellement peur tu sais.
Johanna : Bienvenue au club alors parce que moi aussi (en rigolant)
Christian : Tu ne changeras jamais toi. Et tu as dit quoi aux enfants ?
Johanna : Euh… Rien d’important mon cricri
Théo : Bah si maman nous as dit…
 
Helene avait posé sa main sur la bouche de Théo pour l’empêcher de finir sa phrase, Christian était vexé que personne ne lui dise.
 
Christian (en boudant) : Puisque c’est comme ça, je vais attendre dans le couloir.
Zoane : Bah voilà maintenant à cause de toi marraine, daddy il fait du boudin.
Christian : Mais non mon cœur, ne t’inquiète pas.
Théo : Alors tu restes avec nous pour le bobo de mummy.
Johanna (se moquant de lui) : Oh oui mon cricri, pour mon bobo.
Christian : Mais tu n’es pas possible toi aujourd’hui, tu as fini de te moquer de ton pauvre cricri.
Helene : Oh pauvre petite chose.
Théo : Ce n’est pas bien marraine de se moquer de papa.
Christian : Et bien heureusement que mon fil est la sinon je suis mal moi. Merci fiston.
Théo : What fiston ?
Johanna : son
Zoane : Pourquoi tu ne parles pas anglais comme nous papa ?
Helene : Parce que papa n’écoutait pas la maitresse à l’école.
Christian : Ah ah très très drôle Helene, tu as mangé un clown toi ce matin.
Zoane : Maman nous a dit que devant toi il fallait parler que français, sinon tu ne comprends rien.
Christian : Oui maman a raison, parce que papa n’a jamais été au Texas.
Théo : Oui alors que nous on vit dans le ranch la bas.
Zoane : Mais moi j’aime mieux quand on habite avec toi papa.
 
A ces mots, Christian senti son cœur se remplir de joie, ses yeux se sont mis à briller par tout l’amour qu’il portait à ses enfants, les siens et ceux de Johanna, leurs petits miracles.
Johanna avait remarqué l’émotion qui touchait Christian en plein cœur et elle savait qu’à partir de maintenant, il ne supporterait plus d’être loin d’eux.
 
Chapitre 21 :
 
Zoane : Tiens maman ouvres tes cadeaux.
 
Johanna reçu un ourson, qui tenait un cœur entre ses pattes avec I love You écrit dessus, un livre sur les bienfaits du yoga et un MP3. Interrogeant du regard Helene et Christian pour ce dernier cadeau. Elle n’eut pour seule réponse qu’un grand sourire de Christian.
 
Helene : Surprise ma grande, écoute le tranquillement ce soir.
Johanna : Ok, merci alors même si je ne sais pas encore ce que c’est.
Infirmière : Bonjour, excusez-moi de vous interrompre mais les visites sont terminées.
Christian : Ne vous inquiétée pas on allait justement partir.
 
Les enfants sautèrent sur le lit pour embrasser leur mère, Helene la prit dans ses bras en lui promettant de prendre soin d’eux et sortie dans le couloir accompagnée des enfants.
 
Christian (en regardant la porte qui venait de se refermer) : Ils sont vraiment géniaux ces petits.
Johanna : Oui, je les aime et ça me déchire le cœur d’être loin d’eux. Le médecin ne m’a toujours rien dit sur ma sortie.
Christian : Johanna, tu as pris une balle dans l’épaule, laisses à ton corps le temps de récupérer quand même.
Johanna : Mais mon cricri tu sais que je déteste les hôpitaux, c’est comme ça je n’y peux rien. Allez sauves toi vite, les enfants t’attendent.
Christian : Oui tu as raison, je reviens demain, je t’aime mon bébé d’amour, tu me manque.
Johanna : Tu me manque aussi mon cricri.
 
Ils s’embrassèrent avec beaucoup de passion et Christian sorti de la chambre non sans lui souffler un dernier baiser.
 
De retour à la maison, ils furent assaillis de questions par les autres qui attendaient leur retour avec impatience.
 
José : Alors comment elle va ?
Laly : J’espère que tu l’as embrassé pour nous ?
Nicolas : Et son épaule ne l’a fait pas trop souffrir ?
Bénédicte : Elle doit être impatiente de revenir ?
John : Tu lui as donné ta chanson, elle en pense quoi ?
Fanny : Elle est dans quel hôpital au fait ?
 
Christian et Helene les regardaient tous s’affoler avec un grand sourire, leur famille, les gens qui comptaient le plus pour eux, ils étaient tous là dès que l’un d’eux avait des problèmes, ça leur réchauffait le cœur de sentir autant d’amour pour leur tornade blonde.
 
Christian : Oui elle va mieux, oui on l’a embrassé pour vous, non elle ne souffre plus trop grâce aux anti douleurs, oui elle est impatiente de rentrer, oui je lui ai donné la chanson mais elle l’écoutera ce soir parce qu’elle a surtout profité des enfants.
Helene (avec un air soucieux) : Dis-moi Fanny, pourquoi ça t’intéresse autant de savoir où elle est ? Tu ne la porte pas dans ton cœur pourtant ?
Fanny (un peu gênée que ça question ne soit pas passé inaperçue) : C’est vrai que ça n’est pas ma grande copine, mais il y a des circonstances ou la colère est mal venue, alors je voudrais profiter de l’occasion pour m’excuser auprès d’elle c’est tout.
Helene : Hum…Ouai… Bin excuse-moi.
Christian : C’est très gentil de ta part Fanny, ça me touche beaucoup que tu fasses des efforts. Elle est à l’hôpital de la charité, chambre 152.
Fanny : Merci Christian, je lui ferais livrer des fleurs avec un mot d’excuse.
 
Le soir venu, toute la maisonnée était partie se coucher.
 
Chambre d’Helene et Peter :
 
Peter : Mais enfin Helene, qu’est ce qui ce passe, pourquoi tu es dans cet état, dis-moi ce qui te tracasse.
Helene : Non, c’est rien, tu vas me trouver ridicule.
Peter : Non, je t’aime, je ne te trouverai jamais ridule enfin, tu es ma femme, et je n’aime pas te voir songeuse comme ça, ça n’est pas dans tes habitudes, tu m’inquiètes.
Helene : Ne t’inquiète pas mon amour, tu as des nouvelles de l’enquête, ça avance ?
Peter : Oui on a l’identité du tireur, mais il est introuvable pour l’instant, j’ai 2 hommes postés devant chez lui mais il n’a pas l’air de vouloir rentrer.
Helene : Dis-moi, l’attitude de Fanny ne t’a pas parue bizarre ?
Peter : Euh non comment ça ?
Helene : Je sais que ce n’est pas très correcte mais j’ai analysé la situation, on cherche quelqu’un qui pourrait en vouloir a Johanna, et je pense qu’on a oublié de mettre Fanny sur la liste, c’est vrai je la trouve étrange en ce moment et puis elle pose beaucoup de questions sur elle, en plus j’ai beaucoup de mal à croire à sa rédemption. Je suis sûr qu’elle nous cache quelque chose.
Peter : Je pense que tu fais mauvaise route mais je veux bien faire analyser ses appels si ça peut te rassurer.
Helene : Non, tu as raison, je deviens complétement parano avec toutes ces histoires. Mais je m’inquiète tellement pour Johanna.
Peter : Je comprends tu sais, si quelqu’un s’en prenais a Eve, je serais dans le même état mais je ne pense pas que Fanny soit une piste solide ou qu’elle ait un quelconque rapport avec cet Éric Duval.
Helene : Oui je sais, oublie tout ça c’est idiot de ma part en plus on n’a pas le droit de s’immiscer dans sa vie personnelle comme ça. Bonne nuit Peter.
Peter : Comme tu veux, bonne nuit ma douce.
 
Chambre de Christian :
 
Il était allongé sur son lit, les mains derrière la tête et les yeux dans le vide, il laissait le bonheur enfin retrouvé l’envahir. Johanna, sa Johanna, comment avait-il pu croire un quart de secondes qu’il pourrait faire sa vie loin d’elle. Elle est son oxygène, sa raison de vivre. Et puis maintenant il y avait Théo et Zoane, ces 2 miracles qui les uniraient a jamais.
 
Il en était là dans ses pensées quand son téléphone sonna, il regarda l’écran et vit le visage de Johanna, un grand sourire se dessina sur ses lèvres avant de répondre.
 
Christian : Oui mon bébé d’amour.
Johanna : … (sanglots)
Christian : mon amour qu’est ce qui se passe ? Parle-moi, ou es-tu ?
Johanna : … C’est … c’est … c’est vraiment.
Christian : C’est vraiment quoi ? Réponds-moi, tu m’inquiètes.
Johanna (après une grande inspiration) : C’est vraiment très beau.
Christian (soulagé) : Ouf j’ai eu peur. Alors ça t’as plu mon bébé d’amour ?
Johanna : Oui c’est magnifique, il y a tant d’amour dans tes paroles, tant de sincérité. Mais je ne savais pas que tu m’aimais à ce point.
Christian : Tu veux la vérité, moi non plus, jusqu’à ces derniers temps, je me suis persuadé que nous 2 c’était du passé et que tu avais tourné la page alors j’ai essayé de faire pareil, mais j’ai vite compris que je ne pouvais respirer qu’avec toi à mes cote, que tu étais mon oxygène, ma raison de vivre.
Johanna : … (sanglots)
Christian : Non ne pleure pas mon amour, je suis la maintenant et je te fais la promesse de ne jamais plus te quitter.
Johanna : Je…je t’aime
 
Elle raccrocha avant qu’il n’ait pu répondre quoique ce soit. Et c’est avec le cœur remplir d’amour qu’il arriva enfin à s’endormir.
 
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Mer 18 Fév - 23:51 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

J'adore ! Par contre Fanny m'intrigue. Je ne la sens pas claire.
_________________


Revenir en haut
LADY GABY
RST Actif

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 1 291
Localisation: alsace
Féminin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 10:31 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Peter devrait mettre des hommes sur le coup, parés tout, il est le seul qui pourrait empêcher qu'un drame vu qu'Hélène lui en a parlé... je croise les doigts pour que Fanny n'est pas le temps d'agir!
_________________

Merci Zel^^


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 13:36 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Chapitre 22 :
 
Le lendemain matin chez Fanny :
 
Apres avoir tourné en rond toute la nuit, s’en arriver à dormir, elle se leva et prit son téléphone.
 
Fanny : Oui c’est moi (…) Non, justement j’ai réfléchis (…), je pense qu’Helene a des doutes sur moi (…) Oui, justement tu ne vas rien faire a l’hôpital (…), Non j’ai posé trop de questions, ça paraitrait suspect (…) Voila on fait comme ça, je te rappelle quand elle sort (…) Bonne journée à toi aussi. Ah et Éric, essaies de ne pas la rater la prochaine fois (…).
 
Laly qui était venue prendre de ses nouvelles avait entendu des brides de conversation par la fenêtre de la cuisine qui  était entrouverte.
 
Elle décida de ne pas frapper et de repartir voir John, c’est son père il doit savoir si elle est capable d’une chose pareil. Elle savait que si ce n’était pas le cas, ça mettrait u froid entre eux, mais dans le doute, elle devait penser à protéger son amie.
 
De retour chez elle :
 
Laly : Bonjour mon chéri
John : Bonjour ma Laly, tu es partie tôt ce matin dis-moi ?
Laly : Oui … Bon John, je ne vais pas tourner autour du pot, alors est ce que tu crois que Fanny pourrait avoir quelque chose à voir avec l’agression de Johanna ?
John (qui s’était levé d’un bon) : Non mais ça va pas de dire des choses comme ça Laly, qu’est ce qui te prend voyons ?
Laly : Ecoutes, ce matin si je me suis levée tôt, c’était pour aller la voir, je trouve qu’on ne s’est pas beaucoup occupé d’elle depuis l’histoire avec Johanna, enfin bref, quand je suis arrivée, je l’ai entendu parler au téléphone, j’ai pas entendu grand-chose mais je sais qu’elle parlait a un certain Éric en lui demandant d’attendre une sortie et de ne pas se rater, alors comme on sait que l’agresseur de Johanna s’appelle Éric Duval, je me pose des questions.
John : Ecoutes Laly, j’ai une totale confiance en ma fille, je sais qu’elle est incapable de faire du mal à une mouche, même si elle est en colère contre Johanna en ce moment, elle a promis de faire des efforts.
Laly : Oui mais avoue quand même que la coïncidence est grande.
John : Bon le plus simple, c’est de l’appeler pour qu’elle s’explique tu ne crois pas ?
Laly : Oui je pense.
 
John saisie son téléphone et appela sa fille.
 
Fanny : Bonjour mon papounet, tu es bien matinal ?
John : Bonjour ma puce, oui tu vas bien ?
Fanny : Bah oui très bien pourquoi ?
John : Je vais être honnête avec toi ma chérie, Laly est passé te voir ce matin et a entendu que tu parlais a un certain Éric, alors elle s’inquiète.
Fanny (ravie que son père ne soit pas face à elle) : Non mais c’est une blague, Laly ne crois quand même pas que c’est le même Éric que celui qui a tiré sur l’américaine quand même,
John : Eh bah si justement, je t’appelle pour la rassurer et pour que tu t’expliques.
Fanny : Je n’ai pas à m’expliquer, mais pour toi je vais le faire quand même, oui j’étais bien au téléphone avec un Éric, mais c’est un producteur, Éric Favat, on a parlé de la sortie d’un album qu’il veut ma faire faire.
Laly : Et cette histoire de ne pas se rater, c’est quoi ?
Fanny : Ecoutes ma petite Laly, que tu es envie de protéger ton amie, ça se comprend, mais mettre en doute ma parole, je n’accepte pas. Si tu veux vérifier, je peux te donner le numéro d’Éric ?
Laly (sous le regard noir de John) : Non, excuses moi Fanny, mais tu sais toute cette histoire me met hors de moi, alors quand je t’ai entendu prononcer le prénom d’Éric, je me suis fait des films.
Fanny (soulagée) : Je ne t’en veux pas Laly, je commence à te connaitre maintenant, mais comment as-tu pu croire que j’étais derrière tout ça ?
 
Après ses soupçons par rapport à Fanny, Laly avait eu une altercation avec John qui lui avait demandé de partir et de le laisser seul.
Elle avait donc prit la direction de la maison, pour voir ses amis. Apres avoir garé sa voiture dans l’allée, elle se dirigeait vers la porte quand elle vit une silhouette assise sur le banc au fond du jardin, la tête entre les mains.
 
Laly : Eh bah alors mon petit frisé, on prend l’air.
José : Ah Laly, c’est gentil de venir nous voir, qu’est ce qui t’amène ?
Laly : Oh rien, une petite dispute avec John, mais toi qu’est-ce que tu fais dehors tout seul comme ça ?
José : Qu’est-ce que tu lui as fait à ce pauvre homme ? (changeant de sujet)
Laly : C’est au sujet de Fanny, mais j’ai été bête encore une fois, enfin bref, ça va s’arranger ne t’inquiète pas. Mais tu n’as pas répondu à ma question.
José : Quelle question ? (en sachant très bien ce qu’elle voulait dire)
Laly : José s’il te plait pas avec moi, on se connait trop pour ce petit jeu. Qu’est ce qui te tracasse ?
José : C’est rien, j’avais juste besoin d’être un peu seul pour réfléchir c’est tout, ne t’inquiète pas tout va bien.
Laly : Tu sais mon José, malgré nos chamailleries, tu es un frère pour moi et je te connais parfaitement bien, je sais que cette histoire avec Johanna ne te laisse pas indiffèrent.
José : Comment pourrais-je être indifférent, Johanna est une amie très chère comme pour nous tous.
Laly : Tu sais très bien ce que je veux dire, Johanna est plus qu’une amie pour toi, vous avez partagé tellement de choses ensemble, de très belles et d’autres très dures, j’étais là au premières loges.
José : C’est vrai, tu as raison. Mais tu comprends, avec Béné, je ne veux pas montrer ma peine, ça ne serait pas juste pour elle. Je l’aime tu sais mais Johanna, c’est spécial, il y a ce lien très fort entre nous et …
Laly (posant sa main sur son épaule) : Je sais, je sais. Mais Béné le sais aussi ça, tu ne devrais pas te cacher, elle comprendrait tu sais si tu lui expliquais comme tu viens de le faire avec moi.
José : Tu sais, j’ai envie de serrer Johanna dans mes bras, lui dire que je suis là, que j’ai toujours été là, mais je sais que son cœur ne bat que pour le cricri d’amour, je suis jaloux de leur relation, jaloux qu’il soit le seul dans son cœur.
Laly : Je ne suis pas dans le cœur de Johanna mais je la connais suffisamment pour te dire que si à l’époque, elle a accepté de t’épouser et de faire un enfant avec toi, c’est que toi aussi tu as une place importante dans son cœur. Elle t’a aimé sincèrement José, Johanna est une femme entière, elle est franche et je sais que si elle t’a dit « je t’aime », c’est qu’elle le pensait.
José : Tu crois vraiment Laly ?
Laly : Non José, je ne le crois pas, j’en suis certaine. Johanna est ma meilleure amie, c’est même comme une sœur pour moi, elle est la marraine de mon fils, on a traversé beaucoup d’épreuves toutes les 2 et même si nos chemins se sont séparés un certain temps, nos cœur étaient toujours ensemble. Si je te dis que tu es important pour elle, tu peux me croire.
José : Merci ma Laly, je ne suis pas toujours très tendre avec toi mais je t’adore quand même ma petite fofolle.
 
Ça faisait déjà 1 semaine que Johanna était hospitalisée, Christian et le reste de la tribu passait la voir tous les jours. Sa sortie était prévue pour cette après-midi, Christian était impatient et angoissé en même temps.
 
A l’hôpital :
 
Alors qu’elle finissait de rassembler ses affaires, Johanna sentie son téléphone vibrer, en regardant l’heure, elle sourit, ça devait être Christian comme tous les matins.
A la vue du message, elle blêmit et manqua de s’évanouir.
« Bonjour, ma belle, je sais où tu es ! Tu ne m’échapperas pas cette fois et si je dois tuer tous ceux qui se trouvent sur notre chemin, je le ferais sans hésitation. (il y avait en dessous une photo d’elle allongée sur son lit d’hôpital et toute la bande autour) ».
Elle ne pouvait pas les mettre en danger, elle s’en voudrait trop s’il leur arrivait quelque chose à cause d’elle.
Elle sortit du papier et un crayon de sa table de nuit et commença à écrire.
 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 13:39 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Chapitre 23 :
 
En début d’après-midi, Christian accompagné d’Helene et des enfants, sont venus la chercher. Christian ne tenait pas en place, il avait acheté des fleurs et avait mis son plus beau costume pour faire honneur à cette magnifique femme qu’était Sa Johanna.
Helene attendait dans le hall avec les jumeaux, Christian était monté seul. Arrivé devant la chambre, il frappa mais pas de réponse, il ouvrit doucement et s’aperçu que toutes ses affaires avaient été enlevées. Il alla au bureau des infirmières.
 
Christian : Bonjour mesdames, excuse- moi mais je suis venu chercher Mlle McCormick qui devait sortie aujourd’hui, et je viens de voir que ses affaires ne sont plus dans la chambre.
Infirmière1 : Ah oui effectivement puisque Mlle est sortie il y a 1h00 déjà.
Christian : Mais comment ça, elle est sortie toute seule ?
Infirmière 1 : Je ne sais pas Mr, elle nous a dit que quelqu’un l’attendait devant l’hôpital, je ne peux pas vous en dire plus.
Infirmière 2 : Ah mais attendez, vous êtes Mr Roquier ?
Christian : Oui c’est bien moi, Christian Roquier, pourquoi ?
Infirmière 2 : Avant de partir, Mlle McCormick m’a donné ça pour vous.
 
Elle lui remit une lettre, Christian reconnu tout de suite l’écriture fine de Johanna.
 
Christian : Merci mesdames. Bonne journée.
Infirmières 1 et 2 : Au revoir, bonne journée vous aussi.
 
Christian était toujours dans le couloir, son bouquet de fleurs à la main, il regardait la lettre l’air septique. Il s’assit dans la salle d’attente et se décida à l’ouvrir.
 
Mes très chers amis,
 
Je suis vraiment désolée mais je ne peux pas vous faire ça, je ne peux pas vous mettre en danger inutilement. Je suis partie, n’essayez pas de me retrouver, je vais me cacher quelque temps. J’espère que vous me comprenez, et que vous ne m’en voudrez pas.
 
Mon cricri,
 
Je suis navrée sincèrement de te laisser encore une fois mais je tiens trop à toi pour te faire courir le moindre risque, j’espère que tu prendras bien soin de nos merveilles et que tu veilleras sur eux. Tu vois, je me dis avec le temps que quoiqu’on essaye de faire, on ne doit pas être fait pour le bonheur ensemble. Dès que tout se passe bien et qu’on se retrouve, la vie nous sépare. Mais je veux que tu sache que n’importe où dans ce monde, mon cœur reste accroché à toi, je te l’ai confié il y a 20 ans déjà et je ne le regrette absolument pas. Et surtout n’oublie pas que je t’aime.
 
Mes bébés,
 
J’espère vous revoir très bientôt, en attendant je vous confie à votre papa, je sais qu’il vous donnera autant d’amour que je l’ai fait jusqu’à maintenant, et puis marraine n’est pas loin non plus, elle est votre ange gardien depuis votre naissance et sera toujours là pour vous.
 
Mon Helene,
 
Je sais que tu aurais voulu être là encore mais je dois faire face toute seule pour une fois, je ne peux pas accepter que ta vie soit une nouvelle fois en danger. Tu as enfin trouvé le bonheur, alors fais-moi plaisir et profites en, ne t’occupes pas de mes démons et savoure ce que la vie t’offre.
 
Je vous embrasse tous très fort
En espérant vous rejoindre bientôt
Johanna.
 
Le bouquet de fleurs s’écrasa sur le sol, des larmes coulaient de ses joues, elle n’avait pas le droit de l’abandonner encore une fois, elle ne pouvait pas les abandonner tous les 3, « on a besoin de toi près de nous ». Il essuya ses yeux et sorti de la salle. Une fois dans le hall, il regarda qui comprit tout de suite que quelque chose n’allait pas. Christian prit les enfants, tendit la lettre a Helene et se dirigea vers la voiture.
 
Zoane : Papa pourquoi, elle est pas là ?
Christian : Ne vous inquiétez pas les enfants, maman a besoin de repos un petit peu mais papa va vite la ramener à la maison.
Théo : Mais moi je veux que maman elle vient avec nous dans la voiture.
Christian : Ce n’est pas possible aujourd’hui mon cœur mais elle va nous rejoindre à la maison très vite.
Zoane : C’est parce qu’elle veut plus de nous, alors elle est partie ?
Christian : Bien sûr que non ma princesse, maman vous aime très fort et vous êtes ce qu’elle a de plus cher.
Théo : Alors pourquoi elle est pas là ?
Christian : Parce qu’elle est fatiguée et qu’elle doit beaucoup se reposer pour revenir vous voir en pleine forme.
Théo : Alors on peut aller lui faire un bisou avant de repartir ?
Christian : Non mon chéri, les médecins veulent qu’elle se repose alors on ne va pas pouvoir la voir pendant un petit moment mais souvenez-vous, maman vous aime et elle pense à vous tous les jours.
 
Après avoir installé les enfants dans la voiture, Christian se retourna vers l’entrée de l’hôpital, où il avait laissé Helene. Cette dernière tenait la lettre entre ses mains, elle était blanche et dû s’appuyer contre le mur de l’hôpital pour ne pas tomber.
Elle sentit une main sur son bras, elle leva la tête sans pouvoir prononcer un mot, elle éclata en sanglots. Christian récupéra la lettre et  l’aida à monter dans la voiture et roula en direction de la maison. Aucun d’eux n’avait parlé pendant le trajet, même les enfants qui d’habitude étaient plutôt bavards n’avaient rien dit.
 
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 14:10 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Très bons chapitres.

Belle conversation entre Laly et José.

Laly a des doutes sur Fanny. Pour une fois, son intuition de brésilienne ne l'a pas trompée. Elle est vraiment dans le coup apparemment.

Johanna est partie. Je ne pense pas qu'elle ait pris la bonne solution mais je la comprends, elle ne veut pas mettre en danger ses amis. J'espère qu'elle reviendra vite.
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 14:11 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Chapitre 24 :
 
Arrivé dans l’allée, Helene regarda Christian, les yeux toujours pleins de larmes.
 
Helene : Je n’aurais pas le courage de leur annoncer.
Christian : Prends les jumeaux et monte avec eux dans la chambre, je me charge de prévenir les autres.
Helene : Pourquoi Christian ? Pourquoi ? (pleurant de plus belle)
Christian : Pour nous protéger. Mais ne t’en fait pas Helene, je vais remuer toute la planète s’il le faut mais je la retrouverais, je t’en fais la promesse, (dans un murmure pour lui-même)  je la retrouverais.
 
Helene prit les enfants en ouvrit la porte de la maison, toute la tribu était réunie dans l’entrée.
 
Tout le monde : BIENVENUE
 
Helene les regarda tous l’air inquiète, elle courut vers les escaliers en éclatant en sanglots, elle monta dans la chambre et déposa les enfants pour qu’ils jouent un peu. Assise sur le lit la tête entre les mains, elle pleurait sans arriver à s’arrêter.
 
Entre temps, en bas, Christian avait lu la lettre de Johanna à ses amis. Tous étaient figés, personne n’osait bouger, aucun ne réalisaient vraiment ce que venait de leur dire Christian.
 
Une fois la nouvelle digérée, Nicolas monta dans la chambre pour rejoindre Helene.
Il la trouva assise sur le lit secouée de sanglots. Il s’assit à côté et lui posa le bras sur les épaules, pour la calmer un peu. Au bout d’un long moment elle réussit enfin à relever la tête et se jeta dans ses bras.
 
Helene : Mon dieu Nicolas, pourquoi elle a fait ça, mais qu’est- ce qu’il lui est passé par la tête ?
Nicolas : Je ne sais pas, mais tu sais, notre Johanna a toujours été forte et indépendante, elle a pensé bien faire, il ne faut pas lui en vouloir.
Helene : Mais non elle n’a pas toujours été forte, tu n’étais pas là, tu n’étais pas avec elle quand elle a perdu plus de 20 kilos, tu n’étais pas là quand elle n’avait plus la force de marcher, quand elle vomissait au moindre verre d’eau, tu n’étais pas là quand elle a passé des jours à pleurer, sans pouvoir s’arrêter. Elle n’est pas forte, elle ne l’est pas je t’assure.
Nicolas : Je sais que vous avez passé des moments douloureux toutes les 2, mais c’est vous qui nous avez exclu de toute cette souffrance, alors ne me reproche pas aujourd’hui de ne pas avoir été là.
Helene : On été là l’une pour l’autre comme tu dis, si on en est là aujourd’hui c’est parce qu’on était 2, aujourd’hui elle est seule, elle m’a lâché la main, elle n’y arrivera pas.
Nicolas : Si elle t’a lâché la main, c’est parce qu’elle s’en sentait capable, sinon elle ne l’aurait pas fait. Crois-moi, même si je n’étais pas auprès d’elle dans toutes ces souffrances, je la connais, elle est ma grande sœur, et je sais qu’elle n’aurait pas laissé ses enfants comme ça, elle n’aurait pas pris le risque de les laisser sans leur dire au revoir si elle pensait ne plus jamais les revoir. Elle reviendra Helene, tu m’entends, elle reviendra.
Helene : Nicolas, j’ai tellement peur pour elle.
Nicolas : Je sais mais tout va bien se passer, ton étoile est avec elle, elle est protégée.
Helene : Mais enfin tu ne comprends pas, cette étoile dont tu parles, elle est la seulement pour rassurer tout le monde mais elle n’est pas là pour Johanna, elle a eu un cancer, elle a fait une rechute, au moment où tout allait mieux, elle perd son père, ensuite elle se fait séquestrer et violer et maintenant
ou le bonheur enfin lui sourit, maintenant qu’elle peut enfin vivre son plus beau rêve, être enfin avec son cricri et leurs enfants, elle est traqué par un malade et un autre veut la tuer. Alors fou moi la paix avec l’étoile s’il te plait.
Nicolas : Helene il faut que tu te reprennes, si tu commences à penser comme ça, tu ne tiendras jamais, il faut que tu sois forte, il faut que tu t’accroche pour les enfants, pour Johanna et pour Christian.
Helene : Je n’en peux plus d’être forte pour tout le monde, moi aussi j’ai le droit de baisser les bras, moi aussi j’ai le droit de craquer. La grande Helene aussi à ses faiblesses, et oui Nicolas, je vais peut-être te décevoir mais j’en ai marre, je n’en peux plus de tout mal qui nous entoure, dès que le bonheur nous approche, il y a toujours quelque chose pour faire barrage, c’est comme ça depuis 20 ans. Alors Helene et son étoile sont à bout de souffle.
Nicolas : Ne dis pas n’importe quoi, tu ne me décevras jamais, je te connais Helene, je sais que tu as tes faiblesses, je sais que tu ne peux pas toujours être la plus forte. Mais je sais aussi que tu ne laisseras pas tomber ces 2 petits anges, je sais que tu tiendras le coup pour eux.
Helene : Si tu savais comme je lui en veux, je lui en veux d’être partie seule, je lui en veux de ne pas avoir accepté mon aide encore une fois.
Nicolas : Elle est peut-être là la réponse à ta question, tu as toujours été là pour elle, Johanna a peut-être jugé qu’il était temps que tu penses à toi. C’est peut-être la fois de trop.
Helene : Mais elle a tellement fait pour moi aussi, tu ne peux pas comprendre, mais elle m’a sauvé, elle m’a redonné gout à la vie et je ne suis pas avec elle. Ça m’en rend malade.
Nicolas : Peut-être que si tu m’expliquais je pourrais comprendre.
Helene : Franchement Nicolas ce n’est pas le moment, Johanna est perdu dans la nature avec 2 salopards à ses trousses alors nos petits problèmes ne sont pas le sujet du jour.
Nicolas : De toute façon, tu me reproches toujours de ne pas comprendre mais tu as toujours une excuse pour ne pas m’expliquer, comment je pourrais comprendre une situation qui m’échappe complètement ?
Helene : ça viendra, je te jure que je te dirais tout un jour, mais pas aujourd’hui, pas maintenant
, pas tant que Johanna n’est pas avec nous.
 
Il l’embrassa sur le front et la prit dans ses bras. Christian qui était à la porte depuis le début, resta appuyé contre le mur, des larmes roulaient sur ses joues, il avait fait tellement de mal à cette femme
par le passé, il l’avait blessé plusieurs fois et malgré ça, elle avait toujours eu la force de se battre contre les malheurs que la vie avait mis sur sa route.
 
Il ne referait plus les erreurs du passé, il ne la laisserait plus seule face à tout ça. Même si elle leur demandé de ne pas la chercher, il allait quand même la trouver, il serait là pour elle.
 
Six mois étaient passés, Christian avait été dans tous les hôtels
, il avait appelé partout, il avait arpenté toutes les routes, il avait cherché partout. Rien aucune trace de Johanna, la police la recherchait également mais rien non plus de leur côté, elle s’était évaporée, personne ne savait rien, personne ne l’avait vu, il avait montré sa photo à tous les passants qu’ils avaient croisés mais personne ne l’avait aperçu.
 
Un soir à la maison :
 
Christian avait encore passé toute la journée à chercher Johanna, il délaissait de plus en plus les jumeaux, mais savait qu’Helene prenait soin d’eux. Que penserait Johanna si elle savait qu’il ne s’est pas occupé des enfants, qu’est-ce qu’elle dira quand elle sera de retour ?
Il était allongé sur son lit, les yeux fermés et entendait ses amis rire en bas, il n’y arrivait pas, il ne pouvait pas s’amuser avec eux tant qu’il ne l’aurait pas retrouvé.
Tout à coup, il sentit des lèvres se poser sur les siennes, sans ouvrir les yeux il rendit le baiser.
 
Christian : Fanny, s’il te plait ça n’est vraiment pas le moment.
Fanny : Je sens que tu en a envie autant que moi, laisses toi faire, tu te sentiras mieux après.
 
Elle l’embrassa à nouveau
tendrement, puis ce baiser devient très vite enflammé et ils firent par faire l’amour.
 
Avant d’aller se coucher, Helene prépara un plateau repas pour Christian, il passait tellement de temps à chercher Johanna, qu’il ne s’alimentait plus normalement, il maigrissait à vue d’œil. Arrivé devant
la porte, elle frappa doucement, pas de réponse, elle décida d’entrer pour le forcer à manger un peu.
 
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 14:15 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Tu es inspirée Pauline dis-moi.

Belle conversation entre Hélène et Nico.

Fanny qui profite de la faiblesse de Christian pour se le faire, petite merdeuse va ! Evil or Very Mad
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 14:15 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Chapitre 25 :
 
Fanny avait la tête sur le torse de Christian, lui avait ses mains autour d’elle, aucun doute ils venaient de faire l’amour. Le tableau qu’elle avait sous les yeux la cloua sur place, elle lâcha le plateau, ce qui réveilla les 2 tourtereaux.
 
Christian (se relevant brutalement) : Helene, ce n’est pas ce que tu crois.
Helene : Ce n’est pas ce que je crois ? Non mais tu me prends pour une imbécile, ce que je vois est très clair pourtant.
Christian : Non je t’assure, c’est un moment d’égarement, ça ne compte pas. J’avais juste besoin de réconfort.
Helene : De réconfort ? Non mais tu te fiche de qui ici, je te préviens Christian, quand Johanna va revenir tu as intérêt de lui dire sinon je m’en chargerais, je ne te couvre plus c’est fini.
Christian : Oui je vais lui dire, je te signale quand même que c’est elle qui nous a abandonné, c’est elle qui est parti, je n’ai aucun compte à lui rendre.
Helene : Non mais tu peux parler toi, quand tu es parti, elle ne t’en a pas voulu, elle a tiré un trait et elle t’a repris sans histoire, quand tu l’as planté au restaurant pour retrouver Angèle, elle n’a rien dit non plus, le nombre de fois où tu lui as été infidèle, elle t’a toujours pardonné. Je vais te dire Christian, tu clame haut et fort que tu as changé, mais honnêtement, tu es toujours le même, le même petit creton que tu étais il y a 20 ans. Ecoutes moi bien, le jour ou Johanna va revenir, je ferais tout mon possible pour qu’elle ne te redonne pas une nouvelle chance, tu l’a assez détruite comme ça.
Christian : Tu ne peux pas faire ça Helene, tu sais très bien qu’elle est tout pour moi, tu sais que je l’aime et que j’ai besoin d’elle.
Helene : Tu l’aime ? Réfléchit, si tu l’aimais comme tu dis, Fanny ne serait pas dans ton lit, tu dis que tu l’aime mais tu la détruis à petit feu, tu ne crois pas qu’elle a assez souffert, tu penses qu’elle n’a pas assez pleuré. Je vais te dire Christian, tu ne la mérite pas.
 
Elle sortit en claquant la porte sans lui laisser le temps de répondre.
 
Fanny : Non mais elle se prend pour qui celle-là ?
Christian : Elle a entièrement raison, je ne la mérite pas.
Fanny : Mais je suis la moi, on est bien tous les 2. Nous aussi je suis sûr qu’on est fait l’un pour l’autre.
Christian : Je ne suis fait pour personne, tu devrais prendre tes affaires et partir maintenant.
Fanny : Mais enfin mon chéri, tu ne vas pas laisser Helene te dicter ta conduite quand même ?
Christian (ramassant le plateau) : Elle ne me dicte pas ma conduite mais elle a entièrement raison, je suis nul et je voudrais rester seul ce soir.
Fanny : Comme tu veux, on pourrait se retrouver demain pour sortir les enfants au parc.
Christian : Oui c’est une bonne idée, ils seront contents.
 
Elle l’embrassa et rentra chez elle.
 
Le lendemain matin, Helene avait préparé les enfants et était en train de leur donner à manger. Les autres étaient autour de la table pour prendre leur café. Christian venait de se lever et alla directement embrasser ses enfants.
 
Christian : Bonjour mes amours, on va aller se promener au parc ce matin ?
Zoane : Non nous on va au zoo aujourd’hui.
Christian (étonné) : Ah bon et avec qui ?
Théo : Avec marraine. Tu viens avec nous ?
Helene : Non, votre père a plein de choses à faire aujourd’hui.
Christian : Euh Helene c’est mes enfants je te rappelle, j’ai quand même le droit de sortir avec eux.
 
Helene se leva pour lui faire face, elle était toujours énervée.
 
Helene : TES enfants non mais tu rigoles là, est ce que tu sais à quel âge ils ont marchés, à quel âge ils ont eu leur premières dents, à quoi ils sont allergique, leur peluche préférée ?
Christian : Non c’est vrai tu as raison, je ne sais pas tout ça puisqu’on m’en a privé.
Helene : Mais la faute à qui Christian, à force de jouer avec les gens, on perd forcement des choses importantes. Mais bon tu veux jouer a ca on va jouer.
José : Mais enfin Helene qu’est ce qui te prend, pourquoi tu lui parles comme ça ?
Helene : Ca ne te regarde pas José, alors pour une fois mêle toi de tes affaires ça nous fera des vacances.
Bénédicte : Mais Helene calme toi, on ne te reconnaît plus depuis quelques jours, qu’est ce qui t’arrives ?
Helene : Rien, il ne m’arrive rien, j’en ai juste marre de vivre avec une bande de focus qui passe leur temps à se foutre de la gueule du monde, j’en ai marre des hypocrites et de connards qui jouent aux gentils toutous, j’en ai marre de vous tous. Je me casse de cette maison, j’ai besoin d’air.
 
Elle prit les enfants qui avaient commencé à pleurer et parti.
Christian lui court après jusqu’à la voiture.
 
Christian : Helene, c’est mes enfants, tu ne peux pas les emmener comme ça.
Helene : C’est les enfants de mon amie et je ne laisserais pas cette gamine s’occuper d’eux. Si vraiment ils sont important pour toi Christian, dis-moi pourquoi  le médecin est venu il y a 2 semaines, personne ne t’as privé de ces moments, tu étais là, tu devrais le savoir ça, alors vas-y je t’écoute ?
 
Christian baissa la tête, il n’avait pas la réponse, il était tellement absorbé par ses recherches qu’il n’avait même pas su qu’un des enfants était malade. Même avec ses enfants il était nul.
 
Helene : Eh bah alors Christian, tu n’as rien à répondre ?
Christian : Ca va Helene, tu sais que j’avais autre chose en tête, je recherchais Johanna.
Helene : Au point de ne pas te rende compte que Zoane avait de la fièvre oui, je prends les enfants et il reste avec moi jusqu’au retour de leur mère. C’est non négociable au revoir Christian.
 
Elle démarra la voiture et partie sans attendre.
 
Chapitre 26 :
 
Au bureau de Peter :
 
Peter était plongé dans ses dossiers, il avait demandé à sa secrétaire à ne pas être dérangé.
 
Secrétaire : Mr Watson excusez-moi, je sais que vous ne vouliez pas être dérangé mais il y a votre femme à l’accueil et ça n’a vraiment pas l’air d’aller.
Peter : Vous avez bien fait, ma femme ne me dérange jamais, dites-lui de monter.
Secrétaire : Oui mais je dois vous prévenir qu’elle est avec 2 enfants.
Peter : Et alors, je vous dis de la faire monter.
Secrétaire : Très bien Mr comme vous voulez.
 
Quelques instants plus tard, Helene arriva dans son bureau, elle posa les jumeaux par terre et couru en sanglots dans les bras de Peter.
 
Peter : Mon amour qu’est ce qui ce passe ?
Helene : C’est horrible Peter, j’ai rien voulu dire hier soir, mais j’ai surpris Christian au lit avec Fanny.
Peter : Mais qu’est ce qui lui a pris, je ne comprends pas, hier matin encore il nous parlait de son amour pour Johanna.
Helene : Ouai bah il l’aime tellement qu’il s’envoie en l’air avec son ex.
Peter : Allez calmes toi, ça va s’arranger, qu’est-ce que tu comptes faire aujourd’hui ?
Helene : Je vais emmener les enfants au zoo, ça va leur faire du bien de prendre l’air.
Peter : Bon alors tu sais quoi, je vais prévenir ma secrétaire et je viens avec toi.
Helene : Mais mon amour, tu dois avoir du travail, je ne veux pas te mettre en retard. Je peux y aller seule.
Peter : Non je t’assure et puis aussi ça me fera du bien de prendre l’air. Et après on rentre à la maison et on va avoir une explication avec Christian. Ok ?
Helene : Non justement, je venais pour savoir si ton appartement à Paris était libre, je voudrais m’isoler un peu.
Peter : Bien sûr, comme tu voudras, je vais passer quelques coups de fil et il sera prêt pour ce soir.
Helene : C’est vrai ça ne te dérange pas ?
Peter : Tant que tu ne t’isoles pas de moi tout me va mon amour.
Helene : Je ne pourrais pas m’isoler de toi, je te rappelle que je suis Mme Watson maintenant, tu es ma vie et surtout je t’aime.
 
Elle l’embrassa tendrement et tous les 4 prirent la direction du zoo.
 
2 mois plus tard, Helene avait ramené les enfants à la maison pour fêter leur anniversaire, les tensions s’étaient apaisées, Christian était de nouveau avec Fanny. Ça ne plaisait à personne mais après tout il  était adulte et c’était à lui de faire ses choix.
Ils étaient tous installés dans le jardin, les enfants étaient en train d’ouvrir leur cadeaux, quand tout un coup, une voix se fit entendre.
 
Johanna : Happy birthday sweety, happy birthday honey.
Les enfants (courant vers elle) : Mummy, tu es là, tu ne nous as pas oubliés.
Johanna (qui avait 2 gros paquets dans les mains) : Comment je pourrais vous oublier mes amours.
 
Fanny qui était encore assise sur les genoux de Christian, regarda cette nouvelle arrivante avec un regard noir. Elle ne pouvait pas débarquer comme ça comme bon lui chante et lui reprendre Christian.
Christian qui avait remarqué le regard de Fanny n’osa pas bouger, il ne pouvait pas lui faire ça encore une fois, il ne pouvait pas jouer avec son cœur, il n’en avait pas le droit.
 
Helene (en courant vers son amie) : Ma Johanna, tu es revenue, laisse-moi te serrer dans mes bras pour être sur que je ne rêve pas.
Johanna (la prenant dans ses bras) : Et non tu ne rêves pas, je suis bien là, et j’ai une très bonne nouvelle pour toi.
Helene : Ah bon, très bonne comment ?
Johanna : Ah toi de juger. Thomas a été arrêté hier matin. Je suis libre, je ne crains plus rien, il va être rapatrié aux Etats Unis et jugé la bas.
Helene : Mais pourquoi tu n’es pas revenue plus tôt ?
Johanna : Je suis revenue mais j’avais besoin de réfléchir sur certaines choses que j’ai vu. (En regardant Christian).
 
Christian qui n’avait pas prononcé un mot jusqu’à maintenant, baissa la tête l’air gêné.
 
Johanna : Ne t’en fait pas Christian, je comprends très bien, je suis partie longtemps, tu es de nouveau avec Fanny et c’est très bien comme ça. J’espère que vous serez heureux tous les 2.
Fanny : Merci Johanna, je ne m’attendais pas à cette réaction de ta part, mais on est heureux effectivement, n’est-ce pas mon amour ?
Christian : Hum…Oui, très.
 
Fanny l’embrassa devant toute l’assemblée très gênée.
 
Johanna (voulant mettre fin a ce spectacle) : Alors on le mange ce gâteau ?
Nicolas : Oui très bonne idée, il a l’air délicieux.
 
La journée se fini bien, les jumeaux n’avaient pas quitté leur mère, ils avaient rigolé tous ensemble et Johanna avait l’air détendu.
 
En début de soirée, tout le monde était parti, Laly et John étaient rentré chez eux, ainsi que Fanny et Christian, Helene et Peter avaient regagnés à contre cœur leur appartement, en promettant de revenir très tôt le lendemain. Bénédicte et José étaient sortis au cinéma, il ne restait donc que Nicolas et Johanna dans cette grande maison.
 
Johanna avait couché les enfants très tôt, ils étaient épuisés après cette journée riche en émotion.
Dans la cuisine, Nicolas avait préparé un délicieux repas pour son amie enfin retrouvé. Johanna étaient venue le rejoindre et ils s’installèrent à table.
 
Nicolas : Alors ma grande, racontes moi ce qui s’est passé ces derniers mois pour toi ?
Johanna : Excuses moi mon Nico mais je ne veux pas parler de tout ça ce soir, tu as préparé un diner succulent alors ne le gâchons pas avec tout ça.
Nicolas : Très bien, c’est toi qui décide, en tout cas je suis très heureux que tu sois de nouveau parmi nous.
Johanna : Oui moi aussi, ça m’a fait un très grand plaisir de tous vous retrouver, vous m’avez tellement manqué.
Nicolas : Mais toi aussi tu nous as tous manqué.
Johanna : Oui enfin presque tous.
Nicolas : Si c’est pour Christian que tu dis ça, il a été très malheureux tu sais.
Johanna : Oui je vois ça, en tout cas il s’est vite consolé.
Nicolas : Ne crois pas ça, il t’a cherché partout pendant 6 mois, c’était devenu un vrai zombie. Fanny l’a aidé à remonter la pente.
Johanna : Hum si tu le dis, en tout cas j’ai décidé de ne pas souffrir à cause de lui, si il est heureux avec cette fille, tant mieux pour lui, j’ai décidé de tirer un trait sur lui, ça ne nous mènera jamais a rien de toute façon notre histoire est belle et bien finie.
Nicolas : Ne lui en veut pas Johanna, il t’aime, je le connais, mais il est faible et il a besoin d’être aimé tout le temps, tu es partie, il s’est senti seul et Fanny a profité de l’occasion c’est tout.
Johanna : Je ne lui en veux pas, regarde-moi, je ne suis pas énervé ou peiné, je suis calme et sereine, quand je lui ai souhaité beaucoup de bonheur tout à l’heure, j’étais vraiment sincère.
 
La soirée se déroulait à merveille, la complicité entre Johanna et Nicolas redevait la même qu’au début, ils riaient, s’amusaient, se taquinaient.
Au moment d’aller se coucher, Johanna se leva du canapé et se pencha sur Nicolas pour lui faire la bise, celui-ci tourna la tête au même moment posant ainsi ses lèvres sur celle de Johanna.
L’étonnement passé, Johanna rendit son baiser à Nicolas, ils commencèrent à s’enlacer et le baiser devient très vite passionné.
 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 14:17 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Embarassed merci


Oui beaucoup temps et d'inspiration aujourd'hui
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 14:20 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Chapitre 27 :
 
C’est un bruit de clé dans la serrure qui les fit se séparer.
 
José : Vous êtes encore debout tous les 2.
Nicolas (l’air troublé) : Euh … Oui… mais on se disait bonne nuit justement.
Bénédicte : Ca n’a pas l’air d’aller Johanna ?
Johanna (en rougissant) : Si, si tout va bien, on a fait remonter de vieux souvenirs toutes la soirée c’est tout. Bon et bah bonne nuit à tous, Helene vient de bonne heure demain, je voudrais être en forme.
Tous ensembles : Bonne nuit Joh.
 
Toute la nuit, Nicolas avait pensé à ce baiser, pourquoi se sentait-il aussi attiré par Johanna, pourquoi n’arrivait-il pas à penser à autre chose, elle était dans toutes ses pensées et rien d’autre n’avait d’importance.
 
Les 3 jours suivants, une gêne s’était installée entre eux, tous l’avaient remarqué mais personne n’osa poser de question.
Un après-midi, Johanna était dans le jardin avec les enfants, Nicolas les regardait pas la fenêtre de sa chambre depuis un moment et se décida à descendre pour l’inviter à diner. Après un peu d’hésitation, elle avait accepté.
 
Le soir venu, Laly, John, Fanny, Christian, Helene et Peter étaient présent, Bénédicte les avaient invités à diner.
Johanna était dans sa chambre en train de se préparer pour son diner avec Nicolas. Que devait elle mettre, quelque chose de sobre pour ne pas qu’il se fasse d’idée ou quelque chose de sexy pour voir la réaction de Christian qui venait d’arriver ?
Elle opta pour une robe bustier rouge, très près du corps et courte, des escarpins rouge, elle laissa ses cheveux retomber sur ses épaules et se maquilla très légèrement.
 
Nicolas attendait avec les autres, ils étaient autour de la table en train de prendre un apéro, tout le monde rigolait, quand tout à coup, le silence fut complet, Johanna venait de faire son entrée les laissant tous sans voix.
C’est Helene la première qui reprenait ses esprits.
 
Helene : Waouh, ma Johanna tu es magnifique.
José : Tu es … Waouh … Tu es splendide.
Johanna : Merci je voulais faire honneur à mon cavalier.
Nicolas : Et bah c’est réussi, j’ai l’air d’un clochard maintenant, attends-moi 2 minutes, je vais passer un costume.
 
Christian avait les yeux figés sur Johanna, la bouche ouverte. Elle était contente, c’est exactement l’effet qu’elle voulait lui faire. Par contre Fanny commençait à bouillir intérieurement, voir son homme se comporter comme ça dès qu’elle était dans la même pièce que lui, commençait vraiment à la faire rager.
 
Fanny (en lui frappant l’épaule) : Christian, tu veux des jumelles et un bavoir peut être ?
Christian (gêné) : Non, mais elle est tellement belle ce soir.
Fanny : Je t’en prie, admire la en plus, fais comme si je n’étais pas là.
Johanna (avec un grand sourire) : Ne t’inquiète pas Fanny, Christian a toujours eu ce comportement devant une mini robe.
Peter : Tu as de la chance que je sois marié toi, mon dieu tu es incroyablement belle.
Helene (en rigolant) : Ca va je ne te dérange pas ? Je peux sortir si tu veux.
Johanna : Mais non, je te le laisse ton beau Peter, c’est le beau blond mon cavalier ce soir, oh fait Helene, je peux te confier les enfants ce soir ?
Helene : Oui ne t’inquiète pas, j’ai prévu des affaires pour rester là ce soir. Amusez-vous bien.
 
Nicolas venait de la rejoindre.
 
José : Je ne m’en suis jamais aperçu jusqu’à aujourd’hui mais vous faites un sacré beau couple tous les 2.
Christian (énervé) : Arrêtes de dire n’importe quoi José.
Fanny : Non c’est vrai, vous êtes vraiment beau ensemble, et tellement bien assortis.
Nicolas : Merci à tous, je vais profiter de la plus jolie femme que ce monde est pu faire, je sens que je vais en faire des jaloux ce soir.
Johanna (en rougissant) : Bon beau gosse on y va ?
 
Christian avait remarqué le rose sur les joues de Johanna quand Nicolas avait parlé, il était vert de jalousie. Il n’a pas sorti un mot de toute la soirée, Nicolas ne pouvait pas lui faire ça, c’était son frère, il ne pouvait pas sortir avec elle, il n’en avait pas le droit. Il allait avoir une explication avec lui demain à la première heure.
 
Au restaurant :
 
Nicolas : Tu es vraiment sublime Johanna ce soir.
Johanna (gênée) : Merci tu es pas mal non plus.
Nicolas : En plus ton coup est réussi, Christian était sous ton charme.
Johanna : Mais de quel coup tu parles, je me suis bien habillée pour toi, Christian n’a rien à voir avec ça.
Nicolas : Johanna, coucou, c’est moi Nicolas, ton ami depuis plus de 20 ans, tu me reconnais ?
Johanna (en rigolant) : Oui je te reconnais, mais tu veux en venir ou ?
Nicolas : Je te connais très bien et j’ai vu vers qui s’est tourné ton regard en rentrant dans la cuisine tout à l’heure.
Johanna : Je plaide coupable, c’est vrai que j’avais hâte de voir sa réaction.
Nicolas : Ma Joh, je peux te poser une question ?
Johanna : Mais bien sûr, tu peux tout me demander, tu le sais bien.
Nicolas : mais je veux être sur que tu me répondes honnêtement, sans te cacher derrière des théories stupides.
Johanna (qui connaissait déjà la question) : Ca n’est pas des théories stupide Nicolas, il est avec elle et je dois me rendre à l’évidence, sa vie n’est plus avec moi. Donc oui c’est vrai, j’ai encore des sentiments pour lui et ça me rend malade de les voir ensemble, mais je ne peux pas passer ma vie à l’attendre, je ne dois pas.
Nicolas (en rigolant) : Mais je ne t’ai même pas posé ma question.
Johanna : Je te connais très bien moi aussi, alors je sais que ta question c’était est ce que j’aime toujours Christian, n’est-ce pas ?
Nicolas : Oui tu as vu juste. Mais tu sais il t’aime aussi, je pense qu’il ne veut pas faire de peine à Fanny c’est tout.
Johanna : Mais je ne veux pas qu’il lui fasse de la peine, sa vie est avec elle maintenant.
Nicolas : C’est très honorable de ta part de le prendre comme ça. (gêné) J’ai encore une question à te poser.
Johanna : Oui je sais qu’il faut qu’on en parle mais je n’ose pas.
Nicolas : Je dois t’avouer que je n’arrête pas d’y penser.
Johanna : C’est impossible Nico, tu es l’ex de ma sœur et moi celle de ton frère, il ne peut rien se passer entre nous.
Nicolas : Je sais tout ça mais je me disais que …
Johanna (l’interrompant) : Non, non, non, tu ne te disais rien du tout. C’était une erreur, une terrible erreur et ça ne doit plus se reproduire.
Nicolas : Mais tu ne penses pas que si ça n’a pas marché avec Helene et Christian c’est peut-être parce que ça devait marcher entre nous ?
Johanna : Non, je ne pense pas ça du tout.
Nicolas : J’ai une dernière question et après on en parle plus ok ?
Johanna : Je t’écoute.
Nicolas : Ça t’a plu quand même ?
Johanna (en rougissant) : Euh … Oui, c’était très bien. Mais on en parle plus.
 
Il avait fini la soirée en boite de nuit. A l’aube, Johanna avait suivi Nicolas dans sa chambre en toute amitié pour ne pas réveiller les enfants.
 
Le matin chez Fanny et Christian :
 
Fanny : Tu m’accompagnes au studio aujourd’hui ?
Christian : …
Fanny : Christian, je te parle, tu m’écoutes ?
Christian (en sursautant) : Ah pardon, tu me parlais.
Fanny : Oui effectivement, et j’aimerai bien ne pas être une potiche.
Christian : Excuses moi bébé, j’étais ailleurs.
Fanny : Merci de la précision, mais j’avais remarqué, tu me prends vraiment pour une imbécile par moment.
Christian : Mais non mon amour, tu sais bien que je t’aime (en se levant pour aller l’embrasser).
Fanny : Ouai bon passons, je te demandais si tu venais avec moi au studio aujourd’hui ?
Christian : Ah non, je dois voir Nicolas ce matin, mais on peut se retrouver pour déjeuner si tu veux.
Fanny : Non, j’ai vraiment besoin de toi ce matin, je suis morte de trouille et j’aimerais que mon homme soit là pour moi quand même.
Christian : Oui je comprends mais il faut vraiment que je parle à Nicolas aujourd’hui.
Fanny : On peut passer à la maison après l’enregistrement, j’en ai pour 2h00 maximum, j’appelle Béné et on mange avec eux à midi si tu veux.
Christian : Bon d’accord, de toute façon il a dû rentrer tard hier soir, alors ok je t’accompagne.
 
Fanny était venue se mettre sur ses genoux et très vite ils se retrouvèrent dans la chambre pour faire l’amour.
 
A la maison
 
Helene : Je suis inquiète, j’ai été dans la chambre chercher les enfants et Johanna n’ai toujours pas rentrée.
José : Si, elle est dans la chambre de Nico, je l’ai est entendu parler ce matin, elle ne voulait pas réveiller les enfants.
Helene : Ah bon, tant mieux alors.
Bénédicte : Dites-vous ne les trouvé pas bizarre en ce moment tous les 2 ?
José : Si on dirait qu’ils s’évitent.
Helene : Vous pensez vraiment qu’il se passe quelque chose entre eux ?
José : Non je ne pense pas, mais il y a quand même comme un malaise quand ils sont ensemble.
Bénédicte : je n’aime pas faire ma commère, mais quand on est rentré du cinéma l’autre soir, je les ai trouvé bizarre tous les 2, et je suis sure que c’est du rouge a lèvre que Nicolas avait sur le coin de la bouche.
Helene : Ça serait tellement improbable, Nicolas avec Johanna.
José : Ça n’a pas l’air de te déranger Helene,
Helene : Mais non José, ça ne me dérange pas du tout, Nicolas est mon ex et on a eu une très belle histoire tous les 2 mais aujourd’hui je suis très heureuse avec Peter, je l’aime et…
Peter (qui venait d’entrer) : Oh autant de belles choses dans mes oreilles dès le matin, je sens que la journée va être très bonne. Mais que me vaut se bonheur Mme Watson ?
Helene (en embrassant Peter) : José pense qu’il y a quelque chose entre Nicolas et Johanna.
Peter : Ah vous avez remarqué vous aussi. Ils sont étranges tous les 2 et à mon avis, la robe de Johanna hier soir, n’inspirait pas a de l’amitié.
Bénédicte : Non mais dite donc Mr Watson, de tels mots devant votre épouse.
 
Tous rigolèrent.
 
La matinée se déroula tranquillement, Bénédicte et Helene, s’occupaient des enfants et du repas pendant que Peter et José étaient allés faire un golf.
A midi, Fanny et Christian arrivèrent, ils se garaient dans l’allée en même temps que Peter et José.
 
Fanny : Bonjour vous 2 (en leur faisant la bise)
José : Que nous vos votre présence ?
Christian : J’ai eu Béné au téléphone tout à l’heure, elle ne vous l’a pas dit
Peter : Désolé mais ont été au golf, vous mangez avec nous ?
Christian : Oui, j’avais besoin de voir Nicolas, vous ne savez pas si il est là ?
José (rigolant) : Ah mon avis, vu la nuit qu’ils ont passés, ils sont encore au fond du lit.
Christian (tout pale) : Comment ça ?
Peter : Bah oui, comme ils sont rentrés tôt ce matin et qu’ils ont dormis ensemble, on suppose…
José (qui venait de lui mettre un coup de coude) : Euh non ce que voulait…
 
Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que déjà Christian se dirigeait vers la maison.
 
José : C’est malin ça.
 
Christian était rentré sans répondre aux filles qui lui disaient bonjour et se dirigea directement vers l’étage. Il remarqua en passant que le lit de Johanna était vide. Furieux il ouvrit la porte de Nicolas et les découvrit, tous les 2 dans le lit, Johanna en sous-vêtements, la tête posée sur le torse nu de Nicolas. Il referma la porte et reparti en courant vers la voiture.
Fanny avait juste eu le temps de monter et ils partirent sans un mot pour les autres.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:21 (2018)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Paulinebris
Page 4 sur 7 Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com