rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum rochelle redfield Index du Forum
     
rochelle redfield
www.rochelle-redfield.com
 
 FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Sans Bruit ... Saison 1

 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Le saloon Créations sur d'autres séries, sujets ou personnages. Fics Diverses Fictions Terminées Zel
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ze Lamélie
Angel RST

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2012
Messages: 3 963
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Mary, Jenny Malherbe
Ship: Jojo's

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 10:46 (2012)    Sujet du message: Sans Bruit ... Saison 1 Répondre en citant

Elle en fera des poches
Pour mieux se persuader
Que sa vie n'est pas moche
Qu'elle est juste encombrée
Par des filles angéliques
Qui regardent son mec
Elle connaît la musique
Mais ses yeux restent secs




Sans bruit
Il la trompera
Sans bruit
Puis il rentrera
Lui dire
Il n'y a que toi que j'aime
La vie est une bohémienne
Et c'est sans bruit
Que les larmes viennent





Béné le savait José la trompait encore comme il l’avait toujours fait. Elle en avait assez elle ne pouvait pas continuer à le supporter elle devait partir s’en aller. Il ne changerait jamais à quoi bon continuer à espérer. 






Elle posera ses valises
Sur les quais des grandes lignes
Pour voir comment se brisent
Les illusions intimes
Elle refera sa vie
Mille fois dans sa tête
Mais c'qu'on décide la nuit
Demain sera peut-être


Sans bruit
Il la trahira
Sans bruit
Puis il rentrera
Lui dire
Il n'y a que toi que j'aime
La vie peut devenir chienne
Et c'est sans bruit
Que tout son coeur saigne




Elle prépara sa valise. Il était temps elle allait prendre l’avion. Elle allait quitter ses amis cette île qu’elle aimait mais elle savait qu’elle devait reconstruire sa vie loin de lui.
  


Elle pensera au pire
En longeant des écluses
Mais elle préfère souffrir
Sans se trouver d'excuses
Elle parlera de lui
Comme s'il était mort
Sur sa photographie
Elle jettera des sorts




Sans bruit
Elle le trompera
Sans bruit
Puis elle rentrera
Maudire
L'appartement désert
La vie est une carnassière
Et c'est sans bruit
Qu'on rentre en enfer




Sans bruit
Il la trahira
Sans bruit
Puis il rentrera
Lui dire
Il n'y a que toi que j'aime
La vie peut devenir chienne
Et c'est sans bruit
Que tout son cour saigne




Sans bruit
Sans bruit
Sans bruit



Dans l’avion elle se mit à pleurer voir cette île s’éloigner lui faisait plus mal que de quitter José. Elle quittait ses amis Johanna, Laly, Nico et les autres. .. 
Mais au fond d’elle-même elle savait qu’elle avait pris la bonne décision. 


Elle était arrivée, elle était à Paris. Tant de souvenirs lui revenaient en mémoire. Elle savait que Manuela et Linda avait gardé la maison, elle allait aller les voir quelques jours  puis elle irait en Bretagne chez ses parents. 


Devant la maison, elle la regarda  elle se souvint de ses souvenirs avec José et ses amis, de tous les moments passés dans cette maison. Les larmes lui montaient aux yeux.  
Elle sonna 


Manuela ouvrit la porte 
Manuela : Béné oh comme je suis contente de te voir 
Et elle l’a prit dans ses bras 
Manuela : Linda viens voir regarde qui est là 
Linda vient de la cuisine : Oh Béné que je suis contente de te voir 
Elle la pris dans ces bras aussi 
Manuela : Mais tu es toute seule ou est José ? 
Béné : …J’ai quitté José 
Manuela : Oh ma belle qu’est ce qui s’est passé ? 
Béné : Vous le connaissez il continuer de me tromper sans cesse je ne pouvais plus le supporter alors je suis partie. 
Manuela : Oh ma belle on va te chouchoutez toutes les deux tu vas voir. 
Béné : Et vous comment vous allez vous deux ? 
Manuela : ça va ? on est toujours mannequin 
Béné : Et en amour ? 
Manuela : …
Béné : Vas –y tu sais je suis pas en sucre au contraire je suis contente si tu as trouvé quelqu’un tout comme toi Linda. 
Manuela : Ok ben voilà j’ai retrouvé Bruno. 
Linda : Et moi je suis avec Christophe 
Béné :génial les filles je suis contente pour vous en plus ils sont adorables tous les deux. 


Linda : Oui c’est vrai surtout Christophe. 


Manuela : Ah non Surtout Bruno. 


Et elles rirent toutes les trois 


Manuela : Tu dois être exténuée par le voyage tu veux aller dans ta chambre tu sais on l’a garder tel quel. 
Béné : Je sais pas si je pourrais il y aller j’ai trop de souvenirs avec José dans cette chambre. 
Manuela : Va dans celle de Laly ou d’Hélène alors 
Béné : Ok Merci.
Béné alla se reposait


En passant devant sa chambre elle ne pu s’empêchait de  l’ouvrir. Elle regarde cette chambre et se rappelle ses moments avec José les meilleurs comme les mauvais le moment ou il lui a dit qu’il aimait Cynthia le moment ou elle est partie en australie parce qu’elle ne savait plus ou elle en était elle revoit tout. Elle finit par fermé sa chambre et va dans celle d’Hélène et Nico. Hélène lui manquait aussi. Elle avait toujours su trouver les mots pour l’aider quand elle allait mal.   Elle finit par ce dire que Laly avait peut-être raison il y avait peut-être une malédiction sur cette maison aucun des couples du début n’était resté ensemble. Des larmes perlaient sur ses joues. Elle finit par s’endormir. 


Manuela et Linda en bas s’inquiétaient pour elles. 


Manuela : J’espère qu’elle va s’en remettre elle l’aimait vraiment José . 
Linda : Oui mais on est là pour l’aider. 
Manuela : Oui je sais mais à une époque ça m’a pas empêcher de faire des bêtises. 
Linda : Oui mais justement on sera encore plus là pour la surveiller. 
Manuela : Oui tu as raison tu crois qu’on doit appeler les autres sur l’île pour leur dire qu’elle est là. 
Linda : Je sais pas, José serait capable de prendre le premier avion pour venir et je pense pas qu’elle est besoin de ça. 
Manuela : Oui tu dois avoir  raison. On les appelera plus tard. 
Bruno et Christophe arrivèrent à ce moment là. 
Bruno : Coucou les filles on est là 
Manuela : Doucement il y a Béné là haut elle dors. 
Christophe : Béné mais elle est là elle est plus avec les autres 
Linda : Non elle a quitté José elle supportait plus qu’il la trompe
Bruno : Oh non il changera jamais celui là je me souviens encore de la fois ou il avait failli nous faire rompre hein ma chérie. 
Manuela : Oui je m’en souviens aussi heureusement que je te faisais confiance. 
Bruno : Oui 
Et il l’embrassa. 
Béné s’était réveillé et descendit les rejoindre 
Manuela : Oh je suis désolé Béné on t’a réveillé 
Béné : Non ça va ma belle et puis je suis contente de voir Bruno et Christophe 
Et elle les embrassa sur la joue tous les deux. 
Christophe : Tu es sur que ça va ? 
Béné : Oui t’inquiète pas 
Christophe : Tu peux retourner te coucher si tu veux il y a aucun problème 
Béné : non c’est bon ça va et puis j’ai un peu faim 
Manuela : Ah c’est génial ça en plus avec Linda on a préparé un super diner. 
Béné : Ah ben on se met à table alors. 
Ils allèrent tous dans la cuisine. Le diner se passa super bien. 
Béné : Merci à vous de m’avoir accueilli comme ça alors que j’ai débarqué sans prévenir. 
Manuela : C’est normal tu es notre amie. 
Linda : Manue a raison tu est toujours notre amie et tu est toujours la bienvenue ici c’est ta maison. 
Béné : Les filles vous êtes adorables mais je vais partir chez mes parents bientôt je voulais juste venir vous voir avant d’allez chez eux. J’ai besoin de prendre du recul et ici ce sera pas possible il y a encore trop de choses qui me rappellent José. J’ai besoin de partir pour une nouvelle vie. Et donc je vais en Bretagne là-bas je pourrais l’oublier. 
Manuela : Très bien tu es sure de toi mais je veux juste une chose que tu me laisses pas sans nouvelles. 
Béné : Aucun souci je vous appellerais et je reviendrais mais pour le moment j’ai vraiment besoin d’aller là-bas. 




Quelques jours plus tard




Béné était en Bretagne chez ses parents. 
Elle avait décidé de reprendre les cours à la fac de Rennes mais elle restait solitaire. Elle n’avait pas réussi à se faire d’amies par peur sans doute ou parce que personne ne pourrait jamais remplaçaient ses amies qui étaient restés sur l’île ou Manue et Linda à Paris. Elle leur téléphonait souvent. Mais elle sentait qu’elles s’inquiétaient de la savoir seule sans amie. 
Elle allait de temps en temps dans une cafèt qui lui rappelais l’Alfredo’s. Et puis soudain dans cette cafèt rentra quelqu’un qu’elle n’aurait jamais pensait retrouver ici quelqu’un qui était censé être à des centaines de kilomètres d’ici. 
Béné : Sébastien ? 
Sébastien : Béné ? Mais que fais-tu là ? 
Béné : Je peux te retourner la question tu étais pas censé être à Toulouse avec Aline 
Sébastien : Si mais avec Aline ça n’a finalement pas marché longtemps elle était pas celle que je croyais et toi tu es seule et José. 
Béné : Je l’ai quitté. Il continuait à me tromper continuellement je n’en pouvais plus. 
Sébastien : Décidément il n’a jamais su voir combien tu étais une femme extraordinaire 
Béné rougit 
Sébastien : si je le pense tu as toujours été quelqu’un de sincère, généreux 
Béné : Arrête racontes moi plutôt ce que tu fais en Bretagne. 
Séb : Disons que après mettre séparé d’Aline je suis parti de Toulouse ou je n’avais plus rien à faire et puis je  ne voulais pas revenir à Paris j’avais peur de votre réaction si je revenais donc j’ai décidé de partir dans une autre région et la Bretagne j’ai aimé l’idée les menhirs, les dolmens l’histoire et l’océan j’ai décidé de venir m’y installer et j’ai décidé de reprendre des études d’histoire. 
Béné : Ah c’est génial ça moi j’ai aussi repris mes études ici ; 
Séb : hé ben c’est super ça va nous faire du bien d’avoir un ami 
Béné : Oui 
Séb : oh fait… que sont devenus les autres ?
Béné : En fait ils habitent tous sur une île Love Island et d’ailleurs en arrivant sur l’île on a retrouvé Nico qui vit dans une cabane 
Séb : Nico mais il est séparé d’Hélène ?
Béné : Oui et il ne s’étend pas sur le sujet. 
Séb : Et … Laly 
Béné : Oh elle va bien toujours la même et … 
Séb : Tu sais tu peux me le dire si elle a un petit ami même si je l’ai pas quitté pour la bonne personne je pense que je ne l’aimais plus comme elle m’aimait. Et je serais heureux qu’elle est retrouvé l’amour. 
Béné : Alors oui elle a est avec quelqu’un il s’appelle Stéphane. 
Séb : Ah je suis contente pour elle. 
Séb regarda alors sa montre : oh mince je suis en retard en cours je n’ai pas vu le temps passé. On dine ce soir ensemble. Tu me raconteras tout ce qui s’est passé depuis tout ce temps. 
Béné : Ok pourquoi pas ça me fera plaisir de te parler des autres. On se retrouve ici 
Séb : Ok à ce soir Béné 
Et il lui fit une bise sur la joue et s’en alla 
Sébastien en allant à la fac pensait que  ça lui faisait plaisir de retrouver Bénédicte. Il se rappelait  desbons moments avec ses amis et se rendait compte de combien il lui avait manquait et il avait qu’une hâte la retrouver au diner du soir et avoir de leurs nouvelles
Après que Sébastien soit parti Béné se rendit compte à combien elle avait été seule pendant ses journées et que la présence de Séb et son amitié lui faisait du bien. Elle aussi avait hâte d’être au diner du soir. 
Chacun pendant leurs cours eurent l’impression que leurs cours étaient trop long. Tellement ils avaient hâte de se retrouver. 
 Après ses cours, Béné était partie se préparer chez elle. Elle avait décidé de mettre une belle robe simple. 
Lui aussi Seb se préparait depuis qu’il était arrivé ici c’était la première fois qui se sentait heureux. Il avait décidé de rien juste prendre une veste un tee-shirt bleu. 
Ils arrivèrent en même temps devant la cafèt. 
Sébastien se rendit compte à quel point Béné était belle il le savait mais là c’était flagrant 
De son coté Béné se rendait aussi compte que Sébastien était très beau elle ne l’avait jamais vu comme ça auparavant sans doute parce qu’ils étaient pris tous les deux. Mais bon ce n’était qu’un ami. 
Séb : Bonsoir Béné tu es superbe 
Béné : Toi aussi. 


Ils allèrent dans un petit restaurant 


Pendant tout le diner ils parlèrent de la bande. Béné raconta comment ils étaient arrivé sur l’île après que Jimmy est gagné au loto, comment Manue et Linda étaient rentrés sur Paris , comment ils avaient retrouvé Nico grâce à Laly  et toutes les petites aventures qui leur étaient arrivés. 


Séb : Hé ben dis donc ils vous en est arrivés des choses pendant tout ce temps. 
Béné : Hé oui et toi qu’est ce qui t’es arrivé si tu veux en parler bien sur ? 
Sébastien : Ben voilà avec Aline à Toulouse tout se passait bien et tout je continuais mes études tout en bossant à coté pour payer l’appart et puis un soir j’ai surpris Aline avec un autre homme. Elle me trompait alors que j’avais tout quitté pour elle. J’étais en colère je ne voulais plus la voir. Et puis j’ai voulu lui pardonner je me disais que l’erreur était humaine. Mais en fait elle n’a pas arrété de le voir alors qu’elle disait m’aimait. Je suis donc parti loin pour ne plus la voir. 
Béné  lui pris la main : Oh Sébastien je suis désolé pour toi tu as du vraiment souffrir.
Sébastien en mettant sa main par-dessus celle de Béné : Oui mais ça va mieux maintenant. Et puis ça me fait du bien de t’en parler. 
Le diner continua dans la bonne humeur. Séb raccompagna Béné jusqu’à  chez elle. 
Béné : J’ai passé une très bonne soirée avec toi ça fait bien longtemps que ça m’était pas arrivé. 
Séb : Moi aussi Merci de m’avoir écouté. 
Béné : Toi aussi Merci de m’avoir écouté.
Et Ils se séparèrent en se faisant une bise sur la joue. 
Dans les jours qui suivirent ils se virent souvent allant au cinéma, dinant ensemble se rappelant le bon vieux temps et les enguelades de José et Laly.  Elle avait appelait Manue et Linda pour leur dire qu’elle avait retrouvé Sébastien. Les filles étaient du coup moins inquiètes. Béné n’était plus seule. Manue se demandait même si ils finiraient pas ensemble. Linda lui avait dit d’arrêter de dire n’importe quoi. Mais Linda qui connaissait bien Sébastien savait que ce n’était pas impossible. Le temps seulement leur diraient à toutes les deux si elles avaient raison. 




Pendant ce temps à Love Island.




José ruminé sa peine d’avoir perdu Béné. Elle était partie par sa faute. Il ne savait où. 
Nico qui en avait marre de l’entendre râler : Pourquoi tu ne pars pas la retrouver ? 
José : Mais je ne sais pas où elle est partie. 
Nico : Tu n’ as pas une petite idée. Tu la connais mieux que personne non ?  
José : Euh … si peut-être elle a dû partir en Bretagne chez ses parents. 
Nico : Ben voilà tu y vas. 
José : Oui, mais elle ne veut plus me voir. 
Nico : Et alors, si tu y vas ce sera au moins la preuve que tu tiens à elle. 
José : Oui tu as peut-être raison. 
Nico : Bien sur que j’ai raison. 
José partit pour la Bretagne avec la ferme intention de reconquérir Bénédicte. 




En Bretagne 


quelques heures plus tard




Bénédicte  pendant ce temps là ne se doutait pas que José était sur le point de la retrouver. Elle se préparait tranquillement à aller diner avec Sébastien. Elle était très proche de lui mais se refusait à imaginer autre chose de plus que de l’amitié avec lui. Ca faisait trop longtemps qu’ils étaient amis. Elle ne voulait pas gâcher ça. 
Alors qu’elle s’apprêtait à sortir 
José était là devant elle 
Bénédicte : Mais qu’est-ce que tu fais là ? Comment m’as-tu retrouvé ? 
José : Je te connais on a été longtemps ensemble. Je n’ai rien oublié. Mais apparemment tu sortais… 
Béné : Oui je sortais en effet donc laisse-moi passer s’il te plait. 
José : Ok on se voit demain pour parler. 
Béné : Ok, il y a une cafèt en face de la fac retrouve moi là –bas 
Béné n’en revenait pas alors qu’elle l’avait rayé de sa vie il était là il l’avait retrouvé. Et par-dessus tout elle ne savait pas quoi faire le revoir avait fait renaitre tous les souvenirs qu’elle avait crus enfouis à jamais. Elle ne savait plus ce qu’elle ressentait tout se mélanger dans sa tête. 
Elle arriva devant le resto ou avec Sébastien ils avaient pris l’habitude de diner. Sébastien était déjà attablé. Il se leva quand il la vit et lui tira sa chaise.
Bénédicte : Merci Sébastien. 
Sébastien vit tout de suite que quelque chose n’allait pas. 
Sébastien : Oh toi ça a pas l’air d’aller. Qu’est ce qu’il y a ? 
Bénédicte : C’est José il est venu me retrouver Je l’ai vu juste avant de venir ici. 
Sébastien : Quoi ? Ah je comprends mieux ta tête ? Tu lui as parlé ? 
Bénédicte : Non j’étais sous le choc et je devais venir ici mais je lui ai donné rendez-vous demain à la cafet’ pour lui parler. 
Sébastien était mal plus qu’il n’aurait dû il avait peur de perdre son amie et bien plus que ça. 
Sébastien lui posa la question qui lui brulait les lèvres : Tu l’aimes toujours ? 
Bénédicte : J’étais certaine de ne plus l’aimer mais dans ma tête tous se mélangent. Je sais plus ou j’en suis. 
Sébastien : Oui je comprends, tu sais je suis là pour toi. 
Bénédicte : Oui je sais. On parle d’autre chose. 
Sébastien : Ok 
Et le diner continua sans qu’ils reparlent une seule fois de José. Sébastien raccompagna Bénédicte devant sa porte. 
Bénédicte : Merci Sébastien d’être là. 
Sébastien : Merci à toi aussi. 
Sébastien embrassa Bénédicte sur la joue et s’en alla. 
Sébastien en marchant dans la nuit se demandait si il allait perdre sa seule amie ici si elle allait repartir avec José une fois encore. Il avait peur Bénédicte lui était devenu indispensable.
Bénédicte était resté un moment à regarder les étoiles et elle était rentré. En se couchant elle s’était dit : La nuit porte conseil. 
En s’endormant elle se demandait si elle aimait toujours José. Son retour l’avait troublé mais en cherchant au fond de son cœur. Elle savait qu’elle ne l’aimait plus. Son cœur malgré elle était occupé par un autre. Elle le dirait demain à José qu’elle ne l’aimait plus et qu’il pouvait repartir d’où il venait. 
Sébastien en s’endormant espérait une seule chose ne pas perdre Bénédicte et ne pas la voir repartir.  Bien sur si elle repartait avec José il ne dirait rien. Bénédicte faisait ce qu’elle voulais de sa vie. Il finit par s’endormir espérant un bien meilleur lendemain. 




Le lendemain 


A la cafèt devant la fac 




José était là 
Il attendait Béné mais au fond de lui . Il savait qu’il l’avait perdu. Il n’y avait plus d’amour dans ses yeux quand elle le regardait. Sébastien arriva il voulut se cacher de José mais c’était trop tard. 
José : Mon bon vieux Séb qu’est ce que tu fais là ? 
Sébastien : C’est long à t’expliquer disons que Aline n’était pas ce que je croyais et que j’ai du partir de Toulouse. Et j’étudie l’histoire ici 
José : Ah j’avais donc raison à propos d’Aline, j’aurais aimé avoir tort. Mais sinon tu vois souvent Béné ? 
Sébastien mal à l’aise : Oui hier soir on a diné ensemble et elle m’a parlé de ton arrivée d’ailleurs. On est amis Pourquoi ? 
José : Je voulais savoir si elle avait rencontré quelqu’un ? 
Sébastien n’eut pas le temps de répondre  Béné arriva 
Nos deux amis se levèrent et Béné s’assit entre les deux. 
Sébastien se leva pour partir. 
Sébastien : Excusez moi je dois partir j’ai un cours. 
José : Oh dommage on n’a pas eu le temps de discuter. 
Béné le regarda partir. 
Elle se retourna vers José. Elle devait lui dire qu’elle ne l’aimait plus que son voyage jusqu’ici n’avait servit à rien. 
Bénédicte : José je dois te dire que je ne t’aime plus. Je suis touché que tu sois venu jusqu’ici mais rien ne changera tu es aujourd’hui rien de plus que des souvenirs. 
José : Je m’en doutais mais je devais le tenter si il y avait un moyen que tu me pardonnes et que tu me reviennes. Juste je peux te poser une question ? 
Bénédicte : Dis toujours 
José : Il y a rien entre toi et Sébastien j’ai surpris des regards qui résonnaient comme un peu plus que de l’amitié ? 
Bénédicte : Non on est juste amis. 
José : Ok, mais si un jour il devait se passer quelque chose entre vous sache que je serais très heureux car vous êtes faits l’un pour l’autre ça se voit. 
Bénédicte : Merci José 
José : Je m’en vais, je retourne à Love Island a bientôt reviens nous voir quand tu veux avec Sébastien ils seront tous très heureux de vous revoir. 
Bénédicte : J’y penserais.  
José partit 
Bénédicte partir à la recherche de Sébastien qu’elle trouva dans leur parc. Le parc où ils avaient  l’habitude d’aller se promener tous les deux. Il était sur un banc il pleurait. Il ne vit pas Béné arrivé
Bénédicte : Sébastien 
Sébastien : Ah tu es là ? Ou est José ? 
Bénédicte : Reparti 
Sébastien : Tu n’est pas reparti avec lui ? 
Bénédicte : Non je ne l’aimais plus 
Sébastien : Tu es sur, tu étais troublé pourtant hier soir. 
Bénédicte : Oui mais c’était uniquement des souvenirs. 
Sébastien : Ah 
Ils se regardaient leurs regards en disaient longs. Leurs visages se rapprochaient ils allaient s’embrasser mais finalement ils tournèrent leur tête ils avaient trop peur. Ils avaient tellement souffert et leur amitié était tellement importante l’un pour l’autre. Ils ne voulaient pas se perdre. Béné mis sa tête sur l’épaule de Sébastien et ils restèrent un moment comme ça l’un contre l’autre. 




Quelques jours plus tard.




Béné : On est en vacances tous les deux pendant une semaine. Si on allait voir Manue et Linda à Paris. Bruno et Christophe serait contents de te voir. 
Sébastien : Ah oui bonne idée j’ai très envie de tous les revoir. 
Béné : Génial. 
Ils partirent donc tous les deux pour Paris 
Les autres étaient prévenus de leur arrivée ils étaient contents de les revoir 
Manue : Trop contente de revoir Sébastien ça fait tellement longtemps 
Linda : Moi aussi 
Manue : Fais attention Christophe 
Linda : Très drôle Manue.
Christophe : J’ai totalement confiance en Linda elle m’aime je le sais. 
Manue : Je sais c’était facile
Soudain on sonna à la porte
Manue : A les voilà c’est eux 
Béné  et Seb se jettèrent dans les bras de leurs amis tellement heureux de les retrouver. 
Manue : Ah la la Sébastien tu as pas changé toujours aussi beau 
Bruno : Hé Manue attention je vais être jaloux 
Manue : Mais pas aussi beau que toi mon chéri. 
Bruno : Ah tu te rattrape bien là 
Et ils s’embrassent tous les deux. 
Manue : Sinon vous êtes fatigués du voyage 
Bénédicte  : Oui un peu. Je vais peut-être aller me reposer là-haut. Je vais monter mes bagages. 
Sébastien : Non vas y monte je monte nos bagages 
Bénédicte : Tu es sur. 
Sébastien : Oui vas y 
Bénédicte alla se reposer et Sébastien monta les bagages. 
Bénédicte alla dans la chambre qu’elle avait eu avec José. Aujourd’hui plus rien ne restait de cette histoire. Sébastien frappa à la porte 
Séb : Je peux rentrer j’amene tes bagages. 
Béné : Oui bien sur merci 
Sébastien ça fait bizarre de revenir dans cette maison. 
 Bénédicte : Oui et en même temps je ne garde que les bons souvenirs. 
Sébastien : Oui moi aussi ce qui fait le plus bizarre c’est la chambre de Hélène et Nico vide sachant que eux aussi ne sont plus ensemble.
Bénédicte : Oui mais un jour ils se retrouveront j’en suis certaine leur amour était le plus fort. 
Sébastien : J’espère pour eux. Bon je te laisse te reposer. 
Bénédicte : Merci Sébastien. 
Sébastien : De rien ma belle. 
Bénédicte se reposa. 




Ce n’est qu’une larme, juste un reste du passé
Dont je m’éloigne, mais qui ne cesse de me hanter
Ce n’est qu’une lame, qui entaille mes pensées
Je retrouve mon âme, ton regard me donne envie d’avancer.
Hey ho
Laisse-moi l’oublier
Laisse-moi l’effacer
Pour mieux tout te donner
J’aimerais tellement te dire ce que veut mon cœur
Mais je n’ai plus les mots
J’aimerais tellement te dire que je n’ai plus peur
Mais ces mots sonnent faux
Je dois tout recommencer une nouvelle fois
Baby pardonne moi si je fais un faux pas
Tu sais j’aimerais tellement te dire ce que veut mon cœur
Mais je n’ai plus les mots.




Ici elle repensait à ses moments mais pas avec José avec Séb les moments ou ils avaient été proches. Elle l’aimait elle le savais mais…




J’ai peur de cette flamme qui avant toi m’a brulé
Tes yeux me désarment je n’ose plus les affronter
Mes rêves se fanent, seul le temps pourra m’aider
Mais quand tu t’éloignes, j’ai finalement envie de te voir rester
Hey ho
Tu sais me parler
Tu sais m’écouter
Baby please let me
Laisse-moi juste me retrouver
J’aimerais tellement te dire ce que veut mon cœur
Mais je n’ai plus les mots
J’aimerais tellement te dire que je n’ai plus peur
Mais ces mots sonnent faux
Je dois tout recommencer une nouvelle fois
Baby pardonne moi si je fais un faux pas
Tu sais j’aimerais tellement te dire ce que veut mon cœur
Mais je n’ai plus les mots.




Si seulement je n’avais pas si peur de te perdre en te disant ce que je ressens. 




J’aimerais tellement donner autant que toi
Je trouverais les mots que tu attends pour moi
Je te demande, je te demande juste du temps.
J’aimerais tellement te dire ce que veut mon cœur
Mais je n’ai pas les mots
J’aimerais tellement te dire que je n’ai plus peur
Mais ces mots sonnent faux
Je dois tout recommencer une nouvelle fois
Baby pardonne moi si je fais un faux pas
Tu sais j’aimerais tellement te dire ce que veut mon cœur
Et je retrouverais les mots. 
J’aimerais tellement te dire ce que veut mon cœur
Mais je n’ai plus les mots
J’aimerais tellement te dire que je n’ai plus peur
Mais ces mots sonnent faux
Je dois tout recommencer une nouvelle fois
Baby pardonne moi si je fais un faux pas
Tu sais j’aimerais tellement te dire ce que veut mon cœur
Mais je n’ai plus les mots.




Béné finit par s’endormir. 
Pendant ce temps Séb dans sa chambre avait les mêmes pensées. 
Et leurs amis en bas 
Manue : Ils sont amoureux l’un de l’autre ça se voit comme le nez au milieu de la figure. 
Linda : Arrête on dirait Laly ils vont t’entendre 
Manue : Me dit pas que j’ai tort 
Linda : J’ai pas dit que tu avais tort je t’ai dit de te taire ça ne te regarde pas. 
Manue : Oui ça me regarde pas mais ils devraient quand même être ensemble 
Linda : Bruno fait la taire. 
Bruno embrassa Manuela 
Manuela en faisant la moue : ok je dirais plus rien 
Linda : Arrête tu ressembles vraiment à Laly comme ça. 
Manuela : Très drôle 
Sébastien descendit 
Sébastien : ah ça fait bizarre de revenir ici elle n’a pas changé cette maison. 
Manuela : Oui c’est vrai il n’y a que nous qui avons changé. 
Sébastien : Normal on grandit, on murit. 
Manuela : Oui, tu as raison. 
Linda : Et si on allait préparait le diner pour nos invités Manue tu viens 
Manuela : ah oui tu as raison 
Béné descendit un peu plus tard 
Les garçons étaient dans le salon. 
Christophe : Alors bien dormi Bénédicte : 
Bénédicte : Oui Merci Christophe comme un bébé. Mais ou sont les filles ? 
Bruno : Elles préparent le diner dans la cuisine. 
Bénédicte : Ah ben je vais les aider ça me rappellera des souvenirs. 
Sébastien : Euh je suis pas sur qu’elles veuillent on est les invités d’après elles 
Bénédicte : J’y vais-je verrais bien. 
Dans la cuisine : 
Bénédicte : Coucou les filles
Manuela : Coucou toi, bien dormi
Bénédicte : Oui très bien 
Manuela : Et tu as révé de qui ? 
Bénédicte : Oh non quand tu es comme ça je crains le pire il n’y a rien entre moi et Sébastien si c’est que tu veux savoir. 
Manuela : Oui ben c’est pas l’impression que ça donne. 
Bénédicte : Ah oui pourquoi tu dis ça ? 
Manuela : La façon que vous avez de vous regardez. Vous aviez le même regard quand toi tu aimais José et lui Laly. 
Bénédicte : Ah oui tu as déduis ça tu peux de temps ou tu nous as vu ensemble mais tu es un vrai sherlock holmes ma vieille. 
Manuela en faisant la moue : Bon ok je ne dis plus rien. 
Bénédicte : Laly sors de ce corps. 
Manuela continua du coup à préparer le diner sans rien dire 
Linda : Je crois que tu l’as vexée. 
Bénédicte : Oh ma Manuela je voulais pas te vexer, les filles je peux vous aider. 
Manuela : Non tu es notre invitée.
Bénédicte : yeah elle a parlé.  
Manuela : Sérieusement Bénédicte tu as des sentiments pour Sébastien . 
Bénédicte : Elle me lachera pas 
Manuela : Euh … non 
Linda : C’est peine perdue je crois. 
Bénédicte : Bon je vais vous dire la vérité les filles oui j’ai des sentiments pour Sébastien. 
Manuela : Je le savais. Ben alors qu’est ce que vous attendez 
Bénédicte : J’ai peur de perdre son amitié.  Elle est trop importante pour moi. 
Manuela : Bénédicte c’est normal que tu es peur. On ne sait jamais de quoi demain est fait. Mais lance toi l’amour peut-être tellement beau tellement fort vis cet amour là car si tu le vis pas tu t’en mordras les doigts. 
Bénédicte : Si ça ne marche pas si il ne m’aime pas et qu’il parte ou me trompe. 
Linda : Manuela a raison et fait moi confiance Sébastien t’aime vraiment je l’ai vu dans son regard. Et tu ne peux pas savoir le futur ni ce qu’il te réserve si tu te lances pas. 
Bénédicte : ok les filles vous avez peut-être raison. 
Manuela : Bien sur qu’on a raison. 
Elles finirent de préparer le diner et appelèrent les garçons 
Ils dinèrent tous ensemble et parlèrent du bon vieux temps. 
Bénédicte regardait Sébastien mais dés qu’il tournait la tête elle regardait ailleurs et Sébastien faisait pareil dés qu’il regardait Bénédicte. A des moments leurs regards se croisaient et on sentait tellement d’amour entre eux. Que les deux couples à coté le ressentaient.
A la fin du diner ils allèrent tous au salon 
Bénédicte était songeuse elle repensait aux paroles de Manuela et Linda dans la cuisine. 
Bénédicte : J’ai envie de prendre l’air quelqu’un veut venir avec moi. 
Sébastien : Je viens avec toi ça fait longtemps que je n’ai pas vu Paris la nuit. 
Bénédicte et Sébastien sortent. 
Dans la nuit étoilée. 
Bénédicte et Sébastien marchait l’un à  coté de l’autre. Ils n’avaient pas besoin de se parler. Chacun savait ce que l’autre ressentait il voulait que ce moment ne s’arrête jamais. 
Ils allèrent jusqu’au bord de la seine et s’asseyèrent sur un banc. Sous la lune les yeux de Bénédicte étaient illuminés comme des étoiles. La main de Sébastien caressait sa joue. Bénédicte embrassa sa main. Et leurs visages se rapprochèrent inexorablement et ils s’embrassèrent. Leur baiser de timide devint passionné. 
Bénédicte : Tu crois qu’on a raison. 
Sébastien : Je ne sais pas tout ce que je sais c’est que je t’aime. 
Bénédicte : Moi aussi je t’aime 
Et ils s’embrassèrent à nouveau et ce baiser était la promesse d’un bel avenir. 
Ils rentrèrent de leur ballade. 
Et en les voyant Manuela su tout de suite. 
Manuela : Je suis contente pour vous deux. 
Bénédicte : Mais on a rien dit. 
Manuela : Je sais mais ça se vois sur vos visages vous êtes amoureux 
Sébastien : Oui tu as tout deviné. 
Les autres aussi les félicitèrent. 
Béné et Sébastien montèrent. 
Béné : Euh on va dans quel chambre …
Sébastien : Dans la tienne je me sentirais mal à l’aise par rapport à José
Béné : Dans la tienne je me sentirais mal à l’aise par rapport à Laly 
Sébastien : Bon ben on va dans celle de Nico et Hélène 
Béné : Oui 


Ils s’allongèrent l’un prés de l’autre et s’embrassèrent et ils s’endormirent heureux comme ils ne l’avaient pas été depuis longtemps. Ils ne firent pas l’amour cette nuit là par pudeur sans doute cette chambre n’était pas la leur. Et sans doute parce que pour eux ils avaient le temps leur amour ne faisaient que commencer.


 
Le lendemain


Alors que Béné était en train de dormir 
Sébastien descendit au salon il prit la guitare et commença a composé une chanson. 
Le texte lui vint tout seul. 




J'ai ouvert ma fenêtre
Pour laisser entrer le soleil
Pendant que tu dormais
À points fermés


J'ai fais du café noir
Pour voir si je ne rêvais pas
Je ne voulais pas y croire
Y croire encore une fois


L'amour est un soleil
Qui m'a souvent chauffé le coeur
Mais quand il brûle trop fort
Il me fait peur




Tu arrives,
Et tu me donnes envie de vivre,
Et moi qui hier encore,
Voulais me jeter dans le vide
Je m'éveille,
À la douceur d'un autre corps,
Et l'amour est un soleil,
Qui brille à nouveau sur mes jours


On va se faire un monde
Où on se prendra par la main
Toi tu me donneras
La force d'aller plus loin


L'amour est un soleil
Qui m'a souvent brûlé les ailes
Mais dis-moi qu'avec toi
Ça n'sera pas pareil


Tu arrives,
Et tu me donnes envie de vivre,
Et moi qui hier encore,
Voulais me jeter dans le vide
Je m'éveille,
À la douceur d'un autre corps,
Et l'amour est un soleil,
Qui brille à nouveau sur mes jours




Alors qu’il se pensait seul il entendit des applaudissements dans son dos c’était Bruno et Christophe. 
Christophe : Elle est sublime ta chanson. 
Bruno : Ah oui magnifique 
Sébastien : Merci. 
Christophe : Bénédicte va l’adorer 
Sébastien : J’espère.  
Bruno : J’en suis sur. 
Christophe : Bon les gars si on allait préparer le petit dej pour nos petites femmes. 
Bruno : En voilà une idée qu’elle est bonne. 
Sébastien : Je vais me laver et je vous rejoins. 
Christophe : Ok 
Pendant ce temps les filles s’étaient levées et été dans la salle de bain. 
Manuela : Alors Béné cette première nuit avec Sébastien 
Bénédicte : Non mais j’y crois pas elle continue 
Linda : Manuela tais-toi elle a bien le droit de garder ça pour elle 
Bénédicte : Merci Linda
Manuela en faisant la moue : Mais euh … c’est pas juste. 
Bénédicte : Et maintenant elle fais son calimero je vais appeler Laly je vais lui dire que j’ai son clone en face de moi. 
Manuela : Bon ok je me tais. 
Bénédicte : Bon allez tu veux que je te dise on n’a rien fait on s’est juste allongés l’un contre l’autre on a dormis ensemble c’est tout. 
Manuela déçue : c’est tout. 
Bénédicte : Oui c’est tout on s’aime mais on ne veux pas précipiter les choses et je pense aussi qu’on ne pouvait pas le faire dans la chambre de Hélène et Nicolas. 
Manuela : Oui tu as raison. Bon ce n’est pas tout ça mais on descend les filles. Nos hommes nous ont préparé le petit déj. 
Linda : Ah oui tu as raison 
Les filles descendent 
Et en entendant leurs pas à ce moment là Sébastien se met à la guitare et chante sa chanson à Bénédicte. Bénédicte a les larmes aux yeux. Elle file embrasser Sébastien sous les regards embués eux aussi de larmes de ses amies. 
Bénédicte : Sébastien c’est magnifique merci je t’aime 
Et elle l’embrasse a nouveau 
Sébastien : Je t’aime aussi bon et maintenant si on allait déguster le super petit –déjeuner qu’on vous a préparer. 
Manuela : Ah ça oui je meurs de faim 
Linda : Fais attention après tu pourras plus faire de photos 
Manuela : Très drôle 
Pendant tout le petit déjeuner Bénédicte et Sébastien ne se lachait pas des yeux comme si leur bonheur ne tenait qu’à un fil. 
Sébastien : Et dire qu’on va bientôt devoir repartir. 
Manuela : Oh non vous ne pouvez pas rester ici 
Bénédicte : Non d’abord on a nos cours en Bretagne et on besoin de construire notre vie tous les deux loin de cette maison ou il y a trop de souvenirs. Mais on reviendra, on vous adore trop pour vous quitter complètement. 
Manuela : Ben encore heureux. 
Après quelques jours ils repartirent en Bretagne. 
Ils arrivaient chez Bénédicte 
Ils étaient tellement heureux qu’ils ne voulaient pas se quitter. 
Bénédicte fit rentrer Sébastien chez elle 
Ils s’embrassèrent et dans une étreinte passionée tombèrent sur le lit. Ils se déshabillèrent tout en continuant de s’embrasser. Leur désir était si fort. Ils firent l’amour tendrement et passionnément dans un déluge de caresses et d’amour. Ils s’étaient endormis. Le matin en se réveillant Sébastient regardait Bénédicte dormir il était heureux. Jamais il n’avait autant aimé quelqu’un elle était si belle. Il caressait son visage comme pour s’assurer qu’il ne rêvait pas. 
Soudain on sonna à la porte. 
Bénédicte se réveilla : Je me demande bien qui ça peut-être à cet heure. J’arrive 
Bénédicte s’habilla et alla ouvrir. 
Bénédicte : Laly mais qu’est ce que tu fais là ? 
Laly : Je voulais te voir et voir Sébastien. José m’a dit qu’il l’avait vu. 
Laly passa la porte et vit Sébastien qui était en train de s’habiller elle comprit tout de suite ce qui se passait. Et elle partit en trombe dans la rue. 
Bénédicte courut pour la suivre mais en traversant la rue. 
Sébastien : NONNNNNNNNNNNNNNNNNNN !!!! 
Bénédicte était là parterre sur la route. 
Laly qui avait entendu le cri de Sébastien c’était retourné et elle avait vu Bénédicte étendu sur le sol. 
Laly : Oh non qu’est ce que j’ai fais. 
Elle voyait toute la douleur de Sébastien. Elle ne doutait pas un seul instant de l’amour qu’il portait à Bénédicte. Mais pourquoi était-elle venue ? Pourquoi avait-il fallu qu’elle crois encore aimé Sébastien ? 
Une ambulance vient prendre Bénédicte sur une civière et l’emmener à l’hôpital. 
Sébastien l’accompagna dans l’ambulance. 
Sébastien : Non ne me quitte pas mon bébé, ne me quitte pas je t’aime tellement, j’ai tant besoin de toi. 
Laly héla un taxi pour aller à l’hôpital. 
Elle savait que Sébastien ne voudrait pas la voir. Elle était responsable de l’accident de Bénédicte. Mais elle espérait au moins avoir de ses nouvelles c’était son amie.
 
A l’hôpital


Bénédicte avait été amenée  aux urgences. Ils l’avaient emmené faire des examens. Sébastien attendait effondrée dans la salle d’attente . Laly arriva 
Laly : Sébastien 
Sébastien : Qu’est ce que tu fais là ? c’est de ta faute tout ça ? 
Laly : Oui je sais, justement je voulais voir si je pouvais t’aider à réparer en appelant les autres ou sa famille. 
Sébastien : C’est à moi d’appeler sa famille. Mais vaut mieux attendre d’avoir des nouvelles avant de les inquiéter. 
Sébastien espérait que ce n’était pas grave. 
Le médecin arriva. 
Médecin : Est-ce que vous êtes de la famille de Bénédicte ……. 
Sébastien : Je suis son petit ami 
Médecin : Vous pouvez prévenir sa famille 
Sébastien : C’est grave
Médecin : Je suis désolé mais je peux parler qu’à la famille 
Sébastien : D’accord je vais prévenir ses parents tout de suite. 
Sébastien comme un zombie alla vers la cabine et appela ses parents.
Sébastien : Allo, Madame …. 
Maman Béné : Oui c’est moi 
Sébastien : Je suis le petit ami de votre fille Bénédicte et … et elle a eu un accident, venait vite à l’hôpital. 
Et il éclata en sanglots et raccrocha. Malgré lui il tomba dans les bras de Laly. 
Laly qui le réconforta comme elle pouvait.
Quelques minutes plus tard 
Les parents de Bénédicte étaient là. 
Sébastien essaya tant bien que mal de leur expliquer : Bénédicte a traverser la route et la voiture ne s’est pas arréter on n’en sais pas plus pour l’instant le médecin voulait vous parler . 
Le médecin arriva et emmena les parents de Bénédicte. 
Dans le bureau du médecin 
Médecin : Je dois vous dire que votre fille est dans un état préoccupant. Elle a des multiples contusions et un traumatisme cranien. Elle est dans le coma. Elle peut sans sortir mais le pronostic est réservé. 
Maman Béné : Est-ce qu’on peut la voir ? 
Médecin : Oui mais pas plus de cinq minutes 
Et il emmena les parents de Bénédicte à sa chambre. 
Quand la mère de Bénédicte vis sa fille comme ça pale comme un linge entourait de tuyaux partout et de machines elle faillit tomber et elle n’était retenu que par son mari. 
Maman Béné en pleurant contre l’épaule de son mari : Oh non ma petite fille. 
Elle s’assit à coté du lit de Bénédicte : Bénédicte ma chérie, Bats toi , réveille toi , Bats toi pour rester en vie pour nous. 
Au bout de quelques minutes ils durent partir de la chambre 
Dans la salle d’attente Sébastien vint aux nouvelles. 
Sébastien : Alors comment elle va ? 
Papa Béné : c’est grave elle a de multiples contusions et un traumatisme cranien, elle est dans le coma et ils ne savent pas encore si elle va s’en sortir. 
Sébastien s’effondra : NONNNNNNNNNN pas elle pas elle 
Laly : Oh non tout est de ma faute tout es de ma faute. 
Sébastien : Vous croyez que je peux la voir. 
Papa Béné : Je suis pas sur le médecin nous a accordé que cinq minutes. 
Sébastien : J’ai besoin de la voir vous comprenez 
Papa Béné : Allez y dites aux infirmières que vous êtes son mari elles vous laisseront passer. 
Sébastien : Merci Monsieur. 
Laly restait prostré comme anestésié. 
Sébastien avant de partir voir Bénédicte : Laly réveille toi appelle Manuela et Linda à la maison à Paris et les autres à Love Island et si tu peux Hélène en Australie. Bénédicte aura besoin de vous savoir tous là pour s’en sortir. 
Laly : Ok Sébastien. 
Sébastien respira un grand coup avant d’entrer dans la chambre de Bénédicte. Mais quand il l’ouvrit rien n’aurait pu le préparer à ce qu’il voyait devant ses yeux. Bénédicte paraissait tellement petite et vulnérable dans cette chambre. 
Sébastien : Bénédicte ma chérie je t’aime je t’en supplie réveille toi bas toi on a toute notre vie à vivre, je veux vivre avec toi, me marier avec toi, avoir des enfants avec toi. J’ai besoin de toi. Si tu mourrais j’irais te rejoindre je ne pourrais pas vivre sans toi. 


Et il lui fredonna sa chanson 


Sébastien : Ma chérie cette chanson c’est la notre, l’amour est un soleil, alors réveille toi reviens à la vie pour qu’il continue de brillait. 


Sébastien sortit de la chambre et rejoins Laly et les parents de Bénédicte dans la salle d’attente.
Laly : J’ai téléphoné aux autres. Ils arrivent tous. 
Sébastien : Merci. 
_________________


merci ma volca


Dernière édition par Ze Lamélie le Mar 13 Nov - 10:51 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 13 Nov - 10:46 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ze Lamélie
Angel RST

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2012
Messages: 3 963
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Mary, Jenny Malherbe
Ship: Jojo's

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 10:49 (2012)    Sujet du message: Sans Bruit ... Saison 1 Répondre en citant

A Paris
Bruno et Manuela, Linda et Christophe avaient été atterrés par l’appel de Laly. 
Quelques jours avant ils étaient encore si heureux. 
Manuela pleurait à chaudes larmes dans les bras de Bruno 
Linda aussi dans les bras de Christophe. 
Ils avaient réservé un hôtel pas très loin de l’hôpital de Rennes et préparait leurs bagages 
Ils avaient tous très peur. 
Manuela était sans doute la plus atteinte. Bénédicte était sa meilleure amie. Elle se souvenait de tous les moments qu’elles avaient passés avec elle et ne pouvait pas croire qu’elle n’allait pas en vivre d’autre fallait qu’elle vive. 
Bruno savait tout ça il prit Manu dans ses bras : Et lui dit ne t’en fait pas Manuela tout ira bien. 
Ils allèrent prendre leur train. 


En Australie milieu de la nuit.


Hélène préparait sa valise en silence. Elle pleurait pourquoi elle ? Pourquoi Bénédicte ? 
Elle aussi se souvenait du nombre de fois ou elle avait été là pour son amie. Aujourd’hui c’était à elle d’être là. Bien sur elle allait revoir Nicolas, elle le savait. Mais ce n’était rien ces sentiments passeraient après Bénédicte. C’était son amie, presque sa sœur. 


A Love Island


Nico pleurait il ne savait comment annoncé aux autres ce qui arrivait ce qui se passait l’appel de Laly l’avait laissé sous le choc mais il devait leur dire. Ils devaient tous allés là-bas. Il appela chacun d’eux et leur donna rendez-vous à la cabane ils ne sentaient pas de tout répéter. 
Après que tous furent arrivés.
José : On est tous là qu’est ce que tu attends pour nous dire ce qu’il se passe. 
Nico : Voilà Bénédicte est dans le coma à Rennes. Il y a eu un accident ; Laly vient de m’appeler. 
José : NONNNNN. Laly mais elle était allé là-bas oh non je suis sur que c’est de sa faute si elle est dans le coma. 
Nico : Pour l’instant ça sert à rien de chercher un responsable il faut tous allés là-bas 
José : Oui Nico tu as raison. 
Johanna, José, Jimmy, Cynthia, Nathalie, Olivier, Stéphane et Nico tous prirent le lendemain un vol pour la Bretagne. Mais aucun ne dormi de la nuit. 
Johanna se souvenait comment avec les filles elles avaient dragué Bénédicte pour José. 
Cynthia de comment elle l’avait accueilli à bras ouverts et aussi comment elle avait été là pour sa tentative de suicide à cause de Jimmy. 
Chacun se souvenait et redoutait le pire. Elle était leur amie, leur sœur. 


Le lendemain dans l’avion tous étaient inquiets aucun ne parlait. 


Stéphane savait pourquoi Laly était allait là-bas. Il ne savait comment il allait la trouver. Mais il savait qu’elle aurait besoin de son soutien ainsi que  Bénédicte. Il savait l’amitié qui unissait Laly à Bénédicte.  
Johanna tenait la main de José juste pour dire qu’elle était là. 
Jimmy et Cynthia était serré l’un contre l’autre tout comme Nathalie et Olivier. 
Nico avait le regard dans le vide. Il repensait à tout à Hélène aussi. Il espérait sa présence pour Bénédicte mais il la redoutait aussi. Mais il ne devait penser qu’à Bénédicte. 


Hôpital de Rennes


Les premiers arrivés furent Manuela et Bruno et Linda et Christophe. 
Manuela se précipita dans les bras de Sébastien : Oh Sébastien comment elle va ? 
Sébastien : Rien de nouveau pour l’instant mais merci à tous d’être là. 
Christophe : C’est normal c’est notre amie. 
Tous se serrèrent dans les bras. Ils se serrèrent les uns contre les autres et se mirent en rond comme pour se transmettre leur énergie. Comme si Bénédicte pouvais savoir qu’ils étaient tous là pour elle. Après ce moment tous ensemble en silence ils se séparèrent.
Laly était mal : c’est  de ma faute. 
Manuela la prit dans ses bras : Ma Laly, ce n’est pas de ta faute, c’est le destin, la fatalité tout ce que tu veux mais tu n’es pas responsable. C’était écrit comme ça c’est tout. 
Laly : Merci Manuela mais si je n’étais pas venue Bénédicte irais très bien je le sais. 
Manuela : Mais non elle aurait pu très bien se faire renverser en allant chercher le pain tu n’es pas fautive. 
Sébastien  était encore plus mal. Il avait passé la nuit à l’hôpital et était plus que l’ombre de lui-même. Linda le pris dans ses bras. Elle savait ce qu’il ressentait. Malgré les années, elle le connaissait encore par cœur et savait aussi que lui se rendait responsable. 
Linda : Béné s’en sortira. Je le sais. Elle est une battante tu verras. 
Sébastien : Merci d’être là 
Linda : Tu es mon ami et Béné est aussi mon amie. C’est normal. Et c’est aussi pour ça que les autres seront bientôt là. 
Les parents de Bénédicte étaient allés dormir. Sébastien leur avait promis de les appeler dés qu’il y aurait du nouveau. 
Le médecin arriva. 
Médecin : Monsieur et Madame m’ont dit que je pouvais vous faire confiance alors je vais vous dire votre amie est stable. Mais rien n’est gagné il faudrait qu’elle sorte du coma. Le caillot du à son traumatisme cranien se résorbe mais il faudrait l’opérer et on ne peut pas l’opérer tant qu’elle est dans le coma. 
Sébastien soutenue par Linda : Oh non et est-ce que en lui parlant on pourrait l’aider à sortir du coma. 
Médecin : Oui les patients dans le coma entendent les personnes qui viennent les voir. Vous pouvez y aller mais un par un. 
Sébastien alla dans la chambre de Bénédicte. Comme la première fois voir Béné dans ce grand lit avec tous ses tuyaux lui faisait mal elle avait l’air toute petite.
Sébastien : Bénédicte ma chérie tu sais Manuela, Bruno, Linda et Christophe sont là ils sont venus parce que comme moi ils t’aiment et veulent te voir te réveiller. Laly est là aussi elle s’en veut. Elle donnerait tout pour être à ta place. Les autres aussi vont arrivés tout le monde répond présent pour toi parce qu’ils veulent tous que tu t’en sortes. Alors bats-toi ma chérie j’ai besoin de toi. On s’est tellement cherché. On venait juste de se trouver. J’ai besoin de toi, de ton corps, de ta voix que tu sois là prés de moi. Réveille-toi. 
Il continua à lui parler pendant quelques minutes et puis laissa la place à Laly. 
Laly qui pleurait, elle avait du mal à supporter de voir une de ses meilleures amies dans cet état. 
Laly : Ma Béné je t’adore tu es plus qu’une amie pour moi comme une sœur tu as toujours été là pour moi quand Sébastien m’a quitté, quand j’ai lu la lettre de rupture d’Hélène à Nico quand elle était en Australie. Je sais que j’ai réagis bêtement en vous voyant. Mais je vois comment est Sébastien je ne l’ai jamais vu aussi mal, il t’aime vraiment certainement plus qu’il ne m’a jamais aimé. Bats-toi. Réveille-toi. Bientôt tout le monde sera là et voudra juste te voir réveillé. Il faut que tu reviennes pour Sébastien il a besoin de toi et ne pourra vivre sans toi. 
Laly s’en alla. Elle pleurait toujours. 
Manuela alla voir Bénédicte à son tour. 
Manuela : Ma Béné tu te rappelles quand on était toutes les deux avec José et comment il t’avait finalement choisi. On a toujours été proches depuis ce temps là. Je t’ai confié  mes doutes sur Christophe. J’étais là quand José t’a quitté à l’époque ou il croyait aimé Cynthia. Et j’ai encore été là quand tu as quitté José  pour partir en Bretagne. Et j’ai vu ton bonheur avec Sébastien. Tu n’as jamais été aussi heureuse depuis que tu es avec lui. Je t’ai vu réapprendre à vivre grâce à lui. Ne le quitte pas maintenant alors que vous vous êtes enfin avoué votre amour. Bats-toi et Reviens parmi nous. 
Les autres arrivèrent alors que Linda était auprès de Béné. 
Ils s’embrassèrent tous les uns et les autres et demandèrent des nouvelles
Sébastien leur répéta ce que leur avais dit le médecin et que Linda était auprès de Bénédicte. 
Ils reformèrent leur rond avec leurs têtes qui se touchaient comme dans une mêlée serrées les uns contre les autres. Ils étaient tous soudés comme les membres d’une même famille. 
José alla vers Laly : Qu’est que tu as fais ? 
Laly : Tu as raison c’est de ma faute si Béné est dans le coma quand j’ai vu Béné et seb ensemble je suis parti comme une folle et Béné en voulant me rattraper c’est fait renverser par une voiture. 
José : Mais pourquoi tu es venu tu as Stéphane.
Laly : Tu sais on oublie jamais un amour comme celui que j’avais vécu avec Sébastien je voulais juste voir si il restait quelque chose de ce qu’on était, le revoir. 
José : Oui mais en faisant ça tu as mené Béné à l’hôpital
Nico : Arrête José, tu crois pas qu’elle s’en veut assez comme ça regarde là. 
José : Mais .. 
Nico : On est tous là pour Bénédicte inutile de se déchirer pour des histoires de savoir de qui c’est la faute. 
José : Oui tu as raison 
Nico : Va plutôt auprès de Bénédicte remplacé Linda. 
Chambre de Bénédicte
José : Bénédicte je t’ai fait souffrir et je le regrette. Je sais que je ne t’ai jamais mérité et je sais que tu auras une meilleure vie avec Sébastien. Il t’aime plus que je n’ai jamais été capable de t’aimer et bien mieux j’en suis sur. Même si il ne m’a rien dit sur ce qui se passe entre vous ça se voit. Il a peur pour toi. Il ne rêve que d’une chose c’est que tu te réveilles. Que tu reviennes parmi nous qu’à nouveau tes jolis yeux bleus s’ouvrent. Bénédicte tu es son rayon de soleil. Ne le quitte pas. Ne nous quitte pas. Je veux juste que tu te réveilles ma belle,  juste que tes belles mains bougent et sers mes doigts.  Si tu ne te réveillais pas, Sébastien en mourrait mais moi aussi. 
José fut remplacé par Nico
Nico : Ma petite sœur, toi qui comme Hélène a toujours été là pour les autres on est aujourd’hui tous là pour toi. Tous là pour te dire qu’on t’aime, qu’on a besoin de toi et qu’on fait partie de ta famille, que tu fais partie de la nôtre. J’ai souvent raisonné José pour tout le mal qu’il te faisait. Tu ne le méritais pas. Mais il t’aime à sa façon. Aujourd’hui Sébastien est avec toi, et ça ne m’étonne pas parce que vous avez la même sensibilité, le même caractère. Vous êtes tous les deux calmes, posés. Vous vous correspondez et êtes faits l’un pour l’autre c’est une évidence et on voit toute cette évidence. Alors ne nous quittes pas qu’on puisse fêter les retrouvailles aves Sébastien et votre nouvel amour. 
Nico laissa place à Johanna 


En salle d’attente 
Stéphane serré Laly dans ses bras qui arrêtait pas de pleurer. Bruno aussi serré Manuela dans ses bras et Manuela serré la main de Laly et Linda blottis dans les bras de Christophe. Cynthia était elle aussi blotti dans les bras de Jimmy et tenait la main de Nathalie blottis dans les bras d’Olivier. Ils étaient tous silencieux. Dans ces moments-là, les mots ne servent plus à rien. La seule chose à savoir, c’est qu’on est pas tous seuls qu’on peut compter sur quelqu’un.  José et Sébastien était abattus sur deux chaises. Nico essayait tant bien que mal de leur remonter le moral en leur disant que c’était une battante et qu’elle s’en sortirait. Il avait l’impression de parler à un mur que rien ne passait. 


Hélène arriva 


Tous se retrouvèrent autour d’Hélène et la serrèrent dans leur bras. Ils lui présentèrent Jimmy et Cynthia. Seul Nicolas qui ne savait pas comment lui dire ni lui parler rester en retrait. 
Hélène : Salut Nicolas 
Nicolas : Salut Hélène. 


Dans leurs yeux, on voyait tous ce qu’ils voulaient se dire mais ce n’était pas le moment. 
Hélène à tout le monde : Comment va Bénédicte ? 
Christophe  répondit : Etat stationnaire mais si elle ne sort pas du coma on ne peut pas l’opérer pour résorber son traumatisme crânien. On a passé à tour de rôle lui parlait pour lui dire de se battre en ce moment Johanna est à son chevet. 
Hélène : Elle va s’en sortir j’y crois c’est notre Bénédicte c’est une battante et il y a toujours cette petite étoile et je suis sur qu’encore une fois elle s’en sortira. 
Les autres laissèrent leur place à Hélène pour aller voir Bénédicte. Elle la connaissait depuis plus longtemps. 
Pendant ce temps Johanna au chevet de Bénédicte : 
Ma belle tu m’as toujours dit que les Bretonnes étaient aussi fortes que les Texanes alors bats toi montre moi que tu es forte que tu peux te réveiller. Tu sais quand je vois Sébastien t’aimais à ce point là je me suis dis que je m’étais trompé c’était pour toi qu’il était fait pas pour Laly. Et José t’as toujours mal aimé je me rends compte que c’est de ma faute si tu as souffert toutes ces années avec les filles si on ne t’avait pas dragué pour José tu ne serais sans doute pas là aujourd’hui. Mais en même temps tu ne serais pas comme une petite sœur pour moi. Une petite sœur que j’ai envie de protéger. Réveille-toi ma belle, marie-toi avec Sébastien et faites nous de beaux enfants. Je sais qu’on n’en est pas encore là mais je veux me dire que tu as un avenir. Et que ce seras ton avenir. 
Hélène arriva à ce moment là derrière la porte. 
Hélène : Bien sur qu’elle aura un avenir c’est notre Bénédicte. Elle se réveillera j’en suis sur. 
Johanna : Oh Hélène 
Et elle la serra dans ses bras d’abord parce que elle en avait besoin voir Bénédicte dans cet état elle n’arrivait pas à le supporter et ensuite parce malgré le temps et la distance, et aussi parce que c’était toujours sa meilleure amie celle qui la connaissait mieux que personne. 
Hélène : Allez Johanna ça va aller sois forte. 
Johanna : Oui je sais bon je te laisse avec Bénédicte. 
Hélène : Tu peux rester si tu veux. 
Johanna : Non on doit passer un par un dans sa chambre. 
Hélène resta alors seule face à Béné et la seule elle ne put retenir ses larmes. Elle aussi avait peur. Elle aussi se sentait responsable de ne pas l’avoir protégé, de ne pas avoir été là. 
Hélène : Béné, mon amie tu es une battante je sais tu t’es toujours battu. Tu as toujours été ma petite sœur, j’ai toujours gardé pour moi tes secrets et j’ai toujours adoré ta générosité, ta sensibilité, ta fragilité et ta force aussi. Par moment face à José pour certains ça pouvait être de la faiblesse mais aussi de la force car tu avais le courage de recommencer et de pardonner, courage que moi je n’ai pas su avoir face à Nicolas et pourtant je l’aime encore mais je te parle de moi alors que je devrais juste te dire réveille –toi ils sont tous là pour toi. On t’aime tous. 


En sortant de la chambre elle sécha ses larmes pour que ses amis ne sachent pas qu’elle avait pleuré. 
Manuela  et Bruno ainsi que Linda et Christophe était partis se reposer bien qu’aucun n’est envie de dormir. Jimmy, Cynthia, Nathalie et Olivier aussi étaient partis se reposer. Hélène avaient bien vu que Laly était dans les bras de Stéphane  et que Sébastien était totalement dévasté par le coma de Béné. Elle ne posait aucune question avait-elle comprit sans doute. Elle connaissait ses amis. Laly dormait elle partit elle aussi avec Stéphane. Il ne restait plus que Johanna, Hélène, Sébastien, José, Nicolas ceux du début. Personne ne savait quoi dire. Sébastien malgré l’heure tardive demanda à passé la nuit prés de Bénédicte dans le fauteuil on le lui accorda.  Johanna, Hélène, Nicolas et José étaient maintenant seuls dans la salle d’attente. Hélène qui connaissait José et Nicolas sans dire un mot leur pris la main. Johanna pris la main de José et Nicolas aussi. Ils étaient tous les quatre en silence à se remémorer des souvenirs. Ils finirent par s’endormir tous les quatres ensemble. Nico fut le premier à se réveiller. Il alla dans la chambre de Béné 
Sébastien était là il dormait aussi. Quand il voyait ses deux amis comme ça ça lui déchirait le cœur. Il pensa à ce moment là à une chanson. Une chanson de Goldman qui correspondait totalement à ce qu’il ressentait. Il la fredonna  


Tu es de ma famille
De mon ordre et de mon rang
Celle que j'ai choisie
Celle que je ressens
Dans cette armée de simple gens
Tu es de ma famille
Bien plus que celle du sang
Des poignées de secondes
Dans cet étrange monde
Qu'il te protège s'il entend




Hélène entendis Nico elle rentra et posa sa main sur son épaule et elle fredonna la chanson avec lui. 




Tu sais pas bien où tu vas
Ni bien comment ni pourquoi
Tu crois pas à grand chose
Ni tout gris, ni tout rose
Mais ce que tu crois, c'est à toi
T'es du parti des perdants
Consciemment, viscéralement
Et tu regardes en bas
Mais tu tomberas pas
Tant qu'on aura besoin de toi
Et tu prends les bonheurs
Comme grains de raisin
Petits bouts de petits riens
Tu es de ma famille, tu es de ma famille
Du même rang, du même vent
Tu es de ma famille, tu es de ma famille
Même habitant du même temps
Tu es de ma famille, tu es de ma famille
Croisons nos vies de temps en temps.




Et là comme si Bénédicte avait attendu ce moment unique.  Elle bougea et commença à ouvrir les yeux. Hélène et Nicolas n’en croyait pas leurs yeux.  Nico alla prévenir José et Johanna pendant qu’Hélène réveillait Sébastien et sonnait pour prévenir les infirmières. 
Sébastien : Ma chérie sert ma main. Je suis là. 
Bénédicte serra la main de Sébastien 
 Le médecin et les infirmières vinrent voir Béné et firent sortir Hélène et Sébastien. Ils devaient voir si tout se passait bien. Il fallait prévenir les parents de Bénédicte. 
Sébastien appela les parents de Bénédicte. José, Johanna, Hélène et Nicolas avait appelé les autres à leur hôtel qui n’avaient pu cacher leur joie et qui était arrivé presque tout de suite ainsi que les parents de Bénédicte. 
Le médecin sorti de la chambre de Bénédicte et alla vers nos amis. Votre ami s’est réveillé. On va devoir l’opérer mais en attendant vous pouvez la voir mais seulement un par un pour ne pas la fatigué. Le médecin prit les parents de Bénédicte avec lui dans son bureau pour parler de l’opération. 
Sébastien alla voir Bénédicte pendant ce temps. 
Bénédicte  le regardait. Il était juste heureux de la retrouver. 
Sébastien : Ma chérie comme je suis heureux tu m’as fait une telle peur. 
Bénédicte : Oui mais tu vois je suis toujours là mon chéri. Je ne pouvais pas partir maintenant alors qu’on n’a pas encore vécu notre histoire. 
Sébastien : Je t’aime.
Bénédicte : Moi aussi.  
Et ils s’embrassèrent tendrement. Il s’assit sur le fauteuil à coté d’elle et la regarda elle était belle il lui caressa la joue et les cheveux. Elle aussi le regardait et mis sa tête sur sa main. Ce moment là, Sébastien avait cru ne jamais le revivre.  
Sébastien tout en continuant de caresser sa joue : Tu sais tous nos amis sont venus ils ont tous eu peur pour toi. Même Hélène est venue d’Australie pour toi. 
Bénédicte : Oh mais tu n’aurais pas du les appeler 
Sébastien  : Si, j’avais besoin d’eux et tu avais besoin d’eux. Ils sont tous venus te parler quand tu étais dans le coma. D’ailleurs ils attendent tous de pouvoir te voir. Donc je vais te laisser. Tu veux voir quelqu’un en particulier. 
Bénédicte : Laly, j’ai besoin de lui parler. Je veux surtout qu’elle sache que je ne lui en veut pas. 
Sébastien en se levant : Ok je te l’envoie. 
Bénédicte : Attends Sébastien 
Il revient sur ses pas.   
Sébastien : Oui 
Bénédicte : Merci mon chéri 
Et elle l’embrasse. 
Laly alla dans la chambre de Bénédicte 
Laly : Oh Bénédicte je te demande pardon c’est de ma faute tout ça , dis moi que tu ne m’en veux pas et que tu me pardonnes. 
Bénédicte : Ma Laly je ne t’en veux pas ce n’est pas de ta faute c’est moi qui aurais pas du traverser sans regarder. Je n’ai donc rien à te pardonner. 
Laly : Oui mais tu me poursuivais, je n’aurais pas du venir.
Bénédicte : C’est normal que tu sois venu Sébastien a été ton premier véritable amour. Et c’est normal que tu es réagi comme ça en nous voyant. 
Laly : Oui mais j’aurais dû comprendre avant si José était revenu sans toi et qui m’a dit que Seb était avec toi j’aurais du me douter. 
Bénédicte : Tu sais il ne s’était rien passé entre nous quand José est reparti. 
Laly : Oui peut-être. En tout cas vous vous aimez tous les deux et personne ne peut rien contre ça. 
Bénédicte : Oui on s’aime. Je n’ai jamais aimé autant quelqu’un je crois même José. 
Laly : Tant mieux vous êtes mignons tous les deux. Bon je vais te laisser. 


Pendant ce temps le médecin parlait aux parents de Bénédicte. 
Médecin : Voilà votre fille s’est réveillée mais elle doit encore subir une opération pour résorber le caillot qui s’est formé suite à son traumatisme cranien. 
Maman Béné : Est-ce que l’opération est risqué Monsieur ? 
Médecin : Je ne vais pas vous mentir c’est une opération risqué même si le chirurgien qui l’a pratiquera en a l’habitude. Il y a toujours un risque mais ce risque sera mesuré. Une dernière chose  est après vous pourrez aller voir votre fille. Est-ce que votre fille a des allergies ou que ce soit ? c’est pour éviter un choc avec les produits pour l’anesthésie. 
Maman Béné : Je ne crois pas. Mais demandez- le lui. Elle saura surement.  
Médecin : Ok merci Madame. 
Les parents de Béné allèrent voir leur fille. 
Pendant ce temps là en salle d’attente. 
Tous étaient comme la veille sauf que le sourire se lisait sur leur visage car Béné était réveillé. Ils avaient oublié l’espace d’un moment que Béné n’était pas totalement tirait d’affaire il restait l’opération. 
Hélène et Nicolas était assis à coté l’un de l’autre. Depuis le réveil de Béné il ne s’était pas adressé la parole comme si entre eux tous se passaient de mots. Chacun savait ce que l’autre ressentait comme si il ne s’était jamais quitté. Pourtant ils devraient parlé, parlé de leur histoire de ce qui s’était passé entre eux mais là rien ne comptait que l’instant présent. 
Les parents de Bénédicte étaient dans la chambre de leur fille. 
Maman Béné : Oh comme j’ai eu peur ma petite fille. 
Béné : Oui mais je suis réveillé maintenant ne t’en fais pas 
Papa Béné : Oui à ce propos tu vas avoir une opération. 
Béné : Ah quel genre d’opération 
Papa Béné : Tu as un caillot dans le cerveau qui s’est formé suite à ton traumatisme cranien et ils doivent t’opérer pour que tu n’est pas de probleme 
Béné : Et quand aura lieu l’opération ? 
Papa Béné : Pour l’instant on ne sait pas mais le médecin doit te voir pour savoir si tu es allergique au produit pour l’anesthésie. 
Béné : Je pense pas être allergique mais ça doit être marqué dans mon carnet de santé il doit être à la maison. 
Papa Béné : Bon ben on va aller le chercher repose toi bien. 
Les parents de Béné allèrent chercher le carnet de santé tout en passant avant dans la salle d’attente pour dire à nos amis pour l’opération. 
Nos amis même si ils savaient eurent du mal à encaisser le choc surtout Laly qui se réfugia dans les bras d’Hélène. 
Hélène : Laly c’est qu’une opération, Béné s’en sortira et tu sais pourquoi parce qu’on est tous là. 
Nicolas : Hélène a raison. L’opération se passera bien et elle sera bientôt à nouveau complètement rétabli avec nous 
Sébastien n’avait rien dit,  il les écoutait mais c’est comme si ils étaient dans un autre monde et bien sur comme eux il avait peur de la perdre. Il avait besoin d’être auprés d’elle. Il partit dans sa chambre elle dormait il s’installa prés de son lit et la regarda dormir. Une fois il avait entendu qu’on savait l’amour qu’on portait à une personne si on pouvait passer des heures à la regarder dormir. Il se rendait compte combien cette personne avait raison il pouvait passer des heures à regarder Bénédicte dormir. Elle était belle. Elle était tout ce qu’il aimait. Tout ce qui n’était pas elle ne comptait plus. Il finit par s’endormir. 
Pendant ce temps là dans la salle d’attente 
Tous étaient sous le contrecoup de la nouvelle de l’opération mais ils étaient sur que tout se passerait bien. Hélène et Nicolas les avaient rassurés. Johanna essayait toujours d’aider José. Elle ne disait rien elle lui prenait juste la main pour qu’il sache qu’elle était là pour lui. Il était tard les autres étaient partis à l’hotel comme la veille seule Hélène et Nicolas et José Et Johanna était resté. 
Le lendemain. 
Hélène se réveilla avant les autres. Elle s’était endormie dans les bras de  Nicolas presque comme avant. Elle avait tellement bien dormi dans ses bras. C’était la meilleure nuit qu’elle passé depuis des mois. Elle l’aimait encore mais pouvait-elle lui pardonner, pouvait-elle oublier le mal qu’il lui avait fait. Elle regarda son ventre. Elle pensait aussi à l’enfant qu’elle avait perdu. Leur enfant. Lui dirait-elle un jour. Elle lui en voulait encore malgré tout. Soudain elle sortit de ses pensées Johanna qui s’était endormi la tête contre l’épaule de José s’était réveillé.
Johanna tout bas pour ne pas réveiller les garçons : Hélène ça va tu m’as l’air pensive ? 
Hélène : Oui, ma Johanna ça va je pense à Béné, j’espère que tout se passera bien. 
Johanna : hmm à d’autres je te connais, tu pensais à Nicolas. 
Hélène ne répondit pas elle s’étonnait que malgré le temps et la distance Johanna puisse encore la percer à jour à ce point. 
Johanna : Tu sais Nicolas t’aime toujours. Ca fait pas longtemps que je les ai retrouvé mais je vois comme Nicolas pense à toi et s’en veut. Même si il ne dit rien je le ressens. Je suis votre amie à tous les deux. Et Votre amour existe toujours, il ne tient qu’à vous de le raviver et de le retrouver. 
Hélène : Merci Johanna. Mais tu vois je ne pense plus avoir le droit de l’aimer. Je  ne suis pas sur de lui avoir pardonné. 
Johanna : Quand je vous vois tous les deux aujourd’hui j’ai l’impression que rien n’a changé il ne suffit qu’à toi de vouloir y croire. Au fond de ton cœur tu lui as déjà pardonné. 
Hélène : Je ne suis pas sur mais merci. 
Les garçons se réveillaient. 
Nicolas cherchait Hélène du regard. Il l’a vit à coté de lui et sourit non il n’avait pas révé elle était là à ses cotés. 
José les regardait de voir leur amour lui réchauffer le cœur malgré la peur que l’opération de Béné échoue il sourit. L’amour et l’amitié pouvait faire des miracles leur bande en était la preuve. 
Dans la chambre de Bénédicte 
Sébastien était endormi la tête sur le lit de Bénédicte, sa main dans la sienne. Bénédicte se réveilla. Elle caressa les cheveux de Sébastien. Elle n’aurait jamais pensé l’aimer à ce point alors qu’il y a quelques années il n’était qu’un ami amoureux d’une de ses meilleures amies. Et puis elle se souvenait ses moments où il avait été là quand José avait cru être amoureux de Cynthia ou encore elle se souvenait quand elle avait été là pour lui pour l’histoire entre Bertrand et Laly. Ils étaient peut-être fait pour être ensemble après tout. Ils avaient toujours eu une telle complicité. En voyant Sébastien comme ça elle savait que l’opération se passerait bien. 
Sébastien se réveilla. Il sentait la main de Bénédicte dans ses cheveux et n’avaient aucune envie de se lever pour arrêter ce moment. Il finit par lever sa tête et il regarda Bénédicte et il la vit qui lui souriait. Il lui sourit lui aussi. Et il s’embrassèrent. 
A ce moment là des infirmières vint chercher Bénédicte pour la préparer pour l’opération. 
Bénédicte et Sébastien ne voulait pas se quitter chacun avait peur mais trouver l’énergie dans l’amour de l’autre d’y croire. 
Sébastien rejoignit les autres dans la salle d’attente. 
Sébastien : Ils l’ont emmené pour la préparer pour l’opération. 
Nicolas le prit dans ses bras 
Nicolas : Tout ira bien elle est sorti du coma maintenant plus rien ne peut lui arrivé. 
Nicolas en était t-il convaincu ou cherchait juste lui aussi à s’en convaincre ? 
Hélène seule savait ce que ressentait réellement Nicolas mais elle ne disait rien. Elle était juste là pour le soutenir et il le savait. 
Les autres étaient arrivés ainsi que les parents de Bénédicte. Tous étaient serrés les uns contre les autres dans la salle d’attente. Ils attendaient de savoir si l’opération s’était bien passé. Si enfin ce cauchemar serait terminé. 
Quelques heures plus tard 
Le médecin arriva. 
Médecin : C’est bon l’opération est terminée, elle s’est bien passé. Votre fille et amie est en salle de réveil. 
Un même cri de joie retentit dans toute la salle d’attente. Nos amis s’embrassaient heureux content que ce cauchemar soit enfin fini. Sous l’effet de l’euphorie. Hélène et Nicolas s’embrassèrent sur la bouche comme avant. Et chacun à ce moment là ressentit combien il s’était manqué l’un à l’autre. Ce seul contact les remplirent de bonheur.
Les parents de Bénédicte : On peut la voir. 
Médecin : Pas tout de suite. Il faut qu’elle se réveille. Je viendrais vous chercher quand elle sera de retour dans sa chambre. 
 José et Johanna aussi s’étaient embrassés aussi sous l’effet de l’euphorie pour bien vite se séparer bien que chacun est senti naitre une nouvelle sensation en embrassant l’autre. 
José  gêné : Excuse moi, je suis tellement content pour Béné. 
Johanna gênée : C’est pas grave, hé regarde je crois que pour Hélène et Nicolas tout va bien se passer. 
José : Oui je crois aussi. 
Tous les deux savaient que malgré tout ce baiser avait installé une gêne entre eux. Ils se demandaient ce que ça signifiait. 
Hélène et Nicolas s’était enfin séparé. Hélène aurait voulu que ce baiser ne finisse jamais et en même temps il y avait encore trop de choses non dites entre elle et Nicolas. 
Hélène : On aurait pas du. 
Nicolas : Si et tu sais pourquoi (tout doucement pour que elle seule l’entende) parce que je t’aime et je t’aimerais toujours et ce baiser en est lui seule la preuve. 
Hélène : Peut-être mais il y a tellement de choses qu’on doit se dire encore. 
Nicolas : Oui c’est vrai. 
Ils allèrent retrouver les autres. 
Hélène avait remarqué la gêne entre José et Johanna mais ne dit rien. Johanna lui parlerait si elle en éprouvait le besoin. 
Un peu plus tard 
Le médecin vient chercher les parents de Bénédicte. Béné était rentré dans sa chambre et était réveillé. 


Maman Béné : oh ma fille, comme je suis contente de te voir maintenant tu es sorti d’affaire. 
Bénédicte : Oui j’ai hâte de pouvoir sortir de cet hôpital. 
Maman Béné : Nous aussi, on a hâte que tu en sorte et on est pas les seuls. Tous tes amis ont hâte aussi et Sébastien aussi. 
Bénédicte : ah oui ça j’en suis sure. 
Papa Béné : On va pas rester trop longtemps. Je suis sur que tu veux voir Sébastien. 
Bénédicte : Oh mais vous pouvez rester. 
Maman Béné : Ne t’inquiète pas on reviendra. 
Les parents partirent et envoyèrent Sébastien. 
Sébastien dit-il en l’embrassant et la serrant dans ses bras : Oh ma chérie j’ai encore eu si peur. 
Bénédicte : Tu vois notre amour est plus fort. Rien ne pourra plus nous arriver. 
Sébastien : Oui ma chérie, j’en suis sur maintenant. Bon je vais te laisser te reposer maintenant. 
Bénédicte : Oh s’il te plait reste à coté de moi. J’ai envie de dormir avec toi prés de moi. 
Sébastien : D’accord ma chérie. 
Il s’installa a coté d’elle sur le lit et elle posa sa tête sur son épaule et il l’entoura de son bras. 
La majorité de la bande s’était retiré à l’hotel pour dormir. Ils passeraient tous une meilleure nuit. Encore une fois José, Johanna, Hélène et Nicolas restaient tous les quatre mais cette fois ci l’ambiance était différente ils étaient heureux et en même temps les non dits rendaient l’ambiance pesante. José et Johanna finirent par s’endormir. Johanna s’était éloignée de José mais en dormant malgré elle, elle  s’était rapprochée de lui. 
Hélène et Nicolas eux n’arrivaient pas à dormir. Et le silence qui s’était installé entre eux était pesant. 
Nicolas finit par le briser : Je sais que je te fais du mal je n’ai aucune excuse pour ce que je t’ai fait subir. Mais sache que si tu me pardonnes plus jamais tu n’auras à vivre ça. Car jamais plus je ne te ferais souffrir. Je t’en fais la promesse. 
Hélène : Oui mais les promesses sont souvent rompus et je suis pas sur de pouvoir encore avoir confiance à toi. Et puis … 
Nicolas : et puis ? 
Hélène savait qu’elle devait lui dire mais elle ne trouvait pas les mots. Elle le devait pourtant. Il devait savoir. 
Hélène : J’ai …. J’ai eu une fausse couche après que tu sois parti. J’ai perdu notre bébé dit –elle dans un sanglot. 
Nicolas : Quoi ? 
Il n’en revenait pas. Il avait failli être papa et sa bétise avait tout gaché. Si il n’avait pas fait ce qu’il avait fait. Aujourd’hui il formerait certainement une famille. En tout cas il aurait été là pour elle. 


Nicolas la prit dans ses bras : Oh mon dieu, je t’ai fait souffrir encore plus que je ne l’aurais cru. J'aurais du être là je n'aurais pas du partir te laisser. J’aurais du tout faire pour que tu me pardonnes et être là pour toi  Je n’est était qu’un lache je  comprends que tu puisses encore pas me pardonner. Mais je t’ai  écrit un texte la nuit dernière pendant que tu dormais. En te regardant dormir les mots pour dire ce que je ressentais venaient tous seul. Et je voudrais te le lire. 




Tu m'as fait voyager dans des pays 
Des terres où le soleil m'a éblouie 
Et cet amour dont nous avions rêvé 
Tu as choisi de me l'abandonner


Refrain :
Peut-on encore 
Peut-on encore aimer si fort 
Comment se retrouver après les larmes après les torts 
Peut-on encore 
Peut-on encore aimer si fort 
Une fois la place laisser à ses questions et ses remords 
Peut-on encore 


Je n'ai aucune fierté à faire valoir
Aucune excuse que je vais recevoir
Je restes suspendue entre deux eaux
Sans savoir quel sera le pire des maux


Refrain : 
Peut-on encore 
Peut-on encore aimer si fort 
Comment se retrouver après les larmes après les torts 
Peut-on encore 
Peut-on encore aimer si fort 
Une fois la place laisser à ses questions et ses remords 
Peut-on encore 


Peut-on encore 
Peut-on encore aimer si fort 
Une fois la place laisser à ses questions et ses remords 
Peut-on encore 





Hélène continuait de pleurer ce texte était tellement beau et représenté aussi ce qu’elle ressentait et renvoyait à ce texte qu’elle-même avait écrit il y a des années. Après tout la vie les avaient à nouveau menés l’un à l’autre et après ce qui était arrivé à Bénédicte elle savait que on se devait tous de vivre l’instant présent à fond. Et elle embrassa Nicolas. 
Nicolas : Attends tu es d’accord pour que tu tout recommence entre nous. 
Hélène : Oui je t’aime et il faut vivre l’instant présent. Et oublier le passé et je sais que auprés de toi j'oublierais le mal pour ne garder que le meilleur. 




Quelques jours plus tard


Bénédicte était sortie de l’hôpital et accompagna avec Sébastien nos amis à l’aéroport. 
Manuela, Bruno, Linda et Christophe repartaient à Paris tous en promettant d’aller voir nos amis à Love Island . 
Laly , Stéphane , José, Johanna , Cynthia , Jimmy , Nathalie , Olivier, Hélène et Nicolas quand à eux partaient à Love Island . 
Nicolas : Vous nous promettez de venir bientôt nous voir. 
Bénédicte : Oui on vous le promet mais on a nos études ici et puis on a besoin encore d’être tous les deux avec Sébastien. 
Hélène : Oui, on vous comprend. A bientôt alors. 




A Love Island


Hélène s’était installée dans la cabane auprès de Nicolas. Chaque jour, Nicolas n’en revenait pas d’avoir la femme qu’il aimait le plus au monde dans cet endroit qui était pour lui le plus beau du monde. Il était le plus heureux en plus presque tous ses amis étaient là. Et il espérait que les autres ne tarderaient pas à eux tous ils peupleraient et garderait authentique ce petit coin de paradis. 
José dans sa chambre seul se rendait compte qu’il n’avait plus mal quand il pensait à Bénédicte et qu’il pensait de plus à plus à Johanna à la façon dont elle avait été si proche de lui pendant le coma et l’opération de Bénédicte et leur baiser aussi. Ce baiser bien que furtif lui avait fait ressentir quelque chose il ne pouvait l’ignorer. Mais pouvait-il vraiment espérer une relation avec Johanna au risque de perdre leur amitié et de détruire la bande. 


Johanna se posait les mêmes questions. Elle avait les mêmes pensées. Et puis surtout elle avait peur de tomber amoureuse de José et que José soit avec elle le même coureur qu’il était avec Bénédicte. Elle ne pourrait pas le supporter. 
José frappa à la chambre d’hôtel de Johanna. 
José : Johanna c’est moi j’ai à te parler. 
Johanna  tout en se regardant dans le miroir : C’est ouvert.  
José : Je dois te parler. 
Johanna : Oui je t’écoute. 
José : J’ai repensé à notre baiser, je sais qu’on a dit que c’était rien mais j’ai l’impression que c’était bien plus que ça. J’ai des sentiments pour toi Johanna. Des sentiments bien plus fort que l’amitié. Et je sens que ça pourrait réduire en cendre notre amitié et en même temps j’ai pas envie de les faire taire. J’ai envie de t’embrasser, de te serrer dans mes bras,  que tu tienne à nouveau ma main comme tu l’as fait là-bas. Je sais ce que tu vas me dire que je suis un coureur de jupons que je ferais pareil qu’avec Bénédicte et que tu pourrais pas le supporter. Mais j’ai changé ce qui est arrivé avec Bénédicte m’a fait changé et je suis certain que je te resterais fidèle. Alors une seule question me reste à te poser M’aimes–tu aussi ? 
Johanna après avoir entendu ce discours ne savait quoi faire. Elle voulait répondre oui, l’embrasser et qu’il la serre dans ses bras. Mais était-elle vraiment sur de ce qu’elle ressentait comme lui en semblait si sur. Tout ça n’allait-il pas trop vite ? Il y a pas si longtemps il était avec Bénédicte. 
Johanna : Oui je t’aime mais je pense que on devrait peut-être attendre d’être sur de nos sentiments avant de le dire aux autres. 
José : Oui tu as raison. Mais je peux t’embrasser. 
Johanna : Oui bien sur. 
Et ils s’embrassent. Est-ce le début d’une amitié amoureuse ou d’une vraie histoire d’amour ? Seul l’avenir le dira. 
Chaque jour José et Johanna s’aménageait des ballades ou des moments à deux. Ils se sentaient bien. Et leur amour grandissait peu à peu. Ils finirent par passer leur première nuit ensemble deux mois après leur retour sur l’île. Et peu après ils le dirent à la bande qui avait été surprise mais contente pour eux sauf Laly  evidemment qui avait mis en garde José que si il faisait encore du mal à une de ses amies elle le couperait en rondelles. José lui avait répondu calmement que il n’avait aucunement envie de faire du mal à Johanna il l’aimait vraiment. 
Nicolas, José  et Hélène avaient trouvé du travail à la marina, Stéphane, Jimmy et Cynthia travaillait au watersport enfin Laly et Johanna avait ouvert une agence immobilière. Quant à Nathalie et Olivier, ils avaient ouvert un magasin de musique. Maintenant qu’ils avaient tous du travail. Que tous étaient heureux en couple. La vie était paisible sur Love Island mais pour combien de temps. 
_________________


merci ma volca


Revenir en haut
Stell
Immortal RST

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 8 481
Féminin 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 21:05 (2012)    Sujet du message: Sans Bruit ... Saison 1 Répondre en citant

je me souviens de cette fic

Revenir en haut
maria
RST Hyperactif

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2012
Messages: 3 870
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Gin
Ship: Johanna-Christian, Jean-Gin

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 21:43 (2018)    Sujet du message: Sans Bruit ... Saison 1 Répondre en citant

J'avais jamaid lu cette fic. C'est interessant. Benedicte et Sebastien sont un beau couple.
_________________


Revenir en haut
Ze Lamélie
Angel RST

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2012
Messages: 3 963
Féminin
Perso(s) préférée(s): Johanna, Mary, Jenny Malherbe
Ship: Jojo's

MessagePosté le: Sam 31 Mar - 09:23 (2018)    Sujet du message: Sans Bruit ... Saison 1 Répondre en citant

merci maria
_________________


merci ma volca


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:02 (2018)    Sujet du message: Sans Bruit ... Saison 1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet rochelle redfield Index du Forum Zel
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Rochelle Redfield by Aurelle-Sims, © 2013 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com