rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Retrouvailles douloureuses
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Vos créations Rochelle Redfield Fics Tétralogie Fictions Terminées Paulinebris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 11:54 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Merci beaucoup pour vos commentaites encourageants  Merci


Chapitre 4 :
 
Chambre de Johanna :
 
Elle était penchée sur les 2 petits lits, « ne vous en faites pas mes amours, on est en sécurité ici et en plus votre… »
 
Elle fut sortie de ses pensées par un coup à la porte.
 
Johanna : Oui ?
Cathy : Coucou ma grande je ne te dérange pas ?
Johanna : Mais non ma Cathy, mais tu ne dors pas encore ?
Cathy : Non, je suis tellement excitée de vous avoir revus tous que je ne trouve pas le sommeil et j’ai vu de la lumière sous ta porte, ça te tente un verre de lait ?
Johanna : Oui bien sûr, et puis tu vas pouvoir me raconter comment tu as revu Etienne.
 
Les filles se sont installées dans la cuisine, Cathy était en train de lui raconter ses retrouvailles avec Etienne, quand la porte s’ouvre laissant apparaitre Sébastien.
 
Sébastien : Ah les filles excusez-moi, je prends juste un verre et je vous laisse papoter.
Johanna : Mais ne dis pas n’importe quoi, tu ne nous déranges pas, tu ne trouves pas le sommeil toi non plus ?
Sébastien : Non, cette journée avec vous tous m’a un peu remué.
Cathy : On ne se connaît pas beaucoup mais je suis ravi que tu es étais présent pour le mariage d’Helene. Je sais qu’elle t’apprécie beaucoup.
Sébastien : Merci c’est gentil, je ne pouvais pas rater le mariage de notre petite étoile à tous, bien que je ne l’imagine pas avec un autre homme que Nicolas.
Johanna : Et oui, tout le monde pense comme toi, mais Nicolas a eu sa chance, il ne l’a pas saisi, elle en a souffert assez comme ça, elle est heureuse avec Peter et elle le mérite.
Cathy : Oui c’est bien pour elle, elle a retrouvé la flamme qui brille dans ses yeux quand elle le regarde. Et Nicolas, il le prend comment ?
Johanna : C’est dur pour lui forcement mais c’est un costaud notre Nico, il s’en remettra.
Sébastien : Bon bonne nuit les filles.
Johanna et Cathy : Bonne nuit Seb.
Cathy : Et toi ma grande, que deviens ta vie depuis tout ce temps ?
Johanna : Et bien comme tu l’as vu, j’ai mes 2 enfants et ça me suffit à être heureuse.
Cathy : En parlant de tes enfants, je ne sais pas si je devrais mais … C’est Christian le père, n’est-ce pas ?
 
Johanna avait baissé la tête, elle ne voulait pas le dire, il était hors de question que Christian soit au courant. Ses enfants n’avaient pas besoin de lui et de sa petite jeune pour vivres.
Elle s’apprêtait à répondre quand par bonheur, Nicolas était apparu à la porte, mettant fin à leur conversation gênante.
 
Nicolas : Alors les filles, on rattrape le temps perdu ?
Cathy : Oui c’est ça, on plaide coupable, et toi tu ne dors pas ?
Nicolas : Hum, j’aimerai bien mais la journée a été éprouvante, alors au lieu de tourner en rond, j’ai décidé d’aller chercher les croissants pour toute la maisonnée ce matin.
 
Johanna qui pensais que c’était sa seule échappatoire à la question de Cathy en profita pour se lever.
 
Johanna : Mais qu’elle bonne idée, je peux venir en ville avec toi ?
Nicolas : Si tu veux ma grande mais tes enfants ?
 
Johanna regarda Cathy, qui accepta de jeter un œil dans sa chambre pour s’assurer qu’ils dorment bien. Elle avait compris que l’empressement de son amie pour aller en ville était juste un prétexte pour ne pas lui répondre et en déduit donc qu’elle avait vu juste.
 
Dans la voiture :
 
Nicolas : Dis-moi Johanna, je pensais être ton ami, tu es comme une sœur pour moi, alors pourquoi ne m’as-tu pas appelé quand ça n’allait pas ?
Johanna : Tu es aussi comme un frère pour moi, mais je savais aussi que Christian avait besoin de ton aide quand je suis partie, je ne voulais pas que tu es à choisir ou à lui mentir.
Nicolas : Hum, je comprends, tu sais il est tombé bien bas après ton départ de Love Island, quand tu lui as dit que tu avais quelqu’un dans ta vie, heureusement que Fanny était là pour lui, je ne savais plus quoi faire.
Johanna : Nico je sais que Christian est très important pour toi, il l’est pour moi aussi, mais je ne pouvais pas l’attendre toute ma vie, je devais avancer et passer à autre chose, comme il l’a fait.
Nicolas : Et comme Helene l’a fait.
Johanna : Exactement, elle est heureuse aujourd’hui, tu as eu ta chance, tu l’as fait énormément souffrir, la première fois qu’elle est venue me rejoindre au Texas, elle était vraiment dans un sale état, mais aujourd’hui elle a refait sa vie et elle nage dans le bonheur alors il faut que toi aussi tu comprennes que tu l’as perdue et qu’elle ne reviendra plus.
 
Nicolas avait les larmes aux yeux fasse aux aveux de Johanna, il savait qu’elle avait raison, il savait qu’il devait tourner la page, mais il n’arrivait pas à se faire à cette nécessité.
 
Nicolas : Je sais que tu as raison, mais je pensais qu’elle serait toujours là, je pensais l’avoir toujours à mes cotes quoi que je fasse, je savais que je pouvais toujours me reposer sur elle.
Johanna : Il est là le problème Nicolas, tu n’as pas su faire de choix, elle était la seulement quand tu étais seul, elle t’aimait comme personne ne t’aimeras jamais plus, mais tu as tellement considérer cette amour comme acquis que tu l’as perdue pour toujours, aujourd’hui Helene aime sincèrement Peter et ils sont mariés, tu dois vraiment passer à autre chose et laisser Helene avoir sa vie avec son mari. Elle sera toujours la si tu as besoin, mais elle sera seulement ton amie, n’espère pas autre chose.
Nicolas : Je sais tout ça mais ça fait tellement mal.
 
Helene s’était levée et avait remarqué que la porte de chambre de Johanna était ouverte et que son amie n’était pas là, elle a regardé pendant de longues minutes, les petits dormir si paisiblement, qu’elle en eu le cœur gros, et dire qu’elle était leur marraine et qu’elle ne pouvait rien faire pour protéger leur maman. Des larmes se mirent à couler sur ses joues. A ce moment, Cathy est entrée et a remarqué les larmes d’Helene, que pouvait bien lui cacher ses amies ?
 
Cathy : Toc toc, je ne te dérange pas ? Johanna m’a demandé de veiller sur les enfants le temps qu’elle revienne.
Helene (inquiète) : Ah bon mais elle est où ? Elle est partie il y a longtemps ? Elle était seule ?
Cathy : Helene calme toi, elle est partie avec Nicolas chercher des croissants pour le petit déjeuné, c’est tout, elle va revenir, ne t’inquiète pas.
Helene : Bon les enfants dorment, on ferait mieux de descendre préparer le café pour leur retour.
 
Une fois les préparatifs du petit déjeuné finis, Cathy et Helene se sont installée autour de la table pour discuter.
 
Pendant ce temps chez Fanny et Christian :
 
Christian venait de se lever, il avait préparé un plateau de petit déjeuner pour Fanny, il entra en silence dans la chambre, posa le plateau sur la table de nuit et se dirigea vers la salle de bain.
Une fois habillé, il embrassa tendrement Fanny sur les lèvres pour la réveiller, celle-ci ouvrit les yeux et aperçu le plateau, elle lui fit un grand sourire qui s’effaça rapidement quand elle le vit déjà habillé.
 
Christian : Bonjour mon amour.
Fanny : Bonjour, tu es déjà prêt ?
Christian : Oui j’ai promis aux gars de les aider à tout démonter et à ranger le jardin.
Fanny : Ah oui tu vas retrouver ton américaine en même temps.
Christian : Mais ne dis pas n’importe quoi, je vais juste aider les copains c’est tout.
Fanny : Ok, si tu le dis, mais je te rejoins tout à l’heure, je mange, je me douche et j’arrive.
Christian : Oui t’inquiète pas bébé prends ton temps.
Fanny : Ah Ah tu vois que j’ai raison, il faut même que je prenne mon temps pour que tu puisses flirter avec elle tranquillement.
Christian : mais arrête enfin, je te dis juste de prendre ton temps parce que pour démonter toutes les tentes, on en a au moins pour 3h00.
Fanny : Tu me jure que c’est juste pour ça ?
 
Christian l’embrassa passionnément, pour la rassurer et partie en direction de la maison.
Une fois arrivé, il remarqua que tout était calme, beaucoup devaient encore dormir, ils avaient dû se coucher tard ou plutôt tôt contrairement à lui. Il soupira et décida d’entrer sans frapper.
Il surprit alors la conversation entre Cathy et Helene qui parlait de Johanna et décida de rester caché derrière la porte de la cuisine.
 
Cathy : Helene qu’est ce qui se passe avec Johanna, pourquoi tu t’inquiètes comme ça dès qu’elle sort ?
Helene : Cathy, je ne devrais pas te le dire mais je sais que tu le garderas pour toi alors je te fais confiance, voilà, il y a 1 an, Johanna a décidé de passer à autre chose et de reprendre sa vie en main, de ne pas laisser un amour impossible gâcher sa vie.
Cathy : Parce qu’elle aime toujours Christian ?
Helene : Mais bien sûr, Johanna aimera toujours Christian, il lui coule dans les veines, c’est comme ça et elle n’y peut rien.
Cathy : mais quel est le rapport avec ton inquiétude, Christian ne lui fera jamais de mal, c’est par rapport aux enfants ?
Helene : Non, les enfants n’y sont pour rien, ils sont tellement mignons.
Cathy : C’est les siens n’est-ce pas ?
Helene : Ca je ne peux pas t’en parler, ça ne regarde que Johanna, mais en ce qui concerne mon inquiétude, c’est par rapport à l’homme qu’elle a rencontré il y a 1 an et demi a peu prêt, il était vraiment adorable avec elle, il l’a couvrait de cadeaux et il était vraiment comme un père pour les petits, mais il n’était pas Christian. Et un jour Johanna a décidé de ne plus se voiler la face et de le quitter.
Cathy : Ah d’accord je crois comprendre, depuis il l’a harcelé c’est ça ?
 
Helene se mit à pleurer, elle avait tellement de peine pour son amie que les larmes ne cessaient de couler, elle respira profondément et reprit.
 
Helene : C’est pire que ça si tu savais, oh mon dieu ma Johanna.
 
Cathy s’était levé et avait posé ses mains sur ses épaules pour lui donner du courage.
 
Helene : Un soir, j’avais gardé les enfants toute la journée et elle m’a appelé pour me prévenir qu’elle partait du travail et qu’elle serait la dans 30 minutes.
Cathy (pour l’encourager) : Je suis là tout va bien continue.
Helene : Ah bout de 45 minutes, j’ai commencé à m’inquiéter, j’ai donc habillé les enfants et j’ai décidé de faire le chemin inverse, j’avais un mauvais pressentiment, à quelques kilomètres de la maison, j’ai trouvé la voiture de Johanna ouverte, et personne a l’intérieur. J’ai été au commissariat pour les prévenir. 3 jours plus tard, nous n’avions toujours pas de nouvelles, son frère Mike était venu chez elle pour m’aider avec les enfants.
Cathy : Mon dieu mais c’est horrible.
 
Christian était toujours derrière la porte, il n’arrivait plus à bouger, Sa Johanna, qu’est ce qu’il lui était arrivé ?
 
Helene : Oui c’est horrible, le soir du troisième jour, un agent de police est venu sonner, il nous a expliqué qu’ils avaient retrouvé Johanna, qu’elle était à l’hôpital et qu’elle …
 
Elle se remit à pleurer dans les bras de Cathy.
 
Cathy : Ne me dit pas qu’il l’a violée ?
 
Helene acquiesça d’un hochement de tête.
 
Cathy : L’ordure mais l’ordure, ce n’est pas vrai, il n’a pas fait ça à Johanna ?
Helene : Si, et pendant 3 jours, oh Cathy si tu avais vu dans l’état ou elle était, j’ai eu du mal à la reconnaitre.
Cathy : Mais c’est fini maintenant, il a été arrêté.
Helene : Non justement, la police ne le trouve pas, et depuis 2 mois, elle reçoit des courriers de sa part, lui disant qu’il l’aime et qu’il ne la lâchera pas comme ça.
Cathy : Je comprends, c’est pour ça que tu as peur dès qu’elle n’est pas près de toi ?
Helene : Oui, mais si elle est avec Nicolas, tout va bien.
 
Christian ne pouvait plus bouger, il sentait son cœur partir en miette, il restait là en pensant a Johanna, sa belle Johanna, mais pourquoi n’avait-il pas été là pour elle, pourquoi n’arrivait il pas à la protéger, elle qui avait déjà tellement souffert. Il essayait de reprendre ses esprits et sorti de la maison, une fois derrière la porte, des larmes coulaient de ses joues, il n’arrivait pas à les retenir, il avait mal, il avait tellement mal.
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 11:54 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 14:54 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Pauvre Johanna. C'est terrible ce qui lui est arrivé mais je compte sur Hélène et tous les autres pour l'aider à remonter la pente.

Fanny me tape sur les nerfs avec sa jalousie mal placée.
_________________


Revenir en haut
LADY GABY
RST Actif

Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 1 291
Localisation: alsace
Féminin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 16:28 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

pourvu que H/P reste unis, nicolas pourrait se mettre avec marie lol


Christian est donc au courant du drame qu'a vécu johanna, va-t-il agir en homme?
_________________

Merci Zel^^


Revenir en haut
Barbara
Admin adjointe RST - Meilleure guide TV

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 5 080
Localisation: Beaune (21)
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): ✰ Jean ✰ Jenny ✰ Johanna ✰ Lauren ✰ Marion ✰ Mary ✰
Ship: ♥ Jean's ♥ Joh/Cricri ♥ Joh/Titi ♥ Jojoh ♥ Jojo's ♥ Mary/Chris ♥

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 20:02 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

C'est bon là Fanny, elle devient pathétique à vouloir jouer les pots de colle. Et le Christian qui prend des pincettes avec mademoiselle, oui Fanny chérie, mais non Fanny chérie... Il aurait dû s'inquiéter de Johanna bien avant d'apprendre ce qui lui est arrivé. Elle a vécu des heures horribles et sa situation reste très préoccupante. Je suis d'accord avec Gaby, cela arrive un peu tard mais c'est le moment ou jamais pour Christian d'agir en homme avec Johanna. Qu'il commence déjà par assumer leur histoire devant Fanny et surtout qu'il cesse de s'apitoyer sur lui-même, c'est tout le respect qu'elle mérite. 

_________________


RST un jour RST toujours Yee-hah!


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 20:43 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Je suis d'accord avec les filles, il doit faire quelque chose maintenant! Pauvre Johanna! Elle a tant souffert mais j'espere qu'elle va trouver enfin le bonheur. 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 21:28 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Désolée mais je pense que Fanny n'a pas fini de vous agacer  Mr. Green


Chapitre 5 :
 
Une voiture venait de se garer dans l’allée de la maison, Nicolas et Johanna souriant et rigolant en sortirent, Christian essuya vite ses larmes, essaya de reprendre ses esprits et ébaucha un petit sourire en les voyant s’amuser autant tous les 2.
 
Johanna : Ah mon cricri tu es la ?
Christian : Hum oui oui, je viens d’arriver, j’allais sonner.
Nicolas : Tu es bien matinal dis-moi, Fanny n’est pas avec toi ?
Christian : Non elle est restée à la maison, moi je suis venu pour vous aider à démonter les tentes.
Nicolas : C’est gentil mais tu aurais pu dormir un peu encore, José n’est pas prêt de se lever.
Christian : J’ai bien fait de venir, quand je vois ce que tu tiens.
Johanna : Mais mon cricri, tu manques à tous tes devoirs, c’est toi qui devrais avoir des croissants pour ta petite fiancée.
Christian (qui n’osait plus croiser son regard) : Elle nous rejoint tout à l’heure.
 
En entrant, ils trouvèrent Helene et Cathy en pleure dans les bras l’une de l’autre, Johanna compris aussitôt à quoi étaient dues ces larmes et blêmie. Pourquoi Hélène avait fait ça, pourquoi en avait-elle parlé a Cathy, elle la regarda et partie dans sa chambre en courant.
 
Nicolas : Bah alors les filles qu’est ce qui se passe ?
 
Helene décida de partir derrière Johanna.
 
Cathy (avec un sourire forcé) : C’est rien mon Nico, juste 2 amies heureuses de se revoir, mais dis-moi ça a l’air délicieux tout ça (en prenant les paquets de croissants).
 
Chambre de Johanna :
 
Helene : Je peux entrer ma grande ?
Johanna : Pourquoi, tu n’as plus rien à raconter, il te faut d’autres infos ?
Helene : Excuse-moi ma Johanna, mais quand Cathy m’a dit qu’elle surveillait les petits parce que tu n’étais pas là, j’ai eu tellement peur que j’ai craqué (elle se mit à pleurer).
Johanna (en la prenant dans ses bras) : Non c’est moi qui m’excuse, je ne me suis pas rendu compte à quel ça doit être dur pour toi de porter ce secret, mais tu lui as dit pour les enfants ?
Helene : Non, c’est à toi de le faire, mais elle s’en doute, Théo ressemble tellement à Christian. Mais tu sais ma grande, si je lui ai dit pour ton enlèvement, c’est parce que j’ai une très grande confiance en elle et je sais qu’elle ne dira rien.
Johanna : Oui je sais, bon on va les manger ces croissant (en souriant a son amie)
Helene : Oui laissons les petits anges dormir.
 
Dans la cuisine, Nicolas mangeait de bon cœur, mais il se stoppa en voyant l’air inquiet de Christian.
 
Nicolas : Ça ne va pas mon cricri ?
Cathy : C’est vrai tu as l’air ailleurs ?
Christian : Non c’est rien, je me suis un peu pris la tête avec Fanny tout à l’heure, elle ne voulait pas que je vienne seul à cause de Johanna.
 
Helene et Johanna venaient d’entrer.
 
Johanna : Pourquoi je lui fais peur à ta petite fiancée ? (en faisant un clin d’œil a Helene)
Christian : Oui je pense, à cause de notre histoire, elle a peur que je craque à nouveau.
Johanna : Ah mais je vais lui parler, je vais la rassurer, lui dire que toi et moi c’est du passer, qu’elle n’a rien à craindre de moi.
Nicolas : Tu es vraiment une sainte ma Johanna.
Johanna : Toujours pas, je laisse ce rôle à Sainte Helene.
 
Tous rigolèrent, c’est le moment que choisi Fanny pour faire son apparition.
 
Fanny (avec un regard noir pour Christian) : Et bien on ne s’ennuie pas ici à ce que je vois. Christian tu ne devais pas travailler ce matin ?
Christian : Ah mon bébé tu es déjà là ? On attend José pour commencer.
Johanna : Et oui nos musicos ne sont fort que quand ils sont ensemble.
Fanny : heu dois je te rappeler qu’aucun d’eux ne t’appartiens ?
Johanna : Ah non je le sais très bien, mais en revanche, tu n’as pas compris qu’IL ne t’appartient pas non plus.
Nicolas : Bon les filles, vous n’allez pas vous battre pour notre cricri quand même.
Fanny : Non tu as raison, par contre arrête avec ce surnom ridicule s’il te plait.
Helene : Ce n’est pas ridicule et nous on aime bien n’est-ce pas mon cricri ?
Christian : Oui c’est vrai que ça nous fait retourner à nos 20 ans.
Fanny : Oui justement, tu as 40 ans maintenant, plus 20.
Johanna : Oui tu ne peux pas comprendre l’importance des souvenirs, tu n’étais pas encore née quand on l’appelait comme ça.
Fanny : Excuses moi d’être jeune et d’avoir la peau ferme encore contrairement à vous.
Christian : Bon Fanny ça suffit, tu vas trop loin la, alors ou tu t’assois et tu déjeune avec nous, ou tu sors prendre l’air.
Fanny : Excuses moi mon amour (en l’embrassant a pleine bouche devant tout le monde), je vais aller prendre l’air alors parce que le petit déjeuné que tu m’as préparé ce matin me suffit largement.
 
Une fois Fanny sortie, Christian s’excusa auprès des autres pour son comportement.
 
Plus tard dans la matinée :
 
Johanna et Helene venaient de finir de préparer les jumeaux et s’apprêtait à sortir en ville.
Béné, Eve, Cathy, Laly, Jeanne et Fanny étaient installé sur la terrasse en train de regarder les garçons démonter les tentes.
 
John, Sébastien, Christian, Etienne, Nicolas, Peter et José, discutait en travaillant.
 
José : Mais mince Christian, fais attention, tu es ailleurs depuis ce matin, qu’est-ce que tu as ?
Christian : Non rien excuses moi José, j’ai pas vu que tu étais derrière, c’est tout.
Nicolas : Bon les gars on se calme, c’est bientôt fini, plus que 2 toiles à enlever.
Peter : Et oui, maintenant que je suis marié à la plus jolie femme du groupe, les toiles n’ont plus lieu d’être.
Christian et José : Ce n’est pas la plus jolie.
Nicolas : Ah bon et c’est qui alors ?
Christian et José : Bah Johanna.
 
Celle-ci arrivait derrière avec Helene et les enfants.
 
Johanna : Merci les garçons, je ne pensais pas avoir autant d’admirateurs.
John : Ah mais tu n’as pas tout entendu, moi aussi je trouve que tu es magnifique.
Christian : Ouai bon ça va, on se remet au boulot.
Helene : Attends, je voulais juste embrasser mon mari avant de partir.
Peter (sous le regard noir de Nicolas) : Ah c’est gentil ça, faire tout ce détour pour juste un bisou.
Johanna : En fait, elle ne dit pas tout à fait la vérité, parce qu’on voulait aussi t’emprunter ta voiture.
Nicolas : Ah je me doutais bien que c’était intéressé (avec un petit sourire)
Helene : Non pas du tout en plus j’ai déjà les clés, je voulais juste le prévenir c’est tout.
Peter : Tu es un ange. Mais allez-y, je n’en ai pas besoin aujourd’hui.
 
Une fois les filles parties :
 
José : Nico ça fait combien de temps que vous êtes revenus de Love Islande ?
Nicolas : Ça doit faire à peu près 2 ans et demi, pourquoi cette question ?
José : Non non comme ça.
Peter : Je vois ou veut en venir José, et je suis d’accord avec lui, je trouve que le petit te ressemble beaucoup Christian.
Christian (avec le sourire) : Ah oui vous trouvez aussi.
John (qui n’aimait pas la tournure que prenait la discussion) : Bon si on faisait une pose avec les jolies filles qui nous regardent là-bas ?
Sébastien : C’est une très bonne idée.
 
Quelque part dans Paris :
 
Johanna : Que ça fait du bien de se retrouver dans cette ville avec toi.
Helene : Oui c’est vrai, surtout que maintenant je peux te suivre (en sortant la carte gold de Peter), et je peux gâter mes filleuls aussi.
Johanna (en rigolant) : Ah c’est donc ça, je me demandais pourquoi tu t’étais mariée aussi vite.
Helene : Que tu es bête, j’aime Peter, c’est l’homme auprès duquel je me sens revivre, je me sens si bien à ses cotes.
Johanna : Je sais bien, je te taquine c’est tout, mais tu sais ça ne me dérange pas de te faire des cadeaux, tu as tellement fait pour moi.
Helene : Je t’ai dit que je ne veux plus t’entendre dire ça, écoute moi bien, je ne le répèterai plus après. Johanna, tu es ma sœur de cœur, celle que j’ai choisi, celle qui fait partie de moi, si je suis là ce n’est pas par obligation ou par pitié si je suis là c’est parce que j’ai besoin d’être auprès de toi. Je t’aime ma grande.
 
Les 2 amies s’enlacèrent tendrement.
 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 21:31 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Beaucoup d'inspiration ce soir !!


Chapitre 6 :
                   
A la maison :
 
Les garçons avaient finis de ranger le jardin et ils étaient tous installés dans le salon en train de boire un café.
 
Fanny : Mon chéri on ne va pas tarder à rentrer maintenant que vous avez finis.
Peter : Mais au fait Fanny, tu n’avais pas un enregistrement ce matin ?
Christian : Euh non finalement ça a été annulé.
Nicolas : Ah bon, vous avez recommencé à enregistrer, mais tu es un cachotier mon cricri.
Fanny (énervée) : Bon écoutez, je sais qu’on a déjà eu cette conversation ce matin mais j’aimerai vraiment que tout le monde arrête de l’appeler comme ça, Christian n’est plus un enfant quand même.
José : Et la petite, tu vas te calmer, Christian on l’a toujours appelé comme ça, alors si ça le dérange il est capable de le dire lui-même, et si c’est toi que ça dérange, personne ne t’oblige à rester.
Bénédicte : Non mais ça ne va pas José de lui parler comme ca
Jeanne : Ce n’est pas bientôt fini vos enfantillages.
Peter : Mais pourquoi tout le monde l’appel cricri au faite.
Fanny : Parce que cette très chère américaine avait décidé de l’humilier en l’appelant le cricri d’amour du temps de la fac.
Christian : mais qu’est-ce que tu racontes, elle ne m’humiliait pas, je trouvais ça mignon même.
Nicolas : Ah bon tu trouvais ça mignon ?
José : Pourtant tu as assez râlé contre elle à cette époque.
Christian (avec un grand sourire) : Oui mais elle me connaissait bien et elle savait que je râlais devant vous pour appuyer mes grandes théories mais que dans le fond ça me plaisait bien.
Fanny (agacée) : Bon on rentre.
José : Mais attend ce n’est pas ton toutou, un peu de respect, et lui il a peut-être envie de rester avec SES amis.
Christian : Je ne suis pas son toutou, arrête José, et oui je vais rester parce que j’aimerai bien voir Etienne et Cathy avant qu’ils ne repartent à Toulouse ce soir.
Fanny : C’est plutôt la grande perche que tu veux revoir.
José (qui s’était levé pour regarder Fanny de haut) : Déjà tu ne parles pas comme ça de Johanna, je ne te permets pas de lui manquer de respect et en plus ma pauvre petite, quoi que tu fasses de ta vie, tu ne lui arriveras jamais à la cheville.
Fanny : Mais dis quelque chose Christian, tu as vu comment il me parle ?
Christian : Bon ca suffit tous les 2 ca commence à m’énerver vos histoires, José, je ne sais pas ce que tu as contre Fanny aujourd’hui mais arrêtes de lui parler comme ça dès qu’elle parle. Et toi Fanny arrête de toujours rabaisser Johanna ça commence à bien faire, c’est une amie très chère pour nous tous et si tu continues à lui manquer de respect de la sorte, tu ne seras plus la bienvenue ici.
Bénédicte : Bien parlé Christian. Mais qu’est-ce qu’elle t’a fait au juste pour que tu es tant de haine envers elle ?
Fanny : Rien tu as raison Bénédicte. Excusez-moi tous.
José : Je vais vous dire moi ce qu’elle lui a fait, elle a peur de Johanna parce qu’elle sait que Christian l’aimera toujours plus qu’elle et elle craint qu’il ne finisse par ouvrir les yeux et ne la quitte.
 
Sur ces mots, Fanny s’était relevé et colla une grosse gifle à José.
 
Eve : Waouh, ça c’est une gifle, c’est mieux qu’au cinéma dans cette maison.
Peter : Bon Eve ça suffit, on se passera de tes commentaires.
 
José était resté cloué sur place, il ne s’attendait pas à ça.
 
Fanny : Devant la porte : Bon Christian je t’attends là.
 
Christian prit ses affaires et dit au revoir a ses amis et parti rejoindre Fanny a la porte.
 
Bénédicte : Mais attend Christian, tu ne voulais pas revoir Etienne et Cathy avant qu’ils ne repartent ?
Christian : Si bien sûr mais là il vaut mieux que je rentre, je reviendrais dans l’après-midi les voir.
Fanny : Ouai bah on verra.
 
Ils sont partis laissant José sans voix.
Johanna et Helene étaient revenues, et Johanna était dans la cuisine en train de donner à manger aux petits, quand José arriva.
 
José : Coucou ma grande.
Johanna : Salut mon José, ça va mieux ta joue ?
José (en rougissant) : Ah tu es au courant ?
Johanna : Oui Béné nous a dit, mais ça ne va pas toi aussi de lui dire des choses comme ça, tu ne crois pas que j’ai assez de problèmes avec elle sans que tu n’en rajoute ?
José : Mais c’est la vérité, et elle le sait c’est pour ça qu’elle a réagi comme ça.
Johanna : Non José, c’est là que tu te trompes, Christian et moi c’est du passé, il l’aime et c’est très bien comme ça, il aura toujours une place importante dans ma vie mais ce n’est plus de l’amour.
José : Oui et encore plus maintenant (en regardant les enfants), tu sais ma grande, il lui ressemble vraiment beaucoup.
Johanna (gênée) : Ah bon tu trouves, ça doit être une coïncidence alors.
José : Ma grande, je te connais très bien et je sais que tu me mens, Johanna, après tout ce qu’on a traversé tous les 2, tu ne crois pas que tu pourrais éviter de me mentir ?
Johanna : Oui tu as raison, tu sais j’y pense souvent à l’enfant qu’on aurait dû avoir tous les 2, il m’arrive de ressentir un manque dans ma vie.
José : Moi aussi, j’aurais été très fier d’avoir un enfant avec toi, mais ça ne s’est pas fait et maintenant, par miracle, tu as ces 2 petites merveilles, et il est en droit de le savoir. Tu sais je le connais par cœur notre cricri national, et un enfant de toi a toujours été son plus grand rêve alors 2, ça va être le paradis pour lui.
Johanna : Tu crois, mais je ne veux pas qu’il se sente obligé de s’occuper d’eux et puis tu sais-je repart dans 15 jours. Non je pense que c’est mieux si je ne lui dit rien.
José : C’est ton choix Johanna et je ne dirais rien, mais sache que je n’approuve pas, il n’a plus 20 ans, c’est à lui de décider de sa vie maintenant, et s’il n’a pas toutes les cartes en main, il ne pourra pas avancer.
Théo et Zoane : Mummy, mummy,
Johanna : Yes sweety j’arrive, merci pour tout José.
José : De rien ma belle, tu sais que tu auras toujours une grande place dans mon cœur et que je ne souhaite que ton bonheur.
 
Dans l’après-midi, Johanna avait couché les enfants pour la sieste et était descendu rejoindre ses amis, ils passèrent un long moment à se rappeler des souvenirs de fac, et c’est donc dans cette ambiance bon enfant que Christian et Fanny les ont rejoins
 
Cathy : Ah oui et quand vous avez adopté Texas tous les 2, vous étiez trop mignons.
Johanna : Oui et c’est aussi à ce moment-là qu’on a compris que vous étiez prêt à mentir pour nous, vous vous rappelez le matin à la cafète quand vous aviez dit a cricri que j’étais rentré juste après son appel et que vous les garçons m’aviez dit qu’il était sorti juste 2 minutes, alors qu’on avait passé la nuit ensemble, vous auriez dû voir vos têtes.
Nicolas : Oui c’est sur on n’en menait…
Bénédicte : Ah Christian, Fanny, prenez un verre et venez nous rejoindre.
Fanny : Si c’est encore pour entendre vos histoires sur Christian et Johanna, je préfère qu’on rentre.
Christian : Mais non ma chérie, on n’a pas été les seuls à vivre à cette époque. N’est-ce pas les copains ?
Nicolas : Bah non bien sûr, nos amoureux terribles n’étaient pas toujours au centre de nos aventures.
Jeanne (en lui mettant un coup de coude) : Nicolas.
Nicolas : Désolé je manque de tact parfois.
Helene : Mais asseyez-vous.
Christian : Alors vous en étiez ou des souvenirs ?
Johanna : On en était à Texas.
Christian : A notre cher Texas et ses fiancées, California et Virginia.
Fanny : Texas ?
Nicolas : Oui c’était notre rat, il nous avait adopté et nous aussi, alors Johanna a décidé de lui trouver une fiancée pour ne pas qu’il s’ennuie.
Fanny : Ah mais un rat c’est dégueulasse.
Laly : Mais ce n’était pas UN rat, c’était notre rat, et tout le monde l’adorait.
Christian : Oui et il en a vue des choses dans ce garage, en plus de la musique.
José : A qui le dis-tu, et il devait bien se marrer à nous voir tous, mais surtout quand ta batterie tombait, n’est-ce pas CRICRI (en regardant Fanny).
Christian : Oh que oui, je me suis toujours dit qu’elle devait être vraiment de très bonne qualité pour avoir tenue le choc aussi longtemps.
Fanny : Mais pourquoi, il n’était pas stable votre garage ?
 
Tous éclatèrent de rire
 
Helene : Si très stable, mais disons juste que quand notre tornade du Texas passait dans le coin, la batterie de Christian en prenait un coup.
Johanna : En même temps les filles, vous aviez de la chance, vous vos copains à l’époque, ils n’étaient pas enfermé derrière un amas de tambours, vous pouviez les embrasser facilement, moi il fallait toujours que je franchisse un tas d’obstacles pour l’atteindre.
Nicolas : Ah voilà c’est ce que je disais, tu aurais dû choisir le guitariste.
Helene : Oh mais à l’époque, je l’aurais étranglée si elle avait fait ça.
Cathy : Oui moi aussi, mais vous vous rappelé la fois ou elle a sauté sur Etienne en hurlant mon titi d’amour, j’ai bien cru que j’allais l’étriper.
José : Ah oui c’est vrai c’était pour quoi déjà ?
Johanna : C’était pour le FunDay, c’est une fête indienne qui sert à faire rire le grand manitou.
Nicolas : Oui, mais on avait vraiment eu peur pour toi, surtout quand tu étais partie en pleurs en courant de la salle de sport.
Christian : Oui je peux vous le dire maintenant mais j’étais vraiment très inquiet.
José, Etienne et Nicolas ensemble : On sait.
Helene : Et moi quand elle m’a parlé de son coup de poignard quand elle voyait Etienne.
Christian : Et tu le fais toujours ton FunDay ?
Johanna : Bien sûr, et je le fais faire à mes enfants aussi maintenant qu’ils grandissent.
Etienne : Les pauvres petits, pourvu que tu ne les rends pas aussi folle que toi.
Johanna (en rigolant) : Pourquoi ça ne t’as pas plu de m’embrasser ce jour-là ?
Cathy (en rigolant à l’attention d’Etienne) : Attention à ce que tu vas répondre.
Etienne : Bon je peux te l’avouer maintenant, j’ai adoré quand tu m’as sauté dessus, et j’ai envié Christian.
 
Tous rigolèrent de bon cœur hormis Fanny qui regardait Johanna d’un drôle d’air.
 
Ils furent interrompu par le téléphone de Johanna qui venait de recevoir un message, en le lisant elle devient livide, et manqua de s’évanouir.
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 21:57 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

J'adore comment José a reclaqué Fanny. Mr. Green

Le texto m'inquiète.
_________________


Revenir en haut
Barbara
Admin adjointe RST - Meilleure guide TV

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 5 080
Localisation: Beaune (21)
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): ✰ Jean ✰ Jenny ✰ Johanna ✰ Lauren ✰ Marion ✰ Mary ✰
Ship: ♥ Jean's ♥ Joh/Cricri ♥ Joh/Titi ♥ Jojoh ♥ Jojo's ♥ Mary/Chris ♥

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 22:33 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Fanny n'a pas peut-être pas fini de nous agacer mais elle en prend plein la tronche. 
Et plus elle ouvre la bouche, plus elle se ridiculise. Sois belle et tais-toi ! 

 
Ce message m'inquiète aussi, j'ai peur que le passé de Johanna l'ait rattrapée.  Neutral  

_________________


RST un jour RST toujours Yee-hah!


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 12:47 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Je me repete encore mais  Merci  de me lire et  Merci  pour vos commentaires encourageants.
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 12:48 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Voila 2 nouveaux chapitres qui je l'espere vous plairons autant que les premiers.


Chapitre 7 :
 
Helene qui avait compris se dirigea vers elle et regarda le message
« Alors mon amour, tu t’amuses bien à table avec tes amis ? Je t’aime Ton Thomas ».
Tout de suite, elle se dirigea vers l’extérieur de la maison mais rien, il n’y avait personne.
 
A l’intérieur :
 
Nicolas : Johanna ma grande qu’est ce qui se passe ?
José : Jo répond nous, qu’est ce qui t’arrives ?
 
Christian qui avait tout compris décida de rejoindre Helene dehors.
 
Christian : Il est là, il l’a retrouvé ?
Helene (choquée) : Mais …mais … tu …tu es … au courant ?
Christian (mal à l’aise) : Oui.
Helene : Elle t’en a parlé, elle t’a tout raconté ?
Christian : Non elle ne m’a rien dit, je vous ai entendu ce matin dans la cuisine.
Helene : Christian, mais pourquoi tu as fait ça, pourquoi tu nous as écouté, pourquoi tu n’as pas fait savoir que tu étais là ? Oh mon dieu, elle va me tuer.
Christian : Je sais que ça ne se fait pas, mais quand je vous ai entendu mon sang s’est glacé, je n’en revenais pas, j’ai manqué d’air, je ne pouvais plus bouger.
 
Les larmes se sont mises à couler sur ses joues. Helene le pris dans ses bras pour le réconforter.       
 
Christian : Ma Johanna, pourquoi ?
Helene : Ne t’inquiète pas, je ne la laisserais pas tomber, je suis là.
Christian : mais pourquoi elle, elle a déjà assez souffert comme ça, elle a le droit au bonheur, pourquoi elle ?
Helene : Je ne sais pas. Et elle se mit également à pleurer dans les bras de Christian.
Fanny : Ah bah vous êtes là. Mais Christian qu’est ce qui t’arrives, pourquoi tu pleures ?
Helene : C’est rien juste un peu de fatigue.
Christian : Oui c’est ça un peu de fatigue mais ça va mieux maintenant rentrons.
Fanny : Je préfèrerais qu’on reparte à la maison pour que tu te reposes.
Christian : Non je veux rester avec mes amis avant qu’ils ne repartent.
Fanny (en soupirant) : Bon comme tu veux.
 
A l’intérieur, Johanna reprenait des couleurs, elle était entourée de tous ses amis et cela la réconfortait. Soudain elle entendit ses enfants pleurer, son sang ne fit qu’un tour et elle monta dans sa chambre. La fenêtre était ouverte et une rose noire était posée sur le bureau. Heureusement, les enfants n’avaient rien.
 
Johanna : HELENE, HELENE, HELENE …
 
Helene arriva, suivi de Christian et des autres. En apercevant la rose, Christian et Helene avaient compris qu’il était rentré dans la chambre. Johanna pleurait, les yeux dans le vide.
 
Christian (en la prenant dans ses bras) : C’est rien mon bébé d’amour, je suis là, ça va aller.
Fanny (folle de rage) : Non mais ça va pas là, elle poussa Johanna tellement fort qu’elle se cogna la tête sur le pied du lit.
 
Helene, lui mit une gifle tellement forte que Fanny avait la lèvre en sang, Nicolas du couloir qui avait assisté à la scène décida d’intervenir, pour qu’Helene se mette dans cet état ça devait être grave, il accompagna Fanny à la salle de bain et revint s’assurer que Johanna allait bien.
 
Avec toute cette agitation, les petits s’étaient mis à hurler, Bénédicte et Laly essayait d’en calmer chacun un, mais sans résultat. Après avoir installé Johanna sur le lit, Christian laissa Helene s’occupait d’elle, il s’installa dans le fauteuil et demanda à Bénédicte et Laly de lui donner les petits, à la surprise de tous, il se mit à chantonner doucement
 
Je ne vivais que d’insouciance,
Ma vie brulait par les deux bouts
Excès de plaisir, d’arrogance,
L’excès ne sait que rendre fou
 
Et je n’étais qu’adolescence, que de folie et d’éphémère
Mais tout change avec ta naissance,
Toi ma raison d’être sur cette terre,
Mon enfant, mon enfant
 
Je croyais tellement tout savoir
Et la fierté par-dessus tout
Je ne savais que rentrer tard
Et avoir honte d’être a genou
Mais maintenant pour toi je roule par terre si cela te fais rire
Je grimace, je glousse, je roucoule et qu’importe ce qu’on peut en dire
Mon enfant, mon enfant, mon enfant
 
On se demande ce qu’on fait la
La plupart du temps de sa vie
Mais tu comprendras le pourquoi
Le jour où tu auras aussi un enfant
Mon enfant, mon enfant.
 
(Mon enfant-Grégoire)
 
Tous le regardèrent les larmes aux yeux, émus, Johanna qui était toujours sur le lit regardait cet homme avec des yeux rempli de tendresse, leur regards se croisèrent à ce moment-là, ils ont compris que tout venait de changer et que plus rien ne serait comme avant à partir de cet instant. Hélène pris les petits qui s’étaient calmés et descendit en refermant la porte laissant Christian et Johanna seule dans la chambre.
 
Johanna : Tu savais ?
Christian : Il me ressemble tellement.
Johanna : Oui Théo c’est ton portrait avec mon caractère et Zoane c’est mon portrait avec ton caractère, ca promais.
Christian : Johanna, je sais tout, j’ai entendu les filles parler ce matin dans la cuisine.
Johanna: Oh my god, it is not possible, what kept silent are going to think of me now?
Christian (en souriant) : Toujours les même reflexes, quand tu es stressée ou énervé, ta langue natale reprend le dessus. Mais je ne comprends toujours pas.
Johanna : Sorry mon cricri, je me demandais ce que tu allais penser de moi maintenant, tu dois me trouver répugnante, tu vas me détester, mais ne t’en fais pas, je ne t’en veux pas, je comprends et …
Christian : Mais stop arrête de dire n’importe quoi, la seule chose que je me demande c’est pourquoi tu ne me l’as pas dit, pourquoi tu m’as pas demandé de l’aide ?
Johanna : J’ai honte Christian, j’ai tellement honte de moi…
Fanny (qui venait d’entrer) : Honte de quoi, de piquer les mecs des autres, oui effectivement tu peux avoir honte de toi. Christian on rentre.
Christian : Fanny vas te faire foutre.
Fanny : Non mais je rêve la, depuis quand tu me parle comme ça toi, tu te prends pour qui depuis que ton américaine est revenu, j’ai dit on rentre maintenant.
Johanna : Oui elle a raison, je ne suis pas toute seule ici, tu devrais rentrer avec Fanny.
Christian : C’est hors de question ma grande, je reste ici cette nuit.
Fanny : Non mais je rêve, j’hallucine là, c’est quoi ce cirque, tu me prends vraiment pour une conne là, je te laisse 2 minutes pour prendre tes affaires, je t’attends en bas.
Johanna : Vas-y Christian, ça va aller. De toute façon je dois parler aux autres, ils sont en danger tant que je suis-là, je repars demain de toute façon.
Christian : Non, tu ne peux pas repartir, il faut qu’on parle tous les 2, je dois te protéger.
Fanny : CHRISTIAN.
 
Christian prit ses affaires et après avoir dit au revoir à Etienne et Cathy, il suivi Fanny jusqu’à sa voiture. Une fois la portière fermée, il s’écroula en pleure sur le volant.
 
Chapitre 8 :
 
Fanny (avec un air agacé) : Bon ça va aller de toute façon elle repart demain non ?
Christian : Tu n’es vraiment qu’une sale gamine pourrie gâtée, tu ne comprends pas que Johanna a besoin de moi, elle a besoin que je la protège, et moi je prends la fuite une fois de plus, je ne suis qu’un minable.
Fanny : Tu ne prends pas la fuite, et puis Johanna est assez grande pour se protéger, toi tu dois t’occuper de la femme que tu aimes pas d’elle.
Christian : Mais c’est la même chose, la femme que j’aime c’est elle.
Fanny (enragée) : QUOI ??
Christian : Je suis désolée Fanny, mais je l’aime, je l’ai toujours aimé au fond de moi et je l’aimerai toute ma vie. Excuses moi mais je vais la retrouver maintenant.
Fanny : Christian je te préviens si tu quittes cette voiture c’est fini entre nous, définitivement.
Christian : Tu ne comprends pas que c’est déjà fini Fanny.
Fanny : Je te jure que je me vengerais Christian, tu me le payeras et très cher. Tu me reviendras, je t’assure que tu me reviendras.
 
Christian sorti et se dirigea vers la maison, en entrant il trouva tout le monde assis autour de la table, Johanna venait de les rejoindre et leur a dit qu’elle allait leur raconter son histoire. Helene était à côté d’elle et lui serrait fort la main pour lui donner du courage. Christian s’installa de l’autre côté et posa ses main sur son bras, ce qui lui donna la force de se lancer.
 
Flash-back 1 an et 4 mois plutôt :
 
J’avais décidé de reprendre ma vie en main, je ne voulais plus attendre un amour qui ne reviendrait jamais. Mon oncle venait de me nommer directrice de la succursale de New York, tout se passait très bien. Un de mes collègues, Thomas Susten s’intéressait beaucoup à moi, il m’offrait des fleurs, m’invitait à diner et avait également une petite attention pour mes enfants. Je me suis laissais prendre au jeu de la séduction, il est vite devenue très présent dans ma vie.
Une nuit, alors qu’on venait de faire l’amour, je ne suis rendue compte que je n’éprouvais rien pour lui, je ne voulais pas le faire souffrir, je ne voulais pas que les choses ailles plus loin, je ne voulais tout simplement pas le laisser espérer. J’ai donc décidé le lendemain de rompre avec lui définitivement. Je me suis arrangée pour que mon oncle le mute dans une autre succursale.
Tout reprenait sa place, mais j’ai commencé à recevoir des mails et des courriers anonymes, mon téléphone sonnait en pleine nuit sans personne à l’autre bout, des roses noires étaient déposés dans tous les lieux où j’avais l’habitude de me rendre, un matin, les enfants venaient de se réveiller et j’ai trouvé une peluche à coté de chacun d’eux, la fenêtre de leur chambre entrouverte.
J’ai donc déménagé et changé de numéro mais les mails et les courriers arrivaient directement à mon bureau. Un soir alors qu’Helene était venue me voir, j’avais décidé de passer prendre un repas chez le chinois, histoire de nous rappeler de bons souvenirs. En partant j’ai bien remarqué qu’une voiture me suivait, mais il y a tellement de circulation à new York que je n’y ai pas prêté plus attention que ça.
La voiture derrière n’arrêtait pas de me faire des appels de phares, j’ai donc pensé que j’avais un problème avec ma voiture, je me suis arrêtée sur le côté pour vérifier, et c’est là que je l’ai vu, il avait un couteau à la main, j’ai couru à ma voiture mais il m’a rattrapé.
Il m’a assommé et je me suis réveillée dans une pièce sombre, complètement nue, je ne savais pas depuis combien de temps j’étais là, ni ou j’étais. J’avais très mal en bas du ventre, je saignais beaucoup et j’avais la bouche rempli de sang également. Il est entré dans la chambre, m’a jeté un verre d’eau dessus et m’a violé, juste après il m’a frappé, tellement fort que je ne voyais plus, je me suis évanoui sous la douleur.
A mon réveil, il était la penché sur moi, il me lavait avec un gant et une bassine, il m’a fait boire et m’a donné a mangé. J’ai réussi à voir sur sa montre qu’il était midi, mais je ne savais pas quel jour nous étions, après mangé, il sait allonger a cote de moi et m’a caressé, pendant des heures, puis il m’a violé encore et encore.
Et puis un jour il m’a dit qu’il devait aller faire quelques courses, pour moi, il est parti et avant qu’il n’est pu revenir, la police a débarqué et m’a emmenée à l’hôpital, ils ont attendu qu’il revienne mais il n’a jamais refait surface.
Je suis restée plusieurs jours à l’hôpital, le temps que mon visage dégonfle, je ne voulais pas que mes enfants me voient comme ça.
Et depuis quelque temps, il recommence à me harceler, les messages, les mails, les courriers et les roses, il a réussi à me retrouver.
 
Fin du Flash-back
 
Johanna avait parlé comme si elle se parlait à elle-même, à la fin de son récit, elle regarda tous ses amis qui étaient autour de la table et surtout Christian, tous étaient en larmes, Laly pleurait dans les bras de John, Bénédicte et José, essayaient de se consoler mutuellement, Nicolas avait des larmes qui coulaient, et s’était mis devant la fenêtre, il regardait dehors. Helene lui broyait la main tellement elle la serrait fort, Peter était débout derrière elle et avait posé ses mains sur ses épaule pour essayer de la consoler en sachant qu’il ne pouvait rien faire pour apaiser sa peine. Mais Christian lui était figé, aucune réaction, aucune émotion sur son visage, comme si il essayait encore de mettre un sens à tous ces mots qu’elle avait prononcé, il se leva, se dirigea vers la porte et sorti.
 
Une fois dehors, il hurla, tellement fort que tout le monde a sursauté, il hurlait, et n’arrivait plus à s’arrêter. Johanna se leva pour aller le voir, mais d’un geste, Nicolas lui fit comprendre qu’elle devait le laisser seul, qu’il avait besoin de crier, que ça lui faisait du bien. Il lui promit d’aller le voir dans quelques minutes.
_________________


Revenir en haut
Séverine
Johanna/Cricri forever RST

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2011
Messages: 5 695
Localisation: Din ch'nord
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna et Cricri, Gin et Jean, Johanna et John

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 15:53 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Pauvre Johanna. Mais quelle ordure ce Thomas.

Oui Fanny, va te faire foutre. Enfin Christian se conduit en vrai mec et pas comme un toutou.
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 18:57 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Je viens de lire tous les chapitres. Tu as de l'inspiration, ca se voit! Je comprends que Fanny soit jalouse de Johanna, apres tout, elle sait tres bien au fond d'elle que Christian l'aime encore, mais ces reactions sont vraiment agacantes. Elle a bien merite tout ce que Jose lui a dit et aussi la gifle d'Helene (j'ai adore cette scene  Mr. Green ). Tout ce qu'elle a reussi a faire, c'etait faire Christian la quitter encore plus vite qu'il l'aurait fait dans un autre cas, alors, c'est mieux comme ca. Elle a montre son vrai caractere. 


Le recit de Johanna est dechirant, ainsi que la reaction de Christian. Il a besoin d'etre seul maintenant, de crier et pleurer, mais il doit revenir vite. Johanna a besoin de lui. 
_________________


Revenir en haut
Paulinebris
Schoolboy(girl) RST

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2014
Messages: 435
Localisation: Lyon
Féminin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat
Perso(s) préférée(s): Johanna Mary gin
Ship: Jo/cricri gin/jean

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 19:56 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

Chapitre 9 :
 
Laly était venu se jeter dans les bras de Johanna, elle pleurait, elle n’arrivait pas à s’arrêter, elle serrait son amie tellement fort, que Johanna failli manquer d’air. José était venu la libérer en prenant Laly dans ses bras.
 
Johanna : Excusez-moi tous d’être venue et de vous mettre en danger. Je repars demain pour New York.
Nicolas : Non mais ça va pas, tu vas rester auprès de nous, jusqu’à temps que ce malade soit mort.
José : Et c’est non négociable ma grande.
Johanna : Je ne peux pas je suis désolée, il y a Léa, Diego et Nikki, je ne peux pas risquer leur vie, je suis désolée. En plus … J’ai vraiment honte de moi, et maintenant que vous êtes au courant, je n’arriverais plus à vous regarder.
 
Elle éclata en sanglot.
Nicolas la pris dans ses bras et posa sa main sur sa tête pour l’apaiser un peu, il lui caressait les cheveux et ses sanglots semblaient se calmer un peu.
 
Bénédicte : Ecoutes ma grande, tu es notre amie, après tout ce que tu as traversé, on ne peut pas te laisser repartir seule, alors tu vas rester. Si John et Laly sont d’accord, les enfants iront un peu chez eux, le temps qu’on retrouve ce malade.
Laly (toujours dans les bras de José) : oui bien sûr, évidemment, il n’y a pas de soucis, n’est-ce pas John ?
John : Non non aucun soucis, en plus ils sont adorables.
Bénédicte : Merci, alors tu vois c’est réglé, les enfants seront en sécurité.
Johanna : Mais pas vous …
Nicolas : Johanna regarde-moi (il accompagna sa parole en lui remontant le menton avec ses mains), tu es ma sœur, jamais, tu m’entends bien jamais je ne te laisserais tomber, jamais je ne me permettrais de te juger. Tu n’as pas à avoir honte de ce que te salopard t’as fait, on est une famille et on reste soudé, c’est bien clair ?
 
Johanna s’était remise à pleurer en écoutant les mots sincères de Nicolas.
 
Johanna : Mais, je ne veux pas imposer cette situation a aucun d’entre nous.
Helene : Je pense pouvoir parler au nom de tout le monde ici (elle joignit sa parole d’un tour de table visuel), tu ne nous impose rien et on veut être là pour toi ma grande.
Tout le monde : Exactement.
Nicolas : Bon je vais aller voir le petit, il doit être calmé un peu.
 
Nicolas était sorti et il cherchait Christian dans le jardin, il commençait à s’inquiéter en ne le voyant pas, en retournant vers la maison, il aperçut une silhouette accroupi sous un arbre près de la barrière. C’était lui, il n’allait pas bien du tout.
 
Nicolas (en lui posant doucement une main sur l’épaule) : Eh p’tit frère.
 
Christian se releva et se jeta dans ses bras en pleurant.
 
Nicolas : Chut, chut, ça va aller, chut.
Christian : Pourquoi elle, Nico pourquoi ?
Nicolas : Il faut que tu te reprennes, pour elle, pour la soutenir, pour la protéger.
Christian : C’est dur, c’est tellement dur, elle est si douce, si gentille, pourquoi Ma Johanna ?
Nicolas : C’est la vie mon grand, mais je te promets, je te fais le serment de retrouver ce batard et de le tuer.
Christian : Je n’étais pas là, je l’ai laissé seule, je n’ai pas pu la protéger, tout est de ma faute.
 
Johanna les écoutait depuis un moment, elle était obligé d’intervenir, elle ne pouvait pas le laisser penser ça.
 
Johanna : Ah non Christian, tu retires tout de suite ce que tu viens de dire, ce type est un malade, tu n’es en rien responsable de ses actes, c’est compris.
Christian : Tu as dit toi-même que tu t’es tourné vers lui pour oublier un amour impossible, alors tu vois que tout est de ma faute.
Johanna : C’est moi qui n’ai pas voulu te laisser ta chance a Love Island, tu te rappelles, c’est moi qui t’es dit que j’avais quelqu’un dans ma vie, c’est moi qui t’es dit de ramer pour récupérer Fanny. Ou est-elle d’ailleurs,
Christian : Elle est partie, je lui ai dit que tout était fini entre nous.
Johanna : mais pourquoi tu as fait ça, tu l’aime ta Fanny ?
Christian : Non Johanna, je me suis menti à moi-même toutes ces années, c’est toi que j’aime, je n’ai jamais cessé de t’aimer.
Nicolas : On sait, on sait.
 
Johanna était restée choqué par cet aveu, elle avait fini par se persuader que Christian n’éprouvait plus que de la tendresse pour elle, mais plus d’amour. Elle partit en courant dans la maison, le temps de digérer la nouvelle, elle s’isola dans sa chambre.
 
En même temps dans la salle à manger :
 
José : Mais bon sang Helene, tu n’aurais pas dû garder ça pour toi, tu aurais dû nous prévenir, on aurait pu la protéger.
 
Helene pleurait de plus en plus, elle n’arrivait pas à regarder ses amis qui étaient tous contre elle.
 
Laly : Pour une fois je suis d’accord avec José, c’est trop grave pour rester un secret, on est sa famille nous aussi, on avait le droit de savoir.
Bénédicte : Je n’aime pas me ranger du côté de ces 2 la mais elle avait besoin de nous Helene, elle avait vraiment besoin de nous.
Cathy : Arrêtez enfin, ne rejetez pas votre colère contre ce minable sur Helene, elle a juste tenu une promesse faite à une amie, tout le monde aurait fait pareil, Johanna ne voulait pas que vous le sachiez, Helene a juste respecté les souhaits de son amie.
Etienne : Helene tu as bien fait de ne pas trahir son secret.
José : Non mais vous vous entendez tous les 2, vous disparaissez de nos vies pendant presque 15 ans et vous la ramenez en nous disant ce qui est bien ou pas pour nous.
Laly : je ne vous connais pas, mais vous n’avez pas à nous dire comment gérer NOTRE famille.
Cathy : C’est vrai Laly tu ne nous connais pas, mais je te rappelle quand même que j’ai fait partie de cette famille avant toi.
Laly : Tu as abandonné ta famille, moi je suis resté même dans les mauvais moments, même quand c’était dur pour moi, je suis resté et je me suis battu avec eux.
Johanna (qui les avaient entendus depuis sa chambre) : STOP IT.
 
Tout le monde resta sans voix, elle avait crié tellement fort, il y avait tellement de haine dans sa voix.
 
José : Ma Johanna, ça va ?
Johanna : Non ça ne va pas, si j’avais su que vous vous retourneriez contre Helene, je ne vous aurez rien dit. Elle a été la quand je me suis battu contre ce satané cancer, elle a été la quand j’ai perdu mon père, et elle était encore la quand j’ai dû affronter cette épreuve. Laly, s’est facile de la blâmer, et de revendiquer ta place dans la famille, mais en attendant, tu n’as jamais fait le déplacement pour me rendre visite, José c’est pareil il me semble.
José et Laly (en baissant la tête) : Oui c’est vrai.
Johanna : Et toi Béné, tu revendique ta famille, mais il y a pourtant des choses qui ne se font pas en famille, tu n’as pas hésité pourtant.
Bénédicte : Tu es au courant ?
Johanna : Et oui ma belle, je ne t’en veux pas, je t’ai pardonné depuis longtemps, mais c’est juste pour te dire que tu n’as pas ton mot à dire quand quelqu’un parle de loyauté envers la famille.
José : De quoi vous parlez exactement ?
Johanna : d’un vieux, d’un très vieux dossier sans importance.
 
Johanna se dirigea vers Helene, qui était réfugié dans les bras de Peter, elle lui mit les mains sur les épaules et les 2 amies se retrouvèrent dans les bras l’une de l’autre.
 
Laly, José et Bénédicte : Excuses nous Helene, sincèrement.
Helene : Je ne vous en veux pas, vous êtes en colère et je le comprends très bien, mais il était hors de question que je trahisse ma sœur.
 
Chapitre 10 :
 
Le soir même :
 
Laly et John étaient rentrés chez eux avec les enfants, Sébastien avait décidé de rentrer chez lui, Cathy et Etienne étaient repartis à Toulouse, Eve était partie en voyage à Love Island avec Jeanne,  Johanna et Christian venaient de coucher les Jumeaux, les filles venaient de finir le repas et tout le monde se retrouva autour de la table. Personne n’osait parler, tous étaient gênés par rapport aux aveux de Johanna.
 
Johanna : Et vous vous rappelez quand j’ai décidé de me mettre au karting pour faire comme Christian ?
José : Oh oui, et tout ça a fini aux urgences quand même.
Helene : Oui mais elle a quand même réussi à remettre Etienne et Cathy ensemble avec sa sortie de piste.
Johanna : Oui je sais, je sais, je suis une fille géniale.
Nicolas : Oui enfin vas-y doucement parce que ça tête ne va plus passer la porte.
Johanna : Ah mais pas du tout mon beau gosse, si je fais le compte de mes œuvres, je peux être fière de moi.
Peter : Tes œuvres ?
Helene : Oui Johanna étais notre marieuse attitré.
Christian : Et elle en a formé des couples.
Johanna : Alors voyons, mon premier chef d’œuvre est juste en face de moi, ma Béné et mon José, ensuite il y a eu Laly et Sébastien, Nathalie et Kanu, Agnès et John et Adeline et Christophe.
Bénédicte : Je n’ai toujours pas compris en quoi tu étais responsable pour Agnès et John ?
Johanna : QUOI ? Tu plaisante j’espère ?
Christian : Non moi non plus, je pensais qu’ils s’étaient rencontré par hasard a la cafète.
Johanna : J’étais tellement décidé à trouver un fiancé a Agnès, que inconsciemment, j’ai pensé à John, et comme elle était préparée par mes soins à rencontrer enfin l’amour, John lui ai donc apparu comme une évidence.
Tous ensemble : Ah bah oui bien sûr, qu’on est bêtes.
Johanna : moquez-vous, mais je sais que j’y suis pour quelque chose.
Christian : Mais oui mon bébé d’amour, on te taquine.
Johanna (bien que touché qu’il l’appelle comme ça) : Euh Cricri s’il te plait appelle moi Johanna, merci.
Christian (en rougissant) : Oui excuse-moi.
 
Le repas  s’était déroulé avec joie et bonne humeur, tout le monde était détendu.
 
Chambre d’Helene et Peter :
 
Peter : S’était donc ça qui te tracassait tant ?
Helene : Oui, tu comprends pourquoi je ne pouvais pas t’en parler ?
Peter : Oui bien sûr que je comprends, j’ai d’ailleurs demandé à mes hommes de tourner autour de la maison pour plus de sécurité et Johanna sera désormais suivi partout où elle ira, discrètement bien entendu.
Helene : Je savais que je pouvais comptais sur toi sans rien te demander.
 
Chambre de Bénédicte et José :
 
José : Eh bien, c’était une journée riche en émotion.
Bénédicte : Oui c’est sûr, Johanna est vraiment une femme très forte, peu aurait surmonté ça comme elle.
José (l’air pensif) : Oui c’est une femme exceptionnelle.
 
Christian tournait en rond dans sa chambre, il ne pouvait pas dormir, trop de choses tournaient dans sa tête, il décida de descendre prendre un verre en bas. En passant devant la porte de Johanna, il vit de la lumière. Il hésita un moment derrière la porte, il ne savait pas s’il devait entrer ou pas, s’il devait la déranger ou pas.
 
Johanna : Tu peux entrer tu sais, je ne vais pas te mordre.
 
Il resta figé derrière la porte, comment avait-elle deviné que c’était lui, comment savait elle qu’il était là. Il en était la de ses pensées quand la porte s’ouvrit, dévoilant une femme sublime, dans un pyjama short en satin mauve. Elle était vraiment belle, ses jambes magnifiques, son décolleté sublime, et ses cheveux relâchés qui tombaient en cascade sur ses épaules dénudées.
 
Johanna : Cricri, quand tu auras fini de me déshabiller du regard, tu pourrais peut être entrer.
Christian (essayant de reprendre ses esprits) : Hum … oui … oui bien sûr.
Johanna : Tu es trop mignon quand tu es dans cet état là.
Christian : Ah mais te moque pas, tu m’impressionnes, je n’y peux rien c’est plus fort que moi, je te trouve tellement belle.
Johanna (en rougissant) : Merci. Mais tu ne dors pas ?
 
Christian étais rentré dans sa chambre, après avoir jeté un œil sur les petits et la pile de dossiers sur le lit, il alla s’assoir dans un des fauteuils.
 
Christian : Non mais toi non plus apparemment.
Johanna : Oh tu sais, je suis devenue un peu insomniaque depuis …
Christian : Johanna, Je peux te demander quelque chose ?
Johanna : Bien sûr mon cricri, tout ce que tu veux.
Christian : Pourquoi tu ne m’as rien dis pour les enfants ?
Johanna : Parce que tu avais ta vie avec Fanny et je ne voulais pas que tu me choisisses pour ça, je voulais que tu me reviennes parce que tu m’aimais et que tu voulais te battre pour moi.
Christian : Mais si tu m’avais dit que tu étais enceinte, jamais je ne me serais remis avec Fanny.
Johanna : J’ai appris ma grossesse tardivement, quand les premiers symptômes se sont manifestés, je croyais faire une rechute.
Christian : Oui je comprends, les nausées devaient te rappeler de mauvais souvenirs.
Johanna : Oui exactement, alors j’ai été faire des examens, et j’étais déjà enceinte de 4 mois. Quand j’ai appelé José, il m’a dit que tu filais le parfait amour avec la petite Fanny alors je me suis effacée et j’ai poursuivi mon chemin sans toi, aves nos enfants.
Christian : mais maintenant que je sais, j’espère que tu vas me laisser les voir souvent ?
Johanna (en souriant) : Mais comment peux-tu en douter, tu ne me connais pas assez ?
Christian : Si, je te connais mais j’aimerai les reconnaitre pour qu’ils ai mon nom, et j’aimerai être présent pour eux, j’ai tellement de choses à rattraper.
Johanna : mais mon cricri, ils portent déjà ton nom. Je te présente, Zoane Helene Roquier et Théo Christian Roquier.
 
Christian senti les larmes couler sur ses joues, il essaya de baisser la tête avant que Johanna ne s’en aperçoive, mais c’était trop tard. Il ne pensait pas pouvoir un jour ressentir autant de joie. Un enfant de sa Johanna avait toujours été son rêve, mais des jumeaux, s’était un miracle, un vrai miracle.
 
Christian : Je vais te laisser dormir maintenant, tu en as besoin après cette journée.
Johanna : Attends Christian, je ne veux pas rester seule … Ça t’ennuierai de …
Christian : Non pas du tout, je vais m’allonger près de toi si tu veux.
Johanna : merci mon cricri.
 
Elle s’allongea dans le lit, il se glissa derrière elle, tendrement, il n’osait pas la toucher, cette femme qu’il avait tant de fois caressé, il n’osait plus, il avait peur de lui faire du mal, peur qu’elle ne soit pas prête.
 
Johanna : Christian ?
Christian : Oui mon bébé d’amour ?
Johanna (en se retournant face à lui) : Je te dégoutte ?
Christian : Mais non pourquoi tu dis ça ?
Johanna : Je sens bien que tu n’oses pas me toucher, je sens bien que ça te gêne de poser une main sur moi.
Christian : Tu ne me dégoutte absolument pas, bien au contraire, mais je ne veux pas te brusquer, je ne veux plus te faire de mal.
Johanna : Alors prends moi dans tes bras.
 
Sur ces mots, elle posa sa tête sur son torse et il lui mit ses bras autour d’elle en lui caressant tendrement le dos.
_________________


Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 877
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 20:12 (2015)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses Répondre en citant

J'adore ce chapitre, surtout la fin. Ils sont si mignons ensemble. Christian est le seul qui peut faire Johanna se sentir mieux avec son amour et sa tendresse. 


Jose et Laly toujours les memes, ils parlent sans reflechir, Helene n'y est pour rien. Inadmissible la maniere dont ils parlent a Cathy et Etienne aussi. Johanna a bien fait de les mettre dans leur place et Benedicte aussi. 
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:02 (2018)    Sujet du message: Retrouvailles douloureuses

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Paulinebris
Page 2 sur 7 Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com